Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 34

***

Chapitre 34 : Chapitre bonus – Aisha (1)

Lorsque le chef de guilde avait entendu que je démissionnais, il avait sans cesse essayé de me persuader de ne pas le faire. Cela faisait longtemps que je ne l’avais jamais vu aussi désespéré, c’était assez rafraîchissant.

Mais bon, je comprenais ses sentiments.

Être réceptionniste de guilde était effectivement un travail populaire. Si c’était pour remplacer un membre perdu, un jour suffirait. Bien sûr, la période d’essai prendra du temps, et ils auront besoin de formation...

Même pour moi, qui étais du même sexe, les réceptionnistes de la guilde étaient toutes des beautés. Je n’essayais pas de me vanter, mais j’étais fière que mon apparence puisse être vue de la même manière.

Ce n’était pas à cause des goûts du chef de guilde ou quelque chose comme ça. Son but était d’augmenter la motivation des aventuriers et de réduire les taux d’abandon.

Si les belles réceptionnistes pouvaient effectuer correctement plus de leur travail, alors naturellement les aventuriers les favoriseraient et s’y accrocheraient. Si cela arrivait, le nombre d’aventuriers quittant la guilde serait considérablement réduit, et ils produiraient des résultats splendides afin d’impressionner les réceptionnistes.

C’était aussi de cette façon quand je travaillais dans la guilde, et à cause de cela, beaucoup d’aventuriers m’avaient privilégiée.

Je ne voulais pas trop penser à eux, car Lyle et Hyold, qui avaient posé des problèmes avant cela, étaient aussi parmi ceux qui m’avaient privilégiée.

Il était impossible pour la guilde de simplement dire « Oh, je vois » et de laisser démissionner une réceptionniste dont tant d’aventuriers étaient attachés à elle.

Même si j’étais une réceptionniste exclusive, j’étais inscrite à la guilde, et quand l’aventurier exclusif n’était pas là, je recevais normalement les autres aventuriers.

Cependant, si je démissionnais, tout cela finirait.

Si je devais arrêter, la motivation de nombreux aventuriers et leurs actions à partir de maintenant seraient probablement affectées.

Je suis désolée pour eux, mais j’ai aussi ma propre vie à vivre.

Peu importe, il était important de suivre les choses que j’avais décidées. Pour cette raison, je n’hésiterais pas.

... Ainsi, j’avais un atout. Un atout qui rendra le chef de guilde muet et il me donnera ainsi son accord.

« Aisha ! Reconsidère-le. Beaucoup d’entre eux t'adorent. Pense à ces gars !! » déclara le chef de guilde.

« Je suis heureuse qu’ils m’adorent, mais de toute façon, je vais me marier. Est-ce que vous comprenez bien la situation ? » lui avais-je demandé.

Puis, j’avais continué à lui parler. « Selon les cas précédents, il y a une forte baisse de la popularité d’une réceptionniste après leur mariage, n’est-ce pas ? »

Et j’avais fini par enfoncer le clou. « ... Et aussi, pour le démarrage d’un Clan, la princesse est déjà partie pour la capitale. Si je restais dans la guilde, inévitablement, je ne serais pas capable de devenir membre de ce clan. À cause de cela, il serait probablement difficile pour la princesse d’en obtenir la reconnaissance. Vous comprenez ce que je veux dire, non ? Monsieur, comment allez-vous expliquer cela à la princesse, car là, vous souhaitez aller contre ses plans ? Puisque je ne peux pas trahir la princesse, chef de guilde, s’il vous plaît, allez donc persuader la princesse, qui est un membre de “la royauté”. »

Mon atout était la princesse.

Le fait de connaître les actions des personnes de la royauté et de tenter délibérément les obstruer était quelque chose de très grave. Bien que cela dépende des détails de la situation, l’affaire ne sera probablement pas justifiée cette fois-ci et cela pourrait entraîner des conséquences sur lui.

Cependant, son expérience allait certainement empirer. Il ne faisait aucun doute que la pression exercée par la princesse sur la guilde allait considérablement empirer si cela arrivait.

Quand j’étais encore une aventurière, les demandes venaient assez fréquemment, et j’avais aussi eu des demandes venant des membres de la royauté. Ce genre de demandes avaient toujours eu de grandes récompenses au final.

Si sa relation avec la princesse devenait mauvaise à cause de ses ingérences dans des choses qui ne le regardent pas, de telles demandes seraient grandement influencées en mal.

De plus, en ce qui concernait ma retraite de la guilde, il n’y avait rien de prévu dans le règlement de travail de la guilde. Naturellement, le chef de guilde ne pouvait pas obstruer ma retraite avec son pouvoir.

Et s’il tentait ce genre de chose, le prestige du chef de la guilde allait empirer...

« Mu, mumumu... »

Quand le nom de la princesse était sorti, comme prévu, le chef de guilde ne pouvait rien faire de plus et gardait le silence avec un visage maussade.

« Je suis désolée, mais c’est quelque chose que j’ai décidé pour ma propre vie, » déclarai-je.

Je l’avais clairement déclaré une fois de plus quand les tentatives de persuasions du chef de guilde s’étaient arrêtées.

Et donc, nous en avions fini là, avec le chef de guilde déconfit, laissant tomber ses épaules.

☆☆☆

« Mademoiselle Aisha ! Est-il vrai que vous quittez la guilde !? » Dès que j’étais retournée dans la salle, une novice, la réceptionniste Mil, avait dit cela à haute voix.

Et bien que ce n’était pas encore l’heure de pointe, il y avait encore quelques aventuriers dans le hall à cette heure.

Si vous criez ici, naturellement son contenu atteindra les oreilles des nombreux aventuriers ici.

*Soupir*

« …, » je n’avais rien dit à ça.

La personne qui avait crié s’en était rendue compte juste après ça de ce qu’elle avait fait. Les personnes présentes dans le hall étaient devenues silencieuses, et toute l’attention se portait sur nous. Avec cela, il semblerait qu’elle avait finalement compris de quoi elle était coupable.

J’avais remarqué que son expression était devenue visiblement pâle. Il était trop tard pour nous couvrir la bouche.

Voilà la signification de l’expression suivante : « ne pas pleurer sur le lait renversé ».

On ne pouvait plus rien faire, vu la tournure des évènements... cet endroit ne serait probablement pas en paix si je ne donnais pas une réponse.

« ... Hmm, il a été décidé que demain, je vais faire des préparatifs pour ma retraite. Dans tous les cas, je démissionne parce que je vais me marier, » annonçai-je.

«««««Q-Qu’est-ce que vous avez dit !?»»»»»

« Vraiment, pourquoi es-tu si agitée !? N’ai-je pas toujours dit qu’il fallait agir après avoir observé ton environnement !? » demandai-je à Mil.

Après cela, la guilde était dans un plus grand chaos que prévu. Ce n’était pas seulement les aventuriers dans la salle, mais aussi ceux qui n’étaient pas là, ils s’étaient rapidement rassemblés par le bouche-à-oreille.

Ce n’était pas simplement à cause de ma démission, mais le tumulte avait semblé être devenu plus grand parce que j’avais laissé échapper le fait que j’allais me marier.

Pour cette raison, ce n’était pas seulement Mil qui était responsable, mais moi aussi, mais naturellement, je ne dirai pas une telle chose à ces personnes. Si je devais le dire, je le referais sans regret.

Le chef de guilde, qui se tenait la main sur le ventre alors qu’il s’accroupissait parce qu’il était plus perturbé que prévu, avait encore plus stimulé le chaos.

... En fin de compte, le tumulte avait duré trois heures.

Il y aurait probablement encore un autre tumulte demain comme il ne faisait aucun doute que cette affaire allait se propager ce soir.

Mes tâches de réceptionniste n’étaient pas terminées, et il me fallait encore finir les différentes tâches que j’avais à faire dans mes fonctions. Il me faudrait probablement encore quelques heures avant de quitter la guilde.

J’étais vraiment désolée pour mes collègues, mais ma décision était irrévocable. Dans tous les cas, j’avais décidé de me présenter avec quelques friandises, et j’avais quitté la guilde.

Ah, à la fin, même quand je partais, le chef de guilde était assis sur une chaise comme s’il était devenu sénile.

Mes condoléances.

J’avais terminé mes fonctions à la guilde, et quand j’étais retournée au dortoir, j’avais salué la vieille directrice.

Elle avait été choquée quand nous avions parlé de mon mariage et de ma démission de la guilde, mais à la fin, elle m’avait dit de travailler dur et elle m’avait remis des papiers avec des recettes de cuisine qu’elle avait écrites dessus.

C’était soudain... le mariage avait été décidé très soudainement, mais puisque je l’avais déjà décidé, je vais travailler dur pour devenir une bonne épouse. Je continuerai à soutenir le cœur de Myne, et comme première étape, j’utiliserais ces recettes.

En remerciant la responsable des dortoirs, j’étais retournée dans ma propre chambre. En mettant les bagages de ma chambre dans mon sac de rangement, j’avais déménagé vers mon nouveau chez-soi.

 

☆☆☆

 

« Je suis de retour, Myne ! »

En premier lieu, comme il n’y avait pas beaucoup de bagages, mon changement de résidence fut terminé assez rapidement.

Cependant, comme prévu, la nuit était déjà bien avancée quand j’étais revenue. Aujourd’hui, je m’étais seulement préparée pour dormir, et j’allais ranger demain.

Puisqu’on était encore dans la période d’avant le mariage, naturellement les lits étaient séparés.

J’avais l’impression d’avoir entendu « perdante » de quelque part, mais je ne m’en souciais pas.

De cette façon, cette journée chaotique avait pris fin.

Bonne nuit.

***

[mistape]

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. ^^

  2. Gundam-Unicorn-Phenex

    vivement le bébé 🙂

    • L'amateur d'aéroplanes

      Mais voyons, comme dit Eddy Mitchell 🙂

      Le pape a dit que l'acte d'amour
      Sans être marié est un péché.
      Cette nouvelle il me faut l'annoncer
      A ma paroisse, je suis curé.

Laisser un commentaire