100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 85 – Partie 3

***

Chapitre 85 : La miséricorde de Seryanna

Partie 3

Le monstre sauta en avant, essayant de viser ma jugulaire, mais c’était trop lent. Je l’avais attrapé par la peau, puis je l’avais envoyé voler vers l’entrée. Le monstre avait claqué à travers le cadre et était tombé plusieurs fois dans la rue.

« Lance Magma. » Jetai-je.

Une lance de roche en fusion s’était formée devant moi puis avait volé à une vitesse fulgurante en direction de la panthère. Elle n’avait même pas eu le temps d’esquiver et, à la suite, l’attaque l’avait brisée. Le monstre était mort sans avoir accompli une seule chose, puis ses restes avaient disparu dans une lumière brillante.

« Et maintenant, » déclarai-je puis je me précipitai vers l’humain, lui coupant le bras gauche au niveau de l’épaule.

« GYAAA! » Cria-t-il de douleur, mais je le giflai au visage pour le faire taire.

« Où avez-vous envoyé les Relliars kidnappés ? Dis-moi ! MAINTENANT ! » avais-je demandé.

« Argh… Monstre fou. » Gémit-il.

J’avais poignardé sa jambe gauche avec mon épée, lui coupant la chair comme du beurre.

« AGH ! » Cria-t-il.

« Si tu ne veux pas que je la coupe, alors commence à parler. » Demandai-je.

« D’ACCORD ! D’ACCORD ! Juste, ne me tuez pas. »

Je n’avais rien promis.

« Une fois que j’ai attrapé un lot de Relliars, je les ai envoyés à la ville de Mashat. Le trafiquant, hum argh… ! Les trafiquants humains ont une base là-bas. » avait-il déclaré.

« Une base ? » Avais-je demandé.

« Oui… Merde, ça fait mal ! C’est juste sous l’église du Panthéon de Zeus, un grand bâtiment qu’on ne peut pas manquer. » avait-il déclaré.

« Bien. Maintenant, dis-moi, as-tu enlevé récemment une jeune fille à la fourrure dorée ? » avais-je demandé.

« Cette gamine ? Oui. Elle est la princesse, non ? Nous l’avons drogué vraiment bien pour qu’elle ne fasse pas de bruit, mais l’acheteur nous a ordonné de ne pas la toucher. »

« Vraiment ? » Je hochai la tête.

« C’est tout ce que je sais, madame. Maintenant, laissez-moi partir… » Supplia-t-il.

« Bien sûr. » Je hochai la tête puis je lui coupai le cou avec ma main.

Son corps sans vie était tombé par terre devant moi et j’avais envoyé mes flammes pour le dévorer jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Donc, c’est sous l’église du Panthéon de Zeus dans la ville de Mashat ? Peut-être que ce n’est qu’un point de chute. C’est trop loin d’un port, mais à en juger par la direction… Est-ce qu’ils expédient les relliars vers les royaumes humains via un bateau dans le port de Donmar ? me demandais-je.

Sortant de l’auberge en feu, je m’avançai dans la rue principale et appelai l’un des gardes qui venaient voir ce qui se passait pour lui.

« Vous-là ! »

« Oui ? Que se passe-t-il ici ?! Qui a fait ça ? » Demanda-t-il, confus.

« Allez dire au roi Kragarr que Seryanna Draketerus se dirige vers la ville de Mashat. » Lui dis-je.

« Pourquoi devrais-je ? » Demanda-t-il, montrant de la méfiance dans ses yeux.

« Parce que je suis une invitée politique très important et qu’il voudra certainement savoir où je suis. Vous pouvez choisir de ne pas le faire, mais je finirai par trouver quelqu’un qui le fera et ils obtiendront toute la gloire. » Répondis-je avec un sourire.

Le Relliars m’avais regardé puis l’auberge brûlante, puis moi.

« D’accord. » Il acquiesça.

« Bien ! » Avais-je répondu avec un sourire.

Cela fait, j’ouvris les ailes et je m’envolais dans le ciel.

Mon prochain arrêt était la ville de Mashat. Je faisais de bons progrès.

***

***Point de vue d’Elleyzabelle***

Tandis que Seryanna poursuivait les humains qui avaient enlevé la princesse Relliars, j’avais rendu visite à la reine Drameer Ruvus, l’épouse de Kragarr Ruvus. Elle nous avait accueillis dans sa chambre, où elle nous avait servi du thé et nous avait offert le plaisir de participer à une conversation informelle avec elle.

Cette femme Relliars était une personne qui avait l’élégance et le goût raffiné de la famille royale dans chacune de ses actions. Ses cheveux étaient d’une belle couleur dorée, tandis que sa fourrure générale tendait davantage vers un orange pâle. C’était un jeu de couleurs intéressant qui s'accordait à ses yeux verts.

La reine Drameer n’avait pas hésité à donner naissance à plus d’un enfant, son corps avait donc pris un peu de poids à la suite de cela. Si je devais la décrire, je dirais qu’elle se situe quelque part entre bouffie et potelée, mais à tous les coups pas mince.

« Êtes-vous inquiète pour la jeune princesse ? » Lui avais-je demandé.

Levant les oreilles, la reine me regarda et répondit : « Quelle mère ne s’inquiéterait pas pour son propre petit quand elle a été kidnappée par ces monstres ! » Sa main trembla et le thé éclaboussa. « Ah ! Pardonnez-moi ! » Dit-elle avant de sortir rapidement une serviette pour l’essuyer.

« Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, Votre Majesté, ma chevalière va sûrement attraper ces démons. Cependant, je ne peux pas promettre qu’ils seront renvoyés pour un procès équitable. » Dis-je en prenant une gorgée de tasse.

Je devrais lui demander de me donner des boîtes de ce thé. Je pense que ma mère l’aimerait aussi, avais-je pensé.

« Comment pouvez-vous en être aussi sûre ? » Demanda la reine.

Sa main s’était arrêtée en train d’essuyer. Ses yeux fixaient le liquide chaud à l’intérieur de sa tasse et son front était plissé.

« Votre Majesté… » Je fermai les yeux et pris une autre gorgée de thé. « Les humains ont un dicton à propos de nous dragons, vous en avez peut-être entendu parler ? » avais-je dit.

« Un dicton ? N’en ont-ils pas beaucoup ? »

« Oui. Mais il y en a un en particulier qui convient à cette situation. » J’ouvris les yeux et baissai les yeux sur le thé dans ma tasse. « Bénis soient les amis des dragons et maudites soient les âmes des imbéciles qui ont choisi d’être leurs ennemis, » avais-je dit.

« Je ne pense pas en avoir entendu parler. » Dit-elle.

« C’est un dicton amusant qu’ils ont tendance à ignorer la plupart du temps, mais cela dit la vérité sur notre espèce. En général, lorsque l’on nous regarde de l’extérieur, nous semblons calmes, recueillis, paisibles, voire mignons, mais c’est seulement parmi nos amis et notre famille. » Je passai mon regard de la tasse de thé dans ma main et jeta un coup d’œil vers la reine « Quand quelqu’un menace notre famille, nos amis, nos proches, nous n’avons pas peur de faire plier le monde devant nous avec crainte et terreur. À l’heure actuelle, ces humains stupides ont osé kidnapper l’amie d’une dragonne qui a embrasé tout un champ de bataille de dragons courageux. » Dis-je en lui montrant un sourire.

« Je ne sais pas quoi dire… Je veux juste retrouver ma précieuse fille. » Dit-elle avec inquiétude.

En regardant par la fenêtre, j’avais aperçu Kataryna en train de créer des lances de glace avec sa magie, puis de les lancer sur quelque chose.

En plissant les yeux vers elle, je demandai : « Que fais-tu ? »

« Hm ~ ? J’utilise Tanarotte comme cible d’entraînement. » Répondit-elle avec un sourire.

« Quoi ? Cela semble dangereux, tu devrais arrêter. » Je lui ai dit.

Elle me regarda avec une expression vide, mais une plus grande lance de glace se forma et fut lancée par la fenêtre.

« GYAAA! DROIT DANS LA FACE ! » Je l’entendis hurler de toutes ses forces ici, faisant même que la reine Drameer tende ses oreilles avec surprise.

Les lèvres de Kataryna se retroussèrent lentement sous la forme d’un sourire sournois.

Cette dragonne a survécu à une telle attaque. Hm, compte tenu de ce qu’elle a déjà vécu et du fait qu’elle a une valeur de puissance assez élevée, Tanarotte pourrait se révéler un atout précieux pour le royaume d’Albeyater. avais-je pensé.

« Très bien ! À partir de maintenant, Tanarotte fait partie de ton ordre des chevaliers. Choisis un nom et nous en discuterons à la maison avec mon père. » Dis-je avec un signe de tête satisfait.

« Quoi ? » Kataryna me regarda avec de grands yeux.

« Tu sembles l’aimer beaucoup, c’est pourquoi je te confie sa formation. » Répondis-je en reprenant mon thé.

« Quoi ? » Son œil gauche se contracta.

« Hm ~ C’est du bon thé. » Dis-je avec un sourire alors que je regardais la reine Drameer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire