Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 42

***

Chapitre 42 : Histoire bonus – Sylphide (2)

« Je n’accepterai jamais ça ! Comme si je laisserais ma jolie petite sœur devenir sa fiancée ! »

... Lisez l’ambiance, putain de siscon !

Bien que je sois choquée par l’incapacité de frère à lire l’ambiance, j’avais calmement commencé à parler. Bonté divine, si seulement il n’était pas comme ça, il serait un excellent frère que je pourrais respecter...

« Avant toute chose, grand frère, mon mariage est mon devoir en tant que membre de la royauté. Grand frère, ne devrais-tu pas également te décider à trouver une partenaire ? Ne célébreras-tu pas le grand moment de ta petite sœur... ? Si ce n’est pas le cas, je me sentirai extrêmement triste de te voir agir ainsi. »

Comme je l’avais prévu, avec moi qui agissais ainsi, même mon frère ne pouvait s’empêcher de repenser à ses paroles.

« ... Certainement, si tu le dis, je ne peux rien dire en tant que Premier Prince. Cependant, je suis inquiet ! Inquiet que ma mignonne petite sœur se marie dans la famille d’un homme que je n’avais jamais vu auparavant ! Sylphide, tu es une fille. Même si tu es appelé une princesse chevalière, tu es toujours une fille ! Même si c’est toi, tu ne peux pas te défendre contre toute la malice, n’est-ce pas ? Si ce moment arrive, qui va te protéger ? Si c’est après ton mariage, c’est cet homme qui deviendra ton partenaire, n’est-ce pas ? Peut-il vraiment te protéger ? J’ai des doutes là-dessus. »

Ce n’était pas comme si je ne comprenais pas les peurs de mon frère. À partir de maintenant, quelque chose pourrait sembler me blesser quand je quitterai la capitale.

La question était de savoir si en effet je pouvais absolument m’y opposer.

« Je peux certainement comprendre ce que mon grand frère essaie de dire. Cependant, tu l’as vu, n’est-ce pas ? Le cadavre du roi Orc ! Il a le pouvoir de même tuer un roi Orc. Il va sûrement me protéger de toute malveillance ! »

« ... Est-ce réellement le cas ? Un jeune homme qui vient de devenir adulte, non, tu peux même encore l’appeler un gamin. Il est probablement immature quand il s’agit de batailles et de capacités physiques, non ? Et surtout, il manque probablement d’expérience de vie. Ceux qui gardent des rancunes contre la famille royale n’attaqueront pas avec juste la puissance militaire, tu sais ? Quand ils utiliseront tes faiblesses et attaqueront, ce gamin pourra-t-il vraiment te protéger !? »

... Je ne pouvais rien dire.

Myne était certainement fort, et je n’avais aucun doute à ce sujet. Cependant, je pense que ce que mon grand frère avait souligné était parfaitement possible.

« ... Grand frère, s’il te plaît, laisse tomber ça. C’est extrêmement classe d’un point de vue extérieur, tu sais. »

C’était là que Lewis avait commencé à faire de la médiation. Merci, c’était un bon moment pour se calmer.

« Lewis, qu’en penses-tu ? Ta grande sœur se marie, tu sais ! Avec en plus une telle personne inexpérimentée. »

Pendant que Lewis secouait faiblement la tête, il poussa un magnifique soupir. Il avait probablement cédé, hein.

« Eh bien, ce n’est pas comme si je n’avais rien pensé de ça... Mais tu vois, elle devra se marier tôt ou tard. De plus, notre sœur semble aussi s’intéresser à cette personne, alors n’est-ce pas bon ? À propos du fait qu’il soit trop jeune, il y a une possibilité qu’il puisse mûrir, n’est-ce pas ? C’est suffisant, tu sais. De plus, je pense que c’est bien mieux que de voir notre sœur se marier avec lui qu’avec un vieux. »

En écoutant les mots de Lewis, mon autre frère réfléchissait probablement à quelque chose alors qu’il se taisait soudainement.

Lorsque l’échange entre mes deux frères avait pris fin, mon Père avait commencé à participer à la conversation.

« ... Fumu, c’est vrai ! C’est comme Lewis l’a dit. Être jeune n’est pas mauvais en soi. C’est à la personne elle-même de le faire, mais s’il le veut vraiment, les fautes dues à son immaturité vont progressivement disparaître, n’est-ce pas ? Si tu le veux, ne vaudrait-il pas mieux que tu t’adoucisses vis-à-vis de ce jeune ? De plus, il n’y a pas beaucoup de différence avec l’entraînement des chevaliers, n’est-ce pas ? »

Mon grand frère avait laissé échapper un « Hmph » et il ne manifesta pas beaucoup de satisfaction.

« Quoi qu’il en soit, il est nécessaire que le mariage soit dans un sanctuaire. Si tu veux te marier, la cérémonie de mariage doit être grandiose, n’est-ce pas ? Il nous suffira de sonder ce jeune alors. »

Cérémonie de mariage, hein... Il était certainement impossible de ne pas en faire une. Est-ce que Myne sera d’accord avec ça ? Je me demandais s’il ne deviendra pas pâle et s’échapperait au loin.

... Ah, cela ne peut pas faire. Le vrai problème n’a toujours pas été résolu. Puisque les réponses de mon Père et de mon Frère étaient conformes aux attentes, j’avais complètement oublié.

« Eh bien, j’ai une demande concernant cette question. Je voudrais que Père... ou plutôt, que Sa Majesté le roi doit considérer. »

« Hmm ? En tant que roi, hein... Je ne peux pas deviner de quoi il s’agit, dis-le-moi juste. »

« Le jeune qui deviendra mon partenaire et moi, ainsi qu’Aisha, l’Archère Sacrée, voudrait créer un Clan et demander ton approbation. »

Au moment où j’avais dit le mot « Clan », Lewis y était allé plus vite que mon Père. Eh bien, c’était compréhensible. Depuis que Lewis lui-même était un maître de clan.

« Oh, grande sœur ! Tu veux commencer un clan, hein... Pourquoi si soudainement ? »

« C’est parce que je serai dans la ville de Lucas à partir de maintenant, donc je ne serai pas capable d’accomplir mes devoirs de chevalier. Si c’est comme un clan, je peux aider mon pays, non ? Bien que ce soit aussi pour protéger mon mari. »

« Oh, Mari, hein. »

Père et Lewis m’avaient regardé et avaient souri comme s’ils avaient découvert quelque chose d’intéressant. Bon sang, ma langue avait glissé. Je l’avais laissé sortir accidentellement.

« Oh, quand tout est dit et fait, rien n’est mieux que de s’entendre, hein. J’ai été surpris d’entendre quelque chose comme “Mari” sortir de ta bouche. »

« Mari, hein ~, alors ma grande sœur l’appelle déjà comme ça. »

Après cela, bien que l’établissement du clan avait été approuvé après avoir posé 2 ou 3 questions, mon père et Lewis avaient continué à me taquiner sévèrement avec ça. Bien que comme prévu, j’étais fatiguée d’avoir dû faire toute cette persuasion, quel devait être le degré d’épuisement pour quelque chose de complètement inattendu ?

« Maintenant, que devrions-nous faire avec le Roi Orc ? »

« Père, pourquoi ne laisses-tu pas mon Clan l’acheter ? Je vais te donner un prix élevé comme cadeau de mariage, » demanda Lewis.

En premier lieu, les matériaux de type Orc pouvaient être achetés très facilement. Et comme le cadavre d’un Roi Orc étant rarement obtenu, il n’y avait aucune chance qu’un alchimiste comme Lewis ne le veuille pas.

Bien que son corps dise : « Cela sera utile », ses vraies intentions étaient « je le veux, je le veux ».

« Oh, combien me donnes-tu ? » demandai-je.

En ce moment, je ressemblais vraiment à un lion qui avait trouvé sa proie. Ce sera mon cadeau pour mon mari, je devrais le vendre à un prix aussi élevé que possible.

« ... Laisse-moi voir. Que dirais-tu de 500 pièces de platine ? »

Un orc ordinaire coûtait environ trois pièces d’or, mais la pierre magique du Roi Orc avait été extraite.

C’est en effet un prix raisonnable, mais... laisse-moi essayer un peu plus, pensai-je.

« Lewis, même si sa pierre magique a été extraite, c’est toujours un ingrédient de la classe Calamité, tu sais. N’est-ce pas trop bon marché ? Si tu rates cette occasion, tu ne sais pas quand tu l’auras à nouveau, n’est-ce pas ? »

Après que je l’avais déclaré, Lewis ne fronça les sourcils que pendant un moment et il abandonna probablement, levant les deux mains et prenant une pose de reddition.

« Pff, grande sœur... Pourquoi ne pas cesser d’être une chevalière et devenir à la place une marchande  ? Eh bien ! Et bien, avec ton cadeau de mariage est inclus, est-ce d’accord pour 550 pièces de platine ? »

Hmm, eh bien, je suppose que c’est bien ainsi. Après tout, il n’est pas bon de trop convoiter, pensai-je.

« Entendu, cela suffira. En passant... J’ai aussi trois cadavres de généraux, qu’en est-il d’eux ? » demandai-je en ayant un large sourire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour cette réunion de famille 🙂

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire