Strike the Blood – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 3 : Parade costumée

Partie 6

Il existait un type de livre appelé grimoire.

Dans le passé, on s’en servait pour enregistrer les processus des sorts, des rituels magiques, des expériences de contrôle des entités spirituelles, et ainsi de suite. Cependant, après avoir accumulé de vastes connaissances à l’excès, il en résulta des livres qui étaient imprégnés d’une puissante magie en soi. Finalement, ils étaient devenus capables d’accorder un pouvoir au-delà de la compréhension du lecteur, et ainsi par invoquer de grandes calamités — .

C’était des grimoires : des livres de pouvoir.

Toute personne engagée dans la poursuite de la magie voulait un grimoire pour son propre usage. Cependant, rares étaient ceux qui pouvaient réellement contrôler l’énorme pouvoir magique qui s’y trouvait. Au cours de l’histoire, les chercheurs avaient perdu le contrôle de leurs grimoires pour être détruits par eux. Dans plusieurs cas, des villes entières avaient été détruites, contaminant des dizaines de milliers d’âmes. De nombreux grimoires avaient donc été perdus dans le processus.

Désespérés par la situation, un certain nombre de sorciers et de sorcières avaient fondé LCO — l’organisation connue sous le nom de Bibliothèque. Ils avaient rassemblé des grimoires de tous les coins de la Terre, les classant strictement en fonction de leur utilisation et les scellants. Ensuite, ils avaient prêté les grimoires, mais seulement aux quelques individus sélectionnés.

Ils ne l’avaient pas fait pour le développement de la magie, ni pour protéger la paix des peuples du monde entier, mais uniquement, pour satisfaire leur propre curiosité et avarice.

La Bibliothèque était une organisation exceptionnellement arbitraire et moralisatrice de chercheurs sorciers, bien adaptée pour être une organisation criminelle dès sa création.

Le Grimoire numéro 539 de LCO se déchaînait au sommet de Porte de la clé de voûte, l’endroit au centre même du Sanctuaire des Démons.

Un énorme cercle magique écarlate avait été dessiné sur le toit de l’immense bâtiment en forme de pyramide inversée. C’était une salle mise en place pour protéger le grimoire.

Le cercle magique avait été tracé en utilisant le sang des individus de la garde de l’île. Le sang frais des blessures qu’ils avaient subies en protégeant la Porte de la clé de voûte avait servi de base au rituel magique.

Les gardes blessés gémissaient d’angoisse avant d’être jetés sans réfléchir comme des crayons cassés.

La plus ancienne des sœurs Meyer, Emma, se tenait au centre du cercle magique, vêtue de noir.

« Tu ne trouves pas que c’est beau, Octavia ? Je sens que je vais avoir la chance d’avoir une rencontre qui changera ma vie aujourd’hui, » déclara Emma.

Elle regarda l’ancien texte absorber la vitalité des gardes qui y étaient sacrifiés et qui libéraient un puissant élan magique. Les sœurs n’avaient pas tué les gardes pour qu’ils puissent servir de combustible au grimoire.

La sorcière écarlate — Octavia Meyer — semblait méprisante en regardant le cercle magique sanglant.

« Comme c’est merveilleux, ma sœur, de lire le destin à partir de choses insignifiantes, comme le faisaient les anciens stoïciens », déclara Octavia.

Elle n’avait pas pris part au passe-temps de sa sœur aînée qui consistait à regarder des humains mourir pour s’amuser. Ses intérêts se situaient plutôt dans le spectaculaire éparpillement de cerveaux et de tripes, éclaboussures faites dans la poursuite de l’abattage de leurs opposants.

« Ah, ma sœur. Ces péons qui restent au sommet de la tour ne sont-ils pas une horreur ? »

La sorcière écarlate regarda au-dessus de sa tête, suppliant apparemment sa sœur aînée : « Est-ce que je peux les tuer maintenant ? »

La sorcière regarda droit devant elle une tour de cellule en acier et une salle d’observation recouverte de verre. En raison des sœurs qui avaient pris possession du toit, les touristes étaient restés coincés à l’intérieur de la salle, incapables de s’échapper. Tout ce qu’ils pouvaient faire dans leur pièce transformée en prison, c’était d’afficher un regard impuissant, abasourdi par la tragédie qui se déroulait.

La sorcière noire avait reproché à sa sœur. « Laisse-les, Octavia. Leur peur et leur désespoir ne feront que rendre plus divertissant le moment où nous réaliserons notre objectif. »

La sorcière écarlate soupira d’une apparente déception en répondant. « … C’est une idée splendide, ma sœur. C’est une merveilleuse épreuve pour le divin — il n’y aura pas de miracle de Dieu ici, peu importe combien ils prient. »

Cela faisait presque la moitié de la journée qu’elles avaient occupé le sommet de l’immeuble, il était naturel qu’elles s’ennuient.

Emma murmura en feuilletant soigneusement les pages du grimoire. « C’est bon de faire crier l’espace. »

Bien qu’invisible aux yeux des êtres humains normaux, l’espace tout autour de l’île d’Itogami était traversé d’innombrables fissures qui le faisaient ressembler à une toile d’araignée. Les fissures avaient lentement continué à s’agrandir, à la recherche de quelque chose, comme les antennes d’une fourmi.

Les fissures touchaient principalement ceux qui possédaient un haut niveau d’énergie magique, mais c’était un simple effet secondaire. Même si les gens étaient pris dans des distorsions spatiales et jetés quelque part, ou même si quelqu’un était tiré d’un autre point dans le temps, il s’agissait de trivialités mineures. Ils comptaient à peine comme un divertissement pour éviter l’ennui par rapport au grand chaos qui s’approchait.

Octavia murmura en la regardant d’un air d’envie, inconsciemment, elle s’approcha d’elle. « Oui, vraiment. Je dois dire que le pouvoir de la Sorcière Bleue est vraiment grand —. »

Le grimoire stocké sous le numéro 539 avait été prêté par la LCO, mais ce n’était pas les sœurs qui le contrôlaient en fait. Les Sœurs Meyer appartenaient à la Première Branche, Philosophie. C’était une faction puissante qui s’occupait de causalité et de métaphysique, mais elle s’intéressait peu aux sorts affectant la physique, comme ceux de contrôle de l’espace.

Cependant, l’autre sorcière que le LCO avait dépêchée sur les lieux était la véritable lectrice du numéro 539. Elle était la nouvelle fille, une spécialiste des sorts de contrôle spatial qui avait reçu le titre de Sorcière Bleue.

Emma sourit en parlant d’une voix sourde. « Naturellement. C’est une sorcière faite et née dans ce seul but, après tout. Utilisons-la à bon escient, au moins jusqu’à ce qu’on la trouve. »

Oui, la fille était un outil jetable. Elle n’était qu’une marionnette pratique. Octavia avait aussi souri, comme si elle flattait sa sœur. Mais…

L’instant d’après, les sourires des sœurs se gelèrent comme dans de la glace. Elles avaient remarqué qu’une cruelle soif de sang les avait frappées.

Leurs beaux sourcils s’étaient plissés en tournant la tête.

« Qui est là !? »

« Comment osez-vous souiller mon œuvre d’art avec vos chaussures sales ! »

Leur comportement auparavant décontracté n’existait plus nulle part.

Un intrus était en train d’entrer, piétinant la salle qu’elles avaient construite avec un cercle magique dessiné avec du sang frais. Il possédait un degré extraordinaire de pouvoir magique.

Un nuage de miasmes surgit du cercle magique, un tentacule translucide jaillissant du nuage.

C’était le monstre d’Ashdown qu’elles avaient utilisé pour anéantir l’unité de la garde de l’île la veille. C’était le Gardien des Sœurs Meyer. Il avait automatiquement commencé à intercepter la présence extraordinaire qu’il avait sentie passer devant la salle. D’innombrables tentacules se précipitèrent vers l’intrus, écrasant son corps à plat — .

C’est du moins ce qu’elles pensaient. À ce moment-là, il avait déclenché une explosion incroyable qui avait ébranlé les tentacules du Gardien.

Les visages des sœurs sorcières se tordirent d’étonnement.

« Qu’est-ce que… !? »

Tandis que les morceaux de chair déchiquetés qui étaient autrefois des tentacules se répandaient tout autour, l’intrus leur fit un éclat glacial pendant qu’il continuait à marcher comme si de rien n’était.

Il portait un costume trois-pièces d’un blanc pur. C’était un bel homme blond aux yeux bleus. De sa bouche pleine d’audace et d’un sourire charmant sortaient de grands crocs.

« C’est vraiment dommage. Je pensais vous laisser partir si vous m’amusiez un peu plus, mais vous voilà, tranquillement terrées et gagnant du temps. Mon estimation des sorcières Ashdown a pris un sacré coup. »

« Vous êtes… ! ? »

« D-Dimitrie Vattler… !!? »

Les sorcières prononçaient le nom de l’homme avec des voix haletantes. Le nom prestigieux de Dimitrie Vattler, maître des serpents, aristocrate de l’Empire du Seigneur de Guerre en Europe, était bien connu des agents du LCO, et pas seulement parce qu’il était un vampire de la vieille garde. Amoureux du conflit, il était une race rare de maniaque du combat qui consommait même ses propres frères vampiriques pour son propre plaisir. Pour les démons et les sorcières qui opéraient en Europe, son existence était synonyme de terreur.

Rencontrer le Maître des Serpents dans un sanctuaire de démons aux confins de la Terre fut la pire digression du plan imaginable. Facilement ennuyeux, il aurait pu les tuer sur place par pur caprice.

Vattler avait complètement ignoré l’existence des sorcières en jetant un coup d’œil au grimoire encore en activité. Mais le numéro 539 n’avait retenu son attention qu’un bref instant.

« C’est donc ce qui cause des anomalies spatiales dans toute l’île d’Itogami…, » déclara Vattler.

Visiblement découragé, Vattler murmura d’un simple haussement d’épaules.

« Un sacré pouvoir magique, mais vous l’utilisez comme une boule de cristal, n’est-ce pas ? Je suppose que vous cherchez quelque chose de précieux enfermé à l’intérieur du Sanctuaire des Démons. Je m’attendais à plus… C’est vraiment dommage, » déclara Vattler.

Une vague d’énergie démoniaque dense avait jailli de son bras droit. L’interférence avait provoqué l’arrêt du grimoire.

Vattler ne l’avait pas fait pour sauver l’île d’Itogami. Il ne faisait qu’écraser des mouches qui l’ennuyaient après avoir fait tout ce chemin pour rien. C’est tout ce qu’il lui avait fallu pour briser les plans des Sœurs Meyer. La sorcière écarlate, tremblant de peur jusque-là à cause de l’irrationalité écrasante de tout cela, rugit. Emma avait essayé de retenir sa sœur.

« Octavia, arrête, s’il te plaît ! »

Mais la sorcière écarlate avait activé son propre grimoire dès qu’elle cria de rage. C’était le Grimoire numéro 193, l’abominable texte qui avait provoqué ce qu’on avait appelé la tragédie Ashdown.

« Défends-moi — ! »

Un nuage de miasmes avait jailli du cercle magique en réponse au chant d’Octavia. Le nuage s’était à nouveau transformé en tentacules. Cependant, la couleur des tentacules était différente de celle d’avant. C’était un motif tacheté répugnant mélangeant le noir et le rouge écarlate.

Les tentacules du Gardien étaient imprégnés d’une propriété spéciale tout en recevant une énergie magique du grimoire. La capacité du numéro 193 était « L’Harmonie Attendante ». Avec elle, aucune attaque ne pouvait nuire au Gardien, ni aucune défense ne pouvait repousser les tentacules du Gardien.

Même Dimitrie Vattler n’avait aucun moyen de détruire les tentacules marbrés et maintenant invisibles. C’est du moins ce qu’Octavia croyait fermement lorsque, un instant plus tard, la voix indifférente de Vattler perça l’oreille de la sorcière écarlate.

« Takshaka ! »

L’instant d’après, Octavia frissonna devant l’incroyable onde de choc que l’aristocrate vampire déchaîna. C’était un torrent d’énergie magique qui avait fait honte à ce qui sortirait de son grimoire.

Finalement, le torrent avait pris la forme d’un serpent géant. C’était l’un des neuf vassaux bestiaux qui servaient Dimitrie Vattler. C’était une bête convoquée d’un autre monde possédant un pouvoir égal à celui d’une catastrophe naturelle. Le grand serpent malveillant, de couleur verte et atteignant des dizaines de mètres de long, lâcha un rayon de lumière de ses yeux, brûlant les tentacules tachetés.

Cela n’avait pris qu’un instant. Le Gardien des sœurs sorcières avait été annihilé, le cercle magique dessiné avec du sang frais avait également été brûlé. Vattler avait vaincu la capacité du Grimoire numéro 193 avec une force brute appuyée par sa vaste puissance démoniaque.

Octavia Frailly avait gémi. Pendant qu’Emma la soutenait par-derrière.

« Qu… ? »

Elle avait l’impression de regarder un cauchemar.

Parmi tous les familiers employés par les humains engagés dans les arts magiques, les gardiens de sorcières étaient dans une classe à part. En d’autres termes, un Gardien était l’avatar d’un diable, capable de combattre les Vassaux Bestiaux d’un vampire ordinaire avec des conditions plus qu’égales. On disait que le soutien d’un grimoire permettait de tenir tête même à un vampire de la vieille garde. Après avoir vu un tel Gardien réduit en pièces sous leurs yeux, les sœurs sorcières avaient complètement perdu toute volonté de se battre. Vattler était tout simplement un monstre.

« Je voulais que vous vous débattiez un peu plus, mais… ah bon. Bye-bye ! » déclara Vattler.

Avec un regard de déception évidente en lui, Vattler ordonna à son Vassal Bestial d’attaquer.

Pour l’aristocrate vampire immortel, le combat mortel était l’un des rares plaisirs qui lui permettaient de se sentir vraiment vivant. Vattler préférait que ses adversaires soient puissants. Cela ne signifiait pas la simple présence d’une puissante énergie magique, l’important était la volonté. Vattler appréciait beaucoup une volonté forte qui aurait recours à n’importe quelle tactique et à n’importe quelle stratégie pour défier le destin. C’est ce qui avait rendu le quatrième Primogéniteur et les adolescentes qui l’entouraient si exquis. Les jeunes filles du sanctuaire de l’Organisation du Roi Lion et la princesse d’Aldegia — quels moyens emploieraient-elles pour s’en prendre à Vattler quand le moment sera venu pour lui de s’attaquer sérieusement à la vie de Kojou Akatsuki ? Rien que d’y penser, cela l’avait fait vibrer.

En revanche, ces sorcières avaient rapidement perdu la volonté de se battre. Vattler ne voyait pas l’intérêt de les laisser vivre, d’ailleurs, il n’était pas du genre à leur accorder la moindre once de pitié au départ. Mais — .

Juste avant que les sœurs sorcières soient avalées entièrement, quelque chose détourna l’attaque de son Vassal Bestial.

Les coins des lèvres de Vattler s’enroulèrent avec une apparente joie en murmurant.

« Oh mon Dieu. »

Un adolescent portant un costume noir était sorti de nulle part pour protéger les sœurs sorcières. C’était un lycéen au visage langoureux.

Vattler avait gardé son Vassal Bestial en stand-by alors qu’il l’avait demandé de manière provocante…

« Tu n’es… pas Kojou. Qui êtes-vous ? »

L’adolescent en costume noir avait le même visage que Kojou. L’odeur du sang qui coulait en lui était la même que celle de Kojou. Cependant, l’air autour de lui était tout à fait différent. C’était comme si quelqu’un d’autre était aux commandes.

Et la technique qu’il avait employée était le contrôle spatial — la même compétence utilisée par la Sorcière du Vide.

Le jeune homme en costume noir s’agenouilla, s’inclinant vers Vattler avec un profond respect.

« Si vous voulez bien excuser cette intrusion, duc d’Ardeal, je m’appelle Yuuma Tokoyogi, fille d’Aya Tokoyogi, “la sorcière de Notalia”. »

« Vraiment, » fit remarquer Vattler, faisant un sourire charmant. « Vous êtes donc la fille du chef de LCO. »

La sorcière de Notalia était la grande bibliothécaire qui dirigeait l’organisation criminelle LCO. Elle était à un tout autre niveau que les Sœurs Meyer, qui n’étaient que de simples agents de la Première Branche.

Cependant, s’il ne s’était pas trompé, elle avait été capturée et était restée emprisonnée sur l’île d’Itogami.

Elle avait été enfermée derrière la barrière de la prison à l’intérieur du Sanctuaire des Démons.

« J’ai emprunté le corps du quatrième Primogéniteur pour m’aider, moi et mes sœurs, à localiser le quartier pénitentiaire caché dans le sanctuaire des démons pour briser son sceau et libérer ma mère. Je vous demande d’ignorer nos efforts. »

Vattler avait renvoyé son Vassal Bestial après avoir entendu les paroles de Yuuma.

« Donc LCO fait tout ça pour libérer ceux qui sont enfermés dans la barrière de la prison ? »

Un sourire était apparu à ses lèvres en y pensant.

La barrière de la prison avait été érigée pour abriter des démons diaboliques et des sorciers criminels qu’aucune prison normale ne pouvait espérer contenir. L’objectif de LCO était de sauver la sorcière de Notalia, la grande bibliothécaire, qui y était détenue.

Mais franchir la barrière de la prison, c’était sûrement libérer simultanément d’autres criminels légendaires. Il était pratiquement certain que le Sanctuaire des Démons deviendrait un champ de bataille.

C’était une circonstance idéale pour Vattler, qui avait soif de combattre des adversaires puissants. Yuuma demandait simplement à Vattler de laisser faire. Vattler aimait aussi l’insolence pure et simple de sa conduite.

Yuuma leva son visage agréablement souriant et prit dans ses mains le grimoire numéro 539, qui était tombé à ses pieds.

« Avec l’immense pouvoir magique du quatrième Primogéniteur et mes talents de sorcière, même la barrière imprenable de la prison tombera. J’espère que Votre Excellence ne s’ennuiera pas, avec ce qui arrivera. »

Le grimoire, revenu entre les mains de son propre maître, émettait une lueur lorsque le pouvoir magique du quatrième Primogéniteur s’y déversait.

Vattler avait souri en le regardant, les crocs à l’air, féroce.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

Laisser un commentaire