Cette oeuvre contient des scènes à  caractère sexuel et s'adresse à  un public averti. Déconseillée au moins de 18 ans.

The Devil’s Origin – Chapitre 33

Bannière de The Devil’s Origin ♡♡♡

Chapitre 33 : Nain

« Êtes-vous le Maou ? » Ce jour-là, un homme de la même taille que moi, mais au visage rude, était arrivé dans la salle d’audience.

{Un nain de niveau 25. C’est une espèce rare !}

Le nain devant moi avait l’apparence typique d’un nain que j’avais l’habitude de voir dans les jeux.

Il avait la barbe partout sur le visage et une petite taille encombrante.

Mais malgré sa taille, il était beau gosse.

Contrairement à la beauté fragile et éthérée de Velke, le nain avait ce charisme particulier, comme un bon vin qui mûrissait avec l’âge.

« C’est exact, » avais-je répondu.

« Ce morveux à l’air faible, » le nain s’était moqué de moi.

À côté de moi, j’avais l’impression que Velke était en colère.

Eh bien… Le nain avait raison… Je ne pouvais rien dire contre.

« Quel est ton nom ? » avais-je demandé, en essayant de détourner le sujet.

« Je m’appelle Lugrant, » répondit-il.

« Lugrant !! » s’exclama soudainement Collin qui nous observait en silence.

« Le connais-tu ? » demandai-je.

« C’est le légendaire artisan nain, Lugrant !! C’est le créateur des épées légendaires Luwarts et Zephyrant ! Toutes ses créations ne sont rien d’autre que des biens de première classe ! Son équipement est souvent caché dans la salle la plus profonde d’un donjon difficile ! La valeur marchande actuelle d’une création de Lugrant, quelle qu’elle soit, dépasse toujours les 10 millions ! » Collin s’agita avec excitation, sa queue se balançait à toute vitesse.

« Humph, morveux bruyant, » déclara Lugrant.

« Alors ? Es-tu là pour me jurer de ta loyauté ? » avais-je demandé.

« C’est ridicule de jurer fidélité à un morveux comme toi, mais je n’avais pas d’autre choix. Si je ne le fais pas, le clan des nains s’éteindra, » déclara Lugrant.

« Je vois. Alors, en récompense de ta loyauté envers moi, je t’accorderai une famille, » déclarai-je.

En guise de réponse, Lugrant ricana nonchalamment comme s’il s’en fichait.

***

En regardant le visage de Lugrant, j’avais pu voir qu’il était très réticent.

Il était ici par obligation, pas parce qu’il le voulait.

Je m’étais déshabillé en arrivant à la salle d’accouplement.

Lugrant fixa mon corps nu en silence.

Son visage semblait si déchiré comme si le lit était rempli de clous pointus, prêt à le transpercer.

« Faible morveux, » déclara Lugrant.

Eh bien, je suis désolé d’avoir un corps aussi faible ! Ce n’est pas comme si je pouvais y faire quoi que ce soit, tu sais !

J’avais soupiré.

« Avec un corps comme ça, quoi qu’il arrive, je dois mettre ce bijou sur toi, » déclara Lugrant alors qu’il récupérait quelque chose de la poche sur sa taille.

J’avais plissé les yeux pour mieux voir, ça ressemblait à une boucle d’oreille avec un rubis rouge sang profond dessus.

Et puis, sans me donner la moindre seconde pour rassembler mes pensées, Lugrant perça un trou dans mon lobe d’oreille avec une aiguille.

« Aïe ! » La douleur courte et piquante m’avait fait tressaillir.

« Attends, je dois faire l’autre côté aussi. »

Lugrant avait dit cela avant de me percer l’autre oreille avec une aiguille.

Le sang avait commencé à couler de mes oreilles percées, ma tête était étourdie quand j’avais vu le lit taché.

Toujours pas satisfait, Lugrant avait commencé à caresser mes mamelons.

« Qu’est-ce que tu vas faire !? » demandai-je.

« Je décore ce faible corps, bien sûr. Tu devrais te sentir honoré, » déclara Lugrant.

Lugrant m’avait ensuite percé le mamelon, mais cette fois, il avait utilisé un énorme saphir au lieu de rubis comme celui qu’il avait utilisé pour mon oreille.

Je m’étais violemment agité, mais Lugrant m’avait facilement attrapé les deux bras et les avait attachés ensemble.

« Arrête ça ! Je n’en veux pas ! Agrh..., » déclarai-je.

Tous les endroits qu’il perçait me faisaient mal, la peau autour de ça semblait mouillée par ce que j’avais supposé être mon propre sang.

Même si mon mamelon droit me faisait aussi mal, Lugrant avait commencé à percer mon mamelon gauche et à y mettre le même bijou en saphir.

« GYAAAAAAAA !! »

Sans même demander mon consentement, Lugrant avait percé mon corps comme il le souhaitait.

La douleur était incroyable, aiguë, piquante, et elle m’avait traversé la tête. J’avais essayé de reprendre mon souffle, mais ça ne servait à rien, c’était trop douloureux.

J’avais essayé de me mordre les lèvres pour me distraire, mais la douleur était trop forte.

Des gouttes de larmes couvraient mon visage pâle, mais Lugrant ne semblait pas s’en soucier.

Avec un grognement, Lugrant en sortit un autre qui, je suppose, était un autre piercing de sa poche.

La tige était plus longue et plus fine que l’autre piercing qu’il m’avait utilisé.

« Comme prévu, je dois percer cette partie aussi, » déclara Lugrant.

Une paire de mains calleuses s’agrippa étroitement à ma virilité, face à la verge pointée vers le haut.

C’est impossible !

« Non ! Arrête ! Arrête ! Pas cet endroit ! Tout sauf cet endroit !! Arrête ça !! » déclarai-je.

Ignorant mes supplications désespérées, Lugrant pointa le piercing sur le bout de ma bite et me poignarda sans hésitation à travers ma verge sensible.

« GYAAAAAAAA !! »

Le long et mince perçage avait traversé mon urètre, remplissant mon corps de son goût métallique froid.

Le bijou pendait sur le bout de ma bitte, se balançant d’avant en arrière comme s’il se moquait de moi.

Mon cerveau ne comprenait pas comment cette longue tige pouvait tenir dans mon petit pénis.

« Hoo..., » en regardant mon corps pitoyablement décoré, Lugrant avait finalement laissé échapper un ronronnement satisfait. « Comme prévu, les bijoux te vont bien. Quand j’ai regardé pour la première fois ton faible corps, je savais que ton corps serait beau avec ces bijoux qui le décorent. En regardant le résultat final, je ne ressens que de la satisfaction. Ouais, les bijoux te vont vraiment bien. »

Cette fois, Lugrant avait sorti toutes les gemmes restantes de sa poche.

Étonnamment, il restait beaucoup de gemmes à l’intérieur de cette petite pochette.

« J’ai rêvé toute ma vie d’être enterré dans mes bijoux. Je sais que tu pourras réaliser mon rêve, » déclara Lugrant.

De quoi parle-t-il !?

Un par un, Lugrant prit le bijou dans sa main et aligna les gemmes froides et scintillantes vers mon entrée.

Ce n’est pas possible ! Est-ce qu’il va vraiment… !

Une gemme particulièrement grande avait été insérée dans mon trou sec sans aucune préparation préalable.

« AAAAAAAAAAAAAAA !! »

J’avais crié face à l’intrusion soudaine, mon trou toujours vierge avait été soudainement étiré par cette grosse gemme.

« Ohhhh, sympa… Tu sais, je fais aussi ça pour ton bien. Le Maou est le joyau de tous les peuples démoniaque, donc d’une certaine façon, tu es comme un écrin à bijoux. Être bourré de bijoux te va parfaitement, » déclara Lugrant.

Une autre gemme s’était encore avancée vers mon entrée.

« Cette alexandrite attend depuis toujours d’entrer en toi, » déclara Lugrant.

Lugrant m’avait ensuite enfoncé l’alexandrite en moi.

Les gemmes s’entrechoquaient à l’intérieur de ma grotte veloutée.

***

« Agh — … Ngh… Ah… Haaaa ! »

Je ne savais plus combien il y avait de gemmes à l’intérieur de moi.

J’avais perdu le compte après la troisième ? Ou était-ce la quatrième ?

Chaque fois que je bouge mon corps, même pour une infime fraction, les gemmes se choquaient les unes contre les autres.

Mon estomac s’était distendu de façon grotesque depuis que les différentes formes de gemmes me remplissaient à ras bord.

Lugrant avait l’air très content de lui, sa virilité courte, mais épaisse se dressait fièrement contre son ventre.

« Mes rêves d’être entouré de mes bijoux et de la boîte à bijoux qu’est le Maou… Je peux enfin réaliser mon rêve, » déclara Lugrant.

Même si j’étais déjà rempli de toutes ces gemmes, Lugrant m’avait quand même poussé son pénis en moi.

« AAAAAAAA !! »

Certaines des gemmes étaient entrées dans mon côlon quand Lugrant avait poussé ses hanches vers moi.

Chaque fois que Lugrant se mettait à s’enfoncer, les gemmes en moi se répandaient un peu partout, s’immisçant encore plus dans mon corps.

« Gh-ua! Agh ! Nghh !! Argh !! Aaaaa !! »

Mon corps était fiévreux, les gemmes froides ne me procuraient aucun réconfort.

J’avais du mal à respirer, la douleur était partout, à l’intérieur et à l’extérieur de mon corps.

Je ne pouvais me concentrer que sur la douleur, c’était partout, tout était douloureux.

Pourtant, malgré toute cette douleur, mon pénis répondait encore.

Je voulais jouir, mais la tige à l’intérieur de mon pénis m’avait empêché de jouir.

J’avais envie d’éclater de l’intérieur, je me sentais très rassasié, anormalement rassasié.

« Oohh... Cette tension… Incroyable… Tu es au même niveau qu’un trésor légendaire…, » déclara Lugrant.

Lugrant avait accéléré son rythme, la douleur avait décuplé grâce à sa vigueur retrouvée.

C’était douloureux, très douloureux, mais chaque fois que les bijoux touchaient mes points sensibles, mon pénis tremblait de plaisir.

Le plaisir et la douleur se mêlaient comme un nuage de boue en moi.

« Ghu ! Arghh ! Nghh ! Ahng !! A-Argh ! »

Lugrant avait simultanément poussé le perçage à l’intérieur et à l’extérieur de mon pénis.

Ma conscience avait commencé à dériver à l’intérieur et à l’extérieur, mais Lugrant ne m’avait montré aucune pitié.

Il avait gardé son rythme brutal malgré tous mes cris et mes larmes.

« Ngh ! J’arrive… »

Lugrant avait poussé sa bite épaisse au fond de moi alors qu’un jet de sperme épais et collant remplissait mon intérieur.

En plus des gemmes colorées qui étaient en moi, un jet de liquide blanc avait aussi recouvert mon utérus.

***

{Vous avez gagné 30 œufs de nains en vous accouplant avec le nain !}

Lugrant m’avait amené à la Fontaine de Vie où j’avais pu enfin pondre les œufs qui étaient en moi.

J’avais poussé les œufs et les gemmes hors de moi, et je pouvais enfin avoir un moment pour respirer.

Lugrant, de l’autre côté, me regardait intensément, ses yeux ne clignaient jamais.

« Les œufs et les bijoux se déversent d’un si petit trou… Ceci… Cette vue m’apporte vraiment un grand élan créatif totalement différent des autres ! » déclara Lugrant.

J’avais accouché dans cette fontaine tellement de fois que je m’y étais habitué il y a longtemps déjà, mais quand Lugrant avait pratiquement imprimé cette vision dans ses souvenirs pour toujours, je m’étais senti très embarrassé.

D’une certaine façon, je le sentais lécher mon corps partout avec ses yeux, comme s’il ne regardait que moi.

Ah, j’aimerais qu’il enlève tous ces piercings… J’ai mal aux oreilles et aux mamelons.

Lugrant avait déjà pris les piercings sur mon pénis quand on s’accouplait. Je ne me souvenais pas vraiment quand, mes souvenirs étant encore troubles.

« Hé, Lugrant ! Puis-je prendre tous ces bijoux ? » demanda Collin.

Collin, il me regardait aussi intensément, mais son regard avait un tout autre sens par rapport à Lugrant.

Je pouvais voir visuellement ses yeux briller d’or.

« Je n’ai aucun intérêt dans le produit fini. Mais tu ne peux pas prendre les bijoux utilisés pour le piercing du Maou. C’est au Maou, pas à toi, » déclara Lugrant.

« Ohh ! Okay okay okay ! Alors les bijoux que le Maou a laissé sortir sont parfaits pour moi ! Joli !! »

Collin avait alors commencé à me pousser à accoucher plus vite.

Cet enfoiré…

***

Bien qu’il m’ait traité de faible, Lugrant avait pris goût à moi.

Il n’arrêtait pas de venir au château et quand il regardait mon corps, il me décorait à nouveau de bijoux et de piercings.

Il s’était avéré qu’il avait créé tous ces piercings à la main et quand il avait regardé mon corps décoré, pour une raison ou une autre, il avait soudainement un instinct de créativité pour créer plus de choses.

Ce qui l’avait amené à rentrer chez lui pour produire ledit article et… il en avait décoré mon corps.

Je ne pouvais m’empêcher de me sentir anxieux chaque fois que Lugrant me rendait visite.

Bien sûr, avoir un artisan légendaire avait beaucoup aidé notre situation financière, mais je ne voulais pas imaginer le genre de choses dont Lugrant allait me décorer la prochaine fois.

♡♡♡

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire