Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 3 : Une rencontre imprévue aux couleurs argentées

Partie 2

« Je suis impressionné que vous puissiez vous qualifier d’excellente vue comme vous êtes maintenant, » déclara Alus.

« Ce n’est pas nous qui le disons, » déclara Tesfia.

Tu ne le dis peut-être pas tout haut, mais ton attitude dit le contraire, pensa Alus. Même si Tesfia avait agi modestement, elle était très gênée. Il s’était retenu de dire à Tesfia que les gens comme elle devraient se dépêcher de se faire dévorer par les mamonos… mais il n’avait pas pu s’empêcher de tenir sa tête en raison de la douleur.

Une fois de plus, il avait affirmé que seuls ceux qui savent bien s’occuper des autres étaient aptes à devenir des enseignants.

Ayant été forcé de réaliser cela, on pourrait penser que l’attitude d’Alus envers les enseignants pourrait changer… mais ce ne serait probablement pas le cas. « Toutes les deux, montrez-moi un peu de peau. »

Il y avait eu une pause après ce qu’Alus avait dit, ce qui pourrait être interprété comme du harcèlement sexuel, mais Alice lui avait obéi et lui avait montré son bras, et Tesfia avait remonté sa manche. N’importe où aurait été acceptable tant que c’était de la peau nue, donc si elles avaient vraiment commencé à se déshabiller, Alus aurait dû admettre qu’il avait utilisé une phrase inappropriée.

« Aïe !! »

« Argh !! »

Alus avait soudainement pincé Tesfia et Alice. Bien sûr, il y avait un but derrière tout ça.

« Qu’est-ce que tu fais ? » s’écria Tesfia.

Une question évidente, mais il serait plus rapide de les laisser l’essayer. « Concentrez le mana sur vos jambes comme ça. »

« … »

Le mana était généré dans le corps et circulait à travers le corps en fonction des besoins. Lors de l’utilisation des AAR, les magiciens avaient tendance à concentrer inconsciemment le mana dans la main qui saisissait l’arme.

Il était possible de concentrer consciemment le mana dans une partie du corps. Mais alors que des gens utilisaient cette focalisation de mana consciemment, l’écrasante majorité contrôlait habituellement leur mana inconsciemment.

Comme les instincts étaient profondément entrelacés avec le mana, le comportement réflexe d’une personne avait également eu un effet sur elle. Avec l’esprit et le corps si étroitement liés au mana, il devenait parfois fou.

C’est pourquoi les magiciens avaient toujours eu besoin de rester calmes… mais cela n’avait rien à voir avec ça.

En d’autres termes, en les pinçant au bras, une douleur s’était manifestée et leur attention avait été dirigée vers un seul point. Le mana avait également répondu à la douleur et avait circulé là. C’était un entraînement pour concentrer le mana ailleurs d’où le fait de devoir faire mal.

Cependant, la version militaire de cette formation n’employait pas un acte aussi gentil que le pincement. Cela impliquait de fouetter si fort qu’il laissait des marques après ça, donc cette version était beaucoup plus douce pour les filles. Mais si la douleur n’était pas suffisante, ce ne serait pas de l’entraînement. Puisqu’elles donnaient des directives au mana qui s’était inconsciemment rassemblé dans la zone pincée, elles avaient besoin d’un certain niveau de tolérance.

Comme il y mettait un peu plus de force, leurs visages se tordirent de douleur. Leur peau serait un peu rouge plus tard, mais cela ne devrait pas leur faire si mal qu’elles ne seraient pas capables de réfléchir.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Alus.

Le rassemblement inconscient de mana de Tesfia dans son bras et son rassemblement conscient de manas dans ses jambes s’était heurté, ce qui avait entraîné son rassemblement de mana dans un endroit complètement différent. Quant à Alice, le mana se rassemblait rapidement là où elle se faisait pincer pour une raison inconnue.

Alus poursuivit froidement. « Ce n’est pas bon du tout. Êtes-vous vraiment à quatre chiffres ? »

« Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? » demanda Tesfia.

« Je vous demande si vous pouvez vous qualifier de classement à quatre chiffres sans même être capable de faire quelque chose comme ça. » Alus s’était soudain inquiété pour l’avenir des magiciens, et pour l’humanité toute entière.

Mais encore une fois, ce n’était pas ses vrais sentiments. En fin de compte, il ne s’intéressait pas beaucoup à la survie de l’humanité. Il n’allait pas être dérangé quoiqu’il arrive dans le futur. Même si tous les autres humains devaient mourir, il était sûr de pouvoir survivre.

Mais si cela arrivait, il finirait par étudier la magie juste pour son propre bien, ce qui serait une vie ennuyeuse et sans intérêt.

Bref, il n’avait pas vraiment à cœur de préserver l’avenir de l’humanité, mais il n’était pas assez apathique pour abandonner complètement l’humanité.

« B-Bien. Je vais le maîtriser en un clin d’œil, » déclara Tesfia avec enthousiasme, mais elle était déjà distraite.

Alice hocha aussi la tête fermement, brûlant silencieusement d’esprit combatif, mais les résultats furent l’opposé de sa détermination.

« Eh bien, peu importe. Je retourne à mes propres recherches, » dit Alus, en lâchant les bras. « Comme vous êtes deux, si vous continuez à vous pincer l’une et l’autre, vous finirez par y arriver. Appelez-moi quand vous l’aurez maîtrisé. »

« … !! »

Les deux filles avaient fait une courte pause et s’étaient frotté la peau rouge. Elles étaient un peu perplexes parce que leur formation était très différente de ce qu’elles avaient imaginé, mais maintenant qu’elles en comprenaient le sens, elles l’avaient acceptée.

Cependant, elles se sentaient encore un peu tristes qu’Alus les abandonne comme si elles étaient de pauvres étudiants. Elles avaient la volonté d’aller de l’avant, mais il ne semblait pas penser qu’elles iraient jusqu’au bout.

Peut-être motivée par ce sentiment de désolation, Tesfia appela Alus alors qu’il revenait vers son bureau. « N’as-tu pas un indice… ? »

Alus s’était arrêté sur ses pas et s’était retourné. Il jeta un coup d’œil à Tesfia et lui fit un petit sourire. « Ne vous retenez pas, » dit-il, en faisant un pincement et une torsion avec ses doigts.

C’était vague et détourné, et ne pouvait pas être considéré comme un indice, mais avant que Tesfia et Alice ne puissent s’y opposer, leurs visages s’étaient figés en se souvenant de la douleur.

 

 

L’entraînement des filles s’était poursuivi tard dans la nuit. Les heures d’entraînement officielles étaient juste entre l’après-scolaire et le dîner. Les deux filles avaient l’intention de rentrer chez elles dans le dortoir des femmes sur le terrain de l’Institut, sans qu’il y ait de danger réel sur leur chemin.

Le Second Institue Magique, aussi prestigieux soit-il, disposait d’un système de sécurité robuste, ce qui signifiait que le terrain du campus était plus sûr qu’il ne l’était à l’extérieur.

Bien qu’il n’y ait pas de différence pratique dans la disposition du mana entre les sexes, laisser les filles rentrer chez elles sans escorte était encore considéré comme inacceptable aux yeux du grand public.

Ce n’était pas particulièrement la raison, mais Alus avait accompagné les filles jusqu’à leur dortoir. « Hé, faites plus attention où vous marchez. »

« … »

Même sur le chemin du retour, Tesfia et Alice se pinçaient encore les bras. De temps en temps, elles fermaient les yeux pour se recentrer et, du point de vue du spectateur, elles avaient l’air assez instables.

Cela dit, Alus n’avait pas eu la gentillesse de les informer en douceur des objets qui se trouvaient sur leur chemin après que son avertissement eut été ignoré.

Le lampadaire avait tremblé d’une grosse claque.

« — !! Urgh. »

« Fia !? Est-ce que ça va ? » demanda Alice.

Alors qu’elle marchait les yeux fermés, Tesfia s’était écrasée sur un lampadaire. Elle était accroupie en se tenant par le front et cria sur Alus. « Hey. »

« Quoi ? » demanda Alus.

« Ça n’aurait pas fait de mal de m’en parler, » déclara Tesfia.

Mais cette excuse ne serait valable que pour les civils, pas pour les magiciens. « Si vous avez affaire à des mamonos, ils vont à tous les coups attaquer. Et si vous êtes trop occupées à vous concentrer sur l’enchantement et à perdre la conscience de votre environnement, vous allez seulement vous faire tuer, tout en étant la risée de tous. »

Tandis que Tesfia n’arrivait pas à se plaindre d’Alus sans même essayer de cacher son expression fatiguée, son regard s’était retourné contre elle avec encore plus de ressentiment.

C’est ainsi que les deux femmes — en particulier Tesfia — s’étaient entêtées à poursuivre leur entraînement jusqu’à leur logement.

« C’est donc l’endroit…, » dès qu’Alus avait vu le dortoir des femmes, il avait été abasourdi et sans voix.

Alors qu’il avait sa propre chambre dans son laboratoire, il avait vu le dortoir des hommes une fois et il y avait une nette différence dans les systèmes de sécurité. Celle-ci avait été conçue de telle sorte que l’entrée était impossible sans passer par une porte à authentification qui servait également de zone d’accueil.

Les grands murs comme ceux des prisons n’étaient probablement pas là pour garder les résidents à l’intérieur, mais plutôt pour empêcher les envahisseurs d’entrer.

Tesfia et Alice s’étaient authentifiées avec des mouvements familiers, et les portes à deux couches s’étaient ouvertes.

Alice avait alors dit. « Al, merci beaucoup pour aujourd’hui. Je te verrai demain en classe. »

« Eh bien, bon travail ! Continue comme ça demain aussi… Al, » dit Tesfia.

Le surnom était toujours quelque chose qui rendait un peu mal à l’aise Alus alors qu’Alice lui avait poliment dit merci. Par contre, Tesfia lui avait dit son surnom, mais son intonation maladroite semblait étrange, et elle avait élevé le ton de sa voix à la fin comme si elle posait une question. La façon dont elle avait agité la main, c’était comme repousser une créature, et elle avait déplacé sur le côté son visage rouge comme si elle était gênée.

Alus haussa les épaules, exaspéré. « Assurez-vous de savoir comment le faire avant de venir la prochaine fois. »

Après qu’Alus l’ait dit, Tesfia, qui s’était retournée pour regarder dans sa direction alors qu’il partait, s’était écrasée contre un mur mou. Son visage était enterré dans ce mur, ou plutôt cette poitrine généreuse. « Oof. »

« Mademoiselle Socalent ! » déclara Alice, en voyant cette mademoiselle Socalent, qui se trouvait être la surveillante du dortoir dans laquelle Tesfia s’était cognée.

Tesfia, d’autre part, avait été enterrée profondément dans ce mur magnifique, incapable de former de véritables mots. « Je ne crois pas qu’on ait violé le couvre-feu. »

D’après le discours poli d’Alice, cette fille était probablement une camarade de classe supérieure. Elle avait de longs cheveux noirs qui atteignaient sa taille, et les traits gracieux de son visage formaient un sourire.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire