100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 1 – Chapitre 20

***

Chapitre 20 : Amitié

***

Chapitre 20 : Amitié

Partie 1

Point de vue de Kataryna.

« Au moment où tu passeras dans le ciel, tu trouveras que le monde est petit et insignifiant... alors que tu es éternel comme les Dieux au-dessus, Kataryna, s’il te plaît, n’essaye jamais de dépasser le ciel... »

Je me souvenais de ces mots... Ils m’avaient été offerts quand j’étais petite et encore inconsciente de ce que l’éternité signifiait. Comme tous les autres dragons, je rêvais de faire une percée éveillée pour montrer que j’avais un pouvoir supérieur à 1000. C’était un rêve qui devenait réalité, mais le prix... Peut-être qu’il était trop dur à supporter.

Ces mots, peut-être, que j’aurais dû les écouter.

Il y avait si longtemps que j’avais gagné ce pouvoir. Tant de choses que j’avais vues, bonnes et mauvaises. Comme une montagne fière, grande et ferme, je ne laissais ni la mer ni les vents me briser, mais en même temps, ils me moulaient.

Chaque fois que je fermais les yeux, je pouvais raconter le moment où ma vie avait changé, et j’étais entrée dans le royaume des immortels. Cela s’était passé sur un ancien champ de bataille à la fin d’une bataille que l’ancien royaume dragon Zerudan avait perdu il y a presque 500 ans.

Entourée par d’innombrables dragons morts, de mon propre côté et ennemi, je m’étais battue. Le froid avait essayé de me faire tomber, les flèches avaient essayé de me repousser, et leurs épées de me faire m’agenouiller, mais je ne l’avais pas fait. J’avais montré mes dents et m’étais battue. L’un après l’autre, jusqu’à ce que mon armure soit en lambeaux et que ma lame soit sur le point de se briser, tous ceux osant me défier avaient été tués par moi, agrandissant la montagne de corps morts, brisés et ensanglantés.

J’étais dans une transe, une danse de la mort sanglante, pourtant j’étais épargnée de la douleur de mon propre corps.

Quand j’étais revenue à moi, mon souffle était brut, mon corps était lourd et ma vue était floue. Devant moi se trouvait un soldat, le dernier. Pour compenser mon épée brisée, j’avais utilisé tout ce que je pouvais des corps des soldats morts. Ainsi, l’épée qui traversait la poitrine de ce dragon mort n’était autre que la sienne. Pourtant, je m’en fichais... je poussai l’épée à travers, retournai la lame à l’intérieur de lui et la tirait ensuite hors de lui.

Il était mort avec une malédiction sur les lèvres et ensuite j’avais rugi vers les cieux aussi forts que possible. Mes lames étaient brisées, mon armure en morceaux, mais je l’avais fait, j’avais gagné une bataille considérée comme impossible. J’avais survécu...

Il n’y avait personne pour m’entendre. J’étais laissée seule et trempée de sang au sommet d’une pile de corps brisés.

Aucun soldat ne pouvait me vaincre après tout... Ils tombaient tous comme des mouches coupées par mes épées ou écrasées sous mes griffes. Je me sentais libre, puissante, et pour la première fois, je m’étais rendu compte à quel point cette guerre était inutile. Après tout, l’ennemi était sûr de gagner, ils se battaient pour protéger, et nous pour conquérir.

Comme je m’étendais là, regardant le ciel assombri, je me sentais différente, comme si quelque chose avait changé en moi. À ce moment-là, je ne savais pas encore ce qu’il m’était arrivé, mais je regardais le monde avec un autre regard. Pour la première fois, les détails et les couleurs que je ne pouvais voir auparavant apparaissaient maintenant devant mes yeux. C’était incroyable, et pendant un moment, je m’étais sentie bénie.

La rage que j’avais accumulée après avoir combattu et tué tant de personnes s’était dissipée en un clin d’œil. Prenant une profonde inspiration, je savais que même mon propre corps avait changé d’une manière ou d’une autre, je ne me sentais plus si faible.

Puis je les avais entendus... Une autre vague arrivait. En regardant, je vis d’innombrables armures qui courraient vers moi, toute scintillante et épargnée par la boue et le sang sur le champ de bataille. Ils étaient les renforts ennemis. En regardant derrière, j’avais vu mes alliés se précipiter aussi vers moi, mais c’était étrange. Mon désir de me battre, mon besoin de tuer ceux que je voyais comme ennemis avait disparu.

Ils étaient tous faibles par rapport à moi, alliée comme ennemi.

Prenant une profonde inspiration, j’avais pensé à ce moment, à mes sentiments. En levant mon regard vers le ciel, je ne pouvais pas voir le besoin ou la raison de participer à nouveau à cette bataille. La gloire et la reconnaissance n’étaient que des excuses, car ni l’un ni l’autre ne pouvaient bénéficier à mon moi actuel d’une quelconque manière.

Je n’avais ni famille, ni ami, ni amant. C’était juste moi et chaque côté de ce champ de bataille. Ainsi, sans rien protéger, sans un désir de devenir riche ou célèbre, je m’étais éloignée du champ de bataillé et avais laissé les mortels jouer à leurs jeux de mortels. Peut-être qu’avec le temps, j’y retournerais, mais quand je le ferais, je m’étais promis de le faire pour une raison plus... satisfaisante.

Après un rapide bain dans un étang voisin, je m’étais précipitée vers le premier temple que je pouvais trouver. Je n’avais même pas pris la peine de vérifier dans quel royaume c’était. Là, on m’avait officiellement dit que j’avais fait une percée éveillée. La pierre montrait que j’avais une puissance de 1016. C’était incroyable, mais en même temps... ce n’était pas si confortable.

Cet état d’esprit, le sentiment d’être au-dessus de tout, la sensation que rien ne pouvait nous vaincre, les craintes des autres quand ils vous voyaient... la solitude d’un immortel, tout cela était des malédictions qui accompagnaient ce pouvoir. Au début, invisible comme un diable, mais aussi réel que mes propres mains.

Pourtant, après tant d’années, il y a une personne qui avait réussi à me déranger et à me faire souhaiter le poursuivre... et étonnamment, ce n’était qu’un simple humain.

Alkelios était son nom, je pense. Il avait réussi à me faire ressentir le besoin de le tuer ou le désir de le capturer et le faire MIEN ! Pourtant, il avait glissé loin de ma portée au tout dernier moment. Il m’avait vaincue...

Point de vue de Seryanna.

« Laisse-moi partir ! Il est là, quelque part ! » Criai-je en me dégagent de la poigne de Kléo et en sautant dans la pile de décombres, essayant de le sortir de là.

« Grande Sœur ! Il n’y a rien que tu puisses faire ! Quelque chose comme ça... même toi tu aurais péri..., » dit-elle les larmes aux yeux. « Même mes ombres ne peuvent pas le trouver... » Elle baissa les yeux et serra les poings.

Ça ne peut... Ce n’est pas possible... Je secouai la tête et refusai de croire à la mort d’Alkelios.

Oui, il était impoli ! Il était agaçant ! Il est toujours à plaisanter en voulant saisir ma poitrine ou mes fesses ! Il est une peste... mais il est ma peste et je ne voulais pas qu’il meure.

Devant moi étaient les restes de la caverne des bandits. Après que Kléo m’ait réveillée, j’avais seulement aperçu le Phoenix qui lançait une puissante boule de feu couverte d’éclairs. Ça avait frappé le même endroit où je m’étais écrasée, mais comparé au petit trou que j’avais fait, l’attaque du Phœnix avait brisé tous les côtés de la montagne. D’innombrables fissures s’étaient répandues à la surface, et tout s’était effondré sur lui-même. J’avais regardé avec admiration et pendant un moment, j’avais cru que nous avions gagné sans faire de victimes, mais il s’était avéré que ce n’était pas le cas... Alkelios n’était pas là, il était à cet endroit à ce moment-là.

Maintenant, je creusais comme une folle essayant de le trouver ou au moins... ses restes.

« Grande Sœur, ça va aller... on se souviendra d’Alkelios comme un puissant dragon ! » déclara Kléo avec un doux sourire.

« Il n’était pas un dragon... il était humain. » Lui dis-je en essuyant mes armes.

« Humain ? » Elle avait l’air surprise, mais c’était sa faute si elle n’avait pas prêté attention à ces détails en premier lieu.

« Alkelios, si ma stupide chance vaut quoi que ce soit, je souhaite que tu ailles bien, » déclarai-je en regardant l’énorme tas de rochers devant moi.

« C’est un humain ? » Kléo était toujours un peu abasourdie.

Point de vue d’Alkelios.

Je suis tombé... Nous tombions tous les deux...

Nous avions atterri dans un plan d’eau, peut-être dans un ruisseau souterrain parce que je me sentais emporté. J’essayai d’attraper quelque chose pour m’empêcher de filer et de nager jusqu’à la surface, mais il n’y avait rien là dans l’obscurité.

Merde ! Merde ! MERDE ! Je ne veux pas mourir ici ! pensai-je en commençant à paniquer.

Un moment plus tard, j’avais frappé un rocher et étais passé à côté, incapable de l’attraper. Je m’étais cogné contre un autre et un autre, jusqu’à ce que je m’arrête. Mes poumons me faisaient mal, mon corps était meurtri, mais quand j’avais levé les yeux, j’avais vu la lumière. La surface était juste quelques mètres au-dessus de moi.

Je peux le faire ! Je vais survivre ! pensai-je.

Du coin de mes yeux, j’avais vu la dragonne aux écailles d’argent alors qu’elle s’enfonçait dans l’abîme froid et sombre de cet endroit. Elle avait été assommée, donc elle se noyait. Je pouvais l’ignorer et nager, elle était l’ennemie après tout.

Pourquoi ? J’avais réfléchi puis j’étais allé vers elle. Même si c’était douloureux et que je savais que ça ne finirait pas bien, j’avais tout de même nagé vers l’ennemi. Idiot ! Idiot ! Stupide ! Ne fais pas ça ! N’ose pas le faire ! Elle est l’ennemie ! Arrête ! Toutes ces pensées me venaient à l’esprit, me disant de rester loin d’elle, de la laisser se noyer, de la laisser souffrir, amis...

Je ne peux pas... Il y a quelque chose qui m’attire vers elle... Il y a quelque chose qui me dit qu’elle est importante... je ne veux pas, mais si je fais ça, je mourrai. Elle va me tuer ! Je suis un idiot ! Je suis un gros idiot ! Criai-je intérieurement alors que j’attrapai sa main.

En regardant son visage inconscient, j’avais serré ma mâchoire et avais essayé désespérément de remonter, poussant l’eau autour de moi de toutes mes forces. À tout le moins, Jophiel ne pompait plus ma magie, elle s’était probablement retirée d’elle-même.

Je vais mourir après ça ! criai-je intérieurement en atteignant la surface.

« Puha! » J’avais pris une profonde impulsion et avais toussé.

C’était douloureux, mais je survivrais.

Tirant la tête de Kataryna hors de l’eau, j’avais commencé à nager vers la rive, c’était assez proche de nous. Quand je l’avais atteint, j’avais sorti la dragonne de l’eau et avais toussé quelques fois.

Est-ce qu’elle respire ? Pensai-je en vérifiant immédiatement.

Elle ne respirait pas. Un froid parcourut alors ma colonne vertébrale, et sans le moindre délai, je commençais à lui appliquer un CPR. Grâce à ma force, c’était assez facile à faire, mais j’espérais seulement que cette méthode fonctionne aussi sur les dragons.

« Aller ! Un ! Deux ! Trois ! » Puis j’avais relevé le menton, lui bloquant le nez et j’avais expiré dans sa bouche. J’avais répété le processus en pressant des deux mains sur sa poitrine.

« Aller ! Respire ! » J’étais à mon quatrième essai maintenant.

C’était alors qu’elle avait toussé et avait craché l’eau de ses poumons. Je l’avais aidée à se tourner sur le côté et tapotée entre ses ailes pour l’aider. Elle était probablement encore confuse et ne comprenait pas ce qui lui était arrivé. J’avais été soulagé un moment, mais quand elle m’avait vu, elle m’avait soudainement attrapé par le cou et m’avait claqué sur le sol avec assez de force pour fissurer celui-ci.

Aïe ! C’est ça... je vais mourir ! pensai-je en fermant les yeux.

Kataryna a toussé quelques fois et m’a ensuite demandé. « Toi ! Pourquoi m’as-tu... sauvé ? »

« Hein ? Euh... honnêtement, je ne sais pas..., » répondis-je en ouvrant un œil et en regardant son expression confuse.

« Je suis ton ennemie..., » elle plissa les yeux vers moi.

« Oui ? » avais-je bêtement souri.

Laissant échapper un soupir, elle m’avait libéré et avait pris un peu de recul.

« Penser qu’il y ait un humain pouvant vaincre quelqu’un comme moi qui suis une éveillée supérieure. » Elle secoua la tête et s’était assise les jambes croisées.

« Éveillée supérieure ? Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je en me frottant la nuque.

Elle me regarda un moment, se demandant probablement si elle devait me répondre ou non.

« Sais-tu comment les temples et les villes mesurent le pouvoir d’un individu ? » M’avait-elle demandé.

« En leur faisant casser des rochers ? » Plaisantai-je.

« Non, c’est la manière idiote de faire des humains, mais la force peut parfois être une chose trompeuse. On peut avoir peu de force, mais beaucoup de puissance. » Elle secoua la tête.

« J’ai l’impression que tu ne parles pas de la capacité de faire éclater des rochers ici..., » lui dis-je.

« C’est juste la force brute ça. Un individu a de la force, de la rapidité, de la dextérité, de la magie, et de l’excellence magique qui augmente avec la puissance. » Expliqua-t-elle avant d’utiliser ses griffes pour dessiner quelques symboles sur le sol.

Je n’en reconnais aucun... Pensais-je en clignant les yeux.

« La force est gagnée en soulevant des poids, en faisant des efforts en général. » Elle point le symbole à son extrême droite « la vitesse est augmentée en poussant son corps à sa limite en courant puis récupérant et recommençant cela. » Elle désigna le suivant. « La dextérité est la plus délicate à augmenter de tout parce que l’on doit entraîner la façon dont l'on bouge, par exemple en faisant de l’entraînement à l’épée ou à la dague. Certains disent que le tricot et l’étirement peuvent aider. L’énergie magique est augmentée par la méditation et en concentrant cette énergie dans son cœur, tandis que l’excellence magique est gagnée en prenant son temps avant de lancer un sort et en se concentrant dessus jusqu’à le comprendre. Eh bien, il y a plus que ça, mais tu as l’idée maintenant, non ? » Me demanda-t-elle en souriant.

« Oui, j’ai compris... mais je suis surpris que tu me dises cela et ne me tues pas..., » lui dis-je.

Kataryna me regarda puis elle regarda la caverne autour de nous.

Elle laissa échapper un soupir puis dit. « Si tu écoutes, tu comprendras... »

Écouter ? Quoi ? Les chauves-souris ? pensais-je en clignant des yeux confus vers elle.

Elle me regarda et dit. « Tu n’as pas compris, n’est-ce pas ? » Elle ferma les yeux.

Désolé Lady, je ne suis pas télépathe ! Je voudrais en être un, mais je ne le suis pas ! avais-je répondu intérieurement, mais j’avais gardé ma bouche fermée.

« Pour l’instant, disons simplement que tu es en vie, grâce à l’un de mes caprices, » elle m’avait regardé et avait incliné légèrement la tête vers la gauche. « Tu m’as sauvé la vie, et pour quelqu’un comme moi, ce n’est pas quelque chose qui soit facilement ignorable. Si je t’avais tué, mes vieux maîtres se tordraient dans leurs tombes et sortiraient en tant que Dragon Squelettique pour me hanter ! Hahahaha ! »

La dragonne avait eu un rire mignon, mais elle avait dit des choses m’étant inconnues. Tant que je ne finissais pas comme un insecte éclaté contre la paroi de la grotte, ça m’allait. De plus, je ne me sentais pas en danger. Au contraire, je me sentais en sécurité avec elle, ce qui était bizarre, car quelques instants plus tôt nous essayions de nous tuer.

Est-ce que je deviens une sorte de masochiste ? Elle est une ennemie. C’est elle qui a envoyé voler Seryanna dans un mur, kidnappé Kléo et mit le feu au manoir, non ? pensais-je en essayant de me souvenir de toutes les raisons pour lesquelles je devrais la craindre.

« Eh bien, comme je le disais... Le pouvoir est toute autre chose. Même moi, je ne sais pas exactement ce que c’est, mais les temples ont un moyen de le savoir. Si tu y vas et que tu demandes au prêtre de te le montrer, il te conduira dans une chambre. À l’intérieur, tu seras seul avec une sphère noire sur un piédestal. C’est la salle de lecture. En plaçant la main sur cette sphère et en lui insufflant de la magie, un petit nombre s’affichera dessus. Ce sera ton pouvoir actuel. » Expliqua-t-elle avec un sourire.

J’avais cligné des yeux surpris, puis lui avais demandé. « Quelle est ta valeur actuelle ? »

« La dernière fois que j’ai vérifié, c’était 1290, il me semble. »

Le Panake Sacré sur une Licorne Arc-en-Ciel ! Elle parle de niveaux ! Cet idiot de Dieu nous a menti ! Il nous a dit que seuls nous, les héros, pouvions voir les niveaux, mais d’après ce que Kataryna vient de me dire, tous ceux allant dans un temple peuvent apprendre leur niveau. La seule différence est qu’ils l’appellent pouvoir. Eh bien... techniquement, ce serait le niveau de puissance, tout de même... WÔW ! pensai-je en clignant des yeux surpris.

« Il est maintenant au niveau 1294..., » marmonnai-je dans ma stupéfaction.

« Tu peux voir le pouvoir d’un individu ? » Demanda-t-elle en plissant les yeux vers moi.

J’ai foiré.

« Peut-êêêêtre ? » avais-je souri stupidement.

« Ne le mentionne jamais à un prêtre, ils penseront que tu es un blasphémateur ou une sorte de démon. » M’avertit-elle en secouant la tête.

« Merci ? » Je devenais de plus en plus confus.

Pourquoi croiraient-ils ça ? Me demandai-je.

***

Partie 2

Il y a un instant, nous nous battions jusqu’à la mort, mais maintenant, elle m’expliquait des choses et me donnait des leçons de survies ? Était-ce un rêve ? Suis-je mort ? Qu’est-ce qu’il vient de se passer ?

« Quel est ton niveau de pouvoir, jeune homme ? » m’avait-elle demandé.

J’avais dégluti. « Euh... Je n’ai pas vérifié, laisse-moi voir ça. Statut, » avais-je dit en regardant l’écran.

Nom : Alkelios Yatagai

Race : Humain

Niveau : 141

Force : 16 +342 +607,5 +140,5

Vitesse : 14 +256 +452,5 +178,5

Dextérité : 20 +257,2 +527 +77,5

Magie : 16 +200,5 +251 +832,5

Chance : 100

Excellence magique : 1 % + 7 % + 8,5 % + 11,5 %

Compétences : Montrer ? O/N

Points de compétences : 80

Points de statistiques : 1400

Eh bien... ce sont beaucoup de points de compétences et de statistiques ! Au moins, je peux guérir Brekkar maintenant, mais... wôw, juste WÔW ! pensai-je en regardant les chiffres, et pensées que je devais encore assigner chacun de mes points de statistiques.

« 141 » dis-je à Kataryna.

En entendant le nombre, elle commença à rire, en tenant son estomac. Sa voix résonnait avec les murs. Je me sentais l’envie d’aller creuser un trou et de m’y cacher.

« BWAHAHAHAHA! D’imaginé que moi, une dragonne de pouvoir supérieur à 1290, ait pu perdre face à quelque ayant un pouvoir de 141 ! Hahahaha ! Comment est-ce possible ? » Me demanda-t-elle avec des larmes dans les yeux.

« Euh ! La chance, je suppose ? » Dis-je en haussant les épaules.

« La chance !? Pour quelque chose comme ça, tu dois avoir la bénédiction de tous les Dieux réunis ! Eh bien, ça explique pourquoi tu étais capable d’esquiver mes attaques comme ça. Même Brekkar n’a pas été capable de les esquiver, et il est un maître en la matière ! » déclara-t-elle les larmes aux yeux.

« Et peut-être que le fait qu’il soit en train de mourir..., » avais-je en plissant les yeux vers elle.

« En train de mourir ? Je ne l’ai pas frappé si fort ! » Elle fronça les sourcils.

« Eh bien, ce n’est pas toi... » Je secouai la tête.

Tout à coup, l’air autour de moi commença à changer, devenant plus froid. Kataryna avait l’air contrariée.

« Qu’est-il arrivé ? Est-ce que quelqu’un d’autre a attaqué le vieil homme ? » M’avait-elle demandé.

« Euh, tu ne sais pas ? » demandai-je en levant un sourcil.

« Savoir quoi ? » Elle fronça les sourcils.

« La raison pour laquelle tu as attaqué le manoir comme ça n’est-elle pas à cause de la faiblesse de Brekkar ? » Demandai-je.

« Non ! » Rétorqua-t-elle, sa queue fouettant l’air derrière elle. « Mes subordonnés ont dit que sa petite-fille s’est jouée de nous et nous a volé quelque chose ! Quand je suis arrivé, la maison était déjà en feu... et..., » elle s’arrêta et ferma les yeux. « Est-ce que Seryanna a mentionné quelque chose à propos d’une bague ? » demanda-t-elle en me regardant.

« Ouais... elle est allée la rendre. Elle était avec moi jusqu’à bien plus tard qu’aujourd’hui. Et c’est le même jour que j’ai eu l’armure que tu as détruite en un coup. » Je lui avais dit la vérité.

Sa queue avait fouetté l’air et s’était écrasée sur le sol derrière elle, provoquant une grosse fissure. Cette dragonne était de mauvaise humeur.

« Cet enfoiré ! Il m’a dupé ! » Grogna-t-elle.

« Quelqu’un peut-il vraiment te duper ? » demandai-je, étonné. Elle était la meilleure... eh bien, dragonne par ici, après tout.

*Soupir* « ... Oui, c’est possible..., » répondit-elle en se grattant l’arrière de la tête.

« Donc, je commence à deviner que tu n’étais pas celle ayant planifié l’attaque ? » Demandai-je.

« Comme je l’ai déjà dit, je suis arrivée APRÈS le début de l’attaque. Brekkar m’a attaqué, je me suis défendue, puis je suis partie. Quand je suis revenue ici, j’étais sur le point de prendre un bain, quand tout à coup, mes subordonnés ont rapporté une attaque de chevaliers. Je pensais qu’ils venaient nous exterminer, alors je suis sortie et je vous ai trouvé... ensuite, tu connais le reste, » elle haussa les épaules alors qu’elle expliquait le cours des événements, mais quelque chose n’allait pas.

« Attends, alors tu n’es pas celle contrôlant tout depuis l’ombre ? » demandai-je.

« D’une certaine manière. Je peux déplacer tout le groupe et faire ce que je veux avec. Ils suivront mes ordres, mais j’ai quelques subordonnés qui s’occupent de ce genre de chose indiscrète. Cette fois, c’était l’un d’entre eux ayant ordonné l’attaque, » avait-elle expliqué.

En d’autres termes, elle était la chef, mais seulement de nom. Elle avait la force pour se le permettre, mais elle n’était pas concentrée à 100 % sur ce groupe. Si elle l’était, elle aurait pu étendre son influence et son pouvoir à des niveaux sans précédent. Avoir assez de bandits pour s’emparer même d’une petite ville était tout à fait possible, mais elle n’avait pas de telles intentions, ce qui m’avait fait me demander ce qu’elle comptait exactement faire en devenant la chef des bandits en premier lieu ?

« Pourquoi ça ? » Demandai-je.

« Quand un dragon ou un autre individu atteint la puissance de 1000, ils passent par ce que l’on peut appeler un éveil supérieur. Quand cela arrive, tu subis un certain changement..., » elle me regarda alors dans les yeux, et j’avais l’impression qu’une sage Déesse me regardait. Un frisson parcourut ma colonne vertébrale et je déglutis. « Tu vois le monde différemment. Tu te sens différent. Tu es immortel et plus puissant qu’avant. C’est incroyable, mais en même temps... Une malédiction. » Elle ferma les yeux.

« Une malédiction ? » Demandai-je confus.

Cet éveil supérieur dont elle parlait était quelque chose d’étrange pour moi. Je ne pouvais pas imaginer qu’atteindre le niveau 1000 nous faisait obtenir tant de choses, mais je ne voyais pas cela comme une malédiction. D’un autre point de vue, l’idée de devenir immortel était nouvelle pour moi. Avec cela, je pourrais compenser la différence de durée de vie entre Seryanna et moi. Eh bien, l’idée était belle, mais j’avais le sentiment qu’il y avait plus que ça.

« Tu perds quelque chose... » Elle baissa les yeux vers sa main. « Tu ne ressens plus le besoin d’avancer, de devenir plus puissant. Il y a un manque d’ambition, d’émotion. Tout le monde autour de toi te voit comme quelque chose de grand, tu peux vivre tant que tu le souhaites, et il y a très peu de personnes pouvant t’arrêter. En atteignant ce genre d’état... » Elle avait aussi regardé dans mes yeux. « Il n’y avait plus rien attirant mon attention, rien d’intéressant... jusqu’à ce que tu arrives, » elle avait sourit.

Je déglutis, et lui demandai « En quoi suis-je intéressant ? » Demandai-je.

« Tu me donnes une impression différente des autres... Il y a quelque chose m’attirant vers toi. Pour être honnête, chaque fois que je voulais lancer une attaque pouvant te tuer, j’hésitais. Quand je pensais que tu allais être touché et mourir à cause de mon attaque, je m’inquiétais, mais ensuite, tu réussissais à esquiver ou à revenir vivant, » me répondit-elle en me regardant dans les yeux, sa queue se balançant de droite à gauche.

« Qu’en est-il de ta première attaque ? » Demandai-je.

« Je t’ai testé... j’aurai pu te tuer en le voulant, mais quelque chose m’a dit de ne pas le faire... C’était étrange... » Elle avait souri puis avait tendu sa main griffue vers moi. Je m’étais figé en la regardant toucher ma joue. « Tu n’es qu’un fragile humain, alors pourquoi es-tu si... intéressant ? » Me demanda-t-elle.

« J’esquive bien ? » Demandai-je avec un sourire maladroit.

« Oui, tu es assez chanceux... je ne sais pas, mais il y a une aura mystérieuse autour de toi. Plus je me concentre sur toi, plus je veux m’approcher de toi... » Elle avait souri et avait baissé les yeux vers sa poitrine. « Je suis un peu âgée, mais je peux encore pondre un œuf..., » elle me regarda alors dans les yeux. « Tu me trouves attrayante, n’est-ce pas ? » Demanda-t-elle.

J’avais dégluti.

Elle ne pense tout de même pas à ça ? Me demandai-je.

« Je rigole. » Elle rigola et recula, me faisant cligner des yeux de surprise.

Cette femme joue avec moi ! me plaignis-je intérieurement.

« Mais, dis-moi, humain, qu’est-ce que tu veux dire par le fait que Brekkar soit en train de mourir ? » Demanda-t-elle en plissant les yeux vers moi.

Soudainement, elle était devenue sérieuse.

« Il est malade... C’est pourquoi sa petite-fille avait besoin de cette bague pour aller à la forêt Séculière. » Lui dis-je.

À ce moment, raconter un mensonge semblait un peu inutile, mais là encore, il y avait certaines pensées dans mon esprit me disant qu’elle était capable de facilement me tuer. N’ayant que peu de magie en moi et peu d’espace me permettant de bouger, je ne pouvais pas esquiver ou invoquer Jophiel. Kataryna en était consciente, je pouvais le parier.

« Une fois de plus, c’est une nouvelle pour moi. » Elle plissa les yeux et se frotta le menton. « Mon manque de désir de m’impliquer dans les affaires de qui que ce soit plus faible que moi m’a conduite dans une malheureuse situation. » Elle secoua la tête. « J’aurais dû tuer ce bâtard quand j’en avais l’occasion, mais je doute fort qu’il ait pu s’échapper de la grotte. » Elle poussa un soupir et me regarda.

« Pourquoi es-tu devenue un bandit ? » Demandai-je.

« Parce que je voulais voir comment c’était. Parce que je m’ennuyais et que je ne me soucie pas vraiment de ce que je fais. Parce que j’ai simplement vu passer le temps sans rien d’intéressant. Fondamentalement... parce que je me sentais vide. » Elle pencha la tête et ensuite me toucha la joue. « Jusqu’à ce que tu arrives. Peut-être que je devrais sérieusement penser à faire un œuf avec toi ? » Elle avait souri.

J’avais dégluti.

« Je... » Avant que je ne puisse finir ma phrase, elle me poussa et m’embrassa.

La dragonne glissa sa langue dans ma bouche et pressa le haut de son corps contre le mien, malheureusement, l’armure ne me permettait pas de sentir la souplesse de ses seins. Elle était aussi très douée pour embrasser.

« Puha~ ! » Elle se lécha les lèvres après le baiser et avait fait un sourire séduisant. « Je n’avais jamais embrassé d’humain avant. Mais je pense que j’aime ça. »

« Hein ? Qu’est-ce qu’il vient de se passer ? » Demandai-je un peu surpris et abasourdi, mais la douce sensation de ses lèvres me manquaient déjà.

« Je t’ai goûté... » Elle se recula et s’étira.

« Hein ? »

« À partir de maintenant, je ne serais plus un bandit, je te suivrai et je verrai toutes les choses intéressantes que tu pourras me montrer... » Elle me regarda ensuite. « Rater une telle occasion, ce serait une telle honte ! » Elle avait souri.

« Hein ? Peux-tu faire cela ? » Demandai-je, surpris.

« Pourquoi pas ? Je n’ai jamais tué quelqu’un juste pour le plaisir. Voler n’a jamais été quelque chose m’intéressant non plus, même si mes compétences appartiennent principalement à un assassin, et je peux facilement me faufiler dans la maison de quelqu’un. » Elle haussa les épaules.

« Tu es un assassin ? » Clignai-je des yeux en raison de la surprise.

Attends une seconde ! Les assassins ne sont-ils pas supposés avoir très peu de points de vie et n’utiliser que la magie des ombres ? Elle est un personnage au niveau d’un boss, elle ne peut pas être un assassin ! me suis-je immédiatement plaint dans mon esprit, alors que mes connaissances sur les assassins entraient en collision avec la réalité.

« J’ai dit que mes compétences appartenaient principalement à un assassin, pas que j’en suis une. Je pense que mon ancien rang était Grande Chevalière de Zerudan, mais après l’effondrement du royaume, je suis revenue à un statut plus commun. Eh bien, ça n’a pas vraiment d’importance pour moi. » Elle haussa les épaules comme si ce n’était rien.

En me relevant, je laissai échapper un soupir et essayai de comprendre tous les événements. Fondamentalement, Kataryna était une Grande Chevalière qui avait atteint le niveau 1000, également connue sous le nom d’éveillée supérieure. Cela lui donnait un étrange état d’esprit la rendant indifférente à beaucoup de choses autour d’elle, y compris sa personnalité, mais elle embrassait tellement bien ! Elle ne savait pas non plus que Brekkar était malade. Apparemment, quelqu’un d’autre avait tiré les ficelles derrière cette attaque, mais avec la grotte plus tôt, il était fort probable qu’il soit mort sinon, il va avoir du mal à lancer une contre-attaque quelconque.

Et maintenant, je suis coincé avec elle dans cette grotte, et j’ai l’impression que ma virginité est en danger, mais cette chose ne serait pas entièrement mauvaise... Kataryna est magnifique, mais... oui... Seryanna. Pensai-je en soupirant.

Eh bien, si nous atteignons ce point, et qu’elle ne m’a pas tué, ça ne servait à rien de ne pas le faire, alors...

« Kataryna, veux-tu devenir mon amie ? » lui avais-je demandé.

La dragonne cligna des yeux de surprise quand je lui avais demandé ça.

« Ami ? Personne ne m’a demandé de devenir son ami depuis très longtemps... » Elle sourit et hocha la tête. « Je serai ton amie. »

Ding.

Vous avez une nouvelle amie : Kataryna Georg.

***

Partie 3

« Qu’est-ce que c’est ? » M’avait-elle demandé en pointant sa main vers un message invisible devant elle. « Ah ! Ça a disparu ! Alkelios ? Tu es Alkelios Yatagai ? » demanda-t-elle en inclinant la tête.

« Oui ! Ravie de te rencontrer aussi, Kataryna Georg, j’espère que nous pourrons devenir de bons amis à partir de maintenant ! » lui dis-je en souriant.

« Moi aussi, » elle hocha la tête.

« Maintenant, comment va-t-on sortir d’ici ? » Demandai-je.

« Bonne question..., » rit-elle.

« Tu ne sais pas ? » clignai-je des yeux en raison de la surprise.

« Je ne sais pas, mais je peux trouver. » Elle avait souri en disant ça.

« Comment ? » demandai-je en plissant les yeux vers elle.

« Nous allons suivre le chemin là-bas, » elle avait pointé quelque chose derrière moi.

« Là... je ne vois rien. »

« Peut-être que c’est un peu difficile pour les yeux d’humains normaux ? » elle se gratta la joue.

« Peut-être... Yeux de chaton, » dis-je en activant la compétence.

Je ne ressentais plus le drain de magie de la compétence, alors peut-être que j’avais gagné quelques points de statistiques venant de Kataryna. Grâce à cela, je pouvais parfaitement voir dans le noir, bien que, techniquement parlant, l’iris félin n’était pas ce qui lui permettait de voir dans le noir.

« C’est une étrange compétence que tu as là, et ton aura semble s’être renforcée tout à l’heure, intéressante..., » dit-elle avec un sourire alors que sa queue se balançait de droite à gauche.

« Eh bien, mes yeux ont changé grâce à une compétence. Cela me permet de voir dans le noir et tout autour de moi. Mon aura a changé grâce à la compétence Dompteur de Dragon, » lui avais-je dit en commençant à me diriger vers le couloir sombre.

Il y avait quelques cristaux fluorescents ici et là, ce qui éclairait un peu l’endroit, mais la plupart d’entre eux étaient au plafond où derrière nous. Il s’agissait de la lumière que j’avais vue lorsque j’étais sous l’eau.

« Que permet cette compétence ? » m’avait-elle demandé en inclinant la tête.

« Peux-tu promettre de ne parler à personne de ça ? » demandai-je en m’arrêtant et la regardant par-derrière.

« Tu peux toujours sceller mes lèvres avec un baiser, mais je vais garder cela secret. Tu as ma parole en tant que Kataryna Georg, ancienne chevalière, » elle hocha la tête et fit un petit salut.

« D’accord, eh bien... ça me permet de devenir ami avec les dragons et en échange de cette amitié, je gagne de la force, de la vitesse, de la dextérité, de la magie et de l’excellence magique, tandis que le dragon obtient la capacité de devenir plus fort plus rapidement. Eh bien, je l’appelle niveau..., » expliquai-je.

« Hm, une capacité utile pour toi, mais les avantages que je reçois sont plutôt minimes. Je n’ai aucun intérêt à devenir plus forte, mais encore une fois... devenir ton ami est beaucoup plus intéressant, » elle sourit et agita la queue un peu plus vite.

« Tant que tu ne me tues ou ne me trahis pas, je suis d’accord avec ça. » Lui dis-je.

« Je ne trahis jamais mes amis. C’est un fait. » Elle hocha la tête. « Hm, maintenant que je te regarde mieux, je pense que la raison pour laquelle je me sens attirée par toi et je te trouve intéressant est à cause de cette compétence Dompteur de Dragon. »

Ses mots m’avaient un peu surpris.

« Que veux-tu dire ? » Lui demandai-je.

« Eh bien, beaucoup de compétences dans ce monde ne sont pas ce que leur nom montre. Il est possible que ta capacité soit sélective quant à la personne pouvant devenir ton ami, et en même temps, elle les attire vers toi subtilement. Le sentiment que je ressens pour toi pourrait être celui émanant de ce trait particulier de cette compétence. Tu es vraiment un homme fascinant et intéressant ! » Rigola-t-elle.

« Je n’y ai jamais pensé sous cet angle... on en apprend tous les jours. » Dis-je.

Après notre petite conversation, nous avons continué à avancer à travers le tunnel. Kataryna prit les devants, car elle pouvait lire les vents et savoir où était la sortie plus rapidement. Pendant que nous le faisions, nous n’avions pas beaucoup parlé, nous nous étions juste dirigés vers la sortie.

Pendant ce temps, j’étais un peu curieux de quelque chose, alors j’avais regardé mon statut.

Nom : Alkelios Yatagai

Espèce : Humain

Niveau : 141

Force : 16 +342 +607,5 +140,5 +1605

Vitesse : 14 +256 +452,5 +178,5 +2111

Dextérité : 20 +257,5 +527 +77,5 +1778

Magie : 16 +200,5 +251 +832,5 +602,5

Chance : 100

Excellence magique : 1 % + 7 % + 8,5 % + 11,5 % + 7,5 %

Compétence : Montrer O/N

En d’autres termes, mes compétences étaient ça :

Force : 2711

Vitesse : 3012

Dextérité : 2660

Magie : 1902,5

Chance : 100

Excellence magique : 35,5 %

En voilà un niveau 141 surpuissant, mais même ainsi, mes statistiques d’origines étaient pathétiques. Quant à la dragonne aux écailles d’argent, ses statistiques étaient encore plus ridicules :

Nom : Kataryna Georg

Espèce : Dragonne supérieure de l’étincelle de glace

Niveau : 1294

Force : 6420

Vitesse : 8444

Dextérité : 7112

Magie : 2410

Chance : 41

Excellence magique : 30 %

Buffs actuels : Dompteur de Dragon multiplie par trois l’absorption d’énergie des morts et lors de l’apprentissage.

Sagesse des anciens : Buff obtenu lors de l’éveil supérieur. Offre à l’individu une nouvelle vision du monde. Augmente l’intuition de la personne. Confère à la personne l’aura d’un sage.

En voyant son statut, je lui avais demandé. « Qu’est-ce qu’un Dragon supérieur ? »

Kataryna se figea et me regarda. « Comment connais-tu ça ? » demanda-t-elle.

« C’est dit sur ton statut, » répondis-je en haussant les épaules.

« Ta capacité, non ? » Demanda-t-elle.

« Oui, » lui répondis-je.

« Soupir... je suppose que ça ne sert à rien de te cacher quoi que ce soit, » dit-elle en se grattant l’arrière de la tête, puis avec un sourire malicieux, elle me dit. « Embrasse-moi, et je te le dirai. »

Je déglutis. « D’aaaacord ? »

Ce n’était pas comme si je n’aimais pas cela, d’ailleurs, je n’étais pas dans une relation stable avec quiconque.

En s’approchant, elle me regarda dans les yeux, puis avait approché ses lèvres. Cette fois-ci, elle n’était pas aussi agitée, mais c’était toujours aussi incroyable. Quand elle se recula, elle se lécha les lèvres et gloussa.

« C’était délicieux, merci. »

« Oui... de rien. » Je ne comprenais pas tout à fait.

« Maintenant, les dragons supérieurs sont ceux ayant une grande affinité avec certains éléments. Par exemple, je suis une dragonne supérieure de l’étincelle de glace. Bien que je puisse aussi utiliser des sorts des ténèbres et des ombres, mes sorts de glace et d’éclair sont bien plus puissants que ceux d’un dragon normal. Si je le voulais, je pourrais invoquer un blizzard pour enterrer toute la ville de Tomeron sous la neige. Je pourrais aussi congeler un lac entier en claquant des doigts, alors qu’un dragon supérieur de flamme pourrait le transformer en vapeur. Il y a peu d’individus spéciaux étant un dragon supérieur d’un élément. Ils sont plus ou moins un mythe, mais on dit qu’ils ont l’éveil le plus difficile, mais qu’ils sont aussi les plus puissants quand ils utilisent leur élément. Quand ils passent l’éveil supérieur, on dit qu’ils ont un pouvoir égal à Dieu en cet élément. Bien sûr, ce ne sont que des rumeurs et très probablement ça ne se réfère qu’à une très haute affinité avec un élément. » Expliqua-t-elle calmement sans rien cacher.

« C’est comme ça que tu as pu geler cette pièce là-bas ! » Dis-je en me souvenant de cette pièce.

« C’était un jeu d’enfant ! » Rigola-t-elle.

« Mais à quel point est-ce difficile pour un dragon supérieur de s’éveiller ? » demandai-je curieusement, en voyant Seryanna dans un tel cas.

« Très dur... Certains disent qu’ils ont des conditions impossibles à remplir. Je n’en ai jamais rencontré un. La plupart du temps, ils sont tués avant de s’éveiller ou ne parviennent pas à le faire et finisse par mourir de vieillesse, » avait-elle expliqué en secouant la tête.

« Tué ? » demandai-je en déglutissant.

« Oui. Comme c’est le cas dans le royaume humain et tous les autres, il y a ces individus qui ne voient pas d’un bon œil quelqu’un avec un tel potentiel. Ils préfèrent risquer une guerre plutôt que de donner à un dragon supérieur l’occasion de s’éveiller, » elle hocha la tête et fit une expression attristée. « Mon dernier ami... il fut victime d’un tel complot. »

« Je suis désolé de l’apprendre. »

« Ne t’inquiète pas, cela s’est passé il y a plus de 500 ans. » Elle me fit un doux sourire, mais je pouvais voir dans ses yeux qu’elle ne s’était jamais remise de sa mort.

Peut-être quelqu’un de très proche d’elle ? Plus qu’un ami ? Me demandai-je alors que nous continuions à marcher.

Environ deux heures plus tard, nous avions finalement atteint la sortie. Il faisait sombre dehors, mais c’était si bon de respirer l’air frais de la liberté.

« Cela a pris beaucoup moins de temps que ce à quoi je m’attendais, » avait déclaré Kataryna un peu surprise.

« Il nous a fallu environ quatre heures pour trouver la sortie de ce labyrinthe ! Quatre heures ! » Lui rappelai-je.

« Oui, normalement, ça aurait dû nous prendre des jours même avec mes compétences, » répondit-elle en secouant la tête.

« Nous sommes juste chanceux, allons chercher Kléo et Seryanna, puis retournons vers Brekkar, donnons-lui le remède et prenons une bonne nuit de repos ! » déclarai-je joyeusement en m’étirant.

« Comment allons-nous les trouver ? » Demanda Kataryna curieuse.

« La compétence Dompteur de Dragon a la capacité de me permettre de suivre l’un de mes amis. Actuellement, c’est sur Kléo, » avais-je dit en souriant.

« C’est comme ça que tu as trouvé mon repère si rapidement. Intéressant. » Elle agita sa queue de gauche à droite.

« Ça doit être par là ! » Dis-je en pointant une direction avec ma main gauche.

« Bien ! Je vais voler et t’amener là-bas. » Dit-elle.

« Hein ? » J’avais cligné des yeux surpris, mais à ce moment-là, Kataryna avait déployé ses ailes et avait décollé.

En quelques mouvements d’ailes, elle était déjà haute dans le ciel avec moi dans ses bras.

« Comment est la vue ? » Demanda-t-elle avec le sourire.

En levant les yeux, j’étais sur le point de dire sexy, mais je m’étais abstenu et lui avais dit : « C’est génial ! Mais ne nous emmène pas au-dessus des nuages, nous avons besoin de voir ce qu’il y a en bas. » Lui dis-je.

« Intéressant. Un humain normal crierait ou tremblerait en voyant cela, mais tu es calme, presque comme si tu en avais l’habitude, » déclara-t-elle en me regardant avec une lueur d’intérêt dans les yeux.

« Eh bien, d’une certaine manière. » Répondis-je en riant maladroitement ?

Et ainsi, nous avions volé vers mes deux autres amies, les dragonnes Kléo et Seryanna. Dans l’ensemble, cette aventure s’était déroulée comme je l’aurai souhaité... aucun de nous n’était mort.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Dragondessonges

    Bonsoir la 3eme partie n'ai pas visible est ce normal ?

  2. Merci pour le chapitre )

Laisser un commentaire