Cette oeuvre contient des scènes à  caractère sexuel et s'adresse à  un public averti. Déconseillée au moins de 18 ans.

The Devil’s Origin – Chapitre 32

Bannière de The Devil’s Origin ♡♡♡

Chapitre 32 : Gladiateur

« Une vente aux enchères ? » demandai-je.

Je mangeais mon dessert après le déjeuner, quand Collin était venu me voir.

Il m’avait parlé d’une rumeur qu’il avait entendue en traversant l’allée de derrière.

« Oui, une enchère illégale pour être précis. Du trafic d’organes au trafic d’êtres humains, ils s’occupent de toutes sortes de choses sales. Il semble que cette fois ils ont un nouvel objet à vendre… Un démon, disaient-ils, » déclara Collin.

« Ce genre de choses ! Nous devons le sauver le plus tôt possible ! » déclarai-je.

« Je pensais la même chose ! Mais… Nous ne pouvons pas nous contenter d’attaquer la vente aux enchères avec une force brute, car la vente aux enchères doit être étroitement surveillée. Je suggère que nous prenions un peu plus de… une approche directe, » déclara Collin.

« Approche directe… ? Veux-tu dire que tu veux participer à la vente aux enchères ? » demandai-je.

« Exactement, » répondit Collin.

« Mais on va avoir besoin de beaucoup d’argent pour faire ça, non ? » demandai-je.

« Fufu~ Maou-sama, as-tu oublié à qui tu parles ? Je suis un Cat Sidh, le marchand des ténèbres. Bien sûr que j’ai assez d’économies pour participer à la vente aux enchères, » déclara Collin.

Collin est si fiable !

« D’accord ! Allons sauver notre prochain démon maintenant ! » déclarai-je.

« Avant ça, peux-tu faire quelque chose pour la crème sur ta joue d’abord ? » demanda Velke.

Pendant que Velke, qui se tenait si fidèlement à mes côtés, essuyait la crème de mon visage, Collin et moi avions commencé à discuter de notre plan pour sauver l’espèce démoniaque de la vente.

***

« Est-ce ici, la vente aux enchères ? » demandai-je.

Devant moi se trouvait un bâtiment dans lequel Collin avait dit que la vente aux enchères aurait lieu.

Il y avait des taches inconnues sur les murs et le bâtiment était très miteux.

À l’intérieur de la pièce peu éclairée, je pouvais voir une sorte de scène au centre.

Je ne pouvais pas voir le visage des autres participants, peut-être que la lumière dans cet endroit était-elle délicatement obscurcie pour empêcher les gens de se reconnaître ?

J’entrais dans la bâtisse avec Collin et Velke.

Nous nous déguisions tous les trois en humains et portions une longue et grande capuche pour nous fondre dans la masse.

« Oui, je suis sûr que nous sommes au bon endroit, » déclara Collin.

Jusqu’à la toute dernière extrémité, Velke avait essayé de m’empêcher d’y aller, mais heureusement, Collin était de mon côté et Velke avait finalement cédé et avait décidé de venir avec nous.

« Ta voix indique trop ton âge. C’est inhabituel pour un enfant de flâner dans une vente aux enchères, alors ne parle pas pendant qu’on est là, d’accord ? » dit Collin en marchant vers le gérant qui se tenait près de la porte.

***

Finalement, la vente aux enchères avait commencé et le premier objet qu’ils avaient montré m’avait déjà dégoûté.

L’humanité était vraiment répugnante.

« Dire qu’un si jeune enfant soit mis aux enchères…, » murmurai-je.

« Un humain, quel que soit le sexe se vend bien à la vente aux enchères, de sorte que nous verrons de plus en plus de choses dégoûtantes de ce genre au fur et à mesure que la vente progresse. L’humanité a un cœur moche, après tout, » déclara Collin.

Fidèles aux paroles de Collin, des animaux rares vivants, des organes, des animaux préservés et encore plus d’humains avaient été mis en valeur dans la vente aux enchères.

***

« Mesdames et messieurs, permettez-moi de vous présenter notre sujet principal pour ce soir ! C’est un objet très rare, oserais-je dire qu’on ne l’a jamais vu auparavant dans la vente aux enchères ! C’est un… MINOTAURE ! »

Les participants murmurèrent avec enthousiasme.

« Donc notre cible est ce Minotaure ? » demandai-je.

« Non ? C’est un humain avec une tête de bœuf cousue de force à son corps, » déclara Collin.

« Quoi !? » m’exclamai-je.

« Mao — … Non. Mao, regarde attentivement. Est-ce que cette “chose” ressemble à un démon pour toi ? » demanda Collin.

Hmm… Maintenant que j’y regarde de plus près, à part son apparence grotesque, je ne sens aucune caractéristique démoniaque.

Mais pour une raison quelconque, Collin avait essayé plusieurs fois de faire une offre pour le Minotaure.

« As-tu l’intention de l’avoir ? » demandai-je.

« Pas question. Je fais semblant, c’est tout. Si je ne fais qu’enchérir sur l’être démoniaque, les gens deviendront méfiants et je veux éviter toute attention inutile. D’après les informations que j’ai eues, le prochain sujet sera le démon que nous recherchons, » déclara Collin.

W-whoa... Si détaillé… Ah… Je vois… Collin a vu le pire côté de l’humanité, alors bien sûr, il est devenu très prudent avec les humains.

Ah, on dirait que ce bœuf a été vendu au gros là-haut.

« Maintenant ! La prochaine vente est une série d’esclaves de service ! Notre premier objet est une femme humaine ! Cette fille n’a pas de maladie et elle vient d’Arnovi ! » déclara le présentateur.

« Eh ? Je croyais que la vente aux enchères était finie ? » J’avais jeté un coup d’œil à Collin avec inquiétude.

« C’est bon, » déclara Collin.

Par la suite, de plus en plus d’humains malades et d’humains handicapés avaient été montés sur scène.

« Voici notre dernier article ! Un homme sans bras droit ! C’était un épéiste, mais il a perdu son bras, alors le voilà ! Un esclave ! Son apparence n’est pas mauvaise et il est aussi très bien doué ! Je vois qu’il va être un bon esclave sexuel ! » déclara l’annonceur.

« C’est lui, » déclara Collin.

« Eh ? Il ressemble à un humain pour moi…, » déclarai-je.

{Un Gladiateur de niveau 58. C’est un démon avec l’apparence d’un épéiste humain. Ils sont également au bord de l’extinction.}

« Une espèce de démon…, » avais-je murmuré.

« J’ai raison, n’est-ce pas ? J’ai un bon nez après tout. Ces humains sont si stupides, si seulement ils réalisent que c’est un démon, ils pourraient obtenir un prix plus élevé pour lui, » déclara Collin.

« Va-t-on enchérir sur lui ? » demandai-je.

« Bien sûr, » répondit Collin,

Collin leva la main et commença à enchérir pour le gladiateur.

***

« Ahhhh, il est si bon marché ! On l’a eu pour un très bon prix ! Un bien handicapé, c’est vraiment du tout cuit !~ » déclara Collin.

Collin avait poussé un cri excité et nous avait souri innocemment en nous disant. « Eh bien, alors je vais finir la paperasse pour lui. Velke-sama, raccompagnez Mao à l’auberge. »

De ce que j’avais vu, j’avais vu pourquoi Collin était surnommé « Le Marchand des ténèbres », mais j’avais décidé de ne rien dire et j’avais suivi Velke à notre auberge.

***

Deux heures s’étaient écoulées avant le retour de Collin.

« Puisqu’on a déjà fait tout ce chemin pour lui, j’ai pensé que je devrais d’abord le nettoyer un peu. Maintenant, présente-toi à nous. C’est ton nouveau maître à partir de maintenant, » déclara Collin.

« Mais c’est encore un enfant, » déclara le gladiateur.

Un beau jeune homme était passé par la porte.

Il avait les yeux et les cheveux de couleur sable.

Ses longs bras et ses membres lui donnaient l’air plus grand que sa taille réelle.

Même s’il n’était debout que normalement, sa posture avait l’air si digne d’un chevalier de conte de fées.

« Tu es un gladiateur, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« … !! »

« Je suis le Maou. Je serai ton nouveau maître, » continuai-je.

L’homme devant moi avait élargi les yeux, il était si surpris qu’il nous avait montré sa vraie apparence.

En voyant sa réaction, il n’y avait plus aucun doute, c’était un démon de part en part.

« Vous êtes Mao, c’est ça ? Je pense que vous savez déjà que je suis un démon, pas un humain. Mais quand même, je suis un esclave. Comme vous m’avez acheté, je vais suivre vos ordres, » déclara le gladiateur.

« Alors je t’accorderai une famille, » déclarai-je.

« … ? Allez-vous me donner une femme ? » demanda le gladiateur.

Hein ? Je pense qu’il y a un léger malentendu entre nous tout à l’heure…

« Heureusement que la chambre que j’ai réservée est au dernier étage de la plus grande auberge de la ville. Vous deux, vous pouvez le faire sans aucune réserve~ nous avons fait beaucoup d’efforts pour planifier ce sauvetage, donc je ne peux m’empêcher d’être excité ! ~, » déclara Collin.

« Maître, je resterai dans la chambre à côté de la tienne. Si tu as besoin de quoi que ce soit, frappe à la porte. Je serai à tes côtés en deux secondes, » déclara Velke.

« Qu-Quoi ? De quoi parlez-vous !? » le gladiateur était sidéré.

« Que veux-tu dire par “quoi” ? Tu vas t’accoupler avec le Maou, alors sois reconnaissant ! Je suis si envieux…, » déclara Velke.

« V-Vous ! Qu’est-ce que vous avez dit ? Vous allez forcer un si jeune enfant à être mon partenaire ? … C’est donc ça votre vraie couleur ? » demanda le gladiateur.

« Si ce n’était pas pour la vision de mon jeune maître, je ne te laisserais jamais contaminer mon maître par ton sale être… Tu devrais être reconnaissant, » Velke parlait avec venin, son regard glacial avait fait chuter la température de la pièce à zéro.

Peut-être parce qu’il avait peur de Velke, le gladiateur n’avait rien dit en retour.

Velke avait quitté la pièce avec Collin, me laissant seul avec le gladiateur.

« Toi, quel est ton nom ? » avais-je demandé afin de rompre le silence.

« A-Ah… On m’a appelé beaucoup de choses, mais… Le premier nom que j’ai reçu était Gedo, » déclara Gedo.

« D’accord, je t’appellerai Gedo. Gedo, enlace-moi maintenant, » ordonnai-je.

« Qu-Quoi ! Jeune homme, non, maître… Ces deux hommes vous ont-ils forcé ? Quoi qu’il arrive, je ne comprends pas comment quelqu’un peut être assez fou pour forcer un si jeune enfant comme vous à être tenu par moi, » déclara Gedo.

« Comme je l’ai déjà dit… Je suis le Maou, donc… On ne peut rien y faire, alors allons-y, » déclarai-je.

« Je sais, j’ai cru comprendre que vous vous appeliez Mao… Mais… Maître, je sais que je vous ai dit que je suivrais vos ordres, mais s’il vous plaît, chérissez davantage votre corps… Je sais que je ne suis qu’un humble esclave, mais, réfléchissez bien, » déclara le gladiateur.

Hmm… Hmmm... ?

J’ai l’impression qu’on n’est pas sur la même longueur d’onde…

A-t-il mal compris ? Peut-être qu’il pense que je m’appelle Mao ? D’habitude, tous les démons ont tout de suite compris quand j’ai dit que je suis Maou, donc il n’y a pas besoin d’une explication inutile…

Ah !

Je me déguise en humain en ce moment ! Mon pouvoir magique est aussi caché pour qu’il ne puisse pas découvrir que je suis un démon.

Mais… Je ne sais pas comment dissoudre le sort sans l’aide de Velke…

Hmm… Que faire... Ah bon, peu importe. Je suppose que ça devrait aller de continuer comme ça.

« Il y a des circonstances spéciales en moi qui m’obligent à copuler avec les autres. De toute façon, tu es à moi, non ? Alors tu dois suivre mes ordres, n’est-ce pas ? » déclarai-je.

« Eh bien, c’est vrai, mais…, » déclara Gedo.

La culpabilité était sortie du cœur de Gedo, il ne savait plus quoi dire.

Gedo avait vraiment une bonne humanité… Ou devrais-je dire démoniaque ?

J’avais retiré mes vêtements et sauté sur le lit, appelant Gedo à s’approcher.

« S’il te plaît Gedo… Fais-moi me sentir bien…, » avais-je chuchoté.

Gedo avait l’air agité, mais à la fin, il s’était conformé et était monté sur le lit.

Quand Gedo s’était approché, j’avais senti l’immense différence de notre physique.

Gedo mesurait 190 cm, son corps musclé était couvert de cicatrices, en particulier celle de son bras manquant.

« Ton bras… Ça fait mal ? » demandai-je.

« Oh ? Ça… C’est de mon précédent… Précédent… mon Maître précédent. C’est une longue histoire, je ne ressens plus rien. Hum… Ça vous dégoûte-t-il ? » demanda Gedo.

« Non, je pensais juste que… J’aurais dû te sauver plus vite avant d’être blessé comme ça, » déclarai-je.

« … Maître, vous êtes si gentil… Je pense… que ce serait bien si vous pouviez être mon dernier maître, » déclara Gedo.

Gedo avait eu l’air stupéfait pendant une fraction de seconde avant que son visage ne s’effondre avec un sourire serein.

Il avait enroulé son bras autour de mon corps et m’avait caressé délicatement avec tant de soin que personne ne s’attendrait d’un corps aussi dur.

« Ah… Si petit… J’ai l’impression que je peux vous briser en morceaux si je ne fais pas attention, » déclara Gedo.

De petits baisers papillons étaient posés sur mon ventre, la main calleuse de Gedo me fourmillait le corps, car il me caressait comme si j’étais une soie fine.

Il avait voyagé plus vers le bas jusqu’à mon pénis à moitié dur, le persuadant de bander à fond en un rien de temps.

D’une seule main, il avait englouti mon petit pénis et l’avait caressé, se concentrant sur moi pour m’apporter le plus grand plaisir qu’il pouvait me donner.

Mon corps sensible n’était pas à la hauteur de sa caresse aimante et j’avais joui dans sa main, mon dos arqué alors que des secousses de sperme jaillissaient de moi.

« Eh bien, maître, dormons maintenant, » dit Gedo en embrassant mon front.

« Attends ! » déclarai-je.

Ma voix était encore rauque parce que je venais de jouir, mais je ne pouvais pas le laisser finir comme ça !

Trop gentil, Gedo était trop gentil. Il n’avait fait que ce qu’il avait à faire par obligation, mais ça n’avait pas marché.

Je dois sauver sa race de l’extinction, si seulement nous nous arrêtions là, je ne serais pas capable d’atteindre mes objectifs.

« Ge-Gedo aussi, tu es déjà si grand et si dur. Je veux que tu te sentes bien aussi, » déclarai-je.

« Mais… ! » déclara Gedo.

Contrairement au refus de Gedo, son érection était aussi claire que le jour.

« S’il te plaît Gedo ? Je veux que Gedo me fasse l’amour. C’est bon si c’est toi, Gedo. Embrasse-moi, Gedo, » déclarai-je.

La verge dure de Gedo avait tremblé quand je l’avais supplié de me toucher.

Sans aucune hésitation, j’avais sauté dessus et j’avais attrapé sa verge avec mes deux mains.

Elle était grande et épaisse, même si j’avais déjà utilisé mes deux mains, je ne pouvais toujours pas l’encercler complètement.

J’avais utilisé ma langue pour l’enrouler autour en continuant à caresser l’érection de Gedo avec ma main.

« A-Arrêtez ça…, » déclara Gedo.

Des gémissements à bout de souffle avaient échappé aux lèvres de Gedo alors qu’il tentait en vain de m’empêcher d’utiliser sa main gauche.

Je n’arrêtais pas de lécher le sexe dur devant moi alors que je sentais le prépuce de Gedo me remplir la bouche de son goût amer.

Peu de temps après, Gedo lâcha ses graines avec un gémissement, le liquide blanc épais et collant sortait de ma bouche et débordait sur mon visage.

Cela devait faire longtemps que Gedo ne s’était pas occupé de ses besoins « autres » parce que Gedo continuait à éjaculer même si ma bouche était déjà pleine à craquer.

J’avais essuyé l’excès de sperme de mon visage, l’odeur avait commencé à obscurcir mes sens avec la luxure.

« Mao — … Maître… Ugh — je suis désolé…, » dit Gedo avant de me pousser vers le lit avec un bras sans effort.

Il m’avait relevé la taille et avait révélé mon bourgeon en fleur qui se contractait.

Gedo avait semblé enivré pendant une seconde avant qu’il ne pousse sa langue à l’intérieur, étirant mon trou vierge.

« Ngh ! » J’avais sursauté, l’étirement était douloureux, mais je me sentais bien en même temps.

Comparée aux autres démons humanoïdes adultes, la silhouette de Gedo était beaucoup plus grande, donc bien sûr, chaque partie de lui était aussi grande.

Sa langue était équivalente à deux, non, trois de mes doigts.

Faisant attention à ne pas me blesser, Gedo avait agité la langue, en se concentrant sur chaque fraction de ma réponse avant de continuer.

La façon dont Gedo utilisait sa langue et caressait mon corps avec amour n’était que de l’expérience.

Cela devait être parce qu’il avait été utilisé comme esclave sexuel auparavant, Gedo savait exactement où appuyer pour me faire du bien, sans me blesser.

« Je suis désolé… Même si vous êtes toujours… Si petit… Mais… Ngh… ! » déclara Gedo.

La silhouette de Gedo apparut au-dessus de moi, il poussa mes épaules à plat sur le lit et il poussa sa verge épaisse et émoussée en moi.

« AAAAAAAAAAAAAAANGHHHHH !! »

Le soudain étirement du bout du pénis émoussé de Gedo avait transformé ma vision en blanc, j’avais crié de douleur même si Gedo n’avait fait qu’y mettre le bout.

La différence entre la langue de Gedo et le pénis de Gedo était trop grande, trop différente, la taille était incommensurable.

Ma poitrine s’était lourdement relevée alors que j’essayais de m’adapter à l’étirement.

« Argh… Je suis désolé…, » Gedo m’avait enlacé le dos pour m’excuser.

« Nhg… Ah… C’est bon… Mmngh… ! C’est pour ça… Nnngh ! » déclarai-je.

Peu à peu, Gedo avait enfoncé son pénis, mon sphincter s’était resserré à chaque mouvement.

J’avais crié de chaque centimètre, j’avais l’impression que mon corps était divisé en morceaux.

Le lit grinçait sous le corps lourd de Gedo, la main de Gedo était la seule chose qui empêchait mon corps sans membres de tomber.

« Ah… Est-ce… est-ce que c’est dans… ? »

« O-oui… Juste un petit peu… Ngh… Ahng… Je suis désolé.. Mao… Maître…, » déclara Gedo.

Gedo avait sorti son pénis pour l’enfoncer dans mon muscle velouté une fois de plus.

« AAAAAAAAAAAAAAAANGGGGGHGHHHH ! »

J’avais crié dans le lit quand Gedo m’avait enfoncé son pénis gonflé.

C’était douloureux, mais euphorique en même temps.

Je ne pouvais plus différencier la frontière entre la douleur et le plaisir.

« C’est bon… Tout à l’heure… J’ai trouvé votre prostate… Si je me concentre sur cette partie…, » déclara Gedo.

Fidèle à ses paroles, Gedo avait visé chaque poussée pour frapper ma prostate, m’apportant des soubresauts de plaisir à chaque contact.

Le prépuce de Gedo sortait de mon anus, le son qui écrasait entre son prépuce collant et mon passage humide se répercutait dans la pièce.

« Hy-ah ! Nnghhh ! Ahh ! »

J’avais suffoqué pendant que Gedo frottait le bout de son pénis sur ma place de plaisir.

Je n’arrivais pas à fermer la bouche, ma salive continuait à couler du coin de mes lèvres.

« Mao… Mao…, » Gedo avait chanté mon nom comme une prière.

Son pénis devenait de plus en plus gros, étirant encore plus mon sphincter déjà abusé.

La tête de lit se cognait contre le mur alors que Gedo accélérait son rythme, impatient de se libérer.

« C’est bon… d-dedans… Viens… Angh ! » déclarai-je.

« Mais… »

« C’est… ! C’est bon… ! Nghhhh ! Tu peux, ah ! Fais ce que tu veux ! » déclarai-je.

Après que je lui avais dit cela, Gedo avait retiré sa bite jusqu’au bout et il m’avait enfoncé ses couilles dans les hanches.

Le bruit du claquement entre les chairs était comme une musique à mes oreilles.

« Gu-h ! Nghh ! Ahnggh ! Ngh ! »

« AAh... Quel corps délicieux... Nghn… J’ai l’impression de fondre… Mao… Mao…, » déclara Gedo.

Mon corps tremblait en même temps que le lit, le rythme de Gedo était brutal, mais il était capable de continuer à frapper ma prostate avec précision.

Je ne pouvais rien faire d’autre que gémir et étouffer de plaisir alors que Gedo stimulait mon corps avec son gros pénis.

Le grincement devenait de plus en plus fort comme si le lit allait s’effondrer d’une seconde à l’autre, mais mon esprit s’éteignait chaque fois que la pointe émoussée de Gedo brossait tout mon point sensible.

« Ghu — … Mao… Mao… Je… Je jouis…, » déclara Gedo.

« AAAAANGHHHH !! »

Le pénis avait gonflé et m’avait rempli de son essence chaude et blanche, inséminant mon utérus avec les graines de bébé de Gedo.

Mais…

Le gladiateur était une race avec une grande capacité physique.

Même après avoir joui deux fois, la verge de Gedo ne montrait aucun signe de rétrécissement.

La nuit ne faisait que commencer.

***

{Vous avez gagné un niveau en vous accouplant avec un gladiateur ! Vous avez gagné la compétence Esprit Combatif Indomptable de niveau 56 ! Vous avez gagné la compétence de combat au corps à corps de niveau 56 ! Vous avez gagné 20 œufs de gladiateur !}

***

« Velke-sama, ça va ? Ton visage… Tu as l’air de vouloir maudire quelqu’un à mort, » déclara Collin.

« Tais-toi, » s’exclama Velke.

Plus tard dans la nuit, Velke et Collin étaient venus me voir.

J’avais l’estomac gonflé comme une femme enceinte parce que je portais les enfants de Gedo.

D’une certaine façon, j’étais enceinte.

Gedo était devenu pâle en raison de la culpabilité, probablement parce qu’il ne pensait pas qu’il allait me mettre enceinte ?

Velke m’avait pris dans ses bras, en faisant attention de ne pas trop secouer mon corps sensible.

« Retournons au château rapidement, » déclara Velke.

Velke était sur le point de lancer la magie du transport quand Gedo l’avait interrompu.

« Attendez ! Où l’emmenez-vous ? Qu’est-ce que vous comptez faire avec un si jeune garçon ? Allez-vous faire ce que vous voulez avec lui après quoi… que je lui aie fait ? Est-ce votre fétichisme ? » demanda Gedo.

« Tais-toi. Sans le Maou-sama, je ne laisserais jamais de sales bâtards comme toi l’embrasser… Et puis, on dirait que tu t’es bien amusé, n’est-ce pas ? » déclara Velke.

« A-ah… C’est… Mais quand même, je ne pense pas que ce soit bien de traiter un si jeune garçon comme lui comme un esclave sexuel…, » déclara Gedo.

« Esclave sexuel ? Toi, tu veux mourir à ce point ? » demanda Velke.

Oi oi oi oi oi oi, ne commence pas à te battre devant moi !

« Velke ! C’est déjà bon ! Conduis-moi vite à la Fontaine de la Vie ! » déclarai-je.

***

Après avoir donné naissance aux enfants de Gedo, il avait finalement compris que j’étais le Maou, le Roi-Démon.

Il avait toujours des doutes, mais quand la preuve était devant lui, il ne pouvait rien faire d’autre que l’accepter.

Gedo m’avait encore une fois juré fidélité après m’avoir reconnu comme le Maou.

« Qui aurait cru qu’un si jeune garçon était le vrai Maou… ? » déclara Gedo.

Tu n’arrêtais pas de dire que j’étais jeune, mais à la fin, tu me l’as bien fait, tu sais ?

♡♡♡

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire