Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 41

***

Chapitre 41 : Histoire bonus – Sylphide (1)

Je m’étais séparée avec mon mari et m’étais précipitée dans la capitale sur mon cheval préféré.

Il y avait une montagne de choses à faire. En tout cas, je devais me dépêcher... Le temps passait vite.

J’allais d’abord commencer par persuader mon père.

Mon mari… Hmm, on dirait que c’était assez embarrassant.

Puisqu’il pourrait y avoir un candidat de mariage convenable, j’étais allée plus loin à Lucas, mais on pouvait dire que je m’étais fiancée à une personne plus merveilleuse que ce à quoi je m’attendais.

Même si l’un des nobles n’avait pas une compétence aussi bonne, il m’apportera une proposition de mariage avec sa filiation comme prétexte. J’étais reconnaissante qu’avec ma venue ici, je n’avais pas besoin d’écouter un discours aussi ennuyeux.

Bien que je ne comprenais toujours pas les compétences de Myne, notre enfant aurait certainement une bonne compétence. Je pouvais remplir mon devoir de membre de la royauté et même obtenir un bon mari.

Si je ramenais ce merveilleux résultat, il ne faisait aucun doute que Père sera également satisfait. Cependant, si je lui disais que j’avais épousé Myne, le fait de parler de ses compétences serait naturellement évoqué.

Ensuite, j’allais devoir créer de manière indirecte le Clan et éviter habilement la question.

J’osais dire que ça se passera sans problème puisque j’avais un atout, le Roi Orc, bien que je m’inquiétais dans un sens différent, à savoir que Père peut proposer un combat entre Myne et lui.

Eh bien... si c’était dans ce sens, j’étais aussi extrêmement inquiète quant à mon grand frère.

C’était aussi vrai pour Père, mais chaque fois qu’il voyait quelqu’un de fort, il voulait tester ses capacités. Je voulais vraiment qu’il fasse quelque chose à propos de cette mauvaise habitude.

À proprement parler, il n’était pas possible pour des personnes de la royauté de faire la guerre sans discernement.

En plus... on avait l’impression que grand frère était devenu un siscon encore pire... Je ne savais pas quel genre de réaction il allait avoir si je lui disais que j’allais me marier.

J’allais devoir trouver un moyen de contourner ça aussi, hein.

 

☆☆☆

 

« Princesse, bon retour. »

Bien que je venais d’arriver au château, Morg, le Premier ministre m’avait rapidement découverte et saluée. Je voulais avoir au moins un peu de repos... On ne pouvait vraiment pas être trop prudent avec lui, hein.

« Ah, je viens juste de revenir. Où est Père maintenant ? »

Même si je voulais rencontrer immédiatement mon père, on m’avait dit qu’il y avait des problèmes et qu’il devait assister à une réunion de ses ministres.

On m’avait également dit que mon grand frère et mon petit frère participaient à la réunion, donc cela ne pouvait être que très important. Bien que mon petit frère soit deuxième pour la succession du trône, il ne s’intéressait absolument pas au siège du roi et il avait créé un Clan d’alchimie et il le gérait.

Il y a de fortes chances pour que sa participation à la réunion fût en tant que représentant de son clan, plutôt que d’un prince.

« ... Fumu, on dirait que c’est quelque chose d’important, hein. »

« Oui, je pense que ce serait une bonne idée pour la princesse de participer à la réunion. »

Morg avait probablement prévu que je participais à la réunion depuis qu’il m’avait vue. Il avait pris la parole sans hésitation et m’avait suivie jusqu’à la salle de réunion.

Eh bien, c’était inévitable si quelque chose de grand était arrivé. Je n’avais aucun problème à y participer, mais j’avais le sentiment étrange d’avoir été touchée par Morg.

Alors que je pensais comme tel, j’étais arrivée à la salle de réunion.

« Moi, Sylphide, je suis revenue. J’ai entendu dire que quelque chose s’était passé et je suis venue jusqu’ici. Suis-je en train de vous interrompre ? »

En ouvrant la porte et en entrant, toute l’attention était sur moi.

« Alors c’est Sylphide. Tu es venue au bon moment. Je veux aussi entendre ton opinion. Tu peux t’asseoir là. »

Père, Faren Augusta, le roi, m’avait exhortée à m’asseoir.

Dès que je m’étais assise, Père avait fait un résumé de ce qui s’était passé. Cela semblait être un cas assez troublant.

On m’avait dit que la race des démons avait commencé à envahir le duché d’Ose situé dans le nord.

À partir de maintenant, une partie de l’ordre des chevaliers se dirigeait vers Ose pour confirmer la validité de l’information.

Une demande avait également été envoyée à la Guilde des Aventuriers, et selon les informations qu’ils rapporteraient, cela pourrait devenir un problème assez gênant. S’ils envahissaient d’autres pays, ils auront naturellement quelqu’un pour unifier l’essaim de la race démoniaque et les commander.

Oui, ils auront une personne semblable au récent Roi Orc.

Les classes Calamités comme le Roi Orc était, comme prévu, pas très commun dans cette région du monde. Il n’y avait que des individus ordinaires proches du Pays des Démons, que l’on pouvait aussi appeler le propre pays de la race démoniaque.

En d’autres termes, dans l’invasion d’autres pays, s’ils avaient une classe Calamité dans la force d’invasion, il y avait une chance que le Pays des Démons soit sérieux.

Le roi du Pays des Démons, ou plus communément appelé le Roi-Démon avait été remplacé il y a environ dix ans, donc le Pays des Démons avait été relativement calme.

Mais s’ils étaient impliqués dans le cas qui nous concerne à Ose, cela pourrait être une prérencontre pour mettre en œuvre une invasion complète.

Le Duché d’Ose, l’endroit en question, était l’endroit le plus proche géographiquement du Pays des Démons, qui était conquis par la race des démons. À cause de cela, ils discutaient des contre-mesures.

« Je vois... C’est en effet une affaire sérieuse. »

Après cela, la réunion s’était poursuivie pendant quelques heures. En fin de compte, il avait été décidé que rien ne pouvait être réglé sans information provenant des Chevaliers ou des aventuriers, de sorte que la réunion était ajournée.

Tout en voyant les ministres qui participaient à la réunion retourner dans leurs départements respectifs, j’attendais l’occasion de parler à mon père de l’incident de Lucas.

« Père, Frère, Lewis... Il y a quelque chose de privé dont j’aimerais vous parler, pourriez-vous me consacrer quelque temps après cela. »

En me voyant dire cela dans une expression sérieuse, mon père avait suggéré d’aller à son bureau afin de parler.

« Bien Sylphide ! De quoi voulais-tu parler ? »

Comme mon père appelait familièrement par mon prénom, l’ambiance était devenue un peu plus douce. Cependant, ce que je devais dire était lié à la discussion d’avant, et aussi à mon avenir.

Faisons cela.

« S’il vous plaît, laissez-moi aller droit au but. J’ai trouvé mon conjoint : le garçon qui avait vaincu un orc dans la ville de Lucas. »

« ... Oh, une personne forte qui te plaît, hein. En fin de compte, quelles sont ses compétences ? »

Nous y voilà ! Peut-être devrais-je dire que c’était comme prévu, ou comme établi... La question était certainement comme prévue.

« En vérité, je ne comprends toujours pas ses compétences. Ce que je suis sur le point de dire est en quelque sorte lié à la discussion précédente, mais d’abord, s’il vous plaît, regardez ceci. »

Alors que je l’avais dit, j’avais sorti le cadavre du roi des Orcs que Myne m’avait confié et que j’avais placé dans mon sac de rangement.

Le son de quelque chose qui tombait « Zun » retentit, et la silhouette diabolique du Roi Orc apparut sur le sol.

« Q-Quoi !? C-C’est... »

L’expression de Père changea en une expression d’étonnement en un clin d’œil. Ani et Lewis avaient également élargi leurs yeux en des cercles parfaits et avaient été étonnés.

C’est compréhensible, ils n’auraient jamais pensé qu’ils verraient un cadavre de classe Calamité dans le bureau, même dans leurs rêves les plus fous.

« Ceci, est-ce un Roi Orc !!? »

Le premier à retrouver son sang-froid était mon Père, comme attendu de lui. Mes deux frères semblaient avoir besoin de temps avant de se calmer. Eh bien, je comprenais leur sentiment.

« C’est bien comme tu l’as dit. Il s’agit du cadavre d’un Roi Orc. Une colonie menée par ce monstre a été découverte au fond de la forêt derrière la ville de Lucas. Le jeune en question a écrasé seul toutes ses troupes. J’ai suggéré d’acheter ces corps pour la famille royale et ainsi, je les avais reçus. De plus, les acolytes de ce monstre... en d’autres termes, les généraux orcs, trois pour être exact, sont dans ce sac. »

« En aucune façon !? Vaincre un Roi Orc seul ! C’est impossible !! »

Mon grand frère avait crié et avait nié mes paroles.

« C’est certainement une histoire incroyable. Si cela ne s’était pas produit juste devant mes yeux, je ne le croirais pas non plus. »

« ... Je vois, si c’est à quelqu’un qui possède un tel pouvoir, tu as accepté de l’avoir comme ton partenaire. Cependant, n’as-tu pas pensé qu’il est d’autant plus nécessaire de connaître la “véritable identité” des Compétences de ce jeune ? »

C’était le moment critique.

« C’est naturellement le cas. Mais il a dit qu’il ne pouvait pas parler de ses compétences à n’importe quel prix. Je pouvais aussi exercer l’autorité de la famille royale et le forcer à parler, mais j’ai décidé que c’était un acte stupide. S’il vous plaît, pensez-y, en tout cas, si nous sommes malchanceux, sa force était plus grande que l’armée du pays entier, comprenez-vous bien ça ? »

J’avais continué après quelques secondes. « Si nous le forçons à faire quelque chose qu’il déteste, que ferions-nous s’il s’enfuyait dans un autre pays ? De plus, c’est mieux s’il s’enfuit. Car s’il devenait notre “ennemi”, ne serait-ce pas pire ? Allons-nous combattre quelqu’un qui a vaincu un monstre de classe Calamité ? Pardonnez-moi de dire ça. »

« ... Je vois, il y a en effet une certaine vérité dans tes paroles. »

« ... Aussi, je suis moi-même intéressée par lui. Il est calme et son comportement est extrêmement doux. En tant que partenaire, je pense qu’il n’y a rien de mieux que lui. Il n’est pas égoïste et pense à me soutenir. »

Père avait tranquillement fermé les yeux en m’écoutant. Et puis, le temps avait passé silencieusement pendant un moment.

« Très bien, j’approuve ton mariage. Renforce tes relations avec ce jeune et signale-moi simplement les détails de ses compétences une fois que tu les auras trouvés. »

« Non, Père... S’il ne veut pas que je le fasse même après le mariage, je ne le ferais pas. »

J’avais promis à Myne que je n’allais pas parler de ses compétences à d’autres. En tout cas, j’avais essayé de raisonner avec Père, mais puisque c’était la réalité, cela ne pouvait pas être changé.

« Je vois, tu veux faire de ton mieux pour te connecter avec lui, hein... »

Père avait dit cela et avait fermé les yeux une fois de plus.

« Je n’accepterai jamais ça ! Comme si je laisserais ma jolie petite sœur devenir sa fiancée ! »

... Lisez l’ambiance, putains de siscons !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires




  1. 0



    0

    Merci pour le chapitre )




  2. 0



    0

    Le grand frère va vouloir faire le fier...

Laisser un commentaire