100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 85

***

Chapitre 85 : La miséricorde de Seryanna

***

Chapitre 85 : La miséricorde de Seryanna

Partie 1

***Point de vue de Seryanna***

Obtenir des preuves à utiliser contre la délégation humaine allait être compliqué, mais comme dans toutes les grandes villes du monde, il y avait toujours des personnes disposant des informations nécessaires qui seraient disposées à parler à un certain prix.

Même si en tant que dragonne, on m’avait souvent dit être un peu étourdie, cela ne voulait pas dire que je ne comprenais pas le fait que ces bâtards avaient déjà quelques jours d’avance. Dans le peu de temps qu’il me restait à passer dans la capitale du royaume de Sarakus, je devais m’assurer d’obtenir toutes les informations nécessaires pour les incriminer avant de lancer une attaque sur leur groupe. En tant que telle, j’avais décidé de poursuivre l’idée selon laquelle non seulement ils avaient les moyens d’enlever la princesse, mais ils avaient également des complices dans la capitale prêts à assumer une mission aussi risquée. Cela en soi insinuait l’existence d’une cachette ou d’une base d’opérations quelconque dans le royaume de Sarakus, ce qui conduirait également à l’existence d’une sorte de documents ou au moins d’une confession verbale. Pour ce dernier, j’avais prévu d’utiliser un simple outil d’enregistrement de la voix, disponible dans presque tous les magasins d’articles magiques d’Albeyater.

Ainsi, la première chose que je voulais faire était d’entrer en contact avec ceux qui disposaient des ressources et des moyens nécessaires pour sortir la princesse de la ville sans se faire remarquer. Cela ne voulait pas dire qu’ils l’avaient fait, mais ils pourraient indiquer une autre piste que je pourrais suivre. S’ils avouaient, cela voudrait simplement dire que j’avais eu de la chance.

Mon premier arrêt était les bidonvilles, le lieu de rassemblement des immoraux, des corrompus et des très pauvres.

Ces survivants faisaient tout pour survivre, et d’un seul regard, je pouvais dire que les conditions de vie ici étaient horribles. Non seulement il y avait des matières fécales sur la route, mais l’odeur était absolument horrible. Pourtant, je n’avais pas bronché et je m’étais également abstenue d’utiliser mes flammes au cas où je déclencherais accidentellement une réaction en chaîne.

« Dame ! Ce n’est pas un endroit pour toi ! » Dit l’un des Relliars en s’approchant de moi.

Il avait une oreille gauche entaillée, son œil gauche était absent et ses crocs inférieurs sortaient de ses lèvres. Il était assez grand pour un Relliars et sa fourrure était brun foncé comme la terre sur laquelle je marchais.

Me tournant vers lui, j’avais dégainé mon épée, Drachenkrieg, et l’avais frappé avec le plat de la lame. Le Relliars fut jeté dans un bâtiment voisin, brisant les murs. Alors que certains des Relliars s’étaient enfuis de peur, je m’étais approché du Relliars gémissant et avais pointé le bout de ma lame vers son cou.

« Où puis-je trouver un salaud d’humain qui pourrait aimer enlever des enfants ? » Demandai-je.

À ma gauche se trouvait une famille de pauvres. La mère tenait son enfant dans ses bras, dos à nous, essayant de le protéger. Pour le moment, je les avais ignorés.

« Ugh… Dame, je ne connais aucun kidnappeur. » Dit-il.

« Je ne te crois pas. Mens encore et tu ne verras plus jamais la lumière du jour. Fais attention à ce que tu me dis. Je suis une chevalière-dragon expérimentée avec l’approbation de Sa Majesté pour éliminer toute racaille que je désire. À moins que tu ne sois un éveillé supérieur ou comme vous dites un éveillé, alors tu n’as aucune chance contre moi. » Je l’avais averti.

L’homme déglutit en regardant le bout de mon épée.

« Je ne sais pas… » Dit-il et je levai un peu ma lame en signe d’attaque « Attends ! Mais je connais un homme… Il est appelé Long John Whisker. Vous le trouverez à la Taverne sans Crâne en bas de la route. Payez-le et il parlera. » Répondit-il.

Je le fixai du regard pendant un autre moment alors que j’essayais de déterminer s’il disait la vérité ou non.

Il m’a envoyée chez un informateur, et je ne pense pas que ce soit le genre à donner sa vie pour sauver un humain, pensais-je et ensuite, j’avais rengainé mon épée.

« Pars d’ici. » Lui dis-je.

« Oui, madame ! » Dit-il en quittant rapidement les lieux.

En regardant à ma gauche, j’avais regardé la famille de Relliars qui tremblait et leur avais dit : « Ne vous inquiétez pas, je ne vous ferai pas de mal, voilà. » J’avais sorti une pièce en or de ma poche « Sortez de cette ville. » Leur avais-je dit.

« Hein ? Ceci… » la mère fut surprise.

« Mew ~ ? » L’enfant était également confus, mais je résistai courageusement à sa fourrure.

J’avais quitté la maison et j’étais allée chercher l’informateur mentionné. Trouver la taverne était facile. Passer devant les deux rigolos à l’air difficile à l’entrée était encore plus facile. Je les avais saisis tous les deux par la tête et les avais frappés l’un contre l’autre. Les deux brutes étaient restées inconscientes, étendues sur le sol sale.

« Je cherche Long John Whiskers ! » Déclarai-je après être entrée dans la taverne.

Dès que j’avais fait cela, le silence était tombé dans tout l’établissement et tous les Relliars qui se trouvaient là me regardaient comme s’ils voulaient m’assassiner.

Ils étaient tous faibles. J’avais relâché mon intention de tuer et les avais immédiatement calmés. Un seul d’entre eux avait essayé de se tenir debout, une grosse brute avec une tasse robuste et une longue épée sur le dos.

« Ce n’est pas un endroit pour les dragons. » Cracha-t-il à côté de moi.

… Je l’avais regardé dans les yeux puis je lui avais frappé le museau.

L’homme avait été renvoyé en volant pour s’écraser sur une table, pour s’écraser contre le mur, le traversant presque.

« Le prochain qui essaie ira voler… littéralement. » Je les fixai alors que je craquais mes mains pour me faire comprendre.

Personne n’avait osé commenter et tous étaient retournés à leurs boissons. S’ils étaient nobles, ils auraient essayé de me mettre à la porte même s’ils étaient beaucoup plus faibles que moi, mais ces personnes qui vivaient dans les bidonvilles tenaient davantage à leur vie qu’à leur fierté.

Je me dirigeai vers le barman.

« Où puis-je trouver Long John Whiskers ? » Lui avais-je demandé.

Il était un grand Relliars avec une fourrure brun clair et une cicatrice sur son museau. Contrairement aux autres, il était le seul à rester calme et à s’occuper de ses affaires, nettoyé des verres.

« Vas-tu payer pour le mur ? » Demanda-t-il sans me regarder en continuant à travailler.

« Combien. » Avais-je demandé.

« Une pièce d’or. » Répondit-il.

« Ici. » Je l’avais placé sur le bar.

Cela avait attiré son attention.

« Hm ? Vous avez réellement la monnaie et la volonté de payer malgré le fait d’être noble ? Intéressant. » Dit-il en ramassant la pièce et en la plaçant dans sa poche de poitrine.

« Oui. Maintenant, où puis-je trouver Long John Whiskers ? J’ai besoin de lui acheter des informations. » lui avais-je dit.

« Vous le regardez. Suivez-moi. Nous allons faire notre commerce ailleurs. » Dit-il avant de claquer des doigts.

À ce moment, un autre Relliars s’approcha de lui. Il était adolescent environ 17 ans.

« Remplace-moi pour quelques minutes. » Ordonna-t-il.

« Oui, maître. » Le garçon acquiesça.

J’avais suivi Long John Whiskers jusqu’au fond et étais entré dans une pièce avec seulement deux chaises et une table. Il y avait un cristal de lumière sur la table au lieu d’une bougie. Après avoir touché le cristal, la pièce s’alluma.

« S’il vous plaît, asseyez-vous. » Dit-il en me proposant une chaise.

Je m’étais assise et j’avais déposé mon porte-monnaie sur la table.

« Que voulez-vous savoir ? » Demanda-t-il en plaçant ses mains devant lui et en me faisant un sourire.

« Je veux savoir si la délégation humaine est derrière les récents enlèvements. » Lui avais-je dit.

Il ferma les yeux et dit « Dix pièces de cuivre. »

J’avais placé une pièce d’argent sur la table.

« Je ne sais pas. C’est l’une des informations que j’essaie également de découvrir. Si vous savez quelque chose, je paierai généreusement. » Il me fit un sourire.

J’avais claqué ma queue en l’air.

« Chaque réponse a un prix, alors demandez donc avec précaution. » Il me fit un sourire.

« Alors, y a-t-il des humains dans cette ville qui pourraient être impliqués dans quelque chose comme ça ? » Demandai-je.

« Cinq pièces d’argent. »

J’avais payé.

« Oui. Je crois qu’il y a trois hommes qui ont suffisamment de mauvaises rumeurs qui circulent pour faire croire qu’ils puissent être des ravisseurs. Ils sont Steve le Mineur, Ronald le charlatan et Silly Vester. » Répondit-il avec un sourire.

« Où puis-je les trouver ? »

« Une pièce d’or. »

J’avais payé.

« Steve le Mineur traîne dans le nord de la ville. Vous le trouverez près du bordel appelé Twin Tails. Il porte une pioche de mine enchantée comme une arme. Ronald le charlatan est un joueur qui semble incapable de réussir un coup, mais il est un petit voleur sournois. Vous le trouverez ici dans les bidonvilles. Sa maison est celle avec la fenêtre cassée au bout de cette route. Quant à Silly Vester, il est un bandit et un violeur selon la rumeur. Il se promène à l’auberge Recall dans le sud de la ville avec sa bande de rigolards inadaptés. » avait-il déclaré.

« Steve le mineur, Ronald le charlatan et Silly Vester. Ce sont des noms étranges. » avais-je dit.

« Leurs vrais sont inconnus, mais on dit que Silly Vester est l’un de ces héros mystérieux. » Il me fit un sourire.

« Cette information est-elle gratuite ? » avais-je demandé.

« Oui. Après tout, si vous finissez par croiser le fer avec lui, ce sera à mon avantage. »

« Je comprends. Merci. » Je hochai la tête.

« Pas besoin de me remercier. C’était une affaire après tout, nya ~. » Dit-il en remuant ses moustaches.

Je me levai de la chaise et pris mon porte-monnaie, laissant le paiement pour l’information sur la table.

Le premier que j’avais visité était Ronald le charlatan, le voleur qui vivait non loin de la Taverne sans Crâne. Avant d’entrer chez lui, j’avais activé l’enregistreur vocal dans ma poche.

La porte était verrouillée, alors je l’avais brisée avec un coup de pied. Le son fort le sortit de ses rêves. Il était actuellement allongé sur la table avec trois bouteilles d’hydromel vides à côté de lui. Cet endroit sentait pire que la cellule d’un condamné.

« Qui es-tu ?! » Demanda-t-il.

« Je suis ton pire cauchemar. » Je lui fis un sourire puis dégainai mon épée.

Voyant cela, il avait fait un bruit aigu et avait essayé de s’enfuir, mais je l’avais arrêté en le saisissant par-derrière et en frappant sa tête au sol.

« Les ravisseurs Relliars. Où sont-ils ? » avais-je demandé.

« Je ne sais pas de quoi tu parles ! » Cria-t-il, et je lui cassai le bras gauche.

« AAA !!! » cria-t-il de douleur.

Les os lui sortaient de la peau et le sang coulait très vite.

« Dis-moi maintenant et je te montrerai de la miséricorde. » Lui avais-je dit.

« Dragon fou ! » Cria-t-il.

« Les ravisseurs. Où sont-ils ? » Demandai-je à nouveau en prenant son autre main.

« Att-attends ! Je-je ne sais pas ! » Répondit-il.

J’avais commencé à le secouer.

***

Partie 2

« Non ! Non ! Je ne sais vraiment pas ! Mon travail consiste uniquement à payer les gardes pour qu’ils détournent le regard ! Je reçois un sac de pièces, je paie les gardes, puis je me mêle de mes affaires ! Je ne sais vraiment rien d’autre ! » Cria-t-il en me regardant avec des yeux tremblants.

« Qu’est-ce qui se passe si tu ne le fais pas ? » lui avais-je demandé.

« Argh… » Il avait tressailli quand il avait senti la douleur de son bras cassé.

Si je ne me dépêchais pas, il allait s’évanouir.

« Dis-moi, » avais-je demandé.

« Un grand gars, un Relliars, vient me battre. Bien sûr, j’ai toujours collaboré…, » répondit-il.

« Bien. Maintenant, va à la rencontre de tes dieux. » Je lui ai dit.

