100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 2 – Chapitre 27

***

Chapitre 27 : Une tournure inattendue des événements

L’ennemi auquel nous faisions face était une horde de morts-vivants. Des zombies en décomposition, des guerriers squelettes, des dullahans, des liches, des bêtes morts-vivantes et d’autres monstres, tous sortaient du donjon. C’était une vraie armée de morts-vivants. La seule chose manquante était une sorte de général, mais peut-être que c’était le nécromancien se terrant au fond.

Ceux qui défendaient le village étaient les paladins et notre groupe de quatre, composé d’un humain, d’une chevalière-dragon, d’une nécromancienne, et d’un bandit… Eh bien, un ancien bandit.

Pendant ce temps, les paladins regardaient les morts-vivants et brandissaient leurs boucliers, prêts à affronter leurs destins. La victoire était le but, la défaite n’était pas une option. Pendant ce temps de notre côté, Kléo regardait fixement le paladin qui la fixait, Seryanna se reposait dans mes bras sur le cheval, et Kataryna baillait en balançant sa queue de gauche à droite comme un chat s’ennuyant.

« Suis-je le seul à m’inquiéter, par rapport à l’armée de morts-vivants ? » demandai-je avec un sourire gêné en regardant les morts-vivants pourris.

« Tu t’inquiètes trop. Cette armée n’est pas aussi puissante que tu le penses. Leurs niveaux de puissance sont bien inférieurs au nôtre, du moins… les tiens, les miens, ceux de Kléo et de Kataryna, » déclara Seryanna en m’embrassant sur la joue.

« Mais même ainsi, devrions-nous être si détendus ? » demandai-je avec curiosité en serrant mes bras autour de sa taille.

« Bien que nous soyons arrivés ici il y a plus d’une heure, et les morts-vivants n’ont pas encore bougé. Jusqu’à ce que nous sachions ce qu’ils projettent, les charger serait simplement idiot, » avait expliqué Seryanna.

« Mais ne sommes-nous pas assez forts pour les vaincre ? » demandai-je. L’idée que nous serions trop faibles m’effrayait.

« Aucune chance ! À moi seule, je pourrai détruire tous ces monstres, » déclara Kataryna en reniflant.

« C’est vrai, » avait confirmé la rousse.

« Alors, qu’est-ce que vous pensez qu’ils font en ce moment ? » demandai-je en regardant l’armée de zombies.

« Ils attendent..., » répondit Kléo en plissant les yeux vers le futur de champs de bataille.

« Pour quelle raison ? » demandai-je.

« Ils attendent les ordres de leur maître, » répondit Kléo.

J’avais laissé échapper un soupir et avais regardé le village.

Lorsque le Grand Paladin Baltros avait lancé cet appel de bataille et nous étions tous allé de l’autre côté du village, je m’attendais à y rencontrer beaucoup d’ennemis. Quand nous étions arrivés, il n’y avait qu’un seul zombie qui trébuchait sur ses pieds et était tombé sur le sol. Le paladin Iolaus s’avança et lui fracassa la tête avec la poignée de son épée, puis le zombie avait disparu dans une fumée noire, laissant derrière lui seulement de la poussière et une pépite de fer.

Je m’attendais en fait à avoir des pièces de monnaie et peut-être une arme, mais apparemment les monstres créés par des donjons se transformaient en poudre magique et si vous aviez de la chance, une sorte de minéral sous la forme d’une pépite. Il y avait aussi des objets, mais ceux-ci pouvaient être trouvés au fond du donjon dans des salles spéciales emplies de pièges. Ceux-ci étaient généralement créés comme appât pour les aventuriers.

« Qu’est-ce qu’il se passe si l’on meurt dans un donjon ? » Demandai-je.

« Ton équipement te sera enlevé, ton corps sera réduit en pépites de minerais, et ton énergie magique sera absorbée par le donjon. S’il utilise des monstres vivants et pouvant se reproduire, alors ton corps sera transformé en nourriture pour eux, » expliqua Seryanna.

« Je vois, mais si tu attaques avec de l’énergie magique, le donjon ne l’absorbera pas ? » demandai-je.

« Seulement l’énergie magique résiduelle, qui représente environ 5 à 10 % de toute l’énergie magique de tes attaques. »

« Les donjons sont-ils des choses vivantes ? » demandai-je, me demandant s’il était possible qu’ils ressemblent à ceux de mes jeux et les romans que je connaissais.

« Non, ils sont la création d’une espèce neutre avec toutes les espèces intelligentes. Beaucoup les considèrent comme des génies de magies et de technologies, et comme ils nous fournissent les donjons, nous n’osons pas les attaquer ni les provoquer. Les royaumes négocient ou échangent généralement entre eux divers produits de base en échange de leur création. »

« J’ai l’impression qu’ils perdent à faire cela..., » dis-je en me grattant la tête.

De mon point de vue, s’ils étaient plus avancés technologiquement, alors ils auraient pu juste conquérir les races avec une technologie inférieure. S’ils ne l’avaient pas déjà fait, c’était probablement dû à certains facteurs et conditions. Ou, ils étaient une espèce pacifique qui ne voulait pas se mêler des affaires des autres.

« Nous ne savons pas vraiment… Leur continent est entouré d’une barrière imprenable, et jusqu’à présent... Et de ce que nous savons, personne n’a pu y entrer. En ce qui concerne leur puissance militaire et économique, tout reste un mystère, » elle haussa les épaules.

« Intéressant, » déclarai-je en me frottant le menton.

Ce que je me demandais, c’était si quelqu’un de la terre y avait atterri, comme moi sur le continent des dragons. Malheureusement, il n’y avait aucun moyen de savoir, je ne pouvais savoir non plus s’ils allaient être mes amis ou mes ennemis.

Après environ un quart d’heure, l’armée de morts-vivants avait finalement commencé à bouger. La première rangée de zombies avançait vers le village en silence. Si ce n’était pour notre vue aiguisé, nous ne les aurions pas remarqués avant qu’il ne soit trop tard.

« Ils arrivent ! » cria le Grand Paladin Baltros.

Voyant les mouvements, notre groupe avait également changé de nos positions détendues à quelque chose de plus sérieux. Même Kataryna, qui bâillait sans arrêt jusqu’à il y a un instant s’était préparé. Quant à Seryanna, elle était sortie de mon étreinte et avait dégainé son épée. J’avais suivi son exemple et m’étais tenu à côté d’elle, regardant l’armée redoutable qui s’approchait de nous.

« Rappelle-toi, Alkelios. Si tu veux les tuer, tu dois soit détruire leurs crânes ou briser les cristaux leur servant de cœurs. Cette règle s’applique à tous les monstres morts-vivants engendrés par un donjon, » me rappela Seryanna.

« Mais, je n’ai qu’une épée, est-ce qu’une masse ou un autre type d’arme contondante ne serait pas plus approprié ? » demandai-je.

« Pas besoin. Ton épée est enchantée, et ta force surpasse celle des paladins là-bas. Souviens-toi de mes paroles, et tout ira bien. D’ailleurs, nous serons là aussi pour toi, » m’avait-elle dit en me faisant un sourire empli de tendresse.

Environ cinq minutes plus tard, les deux forces s’affrontèrent. Les paladins avaient attaqué en premier. Maniant leurs épées et leurs massues, ils les dirigeaient vers leurs adversaires et les finissaient sans pitié. Un par un, les zombies s’étaient transformés en un tas de poussière ainsi qu’en pépite de métal.

En face de nous, une autre ligne de zombie avait alors avancé. Toute l’armée approchait, cependant, tous ces morts-vivants n’étaient pas humains, ils étaient tous des dragons morts-vivants. Certains avaient des queues, d’autres des ailes, il y en avait même sous forme hybride habituelle.

Cela m’avait un peu effrayé, alors avant que j’attaque, j’avais décidé d’essayer quelque chose.

« Identificus Processus Juridicus, » murmurai-je en me concentrant sur l’un des zombies.

Nom du monstre : Zombie mort-vivant

Type : Élite

Niveau : 96

Force : 400

Vitesse : 24

Dextérité : 65

Magie : 0

« Hein ? » Clignai-je des yeux de surprise.

Ces monstres sont faibles ! Très faible ! avais-je crié intérieurement en fermant la fenêtre.

Avec ma confiance restaurée, j’avais marché en avant avec Seryanna et j’avais choisi ma première cible. Après l’avoir verrouillée, j’avais décidé d’essayer une de mes compétences.

« Attaque aux Dix Frappes, » avais-je murmuré en laissant la magie traverser mon corps.

Au moment où j’avais activé le sort, j’avais avancé et avais rapidement exécuté dix attaques. Le zombie en face de moi avait été coupé en morceaux et même le sol avait subi un peu de dommages.

« WÔW ! » déclarai-je, surpris.

À ce moment-là, un zombie m’avait attaqué, mais ma compétence de Garde s’était activée, et j’avais réussi à éviter d’endommager mon armure. En voyant cela, j’avais compris que les compétences du Style du Super Chihuahua étaient séparées en active et passives, comme dans un jeu vidéo.

Eh bien, c’était pratique. Je n’avais pas besoin de crier le nom de la compétence chaque fois que je voulais l’utiliser. Peut-être qu’à l’avenir, j’apprendrais même à le faire sans utiliser le nom des compétences. Ce serait embarrassant si je me retrouvais avec un nom de sort bizarre. Cette idée me faisait frémir, et j’étais sûr à 100 % que c’était juste une idée amusante pour ce « Dieu ».

Ouais, les légendes seraient du genre... Et ainsi, le puissant guerrier, Alkelios, brandissant sa lame confiante, cria au ciel : Poulet Éclair ! Et ainsi, un puissant phœnix d’une puissance inimaginable est apparu ! pensais-je.

Le simple fait d’entendre cela dans ma tête ressemblait à une phrase d’une émission de comédie très mauvaise ou peut-être juste bizarre. Je frissonnais.

Pendant que je finissais le prochain monstre, les zombies effectuaient des attaques simples et Seryanna et Kataryna faisaient à peu près la même chose. La seule différence était que cette dernière ne faisait que leur faire des pichenettes au front. Les pauvres n’avaient aucune chance contre un dragon ayant atteint l’éveil supérieur.

J’avais donc profité de l’occasion pour regarder comme les paladins se débrouillaient.

« Restez en ligne ! Ne tombez pas ! Soigneurs, soignez ceux proches de vous et protégez-les ! » À crier le Grand Paladin Baltros.

Ils luttaient contre ce genre d’ennemis. Ces zombies faciles à tuer que je pourrai littéralement transformer en poussière étaient un ennemi contre lequel ces dragons à l’allure puissante devaient user de tactiques ? Et encore pire, il devait se soigner ayant été blessé ?

Sont-ils vraiment faibles ? pensai-je en les regardant.

Tournant mon regard vers un zombie proche, j’avais décidé d’essayer la technique de Kataryna et lui avais juste fait une pichenette avec toute ma force. Au moment où mon doigt avait touché son front, le zombie avait volé, brisant par la même occasion d’autres zombies, et je pourrais jurer avoir entendu un boom sonore.

« Hah… Est-il possible que je sois juste incroyablement fort comparé à eux ? » demandai-je en inclinant la tête vers la gauche.

Eh bien, après ça, je m’étais frotté les mains et avais décidé d’essayer quelques sorts avant de m’ennuyer. Ainsi, j’avais d’abord utilisé le plus basique des sorts de base… La boule de feu.

Visant avec ma paume une paire de guerriers zombies et squelettes arrivant, j’avais libéré la magie. Une boule de feu de la taille d’un ballon de basket s’était formée et avait été tirée à une vitesse de 100 km/h environ. À l’impact, elle avait explosé, envoyant des flammes aux morts-vivants et les brûlant, tandis que ceux que je ciblais initialement avaient été instantanément transformés en poussière. Cette attaque entre mes mains était très puissante. Mais de façon inattendue, elle me semblait très faible si je la comparais à celle que Seryanna avait utilisée dans la forêt quand elle m’avait sauvé de ce loup noir.

En continuant, j’avais essayé les pics de terres, cela avait créé un pic de roche qui avait été envoyé sur ce que je pointais du doigt. Malheureusement, j’étais très mauvais pour viser et j’avais fini par manquer ma cible même au troisième essai. J’avais abandonné et avais essayé Barrière d’air. Celle-ci formait un bouclier d’air autour de moi.

Pour essayer ce sort, je m’étais approché d’un zombie et l’avais laissé me frapper. J’étais un peu nerveux au début et avais prié les Dieux de ne pas mourir. Si je mourais, j’étais sûr que Kléo me ressusciterait pour que Seryanna puisse me tuer pour avoir été tué face à un tel adversaire.

Heureusement, la barrière avait fait son travail et avait arrêté les attaques des zombies, mais je pouvais sentir chaque coup, ma réserve de magie diminuait. Après avoir coupé la tête du zombie, j’avais désactivé le sort et avais continué de les vaincre avec de simples coups d’épée visant la tête ou leur torse. C’était une tuerie à sens unique pour moi.

Pourtant, même si nous pouvions broyer ces monstres stupides avec facilité, il y en avait encore beaucoup. Encore pires, ils ne me donnaient pas autant d’expériences que les monstres réels. En y pensant, cela représentait environ un dixième des autres monstres. Soit ça, soit j’étais habitué à attaquer des monstres de haut niveau. En tout cas, j’avais à peine entendu le niveau augmenter de temps en temps.

Après un moment, les paladins commencèrent à se fatiguer sérieusement, et Kataryna s’ennuyait. Pour être honnête, même moi je m’ennuyais, et nous avions seulement exterminé la moitié de l’armée. Les Dullahans n’étaient pas aussi redoutables que ce que je pensais au départ. Seryanna avait coupé un cheval en deux. Je les utilisais comme cible pour des pics de roches, et Kataryna les giflait.

La seule ne se battant pas activement était Kléo. Je ne l’avais pas vu lancer de sorts depuis le début de la bataille, et la plupart du temps, elle utilisait une épée courte pour les vaincre. Seryanna la protégeait la plupart du temps, mais à cause de cela, le nombre de morts-vivants tué par Kléo était de 1 ou 2 pour 20 de notre côté.

Cela aurait pu être parce que les sorts d’un nécromancien n’étaient pas aussi efficaces face aux morts-vivants qu’ils l’auraient été face à des êtres vivants. C’était à prévoir, c’est pourquoi ils avaient envoyé des paladins ici pour les vaincre et pas de simples aventuriers ou des mages.

Dans tous les cas, tant qu’elle était à moins de 100 mètres de moi, elle gagnait 10 % de toutes mes statistiques grâce à Dompteur de Dragon. Ma liste d’amis agissait également comme un groupe, et nous partagions en quelque sorte l’expérience gagnée, ou comme le disait les dragons : La force de vie et le Pouvoir Magique. Donc il n’y avait pas besoin de s’inquiéter qu’elle ne devienne pas plus puissante parce que nous en tuions plus qu’elle.

« Un autre bataillon de zombies arrive de l’autre côté du village, » cria l’un des gardes alors qu’il courait vers nous, mais il restait à l’écart de la horde.

« Par les Dieux ! » avait déclaré le Grand Paladin Baltros.

« Je vais y aller ! » cria Kléo de façon inattendue en courant vers cet endroit.

« Ah, attends ! Kléo ! » cria Seryanna.

La dragonne aux écailles noires ne l’avait pas écouté et avait continué à courir.

« Qu’est-ce qu’elle fait ? » demandai-je.

« Je pense qu’elle veut prouver qu’elle n’est pas la raison de l’attaque. Même si elle est une nécromancienne, créer des morts-vivants est l’un de ses tabous, » avait expliqué Seryanna.

« Paladin Iolaus, allez là-bas ! » avait crié Baltros.

Tournant la tête, j’avais vu le volontaire qui courait après Kléo.

« Ce type..., » murmurai-je.

J’avais un mauvais sentiment à ce sujet.

« J’y vais aussi, » avais-je annoncé.

« Fais attention ! » déclara Seryanna.

« Ne t’inquiète pas ! Si quelque chose arrive, je reviendrai en courant pour te serrer dans mes bras ! Ah, avant que j’y aille… Je souhaite que vous terminiez cette bataille sans pertes ni blessures sérieuses ! » avais-je souhaité à haute voix avant de partir.

« Merci, prends soin de toi ! » déclara Seryanna.

« Soit en sécurité ! » avait alors dit Kataryna.

Kléo était la première à arriver sur les lieux, où plus de 300 zombies et morts-vivants s’approchaient du village. Derrière se trouvait l’unité de Dullahans donnant les ordres.

C’est… C’est un pince Vancouver… Je m’étais arrêté et avais redémarré mon cerveau. Manœuvre en tenaille… pourquoi ai-je dit Vancouver ? N’est-ce pas comme une ville ou une région aux É.-U. ? soupirai-je en secouant la tête.

Cependant, avant ce bataillon de monstres impitoyables se tenait une fille toute seule, une dragonne aux écailles noires portant des vêtements de lolita gothique. Elle les regardait fixement et concentrait sa magie, qui commençait à s’échapper de son corps sous la forme d’un gaz noir, mais je pouvais dire que c’était très puissant.

« Démons de l’enfer, Goules des Ténèbres et Esprits d’abysses ! Entendez mon appel et venez sous forme d’ombres autour de moi ! Répondez à mes ordres et à ma volonté, démons des ténèbres ! » Cria-t-elle, puis une grande quantité de magie fut versé dans le sol, mais rien ne se produisit à première vue. « Je vous ordonne de tuer tous ces imbéciles de morts vivants qui se tiennent devant moi ! »

« À vos ordres. » Une voix sombre et effrayante résonna tout autour de nous.

Cela me donnait des frissons.

« Je le savais… elle est une ennemie ! » Iolaus avait accusé Kléo, en se tenant pas loin de moi.

« Elle ne l’est pas imbécile. Elle se bat contre eux, » avais-je dit en roulant les yeux.

Après que Kléo ait donné ses ordres, le bataillon de morts-vivants avait fait face à une attaque invisible. De leurs ombres, de mains sombres et noires étaient sorties et avaient écrasé leurs têtes l’une après l’autre. Parce qu’ils étaient lents, ils ne pouvaient pas se défendre, mais si c’était Seryanna ou moi, nous aurions pu sauter dans une autre direction ou bloquer l’attaque.

Les morts-vivants tombaient les uns après les autres, et de cette démonstration de magie et de puissance, j’avais compris que Kléo ne devait pas être sous-estimée. Cette incroyable quantité de magie était là pour une raison malgré le niveau plutôt bas qu’elle possédait.

La bataille ne dura qu’une minute et ensuite les Dullahans furent morts.

« C’est… C’est fini, » murmura Kléo alors qu’elle tombait à genoux.

La magie qu’elle avait utilisée s’était dissipée et le village était en sécurité de ce côté.

Voyant une faiblesse dans la posture de Kléo, Iolaus se précipita vers elle avec son épée prête à frapper. Kléo n’avait plus de magie et était faible. Si elle devait être attaquée par lui maintenant, elle mourrait. Je ne pouvais pas laisser cet imbécile la tuer, alors je lui avais couru après.

J’étais plus rapide et fort que lui, donc naturellement, j’étais arrivé avant qu’il ne puisse l’attaquer. Saisissant sa main, je l’arrêtai, mais Kléo se retourna et vit son regard haineux.

« Pourquoi ? » demanda Kléo avec un regard triste et des larmes gonflant ses yeux.

Voir cela m’avait choqué.

Pourquoi faisait-elle ce visage ? Me demandai-je.

Avant que j’aie eu la chance de dire quoi que ce soit, j’avais vu une lumière sous mes pieds et ceux-ci étaient collés à quelque chose. Nous étions tous debout dans un cercle magique.

« Ah bord… Je souhaite que nous survivions tous et nous en sortions indemnes, » avais-je dit avant que la lumière ne s’intensifie.

Nous avions disparu du champ de bataille.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : Je hait les fanatique religieux... Surtout qu'un d'eux m'a attaqué quand j'ai dit pas être intéressé pour devenir chrétien. - -

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire