100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 69 – Partie 1

***

Leurs combats

Partie 1

***Point de vue de Kléo***

Lorsque le rugissement d’Alkelios s’était répandu sur tout le champ de bataille, j’avais senti une poussée d’énergie passer à travers moi. La peur et le doute que j’avais à propos de cette bataille à venir avaient complètement disparu. Iolaus m’avait pris la main puis il me fit un sourire rassurant.

Dans cette guerre, nous ne pouvions combattre ensemble que grâce à notre ami Alkelios. Il nous avait réunis quand nous pensions que nous étions des ennemis jurés. Il nous avait aidés à grandir et nous avait montré que même des éléments opposés pouvaient s’aimer.

Une dragonne avec des écailles noires et un dragon avec des écailles blanches avaient survolé le champ de bataille.

Deux amoureux engagés qui souhaitaient se créer un avenir... C’était nous.

Iolaus était mon avant-garde, et je jetais mes sorts de loin, en abattant les dragons qui osaient se mettre en travers de notre chemin. Grâce à l’entraînement de mon grand-père, mon fiancé était maintenant beaucoup plus puissant qu’il ne l’était auparavant. Avec une frappe de son épée, il fendit un dragon en deux, tandis que mes lances d’ombre poignardaient ceux qui essayaient de l’attaquer à ce moment-là.

Quand l’un attaquait, l’autre défendait. Nous nous étions battus avec une parfaite harmonie pour détruire des dragons avec des boucliers de lumière et les percer de lances des ténèbres.

Nos batailles n’étaient pourtant rien comparées à nos amis. Ils régnaient sur le champ de bataille comme des dieux, écrasant tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin. Les cris d’agonie de leurs victimes étaient tout ce qui leur restait alors qu’ils se perdaient dans les échos de leurs épées et de leurs rugissements.

Mais juste au moment où nous pensions gagner, nous avions entendu un cri qui a percé les cieux.

« ALKELIOS !!! »

C’était ce dragon ignoble Draejan qui se précipitait vers nous avec une vague innombrable de dragons. Le sol devint sombre à cause des ombres des dragons volants, tandis que la terre tremblait.

J’avais dégluti quand j’avais vu la quantité de dragons, mais je pouvais toujours voir ceux qui étaient désignés comme commandants.

« Grande sœur..., » dis-je en tournant mon regard vers Seryanna, mais elle venait de terminer son combat contre un dragon avec des écailles brun foncé et deux haches dans les mains.

J’avais levé les yeux vers Kataryna et je la vis se débattre contre deux dragons, l’un à écailles bleues et l’autre blanche. Mon grand-père était avec le roi, faisant face à un dragon à écailles rouges. Une explosion avait attiré mon attention et lorsque je m’étais retournée, j’avais vu les gardes de la reine repousser une attaque sournoise.

Il n’y a nulle part où chercher de l’aide…, pensai-je en regardant devant moi la masse de dragons qui s’approchaient de nous avec le désir de nous tuer tous. Pouvons-nous gagner cela ? pensais-je en sentant mon corps trembler.

Alors que je commençais à paniquer, Iolaus avait volé devant moi et m’avait fait un sourire. Un dragon en forme de bête n’avait pas le meilleur des sourires, mais il avait au moins essayé.

« Je suis là mon amour. Nous allons nous en sortir. » Me dit-il avant de lécher le bout de mon museau.

C’était un petit baiser de dragon.

Je lui avais fait un sourire et avais acquiescé.

« Allons-y ! » Dis-je avec un sourire.

Il n’y avait nulle part où aller et pas de retour en arrière. C’était aussi mon combat même si je me sentais un peu déconnectée de tous les dragons en dessous de moi. J’avais des écailles noires, et ce n’était pas la plus aimée des couleurs de dragons, cependant, la reine ne m’avait montré aucune haine, pas plus que le roi et la plupart des dragons du palais. Ils savaient que j’étais là en tant que garde spéciale et que, parce que Leurs Majestés avaient confiance en moi, les autres aussi avaient confiance en moi.

Peut-être que la haine envers les écailles noires ne disparaîtrait jamais, mais au minimum, je devais stopper la haine contre moi… Je devais leur prouver à tous que j’avais une place à côté de mes amis !

« Tornade de... » Nous avons tous deux commencé en même temps en nous tenant la main.

« ... Lumière. » « ... Ténèbres. » Avons-nous dit en même temps et avons libéré l’énergie magique sous la forme d’un sort.

Nous avions volé vers la vague de dragons en tournant dans les airs. De mon corps, des ombres créées par la magie des ténèbres avaient commencé à s’étendre, se fondant avec la lumière émanant du corps d’Iolaus. Notre énergie magique avait dansé ensemble. La lumière et les ténèbres avaient commencé à se mélanger comme de l’eau et du pétrole, sans perdre leur essence et leur éclat.

Au fur et à mesure que nous nous approchions de nos ennemis, l’énergie magique autour de nous commençait à se propager, prenant la forme d’un vortex avec nous au centre. C’était une tornade de lumière et de ténèbres dont les bords étaient plus tranchants que la lame d’une épée.

« Mourez ! » avait crié un ennemi, mais quand nous les avons écrasés, leur voix avait été réduite au silence.

Les lames de lumière ainsi que celles de ténèbres traversèrent leur armure et leur chair. Leurs corps étaient tombés sur les troupes en dessous de nous, mais nous ne nous étions pas arrêtés. Nous nous étions frayé un chemin à travers leur sang et leur chair en cherchant les commandants qui dirigeaient les dragons.

« Gah! NON ! » Le premier d’entre eux était mort alors qu’il était déchiré par la tornade de lumière et de ténèbres.

Il était incroyablement difficile de se défendre contre cette attaque, car celle-ci était composée de deux éléments opposés. On pouvait se protéger des ténèbres, mais la lumière les couperait.

Une fois que nous avions senti notre magie commencer à s’épuiser, nous nous étions retirés de la masse de dragons et avions arrêté le sort à une distance de sécurité de nos ennemis.

« Ce n’est pas encore fini..., » me déclara Iolaus à travers de grandes respirations.

Il était fatigué et moi aussi, mais j’avais encore assez d’énergie magique pour faire tomber ces imbéciles à genoux !

« Démons de l’autre monde... » J’avais commencé à chanter, en invitant mes familiers qui vivaient dans l’ombre.

***

***Point de vue de Seryanna***

Une fois que je m’étais séparée d’Alkelios, j’avais sauté dans la bataille contre plusieurs dragons volants. Ma force dépassait de loin la leur, et leurs attaques n’égratignaient même pas mon armure.

Plus je me battais, plus je sentais mon sang bouillir et tout mon corps et cela me remplissait d’une énergie brûlante.

Je veux me battre ! avais-je pensé alors que je plongeais vers un dragon en dessous de moi.

Il avait crié et avait lutté, mais alors que nous plongions vers le sol, j’avais mordu ses ailes et les avais déchirées. Mes griffes lui avaient alors coupé le dos et lui avaient transpercé la chair au moment de l’impact. Il était mort et mes mains étaient tachées de sang.

Il y avait plusieurs dragons en forme de demi-bête devant moi, tremblants et me regardant avec des yeux remplis de peur.

J’avais pris une profonde inspiration et je leur lâchai un torrent de flammes. Ils avaient crié de douleur alors qu’ils mouraient l’un après l’autre. Un dragon avait essayé de m’attaquer par-derrière, mais son épée s’était cassée en deux au contact de mon armure. Je l’avais attrapé à deux mains, puis je l’avais déchiré à moitié.

« M-Monstre ! » Cria un dragon alors qu’il tentait de s’éloigner de moi, mais je lui jetai les restes du dragon mort, le faisant s’écrouler.

D’un bond, je l’avais atteint et l’avais écrasé sous mes griffes.

J’avais poussé un rugissement puis j’avais déployé mes ailes pour voler dans le ciel.

Un pic de terre avait volé vers moi, mais il avait rebondi sur mon armure. Quand j’avais tourné la tête pour voir qui avait osé m’attaquer, j’avais vu un dragon en forme de demi-bête brandissant deux haches. Il souriait. Dans l’instant d’après, j’avais vu plusieurs pointes de terre se former à partir du sol. Ils étaient tous dirigés contre moi.

« MEURS ! » Cria-t-il.

Je me laissais tomber au sol et esquivais l’attaque imminente. Un des pics avait frappé un dragon qui essayait de m’attaquer par-derrière. Cela lui traversa la poitrine, laissant un trou là-bas.

Ce n’est pas un pic de terre normale, avais-je pensé.

Mon ennemi était probablement quelqu’un proche de l’éveil supérieur ou était un éveillé supérieur.

J’avais souri.

Quand j’étais au lit avec Alkelios hier soir, il m’avait dit à quoi ressemblaient mes statistiques. Bien que mon niveau ne soit pas si éloigné d’être considéré comme celui d’un éveillé supérieur, mes capacités étaient très probablement à égalité avec un. Même grand-père avait souligné ce petit détail.

Pourtant, je ne peux pas partir du principe que je peux en affronter un…, pensai-je.

C’était un peu difficile de me battre sous ma forme actuelle. Ce n’était pas celle dans laquelle j’étais la plus habituée, alors j’avais fermé les yeux et j’étais revenue à ma forme de demi-bête. Des écailles rouge vif recouvraient mon corps et, même si je conservais encore un aspect draconique, je n’étais plus aussi large qu’avant. Ma taille était maintenant de 3,4 mètres, avec 20 centimètres de moins que mon mari.

Avec Drachenkrieg maintenant dans ma main, j’étais prête à me battre. Cette épée à deux mains était parfaite pour moi. Elle n’était pas aussi longue que celle de Kataryna, mais juste pour que je puisse la manier avec une main et un bouclier si je le souhaitais.

« Tuez-la ! » Ordonna le dragon qui m’attaquait et plus de 50 dragons chargèrent vers moi.

J’avais souri, et le feu s’était propagé sur mon épée, léchant mon armure et couvrant tout mon corps de ses flammes.

« Qu’est-ce que... » Dit un dragon en s’arrêtant avant de m’attaquer.

Son ami n’était pas si intelligent. J’avais esquivé, puis je l’avais coupé en deux avec mon épée. Le feu sur mon corps s’était étendu à lui, mais cette fois, cela l’avait réduit en cendres.

Tout en continuant le mouvement de mon épée, je m’étais retournée et j’avais ensuite profité de cet élan pour décapiter un autre dragon. J’avais écarté mes bras et j’avais saisi un autre par la gorge, l’écrasant et transformant ses cris en gargouillis.

Un pic de terre vint voler vers moi, mais je l’esquivai à la longueur d’un cheveu. Marchant sur le côté, j’avais coupé en deux un autre dragon. Drachenkrieg était une belle épée avec une lame impitoyable. Elle avait coupé avec facilité à travers quelque chose comme si c’était du beurre.

C’est alors que la magie d’Alkelios s’était abattue sur la région et que la lumière avait été volée aux yeux de mon ennemi.

J’avais ri.

« Maintenant..., » déclarai-je en pointant ma main vers mes ennemis et en utilisant la Tornade infernale.

Des flammes montèrent autour de moi, atteignant le ciel, s’enroulant autour de moi comme des démons affamés. Les objectifs fixés, je déclenchai l’attaque contre eux et d’innombrables épées de feu submergèrent mon ennemi. C’était comme une inondation de lames faites de feu. Ils avaient brûlé, été coupés, déchiré et déchiqueté tant leurs armes et armures qu’eux.

« GYAAA! »

« ÇA BRÛLE !!! »

« HNGAAAH! »

Leurs cris, tous variés, avaient pourtant tous chanté la même chanson de douleur et d’horreur.

Je n’avais pas aimé cet enfer que j’avais créé, mais ce n’était pas la fin, car parmi eux se trouvaient ceux qui étaient de l’élément feu et réussissaient à se protéger de mes flammes. Alors j’avais pris Drachenkrieg et l’avais soulevée au niveau de mes yeux. Ma queue se balança derrière moi et mes yeux se fixèrent sur mes cibles. Mes ailes étaient repliées sur mon dos et l’odeur de chair brûlante m’entourait.

« J’arrive..., » murmurai-je alors que je me dirigeais vers ma première victime.

Mon épée le coupa en deux, mais avant que ses restes ne tombent au sol, je sautai vers le suivant et ouvris sa poitrine d’un seul coup. Je m’étais retournée et j’avais tendu la main, en gardant la lame parallèle au sol. Le bord pointu avait rencontré le cou d’un autre dragon, puis sa tête avait été séparée de son corps.

J’avais continué à courir à travers les flammes de ma précédente attaque et à éliminer tous les dragons à écailles rouges qui y avaient survécu. Puis, quand j’avais atteint leur chef, le dragon à la peau brune indemne, j’avais pris Drachenkrieg et l’avais poignardée dans le sol, à quelques mètres de lui.

« Libération ! » avais-je crié en versant de l’énergie magique dans mon épée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. merci beaucoup pour cette excellente première partie^^. j'ai hâte de découvrir la suite, même si il faut patienter pour cela...^^

  2. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire