Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 5

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 3 : Une rencontre imprévue aux couleurs argentées

Partie 5

« Mais c’était quand même une surprise de voir Al comme ça, » déclara Alice en souriant alors qu’elle marchait avec Tesfia. Sa façon de parler donnait l’impression qu’elle parlait d’une amie du même âge, plutôt que du magicien classé numéro 1.

Contrairement à hier, elles rentraient seules. Alors qu’Alus avait quitté l’immeuble avec elles, il fut soudain appelé au bureau de la directrice, et ils s’étaient séparés de lui à grands pas.

« Il était comme un enfant qui se vantait, » dit Tesfia.

« Veux-tu dire digne de son âge ? » demanda Alice.

« Non, je veux dire comme un enfant montrant son tout nouveau jouet, » déclara Tesfia.

Quand Alice entendit cela, elle pouvait vraiment voir Alus comme un enfant et elle se couvrit la bouche pour rire. « Ouais, peut-être… C’est un peu scandaleux pour un jouet. »

« C’est vrai. Pourtant, je comprends ses talents de magicien, mais qu’en est-il de ses talents de chercheur ? » demanda Tesfia.

Alice répondit sans l’ombre d’un doute dans son esprit. « Je suis sûre qu’ils sont excellents. »

« Je m’interroge à ce sujet. Il fait peut-être des recherches sur des trucs ennuyeux qui n’ont aucun espoir d’avenir, » déclara Tesfia.

« Hmm, je ne pense pas… mais pourquoi ne pas lui demander de nous montrer le sort dont il parlait aujourd’hui quand il l’aura terminé ? » déclara Alice.

« Ouais, allons-y. Mais après qu’il en ait tant parlé, il vaut mieux ne pas rire quand il s’avérera que c’est un sort boiteux, Alice, » déclara Tesfia, comme une grande sœur qui expliquait à une petite sœur.

« Toi aussi, Fia. Tu es de la noblesse, donc tu ne peux pas te déshonorer en riant la bouche ouverte, même si c’est drôle, » déclara Alice.

Les deux filles se souriaient l’une à l’autre avec des sourires réservés.

Avant que personne ne s’en rende compte, les grandes recherches d’Alus avaient été transformées en quelque chose qui ne pouvait être que boiteux, le degré de son talent avait été réduit à néant… mais cela n’avait peut-être eu d’importance que pour les deux filles.

Plus tard, quand les deux filles auraient finalement compris ne serait-ce qu’une partie de ses recherches, leurs expressions allaient totalement changer.

Mais c’est une histoire pour l’avenir.

***

Après s’être séparé des deux filles à côté du bâtiment de recherche, Alus s’était dirigé vers le bureau de la directrice avec des pas lourds et un cœur pesant.

Il s’attendait à ce que ce ne soit rien de bon d’après ce dont lui et Cisty avaient parlé auparavant, et d’après ses gestes. Il avait eu l’impression qu’il ne devait pas s’impliquer avec elle si possible, mais cela s’était déjà transformé en une condamnation.

Il fallait quelques minutes pour aller à pied des quartiers privés d’Alus jusqu’au bureau de la directrice dans le bâtiment principal. Il était compréhensible de s’y rendre à pied et non par le Cercle de Transport.

Il avait prévu de faire attention à ses manières et de frapper à la porte, mais il fronça les sourcils en frappant, clairement malheureux. S’autorisant lui-même rapidement à entrer, Alus ouvrit la porte en toute hâte. « Je n’ai toujours rien demandé. »

Voyant le froncement de sourcils d’Alus, Cisty répondit. « Je n’ai toujours rien entendu. »

Alus feignit l’ignorance et redressa son dos. Cisty avait une meilleure réputation ici, après tout.

« Eh bien, peu importe. Comme vous le savez sûrement, il y aura un examen de compétence au début du mois prochain, » déclara la directrice.

« J’en ai entendu parler. » Cela faisait partie du programme d’études de l’année, un test destiné à mettre à jour les rangs des étudiants de première année à leur entrée à l’Institut en fonction de leurs compétences actuelles. Comme plus d’un millier de candidats devaient être évalués lors de l’examen d’entrée, l’efficacité avait été privilégiée par rapport à l’exactitude. En tant que tel, ce test avait pour but d’examiner de plus près les capacités des étudiants de première année.

Alus savait déjà ce que Cisty voulait. « En d’autres termes, il s’agit de mon évaluation de grade. »

« Oui. Comme je préfère éviter toute agitation inutile, je l’ai organisée pour vous évaluer, » répondit-elle.

Alus aurait aimé se plaindre qu’elle abusait de son autorité, mais il voulait aussi éviter cette agitation inutile. Et, eh bien, c’était probablement sa seule issue.

Il savait que l’examen de compétence figurait dans l’horaire annuel, mais lorsqu’il y avait réfléchi, les méthodes réelles n’étaient pas décrites. « Je comprends. Mais ce n’est pas tout, n’est-ce pas ? Quelle est ta vraie raison ? »

La directrice n’avait pas été particulièrement surprise. Au contraire, elle soupira de soulagement lorsqu’elle put enfin passer au sujet principal. Mais voyant cela, Alus avait l’impression que son intuition avait été déçue.

« Je suis contente qu’on puisse aller droit au but. C’est ce que je veux. » Sur le bureau de Cisty, il y avait une pile de papiers. Elle les avait ensuite retournés, c’est-à-dire en lui disant de les lire pour qu’il soit plus facile de confirmer ce qu’elle voulait.

Alus passa ses yeux sur les documents, puis regarda Cisty pour confirmation.

Elle répondit avec un sourire et un signe de tête comme pour dire qu’il avait sa permission.

« … » Alus avait ensuite tout lu en détail. Il soupira. « Et que veux-tu que je fasse ? »

« Rien de particulier… qu’en pensez-vous ? » demanda Cisty.

Les documents qui se trouvaient sur le bureau étaient des suggestions et l’un d’eux contenait des détails sur une proposition nouvellement élaborée pour l’Institut. Celui-là venait de l’armée.

En d’autres termes, c’était pratiquement une politique nationale, et comme le Second Institut de Magie ne pouvait pas couper ses liens avec l’armée, il devait accepter la proposition.

Ce n’était pas comme si quelque chose allait changer de demander l’opinion de quelqu’un, mais c’était certainement le genre de chose où l’on pourrait vouloir l’opinion d’une tierce partie, surtout celle d’Alus.

« Avant de répondre, j’ai quelque chose à te demander, » déclara Alus.

« Allez-y, » le sourire glamour de Cisty était porteur d’espoir quant à son opinion.

« Est-ce quelque chose qui est proposé parce que j’ai demandé à prendre ma retraite ? » demanda Alus.

« Probablement. » C’était une réponse vague, mais Cisty ne voyait pas ça comme un problème.

Quant au contenu de la proposition, son but était de permettre aux étudiants d’acquérir une expérience réelle en luttant contre les mamonos, sous prétexte d’être une leçon parascolaire.

« Personnellement, je pense que nous recevons cela assez tard. Cela fait déjà partie du programme d’études des premier, quatrième, cinquième et septième instituts. Cependant…, » déclara Cisty.

« Cela ne fera qu’augmenter le nombre de morts, » déclara Alus catégoriquement.

« Cela le fera, n’est-ce pas, » dit la directrice d’un ton léger, en essayant de réduire un peu la gravité du sujet.

C’était un combat en direct. Des vies seraient en jeu.

Bien que la majorité des étudiants s’enrôleraient dans l’armée après l’obtention de leur diplôme et qu’ils finiraient par être confrontés au combat, le problème était que les étudiants n’avaient toujours pas suivi ce genre d’entraînement jusque-là.

Mais le vrai problème n’était pas physique, c’était mental. Pour les étudiants qui pourraient au moins utiliser la magie, les mamonos de bas niveau ne devraient pas poser trop de problèmes.

Cependant, ce qu’Alus avait mentionné était un véritable résultat possible. C’était parce qu’ils risquaient d’abandonner le combat par peur de leur première vraie bataille.

Comme les pouvoirs d’un magicien étaient largement influencés par son état mental, se recroqueviller dans la peur lui ferait perdre leur capacité à utiliser la magie. Et si cette peur des mamonos restait sous la forme semi-permanente d’un traumatisme, ils pourraient même ne pas devenir des magiciens à part entière.

Techniquement, il y avait un filet de sécurité en place, mais il était toujours problématique. Selon la proposition de l’armée, un camarade de classe supérieure se tiendrait avec les premières années en cas d’urgence. Bien qu’il y ait une différence de compétences, ils étaient encore étudiants, et quand il s’agissait d’éliminer les mamonos, il n’y avait pas beaucoup de différence entre eux. En cas d’urgence, on craignait que le personnel ne soit inutile.

« En d’autres termes, c’est ce que veulent les hauts gradés, » déclara Alus.

« En effet. Avec l’affaiblissement de la barrière, ils veulent probablement que les élèves s’habituent au combat le plus tôt possible. Et il est probable que les investisseurs influents veulent avoir une idée de la qualité des différents instituts en tant que centres de formation de magiciens. C’est le genre de chose que les gros bonnets envisageraient, » déclara-t-elle.

Alus soupira. Il avait poussé le sujet de l’avant, voulant une réponse à ses soupçons. « Alors, qu’est-ce que tu veux que je fasse ? »

« J’ai surtout été affectée à des missions de défense, donc vous connaissez mieux les mamonos, » déclara Cisty.

Alus avait une chose ou deux qu’il pouvait dire à cela, mais il avait décidé d’écouter toute l’histoire d’abord et avait exhorté Cisty à continuer.

« Alors, vous ne pouvez rien faire, Alus ? » demanda Cisty.

« Quelque chose ? Comme quoi ? » demanda Alus.

« Vous savez, comme agir sur les hauts gradés… rapidement. Et si ça devait être difficile, vous pourriez faire autre chose. Par exemple, vous pourriez —, » déclara Cisty.

« Ce n’est pas possible. » Alus avait rejeté les propos de la directrice avant qu’elle ne puisse faire une deuxième suggestion. Il n’avait pas l’influence nécessaire pour faire appel d’une décision prise au plus haut niveau. Ou plutôt, on lui avait intentionnellement fait perdre son influence, tout comme ils avaient été si réticents à accepter sa demande de démission.

Malgré cela, ils l’avaient utilisé à leur guise pour des missions. S’il s’agissait de l’initiative solo du gouverneur général Berwick, il aurait peut-être été en mesure de dire du bien de la directrice. Malheureusement, cela avait dû être considéré comme le consensus de l’ensemble de l’armée.

Quant à l’autre proposition, la directrice avait laissé entendre… « Combien d’élèves participeront à ces cours extrascolaires, d’après toi ? C’est impossible de les couvrir tous. » Même pour quelqu’un d’aussi puissant qu’Alus, il n’était pas possible de les protéger tous à moins qu’ils ne soient physiquement dans un seul groupe.

En réponse, Cisty avait gonflé ses joues et avait fait la moue, ce qu’Alus n’aurait jamais cru qu’il verrait quelqu’un de son âge faire. « Allez… alors avez-vous d’autres bonnes idées ? »

Il ne semblait pas qu’elle allait le laisser partir si facilement. À moins qu’il ne lui ait au moins donné une suggestion, il n’allait probablement pas être autorisé à rentrer chez lui. Il haussa les épaules et se gratta la tête. « Dans quelle mesure cette proposition peut-elle être modifiée ? »

L’ingérence de la directrice dans le consensus des hauts gradés pourrait lui apporter de l’animosité et même entraîner sa démission forcée. Bref, s’opposer à la façon de faire de l’écrasante puissance militaire comportait de grands risques.

La situation pourrait être décrite comme terrible, mais si Alus avait une bonne idée, il faudrait que Cisty fasse de son mieux et la fasse avancer.

« Tant que cela ne change pas le sens de la leçon extrascolaire…, » Cisty lui répondit avec un regard sérieux.

Cette expression disait qu’elle obtiendrait ce qu’elle voulait, quoi qu’il arrive, à condition que ce soit quelque chose de mineur. Bien qu’elle n’ait pas été ouverte à ce sujet, elle voulait veiller à la sécurité des élèves qui lui étaient confiés.

Les deux individus avaient regardé une carte. « Il n’y a aucun doute que c’est la zone, n’est-ce pas ? » dit Alus.

« Oui. » Vu la clarté de sa réponse, Cisty ne semblait pas connaître les détails, donc ce n’était probablement pas encore décidé. Mais elle estimait qu’il était encore trop rapide d’amener des étudiants dans le monde extérieur, même si c’était pour renforcer leurs forces plus rapidement.

« C’est une zone où les mamonos de classe inférieure apparaissent, mais les mamonos de classe B y apparaîtront de temps en temps. Tenir les leçons ici serait mieux, même si c’est un peu plus loin. » Alus avait montré un endroit sur la carte, puis avait glissé son doigt vers un autre endroit.

« Bien sûr, ce ne serait pas sûr même à ce moment-là, » déclara la directrice avec une expression amère. Elle comprenait aussi les risques. Alors qu’elle était principalement affectée à des missions de défense, elle était quand même toujours sur le terrain. L’inattendu et l’imprévu étaient des événements quotidiens dans le monde extérieur. Ce n’était pas exagéré d’appeler l’inattendu la norme.

La bataille dans le monde extérieur exigeait des préparations et des stratégies flexibles et constantes si le pire devait arriver. Mais ils étaient encore capables de détecter des mamonos de haut niveau apparaissant à plusieurs kilomètres des lignes de défense. De plus, bien que l’équipement magique en place pour détecter les mamonos n’étaient généralement pas assez fiables pour détecter quoi que ce soit de plus loin, il pouvait détecter les mamonos de niveau calamité assez rapidement, mais pas parfaitement.

« Dans ce cas, il y a une possibilité que des mamonos de rang B puissent passer à travers, donc nous devrions mettre à niveau les superviseurs des étudiants. Au lieu d’élèves de la classe supérieure, nous devrions demander des magiciens officiels… mais cette proposition n’a que peu de chance d’être acceptée, » avait conclu Alus.

« Ce serait difficile, » déclara Cisty.

Les précieux magiciens de l’armée devaient rester en attente afin d’être mobilisés à l’improviste. Et il était difficile d’imaginer les militaires approuver leur envoi pour une simple leçon parascolaire.

« Alors, nous devrions nous contenter d’assigner les plus hauts gradés comme superviseurs. Mais plutôt que d’en avoir un chacun, vous pouvez en avoir deux ou plus. Il y a aussi la possibilité d’utiliser des professeurs. La composition a été confiée à l’Institut, n’est-ce pas ? » demanda Alus.

« C’est vrai… mais ça provoque quand même des maux de tête, » répondit Cisty. « D’ailleurs, il a été décidé que la composition sera composée de cinq étudiants et d’un ou plusieurs superviseurs. »

« Alors je te souhaite bonne chance, » sur ce, Alus s’était retourné. À ses yeux, il s’était acquitté de ses obligations en donnant quelques suggestions à l’égard des superviseurs.

La directrice, par contre, avait sorti un « Hein !? »

« Y a-t-il encore autre chose ? » Alus s’était retourné avec un regard qui montrait à quel point c’était douloureux pour lui.

Mais cette sorcière n’était pas assez obéissante pour accommoder Alus. « … J’ai oublié d’apporter le thé. » C’était une excuse évidente pour garder Alus ici, et elle s’était rapidement mise à l’action.

Même Alus avait hésité à l’ignorer et à rentrer chez lui après ça. Il avait essayé avec son expression faciale de montrer qu’il était encore plus ennuyé par tout cela comme une forme de rancune… mais c’était le strict minimum pour maintenir sa santé mentale.

Après cela, les deux individus avaient passé la soirée à explorer différentes solutions.

En fin de compte, Alus avait prêté ses connaissances, grâce à Cisty qui l’avait empêché de partir plus tôt.

« Ce sera difficile, mais si nous surmontons cela, nous serons capables de former d’excellents magiciens. L’avenir de l’humanité s’annonce prometteur ! » dit Cisty comme une missionnaire, levant le poing en l’air.

Alus ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle avait une force idéaliste dans sa façon de parler.

Cisty sourit innocemment.

Il en avait assez, mais elle avait raison quand il s’agissait d’assurer la survie de l’humanité. C’était grâce à Tesfia et Alice qu’il avait accepté une telle flatterie évidente. Leur aptitude à être magiciens serait probablement clairement indiquée dans cette leçon parascolaire. Si elles obtenaient de bons résultats, ce serait très bien, et si elles cédaient aux mamonos, une conclusion différente serait énoncée clairement.

C’est ainsi qu’avait eu lieu le débat diligent et scrupuleux entre un chiffre unique et un ancien chiffre unique.

Après cela, Alus s’était fait appeler au bureau de la directrice après avoir veillé à l’entraînement de Tesfia et Alice. Il n’avait plus la volonté de maudire son destin.

Tout en pleurant la perte de son précieux temps, il avait réussi à maintenir son équilibre mental en se disant que cela allait jouer en sa faveur. En d’autres termes, il s’était consolé en se disant que cela l’aiderait dans le futur.

Quoi qu’il en soit, il y avait une limite au temps dont ils disposaient jusqu’au jour de la leçon parascolaire.

Et peu importe ce qu’ils enseignaient aux élèves, ils n’étaient encore que des magiciens novices. Comme ils manquaient cruellement d’expérience au combat, ils étaient peu fiables et vulnérables.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire