100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 2 – Chapitre 26 – Partie 2

***

Chapitre 26 : Pertiko et les paladins

Partie 2

« Peut-être que nous devrions faire un détour ? » Demanda tout à coup Kléo.

En y repensant, j’avais vu qu’elle était inquiète à l’idée de rencontrer ces paladins. Comme elle était une nécromancienne, il était fort probable qu’ils la voyaient comme ses ennemis.

Seryanna la regarda pendant un moment, puis elle laissa échapper un soupir. « Bien sûr… nous ferons un détour. »

« Merci..., » répondit la dragonne aux écailles noires.

Kataryna n’avait rien dit, et je n’avais pas eu l’impression que j’avais le droit de donner mon opinion. Pour ma part, je voulais voir ces soi-disant paladins, mais pas si cela signifiait de jeter Kléo sur leurs épées, sans blague perverties.

« Qui va-là ? » Quelqu’un nous avait crié dessus.

S’il vous plaît, dites-moi que ce n’est pas cette situation clichée où nous rencontrons celui nous amenant dans le village… Pensais-je en regardant à nouveau le gars.

C’était un dragon aux écailles blanches scintillantes, vêtu d’une lourde armure. C’était une armure de plaques épaisses, gravées de runes étranges, le protégeaient des attaques. Il était un char vivant avec une queue et une paire d’ailes. Un bouclier dans la main gauche et une épée dégainée dans sa main droite lui donnaient un air intimidant, mais contrairement à ce que je voyais souvent dans les jeux, ce type portait un casque.

Moi et ma chance maudite…, grognai-je intérieurement.

Amener les filles et moi-même dans des problèmes n’était pas mon idée de chance.

« Seryanna Draketerus, chevalière de la troisième princesse du Royaume dragon d’Albeyater, Elleyzabelle Sojourn Seyendraugher ! » s’était-elle identifiée.

« Qu’en est-il du reste ? » demanda-t-il en pointant son épée vers nous.

« Je n’ai pas envie de te donner mon nom, mais je vous avertis. Je ne suis pas quelqu’un qu’il faut énerver ! » l’avertit Kataryna avec un sourire effrayant.

« Je suis… euh… Je suis quoi exactement ? » demandai-je en inclinant la tête ;

Seryanna soupira et secoua la tête.

« Ils sont avec moi. Aucun d’eux ne présente de danger pour vous ou ce village. Nous avons entendu votre situation et comprenons. Nous allons contourner le village et reprendre notre route ! » avait-elle déclaré.

« Si vous êtes une chevalière, nous ne vous obligerons nullement à faire le tour du village ! Je me propose même pour vous guider jusqu’à l’autre côté de celui-ci ! » déclara le paladin en rengainant son épée.

Nous nous étions regardés un instant, mais en voyant qu’il proposait cela ainsi, cela serait devenu suspect ou impoli que nous refusions son offre. Kléo nous avait fait un petit signe de tête, et nous étions passés devant les gardes.

« Qu’est-ce qui vous amène dans une telle région éloignée, Sire Seryanna ? » demanda le paladin.

Elle n’avait pas répondu, et elle lui avait seulement lancé un long regard presque comme si elle voulait l’écraser sous son pied.

« Ah ! Excusez-moi ! Je m’appelle Blake Merchant. Je suis un paladin depuis six ans maintenant. C’est un plaisir de vous rencontrer ! » déclara-t-il en s’arrêtant et en s’inclinant comme un vrai gentleman.

Alors seulement, Seryanna détourna son regard.

« Je reviens tout simplement de chez mon grand-père. La dernière fois que je suis passée par ce village, il ne semblait pas être menacé. Quand est-ce que les zombies ont commencé à attaquer ? » demanda-t-elle froidement.

Elle est une vraie reine de glace… Content de pouvoir la réchauffer ! avais-je souri intérieurement, avec mes mains sur ses hanches.

« Il y a environ deux semaines. Le donjon situé au nord a commencé à devenir étrange, et une vague massive de zombies a surgi. Ils ont facilement été repoussés, mais ils ont continué à venir. De temps en temps, un dullahan ou un groupe de guerriers-squelettes essayent d’attaquer le village, mais nous avons réussi à les repousser, » expliqua Blake en nous guidant à travers le village.

À première vue, je pensais que nous traversions un village fantôme, mais y regardant de plus près, je remarquai les yeux effrayés des villageois qui nous regardaient derrière leurs fenêtres. Personne n’était dehors, sauf ceux assez courageux ou les paladins. Il y en avait beaucoup, et pas seulement un ou deux. Jusqu’à présent, j’en avais compté six et environ huit gardes villageois.

« Quand avez-vous commencé à soupçonner que cela pourrait être l’œuvre d’un nécromancien ? » demanda Seryanna.

En parlant de ça, Kléo se cachait le visage et s’accrochait fermement au dos de Kataryna. C’était clairement un signe qu’elle n’aimait pas la présence de ces individus en armure.

« Il y a quatre jours, certains des villageois disparus sont revenus en tant que zombies mangeurs de chair, » avait-il répondu.

« Y a-t-il une différence ? » demandai-je avec curiosité.

« De ceux engendrés par un donjon ? Certainement ! Ceux étant engendrés par le donjon ne peuvent pas quitter leur territoire et sont plus faciles à tuer. Les cadavres réanimés, d’autre part, doivent être découpés en morceaux et ensuite brûlés pour s’assurer qu’ils ne reviennent pas. Bien sûr, nous les paladins, sommes capable d’utiliser le sort Repousser les morts-vivants, Sainte lumière, et Libérer les âmes ! Avec ces sorts, aucun nécromancien ne peut nous barrer la route ! » déclara fièrement Blake.

« Pourtant, si votre niveau de puissance est inférieur à celui du nécromancien, vous échouerez et ne ferez que blesser leurs créations, » grogna Kataryna.

« Finalement, les couper en morceau est la meilleure option, hein ? » demandai-je en plissant les sourcils.

« Ahem! Oui, pour les non-paladins, c’est ainsi. » Il avait refusé d’admettre sa défaite.

« Ainsi, le feu que nous voyons là-bas ? » demanda Seryanna en montrant du doigt le pilier de fumée à notre droite.

« Des cadavres brûlants, rien de plus, » répondit Blake en secouant la tête.

Nous avions continué à marcher sur la route principale à travers ce village, tout en observant avec curiosité les villageois et les paladins patrouillant dans la région. Je commençais à deviner qu’ils se préparaient à quelque chose de plus grand, surtout avec leur nombre et leur rigueur.

Pendant tout ce temps, Kléo n’avait pas prononcé un seul mot et avait continué de se cacher entre les ailes de Kataryna. Peut-être qu’elle pourrait aussi cacher son énergie de nécromancienne derrière celle de Kataryna. Jusqu’à présent, le Paladin à côté de nous ne semblait pas l’avoir remarquée, mais s’il le faisait, je me demandais ce qu’ils allaient faire.

Par l’ordre des choses sur l’échelle de la stupidité, ils verront Seryanna comme une non éveillée et la dépouilleront de son autorité. Kataryna va probablement défendre Kléo, et je ne vais certainement pas en rester là à les regarder se faire attaquer par ces dragons. Dans le pire des cas, j’invoquerais Grag’jaggar pour nous sortir de là, et Jophiel pour nous frayer un chemin. Ou mieux encore, je vais tester l’effet de Tzuika et Style du super Chihuahua. D’une certaine manière, la seconde ressemble plus à un effet secondaire de la première. Pensais-je en regardant les paladins.

Quand nous étions arrivés au centre du village, nous avions vu les signes d’une bataille récente. Il y avait du sang sur le sol, une épée brisée à côté d’un puits, maintenant bouché par de la terre, et beaucoup de marques sur les bâtiments proches. En dehors de cela, le village ne semblait pas avoir subi de dégâts majeurs, ce qui signifiait que les assaillants avaient probablement été attirés ici, où il y avait de la place pour se battre.

En regardant autour de moi, j’avais repéré un groupe de quatre paladins se dirigeant vers nous. L’un d’eux avait une armure plus belle, avec des choses plus brillantes, donc je devinais qu’il était le meilleur chien/dragon par ici. Soit ça ou une roche zélée.

« Paladin Blake ! Qui sont ces gens ? Pourquoi les avez-vous laissé entrer ? » demanda l’homme avec l’armure brillante.

« Grand paladin Baltros ! Elle est Sire Seryanna Draketerus, et ce sont ses compagnons. Je les ai laissés entrer parce que je pensais qu’il serait impoli de ma part de leur dire de faire le tour du village, » avait-il rapporté après avoir fait un salut.

« Je comprends. Alors, Sire Seryanna, qu’est-ce qui vous amène vous et vos compagnons, dans cette région du pays ? » Demanda Baltros en jetant un long regard sur chacun de nous.

« Affaire personnelle, Grand paladin Baltros, » répondit-elle froidement.

Il la regarda dans les yeux puis il regarda vers moi. J’avais dégluti et me cachais derrière elle.

« Peu importe, s’il vous plaît sortez du village en parfait état. Comme vous pouvez le voir, nous avons les mains un peu prises en ce moment avec notre problème de zombies, » il étendit les bras pour faire référence à tout le village.

« Je vois. Alors, nous allons partir, » avait répondu Seryanna.

« Compris ! » Il hocha la tête.

C’est alors qu’un des paladins derrière Baltros s’avança.

« Attendez ! » cria-t-il.

Seryanna plissa les sourcils vers lui.

« Paladin Iolaus, quelle est la signification de tout ça ? » demanda Baltros, lançant un regard noir à son subordonné.

« Grand paladin Baltros, si elle est Sire Seryanna, alors celle derrière elle avec les écailles noires n’est autre que Thraherkleyoseya Draketerus, » déclara-t-il.

WOW ! Non seulement s’est-il souvenu de son nom complet, mais sait aussi comment le prononcer ?! C’était ma première pensée avant que le reste de mon cerveau ne réagisse et comprenne les problèmes dans lesquels il venait de nous mettre.

« Et ? » demanda Baltros.

« Thraherkleyoseya Draketerus est une dragonne aux écailles noires et une nécromancienne. Elle est peut-être celle ayant invoqué les zombies ! » déclara-t-il.

« Comment oses-tu m’accuser, tu m’as trompé ! » Cria Kléo.

« Trompé ? » avais-je demandé en étant confus.

Seryanna soupira et se frotta le front avec deux doigts.

« Je ne t’ai pas trompé ! Si j’avais su ce que tu étais à l’époque, je n’aurais jamais dit ces mots ! » cria-t-il.

« Sire Seryanna, est-ce que ce que mon subordonné a dit est vrai ? » demanda Baltros en posant sa main sur la poignée de son épée.

« À propos du fait qu’il l’ait trompé ? » demanda-t-elle un peu confuse.

« L’autre chose... »

« Même si c’était le cas, vous n’avez pas le pouvoir d’abattre ma sœur. Si vous l’osez, vous devrez passer par moi d’abord, » elle lui lança un regard glacial et posa sa main sur la poignée de son épée.

« J’ai peur de devoir le faire ! J’ai été chargé par le roi lui-même d’éliminer tous les nécromanciens traversant ce village avec les soupçons d’être la cause de la peste frappant ce pauvre village ! Si je laisse faire… cette chose, je ferais aussi bien de laisser ces pauvres gens à leurs croyances ! » Baltros déclara en dégainant son épée.

« Euh, on ne peut pas juste en discuter ? » demandai-je en espérant les calmer un peu.

« Tous ceux qui sont avec un nécromancien sont les ennemis du temple de la lumière et en tant que tels, les ennemis de ce royaume aussi ! » déclara Baltros rapidement.

Blake s’éloigna de nous et dégaina son épée, pendant que le reste de leurs camarades suivaient leur mouvement.

« Il n’écoute pas, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Nope ! » déclara Kataryna en riant.

« Question, Paladin Baltros ! » avais-je crié.

« C’est Grand paladin Baltros pour vous ! » m’avait-il corrigé.

« Alors, Grand paladin Baltros. Est-ce que l’un d’entre vous a dépassé le niveau de puissance 500 ou est passé par un éveil supérieur ? » lui avais-je demandé en souriant.

Le dragon plissa les yeux et me regarda. Pour être clair, ils étaient tous sous forme hybrides, ce qui signifiait un visage humain des yeux de dragons et quelques écailles, une longue queue, avec ou sans ailes en fonction de l’individu.

« Que voulez-vous dire par là ? Et si nous ne le sommes pas ? » demanda-t-il.

« Alors, vous ne pouvez pas ne serait-ce que vaincre l’un de nous. Vous aurez tous une mort misérable alors que nous vous casserons les os et que nous broierions vos muscles ! » avais-je souri. « Il ne restera même pas de la poussière de vous si nous vous attaquons. Zut, elle pourrait simplement éternuer et tous vous tuer ! » riais-je en pointant du doigt Kataryna.

Je bluffais à moitié en espérant que cela leur fasse assez peur pour ne pas essayer de nous attaquer sérieusement. Ils n’étaient pas méchants, juste des imbéciles, mais s’ils essayaient de nous tuer, ils étaient des imbéciles finis.

« Si cela ne suffit pas, alors Brekkar Draketerus s’assurera que vous mourriez pour avoir touché à ses petites-filles, » avais-je haussé les épaules, lâchant le nom du célèbre général dans la pile de menaces.

« Le vieux général a une maladie incurable ! Tout le monde le sait ! » Il essayait de remettre en question mes mots.

« L’est-il encore ? » demandai-je en souriant.

« Le gamin l’a guéri, alors il ne l’est plus maintenant, » Kataryna m’avait soutenu.

« Alors ? Qu’est-ce que vous allez faire ? Vous battre pour souffrir ou..., » demandai-je avec un sourire, mais avant que j’aie eu l’occasion de finir mes morts, quelqu’un était venu en criant.

« Les zombies arrivent ! Les zombies arrivent ! » cria-t-il en courant vers nous.

C’était un simple villageois sous forme hybride.

Nous l’avions tous regardé alors qu’il allait se cacher dans sa maison.

« Euh… » Je m’étais retourné vers Baltros.

Il avait plissé les yeux vers moi puis avait rengainé son épée.

« Sire Seryanna ! Est-ce que vous jurez sur le nom du roi que votre sœur n’est pas la coupable de ce désastre ? » Demanda-t-il.

« Je le jure sur le nom du roi que Thraherkleyoseya Draketerus n’est pas celle que vous cherchez ! » déclara-t-elle.

« Très bien alors, je vous crois. DRAGONS, à vos postes ! Nous avons une armée de zombie à renvoyer dans leurs tombes ! » cria Baltros en nous regardant. « Puisque vous êtes ici, votre puissance pourrait être nécessaire dans cette bataille. Vous ne quitteriez pas un village du roi pour éviter ce genre d’attaque, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« Bien sûr que non ! Moi et mes compagnons vous aiderons à éliminer cette menace. De cette manière, je vais vous prouver que nous ne sommes pas vos ennemis ! » Seryanna avait déclaré ça en rengainant son épée.

« Attends, simplement en jurant, il a reculé de sa position ? Sérieusement ? » demandai-je en étant un peu confus ;

« Un chevalier jurant sur le nom de leur roi ne sera jamais pris à la légère, » Seryanna avait dit ça en me faisant descendre.

« Dragons ! Cette nuit nous nous battrons pour la lumière ! Prenons avantage sur nos ennemis morts-vivants ! » cria le Grand Paladin alors qu’il chargeait vers les zombies avec le reste de ses camarades.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire