Wortenia Senki – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 15

***

Convocation

Partie 15

« Quoi… ! Qu’est-ce que tu… !? »

Le jeune médecin cria de surprise, et se retourna vers la porte, s’enfuyant désespérément.

Il savait très bien qu’il n’était pas fait pour le combat, alors sa ligne de conduite immédiate avait été de se retourner et de courir. Mais c’était la pire conclusion possible pour Ryoma.

Bon sang, si je le laisse s’enfuir, il va appeler des renforts !

Ryoma enleva rapidement le fourreau de sa taille et le lança vers les pieds du jeune homme. Cela n’avait pas été fait pour l’attaquer. Cela avait pour but de le faire trébucher et de bloquer son chemin d’évasion. Sa tentative avait été couronnée de succès. Heureusement pour Ryoma, le fourreau frappa le jeune homme contre la hanche, lui faisant perdre l’équilibre juste avant qu’il ne s’en sorte.

Ne laissant pas passer l’occasion, Ryoma s’était précipité sur le médecin effondré, et alors qu’il mettait son poids contre son dos, il avait enroulé ses mains épaisses autour du cou du jeune homme. Le jeune homme était mince et son corps pesait plusieurs kilos de moins que celui de Ryoma. Malgré cela, il avait lutté avec acharnement, sentant que sa vie était en danger, mais sa vaine lutte n’avait fait que renforcer l’étreinte de Ryoma.

« Laissez-moi… Qui êtes-vous… ? »

Le jeune homme exprima douloureusement ses mots pendant qu’on lui serrait le cou.

« Désolé, mon pote. Il y a des choses que j’ai besoin que tu me dises. »

Ryoma parlait fort, mais son étau sur le cou du jeune médecin ne s’était jamais relâché. Il pouvait l’étrangler ou lui briser le cou sans effort. Ryoma tenant littéralement sa vie entre ses mains, le jeune homme n’avait pas eu le choix.

« Qu’est-ce que vous voulez entendre ? »

La voix du jeune homme était rauque, à cause de la prise autour de sa gorge.

Pourtant, son intention était assez claire. Ryoma parlait avec la voix la plus douce possible. Il savait assez bien que, selon la situation, parler doucement pouvait être beaucoup plus intimidant que crier.

« Pas grand-chose, je cherche juste à sortir de ce château. Pourrais-tu m’indiquer la bonne direction ? »

La voix de Ryoma était parfaitement désinvolte, comme s’il demandait son chemin dans la rue. Mais cela rendait le jeune homme encore plus effrayé.

« Qui êtes-vous ? Pourquoi les avez-vous tués ? N’étaient-ce pas vos amis ? »

Du point de vue du jeune médecin, ce serait la conclusion naturelle. Il y a quelques dizaines de secondes, l’homme devant lui était un patient gravement blessé. Ryoma, cependant, n’avait pas eu le temps de répondre à ses questions.

« Ouais, désolé. Je n’aime pas ça plus que toi, mais tu vas devoir répondre à mes questions, et vite. »

Ryoma chuchota dans ses oreilles et resserra sa prise.

« Gauh… Gugah... »

Le visage du jeune homme devint progressivement rouge.

« As-tu envie de parler ? »

Le jeune homme hocha la tête désespérément. Si Ryoma continuait à l’étrangler comme ça, l’homme mourrait sans aucun doute. La peur de la mort avait fait craquer sa détermination.

« Des… cendez le cou… loir, et tra… versez la… cour… »

« Descendre le couloir et traverser la cour ? »

Le voyant hocher la tête désespérément, Ryoma serra de plus en plus fort sa prise sur le cou du jeune homme, suffisamment fort pour lui briser le cou…

Ryoma ne pouvait pas le laisser en vie. Peu importait à quel point il était bon ou inoffensif. Il ne pouvait laisser aucun témoin s’il voulait s’échapper de ce château vivant. Le seul avantage que Ryoma avait dans cette situation totalement défavorable était que l’ennemi avait peu ou pas d’informations sur lui.

« Guah... Gaaaugh… »

Des gargouillements et des gémissements s’échappèrent de la bouche du jeune homme, et le son émoussé de son cou qui craqua résonna entre les mains de Ryoma.

En tentant de pousser le corps de Ryoma du mieux qu’il le pouvait, le corps du jeune homme était alors devenu complètement mou. Ses muscles s’étaient complètement détendus, et une odeur putride s’était échappée de son entrejambe.

« Désolé », chuchota Ryoma au cadavre à ses pieds, après avoir enlevé ses mains de la gorge du jeune homme.

Ce mot était la seule chose que Ryoma pouvait offrir au médecin qui avait cru que c’était un allié et qui s’inquiétait sincèrement pour son bien-être. Réunissant ses mains devant le cadavre, Ryoma s’était de nouveau préparé à courir. Tout d’abord, il avait fouillé les poches des trois cadavres, sortant leurs sacs de pièces. Les versant tous dans un seul sac, il l’attacha autour de sa taille.

Il avait ensuite plongé un pansement dans l’eau chaude de la pièce et l’avait utilisé pour essuyer le sang de son armure. Se promener en armure ensanglantée attirerait l’attention.

C’est vrai, j’ai maintenant obtenu l’argent de huit personnes. Je suppose que je pourrais utiliser ces fonds pour mes besoins quotidiens.

Avoir de l’argent sous la main était important. Sans cela, il ne pourrait pas aller trop loin dans sa fuite. Après avoir reconfirmé le poids du sac à sa taille, Ryoma arracha les rideaux et les draps, ainsi que les linges de l’armoire à pharmacie, et mit le feu à toute l’infirmerie. Comme il avait ramassé toutes les choses inflammables qu’il avait pu trouver, le feu s’était propagé rapidement dans la pièce.

Bon C’est le moment décisif.

Ryoma quitta l’infirmerie alors qu’une fumée noire commençait à apparaître et prit une grande respiration.

« Au feuuuuuuu ! Il y a un feuuuuuu ! »

La voix de Ryoma résonnait dans le château.

L’un des magiciens du palais, Orlando, traversait la cour en revenant de la caserne à son bureau quand il entendit les cris.

« Quoi !?? Un incendie !? »

Le sang s’écoula de son visage dès qu’il l’entendit.

Un incendie dans le château était un incident grave. Si le palais royal et le centre du gouvernement devaient prendre feu, cela laisserait une cicatrice sur l’empire d’O’ltormea lui-même. Et en plus, les dégâts matériels seraient inimaginables. La plupart des objets dans le château étaient de grande classe et coûteux. Et s’il y avait des dommages causés à la noblesse, cela pouvait causer au pire des conflits internes. Même Orlando, qui était considéré comme désinvolte et facile à vivre par ses pairs, s’était rendu compte de la gravité de la situation.

Les narines d’Orlando avaient alors senti l’odeur d’un parfum dans l’air. Le parterre de fleurs fleurissait fièrement et libérait un arôme parfumé dans l’air. Mais à l’intérieur de cela se mêlait une odeur nauséabonde et brûlante. Et alors qu’il écoutait attentivement, les cris atteignirent à nouveau ses oreilles.

« C’est un feu ! Un feu dans l’infirmerie ! »

« Un feu ? Où avez-vous dit que c’était !? »

« L’infirmerie est en feu ! Allez chercher de l’eau, vite ! »

« Non, appelez un magicien de palais ! Il peut l’éteindre plus vite ! »

« Ne soyez pas idiot ! Nous devons d’abord évacuer Sa Grâce et les nobles ! »

Beaucoup de soldats, de servantes et de majordomes travaillaient dur pour éteindre le feu. Ils criaient et se déplaçaient frénétiquement. Certains essayaient de déplacer des objets de valeur, quelques-uns cherchaient un supérieur pour qu’il leur donne des ordres, d’autres portaient des seaux pour éteindre l’incendie. C’était un véritable creuset de désordre et de chaos. Et à l’intérieur se trouvaient des nobles qui s’enfuyaient de l’infirmerie vers la cour avec leurs gardes personnels.

Réalisant qu’il y avait vraiment un feu, Orlando se précipita sur le parterre de fleurs. Il se sentait coupable d’avoir piétiné les fleurs tendrement entretenues, mais ce n’était pas le moment de s’y intéresser. Il coupa par le parterre de fleurs et se dirigea vers l’infirmerie. Il savait qu’une fois sur place, il pourrait éteindre rapidement le feu. Cette pensée domina le cœur d’Orlando.

Et c’était précisément pourquoi il n’avait pas remarqué la présence d’un soldat suspect, mêlé au reste des gardes de la noblesse, marchant vers la sortie et ignorant le feu et le chaos derrière lui…

Je devrais pouvoir sortir aussi longtemps que je me mêle à eux…

C’était une erreur de calcul de la part de Ryoma, et il ne pouvait pas retenir son sourire. Il avait allumé le feu dans l’espoir de se faufiler dans le chaos, il avait allumé le feu dans l’espoir de s’éclipser dans le chaos, mais il ne s’attendait pas à ce que les nobles se précipitent ainsi pour leur vie. La vue de ces nobles courant vers les portes se reflètait dans les yeux de Ryoma.

« Pfff. Eh bien, je suis arrivé jusqu’ici maintenant… »

Se mêlant aux nobles en fuite, Ryoma échappa à l’interrogatoire des gardes et réussit à s’échapper du château. Il regarda alors en arrière, jetant un regard vers le château blanc qu’il venait tout juste de quitter, les flammes froides et sombres de la haine brûlaient dans ses yeux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre. C'est partie pour la course poursuite.

Laisser un commentaire