Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 8

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 3 : Une rencontre imprévue aux couleurs argentées

Partie 8

L’examen du matin terminé, le déjeuner avait eu lieu un peu tard.

S’il était en retard, c’était juste parce que l’examen avait traîné en longueur, et non à cause de l’incident d’Alus. Beaucoup de gens se dirigeaient maintenant vers la cafétéria, et beaucoup d’autres se dirigent vers les kiosques. Et ceux qui avaient apporté un déjeuner avec eux s’étaient dirigés vers la salle de classe.

Alus s’était assis avec désinvolture à un siège vide, mais ensuite… « J’ai oublié. »

N’ayant pas vraiment dormi, il avait été négligent. C’était en partie parce qu’il n’avait jamais pris l’habitude de préparer son déjeuner.

Il était tombé la tête la première sur la table.

C’était en partie parce qu’il était fatigué, mais surtout parce que tout était trop gênant. Il aurait pu aller à la cafétéria ou aux kiosques, mais ils étaient probablement déjà pleins à craquer.

Cependant… « Pourrais-tu faire de la place ? »

Il entendit une voix à l’oreille, suivie du bruit d’un sac bruyant. Même lever la tête serait gênant, alors il avait jeté un coup d’œil en bougeant seulement ses yeux. Devant lui se trouvait un sac en plastique, probablement acheté récemment dans un kiosque. Il avait deviné qu’il y avait de la nourriture à l’intérieur.

« Tu n’as rien apporté, n’est-ce pas ? » Alice était de l’autre côté du sac, et sa voix apaisante invitait encore plus de somnolence en lui.

Étonnamment, la nourriture était pour Alus. Il avait un besoin impérieux de dormir, mais hésitait à l’ignorer. Elle l’avait fait par bonne volonté, après tout.

Lorsqu’il leva la tête, les deux filles avaient déjà pris place à table avec lui.

« Tiens, prends ça, » déclara Tesfia.

« Est-ce à moi que tu le donnes ? » demanda Alus.

Si c’était Alice qui lui avait donné, Alus lui aurait dit merci tout de suite, mais il était surpris que cela vienne de Tesfia.

« C’est juste quelque chose que j’ai acheté au kiosque, donc ce n’est rien d’impressionnant, » déclara Tesfia.

« J’apprécie ton geste. » Il n’y avait rien à faire s’il continuait à se douter de quelque chose… mais peut-être que c’était juste dans sa tête. « Donc ce n’est vraiment rien d’impressionnant. »

Bien sûr, c’était juste une blague. Il essayait de fournir un sujet pour rendre le déjeuner plus agréable, une épice de conversation si vous voulez, mais…

« Alors, ne le mange pas, » déclara Tesfia.

« — Ah ! »

La nourriture lui avait été enlevée de sous ses yeux.

Ce n’était pas comme s’il voulait revenir en arrière, mais Alus n’était pas doué pour la flatterie ou les discussions inutiles. Il était capable d’être éloquent, mais il avait senti un mur entre lui-même et les sensibilités et l’atmosphère présent autour des étudiants de son âge.

Après s’être excusé sérieusement, Alus avait récupéré son déjeuner et avait changé de sujet pour l’examen suivant tout en plaçant un sandwich dans sa bouche.

D’autre part, comme il s’agissait d’un institut prestigieux, même les ingrédients utilisés dans les kiosques étaient de grande qualité, et Alus avait été impressionné par le goût du sandwich qui était meilleur que ce à quoi il s’attendait.

« Le prochain examen sera probablement un simulacre de combat, » déclara Alus.

« … !! »

Tesfia et Alice, qui avaient un déjeuner similaire à celui d’Alus, avaient arrêté ce qu’elles faisaient. À en juger par leur regard, elles semblaient soupçonner un acte criminel.

« D’où tiens-tu cette information ? » demanda Tesfia. « Quelle est ta source ? »

Alus ne pensait pas particulièrement que c’était de la triche, mais leur dire que la directrice était sa source d’information ne ferait qu’attirer des ennuis inutiles. « C’est juste que… s’ils veulent mesurer avec précision le classement d’un magicien, ils devront le faire. »

Ce n’était pas vraiment un mensonge. Les étudiants de première année n’avaient tout simplement jamais eu leur classement mesuré avec précision. À cet égard, Alus avait beaucoup d’expérience pendant son séjour dans l’armée. Tant que vous aviez compris l’essentiel de l’examen, ce que vous deviez faire n’était pas si différent.

« Dans ce genre de batailles simulées, il est courant de se mesurer à quelqu’un de mieux classé, » déclara Alus.

Le fait qu’Alus soit le numéro un actuel signifiait qu’Alus n’avait personne de mieux classé que lui, donc il n’avait normalement pas son mana mesuré par des batailles fictives. Ou plutôt, les magiciens de haut niveau qui participaient activement au combat n’avaient pas besoin d’adhérer à la mesure de leur classement et de leur mana.

Sur le champ de bataille où la vie et la mort étaient la principale préoccupation, cela ne servait à rien de mesurer un rang en constante évolution. Les mesures devaient être prises une fois par an, mais presque personne ne les souhaitait vraiment.

Mais Alus sourit intérieurement, pensant cyniquement qu’il fallait faire quelque chose compte tenu des circonstances. « Avec tout ça, vous allez probablement faire face à vos camarades de classe supérieure. »

« Impossible…, » dit Tesfia.

« Je me demande si on peut gagner, » déclara Alice.

Avec les capacités de Tesfia et d’Alice, elles pourraient même faire face à une troisième année ou à des enseignants.

« Gagner serait bien, mais perdre ne signifie pas nécessairement que votre rang va baisser. Au contraire, en affrontant un adversaire coriace, votre force peut être mesurée plus facilement. » De plus, des points avaient été ajoutés avec l’examen du matin, et les simulations de batailles de l’après-midi allaient être utilisées pour les ajuster.

Compte tenu de leurs capacités, il n’était pas difficile d’imaginer que des personnes assez bien classées dans l’Institut leur feraient face. C’était parce que, selon le principe des mesures, le juge augmentait leur force par étapes.

D’abord, il restait sur la défensive… et une fois qu’il avait une prise sur leur capacité, il se déplaçait pour attaquer et mesurait aussi leurs capacités de combat. À cause de cela, si le juge était plus faible que la personne à mesurer, cela ruinerait les mesures.

« Je vise la victoire, quel que soit mon adversaire, » déclara Tesfia.

« … »

Tesfia se mettait en route, mais Alus, qui l’avait déjà combattue une fois, garda le silence.

*

À la fin du déjeuner, la classe était retournée sur les lieux d’entraînement.

Cela prenait encore plus de temps, car les élèves d’une autre classe étaient encore assis sur le terrain de façon désordonnée. Comme le matin, les terrains d’entraînement avaient été divisés en 10 divisions, avec des sorts d’attaque qui volaient partout accompagnées des bruits du combat.

C’est alors que Tesfia et Alice avaient attiré l’attention des élèves.

Elles sont vraiment populaires, se dit Alus, alors qu’il s’appuyait contre un mur en solitaire.

« Fia, Alice, vous avez entendu ? »

« Quoi ? » Les deux filles s’étaient penchées face à la question soudaine d’une connaissance d’une autre classe.

« Apparemment, Base était l’adversaire au quatrième terrain d’entraînement ! »

Delca Base, une étudiante de troisième année de magicien avec un classement dans les 1000, était une célébrité connue parmi tous les étudiants masculins. Apparemment, Delca avait déjà un poste dans une unité qui agissait dans le monde extérieur à l’obtention de son diplôme.

Delca avait une attitude sincère et juste pour une personne de la noblesse, et une attitude affable et serviable que les gens de la classe inférieure en particulier admiraient.

« Je vois, » dit Tesfia.

« C’est incroyable ! » Alice avait déclaré cela haut et fort, essayant de compenser la malédiction de son amie.

Ces deux-là avaient assez de potentiel pour que leur nom soit retenu par une Felinella à trois chiffres. Et elles recevaient aussi des conseils d’un individu à seul chiffre, de sorte que quelque chose comme ça ne les surprenait plus.

Cette connaissance féminine était étonnamment aiguisée, cependant. « … N’êtes-vous pas bizarres toutes les deux ? »

« Vraiment ? » demanda Tesfia.

« Hmm… ? »

Avoir un rang à quatre chiffres en tant qu’étudiant était digne de respect, mais c’était loin d’être leur but. C’est pourquoi les deux filles n’étaient pas particulièrement enthousiastes à l’idée de faire des histoires pour quelque chose de ce niveau.

« Tu avais même demandé aux étudiants quel était leur rang avant, Fia. »

« Hey, ne dis rien d’étrange comme ça. » Tesfia avait serré les mains devant elle, essayant de le nier, mais elle avait ensuite reçu une autre attaque du côté.

« Maintenant que tu le dis, elle a fait quelque chose comme ça. » Alice n’avait pas tant l’intention de taquiner Tesfia, mais l’image dans sa tête était si drôle qu’elle avait fini par rire.

Avant, elles étaient tellement obsédées par les classements, mais maintenant elles ne s’en souciaient pas vraiment. Elles en connaissaient toutes les deux la raison. Les deux filles regardèrent le jeune homme aux cheveux noirs appuyé contre le mur à une certaine distance.

« Eh bien, après avoir vu ça…, » dit Tesfia.

« Oui…, » dit Alice.

Elles avaient souri de façon significative. Le sourire d’Alice était doux, tandis que celui de Tesfia était ironique.

Peut-être que le jeune homme dormait, puisque sa tête était affaissée. Elles pensaient presque pouvoir entendre ses ronflements d’où elles se tenaient.

« Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? Dites-moi, » insista leur connaissance.

« Oh, ce n’est rien. »

« Oui, en effet, » sourit Alice.

Alice et Tesfia évitèrent avec désinvolture son questionnement persistant, et une discussion harmonieuse s’ensuivit, dans une atmosphère détendue.

*

Finalement, c’était le tour de leur classe.

Comme les classes sur les terrains d’entraînement changeaient, les élèves de l’autre classe avaient salué Tesfia et Alice, et étaient partis.

Comme prévu, le nom d’Alus avait été le premier appelé. Après avoir été réveillé doucement par Alice, il étira son corps. Le fait de dormir lui avait permis de se libérer d’une partie de sa léthargie, mais il avait encore sommeil.

« Je me demande contre qui ce type va se mesurer, » murmura Tesfia en le regardant partir.

« Peut-être la directrice ? » dit Alice.

« Ce n’est pas possible, » déclara Tesfia.

Sentant un autre désastre en route, elles avaient toutes les deux fait des sourires forcés. Mais se souvenant que l’examen de cet après-midi avait été une bataille simulée, elles n’avaient pas pu s’empêcher d’être curieuses.

Comme elles n’avaient même pas vu une petite partie des capacités d’Alus dans sa bataille contre Tesfia, il était tout à fait naturel qu’elles veuillent en savoir plus sur la façon dont le numéro un actuel se battait.

Elles s’étaient faufilées plus près du terrain d’examen où Alus était entré, mais elles avaient été découvertes par un enseignant et grondées. Cela valait une petite réprimande pour avoir fouillé dans ces affaires, et le fait d’être au milieu d’un examen pouvait même être considéré comme de la tricherie.

Les deux filles avaient réussi à éviter d’être punies, mais elles étaient déçues.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire