100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 88

***

Chapitre 88 : Incendie aux docks

***

Chapitre 88 : Incendie aux docks

Partie 1

Attention gore

***Point de vue de Seryanna***

Je volai tout droit vers Sagar, m’arrêtant pour rien en chemin. Tanarotte était juste derrière moi et j’avais été surprise de voir qu’elle était capable de me suivre. Je portais dans mes bras la Shelly endormie, qui était recouverte d’une couverture chaude. Ses saignements s’étaient arrêtés grâce à la potion qu’on lui avait donnée, mais elle avait toujours grand besoin de guérisseur. Mes propres sorts de guérison étaient beaucoup trop faibles et trop dangereux à utiliser quand je ne savais pas quel était son état réel.

Alors que je la portais comme ça, une pensée effrayante me traversa l’esprit : et si au lieu de Shelly, c’était mon propre enfant ? Et si à ce moment-là je n’avais aucun guérisseur autour de moi pour m’aider à soigner ses blessures ?

Rien que d’y penser, j’avais eu un frisson dans le dos. Alors que mon armure et peut-être la chance d’Alkelios nous protégeraient, cela ne signifiait pas que nous devions en dépendre pour toutes les situations. Il y a quelques années, je n’aurais pas eu besoin de penser à apprendre à lancer des sorts de soins plus puissants. Je comptais surtout sur quelqu’un qui pourrait le faire pour moi.

À l’époque, je n’étais qu’une chevalière parmi tant d’autres. Mon pouvoir était au mieux moyen. Mes relations avec les personnes au pouvoir n’étaient pas si grandes, mais elles n’existaient pas non plus. Si je n’avais pas rencontré Alkelios, j’aurais partagé un lit avec Draejan maintenant et porterais peut-être son œuf. Mon devoir de chevalier aurait disparu à l’époque où nous avions prononcé nos vœux devant Drakartus, et d’une chevalière, j’aurais été transformée en femme au foyer. Compte tenu de ce que je savais déjà de Draejan, j’aurais probablement été une matriarche de nom seulement, alors qu’il gérait tout dans l’ombre.

Si Alkelios n’était jamais apparu devant nous, dragons, ou si, par quelque malheureux destin, il était mort dans cette forêt, alors nous n’aurions pas tous connu le bonheur et l’espoir qu’il nous avait offerts.

Pour ma part, je n’aurais probablement jamais su ce que signifiait aimer et vouloir être tenue dans ses bras. Le destin de la reine aurait été scellé, le royaume serait lentement devenu un état vassal de l’empire Embryger. Mon grand-père aurait connu une mort douloureuse et ma petite sœur aurait continué à vivre comme un paria. Kataryna aurait continué à vivre dans la solitude, cachée dans sa caverne, et la princesse Elleyzabelle aurait été mariée à un noble étranger afin de renforcer les relations avec le royaume d’Albeyater.

Pourtant, le fait qu’Alkelios nous ait donné la chance de vivre mieux ne nous avait pas dispensés de continuer à nous améliorer et de nous perfectionner nous-mêmes. Pour moi aussi, c’était un fait que j’avais peut-être ignoré involontairement jusqu’à maintenant.

Lorsque Kataryna m’avait formée, je n’avais jamais vraiment réfléchi à mon propre pouvoir, à mon influence dans ce monde, à ma capacité à changer mon propre destin et celui de ceux qui m’entourent. Mon rêve avait toujours été d’être chevalier et de servir la famille royale, mais je ne pouvais plus me permettre de me limiter à un tel niveau.

Si j’avais mon propre ordre de chevalier formé comme je le souhaitais, alors peut-être que cet enlèvement n’aurait pas eu lieu ? Ou peut-être que mes chevaliers auraient remarqué quelque chose que je n’ai pas vu ? Je pensais et me souvenais des trois dragons que j’avais entraînés pendant mon temps libre.

J’avais trouvé que le fait d’entraîner mes propres troupes était plutôt agréable. Cela faisait du bien de voir leurs progrès.

Malgré tout cela… je n’ai même pas retenu leurs noms, avais-je pensé.

Poussant un soupir et regardant Shelly, j’avais posé une question à la dragonne qui m’avait suivie sur le chemin de la capitale.

« Tanarotte, penses-tu que cet enlèvement aurait été empêché s’il y avait eu plus de troupes pour garder le palais ? »

« Hm ? N’est-ce pas une question plutôt stupide ? Bien sûr, nous aurions une meilleure chance de le prévenir ! Je veux dire, c'est une chose de se faufiler dans le palais de Seyendraugher à Drakaria, c'en est une autre consiste à se faufiler dans le palais de Ruvus à Sagar. » Répondit-elle d’un ton de voix nonchalant.

« Vraiment ? »

« Oui, pourquoi est-ce que vous demandez ? »

« Je me demandais… c’est tout. » Répondis-je, mais dans mon cœur, il y avait deux plaies saignantes qui venaient de se former.

La vérité dite par cette dragonne faisait mal, et je ne pouvais m’empêcher de penser que j’étais responsable du kidnapping de la pauvre Shelly. Si seulement j’avais plus de dragons à la recherche de choses que je ne pouvais pas voir. Si seulement j’avais su guérir correctement les autres.

« Mew ~ Mama… méchant… ça fait mal… » cria Shelly dans son sommeil.

« C’est bon ma petite. Personne ne va te faire mal, » répondis-je en lui prenant le nez.

Je n’étais pas sa mère, mais mes paroles réconfortantes semblaient avoir tout aussi bien fonctionné.

Dans une demi-heure, nous serions arrivés à Sagar et atterririons juste devant le palais. Les gardes s’étaient précipités autour de nous pour voir la raison de l’agitation, mais quand ils avaient vu la petite Shelly, leur visage s’était empli de chagrin.

« Où est votre meilleur guérisseur ? » avais-je demandé à l’un d’entre eux.

« Ce serait Madame Leanna. Nous vous emmenons vers elle, » répondit-il avant de saluer.

« Je vais informer Sa Majesté de votre retour, » déclara un autre garde.

« Et j’irai dire à la Maîtresse que nous sommes de retour ! » déclara Tanarotte.

Le garde m’avait guidée à l’intérieur du palais et m’avait conduite dans une pièce située au deuxième étage à droite. La pièce était remplie de toutes sortes d’herbes et de potions, de livres éparpillés un peu partout et d’une femme nue, dormant par terre, se pelotonnant en boule et marmonnant quelque chose à propos de pancakes à base d’alcool.

D’après mes estimations, elle avait plus de vingt ans et sa fourrure était blanche et brillante. Ses cheveux étaient blonds et ses moustaches étaient légèrement contractées. Normalement, en la voyant ainsi, j’aurais voulu lui sauter dessus et commencer à la caresser, mais avec Shelly dans cet état, je ne pouvais penser à de telles choses.

Le garde qui m’avait escortée ici avait laissé échapper un lourd soupir, puis avait pris un seau d’eau stratégiquement placé à côté de la porte.

« Donnez-moi une seconde, je vais la réveiller, » déclara-t-il avant de jeter l’eau sur la pauvre femme nue.

« NYAGYA !!! » Elle laissa échapper un cri étrange puis sauta au plafond, utilisant ses griffes pour maintenir son poids là-haut.

Levant les yeux vers la Relliar trempée qui respirait rapidement et regardant autour d’elle avec de grands yeux, cherchant le danger, je ne pus m’empêcher de remarquer les innombrables autres marques de griffes.

Est-ce quelque chose de commun ici ? me demandais-je.

« Professeur Leanna, nous avons besoin de votre aide ! La princesse Eshantiel a été ramenée et son état ne semble pas être bon ! » Lui cria le garde.

« Huh? » Elle cligna des yeux surpris puis me regarda droit dans les yeux. « Eshantiel a des écailles ? » Elle inclina la tête vers la gauche, mais vu le fait qu’elle était suspendue au plafond, cela me parut bizarre.

« Est-ce que ça va vraiment ? » avais-je demandé au garde.

« Ne vous inquiétez pas pour elle. Elle est tellement concentrée sur la recherche de nouveaux remèdes et l’expérimentation de potions de guérison qu’elle oublie souvent même de changer de vêtements après avoir pris un bain. Plus d’une fois, elle avait ainsi salué la noblesse et même Sa Majesté. Tout le monde s’est déjà habitué à cette femme vierge qui ne connaît pas le mot “honte’. » Dit-il avec un soupir.

« Qu’est-ce que tu dis aux gens, nya ? » Répondit-elle, le visage rougi alors qu’elle essayait de se baisser.

« Es-tu encore coincée ? » Demanda le garde.

« N-nooon ? » Elle détourna les yeux.

« Un instant. » Répondit le garde puis ramassa ce qui ressemblait à un grand crochet en bois, placé stratégiquement à côté du seau d’eau.

À l’aide de cet outil, il décolla le professeur nu du plafond.

La femme avait atterri avec une grâce digne d’un acrobate, et j’aurais été impressionnée si elle ne l’avait pas fait nue.

« Est-ce qu’elle va vraiment bien ? » avais-je demandé au garde.

« Oui, elle va remettre sur pieds la princesse en un tour de main ! » Répondit-il avant de sortir.

« Nya ~ C’est tellement embarrassant, » déclara Leanna avec un sourire ironique.

« S’il vous plaît, laissez de côté ça et jetez un coup d’œil à la princesse, » lui avais-je dit.

« Ah ! Tout de suite, nyanya ! »

« Est-il vraiment nécessaire que vous utilisiez le terme “nya’ dans votre discours alors que même cet enfant ne le fait pas ? » avais-je demandé même si je pensais que c’était juste un peu mignon.

« Nya? Oui, nya ! Cela me rend unique, nya ! »

« Est-ce que marcher nue ne vous rend pas vraiment spéciale ? » Demandai-je alors que je lui tendais la princesse.

« Nya! Ne dis pas ça ! Je ne suis pas une femme pas facile, tu sais ? Je me concentre trop sur les choses et parfois j’oublie des choses sans importance, comme des vêtements, de la nourriture ou respirer ! » Répondit-elle.

« Ce dernier oubli est dangereux. » Remarquai-je.

« Nya! Pas de soucis, ce garde vient souvent à mon secours ! C’est mon ami d’enfance, nya ! » Dit-elle avec fierté en relevant sa poitrine nue.

« S’il vous plaît, mettez des vêtements. » Dis-je.

« Pourquoi, nya ? Nous sommes toutes des femmes ici. »

« Sa Majesté pourrait arriver à tout moment maintenant. » Je lui ai dit.

« Ah, ça serait un problème, nya. La dernière fois qu’il m’a vu comme ça, il a eu un saignement de nez pour une raison quelconque, puis un œil au beurre noir de sa femme, nya. » Dit-elle en inclinant la tête vers la gauche.

Tout cela n’est-il pas à cause de vous ? Vraiment maintenant, est-ce que Shelly est en sécurité avec ce genre de cerveau dispersé qui la guette ? me demandais-je.

Après s’être habillée, Leanna avait commencé à inspecter la princesse relliar, puis avait utilisé un puissant sort de guérison. C’était le type que je ne pouvais même pas espérer lancer pour le moment, mais c’était suffisant pour faire disparaître toutes les contusions et toutes les coupures sur le corps de l’enfant. En quelques instants, la jeune fille fut guérie et se reposait maintenant avec un drap blanc couvrant son corps.

« Nya, je ne peux rien faire au sujet de la fourrure, nya. Elle repoussera dans le temps, nya. Mais c’est affreux ce qui lui est arrivé, Nya. Quatre côtes cassées, des saignements internes, des coupures et des ecchymoses sur tout le corps, des mutilations et même plusieurs blessures infectées. » Leanna déclara en secouant la tête. « Quiconque a fait ça, j’espère qu’il est mort, nya. »

« Lui et tous ses complices ont été brûlés. » Répondis-je avec un grognement.

« C’est bien, nya ! Mais en laissant de côté la torture évidente, j’étais inquiète qu’elle ait été forcée de prendre la graine d’un homme, mais il semblerait que tu sois arrivé avant qu’ils aient fait quoi que ce soit de la sorte. » Dit-elle en me regardant.

« C’est bon. Un enfant de son âge ne devrait pas vivre de telles choses… Je ne peux même pas commencer à comprendre pourquoi ils lui feraient quelque chose comme ça, » avais-je dit.

« Nya! Ce que tu dis est vrai, mais leur esprit ne fonctionne pas comme ça. J’ai étudié de nombreux cas de nobles et de paysans qui abusent des leurs plus jeunes. Si les fantômes ressemblent à des humains, tout cela ne se produit pas parce qu’ils sont fondamentalement pervers, mais plutôt parce que certains événements de leur vie et le manque de conseils appropriés les ont amenés à croire que de tels actes définissent le plaisir. Abuser de ceux qui sont plus faibles qu’eux leur procure la satisfaction de se sentir autonome sur la vie d’une autre personne. C’est compliqué, nya, mais tout ce que tu dois savoir, c’est que la princesse est en sécurité maintenant ! » Elle me fit un sourire radieux et me caressa l’épaule.

Bien que je n’aie pas compris l’essentiel de ce qu’elle essayait de dire, ce que j’avais compris, c’est que ces sauvages n’étaient pas nés de cette façon, mais plutôt qu’ils avaient été élevés de cette façon.

À ce moment, Sa Majesté entra dans la pièce. L’expression de son visage et sa respiration saccadée me disaient qu’il avait couru jusque-là. En tant que parent de Shelly, il était sans doute très inquiet pour elle.

« Lady Draketerus, ma fille… » Dit-il.

« Par ici. La guérisseuse Leanna s’est occupée d’elle. » Dis-je alors que je m’écartais.

« Eshantiel ! » Appela-t-il et il se précipita au chevet de la petite fille.

Elle n’avait pas répondu, elle dormait encore.

Peu de temps après, la princesse Elleyzabelle était arrivée avec Kataryna.

« Bon travail, ma chevalière. » Dit-elle avec un sourire.

Pour la première fois depuis que j’avais acquis le titre, entendre ces mots me pesait sur le cœur. Une fois de plus, je m’étais souvenue de mes pensées errantes alors que je volais ici depuis la forêt de Silvertooth.

« Merci, Votre Altesse. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, et avec votre permission, je souhaite aller au port de Donmar et détruire les navires avec lesquels les humains sont arrivés. J’ai des raisons de croire qu’ils sont censés être utilisés pour transporter des esclaves dans leurs cales jusqu’à l’empire Akutan, » avais-je dit d’un ton formel.

« Votre Majesté, roi Ruvus, qu’en pensez-vous ? » Demanda Elleyzabelle après un moment de pause.

« Elle a ma permission pour traquer ces misérables humains par tous les moyens nécessaires ! » Déclara-t-il d’un ton dur.

« Comme vous le souhaitez. » Je fis un salut puis me dirigeai vers la sortie.

« Je viendrai avec toi, juste pour m’assurer que tu ne brûles pas tout le port. » Proposa Kataryna en me suivant.

« Et moi, Maîtresse ? » Demanda Tanarotte.

« Toi et les autres chevaliers restez ici et gardez la princesse Elleyzabelle avec vos vies ! » Ordonna-t-elle.

« Oui ! » Répondit joyeusement la dragonne.

***

Partie 2

Ainsi, avec Kataryna, je m’étais envolée vers la forêt Silvertooh. Au moment où le soleil s’était couché et que les deux lunes étaient levées dans le ciel, nous avions atteint la lisière de la forêt. Nous ne nous étions même pas arrêtées pour faire une pause ou installer notre camp pour nous reposer, nous avions continué à voler sans repos.

Afin de tenir cet effort continu, j’avais bu des potions de guérison. Mes muscles des ailes étaient un peu douloureux, mais je n’avais pas l’intention de m’arrêter avant d’avoir atteint le port. Les vies des Relliars dépendaient de moi, et si on apprenait que le campement humain avait explosé en éclats, il était alors fort probable que les navires appareilleraient rapidement pour éviter de nouveaux problèmes.

« Nous y sommes presque ! Comment vas-tu ? » M’avait demandé Kataryna.

« Je vais vivre ! Ne t’inquiète pas pour ça ! » Répondis-je.

De haut dans le ciel, le port des Relliars s’étendait sur une grande parcelle de terrain avec de nombreuses scieries et bâtiments à moitié construits qui me faisaient penser qu’ils dévoraient lentement la forêt environnante à la manière d’un monstre antique.

Les gardes de nuit patrouillaient comme d’habitude dans la ville, mais ils ne s’embêtaient pas à regarder dans le ciel à la recherche de menaces aériennes. Dans ce port, le pire qu’ils avaient à craindre était les excréments de mouettes, et non des dragonnes en armure prêtes au combat.

« Les voilà ! » Kataryna pointa du doigt trois grands navires noirs amarrés dans le port.

C’était des galions de l’empire Akutan, le drapeau noir et rouge flottait fièrement dans le vent. Les ancres avaient été larguées et les voiles levées. Seule une poignée d’hommes était sur le pont, surveillant tout ce qui était suspect, mais, tout comme la veille nocturne, aucun d’entre eux ne surveillait le ciel.

« Comment veux-tu faire cela ? » Demanda Kataryna.

« Tu vas parler au Seigneur de cette ville et lui parler de l’ordre du roi. Je vais aller voir les navires et voir s’il y a des esclaves à bord. » Répondis-je.

« S’il y en a ? »

« Ils seront libérés. Les humains seront envoyés dormir avec les poissons, » répondis-je en gardant mes ailes déployées pour glisser vers le galion situé à ma gauche.

Alors que je m’approchais, l’un des marins m’avait vue et pendant un moment, il n’en avait pas cru ses yeux. Il ouvrit la bouche pour demander de l’aide, mais je lui lançai mon épée. Drachenkrieg coupa l’air et coupa sa tête en deux. Le sang de l’humain avait coulé sur le pont.

J’avais atterri non loin du corps, puis j’avais récupéré mon épée.

Sans me soucier de cacher le corps, je me dirigeai vers la porte qui me conduisait à un niveau inférieur. Trois marins s’étaient tenus sur mon chemin, trois têtes avaient roulé sur le sol après avoir rencontré la lame de mon épée.

Je continuai mon chemin vers la cale, où, un instant, j’espérais ne plus voir que des produits échangés qu’ils prévoyaient d’importer dans l’empire Akutan. Ce que j’avais vu, cependant, n’était rien de tel.

Alignée à droite et à gauche de la cale, passé les grandes caisses contenant les conserves, la bière et d’autres provisions, j’avais vu deux cages remplies d’esclaves remplis à ras bord. Tous étaient des enfants âgés de 10 à 16 ans. Les filles étaient séparées des garçons et portaient toutes un collier autour du cou pour symboliser le fait qu’elles n’étaient rien d’autre que des esclaves pour les humains.

Quand ils m’avaient vue, certains d’entre eux avaient redressé leurs oreilles et avaient laissé échapper un miaulement douloureux. Cela m’avait brisé le cœur de les voir ainsi séparés de leurs familles et contraints à un destin qu’ils ne souhaitaient pas.

« Sur ordre de Sa Majesté le roi Kragarr Ruvus et de ses alliés du royaume Albeyater, je suis ici pour vous rendre votre liberté et vous rendre à vos familles ! » Leur avais-je annoncé.

« Nous sommes sauvés ! » Cria l’un d’eux.

« Nous allons être libres ! » avait dit un autre.

« Grande sœur ! Tu as entendu ? On retourne chez papa et maman ! » déclara un jeune garçon en appelant sa sœur située de l’autre côté.

Leurs appels de joie continuèrent, mais je n’avais pas de temps à perdre. Les humains étaient alertés maintenant, alors je devais faire vite.

« Éloignez-vous des portes ! » Leur avais-je dit.

Les enfants obéirent et reculèrent.

Avec Drachenkrieg dans ma main, j’avais coupé les portes à leurs charnières, puis les avais sorties. Quand un marin était venu voir ce qui se passait, j’avais ramassé une des portes en métal et je l’avais jetée. Il n’avait pas esquivé et il était mort de l’impact.

Emmener les enfants par les ponts supérieurs aurait été trop lent et gênant. J’avais donc utilisé mon épée pour ouvrir un trou dans la coque du navire, à un mètre environ de l’eau. En utilisant la partie coupée, j’avais créé un pont de fortune pour qu’ils puissent sortir en toute sécurité.

Bien sûr, il y avait plusieurs marins qui m’attendaient avec leurs épées dégainées, mais je les avais tués en volant, en leur attrapant la tête avec mes bras et en les écrasant ensuite comme des tomates.

Les enfants n’avaient pas commenté la brutalité que j’avais montrée, certains étaient heureux d’avoir agi de la sorte et je ne voulais pas penser à la façon dont ces humains osaient nuire à des enfants. De tels individus n’avaient aucune place parmi les vivants.

Après que les enfants aient quitté le navire, le tumulte avait déjà atteint un niveau où les gardes relliars faisaient leur apparition, cependant, les premiers mots qui sortaient de leur bouche n’étaient pas ceux auxquels je m’attendais.

« Que faites-vous tous en dehors de vos cages ? »

Les humains avaient réussi à trouver des âmes viles et semblables parmi les gardes.

« Votre roi m’a ordonné de TUER tous ceux qui sont complices de ce trafic, » déclarai-je avant de me précipiter.

Je l’avais frappé à la poitrine avec la moitié de ma force. Son corps avait été renvoyé dans un bâtiment voisin. Le garde relliar était mort instantanément.

Lorsque je tournai mon regard vers l’autre garde, il laissa échapper un son effrayé, mais l’instant d’après, il crachait du sang. La lame de Drachenkrieg lui avait transpercé la poitrine et des flammes avaient jailli à l’avant, le dévorant de l’intérieur.

Après avoir retiré mon épée de son cadavre, je me dirigeai vers le navire suivant. Pendant ce temps, les enfants s’étaient rassemblés dans un petit groupe aussi loin que possible de cette action dangereuse.

À l’intérieur du deuxième galion, j’avais trouvé les adultes, âgés de 18 à 34 ans, principalement des femmes. Les hommes présents ici semblaient forts et en bonne santé. Quand ils m’avaient vue, ils avaient réagi avec crainte et inquiétude, mais une fois que je leur avais dit que j’étais ici au nom de leur roi, ils avaient immédiatement transformé leur chagrin en joie.

Je les avais fait sortir de la même manière, en faisant un trou dans la coque du navire et en utilisant cette pièce découpée comme pont de fortune pour eux. Une fois sortis, ils avaient retrouvé les enfants. Il semblait que des familles entières avaient été kidnappées et amenées jusque-là. Peut-être que les esclavagistes croyaient que faire venir les parents les aiderait à mieux s’occuper des enfants. En les plaçant à bord de deux navires différents, ils avaient également veillé à ce que ni l’une ni l’autre des parties ne se vengent par crainte de ce qui pourrait arriver à ceux qui n’étaient pas à leur portée pour protéger.

Heureusement, ce dernier galion n’avait pas d’esclaves, mais il transportait beaucoup de marchandises comme des conserves, des épices, des bijoux et de la poterie. Il y avait aussi quelques caisses remplies d’épées à ras bord. Pendant un moment, on aurait osé penser qu’il pourrait s’agir d’un navire marchand ordinaire, mais le drapeau qu’il avait n’appartenait certainement pas à la Guilde des Marchands. Ce navire faisait partie du même groupe que les deux autres.

Avec les esclaves à l’écart et les marins qui commençaient à se rassembler pour me combattre, tout était prêt pour le grand final. Je m’étais levée sur le pont et avais salué celui qui, à mon avis, était le capitaine de ce navire et également le chef de ce convoi.

« Quelle raison as-tu pour interférer dans les affaires de l’empire Akutan ?! » M’appela-t-il avec colère.

Au lieu d’utiliser le langage humain, il utilisait le langage relliar. Peut-être pensait-il que je ne pourrais pas le comprendre autrement ?

« Quand vous avez enlevé les Relliars, vous en avez fait mon affaire ! » Déclarai-je en pointant Drachenkrieg vers lui.

Les flammes furieuses avaient léché la lame et s’étaient étendues comme un monstre affamé.

« Ce n’est pas une épée normale ! » Un des marins avait souligné l’évidence, alors que d’autres ne s’étaient même pas souciés d’utiliser une langue que je connais.

« Veux-tu devenir l’ennemi de l’empire Akutan ?! » Le capitaine tenta de se cacher derrière le nom de son pays.

« Je le suis déjà, humain. Ne vois-tu pas que je suis une dragonne ? » Lui demandai-je.

« Ça, je le vois. Mais ce n’est ni Akutan ni un royaume de dragons. Pourquoi es-tu ici ? J’exige des réponses ! » Il éleva le ton de sa voix.

Je lui avais fait un sourire, puis j’avais chargé mon énergie magique, me préparant au combat.

« Vous avez osé faire du mal à quelqu’un de précieux pour moi. Vous avez osé aller à l’encontre des lois de ce royaume et en faire des esclaves à la vente sur vos marchés. Ai-je besoin d’en dire plus ? » avais-je demandé.

« N’importe quoi ! Nous faisons partie de l’empire Akutan ! Ce royaume de Sarakus sera bientôt le nôtre, alors si nous prenons quelques plébéiens comme esclaves ? Je leur ai fait du bien en rassemblant leurs déchets et en leur donnant un but ! » Déclara-t-il presque comme s’il était fier de sa mission d’esclavage d’autres personnes.

« Est-ce que vous pensez tous la même chose ? »

Ma question avait poussé plusieurs d’entre eux à regarder leurs pairs et à faire un pas en arrière. C’était un choix judicieux pour eux. S’ils n’attaquaient pas, je les épargnerais et les laisserais se faire juger.

« Qu’est-ce que c’est ça ? Êtes-vous des traîtres ?! » Demanda le capitaine enragé.

« Capitaines, nous avons servi sous vos ordres pendant ce voyage et nous avons accompli notre travail comme demandé. Mais nous n’avons jamais souhaité faire de l’esclavage. » Déclara l’un d’entre eux.

« Alors, quittez mon navire immédiatement et n’osez pas revenir dans l’empire Akutan ! » Leur ordonna le capitaine.

Les hommes m’avaient regardé une fois, puis leur capitaine. Avec une dernière chance de changer d’avis, ils avaient maintenu leur résolution et laissé tomber leurs épées. Sept d’entre eux débarquèrent, tandis que les marins des autres navires se rassemblaient sur les quais, prêts à aider ceux qui se trouvaient sur le pont.

« Je suppose que vous ne mourrez pas tous aujourd’hui. Dommage. » Dis-je en fermant les yeux et me souvenant une fois de plus dans l’état dans lequel j’avais trouvé Shelly sous cette église au milieu de la forêt.

Une âme aussi douce que la sienne n’aurait jamais dû être blessée de la sorte, et le savoir, cela me remplissait de rage. Un puissant feu avait brûlé en moi et ses flammes avaient été libérées par mon énergie magique.

« Tuez-la ! » Ordonna le capitaine.

Cinq humains s’étaient précipités vers moi, l’épée dégainée avec de la magie de renforcement du corps activée.

Ils n’avaient montré aucune hésitation dans leurs épées ou leurs regards. Ils avaient visé mes points vitaux et avaient essayé de me faire tomber immédiatement. Pourtant, peu importe leur force et leur rapidité, ils ne pouvaient pas se comparer à moi. Même si je les laissais me frapper, ils ne pourraient pas rayer mon armure.

Ils avaient tiré leurs épées contre moi. Ils avaient visé ma vie. Ainsi, il n’était pas nécessaire que j’hésite à prendre les leurs. En fait, j’étais heureuse qu’ils aient choisi cette voie. Cela m’avait donné une raison très légitime de tuer chacun d’entre eux à ma guise.

Le premier marin à venir vers moi, j’avais esquivé son épée et lui avais coupé les mains, puis je l’avais saisi par le visage, avant de l'écraser au sol, lui brisant le crâne. Le second avait été coupé à la taille par Drachenkrieg. Le troisième avait été giflé au visage par ma queue, puis empalé avec mon épée. Je l’avais soulevé et je l’avais déchiré en deux pour pouvoir infliger à mes ennemis le sentiment de terreur.

Une partie d’entre eux recula, mais je profitai de ce moment d’hésitation et leur lançai un souffle de feu. Alors qu’ils criaient de douleur et sautaient par-dessus bord dans l’eau, je m’étais envolée dans le ciel et j’avais chargé une puissante Boule de Feu. Le sort était basique, mais dans mes mains, il n’y avait pas de quoi en rire.

Lorsque la boule de feu avait touché l’un des navires, elle avait explosé et avait envoyé une mer de flammes sur son pont. J’ai ensuite utilisé une Faux de vent pour couper ce navire en deux et le condamner à couler au fond de la mer.

Face à cette démonstration de puissance, le capitaine était à court de mots.

Mais je n’avais pas encore fini.

J’avais volé vers le deuxième navire, puis je l’avais frappé à l’arrière avec toute ma force. Le bois enchanté craqua puis se brisa, envoyant des éclats partout. Avec un trou ouvert pour moi, j’avais pris une profonde inspiration, puis j’avais libéré mon feu dedans.

Pour le moment, passer à ma forme de demi-bête aurait été trop pour ce port.

Alors que les flammes balayaient tous les ponts, je commençais à voler autour de lui, coupant tout le navire en morceaux avec mon épée. Il ne fallut pas longtemps avant que tout commence à couler au fond de la baie.

Maintenant, il ne restait plus qu’un navire, celui sur lequel se trouvait le capitaine. Bien que j’ai trouvé assez étrange que les autres capitaines et premiers officiers ne soient pas ici, je lui avais donc demandé.

« Où sont les autres capitaines ? »

« Hein ? Avec l’évêque Marconium Bassar. » Répondit-il alors qu’il était encore sous le choc de ce qu’il venait d’assister.

« Alors ils sont morts. » Dis-je avec un sourire.

J’étais heureuse. Aucun d’entre eux ne s’éloignerait, alors, j’avais versé mon énergie magique dans mon épée, puis j’avais lancé un torrent de sorts de flamme sur eux.

Des boules de feu, des faux de feu, des tornades de feu, des flèches de feu, des serpents de feu, des flammes qui dansaient et un feu qui dévoraient l’équipage et le navire tout entier, mais je pouvais toujours sentir que la rage dans mon cœur ne s’était pas calmée. J’avais tué tous les autres, à l’exception de ceux qui avaient déposé leur épée.

Quand j’avais attrapé les soldats en fuite, je les avais déchirés à mains nues, puis j’avais jeté leurs restes dans les flammes. L’odeur de chair humaine brûlée se répandit sur tout le quai.

***

Partie 3

Une demi-heure plus tard, il n’y avait même pas un seul d’entre eux d'entier, et les trois navires avaient sombré au fond de la mer. Je me tenais au milieu des flammes, regardant le dernier de ces humains dégueulasses périr.

« Est-ce fini ? » Demanda Kataryna en atterrissant à l’extérieur de l’enfer de flamme.

« Oui, » avais-je répondu.

Sans mon affinité pour le feu et mon énergie magique bien contrôlée, j’aurais aussi brûlé et suffoqué.

« Vas-tu éteindre ce feu ou devrais-je le faire ? » Demanda-t-elle.

Je levai la main et touchai les douces flammes. Elles m’étaient fidèles, obéissantes, mais elles étaient aussi une puissance qui avait soif de destruction. Mon affinité avec cet élément avait ses propres défauts. Elles étaient parfois instables et il était assez facile d’en perdre le contrôle, mais le pire, c’est qu’elles me murmuraient de le libérer et de lâcher sa colère sur le monde.

C’était si facile de comprendre ce désir et si j’y obéissais, je me sentirais calme, détendue, en paix même.

« Oui. » Répondis-je à Kataryna en contrôlant ce désir et en éteignant tous les feux autour de moi.

C’était comme si elles manquaient simplement de carburant.

« Alors, nous devrions maintenant retourner dans la capitale. J’ai pris la liberté de parler avec le seigneur de cette région et il a accepté de s’occuper des survivants jusqu’à l’arrivée d’un responsable de la capitale. J’ai veillé à ce qu’il comprenne que Sa Majesté ne serait pas si gentille s’il venait pour apprendre que ces pauvres gens étaient maltraités par lui jusqu’à ce que leur situation soit résolue. » Expliqua-t-elle avec un sourire narquois.

Elle l’a probablement menacé…, avais-je pensé, mais j’avais laissé tomber.

Cette affaire était finalement terminée. Les délégués humains avaient été punis et Shelly vengée.

« Rentrons. » Dis-je avec un sourire.

Nous avions déployé nos ailes et pris notre envol. Notre voyage de retour avait été détendu. Aucune de nous n’était pressée, et pendant notre temps de camping, nous avions eu beaucoup de repos avant de repartir. Il nous faudrait environ deux jours pour atteindre la capitale.

À notre retour, nous avions reçu la bonne nouvelle que les négociations avec le roi Kragarr Ruvus avaient été fructueuses et qu’un traité commercial avait été officiellement signé. De plus, nous avions également signé un contrat d’assistance militaire mutuelle. Si l’un des royaumes était attaqué par une nation étrangère, l’autre ferait de son mieux pour accepter les réfugiés et envoyer des forces pour aider.

Ce fut effectivement un moment joyeux et le roi organisa un grand festin en notre honneur.

À ce moment-là, j’avais enfin pu revoir Shelly. Elle était enveloppée dans des vêtements qui cachaient son apparence rasée. Pour les Relliars, leur fourrure était semblable aux écailles d’un dragon, une part de leur identité et de leur beauté naturelle. Je ne pouvais pas imaginer ce qu’elle avait dû ressentir lorsqu’elle avait été rasée par ce monstre.

Quand elle entra dans la pièce, tout le monde était silencieux et la regardait.

« Mew bonjour~. » Dit-elle avec un regard timide dans les yeux et s’approcha avec précaution.

Elle avait utilisé une longue écharpe en velours violet pour couvrir son cou et sa tête. Sa queue était également cachée derrière ses vêtements.

Je me levai de mon siège et m’approchai d’elle.

Elle me regarda un instant puis baissa la tête.

« Je suis triste…, » déclara-t-elle puis elle commença à renifler.

« Pourquoi ? » avais-je demandé en m’agenouillant devant elle et en plaçant doucement ma main sur sa tête.

Ses petites oreilles se contractèrent sous le drap.

« J’ai perdu ma fourrure… je ne suis plus douce… et… et cet homme… il a dit des choses méchantes à ton sujet. Pendant un instant… je l’ai cru. Je suis triste ! » Dit-elle et des larmes coulèrent sur ses joues.

« Est-ce pour cela que tu as demandé aux gardes de ne pas me laisser entrer dans ta chambre ? » Lui avais-je demandé.

Dès que j’étais rentrée, je m’étais précipitée pour voir ce petit chaton, mais elle avait refusé de me voir. Parce que c’était sa volonté, je n’essayais pas d’en savoir plus. Je pensais qu’elle avait peut-être peur après avoir entendu ce que j’avais fait aux humains.

« Oui… » Elle acquiesça.

« Ce n’est pas parce que je me suis vengée de ce qui t’est arrivé ? » Demandai-je.

« Non ! » Elle secoua la tête rapidement et à cause de cela, le foulard fut écarté, révélant sa tête chauve.

Lorsqu’elle avait réalisé ce qu’elle avait fait, elle m’avait regardée avec choc. Elle tremblait et il y avait des larmes dans ses yeux. Elle pensait sans doute que j’allais l’abandonner parce qu’elle avait perdu sa fourrure. C’était une pensée idiote.

Avec un sourire sur mes lèvres, j’enlaçais l’enfant effrayée et la blottie doucement comme avant.

« Shelly, peu importe ce que tu es, tu es toujours une adorable princesse moelleuse que je chéris beaucoup et si quelqu’un ose dire le contraire, il sera réduit en cendres ! » Lui dis-je.

« T-Tu sera mon amie même si je ne suis pas douce ? » Demanda-t-elle alors que ses larmes coulaient sur ses joues.

« Bien sûr. » Je hochai la tête puis posai un baiser sur son front.

La Relliar s’arrêta de trembler, mais elle continua de pleurer alors que je la tenais dans mes bras. Ceux qui avaient assisté à cette scène étaient restés silencieux et avaient laissé se dérouler ce moment de guérison.

Après la fête, tout semblait être revenu à la normale. J’avais continué à jouer avec Shelly, qui n’avait montré aucune trace psychologique restante, mais mon instinct m’avait dit que ce n’était pas vrai. Elle cessa également de cacher sa fourrure rasée autour des autres et attendit simplement qu’elle repousse.

Le jour de notre départ, nous avions fait nos adieux au roi du royaume de Sarakus, à sa reine et à tous ceux que nous avions rencontrés là-bas. La princesse Elleyzabelle avait dû faire ses adieux à de nombreux Relliars qui l’avaient aidée de plusieurs manières dans les négociations.

Même si, à notre arrivée dans la capitale, la plupart d’entre eux étaient opposés à notre présence ici et ne pensaient même pas à soutenir les traités, cela ne semblait plus être le cas à l’heure actuelle.

Pour moi, l’adieu le plus difficile que j’avais eu à offrir était avec la petite Shelly. Elle ne voulait pas que j’y aille et j’avais compris pourquoi. Au cours de ces derniers jours, elle s’était terriblement attachée à moi. J’étais son amie et aussi sa sauveuse, et personne ne l’avait blâmée pour avoir pensé ainsi. Cependant, à l’avenir, étant donné sa position politique délicate, cette relation pourrait être considérée à la fois comme une bonne et une mauvaise chose. Je n’étais pas idiote au point de ne pas comprendre quelque chose comme ça.

« Ne pars pas… » Me dit-elle avec des yeux suppliants.

Je la regardai dans les yeux puis lui tapotai la tête.

« Bien que je sois assez loin de toi, je serai toujours ton amie. Si Albeyater et Sarakus poursuivent leurs relations amicales, tu me reverras rapidement. Peut-être que quand tu seras grande, tu viendras me rendre visite. J’espère que tu pourras alors également rencontrer mon mari, Alkelios. » Je lui ai dit avec un sourire.

« M-Mais je ne veux pas que tu partes… » Renifla-t-elle. « Et si le méchant venait encore et m’enlevait ? » Demanda-t-elle.

En entendant cela, j’avais eu la confirmation de mes craintes. Malgré son front solide, elle n’avait pas vraiment surmonté ce qui lui était arrivé. C’était impossible et hautement improbable. Néanmoins, si elle continuait à être dépendante de moi comme ça, sa propre croissance en serait retardée.

Je la regardai dans les yeux et je savais que ce que j’allais dire n’allait pas venir aussi facilement. Ces mots pourraient même l’amener à me détester.

Avant de le faire, je m’étais agenouillée devant elle et avais placé mes deux mains sur ses épaules pour qu’elle ne se détourne pas lorsque je lui parle.

« Shelly, lorsque nous sommes arrivés à Sarakus, nous sommes venus à la recherche de la dent de lait d’un membre de la royauté relliar. Albeyater est désespérément à la recherche de cela, mais nous partons les mains vides en espérant que, par quelques miracle et bonne volonté, ton père, le roi, pourra en acquérir une pour nous. » Dis-je puis je laissai échapper un soupir. « Shelly, ma mission ici est terminée et je dois avancer. Je sais et comprends que ce que tu as vécu a été terrible. Je suis celle t’ayant sauvé, après tout, et je sais que ce n’est pas facile d’accepter ou de dépasser cela. Le méchant homme peut toujours hanter tes rêves et te faire craindre les autres, mais ce ne sera le cas que si tu le laisses faire. Ni moi ni personne d’autre ici n’a ce genre de pouvoir. »

« Mais si je ne peux pas le faire ? » Demanda-t-elle.

« Bien sûr que tu le peux. Nous l’avons tous fait d’une manière ou d’une autre. Nous avions tous ce genre de méchant homme dont nous avions peur à un moment donné, quelqu’un qui hantait nos rêves et nous faisait détourner les yeux de peur, mais nous nous sommes tous battus et avons gagné. C’est pourquoi tu peux le faire. Quand il reviendra dans tes rêves, ne détourne pas les yeux, ne t’enfuis pas, ne demande pas d’aide. Combats-le ! Crie-lui dessus et utilise chaque goutte de ta volonté pour le faire plier, pour le faire trembler de peur, pour le faire partir. Je ne peux pas faire ça pour toi, seulement toi le peux. Souviens-toi de mes paroles, Shelly, souviens-t’-en bien. » Je lui avais dit, puis j’avais serré doucement ses épaules.

Elle n’avait rien dit, elle m’avait seulement regardée dans les yeux.

« Shelly, je sais qu’aux yeux de tous ceux qui m’entourent en ce moment, ce que je vais dire est quelque chose de terrible, mais écoute bien, cela te donnera la force dont tu auras besoin à l’avenir. »

Elle acquiesça.

« Là-bas, dans le monde réel, tu trouveras beaucoup plus d’hommes mauvais, peut-être même pire que celui que j’ai tué. »

Elle se mit à trembler, mais je la serrai fort et la forçai à me regarder dans les yeux.

« Mais le pouvoir qu’ils détiennent sur toi est quelque chose que tu leur offres en ayant peur d’eux. La peur n’est pas quelque chose à cacher, à combattre ou à ignorer. La peur est quelque chose que tu dois comprendre. Si tu crains le méchant, demande-toi pourquoi tu le crains. Quelle est la cause de cette peur ? La honte ? Douleur ? Les insultes ? Trouve la raison de la peur, puis vois s’il vaut vraiment la peine de la laisser exister à l’intérieur de ton cœur. Regarde chaque mauvais homme que tu rencontreras dans les yeux et demande-toi ensuite si tu as vraiment peur de lui ou s’il veut que tu aies peur. Si c’est le dernier cas, ne lui donne jamais cette satisfaction. Tu es encore jeune, Shelly, mais tu as beaucoup à développer et à apprendre. Tu peux vivre une vie dans laquelle tu te protèges des hommes mauvais ou tu peux vivre une vie dans laquelle leur influence sur toi ne signifie rien. Tu peux vivre une vie dans laquelle tu as un feu puissant dans ton cœur et chaque fois qu’ils essaient de l’éteindre, tu les abats avec ton épée. » Je m’arrêtai et pris une profonde inspiration.

« Je ne me battrais pas… je ne le cacherais pas… je ne l’ignorerais pas…, » répéta-t-elle.

« Oui ! Comprends-la puis conquiers-la. Si tu apprends à faire cela, alors il n’y aura plus de méchants hommes, juste des imbéciles qui essaieront de t’embêter. Allume le feu dans ton cœur et ne le laisse jamais s’éteindre ! » Lui dis-je en pressant doucement ses épaules.

« Mn ! » Elle acquiesça et me fit un sourire.

« Bonne fille ! » Dis-je en lui tapotant la tête, la faisant tordre ses oreilles et agiter sa queue.

« Euh, tu as dit que tu avais besoin d’une dent de lait ? » Demanda-t-elle.

« Oui. » Je hochai la tête.

« Est-ce que la mienne fonctionnerait ? » Demanda-t-elle en montrant sa bouche ouverte.

« Oui, je pense que oui, mais n’as-tu pas déjà perdu toutes tes dents de lait ? » Demandai-je en inclinant la tête vers la gauche.

« Mn ! » Elle secoua la tête à gauche et à droite. « Attends ici ! » Dit-elle avant de retourner dans sa chambre.

Nous l’avions attendue calmement. Personne n’avait commenté les mots que j’avais dits à Shelly et elle-même n’avait pas semblé l’avoir mal pris.

Peut-être que je suis bonne à cette chose parentale ? avais-je pensé.

À son retour, elle avait entre les mains une petite boîte à bijoux décorée.

« Voilà ! » Dit-elle puis elle me le tendit.

Je pris la boîte et l’ouvris pour regarder à l’intérieur.

« Ceci… Est-ce l’une de tes dents de lait ? » Demandai je surpris puis je la montrai à Elleyzabelle.

« Mn ! » Elle acquiesça joyeusement.

« Je pense que c’est la vraie chose, » déclara Elleyzabelle.

« Nous n’avons jamais eu l’habitude de garder nos dents de lait, mais, je suppose… à la lumière des récents événements, peut-être devrions-nous commencer une nouvelle tradition ? » se demanda le roi Kragarr en se frottant le menton.

« Cela pourrait être intéressant, en effet. » Répondit Elleyzabelle avec un hochement de tête alors qu’elle rangeait la dent dans son anneau de stockage.

« Pourquoi l’avez-vous gardé ? » Demanda Drameer Ruvus.

« Mmm ? Parce que maman a dit un jour que cela porterait chance ? » Répondit-elle.

« Chance ? Ai-je dit ça ? » Drameer inclina la tête avec confusion.

« Peut-être que c’est la chance d’Alkelios en jeu ? » Se demanda Elleyzabelle en me regardant.

« Non, je ne pense pas. Sa chance n’aurait pas eu d’effet sur un événement qui a déjà eu lieu dans le passé. Je pense que peut-être… c’est notre propre chance ? » Répondis-je en la regardant.

« Peut-être. » Elle m’avait fait un sourire.

En regardant Shelly, je lui avais fait un dernier câlin, puis je lui avais dit : « Grandis, deviens forte pour que plus aucun méchant n’ose te toucher. »

« Mn ! » Elle hocha la tête avec un sourire et essuya ses larmes.

Nous étions partis dans de bonnes conditions et nous nous étions dirigés vers le port de Nirvill où nous embarquions à bord de notre navire.

C’est ce qui s’était passé sur le continent des Relliars. Je m’étais fait une nouvelle amie et nous avions terminé notre mission avec succès. Un an plus tard, je commençais à recevoir des lettres de Shelly presque tous les mois. C’était l’idée de sa mère, Drameer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire