Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 148

***

Chapitre 148 : Au Palais Royal (1)

Contrairement à ce qui s’était passé quand j’essayais de rapporter le nom du clan, il semblerait que le Roi soit un peu occupé en ce moment. Donc je supposais que j’allais attendre dans cette pièce pour le moment.

J’avais entendu dire qu’il écoutait les rapports des demandes émises par la Guilde des Aventuriers.

Pour ce qui était du contenu du rapport, on ne m’en avait pas parlé, alors je n’avais qu’à passer le temps.

Il ne faisait aucun doute que les discussions actuelles étaient extrêmement importantes.

Maintenant que j’y pensais, Aisha faisait aussi partie de la Guilde des Aventuriers, alors je me demandais si elle avait aussi une demande à la famille royale ?

Alors que j’étais assis sur une chaise et que je réfléchissais en me balançant avec seulement deux des pieds de la chaise, un coup frappait à ma porte.

Aah, c’est l’heure ? C’était ce que je pensais en me levant et en ouvrant doucement la porte.

Ceux qui étaient entrés dans la pièce n’étaient pas ceux que je croyais. Ce n’était pas la bonne, mais Sylphide et Airy.

Aah, on dirait qu’elles avaient toutes les deux déjà fini leurs affaires.

« Cher mari, je suis de retour. Puisque tu es encore là, ça veut dire que tu n’as pas rencontré Père ? Eh bien, il n’y a rien à faire, car Père est tout le temps occupé. »

« Oui, il semblerait que la demande qu’il a envoyée pour la guilde de l’aventurier soit arrivée, et il écoute actuellement le rapport. »

J’avais expliqué à Sylphide ce que j’avais entendu de la servante, à propos de la raison pour laquelle notre audience avec le Roi était retardée, mais pour une raison quelconque ses yeux s’élargirent et elle éleva sa voix.

« ... Quoi !? Un rapport de la Guilde !? »

Quoi ? Quoi ? Qu’est-ce que c’était !? C’était ce que j’allais demander quand Sylphide, choquée, aura retrouvé son calme et pourra m’en parler.

D’après ce qu’elle avait dit, il était possible que le royaume Démoniaque commence une guerre contre d’autres pays.

C’était une rumeur ridicule, mais si cette rumeur s’avérait exacte, ce serait bien pire que ce que vous pouviez imaginer.

Que les rumeurs soient vraies ou non, le pays avait commencé à demander de l’aide auprès de la Guilde des Aventuriers.

La demande avait été faite lorsque Sylphide et moi nous étions mariés, et il semblerait que le moment du retour dans la capitale pour rapporter cette affaire était arrivé au bon moment.

... Je ne savais pas que le royaume Démoniaque était si loin.

« Selon la situation, il se peut que l’on doive aussi intervenir. »

Hein ? Attendez une seconde... l’invasion du royaume Démoniaque ? Hm ? Où avais-je déjà entendu parler de cela ?

Aah ! Je m’en souvenais ! ! ! C’était ça, c’était ça ! C’était à ce moment !

C’était au moment où je me trouvais sur le dos de Jormungand, volant vers le « Donjon prison », Jormungand m’en avait parlé !

N’avions-nous pas vu une ville envahie et détruite ?

« Sylphide ! Cette rumeur est vraie ! J’ai entendu de Jormungand qu’il y avait un nouveau roi élu dans le royaume des démons ! »

« Quoi !? M-Myne, ce que tu dis est-il vrai ? »

« Je ne me trompe pas ! Même moi, j’étais là pour voir les bâtiments brûlés, les cadavres empilés, les groupes d’orcs... c’était vraiment une scène digne de l’enfer ! »

En m’écoutant raconter quelque chose de si déraisonnable, Sylphide ne pouvait qu’ouvrir grand la bouche.

Étant donné le moment où nous avions fait la demande à la Guilde, nous savions que le royaume des Démons était à une distance considérable du royaume Orcus où nous vivions.

En effet, je me rappelais qu’il avait fallu un certain temps pour se trouver à cet endroit, alors que je me trouvais sur le dos de Jormungand, qui volait à grande vitesse.

Ce qui voulait dire qu’il y avait encore beaucoup de distance à parcourir avant qu’ils n’arrivent dans notre royaume...

Après en avoir parlé à Sylphide, nous avions entendu un nouveau coup sur la porte.

« Myne-sama, je m’excuse de vous avoir fait attendre, mais Votre Majesté attend maintenant votre venue, veuillez me suivre à... Ara ? Je vois que les princesses sont aussi présentes en ce moment. »

Maintenant qu’elle avait vu Sylphide et Airy, qui n’étaient pas avec moi tout à l’heure, la servante avait été légèrement surprise, mais elle s’était tout de suite arrangée.

Oui, c’était en effet une bonne professionnelle.

« Alors, allons-y. Est-ce que les deux princesses veulent venir aussi ? »

« Oui, bien sûr. »

« Évidemment ! »

Sylphide, et Airy, les deux princesses (même si Sylphide ne se considérait plus comme telle) répondirent, puis la servante dit « D’accord, allons ensemble, alors » et elle quitta la pièce.

Waffle était toujours sur ma tête, tandis que Kuu flottait à côté de l’épaule de Sylphide pendant que nous la suivions.

Puis, les yeux d’Airy s’ouvrirent et elle dit.

« ... O, Onee-sama... C, c’est quoi cet enfant rose flottant près de ton épaule ? »

Airy montrait du doigt Kuu, et d’une voix effrayée, le demanda à Sylphide.

« Hm ? Aah, c’est la fille de la bête divine Cetus, Kuu. »

« C, Cetus tu dis !? »

Oui, c’était en effet une réaction normale... J’étais sûr que le roi et mon beau-frère auraient les mêmes réactions.

La race baleinière n’était après tout pas vraiment une race bien connue, qui plus est la fille de la Bête Divine, il était évident qu’ils auraient cette réaction...

Étant le centre de l’attention, Kuu bougeait la queue tout en se déplaçant.

Apparemment, elle en était heureuse.

« Kyu, KyuKyuuu- ! »

Puis, se rapprochant d’Airy, elle fit du bruit en essayant de saluer Airy.

« ... Qu’est-ce qu’elle dit ? »

« {Je suis Kuu, enchanté de vous rencontrer !}, c’est ce qu’elle a dit. »

Après avoir transmis les paroles de Kuu, Airy avait un sourire sur le visage quand elle l’avait saluée en retour, lui disant : enchantée de te rencontrer également !

« On ne peut pas parler avec Kuu-chan ? »

« Malheureusement, comme Aisha et moi n’avons pas pu rencontrer Cetus. »

Pendant que Airy et Sylphide discutaient, l’apparence de la servante avait complètement changé.

« Aah, la servante nous a devancées ! Dépêchons-nous. »

Tout en parlant, nous avions marché un peu plus vite, et les deux autres avaient suivi notre exemple.

Alors que je sortais de la pièce et que je regardais vers l’avant, j’avais vu que la servante m’attendre un peu plus loin.

« Je m’excuse profondément d’interrompre vos conversations. »

La servante s’inclina profondément.

« Non ! Nous sommes aussi désolés ! »

La servante s’était excusée d’être allée trop vite, et je m’étais excusé d’avoir été lent, et une fois cela terminé, nous étions allés là où le Roi attendait, dans le bureau.

« Tu es là, entres. »

Après avoir frappé à la porte, j’avais pu entendre la voix de mon beau-frère de l’intérieur.

En acceptant son invitation, j’avais ouvert la porte et j’y avais vu le roi, mon beau-frère et le Premier ministre Morg qui nous accueillirent tous.

« Je vous ai fait autant attendre parce qu’il y avait une affaire urgente à régler, alors je m’excuse. »

Après que le roi ait dit ça, et avant que je puisse répondre, Sylphide avait parlé en premier.

« ... Père, à propos de cette affaire urgente... Est-ce au sujet des rumeurs autour du Royaume Démoniaque ? »

Après le discours de Sylphide, le Roi, mon beau-frère et le Premier ministre Morg avaient l’air paniqués.

« ... Aaah, tu as raison. »

« Je vois... J’en ai eu connaissance que depuis peu, et mon mari a un rapport important à te faire. »

« Quoi !? Myne ? Quel genre de rapport important cela pourrait-il être ? »

J’avais ensuite raconté ce que j’avais dit à Sylphide tout à l’heure, comment Jormungand et moi avions vu ce qui était arrivé à cette ville.

Plus je continuais, plus leurs trois visages devenaient ténébreux.

« ... Je vois. C’est ce que Jormungand t’a dit. Si c’est le cas, alors ce n’est pas une erreur. »

Après que le roi ait dit ça, la pièce s’était calmée.

Puis, après un certain temps, le Roi avait de nouveau parlé.

« Eh bien, parlons-en plus en détail plus tard, alors de quoi voulais-tu me parler ? Non, puisque Sylphide avait dit qu’elle était au courant tout à l’heure, ne me dis pas que c’était juste pour ça ? »

Peut-être le Roi savait bien lire l’atmosphère, alors il essaya de l’égayer en parlant d’une voix joyeuse.

D’accord, je vais me charger de cette intention et lui parler énergiquement.

... Mais puisque le Premier ministre Morg était ici, je ne pouvais pas vraiment en parler plus en détail.

Après avoir regardé Morg, je m’étais présenté.

« Oui, c’est vrai. J’ai complètement oublié. La demande que vous m’aviez faite l’autre jour, je l’ai mené avec succès et je voulais vous le signaler. »

« Quoi !? Tu l’as vraiment terminé ! Bravo Myne ! »

Sur ce, le sujet s’était déplacé vers la porte de téléportation que j’avais faite.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

Laisser un commentaire