Wortenia Senki – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Convocation

Partie 3

L’une des raisons était que son grand-père n’était pas une personne purement stricte. En dehors de l’entraînement, le vieil homme traitait son petit-fils avec affection. Dans tous les cas, il n’avait pas le genre de cœur cruel et déformé qui prendrait plaisir à faire du mal à un enfant.

Et l’autre raison était que Ryoma lui-même aimait l’entraînement de son grand-père. Sa théorie du combat était la suivante : chaque combat était authentique, et il devait être mentalement prêt à y mettre sa propre vie en jeu. C’était intrinsèquement différent des arts martiaux modernes, qui avaient pour la plupart été convertis en sports. Si l’on devait le classer correctement, l’entraînement que Ryoma avait suivi s’apparentait davantage à un entraînement militaire.

C’était un art martial qui semblait être une hérésie du point de vue du Japon moderne, mais il semblait correspondre parfaitement à Ryoma. En fait, une fois à l’école primaire, un professeur l’avait invité à une session de formation de judo, mais Ryoma n’y était jamais retourné après sa première visite. Son jeune cœur avait senti que ce n’était pas ce qu’il cherchait.

Et depuis, Ryoma s’était consacré à cet entraînement avec plus de vigueur. Il avait beau jurer et se plaindre tous les jours, il avait volontiers choisi de vivre avec son grand-père dans ce quartier tranquille de Suginami.

Les parents de Ryoma étaient apparemment décédés quand il était enfant. C’est du moins ce qu’il pensait, parce que son grand-père n’avait jamais précisé comment ils étaient morts. Il ne savait pas si c’était par maladie ou par accident, car il n’avait jamais vu leur tombe. Ils pourraient encore être quelque part vivants et en bonne santé, c’était tout ce que savait Ryoma.

Cependant, honnêtement, il ne se souciait pas de ses parents, vu qu’ils n’avaient jamais été là pour lui. Vivant ou mort, ça n’avait pas changé le fait qu’ils ne l’avaient jamais élevé. Ainsi, il ne s’intéressait pas à eux. Ryoma Mikoshiba était, pour le meilleur ou pour le pire, un réaliste.

Bien que différentes personnes aient des notions différentes sur ce qui comptait pour attirer l’autre, Ryoma n’était pas du tout un homme laid. Mais il n’était pas très beau non plus. Ses traits faciaux étaient ce que l’on pourrait qualifier de viril, ou plus négativement, de distinct. Cela pourrait se résumer plus simplement à un visage typiquement japonais.

Il était de grande taille. Son bras était aussi épais que la taille d’une femme mince. Mais cette masse n’était pas le résultat de la graisse, mais de muscles d’acier parfaitement développés et tempérés. Ses bras et ses cuisses étaient aussi épais que des bûches, ce qui le mettait en contraste avec les machos minces qui étaient populaires de nos jours.

Ses camarades de lycée lui avaient donné le surnom d’« Ours endormi », inspiré par sa douceur habituelle et son physique bestial. Ou du moins, c’était l’explication que l’on donnait aux autres. Seul un petit nombre de personnes choisies connaissaient la véritable signification de ce nom, et ce n’était pas à elles de parler ouvertement de la question.

Non, même eux ne connaissaient pas le vrai Ryoma.

Ryoma avait son propre complexe, son visage le faisait paraître plus vieux qu’il ne l’était vraiment. Les gens avaient estimé son âge entre vingt-quatre et trente ans, ce qui était embarrassant. Le genre d’estimations qui choquait tellement Ryoma qu’il restait dans son lit à se morfondre.

Cela dit, ce n’est pas que son visage semblait beaucoup plus vieux. Il n’avait pas le visage d’un bébé ou quoi que ce soit du genre, mais c’était un ensemble. Il aurait pu passer pour avoir un an ou deux de plus, mais c’est tout. Si des facteurs pouvaient être attribués au problème, c’était son comportement calme associé à son physique distinct, qui convenait mal à un Japonais ordinaire.

S’il y avait un côté positif à tout cela, c’était de lui permettre d’acheter de l’alcool dans les supérettes sans que le caissier se donne la peine de demander une pièce d’identité. Une fois, quand Ryoma était enfant, son grand-père s’était soûlé et lui avait offert de l’alcool en guise de blague, ce qui l’avait amené à développer un goût pour l’alcool.

Son grand-père n’était pas du genre à le reprendre, ne l’avertissant jamais trop strictement à ce sujet. Au contraire, il semblait heureux d’avoir quelqu’un avec qui boire.

Les passe-temps de Ryoma étaient de regarder des films, de lire des livres et de jouer à des jeux vidéo. Bien que ses aptitudes athlétiques soient loin d’être mauvaises, il était le genre de personne qui aimait être seul dans sa chambre. Il n’était pas antisocial, mais il n’appréciait pas les endroits trop animés. En raison de ces caractéristiques, il n’attirait pas beaucoup l’attention à l’école, sauf quand il s’agissait de sa taille, et il n’avait naturellement pas de petite amie.

Ainsi, du point de vue du commun des mortels, Ryoma semblait probablement être un jeune homme qui n’avait pas de joie de vivre. Et c’était probablement la valeur de la personne appelée Ryoma Mikoshiba. Mais s’il avait vécu plus longtemps au Japon comme ça, il rencontrerait sûrement un jour une femme qu’il aimerait et créerait un foyer chaleureux avec elle.

Mais la déesse du destin n’avait pas l’intention de permettre à son humble rêve de se réaliser. Car aujourd’hui même, à l’heure du déjeuner, il sera jeté en enfer.

« Ouf, enfin l’heure du déjeuner… »

Ryoma Mikoshiba soupira alors que sa dernière leçon du matin touchait à sa fin.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une école axée sur l’entrée des étudiants à l’université, c’était quand même un lycée public avec un taux d’admission assez élevé. Ryoma ne s’y était inscrit que depuis le printemps, et les cours étaient déjà très difficiles à suivre.

Ryoma n’était pas particulièrement bête, mais il avait tendance à faire preuve d’une intelligence exceptionnelle lorsqu’il s’agissait de sujets qui lui convenaient, tout en n’étant pas aussi intelligents quand il s’agissait de sujets qu’il n’aimait pas. En d’autres termes, il avait une personnalité fondamentalement capricieuse et libre.

Ryoma s’allongea sur sa chaise. Ses sujets de prédilection étaient l’histoire et la littérature. On pourrait dire qu’il s’intéressait aux sciences humaines, mais malgré cela, il était très mauvais quand il s’agissait de l’anglais.

Et bien, je vis au Japon. Pourquoi ne pourrais-je pas simplement étudier le japonais et en rester là ?

Le quatrième cours du jour était ce détestable anglais, et le poids épuisant de ce fait pesait énormément sur les nerfs de Ryoma.

Eh bien, peu importe. Je vais déjeuner sur le toit, et peut-être faire une sieste. Il fait beau dehors aujourd’hui.

Alors qu’il marmonnait des plaintes qui n’étaient plus particulièrement vraies dans la société internationale d’aujourd’hui, Ryoma avait mis la main dans son sac et en avait sorti une boîte à lunch enveloppée. Asuka l’avait fait pour lui ce matin-là.

Avec sa boîte à lunch et une bouteille en plastique pleine de thé à la main, Ryoma s’était dirigé vers la porte de la classe.

Mais l’une de ses camarades de classe, qui s’apprêtait à déjeuner avec ses amis dans la classe, l’avait soudainement appelé alors qu’il allait partir.

« Mikoshiba… Vas-tu encore manger sur le toit ? Et si tu déjeunais avec nous pour une fois ? Je voulais aussi te parler des activités du club. »

Sa voix avait arrêté Ryoma près de la porte. Et après un moment d’hésitation, il se tourna vers elle et lui dit avec le sourire :

« Désolé, je ne peux pas. Peut-être la prochaine fois ! »

Ce n’était pas que Ryoma ne voulait pas manger avec les filles. Non, l’attrait de déjeuner avec les filles de sa classe ne lui était pas du tout inopportun. Mais il avait deux raisons pour refuser son offre.

La première raison pour laquelle il avait refusé de déjeuner avec ses camarades de classe était assez simple, il ne voulait pas qu’ils voient sa boîte à lunch. Asuka l’ornait toujours de jolies garnitures, et elle ne correspondait pas à son image, du moins le pensait-il.

Quelqu’un avait eu l’idée d’inventer ce qu’on appelait le chara-ben. Il s’agissait d’un bento dont les ingrédients avaient pris la forme de divers personnages de dessins animés. C’était depuis devenu une forme d’art que les mères de tous les milieux souhaitaient ardemment maîtriser.

Et Asuka était aussi très douée pour les faire. Ses créations allaient d’une certaine souris électrique d’un jeu vidéo à n’importe quel autre personnage auquel on pourrait penser.

Ryoma avait dû admettre que son habileté à le faire était certainement impressionnante, voire même admirable. Chaque fois qu’il se tenait dans la cuisine et qu’il essayait de cuisiner, il en venait à apprécier à quel point Asuka était habile.

Mais s’il avait le droit d’être honnête, il souhaiterait qu’elle arrête finalement d’en faire. Porter l’un de ces bentos au lycée, c’était… Eh bien, ça pouvait bien se passer auprès des filles, mais ça gaspillerait la dignité qu’il avait auprès des garçons. Jusqu’au collège, il avait mangé à la cafétéria, donc cela ne posait pas de problème. Mais avec l’avènement du lycée, il avait dû commencer à apporter son propre déjeuner.

Ryoma n’avait pas de parents et son grand-père n’était pas le genre de personne à lui préparer un bento, alors il s’était contenté du pain de la cafétéria de l’école. Mais à la mi-avril, Asuka avait eu l’idée de lui préparer un déjeuner. Il avait accepté avec reconnaissance cette offre généreuse, mais il n’avait pas été tout à fait surpris lorsqu’il avait ouvert la boîte à la pause de midi suivante.

Heureusement que personne n’avait vu ça…

Le souvenir le faisait encore frissonner un peu. Il l’avait dévorée avant que tout le monde puisse le voir, conservant ainsi les petites traces de dignité qu’il avait réussi à accumuler jusqu’à ce jour. Mais lorsqu’il l’avait appelée pour se plaindre après l’école, son déjeuner du lendemain était le déjeuner le plus basique que l’on puisse imaginer : du riz avec une seule prune marinée.

Le petit-déjeuner était aussi plutôt mauvais… Elle nous avait servi des cornflakes avec du lait et rien d’autre…

Ce n’était pas qu’il ait eu l’intention de prendre un léger déjeuner avec des flocons de maïs avec du lait, mais c’était une véritable torture après une dure séance d’entraînement matinale.

Il avait ainsi souffert de la faim jusqu’au déjeuner, mais il avait de nouveau été désemparé lorsqu’il avait ouvert le couvercle de son bento habituel. À la fin, il ravala son orgueil et s’excusa auprès d’Asuka, se maudissant au fond de son cœur tout le temps. Il savait très bien qu’acheter du pain ou préparer son propre déjeuner ne ferait qu’agacer l’humeur d’Asuka.

C’était ainsi que les bentos de Ryoma Mikoshiba avaient tous été décorés de cette manière, l’incitant à s’enfuir sur le toit et à manger seul à chaque fois. C’était l’autre raison pour laquelle il avait refusé l’offre de son camarade ce matin.

« Tu n’arrêtes pas de dire que tu nous rejoindras la prochaine fois ! », dit-elle.

« Et tu rentres toujours directement à la maison quand l’école se termine. Avec un corps comme le tien, tu perds ton temps dans les clubs littéraires ! Allez, mes camarades de classe supérieure n’arrêtent pas de me harceler à ce sujet. Viens voir le club de karaté. Tout ce que tu as à faire, c’est regarder, alors veux-tu venir ? »

Elle le regarda d’un regard penché. C’était un geste assez adorable, le genre de regard qui ferait que la plupart des hommes seraient incapables de faire autre chose que de hocher la tête à sa suggestion. Mais Ryoma s’était obstinément débarrassé de cette tentation. Ce genre de tactique de recrutement était devenu une routine quotidienne dans le mois qui avait suivi son entrée dans cette école.

« Je ne te l’ai pas déjà dit ? Je n’ai pas l’intention de faire du kendo, du karaté ou de me joindre à l’équipe d’athlétisme. Je suis vraiment désolé, mais je ne peux pas venir. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Étrange qu'il ne sache pas qui sont ses parents. Cela peut il avoir un rôle dans ce qui va lui arrivé ?

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire