100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 86

***

Chapitre 86 : Les esclaves de la ville de Mashat

***

Chapitre 86 : Les esclaves de la ville de Mashat

Partie 1

Attention gore

***Point de vue de Seryanna***

Sous ma forme de demi-dragon, je volais à travers le ciel clair en battant des ailes à mesure que je gagnais de la vitesse et à chaque instant qui passait, je me rapprochais de la ville de Mashat. Cette ville Relliars est arrivée sous peu sous mes yeux, mais si j’avais décidé de venir ici en calèche, je l’aurais atteint en deux jours au mieux.

Les bâtards qui avaient pris ma boule de poil duveteuse avaient probablement déjà quitté cet endroit, mais je n’étais pas là pour faire un appel de courtoisie de l’empire Akutan. Non, mon objectif était simple : trouver la délégation humaine, la brûler au sol et extraire les informations des bâtards qui ont osé kidnapper les ravissants Relliars de ce pays.

La ville de Mashat était une petite ville et s’étendait vers le nord avec les scieries et vers le sud avec les fermes céréalières. Un grand mur entourait les zones importantes de la ville telles que le marché, le palais et les résidences nobles. En dehors de celle-ci se trouvaient les maisons des roturiers, qui n’avaient à se défendre des monstres qu’à l’aide d’un simple mur de bois.

J’avais estimé la population à plus de 20 000 Relliars. D’en haut, ils ressemblaient tous à de minuscules insectes. Normalement, on ne penserait pas qu’un tel endroit pourrait abriter un nombre aussi élevé d’individus. Pour toutes les espèces à l’exception des dragons, c’était un fait. Nos villes étaient plus grandes, mais avaient une petite population par rapport aux villes humaines. La même chose était vraie pour nos villes et nos villages.

Le fait que le seigneur qui avait statué sur cette colonie n’ait pas essayé de dresser un mur plus solide autour de Mashat montrait que les environs manquaient d’une population de monstres extrêmement dangereuse ou que les aventuriers locaux les gardaient à petit nombre. Quoi qu’il en soit, je ne pouvais pas atterrir en dehors des murs de la ville et m’embêter à passer la douane.

Quand j’avais survolé la place de la ville, j’avais plié mes ailes et je m’étais laissée tomber en plein milieu. Je déployais mes ailes seulement un court instant avant de toucher le sol en lançant un sort pour adoucir mon atterrissage.

Mon apparition soudaine avait provoqué un émoi parmi les Relliars locaux, beaucoup d’entre eux s’étant enfuis par peur, tandis que les gardes dégainaient leurs armes et formaient un cercle autour de moi. Je les avais regardés de loin sans montrer un changement d’expression. Je cherchais avec le regard le plus haut officier parmi eux.

Quand je l’avais repéré, j’avais plissé mes yeux vers lui. Il était un grand Relliars portant une armure en cotte de mailles et tenant une grande masse dans ses mains.

« Je suis ici à la demande du roi Kragarr en tant que délégué du royaume Albeyater. J’ai le plein pouvoir d’enquêter sur un certain cas. Les chevaliers sont-ils commandés par Sa Majesté ici ? » Demandai-je dans la langue du royaume de Sarakus.

Il n’y avait pas de réponse, alors j’avais décidé de m’adresser au chef.

« Arrête-toi là ! Ne bouge pas ! » Cria-t-il.

J’étais une personne suspecte qui était arrivée ici d’une manière très étrange. Après tout, il était assez rare de voir un dragon errer à l’extérieur du continent des dragons.

« Dois-je me répéter ? Je suis ici… » Comme je m’apprêtais à le répéter, le Relliars avec la plus haute autorité ici m’avait crié.

« Arrête de cracher des mensonges, lézard volant ! Il n’y a aucune chance…, » dit-il. En une fraction de seconde, je m’étais déplacée devant lui.

Au moment où le Relliars avait compris ce qui se passait, je me tenais à une paume de lui, le regardant avec mon regard perçant.

« HIII! » cria-t-il avant de se laisser tomber.

Quel lâche ! avais-je pensé. « Si je voulais vous tuer ou causer du tort à l’un d’entre vous, j’aurais pu le faire en une fraction de seconde, comme vous avez pu le constater. Je suis ici pour des questions importantes qui concernent à la fois votre pays et le mien. Si vous ne voulez pas être jugé comme des traîtres du royaume de Sarakus et des ennemis du royaume d’Albeyater, je vous suggère de rengainer vos armes et de vous replier. MAINTENANT ! » avais-je demandé d’un ton puissant et ferme.

Ils se regardèrent un instant et déglutirent, ne sachant que faire. Sans aucune autre preuve, ils ne pouvaient me croire sur parole, mais il y avait un individu ici qui pouvait les faire se décider. C’était le plus haut officier parmi eux, le Relliars qui tremblait devant moi.

« Qu’est-ce que vous en dites ? Allez-vous vous mettre en travers de mon chemin alors que j’agis sur l’ordre de votre propre roi ou allez-vous dire à vos hommes de rengainer leurs épées ? » avais-je demandé.

Pas même un instant je n’avais laissé mon regard perçant et ma forte présence se détendre.

« Baissez vos armes ! » Cria-t-il.

« Bien. » Je hochai la tête puis tendis la main pour l’aider à se relever.

Le Relliars déglutit et me prit la main, me levant sur ses pieds.

« Pourquoi êtes-vous ici ? » Demanda-t-il.

« Je suis en train d’enquêter sur les enlèvements de Relliars. Avez-vous des pistes ? » Je leur avais demandé ainsi, même si je savais déjà quoi chercher.

C’était juste un petit jeu pour voir s’il était un de ceux corrompus par les humains. Si je trouvais l’un des leurs, cela ne me dérangerait pas de lui casser les membres et de le remettre ensuite à des chevaliers loyaux. Si même le seigneur de ce pays était corrompu, j’aurais un peu de plaisir à casser des jambes et à brûler des bâtiments.

Il acquiesça.

« Oui… En fait, nous pensons qu’il se passe quelque chose de louche dans l’église du Panthéon de Zeus, mais nous n’avons pas été autorisés à regarder à l’intérieur et à enquêter. Nous craignions que si nous essayions, nous fâchions les délégations humains et même que nous commencions une guerre avec eux, » avait-il déclaré.

« Est-ce vrai ? » Dis-je, puis je regardai les gardes qui, après avoir dispersé la foule de passants, décidèrent de se rassembler autour de nous.

« Oui. Et il y a à peine deux jours, l’Evêque Marconium Bassar s’est arrêté près de Mashat puis est parti avec un convoi de marchands. Je voulais vérifier leurs chariots, mais on m’a rappelé que je n’en avais pas le pouvoir… » Il baissa les yeux, fronçant le front et serrant le poing.

Il était frustré parce qu’il ne pouvait pas faire quelque chose pour les arrêter. L’immunité diplomatique redoutée n’était pas un sujet contre lequel on pouvait lutter. En tant que représentants intérimaires d’un autre pays, tout préjudice causé à ceux-ci pourrait conduire à un acte de guerre.

Bien que cela soit vrai, dans ce cas, il s’agissait de l’empire Akutan, le plus éloigné du royaume d’Albeyater. C’est un pays qui n’avait jamais accepté le cessez-le-feu et qui même maintenant était considéré comme en guerre contre nous.

Vu sous cet angle politique, on pourrait dire que j’avais tout à fait le droit de commettre contre eux de nombreux actes de guerre.

« Emmenez-moi dans leur église, » avais-je demandé.

« M-Mais… » le Relliars me regarda avec de grands yeux.

Nul doute qu’ils craignaient les répercussions politiques qui pourraient en résulter s’ils rompaient l’accord sans aucune preuve substantielle pour appuyer leurs actions.

« Je suis ici aujourd’hui en tant que membre politique de la délégation du royaume Albeyater, et non du royaume de Sarakus. » Je lui fis un sourire et, grâce à cela, il comprit ce que je voulais dire.

Dix minutes plus tard, j’étais arrivée devant ladite église. C’était un grand bâtiment en pierre et il avait l’air beaucoup plus riche que tous les autres temples et bâtiments qui l’entouraient. Ils avaient reçu beaucoup de dons ou reçu une somme décente de fonds de leur pays d’origine.

« Y a-t-il beaucoup de croyants Relliars dans cette ville ? » Demandai-je.

« Non… Nous croyons que leurs dieux existent, mais nous avons les nôtres pour prier. » Répondit-il.

« C’est bon. Maintenant, reculez. » Je lui avais dit cela puis je m’étais dirigée vers l’entrée.

Deux gardes humains armés d’une épée et d’un bouclier et portant de lourdes armures en plaques s’étaient déplacés devant moi.

« Pas de dragons autorisés ! » avaient-ils déclaré.

Je leur avais fait un sourire, puis dégainé Drachenkrieg. D’un seul coup, je les avais envoyés voler dans les murs de l’église. Les murs de pierre s’étaient fissurés et un cratère s’était formé où chacun des deux avait frappé. Les attaques les avaient assommés, et je m’étais assurée de ne pas utiliser le tranchant. Si je le faisais, ces pauvres portes auraient fini en morceaux.

Les portes avaient été ouvertes, donc je n’avais pas pris la peine de les abattre.

À l’intérieur, j’avais vu un groupe de statues représentant les dieux adorés par les humains. À l’arrière, il y avait un autel avec un prêtre assis devant celui-ci.

« Qui est là ?! Qu’est-ce que vous voulez de nous ? » Demanda-t-il.

« Hm ~ juste vérifier votre sous-sol ~. » Répondis-je.

« Absurdité ! Nous avons un accord qui empêche le royaume de Sarakus de le faire ! Souhaitez-vous un conflit international ?! » Demanda-t-il furieux.

« Hm ~ ? Mais nos pays sont déjà en guerre, n’est-ce pas ~ ? » Demandai-je en lui montrant un sourire alors que les flammes commençaient à lécher ma lame.

« Q-Quoi ? » Il cligna des yeux surpris « Qui êtes-vous ?! Identifiez-vous ! » Demanda-t-il.

« Je m’appelle Seryanna Draketerus ! Je suis une duchesse du royaume Albeyater et je suis passée pour reprendre ce qui est à moi ! » Déclarai-je puis je me déplaçai vers lui.

Un vent s’était formé autour de moi et j’avais frappé le prêtre d’un coup de poing droit dans le ventre. Il avait haleté et avait été envoyé voler dans le mur. Comme un cadavre sans vie, il était tombé par terre, montrant le blanc de ses yeux, mais il était toujours en vie.

« Et maintenant ! » Dis-je, puis je cherchai l’escalier qui descendait.

Au sous-sol, nous avions rencontré une grande porte en métal, que j’avais coupée en deux. Derrière, il y avait une scène extraite de la planque d’un bandit. Un groupe d’humains ressemblant à des voyous me dévisageait avec leurs armes dégainées. Au fond, il y avait une dizaine de femmes nues. Elles tremblaient et avaient les oreilles aplaties derrière la tête. Au milieu de la pièce se trouvaient deux femmes haletantes et levant les yeux vers moi.

Elles portaient toutes des colliers d’esclaves et je n’avais pas besoin de regarder deux fois pour comprendre que certaines d’entre elles venaient d’être violées brutalement. La sauvagerie de ces êtres fétides m’avait simplement dégoûtée. Il n’y avait pas moyen maintenant que je les laisse vivre, mais je devais encore mentir…

Quand les flammes de mon épée avaient coupé leur sortie, je les avais regardées comme si je regardais des ordures et je leur avais dit dans la langue de Sarakus : « Dites-moi où est votre patron, où l’Évêque Marconium Bassar a emmené les esclaves et vous pourrez peut-être survivre. »

« Cette femme pense qu’elle peut nous commander ? » Demanda l’un d’eux.

« Tuez-la ! »

« Mettons-lui un collier d’esclave et jouons avec ensuite ! De toute façon, les femmes sont censées être utilisées comme des jouets pour hommes ! » avait déclaré l’un d’entre eux.

« Ouais ! Elle sera bien vendue ! Regarde ces seins et ces hanches ! »

« Moi, je n’aime pas les ailes. Coupons-les. »

« Imbécile ! Elle sera vendue pour plus si elle les garde. Tu sais qu’il y a des nobles qui préfèrent les bêtes plus que les humains ! »

« Vrai ! Vrai ! Vendons-la ! Nous pouvons la prendre ! C’est juste une femme contre nous tous ! »

Chacun d’entre eux avait révélé à quel point ils étaient stupides avec les mots idiots qui sortaient de leur bouche. Ces spécimens humains étaient pires que des ordures. Ils étaient pires qu’un virus, juste des marionnettes en viande avec une perche entre les jambes qu’il fallait couper. Ils étaient même en dessous des sauvages.

Je m’étais précipitée vers le plus proche et l’avais coupé en deux avec Drachenkrieg. Le suivant, je frappais entre les jambes avec ma botte et le plaquais au plafond. Il avait ensuite été décapité alors qu’il tombait.

Mes yeux étaient alors tombés sur celui de gauche et j’avais tendu la main vers lui. Je l’avais attrapé par le visage, puis j’avais serré toutes mes forces. Son crâne s’était écrasé et son intérieur se répandait comme une pâte sanglante dégueulasse.

« Trois personnes… en moins de dix secondes. » Dis-je en touchant doucement le quatrième avec le bout de mon doigt et en le mettant le feu, le faisant se mettre à crier de douleur.

Pour le rendre incapable de courir, je lui avais coupé les jambes.

« En voilà quatre. » Dis-je avec un doux sourire sur mon visage alors que des feux me cernaient comme de vaillants chevaliers gardant leur princesse.

***

Partie 2

Attention gore

« Hiii! » Cria l’un d’eux avec peur.

« Un m-monstre ! »

Ils avaient commencé à paniquer et s’étaient éloignés de moi quand ils avaient compris qu’ils ne pouvaient pas rivaliser avec mon pouvoir.

Qu’ils sont stupides de penser qu’ils pourraient échapper à ma colère…, pensai-je.

« A-Attendez ! Si vous bougez ! Je-je-je vais la tuer ! » déclara l’un d’eux en soulevant l’une des esclaves du sol et en plaçant son épée sale contre son cou.

Je l’avais regardé dans les yeux et il avait bronché.

En une fraction de seconde, je m’étais déplacée devant lui et avais saisi son épée à main nue.

« Qui vas-tu tuer ? » Demandai-je en tirant l’épée de son bras puis en commençant par la poignée, je le lui fis manger, lui brisant les dents et déchirant sa chair.

L’homme était mort dans des spasmes de douleur alors que ses entrailles étaient écrasées et coupées par sa propre épée. Puis j’avais ramassé son corps et je l’avais déchiré en deux pour que tout le monde puisse le voir. Je devais juste m’assurer que j’avais un bouclier d’air activé afin que je ne sois pas éclaboussée par son sang.

« Maintenant, alors… » dis-je en jetant sa dépouille aux pieds de ces bandits. « L’emplacement de l’évêque. Qui veut vivre ? » Leur avais-je demandé en leur faisant un sourire.

Un instant plus tard, ils avaient tous laissé tomber leur épée et m’avaient dit ce que je devais savoir, y compris le patron de cet endroit, un homme qui ne semblait pas différent du reste de ces imbéciles.

Ce que j’avais appris d’eux, c’est que l’évêque avait un autre point de dépôt situé en plein milieu de la forêt de Silvertooth, entre les villes Mashat et Donmar. Ils y avaient construit une église semblable à celle-ci. L’année prochaine, cet endroit était censé marquer le début d’un nouvel établissement humain au cœur du royaume de Sarakus. Plus que cela, il était censé être utilisé comme un moyen de négociation pour transférer toute la région à l’empire Akutan.

C’était la stratégie dite d’invasion passive. C’était une façon de vaincre l’État ennemi sans envoyer de troupes. S’il y avait une population assez importante là-bas qui souhaitait combattre ou se séparer de ce royaume, il n’y avait aucun moyen de l’arrêter à moins d’envoyer des forces armées pour réprimer les citoyens. Cela, cependant, finirait par paraître très mauvais aux yeux des citoyens ordinaires.

Je connaissais cette tactique, car Albeyater en avait été victime lors de la dernière guerre. Si ce n’était pour les actes de mon mari à cette époque, Draejan, ce dragon ignoble, aurait demandé aux colonies de prétendre faire partie de l’empire Embryger. Leur faire abandonner cette idée était assez difficile. La reine elle-même avait dû envoyer un message au dirigeant local et Kataryna avait rendu plus d’une visite aux rebelles.

La question était maintenant de savoir ce que je devais faire de ces bâtards qui rampaient à mes pieds et me suppliaient de les laisser en vie. Alors que les tuer aurait dû être la meilleure option, j’avais en quelque sorte promis d’épargner leur vie. J’espérais sincèrement avoir besoin de les torturer un peu ou de les tuer un à un, mais heureusement pour eux, je n’avais jamais atteint ce point. Je devais les avoir assez effrayés maintenant.

Quand j’avais regardé les restes des autres humains ici, je m’étais souvenue des Relliars à l’extérieur qui m’attendait pour que je vienne avec les esclaves. En théorie, je pouvais laisser ces Relliars être gérées par les autorités officielles ici, mais je craignais que ces pauvres Relliars ne soient corrompues par quelques chevaliers et peut-être même par un noble local.

En grattant l’arrière de ma tête avec mes griffes, j’avais regardé les esclaves et un sourire était apparu sur mes lèvres.

« Vous là-bas ! » Les avais-je appelés.

Les esclaves me regardèrent avec des yeux vides. Il n’y avait aucune émotion derrière eux, pas même la peur du feu qui pourrait menacer de leur vie. En fait, certains d’entre eux auraient peut-être souhaité une telle fin.

« Je vais vous donner le choix de changer votre destin ! » Déclarai-je alors que je m’approchais d’eux.

En entendant mes mots, ils avaient juste levé les yeux comme s’ils étaient stupéfaits. C’était peut-être trop difficile pour eux de croire que je disais la vérité, ou peut-être que ces ravisseurs les utilisaient déjà pour leur faire subir des expériences infâmes.

Je les avais tous regardés. Il n’y avait même pas une seule lueur d’espoir dans leurs yeux, mais je voulais toujours voir si je pouvais peut-être le trouver quelque part au fond de leur âme.

En levant Drachenkrieg au-dessus de ma tête, je fis trois entailles dans leur cage de fer. Les barres de métal s’étaient effondrées sur le sol, puis j’avais reculé.

« Ramassez les barres de métal. » Leur dis-je.

Les esclaves obéirent sans remettre en question mes intentions. J’avais ensuite pointé mon épée vers les bandits.

« Choisissez une cible. Si vous souhaitez vous venger, tuez-les et attendez que ce soit la fin de vos souffrances. Alors, à partir de maintenant, faites de votre mieux pour trouver votre bonheur. » Déclarai-je d’un ton fort et ferme.

« Q-Quoi ? » Un des hommes avait dit cela, surpris.

« Vous n’avez rien dit à ce sujet ! » Cria un autre.

En regardant vers lui, je lui avais répondu : « Ce que j’avais promis, c’était de ne pas vous tuer si vous me disiez ce que je cherchais, mais je n’ai pas promis de ne pas laisser les autres vous tuer. »

« Q-Quoi ? »

La plupart d’entre eux étaient perplexes, ne sachant pas quoi dire, mais l’un d’eux s’était mis à rire.

« Si vous donnez notre vie à ces esclaves, alors nous sommes sauvés ! Hahaha ! Pas moyen qu’ils nous attaquent ! Ils ne sont pas meilleurs que les sacs de viande que nous pouvons utiliser ! Pas aussi bien que les femmes dans les maisons closes, mais assez bien pour un tour ou deux ! »

Quand je l’avais regardé, j’avais vu que c’était un homme robuste d’une quarantaine d’années. Son visage affichait un large sourire narquois et regardait les femmes dans la cage comme s’il regardait quelque chose sans grande valeur. Il m’avait dégoûtée.

Mon regard se dirigea vers les esclaves Relliars à l’intérieur de la cage maintenant ouverte.

Hm, je ne sens aucune énergie magique émanant de leurs colliers d’esclaves, alors je parie qu’au lieu de ceux qui fonctionnent, ils sont juste pour là montrés jusqu’à ce qu’ils atteignent le Continent des humains. Outre la peur psychologique, ils ne devraient rien avoir d’autre qui les empêche d’attaquer ces humains, avais-je pensé.

« Allez-vous le laisser vous parler ainsi ? » avais-je demandé aux femmes à l’intérieur de la cage.

Elles n’avaient pas répondu.

En baissant les yeux et en tenant les barreaux dans leurs mains, leurs yeux étaient vides, mais après un moment, je vis un léger changement chez certaines d’entre elles. En serrant leurs doigts autour des barres de métal et en serrant les dents, elles semblaient en conflit sur ce qu’il fallait faire. Parmi elles, seules deux ou trois avaient montré ce changement, mais le regard dans leurs yeux manquait encore d’énergie pour accomplir l’acte.

« Même s’ils essaieront de vous attaquer en légitime défense, je les arrêterai. Vous avez ma parole. » leur avais-je dit, en leur donnant une dernière poussée.

À ce moment-là, deux d’entre elles m’avaient regardée avec de grands yeux.

J’avais hoché la tête.

Elles n’avaient rien dit, mais elles donnaient l’impression que leur silence était le calme avant la tempête. Les commentaires de ces bandits ne semblaient même pas s’enregistrer quand elles observaient la tourmente intérieure que toutes ces femmes essayaient de maîtriser.

Le feront-elles ? m’étais-je demandé.

Ensuite, l’une d’elles avait regardé l’un des bandits qui nous regardaient de haut. Il se sentait sauvé ou peut-être sous contrôle maintenant qu’il savait que je n’allais pas le tuer moi-même.

La lueur de l’esclave ne l’affecta pas le moins du monde. Puis une autre esclave leva les yeux et dirigea son regard vers un autre.

Les deux femmes étaient sorties de la cage et s’étaient approchées des bandits. Leurs commentaires à ce stade étaient inutiles à écouter. Tout ce qu’ils savaient faire, c’était se moquer et insulter les femmes qui les abordaient de manière menaçante.

La fourrure levée sur le dos et leur montrant les dents, les Relliars s’arrêtèrent à deux pas d’eux.

« Vous ne ferez rien ! » déclara l’un d’eux avec un air suffisant.

« Ces putains inutiles ne savent rien faire sauf écarter les cuisses ! Même leurs hommes les ont lâchés, non ? » déclara l’un d’eux en donnant un coup de coude à son ami qui riait.

« Ouais ! Ouais ! »

« C-Comment…, » déclara la femme étrange dans un volume faible alors qu’elle tremblait de rage.

« Hein ? As-tu dit quelque chose ? » Demanda l’homme à qui elle jetait un regard noir.

« COMMENT OSEZ-VOUS MENTIONNER MON MARI ! » Cria-t-elle puis le frappa sur la tête avec la barre de métal.

L’homme n’avait même pas eu le temps d’esquiver et avait reçu le coup de grâce. Alors que sa conscience s’effaçait, il tomba devant elle, mais la femme n’avait pas encore fini.

« Vous m’avez violée devant lui ! » Cria-t-elle en le frappant dans son dos. « Vous avez vendu ma fille ! » Cria-t-elle en lui frappant la tête avec la barre « BÂTARD ! ENFOIRÉ ! » Cria-t-elle tout en continuant de le frapper jusqu’à ce que la tête de l’homme soit en bouilli.

Les humains abasourdis regardaient avec horreur le meurtre brutal de leur ami par la femme qu’ils avaient maltraitée pendant tout ce temps.

Le tuer comme ça ne suffisait pas, elle avait continué à écraser et à détruire son corps avec une rage effrénée.

« Qu’est-ce que vous allez faire ? » avais-je demandé en regardant les autres femmes.

Voyant la scène et serrant les barres de métal dans leurs mains, elles poussèrent aussi un rugissement vengeur et sautèrent sur les humains.

« NON ! ARRÊTEZ ! » Crièrent les hommes en essayant de s’enfuir.

« Vous pensez que je vais me laisser tuer par une esclave ? » Cria l’un d’eux alors qu’il tentait de se défendre, mais je l’empêchai de tendre la main vers son arme.

« Je tiens ma parole. Bien que je ne te tue pas, je peux quand même te briser les bras et les jambes pour t’empêcher de riposter contre ces femmes. » Dis-je en lui cassant le bras à deux endroits.

Alors qu’il criait de douleur, je le relâchais pour lui permettre de faire face à la colère des femmes qu’il avait violées et maltraitées comme des animaux piégés.

Leurs cris et leurs supplications remplissaient la pièce. Ceux qui se trouvaient à l’extérieur l’entendaient probablement, mais personne n’allait venir ici pour les aider. Même si quelqu’un l’avait fait, je ne l’aurais pas laissé empêcher ces femmes de se venger. Si elles ne le faisaient pas, elles ne pourraient peut-être pas reprendre une vie normale et finiraient par devenir les marionnettes d’un autre homme.

Si mon mari était ici, il aurait probablement été d’accord avec ma décision s’il n’avait pas tué lui-même toutes ces ordures humaines avant qu’elles n’aient eu l’occasion de révéler ce qu’elles savaient de l’évêque. Là encore, avec sa chance, il l’aurait trouvé s’il l’avait souhaité sans but en moins de temps qu’il ne m’avait pris de les chercher en suivant cette piste de miettes de pain.

Quand j’étais certaine que tous les bandits avaient été tués ou réduits à un état qui les rendait incapables de se venger, j’étais partie de cet endroit.

Dehors, les gardes m’attendaient.

« Que s’est-il passé là-bas ? » Demanda leur commandant.

« Vos présomptions à propos de cet endroit étaient correctes. De nombreux esclaves sont maintenus sous terre. Faites attention à la façon dont vous les approchez, ces femmes ont vécu un véritable enfer. » Dis-je en passant devant eux.

« Nous ferons en sorte qu’elles soient bien traitées. Qu’en est-il des humains ? » Demanda-t-il.

« Faites-en ce que vous voulez. » Répondis-je en déployant mes ailes et en prenant mon envol.

Mon prochain arrêt était l’église au milieu de la forêt de Silvertooh. Les bandits pensaient probablement que cela me prendrait des semaines, voire des mois, pour parcourir tout cet endroit, mais en tant que dragonne, j’avais le ciel comme ami. Ce qui prendrait des jours à une armée, je pourrais le faire en quelques heures.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

    Douce vengeance )

Laisser un commentaire