Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 8 – Partie 4

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 8 : Souvenirs brisés

Partie 4

L’entraînement de Loki était principalement axé sur l’augmentation de sa portée de détection.

Il y avait déjà des générateurs artificiels de mana installés à 50 mètres d’intervalle, à 1 km de l’Institut. La directrice avait déjà donné son accord, bien sûr.

Incidemment, l’humanité avait réussi à obtenir la génération artificielle du mana grâce à ses recherches. Malheureusement, le pouvoir de la science n’avait pu créer qu’une imitation du mana, et il n’avait pas été possible de l’utiliser comme énergie pour les sorts.

Au lieu de cela, le mana artificiel était utilisé dans les fonctions de la vie quotidienne. Même les lampadaires de l’Institut fonctionnaient au mana artificiel.

De plus, les dispositifs installés à l’extérieur de l’Institut étaient à l’origine destinés à cet usage et, à ce titre, le mana généré était autonome.

Après avoir fait quelques modifications aux appareils, Alus avait laissé le faible mana généré s’échapper à l’extérieur. « D’abord, essaie-le toute seule, » dit-il, en lançant une télécommande avec des douzaines de boutons à Loki.

« Je comprends. » Loki ferma les yeux et appuya sur un bouton.

Une méthode courante parmi les observateurs consistait à utiliser leur propre mana comme une forme de sonar, envoyant des vagues de mana pour détecter les emplacements ennemis. Il y avait beaucoup d’autres méthodes, mais le sonar à mana était la méthode de détection classique et était aussi la méthode utilisée par Loki.

Il y avait aussi des méthodes de vibration du sol pour déterminer le nombre d’individus, et il était également possible d’utiliser le son, ou la vibration de l’air.

Cela dit, l’utilisation du sonar de mana et l’identification de l’onde qui revenait après avoir contacté le mana d’un mamono étaient fiables, et il était également possible de détecter la classe du mamono, ce qui le rendait utile dans la plupart des cas. De plus, chaque praticien avait besoin d’une aptitude pour cela.

La magie de détection était utilisable, quel que soit l’attribut. Cela fonctionnait en transformant le mana en ondes et en analysant l’information réfléchie. À ce titre, une aptitude à utiliser des techniques pour prévenir la détérioration des informations, ainsi que des sens aiguisés, était nécessaire. On disait que maîtriser la magie de détection, c’était comme être capable de projeter ses propres sens.

Il y avait d’autres sorts qui ne reposaient pas sur des attributs, dont le plus grand exemple était la magie de guérison. C’était incorrectement étiqueté comme magique, mais en réalité, c’était une technique.

La magie de guérison allait fonctionner en appliquant le mana au niveau cellulaire, en activant les cellules et en favorisant les capacités régénératrices de l’individu. C’était une forme de contrôle du mana incroyablement détaillé, et les utilisateurs étaient très rares.

Cela mis à part, l’entraînement que Loki était en train de faire était d’utiliser la télécommande pour activer un appareil de génération de mana artificiel et ensuite le localiser avec précision.

Alus avait fait les préparatifs, mais après avoir ajusté la sortie et expliqué comment utiliser la télécommande, il n’avait rien à faire. Il pourrait laisser le reste à Loki. Elle n’allait pas couper les coins. Si elle avait pu localiser tous les appareils, elle aurait réussi.

Laissant Loki se concentrer sur la détection de toutes les machines, Alus avait repris ses recherches. Et pour la première fois depuis un moment, il s’y était consacré pendant un certain temps.

***

Lors de la construction d’un sort, les magiciens avaient besoin de passer par la formule magique dans leur esprit.

Plus précisément, ils devaient franchir chaque étape structurelle dans l’ordre. Ensuite, ils se fiaient à l’AAR et à leur propre pouvoir pour tracer le chemin à travers la construction, car le lanceur allait fournir le mana et garder une image claire du processus dans leur esprit. À ce titre, ils avaient besoin d’une bonne compréhension de la formule magique.

Par exemple, une personne n’avait pas besoin de bien comprendre comment fonctionne une formule utile pour pouvoir l’appliquer à un calcul complexe.

Les éléments principaux de la plupart des formules magiques consistaient en attributs, puissance, échelle, forme, direction et modifications, ainsi que le fait de mouler le sort et de convertir le mana.

En d’autres termes, pour devenir un magicien, il fallait avoir un minimum de connaissances.

« Combien de fois dois-je te l’expliquer pour que tu le retiennes ? » demanda Alus.

« Grrr… »

Elles étaient dans le laboratoire d’Alus. Tesfia et Alice n’étaient pas venues pour leur formation habituelle, mais pour étudier en vue du test. Les deux filles étaient assises à une table avec leurs matériaux étalés sur le dessus. De l’autre côté se trouvait Alus, le menton dans la main.

Derrière lui, Loki préparait respectueusement des rafraîchissements.

En ce moment, la tête d’Alus souffrait de la compréhension superficielle de Tesfia des formules magiques.

Il ne savait pas quel était le niveau standard pour une première année, mais si le test devait être dérivé des matériaux qu’il voyait exposer devant lui, Tesfia, qu’il était en train de gronder, était loin du niveau de compréhension nécessaire pour atteindre son idéal.

Elle possédait une quantité décente de connaissances, mais ne semblait pas avoir la confiance nécessaire pour passer à l’étape suivante et la mettre en pratique. Mais vu qu’Alus posait des questions sur des sujets plus avancés que leurs cours, ce n’était pas entièrement de sa faute.

« Le simple fait d’appeler ça étudier est impressionnant. Cela ne sert à rien de simplement mémoriser les chaînes de caractères des formules magiques, » déclara Alus.

« Pourquoi pas ? » demanda Tesfia. « Tu les répètes quand tu utilises la magie. »

« Le professeur a dit que les formules magiques de base étaient également importantes pour le test, » déclara Alice.

Après une courte pause, Alus déclara. « Je vois. Très bien, alors. Continuez. »

Il leur avait dit de continuer comme bon leur semblait, mais il semblait insinuer quelque chose de plus, ce qui les distrayait.

« S’il y a quelque chose que tu veux dire, pourquoi ne le dis-tu pas ? Pourquoi n’y a-t-il pas de raison ? » Tesfia se fâcha, fixant Alus, n’ayant plus de patience. En plus de sa compétitivité, elle avait une véritable soif de savoir.

« C’est parce que c’est inutile au combat. Loki, explique les inconvénients de tracer des formules magiques, » demanda Alus.

La question fut soudainement posée à Loki, mais après avoir été proche et à l’écoute, elle répondit sans perdre un instant.

« Même si vous vous souvenez de tout ce qui concerne une formule magique pour un sort, il y a une limite à ce dont vous pouvez vous souvenir. Un magicien avec une mémoire normale ne peut se souvenir que de quelques dizaines de sorts avancés, et pas plus. C’est inefficace. Bien que cela puisse être important pour incanter le sort, à notre époque où les AAR sont monnaie courante, la mémorisation complète d’une formule magique est une perte de temps. En fait, cela aide seulement à compléter la construction des modifications très faible. Tout le monde sait que le fait d’incanter le sort le rend plus clair, mais il suffit d’utiliser son nom. »

Loki avait plus ou moins raison. Même les formules magiques simples avaient plus de 50 caractères. Le problème était de comprendre les éléments de construction nécessaires dans une formule magique, et il n’était pas exagéré de dire que tout y était intégré.

Alus apporta son thé noir, versé par Loki, à sa bouche, et loua la réponse fluide de Loki. « C’est exact. De plus, comme l’AAR participe à la construction, tracer soi-même la formule n’est pas différent de l’incanter. »

« C’est vrai…, » dit Tesfia.

« Les AAR ne se sont répandus que récemment, de sorte que les enseignants actuels ont probablement étudié en mémorisant des formules, » déclara Alus.

Alice pencha la tête et demanda. « Alors, n’avons-nous pas à faire quoi que ce soit lorsque le sort se manifeste ? »

Si tel était le cas, les éléments essentiels à la construction d’un sort seraient manquants, même avec l’aide d’un AAR. Alors qu’on attendait des jeunes magiciens qu’ils aient une façon flexible de penser et qu’ils posent des questions audacieuses — à la différence des enseignants coincés dans les anciennes méthodes — cette question était suffisante pour étonner Alus. « Si c’était suffisant pour jeter des sorts, les choses seraient faciles. »

Le visage d’Alice devint rouge quand Alus lui jeta un regard exaspéré et un peu froid. « Dans le processus de construction d’un sort, les lanceurs doivent avoir une compréhension claire. C’est pourquoi, pendant que l’AAR fournit de l’aide, vous devez décider vous-même de la puissance, de l’échelle, etc. du sort que vous voulez utiliser, parallèlement au processus de construction en plusieurs étapes. »

C’était un peu comme un puzzle complexe. En échange de l’aide de l’AAR pour créer les pièces du puzzle, déterminer leur forme et leur couleur, le lanceur devait les mettre à leur place. Et une fois l’image mentale du sort remplie, on pouvait enfin l’utiliser.

« Si vous pouvez le faire, vous n’aurez même pas besoin d’une seconde pour passer de la construction à la manifestation. » C’était quelque chose qui décidait souvent de son destin dans le monde extérieur.

« Alors ce qu’on fait en ce moment est inutile ? Ça ne changera rien au combat en direct ? » Après s’être un peu perdue dans l’explication, Tesfia baissa les yeux vers son manuel.

« C’est pour ça que tu es stupide. Penses-y un peu, tu veux bien ? » Pour Alus, Tesfia était comme l’incarnation de ceux qui croyaient que la magie moderne n’était pas meilleure que l’ancienne. C’était la preuve qu’elle n’avait pas bien compris les bénédictions de l’AAR.

Peu importe à quel point la recherche d’Alus avait contribué au monde, si elle n’était pas utilisée correctement, elle serait perdue. Il avait l’impression de voir un sombre avenir où la situation de l’humanité ne s’améliorait pas du tout.

Quelle affaire troublante !

Cela dit, ni Tesfia ni Alice n’étaient sur la défensive ou en colère contre ses paroles. C’était des élèves sincères qui écoutaient la leçon avec enthousiasme et la bouche fermée.

« Je passe aussi à travers des formules magiques. Cependant, les composants de construction impliqués sont des combinaisons de composants existants. Tant que vous avez une idée de ce qui est généralement nécessaire, comme l’attribut, la forme, la puissance, la direction et la modification, l’assistance de votre AAR se chargera du reste. » Cela ne nécessitait pas la mémorisation des chaînes de caractères, mais la connaissance de la structure des formules magiques.

« Mais je ne comprends pas un seul caractère, » déclara Alice.

« Moi non plus…, » déclara Tesfia.

Le plus grand défaut était que le programme de l’Institut n’incluait pas de cours sur la façon de déchiffrer les formules magiques. Alus avait sérieusement envisagé de faire appel directement à Cisty. « Combien en saisis-tu, Loki ? »

« Je ne connais que mon propre attribut, » répondit Loki.

Elle avait probablement appris les schémas par la pratique répétée. En utilisant exactement le même sort, il était possible d’éliminer tout temps de latence en utilisant des réflexes. Cependant, l’apprentissage par la répétition avait l’inconvénient de ne pas être capable d’ajuster la puissance ou la forme selon la situation.

Si même Loki n’était qu’à ce niveau, la plupart des magiciens avaient probablement appris par répétition, mais en tant que partenaire d’Alus, elle ne pouvait être décrite que comme incomplète.

« Assois-toi là-bas aussi…, » déclara Alus.

Ainsi commença la conférence spéciale d’Alus, avec Loki parmi les étudiantes.

Cela n’avait rien à voir avec le test en cours, mais il avait déterminé qu’il était nécessaire que Tesfia et Alice s’efforcent de devenir magiciens, ainsi que Loki, qui avait besoin d’avoir des capacités de combat en tant que sa partenaire.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire