Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 122

***

Chapitre 122 : Chapitre Bonus – Amy (3)

En sortant de l’auberge, et en m’arrêtant dans un petit village sur le chemin, je m’étais précipitée vers la ville de Lucas.

En m’enfuyant vers la route principale, j’avais pensé utiliser un chariot, mais vu que je rencontrerai des démons en chemin, j’avais décidé de marcher sur la route principale avec la potion transparente.

J’avais eu la chance d’avoir une abondance de matériel nécessaire pour créer la potion transparente.

Et si je n’en avais pas assez, je pourrais aller en chercher dans la forêt.

Nous, les elfes, nous connaissons mieux les plantes que les races humaines.

Ce qu’un humain ne considérait que comme de l’herbe, pour moi, c’était peut-être un beau matériau d’alchimie.

L’un des matériaux utilisés pour la fabrication de la potion transparente, l’herbe « Moon Grass », pouvait être trouvé n’importe où, mais elle était généralement traitée comme une mauvaise herbe.

Outre la race des elfes qui la considéraient comme un matériau, les autres races ne l’utilisaient pas, donc elle pouvait être acquise en grande quantité dans n’importe quelle forêt.

Pour cette raison, je m’étais cachée et j’avais utilisé la voie principale, car c’était le moyen le plus sûr pour voyager.

Juste pour votre information, les effets de la potion transparents étaient différents chaque jour.

Parfois, l’effet pouvait durer jusqu’à 2 heures, et d’autres fois, jusqu’à une heure.

Même si l’effet était épuisé, il pouvait être utilisé à plusieurs reprises, donc personne ne devrait être capable de me trouver.

Et ainsi, j’avais marché le long de la voie principale, et deux semaines s’étaient écoulées.

Finalement, l’endroit où j’allais, la ville de Lucas, était visible d’où je me tenais.

... Au final, personne ne m’avait poursuivie jusqu’ici.

Quand j’avais confirmé que j’irais vers la capitale à la réception de l’auberge, je leur avais spécifiquement dit que je me dirigerais vers la capitale.

J’avais dit à la réceptionniste que je souhaitais me rendre vers la capitale pour que le vieil homme ne pense pas que j’étais allée vers Lucas quand il essaya d’écouter notre conversation.

Je me demandais si cette stratégie s’était bien déroulée.

Ou, si c’était juste mon imagination quand j’avais vu ce vieil homme, je ne le saurais même pas si je le lui demandais maintenant.

« C’est donc la ville de Lucas... »

Pour entrer dans la ville, je m’étais alignée derrière les gens qui faisaient la queue en regardant l’extérieur de la ville.

Comme l’avait décrit ce vieil homme, cette ville m’avait effectivement donné une impression de calme.

En regardant l’extérieur, j’avais pensé à mon avenir et mon tour était venu.

Le portier m’avait posé quelques questions simples, puis il m’avait ensuite délivré une carte de séjour.

Pendant que j’y étais, j’avais demandé comment on vivait dans cette ville, et le garde m’avait tout appris avec patience.

D’abord, il m’avait conseillé de trouver un endroit où vivre.

Heureusement, il semblerait qu’il y avait beaucoup de propriétés à louer.

La suivante était de faire une sorte de carte d’identité.

En parlant de carte d’identité, il s’agirait de la fameuse carte d’aventurier pour les aventuriers, et l’autre, la carte de membre de la guilde des marchands.

Vous devriez vous inscrire à la guilde des marchands si vous vouliez faire des affaires et à la Guilde des Aventuriers si vous vouliez devenir un aventurier.

Dans mon cas, je faisais des affaires en vendant des potions, donc m’inscrire à la guilde marchande serait la meilleure option.

Après avoir reçu ma carte d’identité, je m’inscrivis au registre des résidents.

En me rendant au bureau du gouverneur, je devais présenter mon lieu de résidence que je désirais et ma carte d’identité, puis payer la taxe pour 1 an, je pourrai ensuite compléter mon inscription.

Remerciant le gardien qui m’avait tout apprit en détail. Je me dirigeais alors vers la ville, tout en pensant qu’il y avait encore des humains bien attentionnés.

... D’abord, je devais trouver un endroit pour bien vivre.

Comme je ne savais pas où postuler, j’avais décidé de me diriger d’abord vers la guilde des marchands.

Puis, en m’inscrivant, j’aimerais connaître également la situation à ce sujet.

Je pourrais aussi leur vendre des potions de haute qualité que j’avais tant que j’y étais.

Ce serait vraiment faire d’une pierre trois coups.

J’avais demandé à des personnes plus âgées comment se rendre à la guilde des marchands, et j’avais pu y arriver en toute sécurité tout en me perdant un peu en cours de route.

« ... Excusez-moi, je souhaite m’inscrire à la guilde des marchands. »

Appelant la personne derrière la réception, un sourire flotta sur son visage alors qu’il commençait à expliquer les règles de la guilde.

« ... Et, c’est tout pour l’instant. S’il y a quelque chose que vous ne savez pas, n’hésitez pas à lire ce document. »

J’avais bien compris les documents et je confirmais leur contenu.

Très bien, on dirait qu’on ne me mentait pas.

« Nom : Amy, profession : vendeuse de médicaments, lieu de résidence :... que dois-je faire à ce sujet. »

Le réceptionniste, troublé, m’avait demandé ce qui ne tournait pas rond.

« Je viens d’arriver dans cette ville. J’avais l’intention d’y séjourner, mais je n’ai pas encore décidé d’un endroit pour vivre... »

« Oh, je vois... Si ça ne vous dérange pas, je vous montrerais comment aller de la guilde à l’immeuble de location. »

... C’était quelque chose dont j’étais extrêmement reconnaissante.

Si quelqu’un de la guilde des marchands s’arrangeait pour que quelqu’un m’y emmène, je n’aurais pas à faire à des propriétés douteuse.

Quoi qu’il en soit, après avoir quitté la guilde des marchands, j’avais l’intention de trouver une résidence à louer.

Recevons cette charmante offre.

« J’adorerais, merci beaucoup ! »

Bien que légèrement surprise par ma voix écrasante, le réceptionniste avait répondu « Je comprends » et s’était éloigné pour prendre quelques documents.

Puis, en attendant un peu, il était revenu avec un paquet de papiers.

« Pour l’instant, décidez d’un endroit où vous aimeriez vivre temporairement. Alors, voulez-vous continuer l’enregistrement à la guilde ? »

C’était évident, donc je n’avais aucune objection.

Il m’avait immédiatement montré les documents de la propriété locative.

Après avoir regardé plus de 10 documents, d’une façon ou d’une autre 2 résidences avaient attiré mon attention.

Bien que le loyer mensuel de l’endroit soit gênant...

La première était une résidence de haute qualité valant 5 pièces d’or par mois, et l’autre était une résidence raisonnable valant 80 pièces d’argent par mois.

Les deux loyer étaient importants, mais les 5 pièces d’or m’avaient donné une sécurité supplémentaire en termes de prix.

Compte tenu de ma propre position, je ne pouvais pas faire de compromis sur la sécurité.

Comme ni l’une ni l’autre n’était éloignée de la Guilde des marchands, j’avais décidé de les visiter toutes les deux avant d’en choisir une.

***

« Heeh, il y a une barrière magique à l’intérieur de la seconde. C’est merveilleux... »

« ... Il y a aussi un bain à l’intérieur ! »

« Avec tout cet espace, je pourrais me faire un lieu de travail aussi... »

Après avoir regardé les deux propriétés, bien qu’elle soit un peu chère, je m’étais décidée pour la propriété à 5 pièces d’or par mois.

Le paiement devait être fait à la Guilde chaque mois.

De mon sac de rangement, j’avais immédiatement sorti 5 pièces d’or et je les avais remises.

« D’accord, j’ai confirmé le paiement. Après avoir reçu votre carte de la guilde des marchands, ne la perdez pas, car ce sera aussi les clés de la maison. Si elle est perdue, vous pouvez pour 1 pièce d’or en faire une autre, mais l’évaluation de la guilde envers vous sera réduite, alors soyez prudente. »

Après que le réceptionniste avait dit cela, il avait pris un objet magique sous le comptoir et l’avait manipulé.

« D’accord, c’est fait. »

Après avoir dit cela, il m’avait remis la carte de membre de la guilde des marchands.

« D’accord, que puis-je faire d’autre pour vous ? Voulez-vous ouvrir une boutique ou faites-vous vos affaires en tant que grossiste quelque part sans magasin ? »

« Oui, je fais du commerce de gros. »

« Je vois, est-ce que ça vous dérange si je jette un coup d’œil à certaines de vos potions ? Selon la qualité, la guilde des marchands pourrait vous en acheter, si vous le voulez. »

Cet individu était lui-même un homme d’affaires.

Après avoir utilisé les 5 pièces d’or, il avait montré de l’intérêt pour les potions que j’avais.

Cependant, si cela ne tenait qu’à moi, je préférerais que la guilde achète mes médicaments, car c’était l’option la plus sûre.

« Alors, ce sont les potions, mais... »

J’avais sorti 20 potions de haute qualité de mon sac de rangement et je les avais remises à l’homme.

« Wôw, c’est... je peux en ouvrir une et voir ? »

Pour vérifier le produit, certains ouvraient une bouteille pour en vérifier la qualité.

Évidemment, je n’avais pas d’objection.

« Oui, s’il vous plaît, faites-le. »

Après avoir donné mon approbation, l’homme avait pris une petite tasse et y avait versé une petite quantité de ma potion de haute qualité et l’avait placée dans un grand outil magique derrière le comptoir.

« Oh wôw. C’est plutôt merveilleux. Bien que la couleur soit sombre, mais c’est bien une potion de soins de haute qualité. Et si on passait un marché avec la guilde ? Si vous pouvez maintenir ce niveau de qualité, nous vous donnerons 50 pièces d’argent par bouteille. »

... Le montant présenté était plus élevé que je ne le pensais.

Considérant le fait que ce vieil homme en avait acheté une pour 20 pièces d’argent, c’était considérablement plus élevé.

« Je comprends. Je vous en prie, faites-le par tous les moyens. »

L’homme avait affiché un regard agréable sur son visage pendant qu’il me remerciait, et il avait émis d’autres conditions.

« Si vous signez un contrat nous en donnant l’exclusivité, nous ajouterons 10 pièces d’argent. »

... C’était un vrai homme d’affaires. Mais, cela m’était aussi profitable.

« Je comprends, j’accepte la proposition. Je signerais ce contrat. »

« Merci beaucoup ! »

Grâce à cela, je pouvais vivre une vie tranquille dans la ville de Lucas.

...

Et dix ans s’étaient ainsi écoulés.

C’était à ce moment que je devais rencontré la personne qui allait changer mon destin dans cette ville.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire