100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 65 – Partie 2

***

Chapitre 65 : Réunion de guerre

Partie 2

« Kléo, est-ce que quelque chose ne va pas ? » Je lui avais demandé ça, en pensant qu’il n’y a pas si longtemps, je l’avais vu agir en tant que gardienne de ma femme.

« Ça. » Dit-elle.

L’ombre à ses pieds s’était étendue devant elle et avait formé un cercle parfaitement noir. De là, quatre mains noires tirèrent quatre dragons sans ailes qui avaient peur. Ils semblaient avoir été tourmentés par la pure peur par des diables et des monstres.

« Et ils sont ? » demandai-je en montrant les pauvres bâtards.

« Des assassins qui pensaient pouvoir prendre la vie de la reine. » Elle me dit un sourire calme.

Quand ces quatre-là avaient rencontré mon regard, trois d’entre eux s’étaient évanouis et le dernier s’est souillé.

J’avais parfaitement le droit d’être furieux. Bien que ce changement d’expression ait été instantané, avec tout ce qui se passait, personne ne pouvait me blâmer d’être sur les nerfs.

Non seulement ils visent les nobles importants, mais ils ont le courage de s’en prendre à ma FEMME ?! J’avais hurlé dans mon esprit alors que je bombardais ces quatre personnes avec une aura meurtrière.

À ce moment, la porte s’ouvrit à nouveau, mais cette fois, ce n’était pas un messager, c’était Elovius.

« Votre Majesté, je.. Euh… que se passe-t-il ici ? » demanda-t-il quand il vit la scène.

« Assassins. » Kataryna haussa les épaules.

« Ahem.. Oui… ça. » Dis-je en essayant de retrouver mon sang-froid. « Ma femme va-t-elle bien, Kléo ? » demandai-je à la nécromancienne.

« Elle n’a même pas su qu’ils étaient là. Je me suis occupée d’eux au moment où mes Chiens Noirs ont senti leur désir de meurtre. Ensuite, j’ai juste appelé les démons du monde souterrain et les ai lâchés. Je me suis assurée de les laisser intact, mais je ne garantirai pas leur santé mentale. » Elle parla d’un ton calme, tout en me faisant un sourire innocent.

Quand elle atteindra l’éveil supérieur, elle deviendra une dragonne effrayante… alooooors, je vais faire de mon mieux pour être de son bon côté. Pensais-je.

« De rien, Votre Majesté. Je vais laisser à Elovius poser les questions à ces quatre. » Dit-elle avant de regarder le Premier ministre.

« Reste-t-il quelque chose à l’intérieur de ces assassins qui puissent répondre à mes questions ? » Demanda-t-il en désignant les quatre.

« Peut-être ? Je ne sais pas. » Elle haussa les épaules. « Je vais vous donner un bâton des Ténèbres pour les fouiller et voir s’ils bougent. » Elle rigola.

« Bien sûr... » Il cligna des yeux surpris puis me regarda. « Ahem. Votre Majes... » Avant qu’il puisse finir ses mots, les portes s’ouvrirent à nouveau.

Cette fois, c’était Alkelios qui est venu en traînant deux dragons ayant été frappés jusqu’à ce qu’ils soient tous noirs et bleus.

« Laisse-moi deviner... Assassins ? » Demandai-je avec un soupir en secouant la tête.

« Comment le saviez-vous ? » Demanda Alkelios, surpris.

« Parce qu’aujourd’hui d’innombrables assassins ont apparemment choisi de s’en prendre aux nobles importants de ce royaume, des groupes de bandits ont décidé que c’était le jour d’assiéger des villes, et tout cela en même temps. Ce que je veux savoir, c’est pourquoi amenez-vous ces assassins vers moi ? » avais-je demandé en essayant de contrôler mon ton de voix exaspéré.

Je ne voulais même pas penser à ce que tout cela signifiait, mais je n’avais pas ressenti l’urgence de préparer mes troupes pour la guerre.

Ensuite, Sire Brekkar entra également dans la salle, emmenant six assassins ligotés.

« Vous aussi ? » Demanda-t-il en regardant autour de lui.

Ils avaient tous acquiescé.

« Je pense que la raison pour laquelle nous avons amené les assassins est que le Premier ministre sait comment les gérer au mieux. » Sire Seryanna a répondu à ma question avec la politesse d’une chevalière.

« En d’autres termes, ils n’ont aucune idée de la manière de procéder à un interrogatoire approprié, » déclara Sire Brekkar avec un reniflement.

« Toi non plus. » Je plissai les yeux vers le vieux dragon.

« Ahaha! Hey ! La dernière fois était un accident ! Je le jure ! » Se défendit-il.

« Tu as envoyé un dragon voler jusqu’à l’autre côté de la capitale et lui as fait perdre TOUS ses souvenirs parce que tu lui as frappé la tête ! » avais-je rétorqué.

« Comme je l’ai dit, c’était un accident. » Il fit un sourire forcé.

« Oui. Oui. » Je lui ai fait signe puis j’avais regardé Elovius. « Tu as entendu Sire Seryanna. Peux-tu le faire ? » Je lui ai demandé.

« Bien sûr. » Il acquiesça et me fit un gentil sourire.

Je commençais à avoir pitié de ces pauvres bâtards. Peut-être que son aspect effrayant était aussi la raison pour laquelle je préférais Elovius comme prochain roi possible plutôt que Charmeill. Ce garçon était un peu trop mou, mais la dragonne qu’il avait choisie n’était pas si mauvaise. Bien qu’elle ne soit pas non plus ce que j’appellerais une bonne future reine. En tout cas, je pouvais toujours organiser un mariage politique pour lui, afin qu’il ait quelqu’un à ses côtés qui auraient ces compétences. Ou bien, je pourrais demander à Elliessara de donner un cours intensif à la dragonne de son choix.

« Pourquoi avez-vous tous décidé de les capturer ? J’ai entendu l’histoire de Kléo et une partie de l’histoire de Sire Seryanna. Ils l’ont attaquée sur les rives de la rivière. Elle a riposté et a amené l’unique survivant ici, qui est la dragonne attachée là-bas. En allant dans l’ordre, Kataryna, et vous ? » Demandai-je.

« Oh, j’étais sur le point de sortir avec la princesse Elleyzabelle quand j’ai vu ces deux idiots entrer par la fenêtre. Je les ai soudain gelées et ensuite je m’apprêtais à les briser, mais la princesse m’a dit qu’il valait mieux les amener au Premier ministre, qui saura obtenir toutes les informations qu’il souhaiterait. » Dit-elle d’un ton calme.

« D’accord, et vous, Sire Alkelios ? » Avais-je demandé.

« J’étais chez la vicomtesse Reyazes lorsque trois assassins sont venus par la fenêtre et l’ont attaquée. J’ai arrêté leurs attaques et ensuite transformé l’un d’eux en bouillie. J’ai capturé ces deux-là et j’ai volé un peu trop bas et je les ai accidentellement abîmés avec les arbres et les rochers parce qu’ils étaient énervants. » Il me fit un sourire.

« Comment est-ce un accident ? » J’avais plissé les sourcils.

« Parce qu’ils ont frappé les arbres et les rochers sans que j’aie quoi que ce soit à voir avec, non ? » Demanda-t-il en levant un doigt.

« Soupir, inutile de m’en dire plus. Brekkar, et toi ? » Demandai-je en secouant la tête.

« Ils nous ont attaqués, moi et Iolaus, alors que nous nous entraînions, alors j’ai utilisé Iolaus pour les frapper. » Il acquiesça.

« Tu as quoi ? » Je clignai des yeux surpris.

« J’ai attrapé le garçon par les pieds et je l’ai utilisé comme bâton ! » M’avait-il répondu en levant le pouce.

« Hey ! Ne casse pas mon futur mari ! Je suis censée faire ça ! » Se plaignit Kléo, et je laissai échapper un soupir.

Dans tous les cas, ce groupe n’avait eu aucun problème à gérer les assassins, mais les autres...

« Elovius, qui est mort aujourd’hui ? » avais-je demandé.

« Les informations que j’ai reçues jusqu’ici parlent des assassinats suivants : la duchesse Marchialle, le duc Galbarian, la marquise Behavialla, la marquise Véronique, la marquise Massaria, le comte Hoghiannis, la comtesse Merialla, la comtesse Yehevajere, la comtesse Mafvajra, le comte Mafvajra, le comte Mossvajra, la comtesse Yehevajra, le comte Mafvajra, le comédien Mafvajra, la baronne Mejeve et la baronne Helberya. Ce sont des nobles, mais des mercenaires et des artisans ont également été visés. Beaucoup d’autres sont gravement blessés ou ont subi de nombreuses pertes en combattant contre les assaillants, » avait expliqué Elovius.

« Comment est-il possible d’attaquer autant de dragons en même temps ? Ce niveau d’organisation n’est pas normal. » Alkelios avait souligné.

« Ce n’est pas... » Je laissai échapper un soupir. « S’il vous plaît, suivez-moi pour le conseil de guerre. » Dis-je en me levant du trône.

Lorsqu’il avait entendu cela, le premier à réagir avait été Brekkar. Son sourire s’était transformé en une expression sérieuse. La seule raison pour laquelle je les avais invités ici était parce qu’il y avait une chance que nous soyons confrontés à un scénario de guerre.

« Qu’en est-il de Sa Majesté, la reine ? » Demanda Elovius.

« Je l’informerai de tout ce qui s’est passé là-bas par la suite. » Lui dis-je.

« Et les prisonniers ? » Demanda Seryanna en regardant l’assassin tremblant dans l’ombre de Kléo.

« Elovius ? » avais-je demandé en regardant mon fils.

« Si le duc et la duchesse Draketerus ont eu la gentillesse de leur retirer les pilules empoisonnées et les lames cachées, je les ordonnerai de les conduire dans les cachots afin de pouvoir commencer l’interrogatoire dès que possible. » Suggéra-t-il.

« Bien. Fais-le vite. » Dis-je en hochant la tête.

« Comme vous le voulez, Votre Majesté ! » Ils s’inclinèrent devant moi.

Alors qu’ils commençaient à travailler, plusieurs gardes avaient été appelés par Elovius pour emmener les prisonniers dans leur nouveau « domicile » .

Tout cela n’avait pas pris longtemps, juste quelques minutes, après, je m’étais rendu à la salle du conseil de guerre. Je marchais à l’avant tandis que tout le monde suivait derrière moi.

***

***Point de vue de Brekkar***

Pendant des siècles, la salle de conseil de guerre du royaume d’Albeyater n’avait été utilisée que lorsque la guerre était imminente. Tandis que Seryanna, Kléo et Alkelios étaient probablement trop jeunes pour comprendre le sens de ce message, moi qui avais été appelé ici d’innombrables fois dans le passé, en était bien conscient.

De base, toutes les convocations dans la salle de conseil de guerre se terminaient par un ordre de guerre ou un décret de paix écrit. Pour que l’on puisse donner l’une ou l’autre des conditions, quelques conditions devaient être remplies.

Tout d’abord, le roi et le Premier ministre devaient être présents. La reine n’avait pas besoin d’être présente, mais elle donnerait ensuite son approbation finale pour toute décision atteinte. Si elle refusait, elle participerait à la réunion suivante.

Outre les deux, un général devait être présent à cette réunion avec au moins deux autres éveillés supérieurs fidèles à la couronne.

À l’heure actuelle, toutes ces conditions étaient réunies au strict minimum et le roi pouvait donner l’ordre de rassembler les troupes et de mettre en place une stratégie. Après cette première réunion, il nommerait divers autres commandants militaires à différents postes. Il contacterait la guilde des marchands pour discuter des fournitures nécessaires pouvant être achetées et irait même jusqu’à inviter les aventuriers du royaume d’Albeyater à participer à cette bataille pour la défense de leurs terres. Le ministre des Finances, les ministres de la Marine et des Affaires aériennes seraient également convoqués à une réunion.

Cependant, tout cela serait basé sur la discussion initiale qui aurait lieu dans la salle du conseil de guerre. Une deuxième réunion n’aurait lieu que dans le cas absurde où nous avions été repoussés et où il était nécessaire de parler de reddition. Bien sûr, en cas de guerre totale contre plusieurs forces ennemies, cette salle était utilisée presque quotidiennement par Sa Majesté et les généraux qui le suivaient.

En d’autres termes, le fait d’être appelé dans la salle du conseil de guerre signifiait que Sa Majesté le Roi avait suffisamment de raisons de croire que le royaume d’Albeyater risquait d’être envahi par une force militaire.

Quand j’étais entré dans la pièce avec tout le monde, des souvenirs du passé s’étaient réveillés en moi. La table ridiculement énorme au milieu avec une carte sculptée de toutes les informations géographiques du Continent Dragon. Dans le coin extrême gauche se trouvait une grande bibliothèque remplie de cartes correspondant à des zones spécifiques et visant certains objectifs. À l’extrême droite de la pièce se trouvaient deux bibliothèques contenant des manuscrits avec des traités et des décrets donnés par Leurs Majestés depuis leur accession au trône. À ma gauche en entrant dans la pièce se trouvait une autre bibliothèque, mais cette fois-ci, elle était remplie de petites statues en métal censées représenter diverses troupes et bataillons. C’étaient les pièces d’échecs utilisées sur le grand échiquier appelé continent dragon.

Même si ce n’était pas la première fois que je pénétrais dans cette pièce, je restais toujours là, émerveillé par la minutie avec laquelle cette carte avait été conçue. Il est dit qu’il avait fallu 17 mois à l’artiste pour la réaliser. L’artiste avait fait sept copies de cette carte et en avait donné une à chacune des dragonnes les plus influentes de l’époque, dont la reine Elliessara.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Attaques simultanées ? Téléportation des assassins de la part d'un certain humain ?

  2. Merci pour le chapitre.

  3. merci pour cette deuxième partie^^.

Laisser un commentaire