Strike the Blood – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 8

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 4 : Prison cachée

Partie 8

Kojou se trouvait en ce moment vers l’intérieur de la cathédrale en ruine avec Yukina et Yuuma. Yuuma s’était téléportée alors que Kojou et Yukina avaient été frappés par de violents vertiges et jetés sur un sol dur et poussiéreux.

Yuuma ne savait pas pourquoi elle s’était téléportée non seulement elle-même, mais aussi Kojou et Yukina. Mais elle avait une vague idée.

Elle avait pensé qu’elle voulait probablement que quelqu’un voie l’instant où elle aurait atteint son objectif, l’instant où elle aurait atteint le but pour lequel elle était née dans ce monde — .

« Natsuki est… la clé de la Barrière pénitentiaire ? » demanda Kojou. Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ?

Natsuki Minamiya avait continué à dormir sur le fauteuil dans la grande salle de la cathédrale.

Elle portait une robe lacée et à froufrous. C’était une tenue étouffante à porter sur l’île Itogami, où l’été était présent toute l’année. Mais cela convenait à la fille qui dormait encore et qui ressemblait à une poupée, à un degré vraiment effrayant.

Il ne faisait aucun doute que l’onde de choc de Yuuma, qui avait franchi la Barrière pénitentiaire par la force, avait été transmise de l’intérieur à Natsuki. Il y avait un filet de sang frais qui coulait le long des tempes de Natsuki.

Mais Kojou ne comprenait toujours pas ce que Natsuki, qui avait disparu la veille du festival de Veillée Funèbre, faisait dans un endroit comme celui-ci. Il se demandait si le Natsuki qui dormait ici était vraiment la Natsuki que Kojou connaissait.

« — Pensez-y. Comment peut-on envoyer des prisonniers dans une prison dans un espace dans une autre dimension que même la Corporation de Management du Gigaflotteur ne peut localiser avec certitude ? » Yuuma donna à Natsuki, encore endormie, un regard glacial pendant qu’elle parlait. « Natsuki Minamiya, la Sorcière du Vide, est la gardienne, la porte et la clé de la Barrière pénitentiaire. Tout d’abord, la Barrière pénitentiaire est le nom d’un sort destiné à enfermer de vils criminels sorciers — et elle est la seule à pouvoir s’en servir. »

Kojou avait écouté l’explication de Yuuma sans un mot. Quand elle l’avait dit ainsi, la logique était assez simple.

La Barrière pénitentiaire était un sort que Natsuki avait maintenu. C’est pourquoi elle était à l’intérieur de la cathédrale. Et c’est pourquoi la brèche dans la salle avait transmis l’onde de choc directement à son corps.

« Sorcière » était un titre porté par des femmes qui avaient conclu un pacte avec un diable. Elles employaient un pouvoir identique à celui du diable par l’intermédiaire des Gardiens familiers du diable. Ce faisant, elles pouvaient retenir les corps humains tout en contrôlant des pouvoirs magiques rivalisant avec ceux des démons de haut rang, avec une habileté à lancer des sorts qui surpassait même les sorciers les plus accomplis.

Mais un pacte avec un diable avait un prix.

Le prix payé par Yuuma avait été l’installation du programme « Dissipation de la Barrière Pénitiencière ». Elle était née et avait été élevée pour accomplir seulement cet ordre, ayant obtenu en échange un pouvoir de contrôle spatial.

Il se demandait quel prix Natsuki avait payé — .

La Barrière pénitentiaire était-elle la réponse ?

Continuer à sceller cette prison géante et vide en ressentant de la solitude jusqu’au jour de sa mort — et si c’était la malédiction qui lui avait été imposée quand elle avait fait son pacte avec son diable ?

Yuuma parla en regardant autour d’elle la cathédrale faiblement éclairée. « Cette cathédrale est la maison de Natsuki Minamiya. Elle vit ici depuis le début. Elle n’est pas sortie une seule fois depuis dix ans. Elle reste endormie ici, toute seule. »

Kojou s’y était opposé. « Ça ne peut pas être vrai. Natsuki a toujours été notre professeure à l’école ! »

Natsuki Minamiya était le professeur d’anglais de l’Académie Saikai. Elle était aussi la professeure principale de Kojou. Elle avait un manoir sur un terrain de choix dans la ville d’Itogami où elle vivait avec Astarte et Kanon. Quelle raison aurait-elle de passer ses nuits dans une cathédrale nue et vide, enfermée dans un autre monde ?

Mais Yuuma fit un rire triste en secouant la tête.

« La Natsuki Minamiya que tu connais est une illusion créée par un sort. C’est juste un rêve de la fille pathétique que tu vois ici, » déclara Yuuma.

Les paroles de Yuuma avaient fait oublier à Kojou de respirer.

« Une… illusion… ? »

Il ne pouvait pas s’y opposer et dire, ce n’est pas possible. C’était certainement une question insignifiante pour une sorcière ayant le pouvoir de Natsuki de créer un clone avec une substance qui pourrait agir comme une personne normale.

Maintenant, il y avait une raison à sa jeunesse bizarre — ou plutôt, Natsuki n’ayant pas vieilli physiquement depuis sa jeunesse.

Plus important encore, Kojou n’arrivait pas à trouver une explication qu’il pouvait accepter pour expliquer comment la fille qui dormait dans la Barrière pénitentiaire, ressemblant exactement à Natsuki, pouvait être quelqu’un d’autre.

Yuuma se dirigea vers la jeune fille alors qu’elle continuait à dormir.

« Ça n’a pas de sens de briser l’une de ses illusions. C’est la raison pour laquelle LCO a agi jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à ce que son corps réel revienne dans notre monde pour que la Barrière pénitentiaire puisse être libérée, » déclara Yuuma.

Le chevalier bleu flottant sur son dos avait levé un poing géant comme s’il maniait un marteau. Un seul coup du Gardien contre la petite fille endormie sans défense mettrait fin à sa vie avec la plus grande facilité.

Yuuma semblait forcer sa voix à sortir de sa gorge. « Les criminels de la Barrière pénitentiaire sont retenus prisonniers dans son rêve. Si elle est tuée, les prisonniers seront libérés. »

« — après les avoir libérés, que se passera-t-il ? » demanda Kojou.

La question abrupte de Kojou avait arrêté brusquement Yuuma.

« Si tu n’es née que pour dissiper la Barrière pénitentiaire, alors que ferais-tu une fois que tu auras fini ton devoir ? Crois-tu que ta mère va te tapoter sur la tête ? » demanda Kojou.

« Kojou… »

« Non, elle ne le fera pas… C’est comme tu l’as fait avec ce grimoire qui a brûlé, elle va te jeter comme les ordures d’hier, n’est-ce pas !? Est-ce vraiment ce que tu veux, Yuuma !? » cria Kojou.

Kojou bloqua le chemin de Yuuma, lui lançant un regard noir avec Natsuki qui dormait encore derrière lui.

Elle semblait prête à éclater en larmes en souriant et en secouant la tête. « Je le sais, Kojou. Je connais mieux que quiconque que tout ce que je fais n’a pas de sens. »

« Alors — ! »

« Mais je ne peux pas combattre le programme qui l’a décidé ! C’est mon prix pour mon pacte avec mon diable ! » cria Yuuma d’une voix angoissée. Pour une raison inconnue, elle ressemblait à une petite fille, même dans le corps de Kojou.

« Le programme est tout ce que j’ai. Si j’accepte que cela n’ait pas de sens — que je suis née dans ce monde — tout ce qui me concerne n’a plus aucun sens ! » déclara Yuuma.

« Tu te trompes ! » déclara Kojou.

Kojou avait mis un pied devant lui. Sa force avait fait reculer Yuuma d’un pas.

« Tu l’as dit toi-même. Je suis là pour toi. J’accepte que ta vie ait un sens. Tu n’as pas besoin de suivre ce stupide programme ! » déclara Kojou.

Ses pouvoirs de quatrième Primogéniteur avaient été volés, sa propre chair et son propre sang avaient été volés, mais la déclaration de Kojou n’avait pourtant aucune hésitation. Pendant un instant, les yeux de Yuuma ressemblaient à un sourire en larmes.

« … On dirait que tu fais ta demande en mariage, » déclara Yuuma.

« Hein ? »

« Tu as toujours été d’accord pour dire ce genre de choses depuis le début, Kojou. Tu n’as vraiment aucune idée des problèmes que ça m’a causés… Mais merci à toi. Je suis heureuse… Vraiment, c’est…, » déclara Yuuma.

C’est assez, les lèvres de Yuuma s’étaient arrêtées. Kojou ne pouvait même pas lui crier d’arrêter.

Il ne pouvait pas, car Yuuma avait déjà disparu. Elle avait sauté dans l’espace sans prévenir, émergeant dans l’angle mort de Kojou, derrière Natsuki qui dormait encore.

Puis, le chevalier bleu, blessé de partout, avait balancé son poing d’acier pour l’écraser — .

« Argh !? »

C’était une lance rayonnante de couleur argentée qui avait carrément pris le coup du poing. La fille qui la portait, vêtue d’une robe bleue sortie tout droit d’un conte de fées, plaça sa lance au-dessus de sa tête pour empêcher le bras du chevalier géant.

« — Himeragi !? »

Le chevalier bleu était presque deux fois plus grand que la petite Yukina. Si l’on tient compte de l’armure qui l’entourait, sa masse aurait dû être dix fois supérieure à la sienne. Ce n’était pas une attaque à bloquer directement.

Mais la lance de Yukina avait facilement percé l’armure du Gardien de la sorcière et détruit ce poing.

L’expression de Yuuma s’était durcie.

« Je vois… Cette lance est une Schneewaltzer… »

C’était une lance purificatrice qui annulait tout pouvoir magique. C’était le pire match possible pour le Gardien d’une sorcière, qui était une énergie magique prenant forme physique.

« L’Organisation du Roi Lieu m’a envoyée pour veiller sur le quatrième Primogéniteur, » déclara Yukina.

La lance de Yukina avait produit un son de façon audible dans les airs pendant qu’elle la balançait. La pointe de sa lance à trois dents tournait droit vers le cœur de Yuuma. Sa position avait été exprimée avec éloquence : maintenant que les tentatives de Kojou pour persuader Yuuma avaient échoué, elle n’aurait aucune pitié.

« Je reprends le corps de Kojou Akatsuki ! » cria Yukina.

Yuuma ria sur place et jeta un coup d’œil instantané sur Kojou, qui restait là où il se tenait.

« Vous êtes trop douce… Avec le pouvoir de cette lance, si vous attaquiez mon vrai corps, vous régleriez ça tout de suite… Est-ce l’influence de Kojou qui vous en empêche ? La langue d’argent de Kojou vous a-t-elle aussi capturée ? »

Yukina avait l’air étrangement boudeuse quand elle avait riposté. « Ce n’est pas vrai ! J’ai simplement décidé que c’était mieux dans les circonstances actuelles ! Maintenant que le rituel de contrôle spatial a été détruit et qu’il y a une perspective de déchaînement du pouvoir magique du 4e Primogéniteur, je devrais donner la priorité à la récupération de son corps, une conclusion extrêmement logique ! En plus — . »

« … !? »

Avant qu’elle n’ait fini de parler, Yukina avait quitté le sol de la cathédrale. Alors qu’elle se déplaçait avec la force d’un typhon, sa lance s’avança vers l’avant, visant précisément la poitrine de Yuuma.

« … Il n’y a pas de grande différence de difficulté. »

Les mots de Yuuma n’étaient pas du bluff. À la vitesse de Yukina, assez pour secouer un homme bête sur ses talons, il n’y avait aucun moyen que Yuuma, qui n’avait aucune capacité de combat rapproché, puisse faire face. « Le Bleu ! »

Yuuma avait ordonné à son Gardien de la protéger. Cependant, la lance de Yukina avait traversé l’armure épaisse du chevalier bleu comme si c’était de l’air. Des étincelles d’un blanc bleuté se répandirent tandis que le chevalier bleu rugissait d’agonie.

Yuuma avait fait claquer sa langue et avait plié l’espace. Elle essayait d’utiliser une téléportation pour atteindre l’angle mort de Yukina. Mais.

« Ça ne sert à rien ! »

Yukina s’était retournée comme si elle savait depuis le début qu’elle allait le faire, se précipitant vers le point de destination de Yuuma. C’était sa capacité de Chamane Épéiste qui lui permettait de voir l’avenir. De simples attaques-surprises n’auraient pas fonctionné sur elle quand elle utilisait sa capacité de la Vue de l’Esprit au milieu du combat.

Le corps géant du chevalier bleu tituba alors que des fragments de son armure abîmée étaient éparpillés aux alentours.

« Tant que vous contrôlez ce corps, votre Gardien doit employer la plus grande partie de son pouvoir pour maintenir le lien spatial. Il lui reste très peu de capacité de combat, » déclara Yukina.

 

 

« Vous avez raison… Battre un Chamane Épéiste de l’Organisation du Roi Lion est un peu difficile dans ces circonstances, » déclara Yuuma.

Yuuma avait volontiers reconnu que la marée était contre elle. Une Chamane Épéiste pouvait se battre à armes égales avec un vampire primogéniteur. C’était des pros du combat anti-démon, pas des gens qu’une simple sorcière pouvait affronter sans plan.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

Laisser un commentaire