Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 13

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 3 : Une rencontre imprévue aux couleurs argentées

Partie 13

« Je suis contente que vous ayez décidé de vous occuper de cette fille. »

« … »

Alus était dans le bureau de la directrice Cisty. Il était vraiment content qu’elle ait fait cette remarque avant qu’il ait du thé dans la bouche. Bien qu’il n’ait pas craché de thé, il avait l’impression d’avoir une lame tranchante appuyée contre lui. Mais comme les répliques ne feraient que jouer en sa faveur, Alus l’avait maintenu en lui et avait fixé sa main sur la tasse de thé qu’il était sur le point de lâcher, et avait pris une gorgée à la place.

De l’autre côté du bureau se trouvait Cisty, qui souriait joyeusement. Elle avait aussi posé un morceau de papier sur le bureau, comme pour dire qu’elle s’y attendait.

« Et ça, c’est ? » demanda Alus.

« C’est la demande d’admission de Loki. Bien sûr qu’elle l’a déjà signée, et évidemment elle réussit en termes de capacité, » déclara Cisty.

« Je vois que tu es plutôt préparée, » déclara Alus.

Il était venu ici pour que la directrice se taise sur l’incident, mais il semblait que cela n’avait pas été nécessaire. En d’autres termes, elle avait tout préparé.

Alus n’était pas content de réaliser qu’il dansait dans la paume de la main de la directrice. Mais en même temps, il était heureux que cela puisse être résolu rapidement. Toujours assis, il fit un signe de tête à Cisty en signe de gratitude. « Donc, tu me dis de l’amener sous mon aile et de l’entraîner ? »

« Eh bien, quelque chose comme ça… mais j’ai un investissement personnel là-dedans, alors ne vous en faites pas trop. L’armée l’a poussée à ce que je l’engage comme superviseur pour vous, mais tout ne se passe pas comme prévu par le gouverneur général. C’est plus un spectacle. En termes simples, le gouverneur général et moi ne sommes que des intermédiaires, » déclara Cisty avec un sourire amer.

Avec Alus acceptant Loki comme partenaire, ce n’était pas quelque chose qui pouvait être renversé. « Comme tu l’as dit, Loki est plus capable que je ne le pensais. A-t-elle vraiment un rang à quatre chiffres ? Pour ce qui est des prouesses au combat, elle est à deux chiffres. » Alus se souvenait encore du doute qu’il avait ressenti lors de la bataille simulée.

« Le meilleur classement de Loki est le 157, » déclara la directrice. Elle sourit ironique tout en décroisant les jambes. « Malgré cela, Loki est devenue un soutien sans regret. Elle avait toujours eu une aptitude pour la détection. Mais en fin de compte, elle ne s’est jamais associée avec qui que ce soit, ce qui a entraîné une chute à son classement actuel. »

Ça n’avait pas de sens pour Alus. Bien que l’entrée dans les rangs supérieurs en tant qu’observateur, un magicien de soutien, assurait un bon traitement, les récompenses réelles n’étaient pas plus élevées qu’un Double ou Triple chiffre. Donc le fait que Loki avait choisi la voie du soutien ne pouvait pas être pour des raisons monétaires.

« Vous devrez demander le reste à Loki, » dit Cisty, en disant essentiellement qu’il n’en obtiendrait pas plus de sa part.

« C’est un peu tard pour ça. » Alus ne pouvait plus faire demi-tour. S’il lui avait ordonné d’aller en première ligne, elle l’aurait peut-être écoutée, mais elle avait risqué sa vie pour devenir sa partenaire. Mais il ne connaissait pas ses raisons.

Alus avait bu le reste du thé et s’était levé de sa chaise. « Ma seule affaire était de te faire taire à propos du tabou. Je suis content que ce soit un effort gaspillé. » Eh bien, être capable de confirmer les intentions de la directrice était un bon résultat.

Il lui avait tourné le dos et avait essayé de partir. C’est là que Cisty avait lâché une nouvelle bombe sur lui. « Oh, je n’ai toujours pas reçu d’argent pour me taire. »

« … !! »

La main d’Alus s’était arrêtée juste avant la poignée de la porte. « Tu veux une faveur ? Es-tu sérieuse ? »

L’incident s’était produit en partie à cause de la directrice qui lui avait poussé Loki, donc elle était en partie responsable aussi. Malgré cela, elle ne pouvait pas ignorer qu’Alus le traitait comme s’il ne s’en souciait pas.

Cependant — .

« Une partie de la responsabilité m’incombe. Mais avec Loki qui commet un tabou à cause de vous, je vais devoir prendre un risque considérable pour la couvrir, » déclara Cisty, en mettant un doigt sur son menton comme si elle était troublée.

Voyant cela, Alus fut convaincu que c’était la raison pour laquelle on l’appelait la Sorcière. Le culot, ou peut-être l’effronterie d’admettre ses propres erreurs et de vouloir quand même une compensation pour avoir pris ce risque…

Les joues d’Alus avaient tremblé. Il avait alors dit d’une voix monotone. « Je comprends. Et si possible, j’aimerais régler ça avec de l’argent. » Comme Alus était étudiant, il était en dessous de Cisty. À moins qu’elle n’ait demandé quelque chose de grotesque, il n’avait d’autre choix que d’obéir.

« Malheureusement, j’ai assez d’argent, » déclara Cisty.

Il voulait répliquer, mais il n’avait pas eu le temps de lui donner une réponse sarcastique.

Cisty avait fait une suggestion qu’elle avait probablement préparée. « Voyons voir. Puis-je compter sur vous pendant la leçon extrascolaire ? Nous avons besoin de votre force. »

Il s’était dit que ce serait quelque chose comme ça. Pour commencer, même Cisty ne savait pas quoi faire dans cette situation, et il avait réalisé qu’elle aurait besoin de son aide. C’est parce qu’elle avait désespérément besoin de son aide qu’elle lui avait demandé cette faveur absurde.

La leçon parascolaire destinée à servir d’entraînement au combat en direct aurait lieu dans un mois. Tous deux avaient déjà discuté de la question dans le passé, mais lorsqu’il s’agissait des éléments incertains, ils n’étaient pas parvenus à une conclusion acceptable.

Les élèves participants seraient répartis en équipes de cinq, chacune avec un superviseur. Et ils n’avaient pas eu d’autre choix que de donner à leurs camarades de classe supérieurs le rôle de superviseurs. Bien qu’ils puissent être plus âgés, ils étaient encore étudiants et manquaient d’expérience au combat. Bien que les militaires l’aient exigé, c’était au mieux imprudent, et ils ne pouvaient s’empêcher de se sentir mal à l’aise quand ils imaginaient le pire résultat possible.

« Même moi, je ne peux pas protéger tous les élèves, » déclara Alus.

C’était la vérité. Bien qu’il puisse être le magicien le plus fort, il ne pouvait pas protéger tous les étudiants qui seraient dispersés sur une grande surface. Bref, ce n’était pas une demande facile.

« Je suis d’accord avec ça. Tant que vous y êtes, nous pouvons réduire le nombre de victimes possibles. » Ce n’était pas exagéré de dire qu’Alus aurait encore une meilleure chance d’éliminer tous les mamonos par ses propres moyens.

« À ce propos, tu me dis de n’aider les élèves que lorsqu’ils sont en danger, n’est-ce pas ? » demanda Alus.

« Eh bien, peut-être qu’un peu… ils ont besoin d’acquérir de l’expérience, après tout…, » dit Cisty, et détourna le regard.

« … S’ils se déplacent, je ne peux pas faire grand-chose. Je ne pense pas que je serai d’une grande utilité sur ce coup-là, » déclara Alus.

« Je plaisantais, c’est tout ! Je vais leur donner des instructions détaillées, alors s’il vous plaît…, » déclara Cisty.

Il n’était pas clair si elle s’excusait ou essayait de l’attirer de force, mais la directrice avait frotté les cheveux noirs d’Alus avec un sourire trop joyeux. Elle se comportait comme une petite fille innocente, plutôt que son âge.

Alus pensait qu’elle était très rusée, mais il ne l’avait pas dit à voix haute. Au lieu de cela, il essaya de lui montrer à quel point il avait mal aux yeux, ce qu’elle ignorait magnifiquement. « Je comprends. »

« Alors nous nous reparlerons ce soir, » déclara Cisty avec un sourire séduisant et plein d’affection. Si quelqu’un avait écouté, il aurait pu interpréter à tort que c’était la directrice qui flirtait avec son élève.

Mais comme Alus n’avait pas d’autre choix que d’accepter, il se montra au moins en soupirant aussi fort qu’il le pouvait, en quittant le bureau de Cisty.

*

Après avoir confirmé que la porte était fermée, l’expression de Cisty était redevenue sérieuse, et elle soupira aussi.

La raison en était Loki… « Ne se souvient-il pas de Loki ? »

Cisty avait déjà entendu parler des circonstances difficiles par Loki. Elle savait pourquoi un magicien actif était devenu un soutien. Loki était prête à risquer sa vie quand elle avait demandé à devenir la partenaire d’Alus. Quand Cisty avait appris que c’était la seule raison pour laquelle Loki vivait, elle ne pouvait pas l’ignorer.

En conséquence, les choses s’étaient presque aussi bien passées qu’elles le pouvaient pour elle, mais Cisty avait choisi de ne pas demander si Alus se souvenait de Loki. Peu importe à quel point elle essayait d’adoucir les choses, lui demander aurait dépassé ses limites.

En fin de compte, c’était leur problème. Tous les autres étaient des étrangers.

Elle se demandait quelle était la vérité, mais c’était quelque chose que seul le Tout-Puissant savait.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire