Wortenia Senki – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 10

***

Chapitre 3 : Résolution

Partie 10

« Ce marchand d’esclaves, Azoth, c’est le type qu’on a rencontré cet après-midi ? »

« Oui. Nous savions lire et écrire, et nous avions une formation de base en arts martiaux et en magie, alors il nous a formés pour devenir des esclaves guerriers. »

Il était logique qu’elles aient appris à se battre dans ces circonstances. Ryoma pouvait voir pourquoi elles étaient ainsi devenues des esclaves guerriers.

« Je vois. Alors, comment avez-vous su faire un pacte de sang ? »

Les yeux de Ryoma brillèrent. C’était la question la plus importante.

« Quand nous étions plus jeunes, notre père nous a appris à faire le pacte de sang. Il a dit que cela pourrait nous être utile. »

« Il a fait ça… au cas où vous auriez gagné vos propres esclaves ? »

À l’origine, elles se trouvaient dans une position sociale où elles employaient des esclaves, de sorte qu’elles savaient comment lier les esclaves avec un contrat.

« Oui. Cependant, les esclaves ne peuvent pas faire un pacte de sang avec d’autres esclaves. Nous devions trouver quelqu’un qui était au moins un civil pour former le pacte de sang avec lui. »

Ryoma hocha la tête. C’était logique. Si les esclaves pouvaient former des pactes de sang avec d’autres esclaves, tout le système ne serait pas capable de les lier. Et ce n’était pas comme si n’importe quel roturier le ferait. Elles devraient choisir la bonne personne.

« Vous cherchiez quelqu’un de digne de confiance… Alors, ça veut dire que vous me faites confiance ? »

« Bien sûr. Vous vous êtes battu tout seul pour nous protéger, et j’ai pensé que vous étiez un homme digne qu’on vous serve. »

« J’ai ressenti la même chose. »

Sara hocha doucement la tête, renforçant les paroles de Laura.

« Aaaaah. »

Ryoma soupira fortement, après avoir entendu leur explication.

Eh bien, qu’est-ce que je dois faire d’elles maintenant… ?

C’était les sentiments honnêtes de Ryoma. Les regards des jumelles étaient fixés sur lui.

« Je comprends votre histoire. Mais si c’est le cas, je vous libère toutes les deux. On a eu l’argent du marchand d’esclaves, vous pouvez ainsi l’utiliser pour commencer une nouvelle vie. »

Ryoma fuyait l’empire, devoir s’occuper d’elles deux ne serait qu’un obstacle.

« Nous ne pouvons pas ! »

Cependant, les paroles de Ryoma avaient été clairement rejetées par Laura.

« Même si nous sommes devenus esclaves, nous avons encore l’orgueil et le sang des Malfist qui coule dans nos veines. Vous avez protégé nos vies et nos chastetés malgré le risque de mort. Laissez-nous vous servir jusqu’à la fin de nos vies. »

Les yeux des filles s’illuminaient, montrant une forte détermination.

« Non. Écoutez, je ne vous ai pas sauvées juste pour que vous me soyez reconnaissantes. Vous n’avez pas besoin d’aller aussi loin. »

Bien sûr, il ne voulait pas dire qu’elles ne devaient pas se sentir reconnaissantes du tout. Il s’attendait au moins à quelques mots de gratitude au strict minimum, mais cela allait trop loin.

« Non ! Laissez-nous vous servir ! » dit Laura alors que Sara acquiesça d’un signe de tête.

« Eh bien, bon sang… J’ai ma propre situation à prendre en compte, vous savez, » déclara vaguement Ryoma vaguement, seulement pour que Sara le comprenne.

« Est-ce… lié au fait que vous venez d’un autre monde, Maître ? »

« Pardon ? », dit Ryoma, le sourire persistant sur son visage.

Pourtant, les jumelles remarquèrent l’agitation de Ryoma dès qu’il changea d’attitude.

« Vous n’avez pas à vous inquiéter. Nous n’avons pas l’intention de le dire aux autres. Nous voulons simplement connaître votre situation. »

Un bref silence tomba sur la pièce.

« Pourquoi ? »

Ryoma finit par demander.

« Si nous voulons vous servir, Maître Ryoma, nous devons connaître ta situation. Nous vous demandons donc de nous faire part de votre situation. »

Un autre long silence persista.

Qu’est-ce que je fais ? Je pourrais les tuer pour les empêcher de parler, mais… non, ce serait stupide. Je me suis déjà donné tout ce mal pour refuser de les abandonner. Je m’y suis préparé dès le moment où j’ai choisi de les sauver… Très bien.

Des émotions contradictoires traversèrent l’esprit de Ryoma.

« D’accord, très bien. »

« « Le pensez-vous vraiment !? » »

Les paroles de Ryoma incitèrent les filles à se pencher par-dessus la table, et Ryoma leva les mains pour les arrêter.

« Je comprends ce que vous ressentez, mais personnellement, je n’ai pas besoin d’esclaves. Si vous choisissez de me suivre après que je vous ai tout dit, je veux que vous le fassiez non pas comme des esclaves, mais de votre plein gré. »

Il ne voulait pas qu’elles s’acquittent de leurs obligations en tant qu’esclaves, mais en tant que personnes ayant leur propre volonté et leurs propres choix. C’était la conclusion optimale que Ryoma avait choisie. Les sœurs échangèrent un regard après avoir entendu sa décision, puis Laura proclama d’une voix forte.

« Très bien. Si c’est la volonté de notre Maître ! »

Il semblerait que leur façon de penser n’ait pas beaucoup changé.

Ryoma leur raconta ce jour fatidique où il avait été convoqué dans ce monde. Comment, après avoir été convoqué, il tua le magicien qui l’avait convoqué. Comment il fuyait les soldats de l’Empire . Comment il avait l’avantage qu’ils ne savaient pas à quoi il ressemblait. Et enfin comment il planifierait maintenant son prochain mouvement.

Mais même après avoir clairement expliqué les dangers de voyager avec lui, les jumelles ne semblaient pas avoir changé d’avis. Bien au contraire, en fait.

« S’ils ne savent pas à quoi vous ressemblez, voyager avec nous rendra leur recherche encore plus difficile, pas vraie ? Ne supposeraient-ils pas que vous n’avez pas d’alliés dans ce monde ? »

Telle était sa proposition. Après avoir vu leur détermination à l’accompagner, entendu les avantages de leur voyage ensemble et dit qu’il finirait par les libérer de leur servitude, Ryoma décida d’autoriser les sœurs à venir avec lui.

« Êtes-vous sûres de vouloir venir avec moi ? J’ai l’intention de quitter ce monde dès que j’en aurai l’occasion. »

Ryoma n’avait pas l’intention de rester plus longtemps dans ce monde. Même si personne ne savait comment le renvoyer sur Terre, Ryoma avait l’intention de trouver un moyen de partir de rien s’il le devait. Telle était sa détermination.

« Dans ce cas, nous resterons à vos côtés jusqu’au jour où vous retournerez dans votre monde, » déclara Laura, un sourire sur son visage.

« Laura. »

Sara, qui se tenait à côté d’elle, se mit à lui parler.

« Ne pourrions-nous pas aussi aller dans le monde de Maître Ryoma ? »

« Mon dieu. Oui, c’est une option. Une idée merveilleuse ! Comme ça, on pourra toujours le servir. »

Les mots de Sara firent que l’expression de Ryoma fût épouvantée.

Un instant, bon sang… Les ramener avec moi ? Grand-père voudra voir ma tête au bout d’une pique… peu importe ce qu’Asuka pourrait faire.

Mais sans se soucier du conflit intérieur de Ryoma, les sœurs sourirent joyeusement.

J’y songerais quand le temps sera venu. Je devrais me concentrer pour l’instant sur le passage de la frontière.

Le lendemain, le trio traversa la ville d’Alue pour faire ses provisions et rassembler du matériel pour le voyage à venir. Les sœurs étaient plus habituées à un style de combat qui utilisait des cimeterres dans chaque main, mais malheureusement, personne à Alue n’en vendait.

Comme leur armure ne leur convenait pas (à cause de la taille de leur poitrine et de leurs hanches minces), ils se contentaient d’acquérir des épées et de lancer des couteaux.

Ce qui était vraiment stupéfiant, cependant, c’était l’héritage du marchand d’esclaves, Azoth. Ils apportèrent les pièces d’or à la banque et, comme prévu, il y en avait cinq cents. Ils portèrent les colliers et les bijoux chez un marchand de pierres précieuses, qui annonça un coût surprenant.

« Le montant total est de trois mille pièces d’or. »

« « « Hein !? » » »

Trois voix stupéfaites se chevauchaient dans la boutique du marchand de pierres précieuses.

« Êtes-vous mécontent du prix ? Franchement, c’est tout ce que je peux donner… »

Le marchand de pierres précieuses prit apparemment leur exclamation non pas comme une surprise face aux prix, mais comme une déception du total final.

« Ah ! Non, non… c’est parfait. »

Ryoma savait qu’il y avait beaucoup de bagues et de colliers dans le coffre, mais il n’avait jamais imaginé que cela lui rapporterait autant. Entendant la réponse de Ryoma, le bijoutier sourit.

Hein ? Est-ce que ce gars… essaye de nous escroquer ?

Peut-être pensait-il que Ryoma et les jumelles étaient des amateurs et qu’il avait injustement essayé de leur acheter les bijoux à bas prix. Cela dit, Ryoma n’avait aucune idée de combien ils valaient vraiment, et transporter autant de métaux précieux avec lui alors qu’il était en cavale serait un risque.

« Je vois ! Je vais donc tous les prendre. Cependant, je crains de ne pas avoir ce genre de montant en main… Un virement sur votre compte serait-il acceptable ? »

« Oui. Euh… » Ryoma jeta un coup d’œil aux jumelles.

Il n’était pas difficile pour Ryoma de comprendre qu’il était le seul à avoir un compte.

« Prenez ceci, alors. »

Bien sûr, même si l’utilisation de son compte était la seule option, il se sentait coupable d’avoir tout pris à son compte. Mais en voyant les sœurs hocher la tête, il lui remit sa carte.

« Avant de vous inscrire à la guilde, nous devons nous arrêter à la banque. »

« La banque, Maître ? »

Sara fit écho aux paroles de Ryoma.

Toutes les deux n’avaient pas vraiment de connaissances en matière d’aventuriers.

« Oui. Vous devez avoir un compte avant de vous inscrire, afin qu’ils puissent vous récompenser de vos missions. »

« Est-ce ainsi ? »

Les visages des sœurs étaient remplis de surprise et de respect.

Cette personne est vraiment incroyable. Il a été convoqué il y a seulement quelques jours, et il en sait déjà plus que nous.

Tandis que Laura était admirative, les pas de Ryoma s’arrêtèrent soudain.

« C’est vrai, nous y voilà. »

Ryoma passa par l’entrée de la banque, face à la rue principale.

Trente minutes plus tard.

Après avoir ouvert des comptes à la banque, le trio se dirigea vers la guilde et les filles complétèrent leur inscription. En plus de cela, le trio avait également appris des informations importantes au sein de la guilde et retourna à l’auberge.

L’empire bloquait les frontières. Lorsqu’il avait inscrit les sœurs à la guilde, il prit la décision de passer à la ville suivante, Adelpho, car ils étaient forcés de changer ses plans.

« Il nous faut un plan de secours. »

« Oui, je crois qu’aller à Adelpho serait une mauvaise idée, » déclara Laura.

« Je suis d’accord. Si c’était un blocus normal, nous pourrions passer en payant généreusement les forces stationnées. », dit Sara en hochant la tête.

« La princesse Shardina, hein… »

« Oui. »

Les deux hochèrent la tête en entendant les mots de Ryoma.

« Le blocus est commandé sous les ordres directs de la princesse, donc la corruption a peu de chances de fonctionner ici. »

L’argent pouvait résoudre la plupart des problèmes, mais avec la princesse étant leur commandement direct, il était peu probable qu’un pot-de-vin tenterait quiconque. Au pire, ils pourraient être décapités sur le champ.

« Alors, soit on continue… soit nous battons en retraite… »

Une carte des territoires de l’empire qu’ils avaient acheté dans un magasin était étalée sur la table devant eux. Elle était pour un usage civil, donc elle ne montrait que l’emplacement des villes, les routes qui les reliaient et la distance approximative entre elles, mais c’était mieux que rien.

« Si nous battons en retraite, nous devrons aller au sud… »

Pour arriver à la frontière sud, il faudrait aller au sud-ouest d’Alue à travers la forêt monstrueuse, retourner à la capitale et aller plus au sud de là. Couper à travers la forêt diminuerait la distance, mais comme ils étaient susceptibles de rencontrer des monstres, la distance serait plus ou moins la même.

« Non… Je ne vais pas au sud. L’empire se méfiera probablement de la frontière sud. »

Cette frontière était la plus proche de la capitale. Ses poursuivants supposeraient naturellement que Ryoma, étant en fuite, préférerait prendre le chemin le plus court possible pour sortir du pays.

« Ce qui laisse le nord et l’ouest… »

L’expression sur le visage de Laura montrait clairement qu’elle n’était pas en faveur de cela, et le raisonnement derrière cela était apparent d’un bref coup d’œil sur la carte. Les frontières étaient beaucoup trop éloignées. Selon la carte, la distance entre chacune d’elles, si l’on devait aller en ligne droite, était de 500 kilomètres. S’ils allaient à pied, à 30 kilomètres par jour, il leur faudrait un demi-mois pour s’y rendre.

S’ils étaient prêts à perdre leur temps pour franchir cette distance, il serait plus sage et plus sûr d’attendre simplement que la chaleur de la poursuite s’éteigne et que les blocus soient levés d’eux-mêmes. Cela dit, s’ils attendaient simplement, il y avait une chance que l’empire déploie ses effectifs massifs pour débusquer Ryoma. Vu les dangers, il était clairement préférable pour Ryoma de traverser la frontière le plus tôt possible. Les sœurs l’avaient aussi bien compris.

« Je suppose que notre seule option est de continuer vers la frontière est… »

Les sœurs hochèrent la tête.

« J’ai une idée à ce sujet, » dit Sara, et deux paires d’yeux fixèrent leurs regards sur elle.

« Vas-tu suggérer de quitter la route ? », demanda Laura, incitant Sara à hocher la tête.

« Bien que nous n’ayons pas d’autre choix que de traverser la frontière est, nous n’avons pas besoin de passer par Adelpho pour le faire. Si nous choisissons d’entrer dans la forêt plutôt que de prendre la route, nous devrions pouvoir passer dans le royaume voisin de Xarooda. Qu’en dites-vous ? »

Sara déplaça son doigt de la position d’Adelpho sur la carte vers une zone boisée au nord de celle-ci, ce qui conduit directement au royaume de Xarooda.

Ce n’est pas une mauvaise idée, mais…

Ryoma n’arrivait pas à se débarrasser d’une certaine inquiétude. La suggestion de Sarah était sensée et ne présentait aucun défaut, mais une angoisse inexplicable s’empara de son cœur.

Si la princesse est assez intelligente pour prédire que je préférerais aller vers l’est et fermer la frontière à cause de cela, n’envisagerait-elle pas la possibilité que j’essaie de quitter la route ?

Les routes de ce monde étaient protégées par des barrières que seuls des monstres extrêmement puissants pouvaient espérer franchir, de sorte que le fait de voyager le long des routes permettait un voyage sûr. C’était aussi écrit dans le livret de la guilde.

Mais cela ne signifiait pas que l’utilisation des routes était la seule option. Ceux qui étaient confiants dans leurs compétences et disposés à renoncer à séjourner dans une auberge agréable au lieu de passer la nuit dans la forêt étaient les bienvenus pour quitter les routes principales. Peu de gens feraient ce choix, cependant. Les seuls qui le feraient étaient les criminels, les aventuriers ou les espions, des gens ayant des raisons et des circonstances particulières.

À en juger par la rapidité de ses décisions, la princesse Shardina était une femme pleine d’entrain. Elle ne négligerait pas d’envisager la possibilité que de telles personnes choisissent de traverser la forêt. Cela dit, à en juger par les informations qu’il avait recueillies en cours de route, il n’y avait pas beaucoup de poursuivants se dirigeant vers la frontière est. Il était peu probable qu’ils soient en mesure de gérer la totalité des terres occupées par la forêt. À cet égard, la suggestion de Sara semblait toujours réalisable.

Mais s’ils étaient découverts, ils seraient sans aucun doute arrêtés. Les soldats de l’Empire ne savaient pas à quoi ressemblait Ryoma, ce qui ferait inversement de tout homme de grande taille un suspect. Si c’était le cas, même avec Laura et Sara qui l’accompagnaient, il était peu probable qu’ils le laisseraient partir.

Je ne les vois pas me laisser partir juste parce que Laura et Sara sont avec moi… Dans ce cas, ça ne sert à rien d’y aller ensemble… Non, attendez une seconde…

Ryoma eut une vague idée en tête. Les forces de l’empire n’étaient pas au courant de la présence des sœurs Malfist. Elles ne seraient pas détenues tant qu’elles ne voyageraient pas avec lui. Et quand il y a pensé, une idée lui était venue à l’esprit.

« Sara, Laura. Allons-y en traversant la forêt. Mais… »

Alors que Ryoma parlait avec un sourire cruel effleurant ses lèvres, les yeux des filles s’écarquillèrent de surprise.

Très bien. Il est temps que je t’apprenne qui est la cible ici, princesse.

C’était à ce moment-là que le chasseur et le chassé échangèrent leurs rôles.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. Mais le comportement des jumelles est vraiment caricatural 😌

    • Oui, c'est un classique, mais après, qui sait s'il n'y a pas d'arrières pensées, entre ce qu'elles savent, et qu'elles n'ont pas dit, sur leur situation, et celle du MC.
      Cela peut parfaitement être juste du "charme" pour s'assurer de rester, car elles savent que leur chance sont plus grande avec que sans, vu leur situation.

  2. Merci pour le chapitre. Le chapitre à l'air de légèrement différé du wn non ?

Laisser un commentaire