Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 6

***

Chapitre 1 : Le Sanctuaire des Démons

Partie 6

L’Académie Saikai était une institution mixte avec un collège et un lycée intégré. La ville d’Itogami possédait une population jeune et nombreuse, et l’école classique à grande échelle en était le reflet.

Mais, destiné à partager le manque critique de terrain comme toute construction sur l’Île d’Itogami, il était difficile de décrire le site de l’école comme étant spacieux. Le gymnase, la piscine, la cafétéria et beaucoup d’autres installations étaient partagés entre les sections du collège et du lycée, et pour cette raison, il y avait un nombre inhabituellement élevé de chances pour les élèves du lycée de voir des élèves du collège sur le terrain de l’école.

D’autre part, il était rare qu’un élève de la section lycée visite la section du collège, quand ce n’était tout simplement pas nécessaire.

Comme Kojou ressentait ainsi un mélange de familiarité et de malaise, il s’était retrouvé devant la salle du personnel de la section du collège, un endroit qu’il n’avait pas visité depuis un certain temps.

Kojou tenait dans sa main le portefeuille blanc qu’il avait ramassé au centre commercial la veille.

C’était celui que Yukina Himeragi avait laissé tomber.

Si l’histoire qu’il avait entendue de Nagisa était vraie, cette fille qui portait une lance avait apparemment été transférée dans la section du collège de l’Académie Saikai. La carte d’étudiant dans le portefeuille confirmait également le témoignage de Nagisa.

Dans ce cas, il serait plus rapide de le rendre à Yukina Himeragi en le remettant à son professeur principal plutôt qu’à la police. C’est pour ça qu’il était venu jusqu’au collège.

« Désolé, Akatsuki. Mme Sasasaki ne semble pas être venue aujourd’hui. » Celui qui l’avait dit était un professeur âgé que Kojou n’avait pas reconnu, mettant soudain son plan à l’arrêt.

« Ah, c’est si..., » commença Kojou.

« Est-ce quelque chose à lui donner ? Pourquoi ne pas me le donner ? » demanda le professeur.

« Oui, c’est bien ça, mais je réessaierai plutôt demain. C’est un peu gênant, » répondit Kojou.

Kojou avait remercié le professeur âgé en sortant de la salle des professeurs. Avec seulement deux jours avant la fin des vacances d’été, Misaki Sasasaki semblait tirer le meilleur parti de ce qui restait de ses vacances.

Cela devient un vrai problème, pensa Kojou.

S’il le pouvait, il voulait mettre le portefeuille entre les mains du propriétaire dès que possible. Sinon, il allait avoir un malentendu avec cette lycéenne au tempérament volcanique, et cela pourrait provoquer un empalement à mort avec sa lance.

Les paroles de Natsuki, « Ne pas s’approcher du Lion de l’Organisation du Roi », l’avaient un peu repoussé. Cependant, faire confiance à un enseignant qui n’était pas de la classe pour rendre un porte-monnaie avec de l’argent semblait plutôt irresponsable, et Kojou n’était pas du tout disposé à le demander.

S’appuyant sur un pilier d’un couloir adjacent, Kojou fixait le campus avec un regard distrait.

Ici, en plein jour, au milieu de l’été, il n’y avait pas beaucoup d’étudiants qui faisaient des activités de club. Malgré cela, il pouvait voir des membres de clubs d’athlétisme s’entraîner en solo ici et là sur le terrain.

Les pom-pom girls pratiquaient une danse à l’ombre du bâtiment de l’école. Sur le court de tennis, les membres de club semblaient avoir des matchs d’entraînement les uns contre les autres. Alors qu’il regardait les frappes et le balancement des jupes des membres féminins, cela lui avait fait se souvenir d’Yukina Himeragi la veille.

Elle avait une puissance de combat tellement bizarre qu’elle avait affronté un démon et l’avait complètement écrasé, et sa lance d’argent avait annihilé un Vassal Bestial d’un vampire en un seul instant. Et l’aspect empourpré de son visage quand elle avait tenu sa jupe au-dessus de sa culotte pastel. C’était une scène d’un tel impact que même s’il pensait oublier, ce n’était pas quelque chose de facile à oublier. Il y avait peut-être des parties suspectes à son sujet, mais c’était vraiment une jolie fille.

Ces jambes étaient aussi très jolies... Kojou avait fait claquer sa langue en pensant à cela.

Au même moment, un léger vertige l’avait assailli, sa gorge était extrêmement desséchée. C’était un signe anormalement mauvais qui survenait maintenant.

« Si elle avait au moins mis un numéro de téléphone ou quelque chose comme ça..., » murmura-t-il.

Pour briser son train de pensée, Kojou détourna précipitamment les yeux du campus et ouvrit le portefeuille qu’il avait pris. Ce n’était pas une marque de luxe, mais c’était un beau portefeuille vis-à-vis duquel il pouvait dire qu’il avait été bien entretenu.

Il avait une odeur légère et agréable.

Le portefeuille lui-même était fait de textiles communs et facilement disponibles, en d’autres termes, cette odeur était sans aucun doute l’odeur persistante de sa propriétaire. Ce n’était pas le parfum fort du parfum, mais un parfum doux, plaisant et agréable. Eh bien, le fait était que ça devait être ce qu’une fille sentait...

À l’instant où il y pensait inconsciemment, tout le corps de Kojou avait été assailli d’une soif étrange.

« Argh... »

Pas bon, pensa Kojou en se couvrant la bouche.

Avec un visage pâle, il avait bloqué ses genoux ensemble alors que ses épaules frissonnaient un peu. Pas maintenant ! pensait-il en se tortillant les lèvres. Des canines tranchantes et effilées avaient alors traversé l’espace entre ses lèvres.

Cependant, ce n’était pas que Kojou était en mauvaise forme physique. Ce qui lui causait de la détresse était une simple réaction physiologique. Cependant, il s’agissait d’une condition abominable et gênante propre aux vampires : l’envie de boire du sang.

... Pas bon, pas bon, pas bon, pas bon...

Kojou voulait désespérément lutter contre le désir de boire le sang humain qui saisissait tout son corps. Il connaissait trop bien l’hallucination cramoisie qui remplissait son champ de vision.

Il y avait encore beaucoup de choses incomprises par le monde en général, mais les espèces connues sous le nom de vampires ne buvaient pas le sang des autres pour satisfaire sa faim. La nourriture et les boissons étaient suffisantes pour lutter contre la faim et la soif.

Il était certain que les vampires pourraient reconstituer leur énergie magique en buvant du sang. Il existait aussi une magie qui utilisait le sang comme catalyseur.

Cependant, il ne s’agissait que de sous-produits.

L’envie d’un vampire de boire du sang était principalement déclenchée par l’excitation sexuelle. En d’autres termes, par la luxure.

Une impatience féroce. Une oppression qui semblait déchirer ton corps. En pensant à quelqu’un, vous aviez l’impression que vous ne pouviez pas rester immobile plus longtemps. Puis, soudain, vous étiez attaqué sans prévenir par ça.

Pour échapper à cette souffrance, beaucoup de vampires dans le passé, incapables de se contrôler, avaient attaqué ceux qui étaient le plus près d’eux, parfois même leurs propres proches.

Mais à l’inverse, on pouvait encore dire qu’il s’agit d’une simple excitation sexuelle.

« Merde... Laisse-moi tranquille, » murmura-t-il.

Kojou avait gémi en ressentant une douleur sourde à l’intérieur de son nez. Le goût du sang métallique s’était répandu dans sa bouche. L’envie de boire ne durerait pas longtemps. Une petite surprise ou peur pourrait suffire à la faire disparaître, une fois qu’il l’avait fait, même lui ne comprendrait pas pourquoi il avait tant souffert.

Dans le cas de Kojou, la solution était un saignement de nez.

En d’autres termes, comme il en était venu à aimer le goût du sang, il n’y avait pas de problème si c’était son propre sang qu’il goûtait. Quand il était excité, son nez saignait... peut-être parce qu’il avait cette prédisposition, Kojou revenait toujours à la raison lorsqu’il était assailli par l’envie de boire du sang.

Alors que Kojou essuyait le sang qui coulait de son nez, il poussa un soupir fastidieux.

C’était bien que cela soit passé sans causer de problèmes à quelqu’un d’autre, mais le problème avec cette prédisposition était qu’il n’avait pas l’air très cool. Un être humain inconscient de sa situation en regardant Kojou tout à l’heure aurait simplement vu un garçon qui avait reniflé l’odeur d’une fille par l’intermédiaire de son portefeuille et qu’il avait soudain eu un jaillissement de sang par le nez. La plupart pensent qu’il était un simple pervers.

La silhouette d’une étudiante portant un uniforme était alors entrée dans le coin de son champ de vision déformée. Kojou était devenu intensément nerveux.

Ici, dans le couloir de la section du collège, il n’y avait pas d’endroit où se cacher, et son saignement de nez ne s’était pas encore arrêté.

L’étudiante qui s’approchait était venue plus près, puis elle s’était arrêtée et s’était tenue derrière Kojou, qui avait toujours les genoux fermés. La fille avait expiré avec calme.

« De penser que vous vous excitez en reniflant l’odeur d’une fille présente sur son portefeuille. Vous êtes vraiment une personne dangereuse. » Celle qui l’avait dit était la voix familière.

« ... Quoi ?! » s’exclama-t-il.

La jeune fille debout derrière Kojou portait un étui de guitare sur son dos au-dessus de son uniforme d’écolière. C’était une lycéenne avec un air d’adulte, mais elle avait regardé Kojou avec des yeux méprisants.

« Yukina... Himeragi ? » En état de choc, Kojou l’avait appelée par son nom. Il se demandait un instant si c’était une hallucination causée par l’envie de boire du sang.

Cependant, Yukina avait demandé de nouveau sur un ton froid, alors que son expression ne changeait jamais : « Oui, qu’est-ce qu’il y a  ? »

Kojou avait fait une expression encore plus soulagée.

Il s’était soudain rendu compte que l’envie de boire du sang avait complètement disparu. C’était peut-être dû à sa grande surprise. Son saignement de nez s’était aussi arrêté. Confirmant que ses dents canines étendues s’étaient réduites à leur longueur normale, Kojou baissa la main dont il s’était couvert la bouche.

« Qu’est-ce que vous faites ici ? » demanda Kojou.

« Je pense que je devrais vous demander ça, Akatsuki-senpai. C’est le campus du collège, n’est-ce pas ? » demanda Yukina.

« Euh… »

Quand la plus jeune fille lui avait fait remarquer calmement ce fait, Kojou n’avait pas vraiment pu faire de réfutation.

Yukina fit un soupir exaspéré et montra du doigt ce que Kojou tenait dans sa main. « Est-ce mon portefeuille ? »

« O-Oui. Je suis venu vous rendre ça. Ils ont dit que Mme Sasasaki était en congé pour la journée, » répondit Kojou.

Après que Yukina lui ait tendu un mouchoir de poche, Kojou avait essuyé son saignement de nez avec ce mouchoir, acquiesçant de la tête en signe de reconnaissance. Yukina s’était tue comme si elle déterminait la vérité ou la fausseté de l’explication de Kojou.

« Est-ce que renifler cette odeur vous a assez excité pour faire saigner votre nez ? » demanda Yukina.

« Ce n’est pas comme si l’odeur du portefeuille m’excitait. C’est juste que je me suis souvenu de vous hier…, » répondit Kojou.

Les paroles de Kojou avaient fait l’expression d’Yukina dans un « Euh ? » Pendant un moment, elle s’était raidie comme si elle était une poupée.

« ... ?! »

Et après ça, elle avait inconsciemment tenu la jupe de son uniforme. Elle s’était mordu la lèvre inférieure alors que son visage était devenu rouge.

Sans doute se souvenait-elle de l’incident qui s’était produit lorsqu’elle avait rencontré Kojou la veille. Elle comprenait qu’elle était elle-même la cause de l’excitation sexuelle que Kojou avait ressentie à l’instant.

« S’il vous plaît, oubliez ce qui s’est passé hier. » Yukina parlait sur un ton qui contenait tout le calme qu’elle pouvait rassembler.

« Même si vous me dites de l’oublier…, » commença Kojou.

« S’il vous plaît, oubliez ça, » demanda Yukina.

« ... »

Tandis que Yukina le regardait fixement, Kojou avait silencieusement baissé les épaules. Il s’était rendu compte que s’il l’énervait trop ici, elle pourrait faire surgir cette lance et se déchaîner comme elle l’avait fait la veille.

« S’il vous plaît, rendez-moi mon portefeuille. N’est-ce pas pour ça que vous êtes venu ici ? » Yukina avait fait sa demande légitime sur un ton doux.

Cependant, Kojou n’avait pas répondu à cette demande. Il souleva le portefeuille plus haut, au-delà de l’endroit où les mains de Yukina pouvaient atteindre.

« J’aimerais d’abord vous poser quelques questions. Qui diable êtes-vous ? Et pourquoi vous me poursuivez ? » demanda Kojou.

« ... Compris. Donc je peux comprendre par là que je vais devoir reprendre mon portefeuille par la force, » déclara Yukina.

Yukina avait fixé Kojou d’un long regard quand elle avait fait sa déclaration. Comme si elle avait dégainé un katana à partir de sa gaine, sa main se dirigeait vers l’étui de guitare sur son dos.

C’est donc ainsi que les choses vont se dérouler, pensa Kojou, se préparant en abaissant son centre de gravité. Comme s’il jouait en défense au basket-ball, il avait adopté une posture qui lui permettait de faire face à n’importe quelle attaque. Les yeux d’Yukina devinrent de plus en plus vigilants.

*Grrrrrrrrr.* … À l’instant d’après, un son résonna à travers le couloir.

Les sourcils de Kojou s’étaient plissés sans un mot.

Quand Kojou s’était rendu compte de ce qu’était ce grondement, une expression un peu maladroite lui était venue à l’esprit. C’était le grondement provenant de l’estomac d’Yukina.

« Himeragi, n’auriez-vous pas faim, par hasard ? » Kojou avait demandé à Yukina alors qu’elle restait figée.

Yukina était silencieuse. C’était sa réponse.

« N’avez-vous pas mangé depuis hier ? Ah, est-ce parce que vous n’aviez pas votre portefeuille ? Himeragi, vivez-vous seule ? » demanda Kojou.

« Qu’est-ce que ça veut dire ?! » Yukina avait essayé de garder sa voix calme, mais bien sûr, elle était sortie un peu agitée.

D’une certaine manière, il avait l’impression que c’était le cas, mais apparemment Yukina était venue vivre ici sur l’Île d’Itogami, en dehors de sa famille. Comme elle venait d’être transférée, elle n’avait pas encore d’amis, et après avoir laissé tomber son portefeuille, elle n’avait pas d’argent. C’était pour cela qu’elle n’avait pas mangé depuis la veille.

Avec un regard quelque peu agité, Kojou inclina la tête et présenta doucement le portefeuille devant Yukina.

Alors même qu’Yukina s’agitait, comme si elle se demandait, qu’est-ce que tu fais ? Son expression indiquant qu’elle était sur ses gardes n’avait jamais faibli.

« Alors, euh, invitez-moi à déjeuner. Le type qui a retrouvé votre portefeuille a le droit de demander ça, n’est-ce pas ? » Kojou parlait d’une voix drainée de tension.

Yukina avait cligné des yeux encore et encore, regardant Kojou comme si elle essayait de découvrir ses véritables intentions.

Comme un chiot plaintif et affamé, son estomac avait une fois de plus fait un grondement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire