Wortenia Senki – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Évasion

Partie 4

Elle plaça ensuite la carte entre deux feuilles transparentes et utilisa ce qui ressemblait à un fer à repasser pour les sertir ensemble.

Elle la plastifie ?

Cela ressemblait étrangement à un permis de conduire ou à une carte d’identité d’employé. Ryoma ne pouvait pas dire si le niveau de vie dans ce monde était élevé ou bas à ce point. Ils avaient probablement une science similaire à celle de son propre monde.

« Merci d’avoir attendu. Veuillez placer votre main sur cet orbe. »

Elle plaça la carte dans une fente au bas d’un piédestal avec un globe de verre dessus, et la poussa vers Ryoma.

« Comme ça ? »

Ryoma posa sa main sur l’orbe, et dès qu’il le fit, celle-ci commença à briller.

« Oui, c’est bien. Vos informations personnelles sont maintenant enregistrées sur cette carte, M. Mikoshiba. Si vous perdez votre carte, allez dans une banque proche et on vous la réémettra. »

Après que l’orbe ait fini de briller, elle avait extrait la carte et l’avait remise à Ryoma.

« Est-ce déjà fait ? »

« Oui, votre compte a été ouvert. Y a-t-il autre chose que je puisse faire pour vous aider ? »

Cela s’était terminé si rapidement que Ryoma en était resté presque bouche bée. En tout état de cause, l’ouverture du compte était secondaire par rapport à la raison principale pour laquelle il était venu ici.

« Dans ce cas, oui. J’aimerais faire un dépôt sur mon compte. », dit Ryoma tout en plaçant son sac de pièces sur le comptoir.

« Un dépôt, entendu. Je vous remercie beaucoup. Placez les pièces ici, et insérez votre carte bancaire dans la fente. »

Elle plaça ensuite ce qui semblait être une balance électronique devant Ryoma. Celui-ci avait suivi ses instructions sans un mot, plaçant le sac sur la balance.

« Oui, c’est parfait. L’argent semble être en règle. Je vais donc confirmer le montant. »

La caissière commença à compter les pièces et à les trier par groupes de dix.

Je vois… Les balances servent donc à s’assurer que les pièces de monnaie ne sont pas contrefaites. C’est pratique… Bien qu’elle doive encore les compter à la main.

Ils avaient donc des cartes bancaires dans ce monde, mais pas de machines capables de compter automatiquement les pièces de monnaie. La caissière continua à empiler la montagne de pièces de monnaie, ignorant les plaintes silencieuses de Ryoma. Cela lui avait pris une vingtaine de minutes. Après avoir revérifié les pièces trois fois, elle se tourna à nouveau vers lui avec un sourire éclatant.

« Merci d’avoir attendu. La somme totale est de trois pièces d’or, 54 pièces d’argent et 735 pièces de cuivre. Vous aimeriez déposer l’intégralité de cette somme, n’est-ce pas ? »

Le déjeuner au Sea Rumble Parlor lui coûtait 5 pièces de cuivre, non ? Et les pièces d’argent valaient cent cuivres, donc… il avait pour l’instant beaucoup d’argent.

Apparemment, les soldats qu’il avait tués étaient sceptiques à l’égard du système de cartes, mais grâce à eux, Ryoma n’aurait pour l’instant pas à se soucier pour la nourriture.

« Oui, allez-y, je vous en prie. »

« Très bien, je vais déposer ça tout de suite. »

Cela dit, la caissière posa sa carte sur la plaque de monnaie et inclina la tête vers Ryoma.

On dirait que j’en ai fini avec la banque pour l’instant. Maintenant, je dois juste aller m’inscrire à la guilde.

Il avait déposé et confirmé ses frais de subsistance, mais il avait toujours besoin de travailler pour gagner sa vie. Ryoma quitta la banque et entra directement dans l’immeuble d’à côté.

De l’autre côté de la porte, il y avait des réceptionnistes qui s’occupaient des comptoirs. Sur le plan de la structure, ce n’était pas très différent de la banque. Ryoma prit place à un comptoir vide.

« Bienvenue, monsieur. En quoi puis-je vous être utile aujourd’hui ? »

La réceptionniste était également vêtue d’un uniforme.

« J’aimerais m’inscrire comme aventurier afin d’accomplir des quêtes. »

« Très bien. Si je peux me permettre, avez-vous un compte en banque ? »

« Un compte ? Est-ce que ça ira ? »

Ryoma lui remit sa nouvelle carte.

« Oui, c’est très bien. Nous avons récemment commencé à payer avec les cartes bancaires, donc nous demandons à tous les nouveaux demandeurs d’ouvrir un compte bancaire. »

« Oh, c’est vrai ? J’imagine que j’ai eu de la chance, j’ai entendu dire que je n’aurais besoin de rien préparer pour m’inscrire auprès de vous. »

Ryoma sourit ironiquement, et la réceptionniste répondit avec un sourire forcé.

« Oui, il y a des gens qui ne peuvent pas attendre et viennent nous voir. Nous devons demander à ces personnes de revenir après s’être occupées de cela. »

Cela dit, elle avait inséré la carte dans une fente sur un autre piédestal orné d’un globe de verre.

« Voilà. Votre inscription est maintenant terminée, M. Mikoshiba. »

« Hein ? », dit-il, surpris.

Ryoma ne s’attendait pas à ce qu’on l’appelle par son nom ici, il s’était alors immédiatement mis sur ses gardes.

« Les cartes de la banque partagent les informations avec les membres de la guilde. Si vous avez une carte bancaire, nous pouvons accélérer le processus d’enregistrement en lisant les informations nous concernant. »

Cela dit, elle avait sorti un tas de papiers, ou du moins des feuilles qui ressemblaient à des papiers, et elle commença à les lire.

Ils partagent des informations entre eux ? Ou, eh bien, je suppose qu’il s’agit d’entreprises appartenant à la même société…

Comparé à ce que Ryoma avait vu à l’extérieur de ce bâtiment, tout cela ne semblait que trop étrange. La banque ainsi que cette organisation appelée la guilde possédaient une technologie beaucoup trop avancée, et la gestion des deux établissements semblait beaucoup trop raffinée.

« Hmm, vous allez accepter des quêtes pendant que vous êtes ici aussi, pas vrai ? »

Les mots de la réceptionniste avaient fait sortir Ryoma de ses pensées.

« Ah, oui. »

« Connaissez-vous le système de la guilde ? »

Ryoma secoua honnêtement la tête.

« Alors, revoyons ça. N’hésitez pas à demander s’il y a quelque chose que vous ne comprenez pas. » Dit-elle tout en étalant des feuilles devant Ryoma.

« D’abord, à propos de notre guilde. Elle est composée de ce qui était à l’origine deux organisations distinctes, la guilde des aventuriers et la guilde des mercenaires. Les deux ont fusionné pour former notre organisation actuelle. Nous sommes une organisation à grande échelle avec des filiales à travers le continent, donc chaque fois que vous entendez le terme “guilde”, cela va très probablement se référer à nous. »

La réceptionniste rayonnait de fierté. Il semblerait que de son point de vue, la guilde était comme un conglomérat massif dans les termes de l’ancien monde de Ryoma.

« Ensuite, à propos de la carte. S’il vous plaît, regardez ici. »

Pendant que la réceptionniste parlait, elle retira la carte du piédestal et la remise à Ryoma.

Il y avait des informations écrites dessus qui n’étaient pas là au moment où il l’avait reçue à la banque pour la première fois.

« Son état initial immédiatement après l’enregistrement est le niveau 0. Votre rang de guilde est F, le rang le plus bas. Vous verrez que votre rang est affiché sur votre carte. Il sert aussi de pièce d’identité au sein de la guilde, alors assurez-vous de ne pas l’égarer ou l’endommager. »

Elle retourna ensuite quelques-unes des feuilles et pointa du doigt une colonne de texte qui disait F vers le bas.

« En termes simples, votre niveau se traduit par votre expérience de combat, et votre rang de guilde se traduit par le nombre de quêtes, c’est-à-dire de requêtes, que vous avez acceptées et complétées pour la guilde. Incidemment, votre expérience au combat fait référence à la quantité totale de force vitale que vous avez absorbée des êtres vivants. Vous connaissez déjà l’absorption d’énergie, non ? »

« Oui. Quand vous tuez un autre être vivant, vous absorbez une fraction de son pouvoir, non ? »

« Exactement. On dit que si le niveau 0 est la force moyenne d’un humain, le niveau 1 se traduit par le double de cette force. Bien sûr, l’âge et le sexe peuvent entrer en ligne de compte, donc ce n’est pas aussi simple à calculer qu’il n’y paraît. Ça n’a pas d’influence sur votre salaire d’aventurier, mais ça peut en avoir sur votre salaire de mercenaire. »

« Je vois. Si j’étais au niveau 10, recevrais-je une paye équivalente à celle de dix personnes ? »

Pour le dire simplement, cela reviendrait à cela. Mais l’employé sourit doucement et secoua la tête.

« Fondamentalement, vous n’avez pas tort, mais je vais vous épargner les détails et simplement dire que le plus haut niveau qu’un être humain puisse atteindre est 7, et il n’y a qu’une seule personne dans l’histoire qui soit allée aussi haut. »

« Hein ? Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire… ? »

Ryoma sillonna son front aux mots de la réceptionniste.

Je n’ai pas tort, « fondamentalement parlant »… ? Qu’est-ce qu’elle raconte ? En plus, sept, c’est un chiffre impair pour plafonner les niveaux à…

Mais le greffier n’avait pas répondu à ses doutes.

« Il n’est pas nécessaire pour un débutant de s’inquiéter de cela. Pour le moment, tant que vous comprenez que vous devez absorber le prana et vous renforcer, tout ira bien. Vous pourrez confirmer le reste des détails avec tout membre du personnel à proximité une fois que vous aurez atteint le niveau 1. »

Son sourire était doux, mais son attitude était obstinée. La réceptionniste n’avait pas l’intention d’effacer les doutes de Ryoma. Le voyant hocher la tête à contrecœur, elle poursuivit son explication.

« Maintenant, à propos de votre rang de guilde. Chaque fois que vous acceptez et complétez des demandes, vous obtiendrez des points, et une fois que vous atteindrez un certain niveau de points, votre rang augmentera. Une fois que votre rang sera plus élevé, vous pourrez accepter des demandes plus lucratives. Cependant, vous ne pourrez accepter qu’un travail d’un rang équivalent au tien ou d’un rang inférieur. »

« Et cet avertissement ? »

Ryoma jeta un coup d’œil à une ligne de texte d’avertissement écrit sur la page.

« Oui, à ce propos. Vous pouvez accepter plusieurs demandes, mais elles sont limitées dans le temps. Si vous ne complétez pas une demande dans les délais impartis, vous risquez de recevoir des amendes et une perte de points. »

« Et cela peut abaisser mon rang ? »

« Correct. Votre rang augmente pour chaque centaine de points que vous accumulerez. Mais il y a eu des cas où des aventuriers ont augmenté leur rang et échoué à une mission immédiatement après, ce qui a entraîné une réduction de leur rang. Cependant… »

Le doigt de la réceptionniste pointa ensuite un avertissement écrit sur la page.

« Si les conditions ou le contenu de la demande s’avèrent inexacts ou erronés, vous laissant dans l’impossibilité de compléter la demande, aucun malus ne vous sera imposé et, selon la situation, le demandeur pourrait avoir à payer une amende. Si cela se produit, informez la guilde et on s’en occupera. »

Il semblerait que les conditions à l’origine de la demande aient été limitées méticuleusement.

C’est presque comme du travail intérimaire…

L’explication de la réceptionniste donnait à Ryoma l’image d’une entreprise de travail temporaire. Il ne les avait vus qu’aux infos et sur Internet, mais l’idée semblait assez proche. L’idée que la guilde soit un bureau de placement et que les aventuriers soient des employés temporaires était assez facile à comprendre.

« Quoi qu’il en soit, ceci conclut l’explication. Y a-t-il quelque chose sur quoi vous avez besoin de plus d’informations ? »

Eh bien, il y a cette partie qu’elle a omise… Mais si elle ne veut rien dire, je ne peux pas la forcer. Je suppose que je vais suivre son conseil et arriver au niveau 1 d’abord.

« Non, c’est parfait pour moi. »

Étouffant ses doutes, Ryoma secoua la tête.

Il lui serait difficile de tout comprendre à partir de cette explication, mais il doutait d’obtenir une réponse à toutes ses questions en ce moment, et il n’a pas eu le temps de se perdre dans ces doutes. Il n’avait qu’à suivre son instinct et à se débrouiller au fur et à mesure qu’il avançait.

« Dans ce cas, veuillez choisir votre première quête, M. Mikoshiba. »

La réceptionniste sortit à nouveau une pile de feuilles de son tiroir, les plaçant devant Ryoma. Le rang figurait tout en haut de l’échelle, et en dessous, il y avait d’innombrables quêtes.

« Alors, quel genre de demandes recherchez-vous, M. Mikoshiba ? Une quête d’aventurier ou de mercenaire ? »

« Honnêtement, je pourrais faire l’une ou l’autre… »

Cela ressemble presque à un entretien d’embauche…

Ryoma se souvenait d’être allé à une entrevue de recommandation pendant ses examens d’admission au lycée. C’était la même chose que lorsqu’on lui avait demandé ce qu’il prévoyait de faire dans l’avenir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire