Wortenia Senki – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 9

***

Convocation

Partie 9

Apparemment, ceux de l’autre côté de la porte étaient des soldats, comme ceux qu’il avait tués. Ils avaient remarqué la perturbation à l’intérieur. Ce n’était pas une évolution imprévisible, mais inopportune.

Ai-je un moyen de m’en sortir ? se dit Ryoma. Il doit bien y avoir quelque chose. Une sorte de méthode.

Mais malgré ses efforts, il n’avait rien trouvé. Il n’y avait aucune fenêtre dans cette pièce qu’il pouvait atteindre. La seule façon de sortir de la pièce était la porte avec des soldats qui attendaient de l’autre côté de la pièce, et cela ne semblait pas être un chemin de fuite utilisable. Mais en même temps, il ne pouvait pas se permettre de ne rien faire.

Je n’ai donc aucun moyen de m’en sortir. Peut-être que je n’aurais pas dû tuer ce type si vite.

Ce regret traversa l’esprit de Ryoma pendant un moment.

Non, je n’ai pas pu garder le vieil homme en vie. On ne sait pas quel tour il aurait pu faire. Heureusement que je l’ai achevé.

Certes, il y avait la possibilité de prendre Gaius en otage, mais il n’était pas seulement un vieil homme. Il était capable de lancer des éclairs de ses mains et de puissantes rafales. Aucune prudence ne suffirait s’il s’agissait de le manipuler.

Mais cela rendait sa sortie de la pièce d’autant plus difficile. Ryoma avait tué Gaius et quatre soldats, ce qui signifiait que négocier n’était pas une option. Non, même s’il le pouvait, Ryoma ne choisirait jamais de négocier avec eux. Sa dignité d’homme ne le lui permettait pas. Céder à ces salauds ? Jamais.

Décidant qu’il aurait besoin d’une arme, Ryoma retourna l’un des corps des soldats, allongés face contre terre, pour se procurer son épée. C’est alors qu’une idée lui était venue à l’esprit.

C’était un pari assez dangereux, avec moins de cinquante pour cent de chance de réussite. Ou si l’on était pessimiste, trente pour cent, si ce n’est moins. Mais il n’avait pas d’autre choix. Après quelques instants de réflexion, Ryoma arriva à sa conclusion…

« Ça vaut le coup d’essayer… »

Un autre coup puissant retentit à la porte. La porte en fer était également sécurisée avec un verrou en métal, mais si les gens de l’autre côté voulaient la forcer, il ne leur faudrait que quelques minutes pour le faire, il y avait des gens capables de tirer des éclairs de leurs mains. Il n’avait donc pas beaucoup de temps.

Ryoma fouilla dans les poches des cadavres. C’était un autre monde, après tout. S’échapper de ce château sans argent disponible signifiait qu’il devait continuer à voler les gens ou à voler de la nourriture. Même s’il envisageait de trouver un emploi, rien n’indiquait pour l’instant si ce monde aurait des emplois qu’un lycéen serait capable de faire.

Dans un light novel typique, c’était le moment où un personnage utile qui soutiendrait le protagoniste et lui fournirait la nourriture et le logement apparaissait, mais Ryoma n’avait pas l’intention de s’appuyer sur ce genre de développement commode.

Pour l’instant, il avait récupéré cinq sacs en cuir remplis de pièces de monnaie dans les poches des cadavres. Cet argent était son espoir et sa bouée de sauvetage. Au minimum, il lui faudrait trouver un moyen de retourner au Japon, ou une sorte de travail, avant que cet argent ne soit épuisé, sinon il serait forcé de s’abaisser au vol pour survivre. Il ne connaissait pas la valeur exacte de ces pièces, ni combien de temps il pourrait vivre avec ce montant, mais c’était tout ce qu’il pouvait faire pour le moment.

« Seigneur Gaius ! Seigneur Gaius ! »

Il y eut un autre coup à la porte.

Les cris derrière la porte devenaient de plus en plus forts. Ceux qui étaient dehors crurent qu’il s’était réellement passé quelque chose. Ryoma n’avait pas eu le temps d’hésiter.

Ryoma enleva son uniforme scolaire et, après avoir enlevé sa ceinture de cuir, l’avait attachée autour de sa poitrine. C’était vraiment ridicule à voir, mais ça n’avait pas d’importance pour le moment. Après avoir serré la ceinture, il avait solidement attaché le sac de cuir contenant l’argent.

Ensuite, Ryoma enleva l’armure d’un cadavre qui faisait la même taille que lui, puis lui mit son propre uniforme et lui brûla le visage avec une torche, afin de le rendre méconnaissable. Il avait ensuite revêtu les vêtements et l’armure qu’il avait pris au soldat.

« Pfff. D’une façon ou d’une autre, je l’ai mis… »

Des mots de soulagement s’échappèrent des lèvres de Ryoma.

Après tout, il n’avait jamais mis d’armure. Mais bien que cela lui ait pris un peu de temps, il avait réussi à le faire. Heureusement pour Ryoma, cette armure n’était pas une simple combinaison, mais elle se composait de plusieurs parties fixées sur le corps.

Une autre forte détonation était venue de la porte.

Ryoma s’était tellement concentré sur le port de l’armure qu’il avait brièvement oublié les gens derrière la porte, mais il semblerait qu’ils étaient presque prêts à entrer de force.

Ryoma s’était approché d’un des cadavres des soldats et lui entailla l’artère carotide sur son cou. Bien sûr, comme c’était un cadavre, le sang ne jaillissait pas, puisqu’il ne coulait pas dans les veines. Au lieu de cela, le sang de la blessure s’était progressivement répandu sur le sol, plus qu’il n’en fallait pour tromper celui qui voulait entrer dans la pièce. Ryoma s’était ensuite abaissé doucement sur le sol et s’était couché dans la mare de sang.

« Ce n’est pas le pari le plus sage, mais c’est bien mieux que d’essayer de sortir de cette salle par la force… »

Ryoma attendit patiemment le moment où la porte s’ouvrirait.

Pendant que Ryoma était allongé sur le sol, une foule de soldats hurlait derrière la porte.

« Commandant, la magicienne assistante de la cour, lady Celia Valkland, approche ! »

Selon les rapports des soldats, une femme aux cheveux roux était apparue.

« Qu’est-ce que cela signifie, Seigneur Rolfe ? Qu’est-il arrivé à mon grand-père ? »

Cette dure question fut les premiers mots qu’elle laissa sortir de ces lèvres. Elle les adressa à un homme que les soldats appelaient le commandant. Aussi habile qu’elle ait pu l’être, elle n’était pas très amicale.

« Calmez-vous, lady Celia. », dit Rolfe

Une lueur était visible dans son unique œil.

« Comment voulez-vous que je reste calme ? »

Il semblerait qu’elle était venue précipitamment. Ses cheveux roux, généralement bien entretenus et parfaitement coiffés, étaient ébouriffés et désordonnés, et ses gros seins rebondissaient à chaque pas qu’elle faisait. Il n’y avait cependant personne d’assez fou pour rougir de son apparence à cet endroit et à ce moment-là toutes les personnes présentes étaient résolues à résoudre cette situation inhabituelle.

« J’ai dit calmez-vous ! »

Cette fois, c’était Rolfe qui avait élevé la voix dans la colère.

C’était un vétéran qui avait traversé de nombreux champs de bataille en tant que membre de la garde impériale, et qui avait même bloqué une fois une flèche destinée à ôter la vie de l’empereur avec son propre corps, un exploit qui lui avait coûté son œil, mais lui avait valu le titre de « Bouclier de l’Empereur ». L’histoire de son œil perdu était connue dans tout le continent.

Il avait gagné la confiance de l’Empereur et était maintenant chargé de la sécurité du palais en tant que commandant de l’Ordre des Chevaliers Impériaux. Les paroles de cet homme, qui avait vécu dans la boue et le sang du champ de bataille bien avant la naissance de Celia avaient jeté le doute dans le cœur de la talentueuse magicienne assistante de la cour. Prise de court par son cri de colère, Celia semblait s’être calmée et avait pris une grande respiration pour se ressaisir.

« Mes excuses, Seigneur Rolfe. C’était un pitoyable manque de sang-froid de ma part. », dit Celia en baissant sincèrement la tête.

Elle semblait avoir réalisé à quel point elle était agitée. Au moins, elle avait la présence d’esprit d’essayer de se peigner les cheveux emmêlés et d’ajuster sa tenue perturbée.

« Non, je m’excuse pour mon propre comportement. Il est tout à fait naturel que tu sois dérangée quand il s’agit de ta propre chair et de votre sang. Je suis vraiment désolé d’élever la voix. »

En voyant l’attitude de Celia, le regard de l’œil solitaire de Rolfe s’était adouci. Il était rempli de la compassion qu’un père regardant sa fille pourrait ressentir.

« Cela dit, Seigneur Rolfe, qu’en est-il de la situation ? »

Le ton de Celia était redevenu calme.

Son visage était rempli de la froideur. Une froideur telle que les pays voisins donneront à ce jeune génie le surnom de « Reine des Blizzards ».

« À l’heure actuelle, nous en savons très peu. »

Rolfe secoua la tête devant Celia.

Rolfe lui-même ne s’était que récemment précipité après avoir entendu le rapport de ses subordonnés. Il n’avait pas tout à fait saisi la situation, mais en savait encore un peu plus que Celia, qui venait tout juste d’arriver.

« Aucun problème. Quoi que vous sachiez sur cette affaire, parlez s’il vous plaît. »

« Très bien », acquiesça Rolfe.

« Pour accomplir le rite d’invocation, le Seigneur Gaius est entré dans cette pièce avec quatre soldats. C’était il y a environ trois heures maintenant… »

« Trois heures… »

L’expression de Celia s’était assombrie.

« Il faut deux heures pour préparer le rite d’invocation, et l’incantation du sort dure environ trente minutes. Même en tenant compte d’une certaine erreur, ne pas entendre un mot pendant plus de trois heures est très inhabituel en effet… »

Le sentiment que quelque chose s’était vraiment mal passé secoua le cœur de Celia.

« Oui. D’après le rapport que les gardes m’ont donné, ils ont entendu un tremblement venant de la pièce il y a une trentaine de minutes. J’ai ordonné aux gardes de vous contacter et je suis venu ici moi-même. »

« Je vois. Et ensuite ? »

Hochant la tête à l’explication de Rolfe, Celia l’exhorta à continuer.

« En venant ici, j’ai trouvé ces soldats qui attendaient devant la porte. Apparemment, il leur a été interdit de laisser entrer qui que ce soit ou de faire du bruit pendant le rite, alors certains d’entre eux sont allés faire le rapport pendant qu’ils étaient en attente… N’est-ce pas, messieurs !? »

Soudain, Rolfe cria tout en tournant son regard vers les deux soldats qui se tenaient derrière lui. Leurs expressions étaient pleines de désespoir, preuve qu’ils n’étaient pas à l’aise de savoir s’ils avaient géré la situation correctement.

« Je vois… Votre jugement était tout à fait sain. »

« Oui, madame ! »

Celia s’était tournée vers les soldats, qui avaient été attentifs à ses paroles d’encouragement. En recevant son sourire, les expressions des soldats se détendirent. Ils avaient la certitude qu’ils avaient fait leur travail de gardiens de palais correctement, mais il n’y avait pas beaucoup de nobles qui le verraient comme tel. Au pire, ils pourraient exiger de savoir pourquoi ils n’avaient pas fait irruption immédiatement avant d’être punis pour cela. Mais comme ils avaient réalisé que ce n’était pas le cas, leurs expressions s’adoucirent.

Rolfe ignora l’attitude des deux soldats et continua son explication. Ce n’était pas le moment de se soucier de leurs actions.

« Mais le fait est que trop de temps s’est écoulé. J’ai donc pris l’initiative d’essayer de frapper plusieurs fois depuis mon arrivée, mais… »

« Pas de réponse ? »

« Oui, madame. »

« La préparation du rite et de l’incantation pour le sort ne devrait pas prendre trois heures, même les plus longues. »

Celia avait formulé ses pensées après avoir entendu l’explication de Rolfe.

« Et si un praticien aussi compétent que grand-père n’est pas sorti après tout ce temps… Après tout, grand-père a conduit plus d’une centaine de rites d’invocation… »

« C’est tout à fait vrai », dit Rolfe en hochant la tête tout en entendant les paroles douteuses de Celia.

« Le Seigneur Gaius a conduit le rite d’invocation cent vingt et une fois, et n’a jamais failli une seule fois. »

L’expression de Rolfe témoignait de son lien profond et de sa confiance dans le talent de magicien de Gaius. Le rituel d’invocation d’une personne d’un autre monde était bien connu dans ce monde. L’existence d’extraterrestres avait également été documentée dans les mythes anciens d’autres pays. Mais si l’existence du rite était bien connue, ce n’était pas quelque chose qui se pratiquait régulièrement. Peu de magiciens étaient capables de l’exécuter, même si l’on fouillait le continent occidental de haut en bas.

Le rituel d’invocation était l’art secret le plus grand et le plus difficile de tous. Le fait que Gaius Valkland l’avait exécuté avec un taux de réussite de cent pour cent était une preuve de sa redoutable habileté. Mais ce n’était que pour parler de ses réalisations passées.

« Oui, jusqu’à présent, il n’y a pas eu de problèmes. » Dis Celia, mais un doute pesait derrière ses mots.

« Donc pensez-vous que le Seigneur Gaius a échoué au rituel, Dame Celia ? »

L’expression de Rolfe s’était obscurcie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire