100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 1 – Chapitre 20 – Partie 2

***

Chapitre 20 : Amitié

Partie 2

Il y a un instant, nous nous battions jusqu’à la mort, mais maintenant, elle m’expliquait des choses et me donnait des leçons de survies ? Était-ce un rêve ? Suis-je mort ? Qu’est-ce qu’il vient de se passer ?

« Quel est ton niveau de pouvoir, jeune homme ? » m’avait-elle demandé.

J’avais dégluti. « Euh... Je n’ai pas vérifié, laisse-moi voir ça. Statut, » avais-je dit en regardant l’écran.

Nom : Alkelios Yatagai

Race : Humain

Niveau : 141

Force : 16 +342 +607,5 +140,5

Vitesse : 14 +256 +452,5 +178,5

Dextérité : 20 +257,2 +527 +77,5

Magie : 16 +200,5 +251 +832,5

Chance : 100

Excellence magique : 1 % + 7 % + 8,5 % + 11,5 %

Compétences : Montrer ? O/N

Points de compétences : 80

Points de statistiques : 1400

Eh bien... ce sont beaucoup de points de compétences et de statistiques ! Au moins, je peux guérir Brekkar maintenant, mais... wôw, juste WÔW ! pensai-je en regardant les chiffres, et pensées que je devais encore assigner chacun de mes points de statistiques.

« 141 » dis-je à Kataryna.

En entendant le nombre, elle commença à rire, en tenant son estomac. Sa voix résonnait avec les murs. Je me sentais l’envie d’aller creuser un trou et de m’y cacher.

« BWAHAHAHAHA! D’imaginé que moi, une dragonne de pouvoir supérieur à 1290, ait pu perdre face à quelque ayant un pouvoir de 141 ! Hahahaha ! Comment est-ce possible ? » Me demanda-t-elle avec des larmes dans les yeux.

« Euh ! La chance, je suppose ? » Dis-je en haussant les épaules.

« La chance !? Pour quelque chose comme ça, tu dois avoir la bénédiction de tous les Dieux réunis ! Eh bien, ça explique pourquoi tu étais capable d’esquiver mes attaques comme ça. Même Brekkar n’a pas été capable de les esquiver, et il est un maître en la matière ! » déclara-t-elle les larmes aux yeux.

« Et peut-être que le fait qu’il soit en train de mourir..., » avais-je en plissant les yeux vers elle.

« En train de mourir ? Je ne l’ai pas frappé si fort ! » Elle fronça les sourcils.

« Eh bien, ce n’est pas toi... » Je secouai la tête.

Tout à coup, l’air autour de moi commença à changer, devenant plus froid. Kataryna avait l’air contrariée.

« Qu’est-il arrivé ? Est-ce que quelqu’un d’autre a attaqué le vieil homme ? » M’avait-elle demandé.

« Euh, tu ne sais pas ? » demandai-je en levant un sourcil.

« Savoir quoi ? » Elle fronça les sourcils.

« La raison pour laquelle tu as attaqué le manoir comme ça n’est-elle pas à cause de la faiblesse de Brekkar ? » Demandai-je.

« Non ! » Rétorqua-t-elle, sa queue fouettant l’air derrière elle. « Mes subordonnés ont dit que sa petite-fille s’est jouée de nous et nous a volé quelque chose ! Quand je suis arrivé, la maison était déjà en feu... et..., » elle s’arrêta et ferma les yeux. « Est-ce que Seryanna a mentionné quelque chose à propos d’une bague ? » demanda-t-elle en me regardant.

« Ouais... elle est allée la rendre. Elle était avec moi jusqu’à bien plus tard qu’aujourd’hui. Et c’est le même jour que j’ai eu l’armure que tu as détruite en un coup. » Je lui avais dit la vérité.

Sa queue avait fouetté l’air et s’était écrasée sur le sol derrière elle, provoquant une grosse fissure. Cette dragonne était de mauvaise humeur.

« Cet enfoiré ! Il m’a dupé ! » Grogna-t-elle.

« Quelqu’un peut-il vraiment te duper ? » demandai-je, étonné. Elle était la meilleure... eh bien, dragonne par ici, après tout.

*Soupir* « ... Oui, c’est possible..., » répondit-elle en se grattant l’arrière de la tête.

« Donc, je commence à deviner que tu n’étais pas celle ayant planifié l’attaque ? » Demandai-je.

« Comme je l’ai déjà dit, je suis arrivée APRÈS le début de l’attaque. Brekkar m’a attaqué, je me suis défendue, puis je suis partie. Quand je suis revenue ici, j’étais sur le point de prendre un bain, quand tout à coup, mes subordonnés ont rapporté une attaque de chevaliers. Je pensais qu’ils venaient nous exterminer, alors je suis sortie et je vous ai trouvé... ensuite, tu connais le reste, » elle haussa les épaules alors qu’elle expliquait le cours des événements, mais quelque chose n’allait pas.

« Attends, alors tu n’es pas celle contrôlant tout depuis l’ombre ? » demandai-je.

« D’une certaine manière. Je peux déplacer tout le groupe et faire ce que je veux avec. Ils suivront mes ordres, mais j’ai quelques subordonnés qui s’occupent de ce genre de chose indiscrète. Cette fois, c’était l’un d’entre eux ayant ordonné l’attaque, » avait-elle expliqué.

En d’autres termes, elle était la chef, mais seulement de nom. Elle avait la force pour se le permettre, mais elle n’était pas concentrée à 100 % sur ce groupe. Si elle l’était, elle aurait pu étendre son influence et son pouvoir à des niveaux sans précédent. Avoir assez de bandits pour s’emparer même d’une petite ville était tout à fait possible, mais elle n’avait pas de telles intentions, ce qui m’avait fait me demander ce qu’elle comptait exactement faire en devenant la chef des bandits en premier lieu ?

« Pourquoi ça ? » Demandai-je.

« Quand un dragon ou un autre individu atteint la puissance de 1000, ils passent par ce que l’on peut appeler un éveil supérieur. Quand cela arrive, tu subis un certain changement..., » elle me regarda alors dans les yeux, et j’avais l’impression qu’une sage Déesse me regardait. Un frisson parcourut ma colonne vertébrale et je déglutis. « Tu vois le monde différemment. Tu te sens différent. Tu es immortel et plus puissant qu’avant. C’est incroyable, mais en même temps... Une malédiction. » Elle ferma les yeux.

« Une malédiction ? » Demandai-je confus.

Cet éveil supérieur dont elle parlait était quelque chose d’étrange pour moi. Je ne pouvais pas imaginer qu’atteindre le niveau 1000 nous faisait obtenir tant de choses, mais je ne voyais pas cela comme une malédiction. D’un autre point de vue, l’idée de devenir immortel était nouvelle pour moi. Avec cela, je pourrais compenser la différence de durée de vie entre Seryanna et moi. Eh bien, l’idée était belle, mais j’avais le sentiment qu’il y avait plus que ça.

« Tu perds quelque chose... » Elle baissa les yeux vers sa main. « Tu ne ressens plus le besoin d’avancer, de devenir plus puissant. Il y a un manque d’ambition, d’émotion. Tout le monde autour de toi te voit comme quelque chose de grand, tu peux vivre tant que tu le souhaites, et il y a très peu de personnes pouvant t’arrêter. En atteignant ce genre d’état... » Elle avait aussi regardé dans mes yeux. « Il n’y avait plus rien attirant mon attention, rien d’intéressant... jusqu’à ce que tu arrives, » elle avait sourit.

Je déglutis, et lui demandai « En quoi suis-je intéressant ? » Demandai-je.

« Tu me donnes une impression différente des autres... Il y a quelque chose m’attirant vers toi. Pour être honnête, chaque fois que je voulais lancer une attaque pouvant te tuer, j’hésitais. Quand je pensais que tu allais être touché et mourir à cause de mon attaque, je m’inquiétais, mais ensuite, tu réussissais à esquiver ou à revenir vivant, » me répondit-elle en me regardant dans les yeux, sa queue se balançant de droite à gauche.

« Qu’en est-il de ta première attaque ? » Demandai-je.

« Je t’ai testé... j’aurai pu te tuer en le voulant, mais quelque chose m’a dit de ne pas le faire... C’était étrange... » Elle avait souri puis avait tendu sa main griffue vers moi. Je m’étais figé en la regardant toucher ma joue. « Tu n’es qu’un fragile humain, alors pourquoi es-tu si... intéressant ? » Me demanda-t-elle.

« J’esquive bien ? » Demandai-je avec un sourire maladroit.

« Oui, tu es assez chanceux... je ne sais pas, mais il y a une aura mystérieuse autour de toi. Plus je me concentre sur toi, plus je veux m’approcher de toi... » Elle avait souri et avait baissé les yeux vers sa poitrine. « Je suis un peu âgée, mais je peux encore pondre un œuf..., » elle me regarda alors dans les yeux. « Tu me trouves attrayante, n’est-ce pas ? » Demanda-t-elle.

J’avais dégluti.

Elle ne pense tout de même pas à ça ? Me demandai-je.

« Je rigole. » Elle rigola et recula, me faisant cligner des yeux de surprise.

Cette femme joue avec moi ! me plaignis-je intérieurement.

« Mais, dis-moi, humain, qu’est-ce que tu veux dire par le fait que Brekkar soit en train de mourir ? » Demanda-t-elle en plissant les yeux vers moi.

Soudainement, elle était devenue sérieuse.

« Il est malade... C’est pourquoi sa petite-fille avait besoin de cette bague pour aller à la forêt Séculière. » Lui dis-je.

À ce moment, raconter un mensonge semblait un peu inutile, mais là encore, il y avait certaines pensées dans mon esprit me disant qu’elle était capable de facilement me tuer. N’ayant que peu de magie en moi et peu d’espace me permettant de bouger, je ne pouvais pas esquiver ou invoquer Jophiel. Kataryna en était consciente, je pouvais le parier.

« Une fois de plus, c’est une nouvelle pour moi. » Elle plissa les yeux et se frotta le menton. « Mon manque de désir de m’impliquer dans les affaires de qui que ce soit plus faible que moi m’a conduite dans une malheureuse situation. » Elle secoua la tête. « J’aurais dû tuer ce bâtard quand j’en avais l’occasion, mais je doute fort qu’il ait pu s’échapper de la grotte. » Elle poussa un soupir et me regarda.

« Pourquoi es-tu devenue un bandit ? » Demandai-je.

« Parce que je voulais voir comment c’était. Parce que je m’ennuyais et que je ne me soucie pas vraiment de ce que je fais. Parce que j’ai simplement vu passer le temps sans rien d’intéressant. Fondamentalement... parce que je me sentais vide. » Elle pencha la tête et ensuite me toucha la joue. « Jusqu’à ce que tu arrives. Peut-être que je devrais sérieusement penser à faire un œuf avec toi ? » Elle avait souri.

J’avais dégluti.

« Je... » Avant que je ne puisse finir ma phrase, elle me poussa et m’embrassa.

La dragonne glissa sa langue dans ma bouche et pressa le haut de son corps contre le mien, malheureusement, l’armure ne me permettait pas de sentir la souplesse de ses seins. Elle était aussi très douée pour embrasser.

« Puha~ ! » Elle se lécha les lèvres après le baiser et avait fait un sourire séduisant. « Je n’avais jamais embrassé d’humain avant. Mais je pense que j’aime ça. »

« Hein ? Qu’est-ce qu’il vient de se passer ? » Demandai-je un peu surpris et abasourdi, mais la douce sensation de ses lèvres me manquaient déjà.

« Je t’ai goûté... » Elle se recula et s’étira.

« Hein ? »

« À partir de maintenant, je ne serais plus un bandit, je te suivrai et je verrai toutes les choses intéressantes que tu pourras me montrer... » Elle me regarda ensuite. « Rater une telle occasion, ce serait une telle honte ! » Elle avait souri.

« Hein ? Peux-tu faire cela ? » Demandai-je, surpris.

« Pourquoi pas ? Je n’ai jamais tué quelqu’un juste pour le plaisir. Voler n’a jamais été quelque chose m’intéressant non plus, même si mes compétences appartiennent principalement à un assassin, et je peux facilement me faufiler dans la maison de quelqu’un. » Elle haussa les épaules.

« Tu es un assassin ? » Clignai-je des yeux en raison de la surprise.

Attends une seconde ! Les assassins ne sont-ils pas supposés avoir très peu de points de vie et n’utiliser que la magie des ombres ? Elle est un personnage au niveau d’un boss, elle ne peut pas être un assassin ! me suis-je immédiatement plaint dans mon esprit, alors que mes connaissances sur les assassins entraient en collision avec la réalité.

« J’ai dit que mes compétences appartenaient principalement à un assassin, pas que j’en suis une. Je pense que mon ancien rang était Grande Chevalière de Zerudan, mais après l’effondrement du royaume, je suis revenue à un statut plus commun. Eh bien, ça n’a pas vraiment d’importance pour moi. » Elle haussa les épaules comme si ce n’était rien.

En me relevant, je laissai échapper un soupir et essayai de comprendre tous les événements. Fondamentalement, Kataryna était une Grande Chevalière qui avait atteint le niveau 1000, également connue sous le nom d’éveillée supérieure. Cela lui donnait un étrange état d’esprit la rendant indifférente à beaucoup de choses autour d’elle, y compris sa personnalité, mais elle embrassait tellement bien ! Elle ne savait pas non plus que Brekkar était malade. Apparemment, quelqu’un d’autre avait tiré les ficelles derrière cette attaque, mais avec la grotte plus tôt, il était fort probable qu’il soit mort sinon, il va avoir du mal à lancer une contre-attaque quelconque.

Et maintenant, je suis coincé avec elle dans cette grotte, et j’ai l’impression que ma virginité est en danger, mais cette chose ne serait pas entièrement mauvaise... Kataryna est magnifique, mais... oui... Seryanna. Pensai-je en soupirant.

Eh bien, si nous atteignons ce point, et qu’elle ne m’a pas tué, ça ne servait à rien de ne pas le faire, alors...

« Kataryna, veux-tu devenir mon amie ? » lui avais-je demandé.

La dragonne cligna des yeux de surprise quand je lui avais demandé ça.

« Ami ? Personne ne m’a demandé de devenir son ami depuis très longtemps... » Elle sourit et hocha la tête. « Je serai ton amie. »

Ding.

Vous avez une nouvelle amie : Kataryna Georg.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Et une force de frappe massive
    supplémentaire dans le groupe 🙂

Laisser un commentaire