Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 3 : Une rencontre imprévue aux couleurs argentées

Partie 3

Alice semblait préoccupée par le non-respect du couvre-feu, mais l’expression de la jeune fille était emplie d’affection, tout le contraire de la colère.

Cependant, les instincts d’Alus lui avaient dit qu’elle n’avait pas un tempérament aussi doux que son expression le disait.

C’était une belle fille. Il serait plus approprié de l’appeler belle que mignonne. Sa beauté était du genre mystérieux qui charmait le sexe opposé. Du point de vue de la taille, elle était à peu près aussi grande qu’Alus. Alice était plus adulte que Tesfia, mais cette Socalent était plus voluptueuse, plus proche de la Sorcière Cisty. Raison de plus pour qu’Alus trouve son sourire séduisant.

« Bon retour, Fia, mademoiselle Alice. » Sa voix était tendre, ses lèvres lustrées et séduisantes.

Et Tesfia — qui s’était finalement échappée de l’ample poitrine — se redressa rapidement et s’inclina comme Alice l’avait fait. Mais elle avait une lueur de suspicion dans les yeux. Elle ne comprenait pas pourquoi la surveillante du dortoir venait les accueillir elle-même.

Alus avait eu envie de répliquer quand il avait vu le comportement poli de Tesfia envers sa camarade de classe supérieure, voyant qu’elle ne l’avait jamais traité comme ça, mais il s’était retenu.

« Qui cela peut-il être ? » Socalent, avec un sourire artificiel, s’exclama doucement.

Alus s’était présenté. « Je suis Alus Reigin de première année. Nous étions en retard après être restés pour étudier. » C’était une ligne formelle et superficielle. Alus avait aussi un sentiment de méfiance à l’égard de cette camarade de classe supérieure, mais pour une raison différente. C’est pour ça qu’il était resté calme et qu’il avait gardé la tête haute.

« … ! ! Oh, non, ça ne me dérange pas. Les étudiants ici sont après tout dévoués. C’est comme s’il n’y avait pas vraiment de couvre-feu, » déclara Socalent.

Elle avait jeté un coup d’œil à Tesfia et Alice en disant cela, mais s’était rapidement verrouillée sur Alus. « Je m’appelle Felinella Socalent. Je suis étudiante de deuxième année et surveillante de dortoir. » Elle posa sa main sur sa poitrine, retournant la présentation d’Alus avec un salut gracieux.

Tout ce qu’elle avait fait avait révélé à quel point elle était bien élevée. Il n’y avait pas un seul défaut dans son comportement. Ses cheveux captivants pendaient devant son visage, et n’importe quel homme serait frappé en la voyant les déplacer derrière son oreille.

Mais Alus n’avait été prudent que lorsqu’il avait été témoin de ses gestes trop parfaits. Il avait aussi déjà entendu le nom de famille Socalent. « Quand je pense que vous êtes la superviseure du dortoir en deuxième année. » Ce poste comportait de lourdes responsabilités. Alus s’attendrait à ce que le superviseur soit un étudiant de troisième année ou un enseignant de première classe.

Que Tesfia comprenne ou non le point de vue d’Alus, elle avait ajouté une explication. « Feli est la seule magicienne de deuxième année à trois chiffres de l’Institut. Nous nous connaissons tous les deux grâce à nos familles, » ajouta-t-elle fièrement, poussant sa poitrine maigre — comparée à celle de Felinella — vers l’extérieur.

Si elles se connaissaient au niveau familial, cela signifiait que Felinella était aussi de la noblesse. On lui avait peut-être accordé beaucoup de choses, mais l’aristocratie elle-même n’était pas adaptée à notre époque. Mais comme les familles établies et distinguées avaient des liens profonds avec l’armée, l’aristocratie était encore vivante aujourd’hui.

Comme le statut et l’autorité des magiciens étaient largement influencés par leur rang, les magiciens les mieux classés recevaient plus de respect. C’est pourquoi, si vous vouliez protéger votre fierté et votre dignité, vous seriez naturellement concentré sur votre grade.

En conséquence, beaucoup de ceux qui représentaient des familles nobles gagnaient des rangs à la hauteur de leur statut, ce qui signifiait qu’il y avait beaucoup de nobles dans les rangs supérieurs.

« Je vois. C’est logique, » acquiesça Alus.

Felinella baissa les yeux avec humilité. « Je ne suis que le numéro 375, Monsieur Alus. »

« … »

Cela dit, le fait d’être à l’école en tant qu’élève avec un nombre à trois chiffres était étrange en soi. Comme Alus l’avait dit à Tesfia et Alice, les mamonos exterminés avaient eu le plus d’impact sur votre rang. Comme les étudiants de l’Institut n’auraient pas l’expérience du combat réel, ils ne devraient pas avoir beaucoup de chances de grimper jusqu’à un nombre à trois chiffres.

Bien que douteux, Alus réalisa que quelque chose que Felinella avait dit le dérangeait. Il avait également noté qu’elle avait dit « simplement » et donc, sa conviction s’était renforcée.

Il avait probablement raison dans ses soupçons. Et si c’était juste un malentendu, il pourrait s’excuser. « Comment va le Seigneur Vizaist ? Il m’a été d’une grande aide à l’époque. »

Felinella sourit doucement aux paroles d’Alus. Apparemment, il était parfaitement dans le mile. « Oui, vous vous êtes aussi beaucoup occupée de mon père. »

Le Seigneur Vizaist était un général dans l’armée, et Alus avait fait des missions sous son commandement dans le passé. Pendant longtemps, il avait obtenu des résultats inégalés et son grade s’était amélioré jusqu’à ce qu’il soit muté sous le contrôle direct du gouverneur général.

Officiellement, sept nations protégeaient l’humanité, mais en réalité toute l’humanité était protégée par une seule nation, dont Alpha n’était qu’un territoire. En tant que tel, il n’y avait pas de général de l’armée, pour ainsi dire. Le gouverneur général occupait le rang le plus élevé.

Bien sûr, Tesfia et Alice avaient été étonnées par cet échange. Mais seulement pour un bref instant. Tesfia se souvint soudain de quelque chose, et chuchota à l’oreille d’Alice.

Alice avait ensuite parlé avec une expression compréhensive. « Connaissez-vous Al, Mademoiselle Socalent ? »

« Bien sûr que je le connais, » dit Felinella, après une courte pause. « C’est la première fois que je le rencontre, mais mon père m’a beaucoup parlé de lui. » Une noble comme Felinella rendant hommage à Alus était très probablement parce qu’elle connaissait son rang. « Mais, êtes-vous en train d’instruire ces deux-là, Monsieur Alus ? »

« Ouais, la directrice me l’a mis sur le dos. » Comme Felinella était la fille de cet homme, Alus ne lui parlait plus comme s’il la voyait comme un compagnon de classe supérieure.

Felinella n’avait pas l’air de s’en faire pour ça. En fait, son visage s’illuminait de joie alors qu’elle interprétait sa façon plus détendue de parler comme s’ils se rapprochaient. « Oh, comme je suis envieuse, » dit-elle, en posant sa main sur sa joue d’une manière charmante.

Tesfia et Alice avaient senti qu’il y avait pas mal d’épines dans ses paroles.

Cependant, Alus ne fit que plisser son front. « Elles pourraient rentrer tard chez elles à partir de maintenant, alors excusez-le, voulez-vous bien, mademoiselle Socalent ? »

Quand Felinella entendit ces mots, ses tempes frémirent. « Monsieur Alus, n’hésitez pas à m’appeler Feli. » Elle l’avait dit avec un doux sourire, mais une force irrésistible dans sa voix avait même fait vaciller Alus.

« D’accord, d’accord. Alors, appelle-moi Al. Ces deux-là m’appellent déjà comme ça, après tout, » déclara Alus.

Une expression joyeuse apparut un instant sur le visage de Felinella, en entendant sa réponse. Peut-être préoccupée par son apparence en tant que camarade de classe supérieure, Felinella jeta un coup d’œil à Tesfia et Alice. Mais seul Alus l’avait remarqué.

« Je suis heureuse de votre offre, mais avec la position de mon père, le fait que je sois trop familière avec vous pourrait causer toutes sortes de problèmes. C’est aussi notre première rencontre, c’est très regrettable, mais puis-je continuer à vous appeler monsieur Alus ? » demanda-t-elle.

« D... D’accord, » répondit Alus.

« Mademoiselle Alice, n’hésitez pas à m’appeler Mademoiselle Feli, s’il vous plaît. “Mademoiselle Socalent” nous fait passer pour des étrangères, » déclara Socalent.

Tesfia l’appelait déjà comme ça, donc il ne devrait pas y avoir de raison d’avoir peur, mais Tesfia hochait la tête aux côtés d’Alice pour une raison inconnue.

C’est parce que pendant que Felinella souriait, il n’y avait rien de proche d’un sourire dans ses yeux.

Alus avait comparé leur traitement au sien. Il se demandait si c’est simplement par respect pour son grade ou s’il y a une autre raison à cela. Quoi qu’il en soit, il avait conduit les deux filles à leur dortoir, donc il n’y avait aucune raison de rester. « Alors je vais partir d’ici. »

Tandis qu’il se retournait, une voix cria pour l’arrêter. « Monsieur Alus, ces deux-là sont encore des filles, alors ne les renvoyez pas trop tard, même si c’est pour la formation. »

« D’accord, » répondit Alus.

« Et… pourriez-vous m’inclure aussi, même si ce n’est que de temps en temps ? » demanda Socalent.

Alus, ainsi que Tesfia et Alice, en avait été surpris. « Eh bien, il n’y a pas beaucoup de différence entre deux et trois… ce serait juste “de temps en temps”, n’est-ce pas ? »

« Oui ! » Felinella répondit avec un sourire innocent, digne de son âge.

« Pour être honnête, je ne suis pas assez prétentieux pour penser qu’il y a quoi que ce soit qu’un Trois Chiffres approchant les Deux Chiffres puissent apprendre de mes instructions, alors ne te fais pas d’illusions, Feli, » déclara Alus.

« Je comprends. Je recevrai vos conseils avec des attentes modérées. » Contrairement à ce qu’elle disait, le ton de la voix de Felinella était joyeux.

Après ça, Alus était finalement rentré chez lui.

Sur le chemin du retour, il n’avait pas pu s’empêcher de le regretter. Avec Vizaist impliqué, il n’avait pas l’impression qu’il aurait pu refuser, mais une plus grande partie de son précieux temps finirait par être sacrifié à cause de cela.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire