Wortenia Senki – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Clash

Partie 1

« Tout le monde ! Nous avons enfin atteint ce champ de bataille… ! La dernière confrontation va commencer. Cette bataille va décider du sort du royaume de Rhoadseria. L’ennemi est peu nombreux. Je suis convaincu que si chacun d’entre vous se bat au mieux de ses capacités, notre victoire sera inébranlable. Je crois en votre loyauté et votre force… ! Que la victoire soit sur nous ! Gloire au royaume de Rhoadseria ! »

La princesse Lupis se tenait sur une plate-forme, parlant devant les chevaliers. Ils répondirent à son oraison par des acclamations qui firent trembler les plaines d’Héraklion.

« « « Victoire ! Que la victoire soit sur nous ! Gloire au royaume de Rhoadseria ! » » »

Levant leurs poings vers le ciel, les chevaliers applaudirent en enfonçant le bout de leurs lances dans le sol. Les rancunes que le général Albrecht avait accumulées au fil des ans parmi les chevaliers étaient maintenant sur le point d’entrer en éruption comme un volcan. Enfin, ils avaient leur chance de se venger.

Et, à ce moment-là, dans des conditions extrêmement favorables, les effets de la défection du duc Gelhart aux côtés de la princesse Lupis furent rapides et visibles. Ce n’était pas pour rien qu’il avait passé ses années au palais, mêlé à des luttes de pouvoir politiques.

Le duc Gelhart avait accepté toutes les conditions de Ryoma et avait immédiatement commencé à travailler pour saper les autres nobles, notamment ceux qui se trouvaient sous le comte Adelheit. Combiné aux efforts de Ryoma lui-même, les résultats de ces actions furent extrêmement puissants.

Tout cela s’était passé la veille du discours de Lupis aux chevaliers. Le comte Adelheit ne put contenir sa surprise en apprenant la visite inattendue du duc Gelhart, mais le salua quand même par politesse.

« Ah, duc Gelhart… Mes excuses pour l’autre jour… »

Le comte Adelheit se trouvait actuellement dans un camp près d’Héraklion, où il rassemblait ses forces pour rencontrer celles de la princesse Lupis. Le comte Adelheit avait été très surpris de découvrir que le duc Gelhart avait quitté la sécurité des murs d’Héraklion pour les zones dangereuses du champ de bataille.

« Oh, non, pardonnez mon intrusion soudaine. »

C’était le genre de discours auquel on s’attendrait à ce moment-là. Il était indéniable que le duc Gelhart était très amer de la trahison du comte Adelheit. Il avait servi à ses côtés pendant de nombreuses années dans la faction des nobles. Il était normal qu’il soit bouleversé.

Cependant, on ne pouvait pas voir cette colère brûler dans les yeux du duc Gelhart. C’était un homme hautain, certes, mais il était capable de se déprécier autant qu’il le fallait, si cela répondait à ses besoins. On pourrait peut-être dire que c’était un bon acteur. Ou simplement un adulte.

Bien sûr, il ne pouvait pas vraiment tromper le comte Adelheit, qui avait été son numéro deux pendant des années, mais cela servait quand même à apaiser la conversation. Les gens étaient plus enclins à écouter quelqu’un lorsqu’ils parlaient calmement, et à ne pas écouter lorsqu’on les regardait de haut.

« Quand même, vous voir venir jusqu’ici… Je dois me demander ce que vous pourriez faire avec moi. Nous nous préparons à combattre comme l’a ordonné le général Albrecht, je n’ai donc pas beaucoup de temps libre… Notre combat contre la Princesse Lupis va bientôt commencer… »

Les paroles du comte Adelheit étaient correctes, mais elles avaient des implications. En d’autres termes, il n’avait pas de temps à consacrer au duc Gelhart, un homme sur le déclin.

« Ah, je suis désolé d’apprendre que je vous ai trouvé à un mauvais moment… Mais comte Adelheit, avez-vous entendu parler des mesures draconiennes que prend la princesse Lupis en ce moment ? » demanda le Duc Gelhart, d’un ton inquiétant.

Le comte Adelheit savait ce que le duc Gelhart allait faire, mais il ne pouvait pas s’empêcher de demander.

« Des mesures drastiques… ? Qu’est-ce que la princesse complote au juste ? »

« Êtes-vous intéressé ? »

« Bien sûr. Dites-le. »

Si la princesse Lupis essayait une sorte de tactique, le comte Adelheit ne pouvait pas l’ignorer, même si c’était le duc Gelhart qui délivrait la nouvelle. L’instinct des nobles les poussait à assurer la sécurité de leur foyer. Être poussé par l’émotion et ignorer cela ne suffirait pas. Il lui faudra simplement confirmer la vérité de ce qu’il avait entendu ici plus tard.

Le duc Gelhart parla brusquement, le comte Adelheit le regardant avec suspicion, essayant de vérifier l’authenticité de ses paroles.

« La princesse Lupis a envoyé de petits groupes de ses chevaliers pour brûler les territoires des nobles associés au général Albrecht. »

À ce moment, le comte Adelheit était devenu complètement pâle.

« Ce n’est pas possible ! C’est impossible… La princesse Lupis n’est pas de ceux qui permettraient une telle conduite ! »

Adelheit ne pouvait s’empêcher d’élever la voix. Il était vrai que brûler des territoires était une tactique viable dans les guerres prolongées. Ravager les territoires de l’ennemi, c’était mettre en pièces leurs fondements financiers et exercer une pression psychologique. Cela permettait également à l’autre partie d’acquérir plus de biens pour financer son effort de guerre. C’était une stratégie vraiment efficace.

Mais cette guerre était différente. C’était une guerre entre compatriotes rhoadseriens. La princesse Lupis, en brûlant les territoires des nobles, porterait un coup à l’économie de son propre pays. C’était en fait une tactique suicidaire qui lui causera autant de dommages qu’à ses ennemis.

Et pour commencer, Lupis Rhoadseria, connue pour être miséricordieuse, emploierait-elle une tactique qui accablerait ses roturiers ?

« J’ai du mal à le croire… La princesse ne ferait pas ça… Êtes-vous sûr de ne pas avoir mal entendu ? »

La question du comte Adelheit était compréhensible. Il l’avait vue dans quelques audiences et ne pensait pas qu’elle était une personne de ce calibre. C’était précisément ce que visait le duc Gelhart. Il était convaincu d’avoir réussi à tromper le comte Adelheit avec ses mots.

« C’est vrai. La princesse Lupis est gentille, comme vous dites… »

« Effectivement, donc vous devez vous tromper. Elle n’accepterait jamais de faire du mal aux citoyens de Rhoadseria ! »

Son ton semblait indiquer que, bien qu’il soit du côté des rebelles, le comte Adelheit ne semblait pas comprendre qu’il était opposé à la princesse Lupis. C’était peut-être la preuve qu’il ne comprenait pas le vrai sens de cette guerre. Dans une guerre conventionnelle, attaquer les territoires de l’ennemi lorsqu’ils étaient relativement peu surveillés était une tactique évidente.

Mais la perception quelque peu complaisante du comte Adelheit était celle que partageaient la plupart des nobles qui avaient rencontré la princesse Lupis en public. En d’autres termes, c’était sa nature gentille et miséricordieuse qui au départ les avait poussés à se rebeller.

Oui, le point de vue du comte aurait en fait été correct… Jusqu’à présent.

Le duc Gelhart supprima le sourire qui s’élevait à ses lèvres et continua à parler avec une expression humble.

« Cependant… Cet homme servant sous les ordres de la princesse ne reculerait pas devant des moyens aussi ignobles… »

L’expression du comte Adelheit se raidit. Il avait deviné ce que le duc Gelhart essayait de dire.

« Cet homme… Vous voulez dire, ce diable dont parle les rumeurs… »

« En effet… Ils l’appellent le diable d’Héraklion »

Le duc Gelhart hocha lentement la tête.

« Ryoma Mikoshiba… »

Le comte Adelheit prononça son nom avec crainte.

Le duc Gelhart acquiesça en silence.

Ryoma Mikoshiba. L’homme qui avait noyé des milliers de personnes lors d’une inondation et qui avait sauvagement tué les survivants. Les habitants d’Héraklion et de ses environs l’avaient surnommé avec terreur le « Diable d’Héraklion. »

C’était une fausse image qui résultait des rumeurs que Ryoma avait répandues et qui étaient grandement exagérées, mais les masses non éduquées y croyaient. En effet, même dans ce monde de luttes sans fin, un commandant qui n’acceptait aucune reddition et ne faisait aucun prisonnier était inhabituel. La plupart prenaient tous les prisonniers qu’ils pouvaient dans l’espoir de demander des rançons pour eux, ou les vendaient à des marchands d’esclaves.

Les rumeurs avaient déjà atteint les oreilles du comte Adelheit. Après tout, de nombreux roturiers les avaient mises en avant lorsqu’ils avaient supplié qu’on leur permette de rentrer chez eux.

« Mais… Ce ne sont que des rumeurs, pas vrai ? Ne me dites pas que c’est un vrai diable ? »

Le duc Gelhart se mit à rire avec force et secoua la tête.

« Je ne m’attendais pas à entendre de telles absurdités de la part d’un comte comme vous. Les seuls qui le croiraient diabolique étant le bas peuple. »

Mais il s’arrêta de rire, et toute émotion quitta son visage. Il regarda autour de lui, comme s’il était inquiet que ce diable puisse se cacher dans les environs.

« Mais je pense certainement que ce Mikoshiba est assez cruel et impitoyable pour être appelé un diable. Cette attaque par inondation et ses actions après cela m’indique clairement qu’il n’hésitera pas à brûler des territoires. »

Son murmure était rempli de terreur envers Ryoma. Bien sûr, ce n’était pas un vrai diable. Aussi impitoyable qu’il puisse être, il ne prenait aucun plaisir à tuer. Mais cette image de diable était importante, et le Duc Gelhart nourrissait une peur réelle envers Ryoma. Il ne faisait qu’à moitié la comédie. L’autre moitié, c’était ses sentiments sincères.

« Eh bien, oui, je suppose que c’est quelque chose que le Diable d’Héraklion pourrait faire, mais… êtes-vous sûr que ce que vous me dites est vrai ? »

Le comte Adelheit ne semblait pas encore y croire. Ou plutôt, il ne voulait pas y croire. Et le duc Gelhart comprenait parfaitement ce qu’il ressentait. Mais il n’était venu ici que pour semer les graines de la peur et de la suspicion dans son cœur.

« Oh, j’ai simplement entendu cette rumeur et j’ai pensé que je devrais la partager avec vous. Que vous y croyiez ou non, c’est à vous de décider, mon cher comte… Alors, maintenant. Je suppose que je ne devrais pas prendre plus de votre précieux temps. Je vais prendre congé. »

« H-Huh… Vous rentrez déjà ? Vous ne devriez pas vous dépêcher ! »

Le comte Adelheit semblait avoir oublié ce qu’il avait dit au début, il essayait maintenant de convaincre le duc de rester. Une partie de lui pensait qu’il ne pouvait pas le laisser partir après l’avoir laissé dans l’angoisse. Il voulait des informations plus claires.

« Oh, non, je n’osais pas m’imposer à vous plus longtemps… Ah, je sais. Si vous voulez en savoir plus, demandez aux commerçants de la ville. C’est là que j’ai appris cette rumeur. Je suis sûr qu’ils pourront vous donner une réponse plus claire. »

Le comte Adelheit ne pouvait plus le retenir après avoir dit tout cela.

« Je vois. Merci d’avoir partagé cette information avec moi. »

« Oh, non, excusez-moi de vous avoir dérangé alors que vous êtes si occupé. Je vous dis adieu. »

Cela dit, le duc Gelhart quitta la tente. Alors qu’il regardait cet homme partir, l’esprit du comte Adelheit s’affola.

« Venez ! J’ai besoin de quelqu’un ! »

Il sonna une cloche, ce qui incita un assistant à entrer. Le comte Adelheit lui ordonna de rassembler les commandants de son armée. Il les enverrait enquêter sur l’authenticité des rumeurs du duc Gelhart.

L’information lui était parvenue le soir même. Apparemment, certains de ses subordonnés avaient eu vent des rumeurs.

« Alors c’est vrai ?! »

Le comte Adelheit avait été surpris par le rapport de ses subordonnés.

« Il est difficile de dire si c’est vrai, mais… C’est effectivement ce que disent les marchands d’Héraklion… »

Les paroles de ses aides lui firent mal au cœur. Les nobles avaient toujours été ceux qui pariaient uniquement sur le cheval gagnant. Préserver le prestige, la richesse et le territoire de leur famille était toujours la première chose à laquelle ils pensaient. Ils s’accrochaient obstinément à leurs territoires, et même s’ils ne chérissaient pas leurs sujets, aucun gouverneur ne restait inactif et ne laisserait sa terre brûler.

Après tout, les nobles ne produisaient rien. Ils vivaient en se régalant des richesses produites par leur peuple. Ils ne pouvaient donc pas se permettre de laisser leurs terres. Et pour couronner le tout, cette expédition de soldats avait pris la plupart des hommes de leurs terres, n’y laissant que les femmes et les enfants. Il était impensable de mettre en place une telle ligne de défense, et les nobles qui quittaient leurs domaines pour venir ici seraient particulièrement touchés.

C’est mauvais… Terrible, même… Mais… qu’est-ce que je peux faire ?

Le comte Adelheit sentit l’anxiété le gagner. Si les rumeurs étaient vraies, il n’avait qu’un seul choix : retirer son armée et l’utiliser pour défendre son territoire et sa famille. Mais s’ils devaient faire demi-tour et rentrer chez lui sans avoir rien montré, il ne leur resterait que des dettes. Ses propres hommes n’avaient pas encore croisé leurs épées avec l’ennemi, mais ils mettaient pourtant leur vie en danger. Ne pas leur offrir de récompense serait trop demander.

Il en allait de même pour les roturiers. Ils avaient mis de côté leur gagne-pain quotidien pour s’engager. Ils n’avaient pas besoin d’une récompense, mais il faudrait au moins les exempter de l’impôt de l’année prochaine. Ainsi, quoi qu’il fasse, revenir les mains vides ne ferait qu’engendrer du mécontentement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire