100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 58 – Partie 2

***

Chapitre 58 : Fuite de Draejan

Partie 2

Kataryna essayait TRÈS DUR de ne pas rire maintenant. Quant à Elleyzabelle, elle était restée silencieuse tout ce temps.

Je laissai échapper un soupir et réfléchis sérieusement à la question de savoir si les dragons de ce royaume étaient impuissants face à leurs épouses ou s’il s’agissait d’une règle générale. Cela aurait aussi pu être quelque chose d’autre : les vieux dragons comprenant les besoins de la jeune génération, ils les laissaient simplement faire. Bien que Feryumstark soit le ROI ! Pourquoi fuyait-il ?! Comment un vieux dragon royal de plus pourrait-il prendre part à cette blague enfantine ?!

Eh bien, cela m’a fait comprendre qu’il soit un roi compréhensible, mais était-ce nécessaire… ? Étions-nous si proches de lui pour répondre et participer à ce genre de blagues ?

Ces blagues étaient-elles normales ?

Mon esprit tournait autour de ces questions jusqu’à ce que je renonce enfin, laissant ainsi la fumée s’échapper de mes oreilles et mon cerveau se refroidir. Ce n’était pas comme si j’étais opposé à ce que Seryanna soit si affirmée, mais compte tenu de tout ce qui s’était passé et de toute l’affaire Draejan, j’avais eu l’impression que c’était un peu précipité.

Il était également possible que ce soit simplement leur nature de dragon ?

Pour le dire franchement, je ne comprends rien du tout… Je m’étais plaint dans mon esprit alors que j’essayais de ne pas regarder les dragons qui passaient à côté de moi.

Je n’étais pas mécontent de cela, mais être porté comme une sorte de prix gagné dans un concours était un peu gênant… j’étais encore dans ma forme hybride, donc la différence de taille était notable…

***

***Point de vue de Draejan***

« Argh… Q-qu’est-ce qui est arrivé ? » J’avais gémi en essayant de me lever, mais une douleur terrible avait traversé tout mon corps. « ARGH ! » Avais-je crié.

Mes muscles me donnaient l’impression d’être déchiré de partout, mais je ne me souvenais pas avoir subi tant de dégâts. Dans le duel, oui… le duel… tout ce dont je me souvenais, c’était son sourire narquois à la fin… quand il m’avait frappé.

Après cela… que s’est-il passé ? Ai-je… ai-je perdu ? MOI ? Contre un sale humain ? Cette seule pensée m’avait rendu furieux.

J’avais serré les poings malgré ma douleur et jeté un regard noir au plafond. Je ne pouvais pas l’accepter… je ne voulais pas.

MOI ?! Un noble dragon avec du sang royal ?! Moi ?! Qui était sur le point de mettre tout ce royaume à genoux et de relancer la guerre entre dragons et humains ?! Non ! CE N’EST PAS POSSIBLE ! Ce n’est pas POSSIBLE ! avais-je crié intérieurement.

Je ne pouvais pas laisser entendre mes paroles, car je ne savais pas qui pouvait m’entendre. Ce réflexe avait été formé au fil des décennies et cela marchait lorsque j’avais été vraiment contrarié.

« Maître, calmez-vous, vous êtes blessé, » déclara l’esclave.

En le regardant, j’avais sorti mes crocs et demandai. « Qu’est-ce que le roi a déclaré ? »

« C’est… que vous avez perdu, » répondit-il.

« Tch ! » J’avais claqué la langue et me penchai sur mon lit.

« Le guérisseur a dit que vous deviez boire des potions de guérison et faire appel à une personne ayant la capacité de lancer de la magie de guérison, » déclara-t-il en plaçant une potion sur la table de nuit à côté de moi.

« Mes blessures sont-elles si graves ? » avais-je demandé avec un faible grognement.

« De l’extérieur… ça ne semble pas être le cas, mais vous devriez sentir que ce n’est pas le cas. Les attaques d’Alkelios ont envoyé des ondes de force pure dans votre corps, l’endommageant à tous les niveaux… c’est un miracle que vous ne soyez pas mort, » avait-il expliqué.

« Mort ? Il essayait de me tuer ? MOI ?! » demandai-je alors qu’un sourire se formait sur mes lèvres.

Je savais que je ressemblais à un fou, mais penser à quelqu’un comme lui tentant de me tuer était désagréable.

« Non… juste vous faire du mal de manière à ce que vous ayez besoin de quelques semaines pour guérir, » dit-il.

« Ridicule ! » avais-je grogné.

« Pourtant, c’est bien le cas. » Il haussa les épaules et se dirigea jusqu’au bout de mon lit.

En retirant sa capuche, j’avais vu le même visage avec des écailles qu’il avait montré au roi quand on lui avait ordonné de se montrer. Même moi, je l’aurais confondu avec un dragon de sang pur si je ne savais pas que ce n’était pas le cas.

« Vous savez, j’ai été surpris qu’Alkelios m’ait appelé… d’une manière ou d’une autre, il savait qui j’étais… il est devenu plus intelligent, et plus fort aussi..., » dit-il en regardant et serrant la main droite.

Les humains avaient tendance à faire des gestes plutôt étranges.

Le sort qu’il avait utilisé avait été désactivé et j’avais pu voir sa véritable apparence. Il avait une barbe noire touffue, des yeux marron foncé, et une coupe de cheveux en désordre. Dans les territoires humains, il aurait été confondu avec un clochard, pourtant cet homme était quelqu’un ayant dépassé le niveau 500, comme il le prétendait.

Son plan pour monter de niveau de puissance semblait avoir fonctionné à merveille jusqu’à présent, mais il n’était pas aussi puissant qu’un dragon doté d’un niveau de puissance équivalent. Cependant, si je le lançais dans un combat, sa capacité à téléporter des troupes où il le voulait en ferait un atout précieux et dangereux.

« Ou peut-être que c’est parce que tu as gardé les mêmes vêtements lors de la première rencontre ? » proposai-je.

Il leva les yeux vers moi et secoua la tête.

« J’en doute, » répondit-il.

Quel idiot… ! pensai-je. Puis, je me penchai en fermant les yeux.

Quelques heures plus tard, je m’étais réveillé et j’avais vu trois potions de guérison. Il n’était pas nécessaire qu’un guérisseur me lance sa magie. En tant que soldat et chevalier, j’avais appris quelques sorts de base sur le terrain et je les avais donc moi-même appliqués.

Deux heures plus tard, je pouvais bouger et me lever, mais à peine… tout mon corps me faisait mal et je sentais qu’à l’intérieur il était sur le point d’éclater.

Je ne peux pas rester ici… je dois profiter du fait qu’ils aient baissé la garde et me préparer pour la prochaine étape de mon plan. Il est hors de question que j’admette une défaite pareille… pas après avoir fait tant de sacrifices… pas après tous les projets que j’ai mis en marche… Pensais-je tout en serrant les dents, je me levai de mon lit.

La douleur était horrible et je pouvais à peine rester debout, mais je n’allais pas me permettre de succomber à la douleur.

« Kronius ! Viens ici ! » avais-je crié.

L’humain s’était téléporté devant moi et avait retiré sa cagoule.

« Oui, maître ? » Demanda-t-il.

« Apporte-moi mes bagues et utilise ta capacité pour voler autant d’armes et d’armures que tu le peux de l’armurerie. Reviens ici une fois que tu auras terminé, » lui avais-je ordonné.

« Comme vous le voulez, » répondit-il en s’inclinant.

Après sa téléportation, j’avais claqué la langue avant de me rendre à ma commode. De l’intérieur, j’avais récupéré un ensemble de vêtements discrets et les avais mis.

Ceux-là devraient le faire…, avais-je pensé en me regardant dans le miroir.

Je ressemblais à un noble d’un rang inférieur. La capuche devait m’aider à cacher mes cornes et mon visage, alors que le manteau était nécessaire pour garder ma queue cachée. Il n’y avait aucune raison de cacher mes écailles blanches, mais les écailles dorées sur mon visage et ma queue étaient un signe de la royauté, ou tout au moins un proche de famille royale par le sang.

En regardant autour de moi, je laissai échapper un soupir. Cela allait être la dernière fois que j’avais vu cet endroit. Ma résidence à Drakaria allait être la première à être fouillée après mon départ. Ainsi, j’étais prêt à disparaître sans laisser aucune trace derrière moi. Cela signifiait pas de vêtements, pas de documents, pas d’objets, rien pour suggérer même de loin que cet endroit était autrefois utilisé par moi.

Avec la douleur pulsant dans mon corps, j’étais allé jusqu’à la pièce que j’utilisais comme bureau. J’avais ouvert la porte et regardai longuement. Il y avait beaucoup de choses ici qui devaient disparaître : documents, livres, lettres avec des ordres secrets, des messages, toutes sortes de choses.

Une fois que j’aurais fini de rassembler tout cela, je devrais passer à la collecte des objets de valeur et des outils de cette maison. Puis je finirais en récupérant mes vêtements, mes armures et mes armes. Je devrais aussi m’assurer de vider les caves et le grenier…, pensais-je.

Ainsi, j’avais commencé à vider ma maison de tout ce que je considérais comme important. Les seules choses que j’avais laissées derrière moi étaient les meubles intouchés. Je n’avais des compartiments secrets installés que dans mon bureau et deux de mes chaises, que je prenais avec moi. Le coffre-fort dans le mur derrière la carte du duc de Doesya avait également été pris.

Kronius était revenu peu de temps après que j’eus fini. Il avait plus d’objets à stocker que moi.

« Cela a été fait, » rapporta l’esclave.

« Bien. Maintenant, téléporte-nous dans la tente du quartier général de l’armée de Brekkar à l’extérieur de Drakaria, » lui avais-je ordonné.

« Comme vous le voulez. » Il s’inclina puis ouvrit un portail à sa gauche.

Sa compétence, le Flash Pika Boo, était extrêmement utile aux mains d’un commandant capable. L’acquérir comme esclave n’était qu’un coup de chance. S’il avait été découvert par les humains avant moi, il aurait été un ennemi gênant à gérer.

En franchissant le portail, je m’étais retrouvé à l’intérieur de ma tente. Tout était là où je les avais laissés, y compris la carte de stratégie fictive, ce qui donnerait l’impression à un espion, que je pensais davantage à la défense et à la gestion des approvisionnements dans le royaume que le fait d’ajouter de l’huile dans la guerre entre les humains et Albeyater.

« Appelle Goryan, Talladov, Servorth, Colar, Jormungar, Kossan, Taranvik, Oldessa, et Patrianus pour qu’il vienne me voir. Peu importe ce qu’ils font ou ce qu’ils prévoyaient de faire. S’ils osent refuser mon appel, dis-leur qu’ils ne sont plus nécessaires, » lui avais-je ordonné.

« Comme vous le souhaitez, maître, » répondit Kronius en sortant en courant de la tente.

Il y avait une grande différence entre dire à un esclave de faire quelque chose et lui ordonner. Dans le cas de ce dernier, il n’avait pas d’autre choix que d’obéir à mes ordres, tandis que dans le cas du premier, il lui revenait de décider s’il décidait de le faire ou non. Le fait d’autoriser un humain comme lui à avoir un libre arbitre était absolument ridicule, ainsi, je lui avais TOUJOURS ordonné quoi faire.

En regardant la carte sur la table, j’avais poussé un soupir.

« Dire que cet humain maudit m’a poussé à commencer… éveillé ou non, je vais m’assurer de le tuer, » avais-je dit et déplacé la pièce maîtresse de Drakaria jusqu’à la plaine de l’est, à la frontière avec l’empire Embryger. « Tant que le roi ne vient pas ici, le plan est sans danger… mais..., » j’avais souri. « Avec la reine souffrant de ce terrible poison, je me demande s’il osera la quitter. »

Le plan que j’avais élaboré alors que j’étais un jeune garçon ne se concrétisait qu’à présent, après tant d’années écoulées depuis cette… réunion fatidique. Mon seul souci était de savoir si j’essayais de cueillir ce fruit avant qu’il ne soit mûr ou après qu’il ait déjà mal tourné. Quoi qu’il en soit, après avoir perdu contre Alkelios, je ne pouvais plus me montrer à nouveau devant la cour. Par conséquent, même si j’en avais encore l’occasion, je devais prendre la décision et mettre mon plan à exécution.

D’ici quelques mois, la reine ne sera plus, le roi mourra de chagrin, le pouvoir économique et militaire de ce royaume s’effondrera, et tout ce qui me restera à faire sera d’envahir, et mettre en place un nouveau règne… ou plutôt, mettre une digne marionnette sur le trône pendant que je déplace les choses de l’ombre. L’idée de la paix entre les humains et les dragons mourra avec mes stupides grands-parents ! Et à leurs côtés, tous ceux ayant osé les soutenir ! avais-je pensé et ensuite repris la pièce du roi. « L’histoire se souviendra de vous et vos alliés comme d’un imbécile et de moi comme du héros ayant équilibrés les valeurs des dragons ET du genre humain, » déclarai-je en serrant la pièce dans ma main jusqu’à ce qu’elle craque et tombe en poussière.

Quant à Alkelios Yatagai, jusqu’à ce que j’atteigne l’éveil supérieur ou trouve un moyen de l’affaiblir, toutes les batailles entre nous finiraient par ma défaite. Il avait bien précisé tout cela hier, et je n’étais pas un idiot inexpérimenté pour nier ce fait.

Afin de gagner cette guerre, ma stratégie devait être parfaite, mes objectifs clairement définis et mes alliés présents à côté de moi. Mais plus important encore, je devais trouver un moyen de neutraliser, affaiblir ou invalider la force des éveillés supérieurs de l’ennemi. Je devais trouver un moyen de garder la plupart de leurs éveillés supérieurs loin de mon champ de bataille…

Je suppose que… je devrais demander l’aide des humains… encore, avais-je réfléchi. Puis j’avais regardé vers l’entrée de ma tente.

Les dragons que j’avais appelés s’étaient présentés l’un après l’autre. Avec une expression grave sur leurs visages, ces dragons loyaux prêts au combat n’obéissaient qu’à MES ordres et à travers eux, une grande partie de cette armée.

« Ce soir, nous partons de Drakaria, » déclarai-je. Et avec cela, je commençai à leur donner des ordres spécifiques sur ce qu’il fallait faire, et comment agir à partir de maintenant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. merci pour cette partie^^.
    et bien, il semblerait qu'il ne retienne pas la leçon visiblement... j’espère qu'il souffrira bien plus la prochaine foi.
    hâte de lire la suite^^.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre !

  4. Pff... L'est pas mort lui ? Dommage ! Merci pour le chap ^^

  5. Ayo, oups! Boom l'armé 😇

Laisser un commentaire