Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 4

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 4 : Le bal de nuit

☆☆☆

Chapitre 4 : Le bal de nuit

Partie 1

Alus avait quitté le bureau de la directrice pour retourner dans sa chambre.

Il n’en avait pas parlé à l’époque parce que cela aurait été de mauvais goût, mais il avait reçu la parole de Cisty qu’elle garderait le silence sur les mesures qu’il avait prises pour garder Loki en vie. Cependant… était-ce assez contre la sorcière ?

Il avait quitté le bâtiment principal en réfléchissant. Le soleil était presque couché et plus de la moitié du ciel était devenu sombre.

Alus continua à marcher, traînant une longue ombre derrière lui.

Afin de sauver Loki du tabou qu’elle avait commis, il avait pris des mesures d’urgence qui devaient rester confidentielles.

Même Cisty, qui regardait sur la touche, ne devrait pas savoir exactement ce qu’il avait fait. Elle n’aurait dû voir que le résultat final.

Mais la vérité était qu’il avait remplacé tout le mana de Loki par la sienne pour la sauver. Et il était bien conscient que c’était bien pire qu’un tabou.

La superpuissance — si on peut l’appeler ainsi — avec laquelle Alus était né était que son mana avait la nature d’un mana dévorante. Fonctionnant de la même manière que les mamonos, le mana dévoré allait le renforcer.

Il l’avait maintenant sous contrôle, mais c’était sa nature qui l’avait forcé à apprendre le contrôle du mana jusqu’à un tel degré de maîtrise.

Alus avait deux types de mana en lui. L’une était l’énergie que chacun avait en lui… et l’autre…

L’étrange mana frétillant que Loki vit pendant la bataille fictive était le vrai mana d’Alus, et il avait sa propre volonté. Il n’avait qu’une seule envie et un seul désir… et c’était de dévorer, se régalant de tout et de tout mana.

En ce sens, cela avait agi comme il l’entendait. Et seuls Alus et le gouverneur général Berwick savaient à quel point il s’était entraîné pour le maîtriser. Il ne l’avait utilisé que cette fois-ci parce que c’était inévitable.

En plus de cela, ce danger lui était arrivé parce qu’il avait reconnu le talent et la force de volonté de Loki. En conséquence, il utilisa ce pouvoir pour dévorer le mana de Loki, tout en lui versant du mana normal. Si son corps avait rejeté le mana étranger, alors il y avait de bonnes chances qu’elle soit morte maintenant.

Heureusement, il s’était bien intégré avec elle — mais ce n’était peut-être pas une description exacte. Comme Loki n’avait plus de mana, le mana d’Alus avait pu entrer dans son corps et remplacer le mana restant qui était drainé par le catalyseur.

Alus avait prédit que le mana restant à l’intérieur d’elle finirait par se décomposer, et que ses restes seraient repoussés par le nouveau mana généré en elle. Cela dépendrait de Loki si les résultats étaient bons ou mauvais, mais ce n’était pas un pari qu’Alus avait prévu de refaire.

À part ça… Alus était intrigué par son propre changement de comportement depuis son arrivée à l’Institut. Il faisait des choses qu’il n’aurait jamais faites dans l’armée, l’une après l’autre.

Pour commencer, dans le passé, il aurait refusé d’aider Tesfia et Alice dans leur formation. En fait, il avait toujours rejeté toutes sortes de relations.

Alus n’était pas du genre à s’accrocher à son grade de numéro un, mais il en avait tiré de nombreux avantages. En tant que magicien actif dans le monde extérieur, il recevait un salaire élevé, il avait une somme d’argent excessive. Donc, même s’il perdait son poste à cause de la politique en jeu, il ne pensait pas que cela lui ferait beaucoup de mal. Même Cisty ne pouvait pas vraiment se mettre en travers de son chemin.

En fait, il n’avait jamais pensé à protéger l’humanité. Si l’humanité s’éteignait, il pourrait passer le reste de ses jours seul… mais ce genre de sentiment égoïste n’était plus aussi puissant en lui que dans le passé.

Il s’était étrangement acclimaté à ce changement, et plutôt que de lutter contre lui, il était d’accord pour le laisser l’emporter, presque comme s’il avait cessé d’être lui-même.

Alus ne savait pas si c’était ce qu’ils appelaient « grandir ». Mais même si l’ambiance était aussi déraisonnablement agitée qu’elle l’était, il pouvait sentir une sorte de satisfaction grandir dans un coin de son esprit.

Le grand plan d’Alus n’allait pas changer. Tant qu’il pouvait se calmer, tout allait bien.

Les autres choses n’avaient pas vraiment d’importance. Bien que ce soit ce qu’il s’était dit, il était arrivé à la conclusion quelque peu illogique qu’il pouvait au moins s’amuser pour le moment.

***

« Hé, mon laboratoire n’est pas votre lieu de rendez-vous, » dit Alus avec de l’exaspération devant les trois filles assises devant lui.

« Je suis vraiment désolée, Sire Alus, » Loki s’était levée de son siège et s’était excusée.

Ce n’était pas si grave que ça. Alus avait songé à parler à Loki de la façon dont elle s’adressait à lui et ainsi de suite.

« Qu’est-ce que ça peut faire ? On apprenait à mieux se connaître. » Tesfia était assise à côté de Loki et lui caressait les cheveux argentés.

Les sourcils de Loki clignotèrent un instant, mais seul Alus le remarqua.

« La chère petite Loki est si mignonne, après tout. » Ensuite, c’était au tour d’Alice. Elle se tenait derrière Loki et avait repoussé la main de Tesfia pour enlacer la petite fille.

Loki plissa à nouveau les sourcils, mais garda une expression sans émotion, comme une poupée.

Alus était d’accord pour qu’elles s’entendent bien, mais c’était si ça se passait à l’extérieur du laboratoire. Si elles devaient être ici et ne pas s’entraîner, il voulait qu’elles s’en aillent.

Mais il n’avait pas commencé par ça. D’abord, il devait faire comprendre leur place à Tesfia et Alice. Les bords de ses lèvres se soulevèrent jusqu’au sourire. « Sachez que le meilleur classement de Loki est le 157. »

« — !! »

Il semblait qu’elles avaient enfin compris ce qu’elles avaient fait. Les yeux d’Alice s’ouvrirent en grand et son expression se figea.

« P-Pas possible…, » dit Tesfia d’une voix tremblante. Si cela n’avait pas été les mots de l’actuel numéro 1, elle se serait probablement moquée d’eux.

« Mais comme elle a participé à de nombreuses batailles, ses capacités sont comparables à celles d’un magicien avec un nombre à deux chiffres, » continua Alus.

« Vraiment ? » Tesfia était agitée. Elle regarda Loki, qu’Alice enlaçait maladroitement.

« Cela n’est rien du tout, comparé à Sire Alus. » C’est à ce moment-là que l’expression de Loki s’était adoucie pour la première fois. Elle avait essayé de le faire passer pour de la modestie, mais le fait qu’Alus lui-même reconnaissait ses efforts l’avaient remplie de bonheur.

Alus avait utilisé cette vérité pour allumer un feu sous les deux filles. « Loki a un an de moins, mais la directrice lui a donné la permission pour qu’elle soit transférée dans la même année que vous, ce qui veut dire que vous êtes maintenant en second après elle. »

L’expression de Tesfia s’était figée quand elle avait imaginé que sa position était en danger. C’est dans ces moments-là que la fierté d’un noble s’était mise en travers de son chemin.

Alice était simplement heureuse d’avoir Loki inscrite à l’Institut, mais elle n’était pas sûre de pouvoir exprimer honnêtement sa joie.

« Je sais que vous êtes compétentes, mais je n’ai aucune obligation de surveiller quoi que ce soit d’autre que votre formation, alors à ce rythme, je ferais mieux de passer du temps sur Loki, » déclara Alus.

« — !! »

Alus ne pensait même pas qu’il était un peu méchant. En fait, Loki semblait plus à même d’être guidée vers un brillant avenir comme soutien. Avec Loki comme partenaire, il n’avait probablement pas eu le temps de l’entraîner aussi bien que les deux autres.

Cela dit, c’était aux filles de l’accepter comme la vérité et de décider quoi faire. Mais si leur volonté était assez faible pour rompre, elles ne lui auraient probablement jamais demandé conseil.

Alus avait l’intention qu’elles suivent l’entraînement, et il semblait que cela fonctionnait parfaitement.

« On faisait juste une petite pause. » Tesfia retroussa ses manches, comme pour dire qu’elles s’entraînaient jusqu’à il y a quelques minutes.

« … C’est vrai, c’est vrai. Je suppose que nous devrons garder notre discussion sur les enchantements avec cette chère Loki jusqu’à une autre fois. » Alice s’accrochait encore à Loki et caressait soigneusement ses cheveux. Ses paroles et ses actes ne correspondaient pas. Son désir de chérir la petite Loki semblait l’avoir emportée sur sa réserve basée sur le rang de Loki.

« Je n’ai pas le temps, alors va à ton entraînement et pars, » déclara Alus.

Après cela, la vision d’Alus de leur entraînement qui était si familière revint dans la pièce. Alice hésitait encore à lâcher l’adorable poupée qu’était Loki, mais comme Loki elle-même s’éloignait d’elle, elle s’entraînait alors que ses épaules s’affaissaient.

C’est alors qu’Alus se souvint de l’examen qui les avait tant excitées. « Au fait, comment se sont passées vos batailles simulées ? » demanda-t-il nonchalamment. Il n’était pas très intéressé, mais il voulait confirmer à quel point les deux filles étaient déprimées en raison de leur différence de force. Pour parler franchement, sa question visait à les harceler.

Les deux filles tremblèrent, et le flux de mana sur lequel elles s’entraînaient s’était dispersé.

« … »

« Ahahaha... »

Compte tenu de leurs réponses, elles n’avaient pas réussi à gagner.

« Veux-tu le savoir ? » demanda Tesfia.

« C’est très bien. Je peux plus ou moins deviner comment ça s’est passé. Je suis content que tu aies vécu une expérience amère, » déclara Alus.

Tesfia répondit au sarcasme d’Alus avec ténacité, déterminée à lui dire comment ça s’était passé. L’essentiel était que l’examinateur de Tesfia était Delca Base dont ils avaient parlé pendant l’examen. Et ça s’était terminé par une défaite écrasante. Tesfia s’y était attelée avec enthousiasme, mais elle ne s’en était même pas approchée. Elle jeta des sorts, qui furent ensuite bloqués, et même son épée de glace fut habilement esquivée.

Après cela, Tesfia avait été forcée sur la défensive et ensuite vaincu sans pouvoir faire quelque chose.

Pendant ce temps, l’adversaire d’Alice était Felinella, la plus forte étudiante de l’Institut à part Alus.

Alice s’était donnée à fond, sachant qu’elle avait affaire à quelqu’un de supérieur à elle, mais tout ce qu’elle faisait était facilement esquivé. Une fois terminée, Felinella lui avait dit « Bon travail » avec une expression posée, et l’avait encouragée à prendre congé.

Les deux filles s’étaient convaincues qu’elles seraient capables de tenir le coup, mais les résultats parlent d’eux-mêmes. Il y avait toujours un plus gros poisson dehors. Et le simple fait d’avoir compris cela était une expérience précieuse.

Après qu’Alus ait confirmé les résultats de l’examen, il s’était assis à son bureau et avait étalé une carte. Loki était à un demi-pas dernier lui. Il semblait qu’elle voulait en faire sa place personnelle.

Bien sûr, cela ne perturberait pas la concentration d’Alus, mais même si elle était sa partenaire, n’était-il pas contre nature pour un homme et une femme d’être ensemble 24 heures sur 24… ?

« Est-ce censé être un enchantement d’aura ? » demanda Loki en jetant un coup d’œil aux deux filles. Elle parlait de leur entraînement inesthétique.

Alus lui répondit, sans lever les yeux de la carte. « On dirait que ces deux-là sont devenues complaisantes à cause de moi. Il n’y a pas qu’elles. »

Loki niait avec véhémence l’autocritique d’Alus. « Pas du tout ! Vous avez sauvé l’humanité, Sire Alus… c’est leur faute pour avoir manqué de conscience. Ce n’est pas du tout de votre faute. L’augmentation de la population d’Alpha est due à vos efforts. Ces filles ne comprennent rien. »

Alus jeta un coup d’œil à Loki du coin de l’œil, alors qu’elle passait du ressentiment à la tristesse. « Que peux-tu faire… ? Si je m’en vais, que fera Alpha ? Si un Rang S se présente, ça ne durera même pas quelques jours. » C’était pour ça que les hauts gradés de l’armée avaient leurs doutes. Ils avaient tendance à donner la priorité à l’instinct de conservation. Ainsi, avec Alus ayant demandé à prendre sa retraite, ils avaient dû revoir leurs plans.

☆☆☆

Partie 2

Cela avait entraîné le vol du temps d’Alus, mais la leçon parascolaire qu’ils avaient proposée pourrait aussi être considérée comme un plan pour l’avenir du pays, selon la façon dont vous la voyiez. « Je me fiche de ce qui se passe avec les hauts gradés, mais pour que je puisse avoir une vie tranquille à partir de maintenant, je vais devoir faire quelque chose à ce sujet. »

Loki comprit alors pourquoi Alus avait quitté l’armée pour se consacrer à la recherche. Elle avait alors décidé de lui poser des questions sur quelque chose d’encore plus déroutant.

Mais avant ça… elle avait déplacé son regard d’Alus vers les filles. Quand Loki avait été dans l’armée, elle avait suivi une formation similaire, mais à la façon dont les filles semblaient le faire, leurs résultats étaient limités et maladroits.

« Ces filles seront-elles vraiment utiles ? » demanda Loki.

« C’est possible. Elles sont censées être parmi les excellents étudiants de l’Institut, » dit Alus, comme si cela ne le concernait pas. Il avait utilisé un marqueur rouge pour tracer des lignes et des signes sur la carte.

« Alors pourquoi leur enseigneriez-vous les bases ? » dit Loki d’un ton franc. Il s’agissait moins d’une question que d’une expression d’insatisfaction.

« La directrice les a poussées sur moi. En plus, c’est une autre façon, » déclara Alus.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Loki.

« Si elles deviennent au moins à deux chiffres, ça voudra dire que je peux y aller plus doucement, non ? » Bien sûr, les graines semées maintenant pourraient ne bourgeonner que beaucoup plus tard. Mais Alus pensait que ça marcherait au moins comme plan de secours.

« Alors vous voulez dire qu’elles auraient autant de talent caché ? » demanda Loki.

« Qui sait ? » Il y avait des murs qui ne pouvaient pas être franchis par le talent et l’effort seul. Alus croyait que c’était leur volonté de vivre qui déterminerait si elles pouvaient les surmonter. « En fin de compte, ce sont ceux qui survivent qui atteignent le sommet. »

Après plusieurs batailles, Loki avait un peu compris ce que disait Alus. N’importe qui pouvait perdre la vie en un instant, peu importe sa force ou son talent. Une attaque-surprise, la rencontre d’une Variante non confirmée, et ainsi de suite… il y avait d’innombrables raisons possibles.

Alus et Loki avaient vu beaucoup de magiciens partir comme ça. Très peu de magiciens étaient sortis dans un flamboiement de gloire sur le champ de bataille. Cela leur avait fait douloureusement comprendre que la seule chose qui comptait, c’était de gagner ou de perdre, et de survivre ou non.

Finalement, Alus avait tapé un point sur la carte. « Et nous le saurons bien assez tôt. »

« … » Loki ne connaissait pas le sens de son geste, mais elle ne pensait pas non plus qu’Alus lui dirait toutes ses intentions. Elle ne voulait pas dépasser ses limites. En tant que partenaire, elle n’avait besoin que d’aider Alus. Elle n’avait jamais rien demandé de plus. Et pour son bien, elle serait heureuse d’être un pion sacrificiel s’il le fallait. C’est pour ça qu’elle avait annoncé sa propre détermination. « Je vous suivrai, Sire Alus. »

« Je vois… Je comprends ta détermination, » déclara Alus.

Loki s’était contentée de cet échange. Après tout, elle vivait enfin la vie qu’elle désirait.

Cependant — .

« Dans ce cas, tu devras acquérir assez de compétences pour me convenir à moi aussi, Loki, » déclara Alus, assis profondément dans son fauteuil, les yeux sur la carte. « Normalement, je ne choisirais pas quelqu’un de ton niveau comme partenaire. Mais si je l’ai fait, c’est parce que j’ai de l’espoir pour ton avenir. »

« — !! »

Alus avait soulevé ses attentes pour l’avenir afin d’éveiller le sentiment de danger de Loki, mais Loki n’avait pas hésité à répondre. « Je serai à la hauteur de vos attentes. »

Contrairement à ses mots puissants, son expression était la même que d’habitude. Les pensées intérieures de Loki étaient concises et claires, sans aucun doute. Elle avait dit exactement ce qu’elle voulait, sans autre signification. Au moins, il n’y avait pas dans sa voix la moindre inquiétude quant à sa capacité à être à la hauteur des attentes d’Alus.

« Ton rayon de détection est d’environ 1 km, n’est-ce pas ? » Alus n’essayait pas de le confirmer. Il l’avait dit en étant bien conscient de ses capacités.

Loki hocha la tête.

« Selon la situation, je suis à peu près avec la même portée. » Cette portée était plus que suffisante pour une utilisation pratique. Quand Alus était dans l’armée, il y avait des rumeurs qu’il n’avait pas pris des partenaires parce qu’il était lui-même bon pour détecter.

Apparemment, c’était la vérité. Le jeune homme l’ayant confirmé lui-même, Loki fut ébranlée.

« J’ai besoin que tu aies un rayon de détection d’au moins 5 km, » déclara Alus.

Les seuls observateurs qui avaient un rayon de détection aussi élevé étaient des observateurs à un seul chiffre, et vous pouviez les compter sur une seule main. Et Loki savait à quel point il était imprudent de le demander, encore plus qu’Alus. Mais même là — « Je comprends. »

Elle n’avait pas dit que c’était impossible. Ce n’était plus une question de possibilités. Elle devait le faire, et elle en avait la détermination. Si elle ne pouvait pas, elle perdrait sa volonté de vivre.

Alus savait combien il serait difficile d’atteindre le niveau qu’il exigeait. Mais en même temps, Loki ne lui serait d’aucune utilité au combat.

« Bien sûr, je vais aussi te demander d’augmenter tes compétences de combat, mais nous allons donner la priorité à ton rayon de détection. » Il avait dessiné un demi-cercle de 1 km sur la carte. Ce qui suggère que Loki n’était pas sans rapport avec cette affaire. Mais il n’avait rien dit d’autre, en partie parce que Tesfia et Alice étaient toujours dans la pièce.

Pensant que c’était le bon moment, Alus avait appelé les filles. « Restons-en là pour aujourd’hui. J’ai des affaires à voir avec la directrice. »

Il semblait qu’elles faisaient enfin des progrès. Et comme Alus y avait mis fin juste au moment où cela arrivait, Tesfia s’était retournée avec un froncement de sourcils. Mais si elle voulait continuer, elle pouvait le faire dans sa chambre, alors Alus l’avait ignorée.

Quant à Alice, elle ne semblait pas s’en rendre compte, car elle se concentrait et ne semblait pas l’avoir entendu.

Bon sang, pensa Alus.

Finalement, il avait fallu du temps pour renvoyer de force Tesfia et Alice chez elles.

Mais dans l’instant qui suivit… « Qu’est-ce que vous faites ? » Tesfia se retourna dans l’entrée et cria à une Loki d’un air suspicieux.

Alice suivit l’exemple, jetant un coup d’œil à Loki toujours dans la pièce, avec une expression perplexe. Elles retournaient au dortoir des filles et, en tant qu’étudiantes de l’Institut, les deux filles avaient supposé que Loki reviendrait avec elles. « Loki, ma chérie ? »

Loki était restée sans expression. Comme elle avait été transférée aujourd’hui, les préparatifs pour son emménagement dans le dortoir n’étaient pas terminés. Mais à part ça, elle était dans la chambre d’Alus. En d’autres termes, elles ne pouvaient pas laisser une fille seule dans la chambre d’un garçon à l’approche de la nuit.

« Je suis la partenaire de Sire Alus, il est donc naturel que nous vivions et dormions ensemble. Alors, ne vous inquiétez pas pour ça. » Loki était parfaitement calme, parlant sans aucune trace de ressentiment.

Les deux filles furent surprises, tandis qu’Alus se donnait une gifle sur le front avec un « Bon sang » et un regard maussade. Pour lui et Loki, ce n’était pas particulièrement inhabituel. C’était courant dans l’armée, et même s’ils partageaient une chambre, rien ne se passerait. « Loki, normalement tu es censée vivre différemment. »

C’était une différence de perception due au fait d’avoir grandi dans l’armée. Il fallait s’y attendre, car Loki n’avait même pas une formation générale. Même Alus l’avait découvert lorsqu’il était entré à l’Institut et s’était rendu compte que les dortoirs étaient séparés en fonction du sexe.

Dans l’armée, ils étaient généralement séparés, mais ni Alus ni Loki ne se concentraient sur ce genre de subtilités, et il y avait beaucoup d’exceptions quand il s’agissait de mieux se connaître entre partenaires.

« … » Loki ferma la bouche. Bien qu’elle ne l’ait pas laissée paraître, elle effectuait un vote dans sa tête. Et après un moment — « Je refuse. »

Elle l’avait déclaré sans hésitation. L’opinion contraire avait été rejetée dans son esprit.

Pour Alus, c’était la première fois qu’elle allait à l’encontre de son opinion. Le fait que c’était son opinion avait pesé lourd dans son esprit, mais il y avait des exceptions à tout. Et dans son vote mental, ses propres désirs avaient reçu la priorité absolue.

Il n’y avait aucun doute qu’elle avait manipulé sa décision par la justification de pouvoir aider Alus davantage en restant près de lui. L’objectif de soutenir Alus s’était étendu à sa vie en général, et pas seulement à ses fonctions au combat. En tant que tel, le vote mental de Loki était unanime. N’ayant personne pour exprimer une opinion différente, le projet de loi pour vivre ensemble avait été immédiatement adopté.

« Mais… cela ne sera-t-il pas gênant à bien des égards ? » demanda Alice d’une manière détournée, après avoir jeté un coup d’œil à Alus pendant un moment.

« C’est courant dans l’armée. Cela ne sera en rien inconvenant pour Sire Alus, » déclara Loki.

Après avoir compris les sentiments cachés dans les mots de Loki, Tesfia et Alice rougirent.

« Absolument pas ! » Tesfia s’était rétractée avec une objection.

Mais Loki n’avait montré aucun signe de recul. « Ça n’a rien à voir avec vous. C’est une affaire entre Sire Alus et moi, donc vous pouvez rentrer chez vous. »

« … !! »

« Mais… »

Ni Tesfia ni Alice ne pouvaient répondre à cette affirmation claire.

Et Loki continua d’attaquer. « Dans ce cas, pourquoi ne vivrez-vous pas aussi avec Sire Alus ? Comme je l’ai dit, cela arrive souvent dans l’armée. » Elle le pensait en tant que sarcasme, mais étant sans expression, il était difficile de dire si elle était sérieuse ou si elle plaisantait. C’est en partie à cause de cela qu’il y avait eu un malentendu inattendu.

« Vous… ne me dites pas que vous avez déjà… » dit Tesfia.

« … ! »

Les deux filles avaient tourné leurs yeux vers Alus. Et elles avaient pris du recul.

Alus ne se souciait pas vraiment de la façon dont elles le voyaient, mais franchement, c’était affligeant. Il était arrivé à la conclusion qu’elles ne feraient que lui faire perdre du temps à ce rythme. Pour l’instant… « Bref, vous deux, rentrez chez vous. De toute façon, je vais emmener Loki chez la directrice. »

Les deux filles n’étaient toujours pas satisfaites, et elles s’étaient disputées un peu plus longtemps. Mais en fin de compte, Alus et sa mention de la directrice s’étaient avérés efficaces, car elles étaient rentrées chez elles à contrecœur.

« Pervers… ! »

Il n’était pas clair si Alus avait entendu les grognements méprisants de Tesfia. Mais elle avait eu de la chance que Loki ne l’ait pas fait, car si elle l’avait fait, elle aurait presque certainement foutu une claque à Tesfia.

Et même si elle n’allait pas si loin, elle ne laisserait jamais une insulte contre Alus passer inaperçue.

☆☆☆

Partie 3

Alus avait été vaincu par la fatigue mentale, ayant finalement réussi à renvoyer Tesfia et Alice chez elles.

Pendant ce temps, Loki pompait son petit poing. Son expression n’avait pas changé, mais ses joues étaient rouges et elle semblait se vanter de sa victoire sur ses rivales. Mais seule Loki connaissait la vérité.

Après ça, Alus devrait l’emmener dans le bureau de la directrice. Il se leva de sa chaise et quitta le laboratoire avec des pas lourds, suivis de Loki.

La lune ronde brillait en tant que seul point de lumière monotone. C’était la seule source de lumière dans le ciel nocturne.

En descendant un sentier, Alus regarda le ciel avec les yeux vides. C’était parce qu’il regardait une fausse lune. La barrière séparant le monde extérieur de l’intérieur ne laissait rien passer. C’est pourquoi cette vue n’était qu’une projection supplémentaire. En même temps, cela avait été reproduit à un point tel qu’il soit presque impossible de le distinguer de la réalité. Mais quand même, Alus pensait que c’était mal… que c’était faux.

C’est dans ces moments-là qu’il était nostalgique de la réalité des champs de bataille dans le monde extérieur. Cette hauteur de la lune, cette illusion précieuse, qu’il n’atteignait pas encore aujourd’hui en tant que numéro un, existait certainement à l’extérieur.

Derrière les pas rythmés qui marchaient sur le trottoir, il y avait un autre ensemble de pas plus doux.

Soudain, Alus sentit l’odeur légère et douce des fleurs.

Bien qu’il ait emprunté ce chemin plusieurs fois auparavant, c’était la première fois qu’il l’enregistrait dans son esprit. Tout en se demandant s’il l’avait déjà senti auparavant, il s’était plongé dans l’arôme.

Alus et Loki s’étaient dirigés vers le bâtiment principal sans échanger un seul mot. Ce n’était pas comme s’ils se taisaient parce qu’ils n’avaient rien à se dire.

C’était juste que Loki avait été captivée par le regard ardent d’Alus sur le ciel.

Un sourire béat était apparu sur son visage.

* * *

Comme à son habitude, Cisty attendait dans le bureau de la directrice, bien préparée.

Sur son bureau se trouvait une carte détaillée de l’endroit où la leçon parascolaire devait avoir lieu. À côté, il y avait une liste d’étudiants de haut rang. Elle n’allait pas tout laisser aux autres, mais une préparation minutieuse aurait l’effet contraire.

Et même si elle ne comptait pas entièrement sur lui, Alus pouvait dire que peut-être soixante-dix pour cent du travail reposait sur sa participation. C’était quelque chose à propos duquel tout le monde se fâcherait, mais qui leur permettait de se rendre rapidement à leur propre travail, alors Alus ne s’était pas plaint. « Je vais aussi demander à Loki de travailler là-dessus. »

Cisty hocha la tête en signe de satisfaction.

C’est pourquoi il avait amené Loki. Avec elle, les numéros 1 et 2 de l’Institut appuieraient les étudiants.

Alus avait fait le plan approximatif dans sa chambre. Mais comme il s’agissait d’un cours magistral, l’approbation d’en haut était nécessaire pour mettre tout changement en action. Bien que des dispositions détaillées puissent être prises ultérieurement, des contre-mesures générales devaient être prises d’urgence.

« Commençons par faire de cet endroit notre quartier général, » dit Alus, en montrant un endroit sur la carte. « Loki y restera et détectera continuellement les mamonos. En plus des cadres supérieurs, nous aurons du personnel supplémentaire au quartier général que Loki pourra diriger en renfort, si nécessaire. » Avoir quelqu’un qui excellait dans la détection comme Loki était une aubaine pour ce plan.

Loki se tenait à côté d’Alus, l’écoutant.

Ensuite, Cisty se tourna vers Alus, comme pour dire. « Et vous ? »

« Je vais réduire le nombre de mamonos. Comme je ne peux pas différencier des classes comme Loki, je vais commencer par détruire toutes les classes B et C qu’elle détecte. Je suis sûr que les élèves seront capables de gérer les Rangs D et les Rangs inférieurs. »

La directrice lui avait jeté un regard un peu timide et incertain.

Mais Alus ne pouvait pas les protéger tant que ça, alors ils n’avaient qu’à bien se préparer. Normalement, il n’était pas raisonnable d’imposer ce genre d’entraînement au combat aux étudiants de première année.

Alus avait une chose ou deux qu’il aurait aimé pouvoir dire sur le fait d’avoir à couvrir ce plan imprudent, mais comme c’était l’armée qui faisait passer sa volonté sur les autres, rien ne serait venu de se plaindre à la directrice. Dans un sens, ils étaient tous les deux victimes.

« Alors, tu ne vas rien faire, Cisty ? » déclara Alus en représailles. Si la directrice pouvait se déplacer, le plan serait plus facile à mettre en œuvre.

« Je dois rester au bâtiment principal en cas d’urgence. J’ai l’intention de confirmer la situation générale à partir de là, » déclara Cisty.

Il fallait s’y attendre. Comme la directrice supervisait l’exercice, elle ne pouvait pas errer dans le monde extérieur, sinon elle risquait de ne pas être en mesure de réagir en cas d’imprévus. De plus, il n’y avait aucune garantie que Cisty aurait besoin de contacter la direction des hauts gradés.

Alus avait pris la liste des individus de la classe supérieure. Cela semblait contenir des informations détaillées sur le personnel. Lorsqu’il avait lancé à Cisty un regard « Es-tu d’accord avec ça ? », elle l’avait facilement confirmé avec un air confiant, mais sans fondement. « Je suis sûre que vous ne direz rien. »

C’était une situation de concessions mutuelles. Il n’y avait aucun moyen d’évaluer les renseignements personnels des étudiants par rapport à la méthode top secrète qu’Alus avait utilisée pour sauver Loki. Ce n’était pas un commerce équitable, mais Alus avait simplement regardé la liste pour le moment.

En tête de liste, bien sûr, se trouvait Felinella Socalent, étudiante de deuxième année. Non seulement elle était la seule étudiante à trois chiffres du Second Institut de Magie, mais elle avait aussi une expérience du combat en direct. C’était probablement parce que son père, le Seigneur Vizaist, était général. Si elle avait de l’expérience au combat, son classement avait du sens.

« Donc, le plus haut qu’elle ait subjugué, c’est les mamonos de classe B, hein, » dit Alus.

« Oh, donc vous parlez de Mademoiselle Felinella. Qu’allez-vous lui demander de faire ? » demanda Cisty.

À ce niveau, Alus pourrait au moins l’utiliser. « Elle supervisera une équipe comme les autres. Tout ira bien tant que les renforts seront capables de le faire. Mais je veux des chiffres. Afin d’aider à diminuer la pression sur Loki, je préférerais avoir beaucoup de renforts disponibles. »

Il n’y avait pas encore eu d’objection. Loki semblait aussi avoir une bonne compréhension de son propre rôle.

« Ce sera un fardeau pour toi, Loki, mais je vais quand même te laisser le faire, » déclara Alus.

Loki ne pouvait pas refuser. Au lieu de cela, elle avait dit. « Ne dois-je pas aller aider à subjuguer les mamonos ? »

« Ce ne sera pas nécessaire. Tu dois juste te concentrer sur les instructions. Après tout, quelqu’un de gourmand veut aussi que les étudiants acquièrent de l’expérience, » répliqua Alus.

Si Alus et Loki s’y mettaient, il y avait une chance qu’ils subjuguent trop de mamono. Alus, tout seul, devrait faire des ajustements à la volée, de sorte que le problème ne ferait qu’empirer avec les deux soldats au combat. Loki aurait moins de temps pour briller, mais son expression restait inchangée, car elle acquiesçait de la tête.

« Je te laisse le choix des superviseurs, Cisty, » déclara Alus.

Cisty avait répondu. « Puisque nous avons les résultats de l’examen, je vais donner aux équipes les plus faibles les superviseurs les plus forts. »

Alus avait voulu que sa remarque soit sarcastique, lui disant au moins de le faire, mais il semblait qu’elle y avait déjà pensé. C’était un peu décevant… mais avec cela, les parties du plan qui devaient être résolues rapidement avaient plus ou moins été réglées. « Alors c’est décidé. S’il n’y a rien d’autre, j’aimerais partir. Est-ce que c’est d’accord ? »

« Ça ne me dérange pas, » répondit Cisty.

« Compris, madame, » déclara Alus.

Cisty sourit ironiquement à la réponse condescendante et cynique d’Alus.

Mais ce n’était pas la fin. Il allait aussi demander à la directrice de faire sa part du travail. Au minimum, elle devrait rapporter les modifications au plan à la haute direction.

« Alors c’est ici que nous prenons congé. » Il restait encore beaucoup de petits détails indécis, mais ils avaient réussi à réviser une bonne partie du plan.

« Bon travail aujourd’hui, » déclara la directrice.

Loki répondit poliment aux paroles de la directrice, tandis qu’Alus lui fit un signe négligé de la main. Il avait tant fait, donc son attitude devrait être négligée.

La directrice soupira d’un air exaspéré, mais cela ne le concernait pas.

Alors qu’Alus bougeait, Loki lui ouvrit respectueusement la porte. Il ne pensait pas que c’était ainsi qu’il devait être traité, mais comme il ne voulait pas que ses bonnes intentions soient gaspillées, il s’en alla maladroitement. Il entendit un rire de Cisty derrière lui, mais n’eut d’autre choix que de l’ignorer.

Mais au moment où il franchit le seuil, il se retourna et déclara. « Ah oui, c’est vrai. Prépare-moi un simple uniforme de combat pour que mon identité ne soit pas révélée. » Cette suggestion quelque peu problématique était sa tentative de vengeance.

« Oui, oui, oui. » Mais la réaction immédiate de Cisty l’avait facilement empêché de se venger.

*

Sur le chemin du retour, Loki fixa les cheveux noirs, se déplaçant légèrement dans le vent, devant elle.

Ces cheveux noirs qui se fondaient dans la nuit n’avaient pas changé depuis ce jour-là. Cela la rendait heureuse, et elle trouvait même leur silence commun attachant. Mais contrairement à leur marche vers le bureau de la directrice, le silence sur le chemin du retour n’avait pas duré longtemps.

« Loki, où vas-tu passer la nuit ? » demanda Alus.

« Euh… ! »

Elle avait été surprise. Non pas parce que le silence avait soudainement été rompu, mais parce qu’elle avait supposé qu’elle et Alus étaient sur la même longueur d’onde à ce sujet. « Ne puis-je pas rester dans votre chambre, Sire Alus ? » Tout comme Alus ne voyait pas le visage de Loki derrière lui, et elle ne voyait pas le sien. Ils n’étaient reliés que par leurs voix.

Cela dit, Alus n’était pas assez idiot pour rater le timide désir de Loki. « Et pourrais-tu faire quelque chose pour ce “Sire” ? » Il n’était pas du genre à se soucier des titres, mais si elle devait être à l’Institut en tant qu’étudiante, cela attirerait inutilement l’attention. Tout le monde ne comprendrait pas non plus leur relation. Cela lui ferait gagner l’animosité non désirée de ceux qui les entouraient.

« Je ne peux pas reculer là-dessus, » déclara fermement Loki, comme si elle était devenue une personne complètement différente.

Il ne pouvait pas voir son expression, mais pouvait sentir sa volonté inébranlable. Sentant qu’il lui faudrait du temps pour la convaincre, Alus haussa les épaules alors qu’il continuait à marcher.

☆☆☆

Partie 4

Cependant, à leur retour au laboratoire, un signal d’appel avait retenti sur le canal privé, mettant fin au silence entre eux.

« Sire Alus, je vais répondre, » déclara Loki.

« Non, ce sera plus rapide si je le fais, » déclara Alus.

Si la sonnerie avait été plus joyeuse, l’atmosphère n’aurait pas été aussi pessimiste. En y repensant… probablement pas. Pour commencer, il y avait très peu de gens qui pouvaient appeler le laboratoire.

Et il était inévitable que la tristesse prenne le dessus sur l’expression de Loki. « Alors je vais préparer le dîner…, » dit-elle, essayant d’être aussi utile que possible.

C’était louable, mais c’était une histoire différente si cela avait un impact sur la décision d’Alus de la garder auprès de lui. Cela faisait longtemps qu’Alus n’avait pas eu un dîner digne de ce nom. Cela dit, les talents culinaires de Loki étaient un mystère.

Cependant, il n’y avait pas beaucoup d’ingrédients pour cuisiner. Alors qu’Alus hésitait à le dire à Loki, elle déclara. « Laissez-moi faire, » avec une expression inchangée.

Comme s’il essayait d’échapper à cette situation de glaçage du sang, Alus avait tenu le cristal liquide virtuel devant lui, mais cela n’avait pas montré le visage de l’autre partie. Il s’agissait d’une chaîne privée, donc confidentielle.

« Quelque chose ne va pas, Gov… »

Alus avait avalé les mots qu’il allait dire. Puisqu’il s’agissait d’un appel direct d’une figure militaire clé, le gouverneur général Berwick, il était tout naturel qu’Alus soit prudent. Dernièrement, ses mauvaises prémonitions s’étaient souvent réalisées. Et avoir Loki à ses côtés rendrait plus difficile la confidentialité des informations.

Il n’était pas inquiet pour de petites choses comme ça, mais cela ne faisait même pas un jour depuis l’arrivée de Loki. Et il avait l’impression de sauter plusieurs étapes dans la procédure de partage de l’information.

Il avait mis l’interphone dans son oreille. « Alors ? M’as-tu appelé pour un rapport de mise à jour ? »

« Si seulement c’était le cas, je pourrais dormir tranquille. » Le ton du gouverneur général semblait s’excuser. Mais il n’avait pu laisser Alus à l’écart à cause d’affaires comme celle-ci.

Alus avait une idée générale de ce qui se passait, et il était allé droit au but. « Est-ce à l’intérieur ou à l’extérieur ? »

« Dehors. Je suis désolé que cela ait dû arriver au moment où vous vous habituiez à l’Institut, » déclara le gouverneur.

« Est-ce censé être du sarcasme ? » demanda Alus.

« Ce n’est pas le cas. Mais d’après ce que j’ai entendu, ça a été une bonne expérience pour vous, » déclara le gouverneur.

« Tu sais, rien ne va comme je le voudrais, » déclara Alus.

Après un rire étouffé, Alus entendit Berwick dire chaleureusement. « Je vois… Alors, vous vous amusez bien. » Il avait ensuite poursuivi sur un ton professionnel, car la situation ne lui permettait pas d’être plus décontracté. « Alus, je vous ai envoyé les coordonnées. Quant à votre équipe — . »

« Je n’en ai pas besoin, » déclara Alus.

« C’est vrai. De toute façon, je n’ai pas d’escouade disponible qui pourrait s’en occuper correctement. Nous n’aurions jamais pensé qu’il pourrait envahir aussi rapidement, » déclara le gouverneur.

Il était tard le soir. Et vu les caractéristiques générales des mamonos, avoir Alus seul était le meilleur choix. En fait, Alus n’avait jamais eu d’escouade pour l’accompagner. Mais c’était en partie dû à son refus d’en avoir un.

« Je suppose que tu peux y aller doucement, gouverneur général, » déclara Alus.

« Vous n’avez pas besoin de le dire comme ça, » répondit le gouverneur. « Ce n’est pas non plus un choix que j’aime faire. Si possible, j’aimerais ne pas compter sur vous tout le temps. Votre cible est en Rang A. Nos détecteurs l’ont localisé. C’est trop loin pour qu’on puisse détecter s’il y a de plus faibles créatures avec lui. »

« Compris. Je dois me lever tôt demain, alors je vais faire vite, » déclara Alus.

« Nous comptons sur vous. Fin de la communication, » déclara le gouverneur.

Alus avait expiré. Peut-être parce qu’il avait été trop détendu dernièrement, il avait ressenti le besoin de vider son esprit pendant un moment.

Il s’était alors rapidement mis au travail de préparation. Il n’avait pas besoin de beaucoup d’équipement, mais au moins il devait partir avant que quelqu’un ne commence à l’interroger.

« Sire Alus ? » Loki avait vers lui avec un visage qui disait qu’elle s’y attendait. En tant que partenaire, elle accompagnait normalement Alus chaque fois qu’il était convoqué par l’armée, mais… un simple « Nous sortons un moment » aurait été suffisant pour elle. Surtout quand elle avait vu l’imposant AAR suspendu à sa taille.

Elle s’essuya les mains et éteignit la cuisinière. « Je vais me préparer tout de suite. »

Alus l’arrêta alors qu’elle passait, plaçant une main légère sur son front. « Attends. Tu n’es pas encore officiellement ma partenaire. Cela n’entrera en vigueur qu’une fois que tu l’auras inscrit auprès de l’armée. En plus, il y a beaucoup de choses qu’on ne sait pas l’un sur l’autre. Donc ça va prendre plus de temps si on y va tous les deux. En plus de ça, tu viens juste de te remettre du duel. Tu sais que rien de bon ne viendra de te forcer. »

« … »

Il avait raison, mais Loki ne pouvait s’empêcher de déplorer son impuissance, même si Alus ne s’inquiétait que pour elle. Alus était assez doué pour détecter qu’il n’avait jamais eu besoin d’un partenaire. Elle ne pouvait donc pas s’empêcher d’avoir une prise de conscience brutale, comme quoi elle n’était pas nécessaire.

Ayant vu ses compétences de près, Alus savait qu’elle était assez bonne. Mais le monde extérieur était un endroit terrifiant, et un manque général de préparation pouvait être fatal. « Ça te dérange si j’y vais seul aujourd’hui ? » Et surtout, il ne voulait pas l’amener. « Je reviendrai bientôt. Ensuite, nous pourrons discuter de la façon dont nous allons gérer cela à l’avenir… et de mon titre, aussi. »

« Je comprends. Alors, quand allez-vous… ? » Loki s’était arrêtée toute seule. Un magicien dans le monde extérieur ne pouvait pas faire d’estimations.

Cependant, Alus lui tapota doucement la tête. « Je serai de retour avant que le dîner ne refroidisse. » Après ça, il avait quitté le laboratoire.

Loki s’inclina respectueusement devant son partenaire qui quittait déjà sa retraite.

*

C’était peut-être juste pour la rassurer, mais ça faisait longtemps qu’Alus n’avait pas fixé de date limite pour une mission. C’était un sentiment rafraîchissant d’avoir un endroit où retourner, aussi nouveau et indéfini soit-il.

Comme le fait d’être découvert par les professeurs serait une douleur, Alus avait arrêté de descendre les escaliers. Il était passé par une fenêtre de la véranda et avait utilisé la rampe pour sauter jusqu’au toit.

Il y avait encore des lumières allumées dans les installations de l’Institut qu’il pouvait voir. Et le vent qui soufflait près de son cou l’avait revigoré.

L’air se déplaçait à travers les interstices de ses vêtements et faisait bouger ses cheveux, ce qui l’aidait à changer de rythme. Le léger courant ascendant avait refroidi son esprit et son corps, emportant avec lui ses sentiments lugubres.

***

Une scène rare se déroulait ce soir, alors que Tesfia s’asseyait sur son lit et réfléchissait sur les mots irréfléchis qu’elle avait lancés à Al.

Elle en serait venue à regretter de les avoir dites. Pourquoi disait-elle toujours ce qui lui venait à l’esprit en fonction de ses émotions ? Elle ne s’en était jamais préoccupée avant. Mais maintenant, elle commençait à douter d’elle-même.

On ne pouvait l’écarter comme une mauvaise habitude, et en y repensant, elle avait commencé à se haïr pour ces mots désinvoltes qui n’étaient pas dignes de la noblesse.

« Mais… c’est toujours un pervers, » déclara Tesfia.

Cependant, même le dire à voix haute n’avait pas atténué cette étrange sensation dans sa poitrine. Elle avait utilisé ce mot en réaction à l’idée qu’Alus et Loki vivent ensemble. Ce n’était pas quelque chose qu’elle ne pouvait ignorer, et en ce sens, elle ne pensait pas avoir dit quoi que ce soit d’inapproprié.

Cependant, en tant que noble dame, l’utilisation de ce mot ne serait-elle pas discourtoise ?

Après avoir réfléchi un moment, elle secoua la tête, comme pour dire que ce n’était pas son genre.

Tesfia se leva, se murmura à elle-même qu’elle devait s’excuser d’avoir laissé ses émotions prendre le dessus sur elle et d’avoir insulté Alus. Ce genre de choses devraient être traitées le même jour. Sa mère, ou une autre personne sage, avait dit un jour que le fait de régler ce qui s’était passé le même jour était le secret pour empêcher toute mauvaise volonté de rester demain.

Elle était de la noblesse, et donc, déterminée à être à la hauteur de ces mots.

Tesfia avait obtenu la permission de Felinella, la surveillante du dortoir, de quitter le dortoir.

*

Mais vu l’heure — il n’y avait personne qui marchait sur le terrain à cette heure.

Tesfia marchait vite. Elle voulait régler ça le plus vite possible et retourner au dortoir. Le bruit du bruissement des feuilles l’avait rendue anxieuse, et même les lampadaires ne l’avaient pas beaucoup aidée à dissiper ça.

« J’aurais dû laisser ça à demain. » Elle se sentit découragée, puis secoua de force la tête pour dissiper ce sentiment. Elle s’était recroquevillée intérieurement face à cette pensée, mais dans le pire des cas, elle pourrait lui demander de l’escorter jusqu’à son dortoir.

Ce serait une demande raisonnable, mais un peu éhontée de la part de quelqu’un qui viendrait s’excuser.

Pas encore une fois ! Il y a cette mauvaise habitude… d’ailleurs…

Mais Tesfia était toujours inquiète. Elle ne pouvait pas laisser passer Loki dans la chambre d’Alus. Cela allait à l’encontre de la norme éthique de l’Institut.

En fin de compte, elle n’avait pas réalisé à ce moment-là qu’il était erroné d’utiliser cela comme excuse pour ses actions. Et normalement, Tesfia se serait corrigée sur le champ. Sinon, elle se serait contentée de s’excuser la prochaine fois qu’ils se seront rencontrés.

Bref, il n’était pas si urgent qu’elle doive demander la permission de quitter le dortoir. En fin de compte, ce n’était pas seulement pour cette raison qu’elle avait voulu y aller. Cependant, elle était tellement occupée à se trouver des excuses qu’elle ne savait pas que c’était le cas.

« — Ah !? » Soudain, un coup de vent s’était levé et Tesfia avait tenu ses cheveux pendant qu’elle détournait son visage. « — ! ! »

L’instant d’après, elle jeta un coup d’œil dans le ciel nocturne et aperçut une ombre sous le clair de lune.

Tandis que Tesfia plissant ses yeux en regardant de plus près, elle bloqua son souffle.

Il y avait quelqu’un sur le toit à cette heure alors que personne d’autre n’était dehors. Une silhouette qui se fondait dans l’obscurité se tenait au bord du toit, regardant au loin.

Non, elle ne pouvait pas dire si cette silhouette sombre regardait quelque part. Mais on aurait dit qu’il pourrait sauter du toit à tout moment.

« Qui est là ? » Si c’était un intrus, la bonne réponse aurait été de crier à l’aide, ou de préparer son AAR si elle l’avait avec elle. Mais Tesfia avait choisi une action plus simple. Elle avait juste demandé.

Elle avait peut-être été secouée… mais c’était plus probable parce que cette silhouette et cette atmosphère lui rappelaient quelqu’un.

« Al... »

C’était sa réponse quant à son identité. Et une fois qu’elle l’avait dit à haute voix, ses doutes avaient commencé à se transformer en conviction. Croyant que c’était lui, elle était sur le point de demander. « Que fais-tu là-haut ? »

Mais à cet instant, il baissa les yeux et leurs yeux se rencontrèrent.

Bien qu’il ait pu être une ombre, son regard était sans émotion.

L’esprit de Tesfia s’était figé comme si elle était dévisagée. Les mots qu’elle voulait dire avaient disparu.

Il n’y avait aucun doute que c’était Alus. Pourtant, son instinct lui disait qu’il était différent de la normale. Il y avait une distance écrasante et absolue qui l’empêchait de l’appeler facilement.

« … » Alus, en la regardant de haut, n’avait pas dit un seul mot.

Il plissa son regard envoyé à travers les ténèbres. Pas parce qu’il essayait d’identifier Tesfia. Au lieu de cela, c’était comme si ses yeux disaient qu’elle ne l’intéressait pas.

Tesfia fixa le toit, incapable de détourner le regard même si elle le voulait.

 

 

Puis une autre rafale l’avait ramenée à la raison. Ses cheveux flottaient dans le vent, bloquant sa vue, et elle se dépêchait de repousser ses cheveux.

Mais quand elle regarda de nouveau le toit, l’ombre avait déjà disparu.

« Al... mais… »

Le visage qu’il avait montré à l’Institut n’était pas tout ce qu’il y avait chez lui. Elle pensait le savoir. Pourtant, elle s’était soudain trouvée mortifiée par sa propre pensée naïve.

Loki le savait. En un sens, être un magicien, c’était comme vivre dans la vraie réalité.

Tesfia n’arrivait pas à exprimer ce que son regard disait. Mais elle pouvait dire que, comme Loki l’avait dit au sujet des actions d’Alus, ces actions ne résultaient pas d’un simple aller direct. Ils n’étaient pas au niveau que l’on pourrait décrire avec des mots simples comme étonnant, extraordinaire ou excellent.

Non, l’ampleur des réalisations d’Alus n’était pas un si gros problème pour Tesfia. Un garçon de son âge qui lui faisait ce genre d’expression en disait long sur la dureté du monde qu’il avait vécue, ou peut-être que c’était la tristesse et le désespoir. Et elle n’avait aucune idée de la réalité qui avait créé cet écart entre eux.

« … » C’était si douloureux, déchirant et vexant qu’elle avait envie de pleurer. Son aversion pour son côté mesquin était plus grande que son désir de s’en prendre à elle-même.

Elle était gênée d’avoir été de si bonne humeur au sujet de son classement à quatre chiffres à l’Institut. Mais à la fin, cette honte n’apporterait aucune solution. Elle aurait besoin de réajuster sa perception du monde dans lequel elle s’apprêtait à s’engager comme si elle avait exagéré.

Elle regarda avec détermination le toit où Alus avait été. Puis la réaction s’était déclenchée. Ses jambes avaient commencé à trembler, la faisant tomber par terre.

☆☆☆

Partie 5

« Fia… d’après ce que j’ai vu, tu n’as pas pu le faire. Mais ce n’est pas grave. Je ne pense pas que ça dérange Al, et il n’est pas trop tard pour le faire demain, » déclara Alice.

Alice avait commencé à réconforter Tesfia quand elle était retournée au dortoir. La morosité sur son visage indiquait clairement qu’elle n’avait pas parlé à Alus. Mais plutôt que de lui demander carrément ce qui s’était passé, Alice avait décidé de laisser tomber jusqu’à demain.

« … Oui. Je le ferai demain, » déclara Tesfia. Son corps était encore raide et fatigué. C’était peut-être son atmosphère, mais pour Tesfia, Alus avait l’air de porter seul tout le fardeau du monde sur ses épaules. Ses yeux étaient abasourdis, en y pensant.

Alice s’exprima en regardant Tesfia dans un état de choc. « Fia, les habitudes que tu avais chez toi reviennent. Je ne suis pas ta bonne. » Elle souriait comme si elle se moquait de Tesfia.

« Ah ! » Pour s’inscrire à l’Institut, Tesfia devait s’occuper seule de sa vie quotidienne. Elle n’avait jamais coupé les coins depuis qu’elle s’était inscrite, et elle avait même appris à vivre une vie quotidienne commune à partir de zéro. Y compris changer ses vêtements quand c’était nécessaire.

C’était probablement une situation embarrassante, mais Tesfia avait simplement dit. « C’est vrai » et elle était entrée dans la chambre à coucher avec douceur.

Toujours en uniforme, elle s’était effondrée sur son lit. La réalité qu’on lui avait présentée dépassait sa capacité de traitement. Peu importe à quel point elle y pensait, elle n’avait pas l’impression d’arriver à une conclusion. Elle n’était pas fatiguée, mais elle ne voulait pas bouger et voulait qu’on la laisse seule.

Alice avait frappé à la porte ouverte, par considération pour elle. Les deux filles étaient colocataires, il y avait donc, bien sûr, deux lits dans la chambre. « Fia, si tu veux dormir, prends au moins une douche d’abord. Je ne suis pas sûre qu’essayer de demander pardon à Al avec une odeur fétide va marcher… et juste l’imaginer me fait me demander si une fissure se forme dans notre longue amitié. »

« C’est méchant ! C’est aller trop loin… notre amitié n’est pas si bon marché… n’est-ce pas ? » s’écria Tesfia.

« De nos jours, l’apparence fonctionne sur le même principe que l’amitié, tu sais. » Alice avait dit ce qu’elle pensait comme une enseignante, mais quand Tesfia avait jeté un coup d’œil, elle lui avait fait un sourire espiègle.

« Ce n’est pas ce que j’essaie de faire ! Je reste toujours propre, moi aussi. Tu me vois toujours après le bain, n’est-ce pas ? De toute façon, je sens toujours bon. Il a un effet curatif ! » Embarrassée d’avoir imaginé son apparence immodérée, Tesfia avait ramené de force le sujet sur la bonne voie.

« Et voilà que tu recommences avec cet idéal garçonnier… eh bien, ça marche pour moi, » déclara Alice.

« Hé, c’est injuste, » s’exclama Tesla.

« Allez, dépêche-toi. Senteur à part, tu en as besoin, non ? » demanda Alice.

« Argh… okaaaay. » Tesfia leva les bras de façon négligente en réponse, tandis qu’Alice la regardait avec stupéfaction.

La rencontre de ces deux-là remontait à des années en arrière. Chaque fois que Tesfia, qui normalement ne s’attardait jamais sur les choses, avait son cœur saisi comme ça, c’était habituellement Alice qui s’occupait de ça. Mais elle savait que Tesfia n’était pas obsédée comme ça, alors elle l’avait laissée tranquille.

Connaissant Tesfia, elle n’avait probablement pas dit à la surveillante du dortoir qu’elle était revenue, Alice avait donc décidé de la prévenir et de se faufiler hors de la pièce.

***

Tesfia se leva et sortit des vêtements de rechange de ses tiroirs. Peut-être parce qu’elle n’avait pas l’habitude de plier les vêtements, les vêtements étaient tous asymétriques.

Il n’y avait pas de baignoire dans leur salle de bain. Dans le dortoir, il était normal d’utiliser le bain public pour cela. Mais Tesfia n’avait pas l’énergie pour aller aussi loin.

Elle avait défait ses cheveux et déboutonné sa chemise. Mettant ses vêtements dans un panier, elle entra dans la douche et fixa d’un regard vide la vapeur qui montait dans la ventilation. Un jet d’eau tiède lui était tombé sur la tête alors qu’elle fermait ses lourdes paupières.

« Hahh… »

Tesfia était douloureusement consciente de la raison de son soupir. Ce n’était certainement pas parce qu’elle avait mené une vie négligente depuis son arrivée à l’Institut. Bien qu’elle ait pu être de la noblesse, elle n’avait pas le devoir de fréquenter l’Institut. En fait, bon nombre de familles préféraient les leçons à domicile.

Bien sûr, cela exigeait qu’il s’agisse de familles aisées avec suffisamment de richesses et de relations pour faire appel à des magiciens célèbres possédant le savoir-faire adéquat. Et la famille Fable était l’une de ces familles.

Malgré cela, elle avait choisi de fréquenter l’Institut avec Alice et avait réussi à convaincre sa mère. Ce faisant, elle avait dû renoncer à sa vie gâtée de noble et s’occuper de tout elle-même. Et elle ferait aussi plus d’efforts que la plupart des autres pour devenir magicien.

Son classement ne se refléterait pas seulement sur elle, mais aussi sur sa réputation. C’est pourquoi la noblesse était si attachée au rang.

Cependant — .

« C’était… Je… » Elle avait l’impression que ses efforts n’avaient fait que jouer.

Tesfia avait fait l’expérience qu’un magicien de haut rang était loin d’être ce qu’elle croyait qu’ils étaient. Tout le monde les admirait et polissait leur magie pour cela.

Mais…

Elle avait appuyé son bras contre le mur, en s’appuyant contre lui. Ni la sensation de l’eau qui coulait sur sa peau pâle ni le son de celle-ci ne pouvaient interrompre ses pensées.

« J’ai fait de mon mieux, j’ai fait plus d’efforts que n’importe qui d’autre… que suis-je censée faire de plus ? »

Les mots qu’elle marmonnait étaient probablement une réprimande et une excuse pour elle-même. Quand elle avait vu Alus, elle avait compris qu’il vivait dans la vraie réalité, et que son monde était un monde bercé et soigneusement protégé.

Elle avait tracé un doigt le long du mur, puis ses bras étaient devenus mous.

Elle ne savait plus ce qu’elle devait faire. Elle ne savait pas où elle allait.

Elle ne savait pas non plus ce qu’était vraiment un magicien.

J’ai continué à m’y efforcer, tout comme maman l’a dit…

Sentant que son existence n’était pas nécessaire, Tesfia avait tenu avec ses mains ses épaules tremblantes dans la mince vapeur.

 

 

*

Ayant fini sa douche plus vite que d’habitude, Tesfia était sortie de la salle de bain dans un déshabillé de couleur pastel. Malgré sa douche, elle avait toujours un regard sombre présent sur son visage, et la serviette de bain lui avait glissé de la main.

Alice était retournée dans sa chambre et, avec son sourire espiègle, elle avait utilisé la serviette de bain pour sécher les cheveux de Tesfia.

« Merci, Alice, » déclara Tesfia.

« Ça ne fait pas mal, n’est-ce pas, ma dame ? » demanda Alice.

« Oh, ne sois pas si méchante, » déclara Tesfia.

« Alors, ne me fais pas m’inquiéter. Tu n’es que toi-même, Fia, » dit calmement Alice avec un sourire teinté d’insolence qui fit taire Tesfia. Mais ça ne lui allait toujours pas.

« Te moques-tu de moi ? » demanda Tesfia.

« Oh, je n’oserais pas. Je ne sais pas ce que tu as en tête, mais je suis sûre que ça ira. Je suis là aussi, tu sais. » Alors qu’Alice lui disait ça, elle avait serré Tesfia dans ses bras par-derrière, sans se soucier des cheveux mouillés.

« Allez, tu vas te mouiller. » Mais Tesfia avait l’impression d’avoir perdu un poids sur ses épaules. Son hésitation l’avait quittée et elle avait soupiré.

Elle et Alice n’étaient probablement pas encore sur la ligne de départ. Ce qui voulait dire que ce serait à elles de décider si leur dur labeur avait de la valeur. Tesfia aurait dû se sentir un peu trop coincée si elle n’avait même pas pu arriver à une conclusion aussi simple. Elle avait remercié Alice dans son esprit.

Mais même alors, elle n’avait pas dit à Alice ce qu’elle avait vu et ressenti.

Ce n’était pas seulement parce qu’Alice ne lui en avait pas parlé, mais la journée s’était terminée sans que Tesfia s’en rende compte.

☆☆☆

Partie 6

Les pensées d’Alus étaient restées les mêmes alors qu’il parcourait rapidement le monde extérieur.

Ses émotions lugubres et froides ne laissaient aucune place à l’excès de sentiments en lui. Son cerveau s’était concentré uniquement sur l’élimination des éléments étrangers.

Dans ces moments-là, il ne sentait même pas la brise rafraîchissante. Seules les parties tendues et inquiétantes de l’atmosphère qui l’entourait pouvaient l’atteindre.

« Donc c’est par ici. »

Le bosquet était bruyant. Ce n’était pas dû au vent, mais plutôt au bruissement étrange des feuilles, comme si le sol tremblait. Les feuilles bougeaient comme si quelque chose cherchait un moyen d’envahir la zone.

Au fur et à mesure que les sons lourds se rapprochaient, Alus pouvait entendre quelque chose de vraiment étrange.

Ce n’était pas, comme prévu, le bruit d’une créature massive qui traversait le sol. C’était comme si quelque chose utilisait les troncs d’arbre pour bouger. Au lieu de voir les arbres s’effondrer, les grands arbres se balançaient anormalement sur les côtés.

Il arrive.

« Désolé, mais il y a un barrage sur ton chemin. » Les bords des lèvres d’Alus se plissèrent.

Au même moment, un mana écrasant éclata comme une onde de choc et se déplaça dans ses cheveux. Il avait déplacé son AAR de type épée courte vers l’arrière, le mana s’y écoulant à un rythme effrayant.

Comme s’il coupait les ténèbres, un faisceau de lumière s’écoula dans l’AAR, et Alus leva la main libre dans les airs. C’était le genre de pose qu’un commandant prenait après avoir donné l’ordre de charger.

« Falaise Gravitationnelle »

Le mamono fit un bruit bizarre à mesure qu’il se rapprochait.

Mais quand Alus avait penché vers le bas son bras, le sol avait tremblé comme si les pieds d’un géant l’avaient piétiné, et un mur incolore avait déformé la vue du ciel. Se rapprochant du sol, le mur descendait impitoyablement.

Les arbres sur le chemin n’avaient même pas servi à le ralentir, car ils avaient été détruits dès que le mur avait touché la cime des arbres. Des fissures s’étaient formées le long des troncs d’arbres, car ils étaient facilement écrasés sous la pression, et une grande surface avait été aplatie avec le mamono.

Un grondement tonitruant, inadapté au silence du monde extérieur, retentit.

Alus fixa sans expression la dépression circulaire qui avait été créée. Des morceaux de bois étaient sortis du sol où ils avaient été enfoncés de force.

C’était une puissance effrayante qui pouvait interférer directement avec l’espace, utilisable uniquement par Alus. Peu de gens étaient au courant de son existence même.

Dans le passé, il avait écrasé un mamono de très haut rang avec une application pratique de la Falaise Gravitationnelle. Cela avait fonctionné en ayant une paire de murs progressivement de plus en plus étroits dans leur position l’un par rapport à l’autre. Il ne s’agissait pas d’interférer avec l’espace, mais plutôt de commander l’espace.

Même maintenant, alors que l’apparence du monde extérieur avait été impitoyablement et cruellement changée, rien n’était différent dans l’esprit d’Alus. Il avait simplement regardé droit devant lui.

L’instant d’après, un énorme objet s’était envolé dans le ciel, projetant de la terre pendant tout ce temps. Le truc noir était tombé devant Alus. C’était lourd comme un rocher.

Les quatre jambes soutenant son corps s’enfonçaient dans le sol chaque fois qu’il faisait un pas ferme. Ses jambes tendues de son corps grotesque et gigantesque ressemblaient aux pattes d’araignée. Au bout de chaque jambe se trouvaient cinq gros doigts qui ressemblaient à des doigts humains. Le torse avait la forme d’une ellipse déformée.

Ce qui avait fait plisser les sourcils d’Alus, c’était le visage qui sortait de son estomac.

Le visage frétillant l’avait repéré. Il s’était progressivement projeté à l’extérieur du corps, sortant de l’estomac. Cela faisait facilement trois fois la taille d’une tête humaine. Il avait rampé jusqu’à la taille du torse allongé et s’était ensuite arrêté.

Le corps noir et lustré s’était raffermi. La tête s’ouvrit et d’innombrables yeux s’ouvrirent de l’intérieur. Des lèvres bizarres battant vers la gauche et la droite dont l’ouverture formait la bouche au centre. Et un bruit continu comme des ondes ultrasonores s’en échappait.

« Je vois que tu viens de transformer ton corps, » dit Alus, comme si cela ne le concernait pas, mais c’était une rencontre rare.

Les mamonos absorbaient le mana, et une fois qu’ils dépassaient une valeur fixe, ils utilisaient le mana à l’intérieur pour refaire leur corps. En d’autres termes, ils étaient montés en Rang, mais l’ampleur et le degré du changement dépendaient des informations présentes dans le mana absorbé.

Le raidissement du corps était une caractéristique de la transformation. Les mamonos étaient comme la forme ultime de la vie.

Les informations des militaires étaient qu’il s’agissait d’une classe A, mais c’était probablement dû à l’observation des résultats de sa libération de mana. Ayant trouvé Alus, la proie parfaite sous la forme d’un mana de haute pureté, le corps du mamono fut immédiatement achevé. C’était probablement un Rang B il y a quelque temps. C’est pourquoi il avait été découvert si tard.

Alus s’était dit qu’ils auraient été bien avec quelqu’un d’autre plutôt qu’avec lui. Mais il se souvint ensuite que des magiciens de haut rang avaient récemment été positionnés dans le monde extérieur, plutôt que sur les lignes défensives.

S’il s’agissait d’un Rang A, comme l’avaient estimé les militaires, il faudrait alors une équipe à magiciens à deux chiffres. Mais même dans un tel cas, il était difficile de dire que ce serait suffisant. Alors il pouvait comprendre pourquoi on l’avait appelé pour ça.

Dans tous les cas, Alus imaginait que puisqu’il venait tout juste de quitter l’armée pour entrer à l’Institut, la formation d’une équipe d’intervention d’urgence n’avait pas été complétée. S’il était honnête, il préférerait qu’ils puissent au moins s’occuper de quelque chose comme ça tout seuls, mais il savait que ce n’était pas si simple.

Un mamono de classe A n’était pas une menace qui pouvait être éliminée sans sacrifice.

Maudissant sa malchance, Alus fixa sa cible. Voyant de quelle espèce il s’agissait, il fut déçu, pensant que ce mamono ne pourrait pas non plus le satisfaire. Sa forme ressemblait à celle d’une espèce appelée ogre à pattes multiples, mais il n’avait ni la forme ni l’aspect fini.

C’était une autre caractéristique des mamonos. Celui-ci avait encore la base à partir de laquelle il avait été formé, et c’était un phénomène courant que d’ajouter des parties de corps lorsque la créature se transformait.

Mais ça n’avait pas d’importance pour Alus. Au bout du compte, il n’avait fait qu’imaginer la stratégie la plus efficace et la mettre en pratique.

Les mamonos les plus faibles qui n’avaient pas été tués par la première attaque étaient sortis de terre en rampant. À première vue, il en restait une trentaine.

La Falaise Gravitationnelle n’était qu’un sort de compression, et comme le sol était relativement meubles, les mamonos et leurs carapaces extérieures dures n’avaient été pressés que dans la terre. Cependant, cela suffisait pour écraser les mamonos de la classe inférieure avec leurs noyaux.

« C’est vrai. Alors, finissons-en, » déclara Alus.

Dès qu’il avait dit cela, Alus avait apparemment disparu d’où il se tenait.

La multitude d’yeux de l’ogre à pattes multiples pouvait le voir, mais il avait quelques millisecondes en retard.

Et plusieurs mamonos s’étaient effondrés en cendres après le passage d’Alus. Leurs corps grinçaient et se tordaient lorsqu’on les tuait l’un après l’autre. L’abattage, l’atrocité et le piétinement étaient tous des descriptions pertinentes, mais elles étaient légèrement erronées. Même les alliés d’Alus pourraient reculer de peur s’ils voyaient cette scène.

Ils avaient été exterminés comme si c’était un jeu d’enfant.

Il était inévitable que cette scène ait l’air horrible, comme un humain écrasant des fourmis sous ses pieds.

Après avoir achevé la plupart des mamonos les plus faibles, Alus avait compté sur ses sens pour esquiver la jambe de l’ogre qui se balançait d’en haut, en déplaçant rapidement son épée courte… cependant.

Sa lame noire de jais avait émis un son aigu. « Tsk, » s’exclama Alus. « Tu y verses des quantités stupides de mana. » Il bougea le poignet pour se débarrasser de l’engourdissement provoqué par son épée déviée, maudissant le mamono, las de sa résistance inutile.

En un instant, l’une des jambes de l’ogre à jambes multiples s’approcha de l’obscurité. Les cinq doigts de la jambe s’étaient écartés lorsqu’elle s’était avancée vers lui.

Sans perdre de temps, Alus avait glissé vers l’arrière pour esquiver, se déplaçant à une vitesse égale à celle de la jambe.

Les cinq doigts bougeaient irrégulièrement pendant la poursuite. Les doigts étaient à peine assez longs pour l’atteindre. Les doigts se fermèrent comme un piège à ours, mais Alus glissa entre eux et se déplaça le long de la jambe tendue, s’avançant pour frapper le corps.

La longue jambe s’était retournée pour le poursuivre.

Peut-être pour contrer l’ennemi qui s’approchait, la tête du mamono s’était mise à osciller. Elle se balançait d’avant en arrière comme un métronome, ce qui la rendait encore plus effrayante. Le bruit qu’il faisait se transforma en une tonalité encore plus aiguë, devenant peu à peu une voix étrange.

Qu’est-ce qu’il prévoyait ?

« C’est une bonne résistance. Ça t’aura aidé à survivre quelques secondes de plus, » déclara Alus.

L’AAR dans la main d’Alus brillait légèrement dans l’obscurité, et alors que la puissance coulait dans la chaîne, Alus chuchota en esquivant la jambe venant de derrière.

« “Torche Volcanique” »

Il lança du pouce la petite boule de feu née de la paume de sa main.

Comme une comète, elle avait déchiré la noirceur de la nuit, se transformant en flammes de l’enfer en un clin d’œil, et avait frappé la bouche du mamono.

Alus fixa son regard en courant sur le mamono dont il avait arraché la bouche et le haut du corps avec l’explosion de flammes.

Le mamono essaya désespérément d’éteindre les flammes de l’enfer qui éclatait de l’intérieur et de l’extérieur avec ses jambes, tout en se tortillant de douleur.

 

 

« Le voilà. C’est là, » déclara Alus.

Alors que les jambes se levaient, Alus vit une lumière luisante à travers le torse. Après avoir repéré le noyau du mamono, il avait sauté haut dans les airs. Laissant son corps à la gravité, la lame noire de jais clignota sous la lumière de la lune.

Il expira brusquement. Il se tenait maintenant au sommet d’un rocher de la taille parfaite pour s’asseoir.

Alus avait plié un genou, le bras au-dessus de lui, tout en tenant fermement son AAR. Une bagarre avait eu lieu il y a quelques secondes, mais il n’y avait pas de sang sur ses vêtements, et sa respiration était parfaitement régulière. En fait, la façon dont il avait étiré son corps donnait l’impression qu’il n’avait fait qu’un peu d’exercice.

☆☆☆

Partie 7

La vaste colonne de lumière qui brillait depuis la pleine lune s’étendait jusqu’à l’horizon.

C’était une lumière douce unique au monde extérieur. Derrière elle se trouvait d’innombrables points de lumière scintillants.

« Ah, c’est la première fois que je vois ce ciel. »

C’était un moment de silence total. Et il sentit un soulagement le submerger.

La vie s’arrêta de bouger comme si elle s’était endormie. La façon dont tout s’était arrêté et s’était tari satisfaisait les sens d’Alus. Le silence lui donnait l’impression que personne, pas même lui, ne pouvait violer ce monde.

En ce sens, le mamono ayant été retiré du cycle était comme une substance étrangère. Tandis qu’Alus pensait cela, il s’était rendu compte qu’il n’était pas très différent… et s’était mis à rire.

Alus réalisa qu’il ne pourrait jamais faire partie de ce monde, car le souffle majestueux de la nature avait donné vie au monde. Il nettoierait par la suite ces dommages de lui-même.

Tout ici avait pris fin.

Autour du rocher sur lequel Alus était assis, il y avait les cadavres de plusieurs mamonos. Leur sang vert coulait sur le sol.

Cependant, les corps des monstres de toutes tailles se transformèrent bientôt en cendres. Les restes de leur mana se mélangèrent et dérivèrent haut dans le ciel.

Et Alus l’avait simplement regardé, comme si cela faisait partie du ciel nocturne. Une partie du monde avait été mise à nu sous ses yeux.

Ses habitudes avaient repris le pas, et Alus avait inconsciemment cherché de l’eau, déplaçant sa main à sa taille.

Il ne pouvait sûrement pas chercher à se verser de l’eau à cette heure-ci… mais contre toute attente, Alus sentit quelque chose de mince et de dur. Il avait tendu la main dans sa poche et l’avait tirée entre deux de ses doigts, en plissant son front.

C’était une carte familière. La seule chose qui prouvait sa position actuelle, sa licence. Mais maintenant, c’était aussi sa carte d’étudiant.

Il l’avait tenue contre la lune, et avait poussé un soupir lourd ici dans le monde extérieur où il n’avait pas besoin de s’inquiéter des yeux des autres. Il se plaignait de la tournure des événements, mais ne semblait pas si bouleversé que ça, alors qu’un mince sourire se répandait sur ses lèvres fermées.

La vie bien remplie d’Alus à l’Institut avait été emplie par des événements inattendus, contrairement à ceux que l’on trouvait dans le monde extérieur. Mais même avec cela, il n’avait pas imaginé que dans ce monde paisible où il n’aurait pas à se soucier de la vie et de la mort, il se sentirait si bien.

Pour ce qui est de l’âge, Alus avait droit à ce genre de vie, mais il était incapable de jeter ce qu’il avait vécu jusqu’à maintenant. Il s’était déjà plongé dans la voie des choses se trouvant dans le monde extérieur. Il était donc peu susceptible de changer.

Même si c’était une fausse paix, c’était gratifiant d’être à l’Institut où votre vie n’était pas constamment menacée.

Et Alus commença à penser qu’un jour, se confier à ce genre de vie ne serait pas si mal.

Cependant, cela l’éloignerait encore plus de ce qu’il désirait.

Entrer ainsi dans le monde extérieur lui avait permis de réaffirmer qu’il voulait quand même passer un peu plus de temps en paix.

Seul le ciel était beau, alors que la surface était chaotique. C’est pourquoi il l’admirait. C’est pourquoi il le regardait si intensément.

Cela dit, ce monde n’était pas sans valeur. C’était encore juste et beau.

Même le vent qui soufflait les traces de mana dans le ciel ne pouvait pas atteindre la lune et les étoiles scintillantes, les laissant intactes.

Mais le vent qui soufflait sans fin connaissait toutes les terres qui se trouvaient au-delà de l’horizon.

 

 

***

Le lendemain de l’examen, Tesfia et Alice, pour une raison quelconque, étaient venues visiter Alus tôt le matin.

Trouvant cela ennuyeux, Alus ignorait le bruit des coups… mais il pouvait voir Tesfia avec une expression tendue, et Alice ressemblant à sa gardienne près de la porte, ou plutôt à travers l’écran affichant les deux visiteuses.

« Tu parles d’une paire gênante si tôt le matin, » déclara Alus.

Alus toucha sur une console près du mur et ouvrit la porte. Mais malgré ses efforts, les deux filles n’étaient pas entrées. Se demandant ce qu’elles complotaient, Alus jeta un coup d’œil aux premières visiteuses, d’une humeur lasse.

Tesfia et Alice se tenaient devant la porte. Voyant l’expression désolée d’Alice, Alus avait marché jusqu’à elles. Et vu la réticence de Tesfia à se comporter ainsi, alors que sa vivacité était son seul mérite, Alus s’était dit que c’était à propos d’hier soir. « Qu’est-ce que c’est ? » Il s’était appuyé contre le mur, attendant de voir ce qui se passait.

Contredisant ses attentes, Tesfia baissa la tête si vite qu’il risquait de se faire gifler par sa queue de cheval. « Je suis désolée d’avoir dit quelque chose de si irréfléchi hier. »

Alus avait affiché un regard perplexe. Mais si elle ne voulait pas s’expliquer, il ne s’opposerait pas à ce qu’on se contente de l’accepter. Au contraire, il n’aborderait pas un sujet compliqué et ne frotterait pas ses blessures avec du sel. Et l’ignorer chaque fois que c’était mentionné serait un gaspillage d’efforts.

Alors, bien qu’il ne savait pas de quoi il s’agissait, il avait répondu. « Oui, ça ne me dérange pas. Ça ne me dérange pas non plus que tu sois si douce… non plus, mais… »

Après l’avoir entendu dire cela, une touffe de cheveux se leva et Tesfia se mit à sourire comme si un poids avait été enlevé. « Ouf, eh bien, à part ça… » Elle était entrée avec politesse. « Excuse-moi. »

Alice avait suivi son exemple, laissant Alus fermer la porte.

« — !! Je le savais, je le savais. » Tesfia regarda autour d’elle et haussa sa voix quand elle aperçut Loki en train de préparer le petit déjeuner comme si c’était tout naturel. Loki portait son nouvel uniforme, avec un tablier sur le dessus.

Alice s’exclama. « Oh, Loki, ça te va si bien ! Je veux te serrer dans mes bras… mmm, pour l’instant, je vais juste t’aider avec le petit déjeuner. »

« Je vous remercie beaucoup. C’est encore le matin, mais vous êtes si énergique. C’est bon, j’ai déjà fini, » déclara Loki.

Alice avait crié d’une manière étrangement excitée, et proposa d’aider Loki, mais Loki l’arrêta habilement. Comme les deux filles avaient pu le constater, les préparatifs avaient commencé il y a un bon moment et étaient presque tous terminés quand Alus s’était levé du lit.

La table était petite, mais il y avait assez de place pour quatre personnes. Loki avait d’abord servi de la nourriture à Alus, puis s’était servie elle-même. « Et vous deux, alors ? » demanda Loki, avant de s’asseoir. C’était, bien sûr, tout simplement par courtoisie, sans signification plus profonde. Il n’y avait pas d’amabilité dans son expression, et la question n’était qu’une question pour les apparences.

« Nous avons mangé avant de venir, merci, Loki chèrie, » déclara Alice.

« Non, c’est très bien…, » déclara Tesla.

Ayant attendu ces réponses, Loki s’était déjà assise à la table. Comme leur visite avait été si soudaine, on ne savait même pas s’il y en avait assez pour elles deux, mais dans tous les cas, les intentions de Loki étaient claires.

Tesfia et Alice s’étaient assises comme si c’était normal, puis Tesfia avait commencé. « Plus important encore… ! » Elle avait failli frapper la table, mais sa main s’était soudainement arrêtée en plein vol… et après avoir jeté un coup d’œil à Alus, elle s’était éclairci la gorge et avait modestement tapé la table à la place.

Elle devait faire preuve d’une certaine considération après les événements d’hier… Cela dit, cela n’avait pas empêché Alus de manger. Loki, assise en face des deux filles, regarda Tesfia d’un air furieux. Si elle avait été fusillée du regard à cause du manque d’étiquette de Tesfia quand au repas, ça aurait été bien, mais comme d’autres émotions semblaient s’y mêler, Alus avait senti son estomac lui faire un peu mal.

Cependant, Tesfia avait haussé les épaules devant le regard fixe de Loki et avait poursuivi. « Où est restée Loki hier ? » Alors qu’elle posait la question au seul homme à la table, sa question critique avait été posée d’une manière détournée.

Mais la réponse à la question n’était pas venue d’Alus, mais de la fille aux cheveux argentés à côté de lui. « Bien sûr, dans la chambre de Sire Alus. » Le regard de Loki était écrasant et semblait dire. « Ça n’a rien à voir avec toi, » comme hier.

Après le retour d’Alus hier soir, les deux individus avaient rapidement mangé le dîner préparé par Loki — en vérité, il avait dû être convaincu de le faire — et avaient ensuite discuté de la façon de s’adresser l’un à l’autre et de l’endroit où chacun allait dormir.

Leurs discussions n’avaient pas abouti à des conclusions, et comme leur impasse se prolongeait jusqu’à minuit, Loki était restée dans la chambre d’Alus pour la nuit.

Ça ne voulait pas dire qu’il s’était passé quoi que ce soit. Ils partageaient simplement un lit, et rien de ce qui avait inquiété Tesfia ou Alice ne s’était passé.

Cela dit, c’était quand même quelque chose qu’il fallait désapprouver.

*

En fin de compte, l’entêtement de Loki avait mis fin à l’interrogatoire de Tesfia, et Loki et Alus avaient rapidement fini leur repas et s’étaient préparés pour le cours.

Comme c’était son premier jour, Loki avait beaucoup de choses à préparer. Elle recevait son matériel de l’Institut, et comme elle devait se présenter en classe, elle devait arriver tôt.

Après avoir été coupée dans son interrogatoire, Tesfia les avait suivies à contrecœur. Bien sûr, le sujet était revenu dans sa bouche au moment où ils étaient sur leur chemin vers le bâtiment principal, pour un retour de ses doutes. « Je n’arrive pas à y croire. Tu ferais mieux de ne rien avoir fait à Loki. » Tesfia avait l’air de fixer un pervers en regardant Alus marcher à côté d’elle. Le regard intense était comme un radar qui le mesurait pour s’assurer que rien d’inexcusable ne s’était produit.

Alus avait l’impression qu’on enquêtait sur lui.

Tesfia avait ses propres problèmes, mais celui des relations impures entre hommes et femmes la dérangeait, et son expression était sceptique.

Alice avait son sourire ironique habituel en calmant Tesfia. Mais étant donné que Tesfia avait ce genre d’attitude alors qu’elle savait qu’Alus était le numéro un actuel, c’était incroyable dans un sens. Bien qu’elle se soit excusée auprès du magicien à qui elle devait montrer du respect, il fallait une personne audacieuse pour traiter quelqu’un comme lui de pervers.

Alus avait l’impression que tout cela était stupide, mais pour une raison quelconque, il ne détestait pas complètement cette discussion improductive. En tant qu’homme, il devait nier ces soupçons, sinon il était clair qu’il verrait l’enfer après ça. Mais avant qu’il ne puisse — .

« Personnellement, je n’aimerais rien de plus… »

En entendant Loki murmurer, le groupe s’était arrêté sur ses pas. Tesfia en particulier était sous le choc, la bouche grande ouverte.

Alus haussa les épaules et fit comme s’il ne l’avait pas entendu. « Comme si ça allait arriver. »… ou du moins, il aurait aimé pouvoir le faire, mais il ne pouvait l’ignorer, et il avait donc fermement rejeté cette idée.

« Bien sûr que non. En fait, c’est indécent…, » dit Tesfia avec les joues rougies.

Alus fut stupéfait qu’elle puisse continuer à argumenter jusque-là, et il jeta un regard pas du tout amusé à Tesfia.

« Loki, chérie, ça te dirait d’emménager dans notre chambre ? » suggéra Alice.

Le dortoir avait deux personnes par chambre. Il n’y en avait que deux, mais le fait qu’elles avaient assez de place pour ajouter Loki était un signe de l’influence de Tesfia au travail.

La suggestion polie d’Alice avait un bon point de vue, bien que ce qu’elle attendait d’elle ne soit pas clair. Tout le monde avait décidé de ne pas lui faire comprendre qu’elle semblait avoir l’air d’avoir mis la main sur un adorable petit animal.

Mais même alors… « Ne faites pas attention à moi, » dit Loki, repoussant froidement Alice.

Alus voulait personnellement voir Alice continuer un peu plus longtemps, mais il semblait qu’Alice n’allait rien tenter par la force.

« Toi aussi, dis quelque chose ! » Tesfia insista, comme si Alus partageait son opinion.

« Je m’en fiche de toute façon, » déclara Alus.

« — !! »

C’est parce que, qu’il l’ait reconnu ou non, la présence de Loki n’avait pas gêné ses recherches. Au contraire, elle était plutôt attentionnée. Chaque fois qu’il cherchait des documents, elle les trouvait tout de suite et elle préparait quelque chose à boire sans avoir rien à demander.

Il ne serait pas particulièrement troublé sans elle, mais honnêtement, il n’avait aucune raison de la traiter froidement.

« … !! Puisque Sire Alus dit que c’est bon, vous n’avez plus de raison de vous plaindre. » La raison pour laquelle Loki ne s’était pas immédiatement accrochée à la remarque d’Alus, c’était probablement parce qu’elle en avait été surprise elle-même. Mais maintenant qu’elle avait une promesse puissante pour la soutenir, elle avait continué l’offensive.

Bien sûr, Tesfia ne pouvait toujours pas l’accepter, et les deux s’étaient disputés jusqu’au bâtiment principal.

Alice avait participé aux tentatives de persuader Loki en cours de route, mais exerçant comme toujours une faible pression en vue de son caractère, elle n’avait pas été d’une grande aide, et n’avait pas pu aider à convaincre Loki.

Étant indifférent à la question, Alus avait ignoré les filles bruyantes qui se disputaient, et avait passé en revue les résultats qu’il avait obtenus de ses discussions avec Loki hier.

D’abord, elle allait laisser tomber le « Sire » devant d’autres étudiants sur le terrain de l’Institut, et utiliser son surnom Al. Toutefois, il avait fallu plusieurs heures de négociation pour parvenir à ce compromis, ce qui constituait un échec en soi.

La compensation pour cet accord avait été coûteuse, car Alus avait perdu beaucoup de validité et de supériorité quand il s’était agi de Loki vivant avec lui. Sur ce point, Alus n’avait pas su faire preuve de bon sens pour la convaincre (ou plutôt, elle l’avait complètement ignorée), et il n’avait d’autre choix que de l’accepter.

☆☆☆

Partie 8

Grâce à la prévenance de la directrice, Loki s’était retrouvée dans leur classe et elle s’en était sortie sans problème. Elle n’avait pas fait d’erreurs, mais une excitation énorme était présente en classe et risquait de se propager dans l’Institut.

L’allure féminine de Loki semblait plaire encore plus aux filles qu’aux garçons. Cependant, son sourire calme qui aurait dû être dirigé vers ses camarades de classe était uniquement dirigé vers Alus.

Les étudiants de l’Institut appartenaient au même groupe d’âge, mais il n’y avait aucune restriction d’âge. Tant que la personne avait le potentiel de devenir un magicien, son âge n’avait pas d’importance.

Mais comme l’enseignement général faisait partie du programme d’études, ceux qui étaient beaucoup plus âgés n’avaient pas été acceptés afin d’éviter une perte de temps. Dans ces cas, il était courant que la personne suive une formation dans les installations militaires.

Même la courte présentation de Loki n’avait fait que la rendre plus populaire. Et son sourire innocent, le sourire destiné à Alus, qu’elle montrait de temps en temps, la rendait presque irrésistiblement charmante.

Captivés par son charme, les garçons, et même les filles, soupirent d’une expression indéfinissable. Ce n’était pas un soupir ardent, mais plutôt un soupir d’affection universelle.

De plus, le classement de Loki était un autre point d’intérêt. Pendant que les étudiants s’efforçaient de devenir magiciens, le rang avait toujours été quelque chose en tête. La question de l’augmentation du grade de Loki était donc inévitable.

Cependant — .

« 570 !! »

Il n’était pas clair qui l’avait dit… mais cela venait de l’un des étudiants près de Loki.

En entendant cela, même Alus avait été surpris, mais il avait vite compris la raison. Le combat simulé d’hier avait dû l’amener à se faire réévaluer, puis il y avait eu ce grand sort qu’elle avait utilisé. Bien qu’il s’agisse d’un sort tabou, il avait fait appel à la magie et cela avait probablement été inclus dans la mesure.

Elle avait utilisé le sommet du tonnerre, Naruikazuchi, le sort le plus fort de l’attribut de la foudre.

Le classement de Loki était à l’origine dans les 1000, il ne serait donc pas étrange pour elle de sauter directement au milieu des Triples Chiffres.

Comme s’il attendait que le rang de Loki soit élevé, l’écran à l’avant de la classe affichait les résultats des meilleurs individus de l’examen. L’écran était utilisé pour les cours, mais aussi pour des annonces importantes concernant l’Institut.

Soudain, tous les étudiants autour de Loki s’étaient dispersés, avec leurs licences en main. Bien qu’ils voulaient connaître les grades des autres, ils ne voulaient pas que les leurs soient connus.

Profitant de cette ouverture, Loki se dirigea vers Alus et s’assit doucement dans un siège vacant à côté de lui. La plupart du temps, cette place était toujours libre pendant les cours. C’était probablement parce que, dernièrement, tout le monde commençait à penser que quelque chose n’allait pas chez lui.

Alors que la salle de classe était remplie de voix faibles de joie ou de déception, Loki se demandait à haute voix pourquoi son rang avait augmenté, et demanda à Alus ce qu’il en pensait.

Il lui avait donné la réponse qu’il lui avait donnée auparavant, à laquelle elle avait souri avec satisfaction.

Alus trouva que Loki, une soldate, s’inquiétait de son classement comme une étudiante, et la regarda d’un air contre nature et avec surprise. Il était normal d’être obsédé par son rang à l’Institut, et Tesfia et Alice avaient fait la même chose dans le passé. Mais ce n’était pas nécessairement le cas dans l’armée, où de vraies batailles avaient eu lieu.

Pendant ce temps, les classements de Tesfia et d’Alice avaient été révélés. Et ceux qui avaient réagi de façon excessive n’étaient pas elles, mais ceux qui avaient un classement inférieur autour d’elles.

« Classements 4500 et 7833, hein. Vous avez vraiment une longueur d’avance sur nous, » déclara avec admiration une étudiante qui avait souvent demandé conseil à Tesfia et Alice.

« Tu es presque dans les quatre chiffres aussi, Ciel, » dit Tesfia.

Ciel, une petite camarade de classe qui avait pour elle une abordabilité différente de celle de Tesfia avait rougi.

Cependant, il y avait une certaine déception dans la voix de Tesfia alors qu’elle faisait l’éloge de sa camarade de classe. C’était dû au fait que son rang n’avait pas beaucoup augmenté.

En même temps, sa partenaire — les deux filles seraient malheureuses d’être mises dans le même panier, mais Alus ne voyait pas beaucoup de différence entre elles, donc ce n’était pas si faux — Alice avait fait une ascension remarquable depuis son ancien classement de 8867.

Mais ce n’était pas surprenant en soi. Elles n’avaient après tout reçu qu’un classement simpliste à l’examen d’entrée. Cette mesure plus précise les rapprochait de leurs prouesses réelles.

Après avoir fini de vérifier leur propre classement, les camarades de classe avaient regardé dans la salle à la recherche de Loki, la cible de leur attention. Quand ils l’avaient finalement trouvée, la raison pour laquelle il y avait eu une pause avant que quelque chose ne se produise était probablement parce qu’elle était assise à côté d’Alus.

On n’y pouvait rien s’ils le regardaient avec autant de prudence. Plus encore, maintenant qu’ils savaient que Loki était à trois chiffres.

« Connaissez-vous Alus, Mlle Loki ? » demanda Ciel.

Alors qu’Alus pensait qu’elle était plus courageuse qu’elle n’en avait l’air, il vit Tesfia et Alice derrière elle.

« Oui. Alus et moi étions proches avant notre inscription à l’Institut, » répondit Loki.

C’était l’une des réponses qu’elles avaient préparées.

On pourrait penser qu’une telle déclaration serait dite d’une voix vive et avec un grand sourire, mais en réalité, Loki l’avait dit sur un ton monotone avec une expression sans émotion. Quoi qu’il en soit, comme c’était une déclaration inoffensive qu’elles avaient préparée, et tout ce qui s’était passé, c’est que Ciel avait été un peu surprise.

Mais aussi calculateurs qu’ils l’étaient, une fois que Ciel avait commencé à parler, leurs camarades de classe étaient venus en masse pour entourer Loki. Une élevée transférée qui se faisait bombarder de questions était une réalité incontournable de la vie qui se produisait probablement partout.

Bien sûr, Alus n’avait aucune expérience avec ça.

Quoi qu’il en soit, comme le rang de Loki était proche de celui de Felinella, elle était devenue une star immédiate pour ceux qui ne connaissaient pas sa situation.

Pendant que Loki était encerclée, Alus s’était enfui tranquillement… tout en portant un sourire de sympathie.

Remarquant cela, Loki le regarda avec des yeux de chiot, mais Alus la laissa derrière comme pour dire, « Habitue-toi à cela, » et il sortit de la classe.

*

… Je suppose qu’elle est vraiment de mauvaise humeur.

Alus jeta un coup d’œil de son livre à Loki pendant le cours du matin. Ses cheveux argentés pendaient vers le bas, l’empêchant de voir son visage, mais il était probablement aussi peu expressif que d’habitude.

Bien qu’elle n’ait pas eu une personnalité aussi facile à comprendre que Tesfia, elle était tout aussi difficile à gérer.

Cela dit, Alus n’allait pas utiliser son temps pour lui remonter le moral. Après tout, la même chose allait se produire pendant le déjeuner.

Une fois que le signal de fin de classe avait retenti, les élèves étaient arrivés comme prévu. Il y en avait même quelques-uns en attente à la porte.

Et la première à venir en courant avait été… Alice. Elle ne pouvait plus supporter de rester loin de Loki et elle lui caressa la tête. « Ahhhh… Tu es si mignonne, et tes cheveux sont si soyeux. »

Tesfia, exaspérée, demanda à Alice en souriant. « Tu ne vas pas passer tout le déjeuner à faire ça, n’est-ce pas ? »

« Attends encore un peu, que je me rassasie, » répondit Alice.

Alus s’était abstenu de poser des questions sur ce commentaire et avait décidé de se rendre à la cafétéria pour déjeuner. N’ayant pas l’intention de faire la même gaffe deux fois, il avait même apporté sa licence.

Loki avait laissé Alice lui caresser la tête passivement, mais quand elle avait vu Alus quitter la classe, elle l’avait rapidement poursuivi.

Bien sûr, deux autres personnes suivirent, mais à proprement parler Alice poursuivait Loki, tandis que Tesfia ne faisait que suivre.

Cela signifiait essentiellement que les trois meilleures des premières années marchaient ensemble dans un groupe, mais que personne d’autre ne les poursuivait.

Mais Alus, contraint de cacher ses capacités qui surpassaient les trois filles, marchant avec elles, fut exposé à des regards encore plus étranges.

*

Comme prévu, la cafétéria était toujours aussi bondée.

Non seulement Alus n’avait pas répété son erreur, mais il avait utilisé le distributeur automatique avec les mouvements familiers d’un habitué, donnant à Tesfia un regard satisfait avant de s’asseoir à une table assez grande pour dix.

Elle répondit avec une expression exaspérée, mais Alus n’y prêta aucune attention.

Il pouvait comprendre que Loki s’essayerait à côté de lui. « Mais pourquoi venez-vous aussi ? »

« C’est le déjeuner, donc c’est bon. En plus, c’était ta première fois, non ? C’est grâce à moi, tu sais, » déclara Tesfia.

« C’était la première fois que j’utilisais la machine seul, mais ça n’a rien à voir avec toi, » répondit Alus.

Tesfia avait essayé de plaider sa cause avec une logique qui n’avait aucun sens. Mais c’était vrai qu’elle avait aidé la fois précédente, et seul Alus comprenait ce qu’elle voulait dire par là.

Alors qu’ils l’avaient fait valoir, Alice avait également posé son plateau sur la table, faisant réaliser à Alus qu’il était le seul à ne pas être civilisé dans cette situation. « Excusez l’intrusion, » déclara Alice.

Alors qu’il y avait beaucoup de monde, il y avait encore des places libres. La cafétéria pouvait accueillir tout le monde, à condition que tous les élèves ne fassent pas irruption d’un seul coup.

Les quatre individus étaient cachés au bout de la table, Tesfia s’asseyait en face d’Alus, avec un air de défi. Il n’avait pas pu s’empêcher de laisser échapper un soupir. En fait, après cela, Alus pousserait un soupir après l’autre.

« Puis-je m’asseoir à côté de vous, Monsieur Alus ? » demanda une voix familière.

Le groupe avait cessé de manger et s’était tourné vers la nouvelle venue. Des expressions de surprise apparurent sur leurs visages, mais ils ne voyaient pas de choses.

Debout, Felinella attendait la réponse d’Alus, son plateau à la main. Malgré la cafétéria bondée, il semblait y avoir un air inviolable autour d’elle.

Alus jeta un coup d’œil sur les autres étudiants, qui semblaient détourner le regard par jalousie ou crainte, et se dit qu’être aussi charismatique faisait peur.

Ne sachant pas comment interpréter la réaction d’Alus, Felinella vint juste à côté d’Alus avec un regard perplexe. « N’est-ce pas acceptable ? » Tandis qu’il se retournait pour la regarder, elle se pencha et bougea ses cheveux derrière son oreille, rapprochant son visage du sien.

Des halètements d’étonnement étaient venus de la région environnante, suivis par des voix excitées qui s’y étaient mélangées pour une raison quelconque.

C’était facile d’être frappé par sa beauté. Alus n’était pas très bon pour interagir avec Felinella. Elle était un peu comme Cisty, avec un corps envoûtant et une langue élégante. C’était dur de lui dire non. Il suffisait de la regarder dans les yeux pour être attiré. « Vas-y, fais ce que tu veux. »

Cette réponse brusque était sa façon de se défendre contre le fait d’être entraîné dans l’orbite de Felinella… mais il était conscient que c’était une défense fragile.

« Merci beaucoup, » dit poliment Felinella, mais avec un sens caché derrière elle. Elle-même ne s’en rendait peut-être pas compte, mais l’élégance avec laquelle elle était née avait poussé les gens à lui céder leur initiative.

Felinella avait donc obtenu un siège à côté d’Alus. La seule raison pour laquelle elle ne s’était pas assise immédiatement, c’est parce qu’il y avait quelqu’un à la table qu’elle n’avait jamais rencontrée auparavant. « Enchantée, Mlle Loki. »

Après avoir rendu hommage à Alus, Felinella avait salué Loki avec un sourire. Il semblerait que des rumeurs sur le transfert de Loki se soient répandues dans tout l’Institut.

Loki avait vu ce sourire séduisant et avait eu la même première impression d’elle qu’Alus, mais sa propre expression était restée la même sans une once d’amitié. « Enchantée, Lady Felinella. »

Au cours de son briefing avec Alus hier, Loki avait regardé dans le registre de ses camarades de classe supérieure. C’est pourquoi elle savait pour Felinella, y compris que son père était militaire.

Après cela, Alus avait donné à Felinella, ainsi qu’à Tesfia et Alice, le strict minimum d’informations sur Loki, terminant leurs présentations. Mais il n’était pas nécessaire de dire qu’Alus avait été bombardé de regards hostiles de la part des autres étudiants témoin de cette scène bizarre. Avec quatre beautés autour de lui, il était tout naturel qu’il devienne leur cible d’envie.

Mais à l’instant d’après, ces regards s’étaient arrêtés.

La cafétéria, qui pouvait accueillir 1 000 personnes, était équipée de cinq grands écrans pour que chacun puisse en voir au moins un. Après un bip indiquant que de nouvelles informations étaient sur le point d’être révélées, une voix était arrivée pour annoncer les détails.

« Il s’agit d’une annonce concernant une leçon parascolaire qui sera mise en pratique. Le 28e jour du cinquième mois, après l’obtention du diplôme, les étudiants feront leurs premiers pas en tant que magiciens et participeront à un entraînement de combat en direct. »

La voix articulée poursuit. « Nous vous ferons participer à l’élimination effective des mamonos. Nous distribuerons des informations détaillées pour chaque classe. Je répète… »

Finalement, l’annonce s’était terminée et les écrans étaient revenus à la normale, alors qu’une vague d’agitation secouait tous ceux dans la cafétéria.

Dans le tumulte, plus d’un élève avait fait tomber sa vaisselle sur le sol.

Pour les étudiants cherchant à devenir magiciens, le combat réel était quelque chose qu’ils ne pouvaient pas éviter, mais en même temps c’était leur plus grand obstacle.

Ceux qui avaient du courage étaient impatients d’y aller, mais la majorité des élèves s’étaient retrouvés perdus.

Quant à la table d’Alus… comme lui et Loki le savaient déjà, ils continuèrent à manger comme si de rien n’était.

Felinella, avec son expérience du combat, avait été surprise par la nouvelle soudaine, mais elle avait vite murmuré. « La directrice a la vie dure. » Après ça, elle s’était calmée et avait repris son repas comme les deux premiers.

Quant aux deux autres — .

« Vous êtes sûr d’être… calme, » déclara Tesfia. Sa cuillère n’avait rien dessus, et dérivait dans les airs sans endroit où aller. Elle parlait sur un ton raide, tout à fait à l’opposé du calme, tout en regardant toujours l’écran.

« Pourquoi maintenant !? Cela ne s’est jamais produit auparavant…, » dit Alice avec un regard déconcerté sur son visage.

Elle semblait chercher de l’aide, et le seul présent qui pouvait lui répondre était Alus, mais lui expliquer la situation n’allait rien changer. Au lieu de cela, cela ne ferait que la rendre anxieuse et frustrée, alors Alus avait gardé le silence. Les visages d’Alice et de Tesfia étaient déjà très pâles.

« Je me demande ce qu’ils vont faire. Il semble que les autres instituts font déjà quelque chose de similaire, mais ce sera la première tentative de cet institut, » dit Felinella d’une voix calme, mais en s’assurant que c’était assez fort pour qu’Alus puisse l’entendre. Elle avait tourné les yeux dans sa direction.

C’était gênant, mais Alus avait répondu d’une voix tout aussi grave. « J’ai déjà ressenti une bonne partie de la douleur que tout cela inflige. » Il n’avait aucune obligation de répondre, mais elle était candidate pour être superviseure d’une équipe de première année… il ne pouvait pas cacher toute l’information.

« Je vois. Désolée de vous avoir causé des ennuis, » déclara Felinella.

« Tu peux le dire encore une fois, » déclara Alus.

Cependant, Felinella n’avait pas creusé plus profondément. Elle baissa les yeux et termina la conversation. On aurait dit qu’elle était attentionnée envers lui.

C’est pourquoi Alus s’était senti à l’aise avec elle et avait fermé les yeux. Même si c’était juste un moment… avant que ce tumulte ne s’estompe… il voulait se reposer.

La sensation d’être incapable de suivre l’évolution constante du paysage qui l’entourait l’emporta. Ce furent des jours agités, même sans la responsabilité d’être le magicien le plus fort avec le sens du devoir correspondant. Tout ce qu’il faisait apportait quelque chose. Comme les aiguilles de l’horloge qui n’arrêtaient pas de bouger, les jours paisibles étaient chassés avec un tic-tac, comme s’ils étaient en accord avec son cœur qui battait.

Que désirait-il exactement ?

Ayant vécu une vie pratique et utilitaire, Alus n’avait aucun moyen de savoir ce qui lui manquait. C’est pourquoi il essayait d’accepter les difficultés qui accompagnaient les relations. Il n’avait même pas besoin de confirmer son propre état d’esprit.

Après tout, ces jours turbulents se transformaient en une vie quotidienne complètement nouvelle.

Mais nous n’avons pas eu le temps de remarquer ce changement…

« Al ? » Comme il avait arrêté de manger, Loki l’appela avec inquiétude, le ramenant à la réalité.

Nous n’avons pas eu le temps de nous reposer… mais ce n’est jamais ennuyeux.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire