Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 2

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 2 : Voici le Chien de Garde

***

Chapitre 2 : Voici le Chien de Garde

Partie 1

L’Île Sud, qui était le district sud de l’Île d’Itogami, contenait la résidence de Kojou Akatsuki parmi beaucoup d’autres. Il vivait au septième étage d’un immeuble d’appartements de neuf étages. Sur ce gigaflotteur, où la hauteur du bâtiment était sévèrement limitée, il s’agissait d’un bâtiment relativement haut avec une vue imposante.

Bien que ce soit le dernier jour de l’été, le soleil était déjà haut quand Kojou était sorti du lit. À cette heure, il pourrait à peine arriver à temps pour l’examen de rattrapage qu’il devait faire ce jour-là.

Kojou était une personne nocturne au début, mais sa transformation en vampire n’avait fait qu’aggraver cet état d’un cran. Plutôt que d’être plus fort la nuit, c’était simplement que sa tête n’avait pas à fonctionner correctement avant midi. À cause de cela, il avait été en retard à maintes reprises au cours du dernier semestre ; c’est pourquoi il avait été enterré sous des leçons supplémentaires et des examens de rattrapage, piétinant sans pitié ses précieuses vacances d’été.

« Argh..., je suis tellement endormi. » Kojou fit un murmure langoureux, affichant son expression lugubre habituelle.

Il avait des tests de rattrapage pour quatre sujets. Il lui restait encore des devoirs et un demi-marathon. S’il le pouvait, il abandonnerait tout et s’enfuirait complètement de l’île, mais cela signifierait que le dernier semestre commencerait sans lui, et il devrait certainement redoubler l’année. Plus que cela, il était terrifié par les réprimandes que Nagisa allait lui donner.

Mais même ainsi, c’était un peu mieux que la situation désespérée comme cela avait été jusqu’à la veille.

C’était parce que Yukina l’avait aidé à étudier jusqu’à la tombée de la nuit.

D’une manière ou d’une autre, à l’Organisation du Roi Lion, elle avait déjà obtenu un diplôme du Collège et était meilleure que Kojou dans à peu près toutes les matières qu’il suivait. Comme elle avait dit que les choses comme étudiées étaient quelque chose que vous deviez faire pour vous-même, elle avait répondu aux questions les unes après les autres. Il était reconnaissant de la façon dont elle enseignait à partir des bases, contrairement à Asagi, qui était du genre génie.

Kojou se sentait plutôt pathétique d’avoir à se faire enseigner tout cela par une lycéenne plus jeune que lui, mais comme il était dos au mur, il n’avait aucune marge de manœuvre pour s’inquiéter de sa petite fierté.

« Nagisa... est au club, hein ? »

Quand Kojou avait fini de se changer et était sorti dans le salon, il avait vu une seule pièce de cinq cents yens reposant sur une assiette sur le dessus de la table. « Comme je ne t’ai pas fait de petit-déjeuner, va acheter quelque chose ». Kojou l’avait ramassée avec reconnaissance, avait sorti son parka et s’était dirigé vers l’extérieur.

Nagisa était d’ailleurs dans le club de majorette. Chaque année, ces membres étaient très occupées à encourager tous les autres clubs et à s’entraîner pour leur propre tournoi. C’est bien d’avoir une assiette pleine, pensa Kojou avec nostalgie.

« ... Fait chaud. »

Kojou avait pris l’ascenseur, qui n’avait pas bénéficié de la climatisation, jusqu’au rez-de-chaussée et s’était dirigé vers l’entrée principale du complexe d’appartements.

Flottant sur l’océan Pacifique tel qu’elle était, l’Île d’Itogami avait tendance à subir des pluies en tout temps de l’année et elle avait été frappée par un certain nombre de typhons, mais la météo avait été déraisonnablement claire et ensoleillée ces derniers jours. Le déluge incessant de la chaleur du soleil sur la surface artificielle avait rendu les températures considérables. Des effets de mirages étaient apparus de l’asphalte qui couvrait les rues.

Lorsque Kojou remarqua un profil arrière familier flottant parmi les mirages, il avait plissé les yeux.

C’était une fille portant l’uniforme de l’Académie Saikai avec un étui de guitare sur le dos.

« Ah... Senpai. »

Debout devant la porte automatique, Yukina avait remarqué Kojou et s’était lentement retournée. Elle lui avait dit « Bonjour », en saluant avec son ton habituel, trop sérieux. D’après son expression rafraîchie alors qu’elle n’avait pas une seule goutte de sueur sur son visage, elle devait avoir une sorte de barrière déployée autour d’elle, mais cela lui faisait un peu peur de voir quelqu’un de plus éloigné de l’humanité que Kojou, un démon.

« Himeragi, étais-tu là tout le temps ? Pour me surveiller... ? » demanda Kojou avec anxiété, sentant un niveau de ténacité semblable à celui d’une harceleuse.

Yukina regarda Kojou sans aucune expression. « Oui, car après tout, c’est mon devoir de te surveiller. »

« Sérieusement !? » demanda Kojou.

« Je plaisante, » pendant qu’Yukina lui répondit, elle faisait un petit rire.

Kojou se tordit les lèvres en silence. En raison du ton étrangement calme qu’elle avait utilisé, son incapacité à dire à quel point elle était sérieuse lui avait fait sauter quelques battements de cœur.

« J’attendais mes affaires. On m’a dit qu’ils arriveraient à cette heure. »

« ... Tes affaires ? »

Kojou était un peu perplexe devant les paroles inattendues d’Yukina. Yukina hocha légèrement la tête.

« Oui. C’était une mission urgente, donc je n’ai pas eu le temps de me préparer. Jusqu’à hier, on m’avait prêté une chambre d’hôtel, mais comme c’est assez gênant... »

Avant qu’elle ne puisse terminer cette phrase, un petit camion avait roulé sur le trottoir et s’était placé devant l’immeuble. Il s’était garé juste en face de l’entrée où Kojou et Yukina étaient à proximité.

Deux livreurs en uniforme de la compagnie maritime étaient sortis du camion.

Alors qu’ils ramassaient le fret et le portaient, elle avait appelé le jeune livreur d’une voix forte. « Excusez-moi, par ici, s’il vous plaît. »

Yukina montrait du doigt l’ascenseur dans lequel Kojou était monté tout à l’heure.

« Attends un peu. Tu ne peux pas sérieusement dire que tu déménages ici…, » commença Kojou.

« Oui, dans ce complexe d’appartements. Et alors ? »

« Pourquoi !? »

« Je crois que c’est ici que tu vis, Senpai... ? » demanda Yukina avec une expression de doute. Son attitude semblait dire : « Pourquoi me demandes-tu quelque chose d’aussi évident ? » Elle semblait déterminée à observer même sa vie privée.

Kojou avait fait un air renfrogné alors qu’il demandait. « Est-ce que l’Organisation du Roi Lion t’a aussi ordonné de faire ça ? »

« Oui. »

Yukina était montée dans l’ascenseur avec les objets transportés par le camion. Kojou, quelque peu anxieux, l’avait suivie jusqu’à l’intérieur. Comme pour valider les inquiétudes de Kojou, Yukina avait appuyé sans hésitation sur le bouton de l’ascenseur pour le septième étage, se tournant vers les deux livreurs.

« Chambre 7-55, s’il vous plaît. »

« Vraiment ! » Kojou criait spontanément, subissant ainsi le regard des livreurs surpris.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Senpai ? Pourquoi élever la voix dans un espace aussi étroit ? » Yukina avait parlé avec un ton de réprimande.

Kojou avait serré sa tête en raison de son irritation. « 7-55 est juste à côté de chez moi, n’est-ce pas ? Je commence à vraiment le comprendre, mais bon sang, tu vas si loin !? Attends ! As-tu fait déménager Yamada, qui était dans cette chambre, la semaine dernière pour que tu puisses venir ici aujourd’hui !? »

« Ce n’est pas comme si je l’avais intimidé pour qu’il parte. Je l’ai simplement convaincu d’une manière pacifique, et il est parti. »

« Convaincu ? »

« Oui. Je l’ai convaincu qu’il y avait une aura maléfique dans la pièce, que le fantôme de l’homme qui s’était suicidé restait ici. Je lui ai dit comment il mourrait dans un accident malheureux à ce rythme, et je lui ai aussi dit que je connais un médium spirituel très fiable..., » expliqua-t-elle.

« Dans quel monde, n’est-ce pas de l’intimidation !? Es-tu une sorte d’escroc ? »

« Je plaisante. »

Yukina avait fini avec la même expression discrète avec laquelle elle avait commencé, laissant échapper un soupir amusé. Kojou était tout simplement et complètement déconcerté.

« ... Hein ? »

« L’ancien occupant de la chambre 7-55 a déménagé après avoir été correctement payé pour déménager. J’ai entendu dire qu’il avait un endroit plus agréable pour emménager. »

« Vraiment ? »

« Oui. Bien que nous ayons nos défauts, nous sommes après tout une agence gouvernementale. »

Ah oui, ils le sont, pensa Kojou en tapotant sa poitrine. Bien qu’il ne lui avait jamais dit bonjour, il ne dormirait pas profondément si c’était de sa faute si quelqu’un qui vivait à côté de lui avait traversé une période difficile.

Les livreurs de la compagnie maritime fixaient Kojou et Yukina avec des expressions comme s’ils se demandaient de quoi ces deux-là parlaient. Finalement, l’ascenseur avait atteint le septième étage et la porte s’était ouverte.

Les objets qu’ils transportaient n’étaient que trois boîtes en carton ondulé. Après avoir fait signer Yukina pour la livraison, les livreurs avaient fait de modestes et vagues signes de la main et étaient sortis.

« Senpai, pourrais-je te demander d’apporter ces boîtes à l’intérieur ? » demanda Yukina sans hésitation lorsqu’elle ouvrit la serrure extérieure.

« Pourquoi dois-je... ? » grondant dans un murmure, Kojou ramassa l’une des boîtes en carton ondulé. Quel était l’intérêt de la force physique d’un vampire si vous ne pouviez pas l’utiliser à un moment comme celui-ci ?

La chambre 705 d’Yukina avait été construite comme l’appartement 704 d’à côté, où vivaient Kojou et Nagisa, était un appartement de trois chambres à coucher avec un salon, une salle à manger et une cuisine.

C’était un peu étroit pour la vie de famille, mais il y avait une surabondance d’espace pour une personne seule. L’absence de meuble le rendait particulièrement désertique.

« Hé, Himeragi, est-ce tout ce que tu as ? »

« Oui. Ça l’est, mais…, » Yukina avait incliné un peu son cou mince en regardant Kojou. « Je n’avais pas grand-chose pour mes effets personnels quand je vivais dans un dortoir étudiant. Y a-t-il quelque chose de mal à cela ? »

« Il n’y a rien de mal, mais on dirait que tu es à court de meubles. Je ne vois même pas de futon ici. »

« Je peux dormir n’importe où. En plus, j’ai les cartons. »

« S’il te plaît, arrête... arrête, » pendant que Kojou parlait, il s’appuyait contre un mur avec un regard épuisé. Il n’aurait jamais une bonne nuit de sommeil en pensant à une lycéenne qui veillait sur lui, dormant sur du carton dans la chambre d’à côté.

« J’avais l’intention plus tard d’aller acheter des produits de première nécessité, mais..., » murmurant comme si elle cherchait des excuses, Yukina avait jeté un coup d’œil sur le visage de Kojou. En voyant sur le visage d’Yukina qu’il y avait quelque chose qui n’avait pas été dit, Kojou avait levé un sourcil avec un son de *mm*.

« Attends, ne te dis-tu pas que tu ne peux pas prendre le temps d’aller faire des achats parce que tu dois m’observer ? »

« Eh bien, oui. C’est mon devoir, après tout... »

Alors qu’il regardait Yukina hocher de la tête, Kojou avait poussé un soupir exaspéré. Il pensait qu’il était plus facile de masquer avec quelque chose de convaincant après-coup, mais cette idée n’avait pas semblé venir à Yukina.

« Si c’est le cas, je vais faire des achats avec toi et c’est bon, n’est-ce pas, Himeragi ? »

« Ensemble avec... toi, Senpai ? »

« Comme ça, tu n’auras pas à arrêter ta surveillance. »

« C’est vrai, mais ça ne te dérange pas ? »

« J’ai des examens de rattrapage jusqu’à l’après-midi, mais j’irai avec toi après ça. De toute façon, je t’en dois une pour m’être aidé à étudier pour les examens. »

Kojou avait vérifié sa montre pendant qu’il parlait. Il avait perdu pas mal de temps à cause d’événements inattendus. S’il n’arrivait pas enfin à l’école, il serait vraiment en retard pour ses examens de rattrapage.

« Est-ce que c’est vrai ? Dans ce cas, je t’attendrai à l’intérieur de l’école jusqu’à ce que tu aies fini tes examens, Senpai. »

Cela dit, Yukina avait fait un sourire un peu heureux. Puis elle avait repris son étui de guitare et l’avait placé à son dos. C’était l’étui noir qui contenait la lance en argent qu’elle avait appelée « Sekkarou (Snowdrift Wolf) ».

« Hé, as-tu besoin de cette lance pour faire des achats ? » Le visage de Kojou grimaça alors qu’il le lui avait demandé. Si possible, il ne voulait pas apporter quelque chose d’aussi dangereux pour les nécessités quotidiennes, mais...

« Bien sûr. Je suis après tout en service, » tandis qu’Yukina parlait sur un ton calme, Kojou poussa un soupir épuisé.

***

Partie 2

Kojou avait amené Yukina dans un bâtiment voisin qui contenait un centre commercial promettant que dans cet unique établissement, vous pouviez subvenir à tous les besoins de votre ménage. Au moment où ils étaient entrés dans le magasin, les yeux d’Yukina s’étaient agrandis et ils étaient restés comme ça pendant tout le séjour dedans.

Il n’y avait rien d’inhabituel dans ce magasin. L’Île d’Itogami, une ville de recherche loin du continent, avait sa part de magasins peu recommandables vendant des appareils et des médicaments suspects, mais par rapport à cela, ce n’était qu’un magasin général assez complet pour les besoins quotidiens.

Cependant, il semblerait qu’Yukina n’avait jamais été à l’un des endroits connus comme un centre pour la maison et le jardinage. La jeune fille était stupéfaite de voir un magasin de cette envergure pour la première fois de sa vie. Elle regardait les produits qui tapissaient les étagères avec une suspicion clairement visible sur son visage.

« Est-ce une arme ? On dirait une sorte de macis, » demanda-t-elle.

« Non, c’est juste un club de golf. C’est pour un sport, » Kojou avait répondu à la question complètement franche d’Yukina avec un regard perplexe. Il ne savait pas à quel point elle avait posé cette question sérieusement.

« Est-ce que c’est vrai ? Et puis qu’en est-il de cet engin lourd qui ressemble à un lance-flammes... ? » demanda Yukina.

« C’est un nettoyeur à pression. On l’utilise pour laver les voitures, » répondit-il.

« C’est une arme, c’est sûr. Je l’ai vu dans des films, » déclara Yukina.

« Une tronçonneuse, euh ? Eh bien, je suppose que c’est une arme..., » répondit-il.

« Ah, j’ai appris ça à l’Organisation du Roi Lion. Quel magasin effrayant ! Ils vendent même ce genre d’arme, » déclara Yukina.

« N’est-ce pas juste un détergent liquide... ? » demanda Kojou.

« Oui. Mais tu peux l’utiliser pour créer du gaz toxique. En mélangeant un composé acide avec un composé chloré…, » commença-t-elle à expliquer.

« Non ! Tu ne l’utilises pas comme ça, JAMAIS ! » cria Kojou.

Après avoir acheté tout ce dont Yukina avait besoin, Kojou était vraiment épuisé. Les dommages causés par le test de rattrapage du matin et le semi-marathon s’additionnaient à tout ça.

D’autre part, une expression plutôt joyeuse était venue du côté d’Yukina. Il semblait qu’elle aimait beaucoup le magasin d’article ménagé et de jardinage. Elle avait aussi l’air heureuse d’aller faire des achats avec quelqu’un d’autre comme ça.

« Au fait, est-ce que ça te va de payer pour tout ça, Himeragi ? Tu as acheté pas mal de choses ici, » ils avaient quitté le magasin et se rendaient à la gare routière quand Kojou lui avait demandé ça.

Yukina hocha la tête de façon décontractée. « Pas de problème. J’ai reçu une allocation à l’avance pour toutes mes dépenses de ce genre. »

« Ahh, alors c’est ça, » Kojou l’avait accepté sans avoir le moindre doute. Même si elle était apprentie, il aurait été étrange d’envoyer un Mage d’Attaque en territoire inconnu sans au moins ce niveau de soutien.

« Budget pour les dépenses, hein ? De combien parle-t-on ici ? » demanda-t-il.

« Dix millions de yens, » répondit-elle.

« Dix millions... !? » s’exclama Kojou en regardant la réponse calme d’Yukina. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le genre d’argent que vous alliez donner à un lycéen. En voyant Kojou immobile avec un regard abasourdi, une expression mystérieuse était apparue sur le visage d’Yukina.

« La comptable de l’Organisation du Roi Lion a dit que comme j’allais à l’encontre du quatrième Primogéniteur, je pouvais périr à tout moment, donc je ne devais pas avoir de regrets, donc... c’est à cela que sert le budget qui m’a été attribuée. »

« C’est donc de ma faute !? Tu es riche à cause de moi ? » s’écria-t-il.

Franchement, Kojou voulait crier. Il pouvait comprendre la logique d’un budget pour les dépenses croissant au fur et à mesure que la mission devenait plus dangereuse, mais l’inconvénient de l’arrivée d’Yukina était surtout le sien : l’entraîner dans un combat avec des démons, lui priver de sa vie privée, le menacer avec cette lance folle. Alors pourquoi sa tirelire était-elle plus grande que la sienne ?

Mais, si Kojou criait tous ses problèmes, Yukina le prendrait mal.

« Je suis désolée, Senpai, de te faire porter toutes les affaires, » déclara Yukina.

« Oh, ce n’est vraiment pas un problème. Tu ne peux pas tout porter toute seule, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« Oui. T’avoir avec moi m’a vraiment aidée, Senpai, » Yukina avait souri pendant qu’elle parlait.

Kojou haussa sans dire un mot les épaules. À l’intérieur des sacs qui se balançaient des mains de Kojou se trouvaient les nécessités quotidiennes qu’Yukina avait achetées : rideaux de chambre à coucher, tapis de bain, pantoufles de toilette, tasses et brosses à dents, tasses et verres. Kojou pensait que c’était exactement comme ce qu’un couple d’étudiants feraient juste après avoir emménagé ensemble.

Et, alors que Kojou portait les sacs avec Yukina, ils arrivèrent à la plate-forme d’embarquement du monorail...

« — Kojou ? » Il y avait une voix surprise juste devant eux qui retentit à ce moment-là.

« Euh ? »

Kojou avait levé le visage de manière automatique lorsque quelqu’un avait crié son nom. Debout, il y avait une lycéenne séduisante, et même magnifique qui se trouvait là. Son visage était très familier à Kojou.

« Euh, Asagi ? Qu’est-ce que tu fais ici ? Ta maison n’est pas par là, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« Ce n’est pas le cas. Je rentrais du travail... Je pensais apporter chez toi le rapport sur l’histoire du monde que tu m’as demandé, mais..., » commença Asagi.

Bien que Kojou lui parlait comme son habitude, Asagi semblait être sur ses gardes pour une raison ou une autre alors qu’elle répondait. Son regard se déplaçait sur les sacs remplis de cette sensation de vie quotidienne.

Et puis les yeux d’Asagi s’étaient tournés vers Yukina, qui se tenait à côté de Kojou.

« Qui est cette fille ? » demanda Asagi.

« Oh, Himeragi ? C’est une étudiante transférée qui entre au collège en ce moment, » Kojou avait présenté Yukina dans un ton insouciant.

Yukina baissa la tête d’un petit signe de tête. Asagi fixa carrément Yukina.

« Et que fais-tu avec une élève transférée au collège, Kojou ? » demanda Yukina.

« Euh, c’est-à-dire », marmonna Kojou. Après tout, il avait promis de garder secret le fait qu’elle venait d’une agence nationale spéciale et qu’elle était venue surveiller Kojou.

Non pas qu’il pensait qu’Asagi y croirait même s’il le lui disait, mais...

« C’est la camarade de classe de Nagisa, » répondit-il.

La voix de Kojou s’était fait entendre lorsqu’il s’en était finalement souvenu. Asagi plissa avec suspicions ses sourcils.

« Nagisa ? » demanda Asagi.

« Ouais. Apparemment, Nagisa et elle ont appris à se connaître quand elle est venue faire les formalités de transfert, » répondit Kojou.

« ... Alors, Kojou, dis-tu que Nagisa t’a présenté cette fille ? » demanda Asagi.

« Oui, c’est ça, » comme ce n’était pas vraiment faux, Kojou avait habilement répondu ainsi.

Alors qu’Yukina écoutait l’échange entre Kojou et Asagi, une expression lui était venue comme si elle venait de réaliser quelque chose.

« Jolie fille, n’est-elle pas... ? » Asagi se tourna vers Kojou, puis elle lui parla d’une voix douce. Elle avait le sourire habituel sur son visage, mais elle n’avait pas l’air de sourire quand on regardait ses yeux.

« Eh bien, oui, » répondit-il.

 

Kojou avait honnêtement accepté ça sans réflexion particulière. Quand il avait vu le frémissement des joues d’Asagi, il avait modifié ses paroles à la hâte. « ... Euh, Nagisa a aussi dit ça. »

« Hmm. Je vois, » répondit Asagi alors qu’elle s’était éloignée de Kojou, un sourire artificiel sur son visage. De la façon dont elle avait l’air, Kojou ressentait une aura dangereuse à son sujet.

« Ah, Asagi ? » demanda-t-il.

« Eh bien, le train arrive. Je rentre chez moi, » déclara-t-elle.

Comme l’avait dit Asagi, le train arrivait sur le quai de chargement du monorail. Elle avait tourné dans la direction opposée de l’arrêt vers le complexe d’appartements de Kojou et Yukina. Kojou s’était empressé de l’appeler : « N’allais-tu pas me montrer ce rapport sur l’histoire du monde ? »

« Oui. Je le voulais, mais apparemment je l’ai oublié quelque part, » Asagi parlait avec un visage souriant rempli d’une rage silencieuse. Ses yeux transmettaient un message silencieux qu’il devra tout expliquer à l’école demain.

« Hein ? Hé, Asagi ! » cria Kojou.

« Bye-bye ! »

Les portes du train s’étaient fermées juste devant les yeux de Kojou. Pour une raison inconnue, Asagi avait ignoré Kojou, et avait seulement salué aimablement Yukina, avant de partir.

« Qu’est-ce qu’elle a ? » Kojou inclinait la tête en murmurant.

Yukina affichait une expression comme si elle se sentait responsable. « Je suis désolée, Senpai. C’est peut-être ma faute s’il y a un malentendu... »

« Malentendu ? » demanda Kojou.

Kojou avait jeté un regard mystifié sur Yukina, qui était déprimée pour une raison inconnue. Finalement, il avait compris la situation.

« Euh, impossible. Il n’y a pas de malentendu. C’est juste une amie, tu comprends, » déclara Kojou.

« Juste... des amis, n’est-ce pas ? » Yukina avait demandé si c’est ce que Kojou pensait vraiment. Kojou acquiesça sans hésitation.

« Eh bien, on se connaît depuis longtemps. C’est comme si on était les meilleurs potes, » répondit Kojou.

« Senpai…, » pour une raison quelconque, Yukina regardait Kojou avec un regard grincheux face à sa réponse indifférente.

« Quoi ? » demanda Kojou.

« Non, ce n’est rien, » ses paroles étaient accompagnées d’une profonde expiration.

***

Partie 3

En fin de compte, nous étions presque le soir quand Kojou et Yukina étaient revenus dans leur immeuble d’habitation.

Les rayons du soleil étaient aussi forts que d’habitude, mais la brise commençait à peine à apporter peu de la fraîcheur nocturne.

« ... Euh, Kojou-kun et toi n’êtes de retour que maintenant ? Il est tard, n’est-ce pas ? »

Alors que Kojou et Yukina s’avançaient rapidement devant l’entrée du complexe d’appartements, comme s’ils fuyaient le soleil couchant, la voix de quelqu’un était là pour les saluer. La porte de l’ascenseur étant encore ouverte, et une élève du collège, en uniforme, avaient déplacé sa main pour qu’ils se dépêchent de venir.

« Nagisa, hein. C’est quoi ces sacs ? » demanda Kojou à sa sœur.

En entrant dans l’ascenseur, Kojou avait plissé les sourcils dans l’apparence de sa petite sœur. La main droite de Nagisa tenait un sac de sport rempli de son équipement pour les activités du club. Et sa main gauche tenait un sac à provisions rempli d’une grande quantité d’ingrédients de cuisine.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? C’est pour la fête de bienvenue de notre élève transférée, » en regardant un Kojou surpris, Nagisa parlait avec un étonnement apparent.

« Fête de bienvenue ? » demanda-t-il.

« C’est exact. Ce que je veux dire par là, c’est qu’elle vient juste d’emménager ici, donc elle ne peut pas préparer le dîner pour aujourd’hui, n’est-ce pas ? » demanda Nagisa afin de confirmer la situation.

« Eh bien, tu as raison, » répondit Kojou en hochant la tête, alors qu’il se souvenait que la chambre d’Yukina manquait d’ustensiles de cuisine et même de vaisselle de base.

Puis un regard empli de suspicion était apparu sur son visage. « Attends, Nagisa, savais-tu qu’Himeragi emménageait à côté... ? »

« Bien sûr. Elle est venue dire bonjour ce matin, mais tu dormais à ce moment-là. » Nagisa parlait sur un ton qui semblait lui reprocher d’avoir dormi tard. Elle était plus réservée avec la quantité de mots qui sortait de sa bouche que d’habitude, et était sans doute prudente devant Yukina.

« Est-ce vrai ? » Kojou demanda Yukina d’une voix basse.

« Oui, » répondit Yukina en hochant la tête.

« Euh... Mais est-ce que c’est correct d’avoir une fête de bienvenue ? » demanda Yukina après ça.

« Tout à fait ! J’ai déjà acheté de la viande pour ça de toute façon. Kojou et moi ne pouvons pas tout manger seuls. » Nagisa avait affiché une expression chaleureuse et affable lorsqu’elle parlait.

C’est sûr qu’elle dirait ça, pensa Kojou avec un sourire en coin.

En raison du divorce de leurs parents quatre ans auparavant, la famille Akatsuki était actuellement une famille de trois personnes. De plus, leur mère, qui travaillait comme chef de la recherche pour une société basée dans la ville, serait encore absente de la maison pendant une ou deux semaines comme chaque fois en raison de son travail.

Comme ses enfants pouvaient aller la rencontrer à n’importe quel moment, elle ne se sentait pas si seule, mais Kojou et Nagisa vivaient ensemble comme frère et sœur. Et dans une telle situation, même si ce n’était pas quelque chose d’énorme, ils ne pouvaient pas manger les 1,5 kg de bœuf coupé spécial que Nagisa tenait dans ses bras.

« Merci beaucoup. Si vous êtes d’accord avec ça, alors cela me va, » Yukina avait dit ça après un petit moment de réflexion. Elle se disait probablement que c’était tout simplement une autre partie de son devoir de surveiller Kojou. En entendant ces mots, Nagisa avait fait un sourire heureux.

« Je suis si heureuse. Viens nous voir quand tu auras rangé tes affaires, » déclara Nagisa. « Ah, est-ce bon pour toi si c’est seulement un chaudron de ragoût ? J’espère qu’il n’y a que des choses que tu peux manger là-dedans, Yukina. C’est un luxe d’avoir l’air conditionné à plein régime et de manger ce genre de choses au milieu de l’été. Lequel préfères-tu, la sauce miso ou la sauce soja ? Yukina, y a-t-il quelque chose que tu ne peux pas manger, ou peux-tu tout manger ? C’est vraiment un luxe de manger du ragoût au milieu de l’été avec la climatisation. Pour le bouillon, j’utilise de la bonite, du varech, des os de poulet et des pommes de terre, mais aujourd’hui, j’ai aussi préparé du crabe, alors je devrais peut-être utiliser de la sauce soja. La chair du crabe d’Okhotsk. Aujourd’hui, c’est la bonne saison... »

« Laisse tomber, Nagisa. Himeragi est en état de choc. » Kojou avait légèrement tapoté la tête de sa petite sœur pour calmer sa bouche motrice. Nagisa avait fait un, « Ohh, » et avait regardé Kojou avec des yeux larmoyants.

Yukina avait eu l’impression d’être complètement dépassée, mais quand même : « Euh, et si je t’aidais avec la préparation du repas ? Si c’est juste pour préparer un ragoût, alors... »

« Non, non, non, aujourd’hui tu es notre invitée, Yukina. Tu dois être fatigué d’avoir parcouru un long chemin. Hé, Kojou, tu devrais un peu divertir Yukina. Veux-tu bien le faire ? » demanda Nagisa.

« Ne dis pas quelque chose que tu viens d’inventer comme si tu l’avais prévu. Je vais dans ma chambre pour finir mes devoirs, » répliqua Kojou.

Kojou poussa un petit soupir en regardant le soleil couchant. Avant qu’il ne s’en rende compte, les vacances d’été qui lui restaient étaient devenues trop brèves. Il ne pouvait pas cacher son sentiment qu’il était peut-être déjà trop tard.

« Si c’est le cas, et si je t’aidais à faire tes devoirs, Senpai ? » Yukina avait parlé alors qu’elle déposait les objets qu’elle avait achetés dans l’entrée de l’appartement 705.

Son offre inattendue avait ébranlé Kojou. Il était vraiment reconnaissant pour la suggestion, mais il y avait trop de problèmes avec le camarade de classe de sa petite sœur qui l’aidait à étudier, du moins en ce qui concernait sa dignité en tant que frère aîné.

Mais Nagisa ne se souciait pas du conflit intérieur de Kojou. « Désolée, Yukina-chan. Prends bien soin de Kojou-kun. Ce n’est pas un frère aîné très intelligent. »

Alors qu’elle faisait un autre monologue, elle avait ramené Yukina avec elle dans son propre propre appartement. Kojou avait suivi les filles avec un visage maussade. Dignité en tant que grand frère ? Ça n’existe pas. Il était reconnaissant du fait qu’Yukina n’ait pas agi comme si l’invitation insistante de Nagisa la dérangeait.

En entrant dans sa propre résidence, Nagisa s’était immédiatement jetée sur un tablier et avait commencé à préparer les ingrédients.

Après qu’elle l’ait fait, Kojou avait conduit Yukina dans sa propre chambre.

Comme Nagisa était un monstre de propreté et qu’elle avait toujours rangé sans demander chaque fois qu’elle voyait une ouverture, Kojou pouvait lui montrer sa chambre sans aucune gêne.

Mais même ainsi, la pièce était ennuyeuse en raison du faible nombre de choses qui s’y trouvait. Ce n’était pas tout à fait au niveau de la chambre d’Yukina, mais à part le lit, un bureau et une étagère à moitié vide avec de vieux magazines enfoncés dedans, il n’y avait rien d’autre.

« C’est... Senpai, es-tu un joueur de basket ? » demanda Yukina après avoir remarqué une photo placée sur cette étagère, apparemment un peu surprise.

La photo était du temps de Kojou dans le Club de Basket du collège. Il s’était débarrassé de tout son équipement de basket lorsqu’il avait quitté le club, mais c’était la seule chose qui n’avait pas jetée.

« Himeragi, sais-tu ce qu’est le basket même si tu as dit qu’un club de golf était un type de masse ? » Kojou avait parlé sur un ton plaisant.

Les lèvres d’Yukina s’étaient tordues dans une moue. « Un champion régional est un record impressionnant. »

« C’était il y a longtemps, » répondit-il.

« Est-ce que l’obtention du pouvoir du quatrième Primogéniteur explique pourquoi tu as renoncé au basket, Senpai ? » Yukina avait déclaré ses mots alors qu’elle le regardait avec une expression sérieuse.

Kojou avait secoué la tête comme si le problème était ennuyeux. C’était un peu étrange qu’une année entière se soit écoulée depuis lors, pensa-t-il.

« Mon état n’a rien à voir avec ça. J’ai arrêté le basket avant, » répondit-il.

Ouais, ce n’est pas comme si je pouvais rivaliser avec ce corps, pensa Kojou, en riant à ses propres frais.

Il avait la capacité de sauter avec une force monstrueuse et l’agilité pour attraper une balle. L’utilisation du pouvoir démoniaque était l’antithèse de l’esprit sportif. En ce qui concerne la tricherie, les scandales de dopage n’étaient rien comparativement à ça.

Mais Kojou avait arrêté le basket il y a plus d’un an, avant qu’il ne devienne un vampire.

« Alors, pourquoi l’as-tu fait ? » demanda-t-elle.

« Vraiment, ce n’est pas une histoire si rare. Je n’avais pas compris que l’activité du club n’est pas quelque chose que tu peux faire par toi-même, » déclara-t-il. « Le fait est que j’étais isolé dans l’équipe. »

« Hein ? » s’exclama Yukina.

En regardant du côté, Yukina semblait surprise lorsque Kojou en parlait comme s’il s’agissait de quelqu’un d’autre. Kojou avait exécuté un flop langoureux sur le lit, faisant un sourire tendu en levant les yeux vers le plafond.

« À l’époque, je pensais qu’on gagnerait si je jouais assez bien. Et jusqu’à mi-chemin, c’était comme ça. Nous étions ce que les personnes appellent une équipe d’un seul homme. Parce que j’étais un bon joueur, je me suis laissé emporté, » continua-t-il.

Comme si ça allait marcher comme ça, pensa Kojou en riant.

Le déclencheur avait été le tournoi final du collège. Kojou avait été blessé lors des qualifications de district. Il avait reçu une faute sévère venant l’équipe adverse et avait été forcé de quitter le terrain à mi-chemin contre son gré. Heureusement, ils avaient une grosse avance. La blessure que Kojou avait subie et qui avait causé une faute n’était pas si grave. S’ils avaient gagné, il aurait pu jouer au prochain tour.

Mais dès que Kojou avait quitté le terrain, le moral de l’équipe s’était effondré.

Ils avaient laissé l’équipe adverse revenir au score et même construire une énorme avance, et ils avaient gagné ainsi.

Du début jusqu’à la fin, Kojou ne pouvait que regarder le processus depuis le banc, stupéfait, incapable de faire quoi que ce soit.

« Mais bien plus que ça, j’ai été choqué par le calme avec lequel les autres joueurs avaient accepté la défaite, » Kojou avait fait un haussement d’épaules alors qu’il parlait. « C’est là que j’ai finalement réalisé que j’étais celui qui leur avait retiré leur volonté. Ils se sont dit que même s’ils n’essayaient pas fort, quelqu’un d’autre les ferait gagné à leur place. Je leur avais fait croire que je m’en sortirais toujours, même si la vérité était que je ne pouvais rien faire par moi-même. Et ce n’est pas en comprenant ça que je peux faire quelque chose de plus maintenant. »

C’est pourquoi Kojou avait quitté l’équipe en invoquant la nécessité de se remettre de sa blessure. Certains de ses coéquipiers étaient restés, mais Kojou n’avait pas continué à jouer au basketball avec eux, car Kojou pensait que tant qu’il serait à leurs côtés, ils ne changeraient jamais. En tout cas, Kojou avait lui-même perdu tout désir de continuer.

« Je ne pense pas... que tout était de ta faute, Senpai. » Yukina, après avoir écouté silencieusement son histoire, avait parlé sur un ton trop sérieux.

Après qu’Yukina l’ait dit, Kojou lui avait fait ce qui ressemblait à un sourire taquin.

« Oui, c’est très bien. Après tout, j’ai perdu ma motivation. Mais…, » Puis Kojou avait dénudé ses canines. La couleur de ses yeux était passée au rouge pendant quelques instants. « Quand le statut de quatrième Primogéniteur ridicule m’a été imposé, j’y ai un peu réfléchi. Si j’utilisais ces pouvoirs, je serais probablement capable de résoudre une partie des problèmes du monde d’aujourd’hui. Au moins, je pourrais tuer des criminels diaboliques et éliminer des politiciens corrompus... Des trucs comme ça, » déclara Kojou.

« Senpai. C’est…, » commença-t-elle.

« Je sais. Ce n’est pas bon, » répondit-il en lui coupant la parole. « Juste parce qu’un gars comme moi met la main sur un peu plus de pouvoir, on ne sait pas si le gars suivant ne fera pas quelque chose d’encore pire, donc ce n’est pas la bonne chose à faire. Si je fais quelque chose comme ça, il y aura probablement une réaction qui viendra de quelque part. »

Yukina avait expiré dans ce qui semblait être un soulagement. Et, comme si soudain elle réalisait quelque chose, elle avait haussé les sourcils.

« Senpai, c’est pour ça que tu caches le fait que tu es un vampire et que tu vis comme un être humain ordinaire ? » demanda-t-elle.

Eh bien, cela aussi, pensait Kojou en faisant un vague signe de tête.

« De toute façon, je n’ai pas besoin des pouvoirs d’un vampire, et je ne veux rien avoir à faire avec eux si je peux l’éviter. Je ne suis pas fait pour être un héros. En plus, pour être honnêtes, ces pouvoirs fous qu’on m’a donnés me dépassent. Je n’ai pas l’espoir que je puisse les utiliser correctement, » déclara Kojou.

« Je vois... »

Ce n’est pas que je ne comprends pas ce que tu ressens, pensa Yukina en regardant Kojou avec des yeux sobres. Puis...

« Mais, Senpai... N’est-ce pas une excuse pour ne rien faire ? » demanda Yukina.

« Eh ? Euh... Est-ce ce que tu penses ? » demanda-t-il.

Une expression était apparue sur Kojou comme s’il était blessé. « Je voulais dire quelque chose de profond, mais, ah… »

« Hehe, je suppose que tu l’as fait. J’ai vraiment une meilleure opinion de toi maintenant, » déclara Yukina.

« O-Okay. »

« C’est bon. »

Yukina avait fait un petit rire.

« Maintenant, il y a quelque chose que tu dois faire, alors on commence, Senpai. Arrêtons de mémoriser les réponses pour l’instant. Après tout, si tu peux comprendre les formules de base, tout ira bien, » déclara Yukina.

Alors qu’Yukina ouvrait l’un des manuels scolaires de Kojou, elle parlait sur le ton d’un tuteur privé plus âgé que lui. Avec un « argh », le visage de Kojou avait grimacé, mais pour une raison inconnue, Yukina semblait quelque peu amusée.

***

Partie 4

Le souper que Nagisa avait préparé aurait dû être suffisant avec des portions légères pour sept ou huit personnes, mais les trois étudiants présentaient une énorme faim alors qu’ils dévoraient le tout. Ils avaient même réussi à terminer le dernier bouillon de gruau de riz.

« Ah, on a bien mangé. Je ne peux plus bouger, » déclara Nagisa.

Nagisa, vêtue d’une mince camisole, était tombée sur le canapé du salon. Quand Yukina avait essayé de nettoyer après ça, Nagisa avait dit : « C’est bon » et elle l’avait forcée à retourner dans sa propre chambre ; quand la cuisine avait été impeccable, elle semblait avoir épuisé toutes ses forces.

« Hé, Nagisa. Ne t’endors pas dans un endroit comme ça. Tu vas attraper froid, » tandis que sa petite sœur tenait joyeusement son ventre avec ses mains, Kojou regardait avec une expression incrédule pendant qu’il parlait franchement.

Nagisa lui avait répondu d’un air agacé. « Encore un petit peu plus, je suis fatiguée de l’entraînement du club d’aujourd’hui, Kojou, d’accord ? »

Après ça, Nagisa lui avait parlé quand elle avait vu son frère se déplacer vers l’entrée. « Où vas-tu ? »

« Au dépanneur. Je vais aller me chercher quelque chose à boire pour rester éveillé, » répondit Kojou en mettant son parka sur sa tenue de maison.

Nagisa, avec toujours le visage tourné vers le bas, avait levé son visage comme s’il lui avait fallu beaucoup d’efforts.

« Ahh ! Alors, achète-moi de la glace tant que tu y es. La même que la dernière fois, » lui demanda Nagisa.

« Peux-tu encore manger ? Tu vas grossir au niveau de ton ventre si tu continues, » répondit Kojou.

« Oh, tais-toi. Je déteste quand tu dis ça, Kojou. » Les joues de Nagisa s’étaient gonflées quand elle s’y était opposée.

« Ouais, ouais, » répondit-il.

Comme Kojou le pensait, elle était en colère parce qu’elle savait qu’il avait raison, il avait fini d’attacher ses lacets et avait ouvert la porte d’entrée. Yukina se tenait tout simplement devant lui.

« Senpai, où crois-tu aller dans un moment pareil ? » demanda Yukina.

« Wôw ! » Kojou avait involontairement crié devant ce qui se trouvait devant lui.

Les yeux d’Yukina s’étaient rétrécis alors qu’elle était sur ses gardes et qu’elle fixait Kojou avec un regard glacial.

« H-Himeragi !? » s’écria Kojou.

« Oui. Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Yukina alors qu’elle inclinait un peu la tête.

Quand il vit ça, Kojou s’était senti un peu soulagé.

Les cheveux d’Yukina étaient encore humides, avec des gouttelettes d’eau s’égouttant des pointes. De plus, la seule chose qu’elle avait jetée sur le haut de son corps nu, c’était sa blouse, qui semblait indiquer qu’elle était sans défense. Elle n’avait pas d’étui à guitare sur le dos. Il se demandait si elle avait attendu à l’extérieur de la résidence, surveillant sa sortie pendant tout ce temps, mais apparemment cela n’avait pas été le cas.

Elle était probablement en train de prendre un bain quand elle avait senti Kojou partir. Nul doute qu’elle s’était empressée de partir. Ce genre de dévouement stupide et aveugle à son travail était exactement ce que l’Yukina, trop sérieuse, ferait.

« Tu n’as quand même pas l’intention de venir avec moi alors que tu es habillée comme ça ? » demanda Kojou en sentant un léger mal de tête.

« C’est mon devoir de te surveiller, » répondit Yukina avec son ton impassible habituel, mais même elle avait fait preuve d’un peu de timidité et d’anxiété.

Les circonstances étant ce qu’elles étaient, et probablement, elle ne portait même pas de culotte sous sa jupe.

Kojou secoua la tête avec consternation. « Hé, c’est bon. Va... sèche tes cheveux et tout ce que tu veux. J’attendrai ici jusqu’à ce que tu aies fini. »

« Vraiment ? » demanda Yukina alors qu’elle clignait des yeux, semblant un peu surprise.

Le visage de Kojou continuait à grimace avant de répliquer « Comme si je décidais d’emmener un lycéen qui ressemble à ça !? Je vais me faire arrêter ! »

« Je suppose que tu as raison. S’il te plaît, entre et attends un peu, » déclara Yukina.

« Non, ce n’est pas grave. Je vais attendre ici. Ce n’est pas comme si j’allais m’enfuir, » répondit Kojou.

Kojou cachait la tristesse sur son visage pendant qu’il parlait. De toute façon, être seul avec une fille sortant du bain, c’était mal. Le niveau de difficulté était trop élevé pour Kojou.

Yukina l’avait laissé avec un « Eh bien, alors », semblant s’enfuir alors qu’elle retournait dans sa propre chambre.

Kojou avait regardé le ciel depuis le couloir de l’appartement. Il avait innocemment compté les étoiles. Après tout, il avait le sentiment qu’il serait agressé par des impulsions vampiriques s’il voyait Yukina changer de vêtements.

Finalement, la porte de la chambre d’Yukina s’était ouverte une fois de plus, et Yukina était sortie, entièrement habillée cette fois-ci. Elle avait en effet cet étui de guitare sur son dos.

Peut-être qu’elle n’a pas de vêtements à part les uniformes scolaires, pensa soudain Kojou. Je vais bientôt devoir l’emmener faire du shopping. Tout en ayant cette pensée entièrement naturelle, Kojou s’était rendu compte de quelque chose et il avait poussé un soupir.

Il avait l’impression d’avoir ramené un petit animal de compagnie à la maison.

« Alors, où allons-nous, Senpai ? » demanda Yukina, ignorante du conflit intérieur de Kojou.

Kojou était monté dans l’ascenseur en répondant : « Dépanneur. Ne me dis pas que tu ne sais pas ce qu’est un dépanneur ? »

« Oui, je sais ce que c’est, mais je n’en ai jamais vu un au milieu de la nuit comme ça. »

Yukina avait parlé avec un certain entrain dans sa voix, comme si elle contenait des attentes sans aucun malaise. Elle avait l’expression d’une fille qui cachait une farce à ses parents. N’attends pas grand-chose d’un dépanneur, pensait Kojou avec un sourire tendu.

« Désolé pour tout à l’heure. Tu dois être épuisée, » déclara Kojou.

« Hein ? »

« À l’heure du souper, Nagisa était vraiment excitée, » déclara Kojou.

« Non, c’était amusant. Le ragoût était aussi délicieux, » répondit Yukina.

Yukina avait souri avec ce qui ressemblait à un petit rougissement. Je suis content alors, pensa Kojou en souriant.

« Nous avions l’habitude de cuisiner à tour de rôle, mais Nagisa s’est améliorée dernièrement, alors…, » déclara Kojou.

« C’est bien d’être un frère et une sœur. Je n’ai pas de famille, alors j’admire ça, » Yukina l’avait déclaré sur un ton décontracté.

« N’as-tu pas de famille ? » demanda Kojou.

Kojou avait regardé le côté du visage d’Yukina avec surprise.

« Non, » répondit Yukina, secouant la tête sans montrer aucun sentiment réel.

« Tout le monde à la Forêt des Grands Dieux est orphelin. L’organisation rassemble des enfants à potentiel de tout le pays et les élève pour devenir des Mages d’Attaque Anti-Démon, » répondit-elle.

« C’est si... ? » L’histoire personnelle d’Yukina présentait un poids inattendu, et cela avait laissé Kojou à court de mots. « Alors tu as été élevée dès le début pour être une Mage d’Attaque... ? »

« Oui. Euh ! Mais ce n’est pas comme je me sentais seule parce que je n’avais pas de famille. Tout le personnel de la Forêt des Grands Dieux est très aimable et la formation Chamane Épéiste ne me dérangeait pas non plus. »

Yukina s’était amendée à la hâte. Il n’avait pas l’impression qu’Yukina mentait. Kojou avait accepté ses paroles. Il pensait qu’Yukina n’aurait de toute façon pas pu apprendre les arts martiaux à un niveau assez élevé pour dominer complètement les démons si elle avait détesté l’entraînement. Mais —

« Qu’est-ce qu’une Chamane Épéiste ? » demanda Kojou. Kojou avait incliné la tête face au terme inconnu.

« Un Mage d’Attaque au service de la Forêt des Grands Dieux. Je pense que c’est censé signifier une jeune fille de sanctuaire formée à l’art de l’épée, » Yukina avait parlé avec un regard incertain. Apparemment, elle ne l’avait pas vraiment compris elle-même.

« Jeune fille du sanctuaire... Himeragi, ça veut dire que tu peux prier et dire la bonne aventure ? » demanda-t-il.

« Je peux faire les actes, mais ce n’est pas vraiment ma spécialité…, » répondit-elle.

« Hmm »

Je vois, pensa Kojou, en l’acceptant d’une manière ou d’une autre. Maintenant qu’elle l’avait mentionné, Yukina semblait très comme il faut, mais avait l’air de quelqu’un qui trouvait les formalités rigides difficiles.

D’une façon ou d’une autre, vous pourriez l’appeler animaliste, ou plutôt, le type de mouvement basé sur l’instinct et l’intuition. C’était peut-être au départ ces qualités qui lui avaient permis d’être Chamane Épéiste.

« Senpai... Ne penserais-tu pas à quelque chose de grossier, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

Elle avait déconcerté Kojou avec l’instant parfait choisi pour sa question, comme si elle avait regardé à travers son esprit.

« Euh, non, pas du tout, » répondit-il.

« Je suis un médium plutôt habile, tu vois. Il est inutile de me mentir, » répondit-elle.

« Eh... !? Tu es vraiment comme un animal…, » répondit Kojou.

« Donc tu pensais à quelque chose comme ça…, » déclara Yukina.

Au cours de cette conversation, les deux individus étaient arrivés au dépanneur qui était leur destination.

L’Île Sud, le principal gigaflotteur résidentiel principal où se trouvait le complexe d’appartements de Kojou et Yukina, n’avait pas beaucoup de personnes qui se promenaient la nuit. Malgré tout, les choses étaient assez animées à l’approche de la gare.

Il y avait de restauration rapide et des cafés et même les cafés manga ainsi que des centres de jeux.

« Ah… »

Quand ils étaient passés devant le centre de jeu, Yukina s’était soudainement arrêtée. Cela avait attiré un regard par-dessus son épaule de la part de Kojou. Il n’y avait aucune chance qu’elle ne savait pas ce qu’était un centre de jeu, pour l’amour de Dieu, mais...

« Ah, désolée. Ce n’est rien, » déclara Yukina.

« Y a-t-il quelque chose à propos du jeu de grue ? » demanda Kojou en réalisant qu’Yukina avait fixé son regard sur une armoire à l’avant du magasin.

Yukina avait un peu incliné la tête. « C’est donc un... jeu de grue. Il y a un Nekoma-tan dedans... »

« Nekoma-tan ? Cette mascotte en peluche ? » demanda Kojou.

« Oui. Euh... C’était très populaire dans mon ancienne école, » répondit-elle.

Yukina avait fait un petit signe de tête. C’était un chat-mascotte à deux têtes agitant une patte comme un chat qui faisait un signe.

Il comportait une queue divisée en deux, ce qui expliquait probablement le nom. Yukina avait essayé de parler comme si ce n’était rien de spécial pour elle, mais elle avait regardé la mascotte dans la vitrine avec des yeux brillants et scintillants.

« Eh bien, on peut le choper si c’est juste ça, » déclara Kojou.

Un sourire légèrement tendu était apparu sur Kojou alors qu’il sortait une pièce de cinq cents yens. Yukina leva les yeux vers Kojou avec une expression surprise.

« Qu’est-ce que tu veux dire par “chopper” ? Tu ne veux quand même pas dire…, » demanda Yukina.

« Non, non. Je ne veux pas dire ça dans le sens de voler. Ce dont je parle, c’est vis-à-vis de ce à quoi sert la machine, » répondit-il.

Après avoir dit ça, Kojou avait inséré la pièce dans la machine de jeu. Comme Kojou utilisait des boutons de commande pour faire bouger le bras de la grue, Yukina avait également compris l’idée générale. Elle avait observé les mouvements du bras avec un regard beaucoup plus sérieux que lorsqu’elle avait combattu ces démons.

Puisqu’il avait été avec Nagisa quand elle avait fait beaucoup de demandes en l’air, la maîtrise de Kojou avec les jeux de la grue était assez décente. Avec précision, il avait placé le bras là où il pouvait facilement l’attraper, avait ciblé la peluche et avait abaissé la grue.

Yukina retenait son souffle en regardant le but inaltérable du bras qui s’agrippait à la mascotte, la tirant vers le haut et la portant jusqu’à la boîte de dépôt. Finalement, la mascotte-chat en peluche était tombée dans la boîte. À ce moment-là...

« … Vous deux, là. Vous êtes des étudiants de l’Académie Saikai, n’est-ce pas ? Que faites-vous ici à cette heure ? »

Quand Kojou et Yukina avaient entendu la voix calme qui venait de derrière eux, ils s’étaient figés comme s’il avait été zappé par l’électricité.

Merde. Kojou avait retenu son souffle en voyant la silhouette reflétée par le verre de la machine de jeu.

Natsuki Minamiya se tenait là. Il n’avait pas besoin de bien voir son visage ; personne d’autre sur l’île de l’été éternel n’était assez fou pour porter quelque chose d’aussi étouffant qu’une robe à volants. Le parasol qu’elle tenait levé n’était pas à sa place la nuit, mais il semblait qu’elle était en train de faire les rondes pour donner aux élèves des conseils appropriés.

« Vous, le garçon. Je crois que je vous ai déjà vu. Tirez votre capuche vers le bas et tournez-vous vers moi, » Natsuki parlait sur un ton qui semblait amusé. Elle semblait avoir l’intention de coincer Kojou petit à petit, comme si elle étranglait son cou avec de la dentelle de soie.

Quand il avait jeté un coup d’œil à Yukina, elle était paralysée tout en affichant un regard pâle. Ayant été élevée pour tenir pour acquis le fait d’être une étudiante d’honneur, cette situation la frappait probablement assez durement.

C’est mauvais, pensa Kojou avec une sueur froide.

Il était déjà près de minuit. Même si c’était une machine de jeu à l’avant du magasin, nous jouions dans un centre de jeu n’était pas une excuse. C’était totalement contraire au règlement de l’école. Et il avait une lycéenne avec lui.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Si vous vous entêtez, j’ai des moyens de vous faire obéir…, » déclara Natsuki.

C’était arrivé juste après que Natsuki ait parlé sur un ton comme si elle jouait avec sa proie.

*Boom.* Une faible vibration avait secoué toute l’île artificielle. Un instant plus tard, le bruit d’une explosion se fit entendre partout.

« Qu’est-ce que... !? » Natsuki, également une Mage d’Attaque, s’était retourné en réaction à cet étrange événement.

Les bruits d’explosions continuaient à rugir sans fin. Aucun simple accident ou phénomène naturel ne pouvait expliquer cela.

Quelqu’un se livrait à une destruction délibérée. Cela avait également été transmis par la vague féroce d’énergie magique que même les gens normaux étaient capables de ressentir. Au moment où l’attention de Natsuki avait été entièrement attirée par cela...

« Himeragi, cours ! » Kojou avait instantanément saisi la main d’Yukina et s’était mis à courir.

« Eh, ah... C’est vrai ! » Comprenant l’intention de Kojou, Yukina avait également tenu serrée la main de son côté.

« Ah, attendez, vous deux…, » cria Natsuki.

Natsuki leur criait quelque chose dans leur dos, mais Yukina et Kojou possédaient des capacités athlétiques incomparables vis-à-vis de celles d’une personne normale. Kojou avait senti un flash provenant d’Yukina alors qu’elle détruisait la barrière que Natsuki avait instantanément tendue devant eux. Natsuki, complètement prise au dépourvu, n’avait plus aucun moyen de les suivre.

Nous l’avons fait, pensa Kojou avec soulagement. Mais à ce moment-là...

« Je m’en souviendrai, Kojou Akatsuki ! » Les mots de Natsuki, comme ceux d’un méchant récurrent, avaient résonné tout au long de la nuit.

Cependant, sa voix avait disparu au fur et à mesure que les sons intermittents d’énormes explosions continuaient à se faire entendre.

L’expression de Kojou s’était tordue alors qu’il courait. Ce n’était pas que les paroles de Natsuki qui le dérangeait. C’était qu’il s’était rendu compte de la vraie nature des étranges explosions qui se produisaient à l’intérieur de la ville.

Il s’agissait d’une masse de pouvoir magique sensible, d’une puissance magique écrasante et sauvage. Une incarnation de la destruction.

Et un être trop proche de l’existence actuelle de Kojou Akatsuki.

Un Vassal Bestial d’un vampire.

***

Partie 5

« Senpai... Ces explosions..., » déclara Yukina.

Après avoir continué à courir jusqu’aux bords du gigaflotteur, Yukina s’était finalement arrêtée. Sa respiration était en grande partie régulière, mais ses joues étaient légèrement rouges, peut-être parce qu’elle avait réalisé qu’elle tenait encore la main de Kojou.

Mais elle n’avait pas retiré sa main. D’après sa posture, elle semblait craindre que Kojou se retire de son emprise.

« Ouais. C’est bien un Vassal Bestial. De plus, avec cette énergie magique... Le maître est probablement là-haut, » Kojou parlait alors que son visage continuait à faire une grimace. L’instant d’après, une énorme explosion avait éclaté une fois de plus.

Dans le ciel au-dessus du gigaflotteur, une boule de feu de plusieurs mètres de diamètre était apparue ; une rafale soudaine les avait frappés un instant plus tard. C’était comme une tempête nocturne qui les avait touchées quand les vagues blanches s’étaient écrasées contre le sol artificiel, le faisant grincer et trembler.

Baignés dans des flammes explosives, ils avaient vu un oiseau noir de jais s’élever dans les airs.

Kojou ne l’avait vu qu’un instant, mais cela suffisait pour savoir avec certitude : c’était bien une bête invoquée née d’une énergie magique dense. Le Vassal Bestial d’un vampire.

Ce n’était pas un petit comme celui contre qui Yukina s’était battue quelques jours auparavant. Basé sur le fait qu’il avait assez de pouvoir destructeur pour secouer toute l’île, c’était sans aucun doute le familier de quelqu’un de la Vieille Garde, avec un nom que même les sages et les nobles n’oseraient pas prononcer.

Il avait mis en situation de combat, et maintenant, il commettait un carnage. Un vampire combattait quelqu’un.

Le district des entrepôts d’Île Est était devenu un champ de bataille. Bien qu’il s’agisse d’une zone industrielle en grande partie non habitée, même à cette distance, Kojou pourrait voir des dommages équivalents à ceux d’un grand incendie industriel.

Cependant, même avec tant de dégâts, les combats s’étaient poursuivis.

Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose — quel que soit l’ancien vampire se battait là, — son opposant avait aussi une capacité de combat égale à celui de l’Ancien lui-même.

Donc en ce moment, quelqu’un quelque part dans la ville où vivaient Kojou et Yukina traquait un puissant vampire aîné.

C’était donc une grosse affaire.

« Je suis désolée, Senpai. On se sépare ici. S’il te plaît, rentre chez toi. » Yukina avait lâché sa main pendant qu’elle parlait avant de se préparer à partir.

Kojou la regarda, stupéfait. « Himeragi ? »

« Je vais aller enquêter sur ce qui se passe. Une fois que j’aurai confirmé que tout va bien, je reviendrai immédiatement, » répondit Yukina.

« Bon, Himeragi. Si tu vas jeter un coup d’œil, j’irai..., » Kojou avait appelé Yukina à la hâte.

Yukina regarda Kojou avec un regard exaspéré. « Et que feras-tu si tu es mêlé à ça, Senpai ? S’il te plaît, tu dois avoir un peu de considération pour la position que tu occupes. »

« P-Position ? » demanda Kojou.

« Oui. Je veux dire ta position en tant que quatrième Primogéniteur, par rapport au vampire qui se bat, Senpai, » répondit-elle.

« Euh, euh... ? »

« Que penses-tu qu’il se passerait si tu posais maladroitement une main de chaque côté pour tenter de les arrêter ? Si le quatrième Primogéniteur s’attaque à un vampire d’une autre lignée, c’est un très gros problème. La même chose s’appliquerait si tu prenais son parti, » répliqua Yukina.

Sous le regard perçant d’Yukina, Kojou avait bafouillé et s’était rabattu. « Le problème, c’est tout ça... Eh bien, qu’est-ce que je dois faire dans ce cas... !? »

« Tu n’as pas besoin de faire quoi que ce soit. Rentre chez toi, tu es sur le chemin. Je suis ici pour que tu ne fasses rien de dangereux comme ça, Senpai, » répondit Yukina.

« Attends, ce n’est pas une raison pour te forcer à partir, Himeragi. Alors, observe-moi pour que je ne m’implique pas ! » Cette fois, Kojou avait regardé Yukina pendant qu’il parlait.

Cependant, Yukina secoua la tête sans hésitation. « Si tu voulais vraiment être coopératif, je le ferais, mais... c’est impossible, n’est-ce pas ? Après tout, les gens que tu connais pourraient être entraînés dans ce combat, Senpai... »

Comme Yukina l’avait calmement fait remarquer, Kojou s’était tu.

Même si le champ de bataille actuel était à l’extérieur des zones urbaines, il n’y avait aucune garantie que les civils ne seraient pas pris au piège, compte tenu de l’ampleur de la bataille. Et il y avait beaucoup de gens que Kojou connaissait sur l’île. S’il pouvait au moins garantir leur sécurité, Kojou serait soulagé, mais — .

« Je vais aller confirmer ce qui se passe. C’est lié à ma tâche, » déclara Yukina.

Tandis qu’il regardait Yukina interrompre définitivement ses propos, Kojou avait involontairement élevé la voix.

« Pourquoi faut-il que tu ailles si loin, Himeragi !? Le maintien de la loi et de l’ordre dans le Sanctuaire des Démons n’est-il pas le travail de la police et de la Garde de l’île !? » demanda Kojou.

« À moins qu’ils n’aient un Mage d’Attaque Anti-Démon d’une force non négligeable, ils ne peuvent pas entrer sur un champ de bataille avec un Vassal Bestial en liberté. Cependant, parce que j’ai ce..., » répondit Yukina.

Pendant qu’Yukina parlait, elle tirait son arme de l’étui de guitare sur son dos. La lame de la lance d’argent s’était déployée.

« C’est l’équipement qui m’a été accordé pour combattre les Primogéniteurs. Un Vassal Bestial de ce niveau n’est pas à la hauteur de Sekkarou, » déclara Yukina.

« Himeragi..., » commença Kojou.

« Par conséquent, s’il te plaît, sois aux côtés de Nagisa-san, Senpai, » déclara Yukina.

Au fur et à mesure qu’une expression encore plus préoccupante tombait sur Kojou, Yukina lui montrait un sourire doux.

Ce visage fugace et souriant avait donné à Kojou une pause.

« Eh ? »

« Le Traité de Terre Sainte spécifie le droit à l’autodéfense. Si c’est pour protéger ta famille ou d’autres personnes qui vivent sous ta protection, même si tu utilises tes pouvoirs, il n’y a aucun problème, Senpai ».

Poussant à travers l’ouverture faite par l’hésitation de Kojou, Yukina s’était lancée dans un sprint.

Nul doute qu’elle avait choisi son moment dès le début. Alors qu’il descendait de la falaise de l’île artificielle, un monorail de fret passait sous ses pieds. Yukina avait atterri en toute sécurité au sommet du train en mouvement. Le monorail automatisé se dirigeait vers l’Île Est, où se déroulait le combat.

« Himeragi... ! »

Kojou, laissé seul au sommet de la falaise du district sud, avait fixé avec violence du regard la clôture devant ses yeux.

Les combats dans le district des entrepôts se poursuivent encore aujourd’hui. Le Vassal Bestial flottant au milieu des flammes flamboyantes avait été percé par une attaque de quelqu’un, laissant échapper un hurlement hurlant.

Après ça, il n’était resté plus qu’une énorme explosion.

***

Partie 6

Un incendie de grande ampleur avait éclaté dans tout le quartier des entrepôts.

Les lampadaires s’étaient éteints, et le quartier était actuellement lumineux à cause de toutes ses flammes incandescentes. L’équipement automatisé de lutte contre l’incendie était actif, mais l’incendie n’affichait aucun signe de vouloir s’étendre.

Heureusement, il n’y avait aucun signe de personnes dans le district. Dès le départ, il s’agissait d’un secteur peu peuplé et les personnes qui administraient le district des entrepôts semblaient avoir été évacuées depuis longtemps.

Les explosions avaient dû couper l’alimentation électrique à ce moment-là, car le monorail s’était arrêté au moment où il était arrivé sur l’Île Est.

Yukina avait alors sauté du toit du train maintenant immobile et s’était dirigée vers l’endroit où le Vassal Bestial faisait rage.

Le Vassal Bestial qui combattait était un oiseau fantôme, noir de jais, ressemblant à un corbeau géant.

Son envergure dépassait facilement les dix mètres. De temps en temps, son énorme corps, comme s’il était fait d’obscurité solidifiée brillait comme de l’ambre fondu, puis il éclatait en une boule de feu qui avait engendré des explosions féroces tout autour de lui. Tout son corps était enveloppé d’une vague de vent. Apparemment, ce Vassal Bestial était l’incarnation même de l’explosion.

Celui qui contrôlait le Vassal Bestial était un grand vampire portant un costume d’affaires coûteux. Il se tenait sur le toit d’un bâtiment.

Il avait l’air d’avoir plus ou moins trente ans, mais en regardant son incroyable énergie magique, il y avait peu de doute qu’il avait vécu plusieurs fois cette durée. Sa présence écrasante et intense était digne du surnom d’Ancien.

Il aurait pu être un gestionnaire de l’une des sociétés de la Cité d’Itogami, un mercenaire ou même un officier militaire dépêché par un Dominion. Quoi qu’il arrive, c’était un gros gibier.

Cependant, malgré le fait que le vampire lançait sans cesse des attaques aussi redoutables, il n’y avait aucun indice indiquant que le combat était sur le point de s’arrêter. Au contraire, des signes d’impatience et de tension étaient clairement visibles sur le visage de l’homme.

C’était un Ancien, mais il était submergé.

« C’est…, » la voix déconcertée d’Yukina avait surgi lorsqu’elle avait remarqué un éclair déchirant le ciel.

Il s’agissait d’un bras géant, translucide, brillant avec les couleurs de l’arc-en-ciel.

Ce n’était pas de la chair et du sang. C’était une masse d’énergie magique donnant sa forme physique, tout comme un Vassal Bestial. Cependant, elle avait une aura qui différait de tous les Vassaux Bestiales qu’Yukina connaissait.

Ce bras, long de plusieurs mètres, était entré en contact avec l’oiseau fantôme noir de jais en plein vol.

Et l’instant d’après, l’oiseau fantôme produisit un hurlement empli d’angoisse.

L’une des ailes noires de l’oiseau fantôme avait été arrachée de sa place, envoyant du sang frais, incandescent et brûlant.

Et, l’énorme corps de l’oiseau fantôme ayant ainsi perdu son équilibre, et le bras aux couleurs de l’arc-en-ciel l’avait alors déchiqueté comme s’il s’agissait d’un festin.

Alors qu’il était incapable de maintenir sa forme physique, l’oiseau fantôme était tombé au sol comme une simple masse d’énergie magique. Cependant, le bras de couleur arc-en-ciel n’avait pas arrêté ses attaques. Comme un charognard, il avait violenté le cadavre du Vassal Bestial.

« Est-ce... en train de manger l’énergie magique !? »

Yukina avait frissonné face à ce spectacle bizarre. La consommation de l’énergie magique d’un Vassal Bestial vaincu — pour autant qu’Yukina le sache —, personne n’avait jamais entendu parler de l’existence d’un tel Vassal Bestial.

Et, quand Yukina avait vu le maître qui contrôlait la Bête Vassal, elle avait été encore plus perturbée.

Le maître du bras aux couleurs de l’arc-en-ciel était une fille encore plus petite qu’Yukina. C’était une fille aux cheveux indigo portant un manteau recouvrant sa chair nue. Elle avait un visage artificiellement beau. Et ses yeux bleu pâle étaient sans émotion.

« N’est-elle pas une vampire !? Ce n’est pas possible... Comment un homoncule peut-il contrôler un Vassal Bestial !? » s’exclama Yukina.

Tandis qu’Yukina se tenait debout en étant choquée, il y avait un bruit sourd et lourd de quelque chose qui tombait derrière elle.

Se retournant en raison de la surprise, Yukina avait vu le grand vampire, qui s’était effondré sur le sol et qui était gravement blessé.

L’entaille profonde de son aisselle s’étendait jusqu’à son cœur.

Un être humain serait mort sur le coup. Il en était de même pour le vampire moyen. Le fait d’être encore en vie témoignait de la robustesse d’un aîné.

Cependant, là où il aurait normalement commencé à se régénérer instantanément, son corps n’avait montré aucun changement. Ce n’était certainement pas seulement parce qu’il était faible à cause de la perte de son Vassal Bestial. Il avait subi les dommages d’une attaque qui utilisait une magie extrêmement puissante.

Le seul type d’être humain capable d’une telle attaque était une Magie d’Attaque Contre-Démon — et même alors, seulement ceux ayant la plus haute capacité offensive, connus sous le nom d’Exorcistes, mais ce n’était tout simplement pas possible.

Un exorciste était, en d’autres termes, un saint homme du plus haut rang. Ces hommes avaient le statut de prêtres et d’évêques. Il n’y avait aucune chance qu’un tel homme s’engage volontairement dans un duel dans une zone urbaine. Il n’y avait aucune possibilité d’excuser une telle chose.

« — Hmm. Un témoin. Inattendu. »

Entendant une voix basse et masculine, Yukina avait haleté et elle avait levé son visage.

Debout avec des flammes flamboyantes dans le dos se trouvait un homme de plus de cent quatre-vingt-dix centimètres de haut. La lame de la bardiche qu’il tenait dans sa main droite et les vêtements qu’il portait par-dessus sa combinaison blindée d’augmentation étaient maculés de sang frais. C’était certainement les éclaboussures du sang du vampire.

« S’il vous plaît, mettez fin à ce combat, » Yukina avait averti l’homme en vêtement d’un regard éblouissant.

Pendant qu’elle le faisait, l’homme avait regardé Yukina avec mépris. « Jeune, n’est-ce pas ? Une Mage d’Attaque de cette nation, oui... et, semble-t-il, pas une alliée du démon. »

Il parlait calmement, l’évaluant.

Sentant la soif de sang exsuder du corps de l’homme, Yukina avait abaissé son centre de gravité.

« Les atrocités envers les démons incapables sont interdites par la Loi sur les Mesures Spéciales contre la Magie Offensive. »

« Et ai-je des raisons d’obéir aux lois adoptées par les apostats qui fréquentent les démons ? » demanda l’homme.

Alors que l’homme avait facilement rejeté ses paroles, il avait soulevé son énorme hache de bataille.

« Arg, Sekkarou — ! »

Avec sa lance à la main, Yukina avait sprinté. Elle avait couru afin de se placer sous la hache de combat après qu’elle se soit dirigée vers le vampire blessé, bloquant à peine l’attaque.

« Mon Dieu... ! » L’homme dont la hache de guerre avait été renvoyée murmura ça avec un plaisir bien apparent.

Sautant en arrière avec une agilité inimaginable compte tenu de son énorme physique, l’homme s’était replacé vis-à-vis d’Yukina.

« Est-ce que cette lance est une Schneewalzer !? L’arme secrète inscrite au DOE de l’Organisation du Roi Lion ! J’ai de la chance d’en voir une entre tous les endroits ! »

Un sourire enchanté était apparu sur les lèvres de l’homme. Une lumière rouge s’était alors mise à pulser en provenance du monocle en forme de cache-œil qu’il portait. Il semblait projeter l’information directement dans le champ de vision de l’homme.

« Très bien, une Chamane Épéiste de l’Organisation du Roi Lion est un digne adversaire. Jeune femme, moi, Rudolf Eustache, apôtre arméothargien, je demande un duel. Sauvez la vie de ce démon si vous le pouvez ! » déclara Rudolf.

« Un apôtre arméothargien !? Qu’est-ce qu’un exorciste de l’Église européenne fait à chasser les démons ici ? » demanda Yukina.

« Je n’ai aucune obligation de vous répondre ! » répondit-il.

L’énorme corps de l’homme s’était séparé du sol alors qu’il avait violemment accéléré vers elle. La hache de guerre avait basculé vers le bas, attaquant Yukina avec la force d’une guillotine. La force tranchante, assistée par son armure augmentée, était suffisante pour déchirer avec aisance un véhicule blindé. Cependant, Yukina avait parfaitement anticipé la frappe, et avait esquivé ça de la largeur d’un cheveu.

Puis elle avait contre-attaqué. Yukina qui tournait sur elle même avait maintenant frappé avec sa lance vers le bras droit d’Eustache juste après la fin de son attaque.

Eustache, incapable de se soustraire à l’attaque, l’avait bloquée avec son bras gauche protégé par son armure au lieu d’esquiver.

L’affrontement entre l’arme enchantée et l’armure avait produit des étincelles pâles.

« Hnng ! »

Comme les plaques d’armure du bras gauche de l’homme avaient été écrasées, Yukina en avait profité pour mettre de l’espace entre eux. Avec un homme aussi grand et résilient comme lui en tant que son adversaire, elle était clairement désavantagée au combat rapproché. Elle avait jugé qu’elle devait l’abattre avec des tactiques de frappe et fuite.

« Le poignet de mon armure sacrée détruite en un seul coup !? Je n’en attendais pas moins d’un Schneewalzer... Un enchantement vraiment fascinant. Splendide ! » Tout en regardant son armure de son bras gauche détruit, Eustache avait léché ses lèvres en montrant sa satisfaction. Son monocle s’allumait et s’éteignait sans cesse.

En sentant l’aura sinistre émanant d’Eustache, l’expression d’Yukina s’était plissée davantage.

Je dois le vaincre ici et maintenant, elle s’était résolue à le faire. Son intuition de Chamane Épéiste lui avait dit que si elle laissait faire cet Apôtre Armé, il apporterait une grande calamité sur cette terre.

« – Ô lumière purifiante, ô divin loup de la neige, par ta volonté divine d’acier, abat les démons devant moi ! »

« Hnn... C’est... »

Alors qu’Yukina chantait sa prière solennelle, l’énergie rituelle affinée dans son corps amplifiait la Schneewalzer. Le visage d’Eustache s’était tordu face à la puissante poussée d’énergie rituelle émise par la lance.

L’instant d’après, Yukina avait lancé une attaque féroce contre Eustache.

« Nuo... ! »

L’apôtre armé avait bloqué le faisceau de lumière qui venait de la lance d’argent avec sa hache de combat. Un regard choqué l’avait surpris alors qu’il voyait la force de l’impact transmis à son bras. Son armure augmentée, capable de repousser facilement les attaques d’un homme bête, avait été repoussée de plusieurs mètres, incapable de résister à l’attaque de la jeune fille. Des étincelles s’échappaient de toutes les articulations à cause de la tension intense.

En outre, les attaques d’Yukina n’avaient pas pris fin avec cela. Elle avait continué avec une série d’attaques à bout portant comme une tempête, mettant complètement Eustache sur la défensive. Ce fait avait choqué l’apôtre armé.

La vérité était qu’en vitesse brute, une Yukina très humaine était très loin derrière un homme bête ou un vampire. Cependant, sa vision spirituelle lui permettant de voir un instant dans le futur, Yukina avait fini par se déplacer plus vite que quiconque. Combinée avec diverses feintes et un haut niveau de compétence en armes en plus de cela, Yukina possédait une vitesse d’attaque qui était au-delà de ce qu’un homme équipé d’une armure blindée d’augmentation pourrait éluder. Seule une formation continue dès le plus jeune âge l’avait rendu possible. C’était une compétence surhumaine que seuls les Chamane Épéistes pouvaient utiliser.

« Hmm, quelle puissance... et quelle vitesse ! C’est donc ça, une Chamane Épéiste de l’Organisation du Roi Lion ! »

Eustache était exalté face à ça. Il était incapable de résister face aux attaques de Sekkarou, et la bardiche avait fait un bruit de craquement alors qu’elle s’était brisée.

À ce moment-là, les attaques d’Yukina s’étaient brièvement arrêtées. Elle avait hésité à attaquer directement un Eustache humain pendant un seul instant. Eustache n’avait pas laissé échapper l’ouverture momentanée.

 

« Très bien, j’ai vu le rituel secret de l’Organisation du Roi Lion, Astarte, tue-là ! »

L’Apôtre Armé avait sauté en arrière avec toute la puissance de son armure augmentée. À sa place, la jeune fille aux cheveux indigo, vêtue d’une cape, avait sauté devant Yukina.

« Accepte. Exécute “Rhododactylos”. »

Le bras géant était apparu, surgissant du manteau de la jeune fille. Il avait agressé Yukina tout en émettant une lueur aux couleurs de l’arc-en-ciel. Yukina avait contre-attaqué avec Sekkarou. L’énergie magique géante et l’énergie rituelle étaient entrées en collision, provoquant le remplissage de l’air par un anneau d’onde emplissant les oreilles.

« Argh... ! »

« Aa... ! »

Yukina avait gagné de peu l’affrontement. La lance d’argent avait repoussé lentement le Vassal Bestial appelé « Rhododactylos ». La fille appelée Astarte avait semblé frêle, comme angoissée. C’était peut-être en raison du contrecoup des dommages subis par le Vassal Bestial. Puis...

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa- ! »

La jeune fille avait crié. Un deuxième bras avait émergé, semblant s’arracher du dos mince de la jeune fille.

Yukina était sûre qu’il ne s’agissait pas de deux Vassaux Bestiales, mais plutôt d’un seul Vassal Bestial avec une paire de bras. Cependant, le nouveau bras avait attaqué Yukina par le haut comme s’il s’agissait d’une créature complètement séparée.

« Oh n — »

L’expression d’Yukina s’était figée.

La pointe de lance de Sekkarou empalait toujours le bras droit du Vassal Bestial. Si Yukina lâchait prise un seul instant, le bras droit blessé écraserait la lance et Yukina en même temps.

Et, dans cette situation, Yukina ne pouvait pas échapper à l’attaque du bras gauche !

Il n’y avait aucune chance qu’un corps humain fragile puisse résister à une attaque qui avait même vaincu un Vassal Bestial d’un aîné. Si Yukina attendait, elle périrait certainement.

Excellente Chamane Épéiste qu’elle était, Yukina avait compris en un seul instant comment cela allait se terminer.

Elle n’avait même pas eu le temps de se résigner à sa mort.

Dans ce dernier moment, tout ce qui lui avait traversé l’esprit était la silhouette d’un garçon familier. Un garçon qu’elle n’avait rencontré que quelques jours auparavant, toujours avec ce regard vague et apathique sur son visage.

Il serait probablement triste si elle mourait.

C’est pourquoi je ne veux pas mourir, pensa Yukina. Yukina avait été très surprise d’y penser. Et puis...

« Himeragiiiiiiiiiii- ! »

Elle avait entendu la voix du garçon venant de juste à côté d’elle.

La voix de Kojou Akatsuki, le quatrième Primogéniteur.

***

Partie 7

« Raaaaaaaaaaagh ! »

Kojou avait frappé le Vassal Bestial ayant la forme d’un bras géant avec un simple poing serré.

Ce n’était pas qu’il avait une pensée spéciale ou profonde en faisant ça. Il avait juste pensé que même contre une masse matérialisée d’énergie magique comme un Vassal Bestial, le frapper avec un poing plein d’énergie magique ferait probablement quelque chose.

L’effet avait été plus important qu’il ne l’avait prévu.

Le bras gauche du Vassal Bestial ayant une lueur aux couleurs de l’arc-en-ciel avait été envoyé vers l’arrière comme si un camion à benne s’y était écrasé. Et, alors que la jeune fille qui était le maître du Vassal Bestial tombait sur le sol, entraînée par la puissance de l’impact, le bras droit attaquant Yukina s’était volatilisé.

« Quoi... »

Alors qu’elle fixait cette scène absurde, les yeux d’Yukina s’étaient écarquillés alors qu’elle était en état de choc.

Elle semblait déconcertée par l’attaque brutale de Kojou, bien trop grossière et ridicule pour appeler cela un combat. Kojou pouvait comprendre ce qu’elle ressentait. Cependant, Kojou ne connaissait aucune magie. Même s’il s’appelait le quatrième Primogéniteur et tout le reste, il ne savait pas comment utiliser la moindre capacité vampirique spéciale. Il n’avait pas d’autres moyens d’attaquer.

« Senpai, qu’est-ce que tu crois faire là !? Dans un endroit comme ça... !? » demanda-t-elle.

« C’est ma réplique, Himeragi ! Espèce d’idiote ! » s’écria Kojou.

« Moi, idiote !? » demanda Yukina.

« N’as-tu pas dit que tu ne faisais que vérifier la situation ? Alors pourquoi te bats-tu ? » demanda Kojou.

« C’est... »

« Arg » avait été la seule protestation qui était sortie de la bouche d’Yukina. Ce n’était pas que Kojou comprenait les détails, mais il pouvait au moins imaginer qu’il se passait beaucoup de choses.

Kojou ne pouvait pas voler dans le ciel. Il ne pouvait pas non plus utiliser la magie de la téléportation et ainsi de suite. Le fait de courir à pleine vitesse sur l’ensemble des seize kilomètres à travers le pont qui reliait les deux gigaflotteurs avait été aussi difficile qu’il s’y attendait.

Et, quand Kojou l’avait finalement rattrapée, le Vassal Bestial qui combattant à pleine puissance au départ avait déjà été vaincu, alors qu’Yukina était au milieu d’un combat avec l’homme mystérieux dans des vêtements de prêtre.

« Alors... de toute façon, qui sont ces personnes ? » demanda Kojou.

« Je ne sais pas. Cet homme semble être un apôtre arméothargien, mais…, » répondit Yukina en regardant fixement l’homme maintenant sans arme dans ses vêtements de prêtre. Kojou avait été franc quant à sa confusion.

« Lotharingia ? Qu’est-ce qu’il fait en venant d’Europe pour faire des problèmes ici ? » demanda Kojou.

« Senpai, fais attention, s’il te plaît. Ils sont toujours…, » commença Yukina.

La jeune fille au manteau s’était levée plus vite qu’Yukina n’avait pu terminer son avertissement. Le Vassal Bestial aux couleurs de l’arc-en-ciel était resté matérialisé derrière son dos. Les dommages causés par le coup de poing de Kojou n’avaient apparemment pas affecté le noyau du Vassal Bestial.

« Tout à l’heure, cette énergie magique... Vous n’êtes pas un vampire ordinaire, n’est-ce pas ? Égale aux nobles, ou au-delà... alors, peut-être que les rumeurs du quatrième Primogéniteur sont vraies ? » L’apôtre armé avait parlé tout en se débarrassant de sa hache de combat maintenant détruite.

La jeune fille aux cheveux indigo se tenait devant l’apôtre armé comme pour le protéger.

Kojou ne pouvait pas lire la soif de sang dans les yeux sans expression de la jeune fille. Cependant, les mots formés par ses lèvres étaient calmes. « Redémarrage, prêt. Réexécution de “Rhododactylos” — »

Obéissant aux paroles de la jeune fille, le bras géant s’était étendu vers le haut, arqué comme un serpent.

« Stop ! Je ne suis pas venu ici pour me battre…, » cria Kojou.

« Attends, Astarte. Ce n’est pas encore le moment de combattre un Primogéniteur ! » déclara Eustache.

Kojou et l’apôtre armé criaient simultanément.

Les yeux de la jeune fille avaient vacillé, comme désorientés. Cependant, le Vassal Bestial, ayant déjà reçu un ordre de son maître, ne s’était pas arrêté.

La griffe crochue aux couleurs de l’arc-en-ciel scintillant était descendue, visant Kojou comme un oiseau de proie.

« Recule, Senpai ! » Avec sa Lance en main, Yukina avait sauté comme pour repousser Kojou.

Cependant, comme si elle anticipait les mouvements d’Yukina, l’autre bras était sorti des pieds de la fille. Comme s’il serpentait le long du sol, le bras droit était arrivé en volant dans une attaque-surprise, avant même qu’une Yukina trop lente puisse réagir.

« Himeragi ! »

Kojou avait instantanément repoussé Yukina. Yukina n’avait aucun moyen d’éviter d’être balayée par l’impact sur son dos sans défense. Ayant perdu sa cible, le bras droit avait attaqué Kojou par le bas, tandis que le bras gauche l’attaquait par le haut.

« S-Senpai !? Qu’est-ce que tu as fait ? » cria Yukina.

Yukina avait arrêté l’impulsion qui l’avait affecté en faisant une roulade puis elle avait retrouvé son équilibre. Cependant, elle était arrivée trop tard pour soutenir Kojou.

« Arg... ! »

Kojou ne pouvait que contre-attaquer avec le poing contre le bras droit. Donc, il ne pourrait pas résister à l’attaque aérienne, et du sang allait jaillir de son corps.

C’était ce que pensait Yukina, mais cet instant, Kojou avait crié d’une voix si grave qu’elle semblait provenir d’une personne complètement différente.

« Attends... Neeeeeeee ! »

Sa voix semblait s’adresser non pas à ses ennemis, mais à lui-même.

Les yeux de Kojou étaient teints en rouge. Les crocs dépassaient de sa bouche fermée.

Et ce qui avait jailli du bras blessé de Kojou n’était pas du sang.

Ce qui était apparu, déchirant apparemment la peau, était un éclat pâle qui éblouissait ceux qui le regardaient. Son foyer s’était rétréci en un faisceau concentré de lumière incandescente. Cela avait soufflé vers l’arrière le Vassal Bestial aux couleurs de l’arc-en-ciel en produisant une onde de choc incroyablement puissante.

« Hnn, pas bon... Astarte ! » L’apôtre armé avait dirigé son cri vers la jeune fille homoncule.

Cependant, ses paroles avaient été supplantées par le son produit par l’onde de choc.

Ce qui avait été émis par le bras de Kojou était une masse dense d’énergie magique sous forme solide. En d’autres termes, l’un des êtres appelés un Vassal Bestial. Cependant, il n’était même pas dans le même domaine que les Vassaux Bestiales dont les gens connaissaient l’existence.

C’était un orage éclair qui détruisait tout sur son passage.

La foudre géante et incontrôlée avait fauché les bâtiments en surface ; les ondes de choc ainsi créées étaient devenues des tempêtes de vents violents. Kojou était entièrement enveloppé par la lumière alors que des éclairs se dispersaient indistinctement tout autour de lui.

C’était comme si un vaste nuage de tempête était soudainement apparu au niveau du sol.

Toute l’Île d’Itogami avait tremblé comme si elle était bombardée. La mer environnante s’était déchaînée comme un tsunami.

Finalement, l’énorme orage et la tempête de vent avaient disparu comme si rien ne s’était produit.

Il ne restait plus que le quartier des entrepôts et la zone de destruction en éventail présente devant lui.

Yukina était en sécurité, bien que de peu, protégée par le quartier de Sekkarou. Et il en était de même pour l’homme faisant partie des Anciens, au bord de la mort, instantanément couvert par Yukina.

« Alors c’est... Senpai... le Vassal Bestial du quatrième Primogéniteur…, » devant les vestiges de cette destruction trop massive, Yukina murmura d’une voix frémissante.

Il n’y avait aucun signe de l’apôtre armé ou de la jeune fille homoncule.

La surface du gigaflotteur avait été complètement arrachée, laissant la partie souterraine construite en dessous exposer. Il semblait qu’ils s’étaient enfuis vers là-bas.

Face à ce qui ressemblait à « ground zero », Kojou, ayant vu sa force épuisée, était devenu mou et s’était effondré. La manche gauche de son parka avait été détruite, mais son propre corps était indemne. Il s’était arrêté comme une lumière qui avait brûlé.

Tandis qu’Yukina soupirait, elle avait fait le tour de son environnement une fois de plus.

Les dégâts dans le quartier des entrepôts étaient assez importants, mais ils l’étaient aussi dans d’autres quartiers.

Il serait difficile de trouver un seul navire amarré dans le port qui avait échappé aux dommages ; la voie du monorail s’était également effondrée. À la suite de la foudre, il y avait eu des pannes de courant partout sur l’île ; elle ne pouvait pas imaginer le nombre de pertes de données industrielles qui en avait résulté.

Alors qu’Yukina remettait sa lance d’argent sous sa forme de rangement, elle s’était dirigée vers le Kojou effondré. Kojou dormait avec un regard apaisé présent sur son visage, comme s’il venait de finir d’évacuer tout le stress qu’il gardait.

« ... Bonté divine. Qu’est-ce que je vais faire de toi ? » En regardant le visage endormi de Kojou, Yukina avait lâché un léger soupir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire