Wortenia Senki – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 11

***

Convocation

Partie 11

Aucune autre explication ne lui était venue à l’esprit. C’était ce que Celia essayait désespérément de dire.

Non. Comme l’a dit Lady Celia, il y a de fortes chances que ce soit l’œuvre de l’homme de l’autre monde. Mais nous ne devons pas tirer de conclusions hâtives.

Rolfe lui-même était d’accord avec Celia pour dire que la personne venue d’un autre monde était le suspect le plus probable, mais il n’y avait pas assez de preuves pour l’instant pour en être tout à fait certain.

« Je suis d’accord avec vous pour dire que le plus grand suspect est l’homme que vous avez cité, mais nous n’avons pas suffisamment de preuves. »

Rolfe essaya d’apaiser raisonnablement ses protestations.

« Il y a une chance qu’il se soit passé autre chose. »

La seule option qui s’offrait à lui était de réprimer ses émotions, de peur qu’elles ne l’aveuglent et ne permettent au coupable de s’échapper.

« Il faut d’abord faire le point sur la situation et comprendre ce qui s’est passé. »

La réprimande de Rolfe avait rendu son expression tendue. Elle était un génie d’un tel calibre qu’on lui avait confié même à son jeune âge le poste d’aide-magicienne à la cour. Les mots de Rolfe lui avaient rappelé son rôle et ses responsabilités.

« Toutes mes excuses. Vous avez raison, Seigneur Rolfe. »

« Du moment que vous le comprenez. Je prendrai donc le commandement. »

Empêchant Celia de baisser la tête, Rolfe avait immédiatement commencé à donner des ordres à ses soldats.

« Confirmez si l’un des soldats est vivant ! Et assurez-vous que cet homme étrangement vêtu est vraiment mort. Les autres, fouillez la pièce et vérifiez s’il n’y a pas de trou par lequel le coupable aurait pu passer. En plus de cela… Avez-vous trouvé quelque chose, Lady Celia ? »

Celia secoua la tête devant la question de Rolfe.

Cette tenue ressemble à quelque chose qu’un étranger porterait, mais pourquoi est-il mort ? Cette personne n’était-elle pas seule ?

Elle avait peut-être retrouvé son sang-froid, mais la mort de son seul parent de sang pesait encore lourdement sur son cœur, et son intelligence n’était pas aussi vive qu’elle l’était habituellement.

« Seigneur Rolfe ! Lady Celia ! »

« Il est en vie. Celui-ci est toujours en vie ! »

Peu de temps après, les hommes envoyés pour confirmer la survie des soldats avaient appelé Rolfe et Celia.

« Quoi !?? »

« Vraiment ? »

Rolfe et Celia s’étaient précipités vers l’endroit où l’un des soldats était couché dans une mare de sang.

« S-Sire Rolfe… »

La voix qui prononçait le nom de Rolfe venait en effet de ce soldat qu’ils avaient présumé mort.

« Est-ce que ça va ? »

« Que s’est-il passé ? Pouvez-vous nous dire quelque chose ? »

Comme il était le seul témoin vivant, Rolfe et Celia étaient allés droit au but avec leurs questions.

« Seigneur Rolfe… Un monstre… »

Entendant ses paroles, les deux étaient devenus pâles. Cet homme était le seul à savoir ce qui s’était passé dans cette pièce.

« Quoi !?? Un monstre… ? »

Rolfe sentit que la couleur de son visage s’échappait quand il entendit ce mot inconnu des lèvres du soldat.

Celia paniqua aussi, se demandant si son grand-père n’avait pas échoué au rite d’invocation et convoqué accidentellement une créature inattendue d’un autre monde.

« Que s’est-il passé !? Reprenez vos esprits ! »

« Ga-Gai… il… il… »

Les deux écoutèrent ses paroles avec attention, mais n’avaient pas réussi à tirer un quelconque sens des phrases fragmentaires qui sortaient de ses lèvres.

Ils avaient compris qu’un monstre était apparu, mais aussi que la situation n’était pas aussi claire qu’avant.

« Répondez-moi ! Qu’est-il arrivé à grand-père ? De quel monstre parlez-vous ? »

Celia saisit le soldat qui était allongé sur le sol, les épaules serrées. Celle-ci le secoua violemment. Celia ne se laisserait normalement jamais voir dans un état aussi perturbé, mais en ce moment, elle ne se souciait pas du tout de savoir qui l’avait vue dans cet état.

Un monstre ? Quel genre de monstre ? Non, plus important, où se trouve ce monstre en ce moment ?

Si une créature assez puissante pour tuer le magicien de la cour courait autour du palais, c’était assez dangereux. C’était, littéralement, le cœur de l’empire d’O’ltormea.

Mais plus Celia paniquait, plus la situation devenait grave. Le soldat, qui ne parlait déjà pas de façon cohérente, s’était mis à haleter. Son corps était devenu complètement mou, et il ne réagissait plus à l’appel des soldats.

« Ce n’est pas bon signe. Que quelqu’un emmène cet homme chez le médecin ! Tout de suite ! »

Empêchant Celia de faire pression sur le soldat pour obtenir d’autres réponses, Rolfe ordonna rapidement aux soldats de mettre le soldat sur une civière qu’ils avaient apportée dans la pièce et de l’emmener à l’infirmerie.

« Pourquoi !?? Pourquoi m’avez-vous arrêtée !? »

Célia s’est fâchée contre lui, lui montrant une expression démoniaque.

Rolfe lui fit un reproche. Il s’était probablement rendu compte que s’il ne le disait pas maintenant, il perdrait tout contrôle sur cette fille, qui était presque folle de chagrin. C’était probablement son manque d’expérience dans ce domaine. Talentueuse comme elle l’était, Celia n’était toujours pas douée pour contrôler ses émotions. Elle s’était finalement calmée, mais le soldat mentionnant un « monstre » lui avait fait perdre son sang-froid.

Bien sûr, il fallait peut-être s’y attendre, étant donné que son grand-père honoré avait échoué au rite d’invocation et qu’il était mort. Mais en plus de cela, cet endroit était le cœur de la royauté et de la noblesse. S’il arrivait quoi que ce soit à quelqu’un, même la famille des magiciens de la cour qui avaient obtenu autant de réalisations que Gaius perdrait son honneur et serait en déclin. Au pire, s’il était tenu responsable de l’incident, tout son clan serait puni.

Son sentiment d’avoir été témoin de la mort de son grand-père et son désir de défendre sa famille avaient semé la panique dans le cœur de Celia. Rolfe l’avait compris, et pourtant…

« Si vous continuez à l’interroger comme ça, cet homme aurait très bien pu mourir. », dit Rolfe à l’hystérique Celia, essayant de parler le plus calmement possible sans trahir ses émotions.

Ses paroles ne lui permettaient pas d’argumenter. Interroger ce soldat ensanglanté aurait sûrement entraîné sa mort, étant donné son état.

« Aussi vrai que cela puisse être, regarde cette situation. Comprendre ce qui s’est passé dans cette pièce n’est pas plus important que la vie de cet homme ? »

Mais ses mots n’avaient pas semblé atteindre Celia.

Elle était toujours convaincue que l’obtention d’informations sur son grand-père avait préséance sur la vie d’un seul soldat, s’opposant donc ainsi au raisonnement de Rolfe. Elle réalisa que Rolfe avait raison, mais son cœur fit obstacle à son bon sens. Pourtant, Rolfe avait expliqué la situation en détail, dans l’espoir de la calmer.

« C’est certainement important, mais le seul qui sait ce qui s’est passé est cet homme. J’ai du mal à croire que vous auriez des informations utiles si vous l’aviez interrogé, blessé comme il l’était. Au pire, il mourrait avant de nous dire ce dont nous avons besoin, et tout cela n’aurait servi à rien. Attendre patiemment qu’il se rétablisse est plus sûr, n’est-ce pas ? Pour l’instant, concentrons-nous sur la confirmation de la situation. »

Celia ne pouvait plus argumenter contre Rolfe après ça. Ses paroles sonnèrent vrai, mais ses émotions en tant que personne privée de sa famille et sa dignité en tant que noble l’avait empêchée de l’accepter pleinement.

« Haah... Je comprends. Votre jugement est sûr, Seigneur Rolfe. Pardonne-moi mon emportement. »

Avec un gros soupir, Celia retrouva son calme. Son attaque contre Rolfe était probablement due à la pression sur son cœur. Un génie comme elle n’aurait pas dû agir ainsi, mais le manque d’expérience découlant de son jeune âge était évident.

« Mais je me demande de quel monstre il parlait… Je ne peux pas imaginer que Grand-père échoue de la sorte. En plus, où ce monstre a-t-il disparu ? »

Ces doutes sortirent des lèvres de Celia dans un murmure.

Elle se parlait à elle-même, mais en entendant ces mots, Rolfe sentit quelque chose le toucher. Un malaise qui découlait de ses années d’expérience sur le champ de bataille. Mais il balaya ce doute, sans l’exprimer.

« C’est vrai. Si un monstre est vraiment appelé d’un autre monde, c’est très grave… Non, pour l’instant, inspectons les cadavres restants. Nous pouvons découvrir quelque chose. »

Rolfe lui-même était plutôt troublé par cette situation, ce qui lui avait valu de commettre une gaffe qu’il ne commettrait jamais autrement, il avait ignoré sa propre intuition. Et c’était le jugement de Rolfe qui allait finir par couper court à la faible possibilité qu’ils avaient encore de résoudre cette situation.

« Gros problème ! Sire Rolfe, l’infirmerie ! L’infirmerie est… ! »

Un soldat fit irruption dans la salle de convocation. La panique dans sa voix indiquait clairement qu’il faisait état d’une véritable urgence.

« Calmez-vous ! Calmez-vous  ! Qu’est-ce qu’il y a ? »

L’aboiement colérique de Rolfe résonnait dans la pièce.

Le soldat sur lequel il avait crié dessus s’était rétracté devant le regard menaçant de Rolfe, et avait fait son rapport à travers des respirations laborieuses.

« Monsieur ! Un incendie de cause inconnue s’est déclaré à l’infirmerie… Elle se propage rapidement et a atteint la réserve de médicaments. »

Rolfe était resté sans voix au milieu du rapport du soldat. Le moment était tout simplement trop mal choisi.

« Quoi !?? Comment tout cela peut-il se succéder ? Et l’incendie ? Quelqu’un est venu l’éteindre ? »

La réserve de médicaments contenait une variété de substances combustibles, et ils venaient tout juste d’envoyer un soldat blessé à l’infirmerie — leur seul témoin vivant. Rolfe savait qu’il ne faisait qu’exprimer sa colère à l’égard d’un parent non apparenté, mais il avait regardé le soldat avec mépris.

« O-Oui. », dit le soldat avec une expression désespérée, submergée par le regard de Rolfe.

« Nous avons rapidement informé les magiciens du palais et les avons fait déployer pour faire face à l’incendie. »

Le rapport continu du soldat calma légèrement Rolfe. À tout le moins, l’incendie ne semblait pas s’être propagé jusqu’au palais, et ce seul fait était un soulagement.

« Qu’en pensez-vous, Lady Celia ? »

Rolfe tourna son regard vers Célia, qui se tenait à côté de lui, le doigt appuyé contre son menton bien formé. Le doute avait refait surface dans son cœur.

« Quelque chose n’est pas normal… »

Elle répondit sans hésitation à la question de Rolfe.

Il semblerait qu’elle s’en doutait aussi.

« Alors… vous le pensez aussi, madame ? »

« Oui… Il se passe trop de choses à la fois. »

Gaius Valkland était mort. Un échec sans précédent dans le rite d’invocation venait de se produire. Un monstre inconnu aurait pu être convoqué. Et maintenant, le feu. Rolfe réfléchit à tout cela, et la réponse lui revint à l’esprit.

C’est ridicule. Tout cela pourrait-il vraiment arriver ?

Comme Celia l’avait dit, il se passait trop de choses à la fois, et il n’y avait qu’une explication plausible. Mais elle ne correspondait pas au bon sens de Rolfe.

« J’ai une hypothèse qui pourrait expliquer cette situation. Cependant… »

« Pensez-vous que c’est impossible ? »

Celia devina correctement l’idée de Rolfe, et connaissait la raison pour laquelle il ne l’avait pas dite.

« Je ne sais pas… Du moins, pas maintenant. »

Rolfe tourna de nouveau le cou en regardant les soldats qui inspectaient la pièce. En fin de compte, une spéculation n’était qu’une spéculation, et Rolfe voulait la vérité dure et froide, et non des conjectures.

« Nous avons un rapport ! »

Leur conversation avait été interrompue par les soldats qui étaient revenus de leur inspection.

« Oui, allez-y ! »

« J’ai confirmé que les autres soldats sont morts. »

« Et ? Quelle était la cause de leur mort ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. La, il semble se passer vraiment trop peu de temps entre l'envoi de Ryouma a l'infirmerie et l'incendie...

Laisser un commentaire