« Qu… » Il n’a pas pu finir ses mots parce que je l’avais attrapé par le cou puis je l’avais cassé comme une brindille.

Son corps sans vie était tombé par terre. Tout comme je le lui avais promis, j’avais fait preuve de miséricorde en le tuant rapidement.

J’avais désactivé l’enregistreur vocal, mais quand j’étais sur le point de quitter son domicile, j’avais remarqué une petite note sur la table. Il y avait une date et une heure écrites dessus.

« C’était il y a deux jours… Si la délégation humaine n’avait pas Shelly avec eux, alors ils l’ont sorti avec eux à ce moment-là. » Dis-je en prenant la note comme preuve.

Le prochain que j’avais visité était Steve le Mineur. J’avais trouvé la maison close en question assez rapidement. Quand j’avais posé la question, tout le monde avait pensé que j’étais intéressée par l’achat d’une prostituée. Je les avais ignorés sur cette partie.

Dès que j’avais commencé à chercher l’humain, j’avais eu la malheureuse chance de tomber sur lui dans une ruelle juste après qu’il en ait fini avec son « affaire », qui consistait à violer une femme Relliars. Elle pleurait et tremblait en se tenant à ses vêtements déchirés.

Steve le Mineur était un homme grand avec un gros ventre. Bien qu’il soit assez gros, il avait montré qu’il avait de bons muscles. Comme l’avait dit Long John Whiskers, l’humain portait une pioche en guise d’arme.

« Qui es-tu ? Deuxième round ? » Demanda-t-il avec un sourire narquois alors qu’il attachait sa ceinture.

La réponse que je lui avais donnée était un peu différente. Je dégainai mon épée et coupai sa main gauche à l’épaule, puis je lui donnai un coup de pied dans la poitrine et le renvoyai dans la rue principale.

Je m’approchai de lui alors qu’il criait de douleur et essayait d’arrêter le saignement. J’avais activé l’enregistreur vocal.

« Qui es-tu ?! Espèce de folle ! » Cria-t-il.

En sortant de la ruelle, j’avais déployé mes ailes et pointé mon épée vers lui.

« Dis-moi où sont les ravisseurs. » Demandai-je.

« Je ne sais pas de quoi tu parles ! ARGH ! Mon bras ! Tu es cinglée ! Tu m’as coupé le bras pour ça ?! Je vais te tuer ! Je vais te tuer ! » Cria-t-il.

« Est-ce vrai ? » Dis-je, puis je lui coupai l’autre bras.

« AAARGH! » Cria-t-il de douleur alors que les spectateurs autour de nous l’observaient avec peur. Comme la maison close était suffisamment proche, certains clients regardaient par la fenêtre, essayant de comprendre en quoi consistait le tumulte.

« Tu ne sais vraiment pas ? » Ai-je demandé.

« NON ! Tu es une putain de salope ! Tu m’as coupé les bras ! » Cria-t-il.

« Je vois. » Je hochai la tête puis je lui coupai les deux jambes d’un seul coup.

Il avait crié encore et encore.

« Je suis surprise que tu penses pouvoir violer cette pauvre femme. Tiens, laisse-moi t’aider en t’envoyant vers tes dieux. » Je lui fis un sourire, puis lui coupai le torse en deux pour répandre ses entrailles sur le sol. « Que ce soit une leçon pour tout homme stupide qui pense pouvoir se permettre de violer des femmes ! » avais-je crié.

Personne n’avait dit un mot.

Je désactivai l’enregistreur vocal et rengainai mon épée, puis je retournai dans l’allée. La femme était toujours là, tremblant de peur et pleurant.

« Il est mort. Vous avez été vengé. Tenez, pour vos vêtements, » dis-je en lui donnant une pièce d’or. « Ne laissez pas ce qui vous est arrivé aujourd’hui vous empêche de trouver le véritable amour. » Je lui avais dit cela et j’étais partie.

Le dernier que j’avais dû visiter était le bandit Silly Vester. Si la rumeur selon laquelle il venait du même monde qu’Alkelios était vraie, alors je devais faire attention à la façon dont je me battais contre lui.

L’Auberge du Rappel n’était pas si difficile à trouver. Demander aux gardes où je pouvais la trouver m’avait immédiatement donné une réponse et également un avertissement concernant les voyous qui traînent à cet endroit. Ils n’avaient pas essayé de m’arrêter parce qu’ils voyaient la haute qualité de mon armure et de mon arme et ne pouvaient penser que de tels objets étaient donnés à quelqu’un qui manquait de pouvoir.

Comme les gardes me l’avaient dit, cet endroit était entouré d’humains et de Relliars qui avaient l’image parfaite des voyous et des bandits. C’était comme s’ils affichaient leur apparence sale et mesquine. Normalement, on essaierait de cacher le fait qu’ils pourraient commettre des actes notoires comme voler et piller.

« Un dragon ? Ici ? » Demanda l’un des humains en plissant les sourcils.

« La dernière fois que j’ai vérifié, j’étais une femme. » avais-je dit, puis je l’avais frappé du revers de la main, l’envoyant voler dans le mur d’un bâtiment voisin.

Je m’étais ensuite tournée vers les autres, qui semblaient un peu confus à propos de ce qui venait de se passer. Je n’avais pas laissé passer cette occasion et je m’étais immédiatement précipitée vers eux en leur donnant un coup de poing dans les tripes et en leur donnant un coup de coude au visage. En un clin d’œil, les sept bandits qui montaient la garde ici avaient été assommés sur le sol.

Ignorant le public qui se tenait à distance de moi, je m’approchai de la porte et l’ouvris d’un coup de pied.

« GUHA ! » Gémit quelqu’un alors qu’il était envoyé avec la porte.

Le silence s’abattit sur l’établissement et je m’avançai à l’intérieur tout en activant l’enregistreur vocal dans ma poche.

« Bonne journée. Je cherche Silly Vester. » Dis-je avec un sourire alors que je dégainais Drachenkrieg et laissais les flammes se promener sur la lame.

« Qui demande ? » Cria quelqu’un.

C’était un humain qui était aussi grand que moi, mais pouvait être confondu avec un Relliar à quel point il était poilu. Pourtant, contrairement à de la fourrure, il était dégoûtant. Je pouvais sentir la puanteur des vêtements non lavés et de l’alcool qui le dominait.

« Une dragonne qui recherche des ravisseurs Relliars. » Dis-je, puis pointai mon épée sur lui. « Où est Silly Vester ? » Demandai-je.

Plusieurs d’entre eux s’étaient regardés quand j’avais prononcé ces mots. Sans doute, ils savaient quelque chose.

« Sortez, maintenant ! » Demanda le grand homme en désignant la sortie.

« Hm ? » Je lui fis un sourire puis le frappai avec le côté plat de mon épée, l’envoyant voler dans un mur proche en le blessant gravement.

Maintenant que j’avais attiré leur attention, ils s’étaient levés et avaient dégainé leurs armes.

« Où est Silly Vester ? Si vous ne répondez pas maintenant, quelqu’un pourrait mourir. »

« Pourquoi devrions-nous vous dire où se trouve le patron ? » Demanda l’un d’eux.

Avec un sourire aux lèvres, je fis tomber sur le sol les flammes de mon épée, qui se dirigeait ensuite vers l’entrée comme si elles étaient vivantes. L’instant suivant, un énorme incendie bloqua la sortie.

« Parce que sinon, je serai obligée de vous réduire tous en cendre jusqu’à ce que quelqu’un parle. » Je déclarai alors que je rétrécissais mes yeux.

Il y a longtemps, j’aurais tenté de conclure un accord avec eux, comme le fait qu’ils cessent les enlèvements, et j’aurais ignoré certains de leurs crimes. À l’époque, je n’avais pas le pouvoir de détruire un groupe de bandits comme les Dagues Jumelles ou les ressources pour le faire s’effondrer de l’intérieur. Tout ce que je pouvais faire était de mordre fort et de fermer les yeux sur eux, surtout si je voulais utiliser leur bague de stockage.

À l’époque, les choses étaient difficiles pour moi, mais maintenant, ce groupe pathétique de Relliars et d’humains ne pouvait rien m’offrir en échange de ma non-ingérence. Au contraire, j’avais plus qu’assez de pouvoir et d’autorité ainsi que des ressources pour les transformer en poussière.

« Madame, nous avons le soutien de nobles assez puissants. Pensez-vous vraiment que vous pouvez vous en tirer ? » Demanda l’un d’eux avec un sourire narquois.

« C’est drôle, mais je pense que ce sont eux qui m’ont envoyé après vous, » avais-je répondu.

C’était un mensonge, mais cela obligerait les survivants à se venger des nobles corrompus.

« Maintenant, où est votre patron ? Je promets de lui montrer sa miséricorde s’il est honnête avec moi. J’ai juste besoin d’un peu d’information, c’est tout. »

« N’ayez pas peur de sa magie ! Attaquez-la ! » Cria quelqu’un.

« Ouais ! Elle n’est pas si forte ! » Commenta une autre.

« Faites-la tomber ! » La foule a commencé à se rassembler.

« Coupez sa queue ! » Cria quelqu’un.

« Faites-lui nous préparer le dîner ! »

Ce dernier semblait avoir des priorités différentes des autres.

« Est-ce vrai ? Alors, venez à moi. » Dis-je avec un sourire.

« YARGH! » Un humain portant une armure en cotte de mailles m’avait attaquée avec son épée courte.

Contrairement à ce groupe, je portais l’armure que mon précieux mari m’avait faite et l’épée qu’il m’avait offerte. Ce n’étaient pas de simples décorations, elles étaient extrêmement puissantes. Un seul coup sans force avec Drachenkrieg suffisait pour couper cet homme, son armure et son épée en deux.

Je m’écartai et sa dépouille tomba sur le sol à côté de moi.

« Suivant. » Ai-je dit.

« ATTRAPEZ-LA ! »Cria quelqu’un dans le dos, et tous attaquèrent.

Je pris une profonde inspiration et lâchai mon souffle de feu sur les deux premiers. Le troisième, je lui avais donné un coup de pied dans les côtes, l’envoyant voler à travers le mur et dans la rue, où il avait laissé sortir son dernier souffle. Un autre avait essayé de me prendre par surprise avec ses dagues, mais je l’avais giflé sur la joue avec ma queue, puis j’avais écrasé ses côtes avec le côté plat de mon épée.

En sautant en arrière, j’avais évité le marteau d’une grosse brute, puis je lui avais donné un coup de poing au visage, l’envoyant voler dans la colonne de soutien du bâtiment.

J’en avais attrapé un autre par la tête et l’envoyai voler à travers le toit, son corps écrasant à travers le plafond puis tombant sur le toit. À l’aide de mes flammes, j’avais mis le feu au dernier étage, obligeant les bandits qui s’y cachent à s’enfuir en hurlant.

Deux autres avaient attrapé ma main gauche, essayant de me retenir, mais je les avais soulevées et les avais écrasées au sol. Les planches de bois s’étaient cassées et étaient tombées dans le sous-sol, alors que j’avais évité la chute en sautant en avant sur un autre d’entre eux.

Je lui avais donné un coup de pied à la mâchoire, je l’avais assommé, puis j’avais saisi le bandit le plus proche et je l’avais envoyé voler vers la sortie arrière. Son corps s’était écrasé contre l’un des bandits.

« Personne ne va nulle part ! » Déclarai-je en atterrissant sur le sol.

« Attendez ! Si nous vous disons qui est Silly Vester, nous épargnerez-vous ? » Demanda quelqu’un alors qu’il tombait à genoux et implorait.

« Oui. » Ai-je répondu.

« Vraiment ?! » Il cligna des yeux surpris.

« Oui, maintenant dis-moi. »

« C’est ce gars-là ! » Désigna-t-il l’homme à l’arrière qui tentait de fuir.

« Traître ! » Cria-t-il en se révélant.

« Bien. Vous pouvez tous y aller maintenant. » Je souris en me dirigeant vers l’humain à l’arrière.

« Merde ! Si on en vient à cela, alors mourez ! Catastrophe de la vache sacrée ! » Cria-t-il en utilisant son étrange compétence.

En face de lui, un grand cercle était apparu et un monstre était sorti de l’intérieur. C’était une panthère avec deux queues de serpent et des yeux rouges comme un démon. Si je ne me trompais pas, cette bête était assez puissante sur le continent humain, mais elle était au mieux moyenne sur le continent dragon.

« Tue-la ! » Ordonna Vester.

***

Partie 3

Le monstre sauta en avant, essayant de viser ma jugulaire, mais c’était trop lent. Je l’avais attrapé par la peau, puis je l’avais envoyé voler vers l’entrée. Le monstre avait claqué à travers le cadre et était tombé plusieurs fois dans la rue.

« Lance Magma. » Jetai-je.

Une lance de roche en fusion s’était formée devant moi puis avait volé à une vitesse fulgurante en direction de la panthère. Elle n’avait même pas eu le temps d’esquiver et, à la suite, l’attaque l’avait brisée. Le monstre était mort sans avoir accompli une seule chose, puis ses restes avaient disparu dans une lumière brillante.

« Et maintenant, » déclarai-je puis je me précipitai vers l’humain, lui coupant le bras gauche au niveau de l’épaule.

« GYAAA! » Cria-t-il de douleur, mais je le giflai au visage pour le faire taire.

« Où avez-vous envoyé les Relliars kidnappés ? Dis-moi ! MAINTENANT ! » avais-je demandé.

« Argh… Monstre fou. » Gémit-il.

J’avais poignardé sa jambe gauche avec mon épée, lui coupant la chair comme du beurre.

« AGH ! » Cria-t-il.

« Si tu ne veux pas que je la coupe, alors commence à parler. » Demandai-je.

« D’ACCORD ! D’ACCORD ! Juste, ne me tuez pas. »

Je n’avais rien promis.

« Une fois que j’ai attrapé un lot de Relliars, je les ai envoyés à la ville de Mashat. Le trafiquant, hum argh… ! Les trafiquants humains ont une base là-bas. » avait-il déclaré.

« Une base ? » Avais-je demandé.

« Oui… Merde, ça fait mal ! C’est juste sous l’église du Panthéon de Zeus, un grand bâtiment qu’on ne peut pas manquer. » avait-il déclaré.

« Bien. Maintenant, dis-moi, as-tu enlevé récemment une jeune fille à la fourrure dorée ? » avais-je demandé.

« Cette gamine ? Oui. Elle est la princesse, non ? Nous l’avons drogué vraiment bien pour qu’elle ne fasse pas de bruit, mais l’acheteur nous a ordonné de ne pas la toucher. »

« Vraiment ? » Je hochai la tête.

« C’est tout ce que je sais, madame. Maintenant, laissez-moi partir… » Supplia-t-il.

« Bien sûr. » Je hochai la tête puis je lui coupai le cou avec ma main.

Son corps sans vie était tombé par terre devant moi et j’avais envoyé mes flammes pour le dévorer jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Donc, c’est sous l’église du Panthéon de Zeus dans la ville de Mashat ? Peut-être que ce n’est qu’un point de chute. C’est trop loin d’un port, mais à en juger par la direction… Est-ce qu’ils expédient les relliars vers les royaumes humains via un bateau dans le port de Donmar ? me demandais-je.

Sortant de l’auberge en feu, je m’avançai dans la rue principale et appelai l’un des gardes qui venaient voir ce qui se passait pour lui.

« Vous-là ! »

« Oui ? Que se passe-t-il ici ?! Qui a fait ça ? » Demanda-t-il, confus.

« Allez dire au roi Kragarr que Seryanna Draketerus se dirige vers la ville de Mashat. » Lui dis-je.

« Pourquoi devrais-je ? » Demanda-t-il, montrant de la méfiance dans ses yeux.

« Parce que je suis une invitée politique très important et qu’il voudra certainement savoir où je suis. Vous pouvez choisir de ne pas le faire, mais je finirai par trouver quelqu’un qui le fera et ils obtiendront toute la gloire. » Répondis-je avec un sourire.

Le Relliars m’avais regardé puis l’auberge brûlante, puis moi.

« D’accord. » Il acquiesça.

« Bien ! » Avais-je répondu avec un sourire.

Cela fait, j’ouvris les ailes et je m’envolais dans le ciel.

Mon prochain arrêt était la ville de Mashat. Je faisais de bons progrès.

***

***Point de vue d’Elleyzabelle***

Tandis que Seryanna poursuivait les humains qui avaient enlevé la princesse Relliars, j’avais rendu visite à la reine Drameer Ruvus, l’épouse de Kragarr Ruvus. Elle nous avait accueillis dans sa chambre, où elle nous avait servi du thé et nous avait offert le plaisir de participer à une conversation informelle avec elle.

Cette femme Relliars était une personne qui avait l’élégance et le goût raffiné de la famille royale dans chacune de ses actions. Ses cheveux étaient d’une belle couleur dorée, tandis que sa fourrure générale tendait davantage vers un orange pâle. C’était un jeu de couleurs intéressant qui s'accordait à ses yeux verts.

La reine Drameer n’avait pas hésité à donner naissance à plus d’un enfant, son corps avait donc pris un peu de poids à la suite de cela. Si je devais la décrire, je dirais qu’elle se situe quelque part entre bouffie et potelée, mais à tous les coups pas mince.

« Êtes-vous inquiète pour la jeune princesse ? » Lui avais-je demandé.

Levant les oreilles, la reine me regarda et répondit : « Quelle mère ne s’inquiéterait pas pour son propre petit quand elle a été kidnappée par ces monstres ! » Sa main trembla et le thé éclaboussa. « Ah ! Pardonnez-moi ! » Dit-elle avant de sortir rapidement une serviette pour l’essuyer.

« Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, Votre Majesté, ma chevalière va sûrement attraper ces démons. Cependant, je ne peux pas promettre qu’ils seront renvoyés pour un procès équitable. » Dis-je en prenant une gorgée de tasse.

Je devrais lui demander de me donner des boîtes de ce thé. Je pense que ma mère l’aimerait aussi, avais-je pensé.

« Comment pouvez-vous en être aussi sûre ? » Demanda la reine.

Sa main s’était arrêtée en train d’essuyer. Ses yeux fixaient le liquide chaud à l’intérieur de sa tasse et son front était plissé.

« Votre Majesté… » Je fermai les yeux et pris une autre gorgée de thé. « Les humains ont un dicton à propos de nous dragons, vous en avez peut-être entendu parler ? » avais-je dit.

« Un dicton ? N’en ont-ils pas beaucoup ? »

« Oui. Mais il y en a un en particulier qui convient à cette situation. » J’ouvris les yeux et baissai les yeux sur le thé dans ma tasse. « Bénis soient les amis des dragons et maudites soient les âmes des imbéciles qui ont choisi d’être leurs ennemis, » avais-je dit.

« Je ne pense pas en avoir entendu parler. » Dit-elle.

« C’est un dicton amusant qu’ils ont tendance à ignorer la plupart du temps, mais cela dit la vérité sur notre espèce. En général, lorsque l’on nous regarde de l’extérieur, nous semblons calmes, recueillis, paisibles, voire mignons, mais c’est seulement parmi nos amis et notre famille. » Je passai mon regard de la tasse de thé dans ma main et jeta un coup d’œil vers la reine « Quand quelqu’un menace notre famille, nos amis, nos proches, nous n’avons pas peur de faire plier le monde devant nous avec crainte et terreur. À l’heure actuelle, ces humains stupides ont osé kidnapper l’amie d’une dragonne qui a embrasé tout un champ de bataille de dragons courageux. » Dis-je en lui montrant un sourire.

« Je ne sais pas quoi dire… Je veux juste retrouver ma précieuse fille. » Dit-elle avec inquiétude.

En regardant par la fenêtre, j’avais aperçu Kataryna en train de créer des lances de glace avec sa magie, puis de les lancer sur quelque chose.

En plissant les yeux vers elle, je demandai : « Que fais-tu ? »

« Hm ~ ? J’utilise Tanarotte comme cible d’entraînement. » Répondit-elle avec un sourire.

« Quoi ? Cela semble dangereux, tu devrais arrêter. » Je lui ai dit.

Elle me regarda avec une expression vide, mais une plus grande lance de glace se forma et fut lancée par la fenêtre.

« GYAAA! DROIT DANS LA FACE ! » Je l’entendis hurler de toutes ses forces ici, faisant même que la reine Drameer tende ses oreilles avec surprise.

Les lèvres de Kataryna se retroussèrent lentement sous la forme d’un sourire sournois.

Cette dragonne a survécu à une telle attaque. Hm, compte tenu de ce qu’elle a déjà vécu et du fait qu’elle a une valeur de puissance assez élevée, Tanarotte pourrait se révéler un atout précieux pour le royaume d’Albeyater. avais-je pensé.

« Très bien ! À partir de maintenant, Tanarotte fait partie de ton ordre des chevaliers. Choisis un nom et nous en discuterons à la maison avec mon père. » Dis-je avec un signe de tête satisfait.

« Quoi ? » Kataryna me regarda avec de grands yeux.

« Tu sembles l’aimer beaucoup, c’est pourquoi je te confie sa formation. » Répondis-je en reprenant mon thé.

« Quoi ? » Son œil gauche se contracta.

« Hm ~ C’est du bon thé. » Dis-je avec un sourire alors que je regardais la reine Drameer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire