Rougo ni Sonaete Isekai de 8-manmai no Kinka wo Tamemasu – Tome 2 – Chapitre 17 – Partie 1

***

Chapitre 17 : Le blog

Partie 1

Vers 21 h 30, deux hommes s’étaient assis dans la salle de préparation de l’équipe de nuit de l’hôpital général d’Ootsuki au Japon.

« Quoi ? Vous avez un cas à traiter alors que le service de nuit va commencer ? C’est bien d’être studieux et tout, mais vous pourriez avoir un patient à tout moment, alors vous devriez trouver du temps pour vous reposer. Cela fait partie de votre travail. »

Shuhei Nishimura, chef du service de médecine interne, avait légèrement tapé sur l’épaule de Yuta Ishii, un interne qui comparait intensément une photographie médicale et le contenu d’un manuel.

« Ah, M. Nishimura. En fait, quelqu’un que je connais s’occupe d’un enfant malade, et il m’a envoyé cette photo. »

Shuhei gifla l’arrière de la tête de Yuta.

« Ce n’est pas le genre de blague qu’on fait dans un hôpital. C’est de mauvais goût ! »

« Hein ? »

« Il n’y a pas moyen que ce soit réel. Vous ne connaissez pas cette maladie ? »

Il fit un geste vers la photo, qui montrait une partie du corps d’un petit enfant.

« Nous sommes au Japon. Il est impossible de trouver un patient dans cet état qui n’est pas correctement soigné. »

Shuhei s’était à moitié allongé pendant qu’il parlait, mais Yuta était complètement sérieux.

« Quelle maladie est-ce donc ? »

« Vous le dire ne vous apprendra rien. »

« S’il vous plaît ! Je veux dire, regardez. »

Yuta montra du doigt un magazine de manga dans le coin inférieur gauche de l’image.

« Ce magazine date d’hier. »

« Venez avec moi ! »

L’expression de Shuhei changea quand il prit le stagiaire par le bras et le tira dans son bureau.

« Qu’est-ce qui se passe ici ? ! Expliquez ! »

Normalement, l’attitude menaçante de Shuhei aurait dû terrifier Yuta, mais cette fois-ci, c’était différent.

« C’est tiré d’un blog, d’accord ? C’était posté sur un blog que j’aime lire. Le blogueur veut connaître les symptômes, et ils ont inclus un nouveau magazine comme preuve que c’est réel. »

« Alors, montrez-moi ça », dit Shuhei, en remettant à Yuta un de ses appareils personnels.

« C’est complètement détaché du réseau partagé de l’hôpital. Je ne l’utilise que pour conserver des dossiers et envoyer des courriels aux fournisseurs et aux chercheurs. Il est même doté d’un antivirus. Ne réfléchissez pas trop et utilisez-le ! »

Yuta le lui prit, ouvrit un navigateur et remplit le champ de recherche avec les mots-clés habituels.

« Alors, à propos de cette maladie… » ajouta Shuhei, en regardant l’écran.

« C’est l’anthrax. »

Le blog s’était finalement chargé. Il s’intitulait : « Aidez-moi : dirigez cette terre en tant que vicomte. »

Quel titre de mauvais goût, pensa Shuhei. « Vicomte » ? Vraiment ?

« Où sont les photos ? », demanda-t-il.

Yuta cliqua sur la section rouge et clignotante « Urgences » du « Coin des consultations » du blog et ouvrit la page. Elle contenait une photo de la peau d’un enfant, rougie par une large éruption acnéique et entachée d’une croûte noire. La description était la suivante : « Autres symptômes : température élevée, toux, difficultés respiratoires », et la dernière mise à jour datait d’il y a deux heures.

L’humeur de Shuhei s’était assombrie. Bon sang ! Si c’est une blague, je frapperais bien cette personne !

« Pouvons-nous contacter le blogueur ? »

« Oui, à condition qu’il soit devant un PC et qu’il attende de nouveaux e-mails ou qu’il utilise un logiciel d’alerte. Vous ne recevez pas de réponse si vous ne leur donnez pas votre propre adresse électronique. Personnellement, je ne fais que commenter le blog. Je n’ai pas encore donné mon adresse e-mail, car je ne voulais pas que mes informations soient divulguées ou autre. »

« Faites-le. Utilisez cette adresse. Dépêchez-vous ! Je vais écrire le message. »

La réponse était arrivée en un rien de temps.

« Tout ce qui est écrit ici est vrai. Je viens tout de suite, alors dites-moi où vous êtes. Et préparez les médicaments. — Vicomte »

« Tout de suite ? On ne sait même pas de quelle préfecture vient ce type. »

Tout en grognant, Shuhei écrivit son adresse et le nom de l’hôpital.

Une autre réponse arriva instantanément.

« J’ai votre position. Je serai à la réception des urgences dans cinq minutes. S’il vous plaît, dites-moi comment administrer le médicament. »

« Quoi ? Cinq minutes ? ! Comment est-ce que c’est… »

Je me suis fait avoir, n’est-ce pas ? ! Mais si ce n’est pas le cas…

« Merde, merde, merde ! Ishii, va chercher de la pénicilline et de la tétracycline ! Tout de suite ! »

Ce doit être un mensonge. Quelqu’un se fout de moi. Je le sais. Mais si un autre enfant est en danger…

« Qu’est-ce que vous attendez ? Partez ! »

Yuta s’était mis à courir aussi vite qu’il put, il courait alors qu’il savait qu’il était interdit de le faire dans un hôpital.

Sept minutes plus tard, lui et Shuhei étaient arrivés aux urgences, haletant.

Une fille les attendait.

« Je suis la Vicomtesse Mitsuha von Yamano », dit-elle.

Si elle a pu arriver aussi vite, alors le patient devait aussi être tout près. Est-ce un miracle ou une coïncidence ? ! pensa Shuhei.

Cependant, lorsqu’il demanda à la jeune fille de l’amener à l’enfant, elle secoua obstinément la tête.

« Ne soyez pas stupide ! La vie du patient est en danger ! C’est une course contre la montre ! Et je ne peux pas donner de médicaments à un profane sans voir le patient. Les injections non autorisées sont illégales ! »

« Ne vous inquiétez pas pour ça. LA loi japonaise n’est pas en vigueur chez moi. »

« Quoi ? »

La fille refusa de céder, insistant pour qu’il lui dise la quantité de médicaments à utiliser et comment l’administrer. Elle n’avait manifestement aucune connaissance pertinente.

On ne peut pas attendre grand-chose d’un collégien.

Après quelques minutes de dispute, la jeune fille prétendant être « Mitsuha » remarqua des larmes dans les yeux de Shuhei. Elle prit une profonde inspiration et se redressa.

« Pouvez-vous garder un secret ? »

« Je le peux. »

« Et vous le jurez sur… ? »

« Sur moi-même ? »

« D’accord. Allons-y ensemble. »

Un instant plus tard, ils disparurent tous les trois, ne laissant qu’un petit bruit de fond alors que l’air remplissait l’espace qu’ils avaient laissé derrière eux.

◇ ◇ ◇

« Où sommes-nous ? », demanda Shuhei.

J’étais juste à l’hôpital, non ? Est-ce que quelqu’un m’a amené ici alors que j’étais inconscient ? Mais je suis toujours debout, et Ishii et la fille sont avec moi.

« Par ici », dit la fille.

Shuhei cessa de penser. C’était le moment d’agir. Il prit la trousse médicale dans sa main.

Ils l’avaient suivie alors qu’elle les conduisait vers une maison misérable. À l’intérieur, il y avait un lit usé et une petite fille qui dormait dedans. Il y avait aussi une femme assise sur une chaise voisine, sa moitié supérieure reposant sur le lit de la petite fille. Shuhei supposa qu’elle était la mère de la fillette, épuisée à force de s’occuper de son enfant.

« Ishii, allons-y ! »

Je vais la sauver. Je ne la laisserai pas mourir.

◇ ◇ ◇

Une partie de lui croyait encore que les événements antérieurs n’étaient qu’un rêve. Shuhei déplaça le curseur sur son ordinateur et cliqua.

« Aidez-moi : dirigez cette terre en tant que vicomte. »

Clic.

Il n’y avait pas de sections clignotantes.

« Consultation médicale »

Clic.

« Mon corps est lourd et je m’essouffle rapidement. — Boris le vendeur de viande »

Shuhei se moqua. Encore ce type ? Je vais le mordre.

« Mangez moins. Bougez plus. Courez. -McCoy »

Il est bien trop gros. Au début, je pensais que c’était une maladie, mais le gars pèse presque trois cents livres, bon sang. Il dit qu’il mange aussi de la viande d’orc. C’est pratiquement du cannibalisme.

Shuhei retourna deux pages en arrière et vit le sujet sur lequel il avait déjà cliqué des dizaines de fois.

Clic.

« Zone de remerciement. »

« Elle se remet lentement. Merci beaucoup. »

Le courrier contenait une photo d’une petite fille.

Je vais retourner au travail. Ah. Mais d’abord, un petit commentaire sur le post : « J’ai attrapé quelque chose tout droit sorti de la période cambrienne ». La méthode de cuisson à laquelle j’ai pensé hier soir sera parfaite pour ça, j’en suis sûr !

◇ ◇ ◇

Mitsuha avait mis en place un blog. Il s’appelait « Aidez-moi : dirigez cette terre en tant que vicomte. »

Comme le titre l’indiquait, c’était un blog que j’utilisais pour obtenir l’aide de tous les intellos, c’est-à-dire des gens qui connaissaient bien la gestion des territoires et qui n’auraient jamais pu utiliser leurs connaissances autrement.

Peu importe ce que Mitsuha savait, il y avait une limite à ce qu’une jeune fille de dix-huit ans comme elle pouvait faire. Elle pouvait utiliser Internet, bien sûr, mais à son avis, il était trop risqué de se fier à des informations textuelles d’une validité douteuse, et aucune simple connaissance ne pouvait remplacer l’expérience réelle.

Et bien que l’on puisse faire des recherches sans fin sur Internet, cela ne signifiait pas grand-chose si l’on n’avait pas la moindre idée de ce qu’il fallait chercher. Comment chercher quelque chose dont on ne connaissait pas le nom, ou même si cette chose existait réellement ? Cette réflexion l’avait amenée à créer ce blog. Il s’agissait d’un site où les visiteurs aideraient une nouvelle vicomtesse d’un autre monde à gérer son pays.

Les intellos — je veux dire, les gars intelligents voudront certainement étaler leurs connaissances et donner les bons conseils. Je me servirai de leurs mots comme indices, je confirmerai moi-même leur validité et je les mettrai en pratique dans l’autre monde. C’est parfait !

Naturellement, tout le monde pensait que ce n’était qu’une farce — un blog humoristique de détente — afin que vous ne trouviez pas une seule personne qui pourrait croire que c’était réel. Cependant, comme beaucoup de gens prenaient très au sérieux les mondes de fantaisies et les jeux de simulation, vous pouviez vous attendre à des réponses vraiment productives. Le côté espiègle rendait les réponses sincères.

On ne peut pas vraiment s’amuser dans les jeux vidéo si on se contente de se détendre !

Récemment, Mitsuha avait pensé faire venir sur son territoire certains des habitués du blog les plus productifs. Quatre d’entre eux étaient particulièrement intelligents, sincères et amicaux. Elle n’avait pas divulgué une seule information personnelle, et même s’ils disaient qu’ils avaient été dans un autre monde, personne ne les croirait. C’était absurde dès le départ, et l’existence du blog « fantaisiste » rendrait cela encore moins crédible.

Les quatre n’étaient pas non plus le genre de personnes qui risquaient d’être considérées comme folles et ne perdraient pas ainsi la confiance de leur entourage. Ils semblaient être du genre à garder les choses secrètes si elle leur demandait simplement de le faire. Même si ce n’était pas le cas, Mitsuha devait simplement leur interdire de prendre des photos ou de prendre des objets avec eux comme preuve, puis les bannir du blog.

Je me demande pourquoi je devrais leur montrer l’autre monde. Parce que je commence à vouloir des gens qui m’aideront à un niveau plus profond. J’ai besoin de quelque chose qui va au-delà de l’aide en ligne et qui demandera du temps et des efforts réels. Je vais aussi penser à des récompenses pour eux. Je devrai le faire durant le prochain week-end de trois jours.

◇ ◇ ◇

« Dommage, ce n’est pas de l’or ! Pas de jackpot pour vous ! Peut-être que vous gagnerez la semaine prochaine s’il y a un retournement de situation ! »

Un homme avait laissé ce commentaire décevant dans la section « Aide aux mines », sur un post intitulé : « J’ai trouvé quelque chose qui ressemble à de l’or ! »

Laissez-moi les mines et les forêts ! avait-il pensé.

Il y a quelque temps, il avait découvert cet étrange blog, « Aidez-moi : dirigez cette terre en tant que vicomte. ». La description du site était la suivante : « Je suis soudainement devenue vicomtesse et je dois maintenant gérer un territoire. Aidez-moi, s’il vous plaît ! »

Pour cet homme, il semblait s’agir du journal intime fictif d’une adolescente se posant des questions sur les complexités de la gestion de son domaine. Il abordait des sujets tels que la riziculture, la pêche et l’extraction de métaux précieux.

Cet homme l’avait trouvé bien pensé et étrangement réaliste. De nombreux net-citoyens s’amusaient avec. Si des experts donnaient de précieux conseils, les rapports de résultats de la blogueuse se lisaient comme ridiculement authentiques, impressionnant ceux qui y avaient contribué. Les erreurs de débutants, par exemple, seraient si flagrantes que les commentateurs auraient l’impression que le vicomte avait suivi leurs instructions. Les photos qui accompagnaient les articles étaient également très bien faites, et tout le monde fit l’éloge de l’artiste CGI derrière elles. À ce stade, tout le monde commentait comme si le comté était un véritable endroit. Il y avait même eu des événements d’urgence comme « Aidez cette fille malade » et « Au secours ! Des parasites sur le riz ! »

Un jour, l’homme — un blogueur régulier — reçut une invitation.

« Merci beaucoup de m’avoir aidé à devenir un grand dirigeant. Nous avons un week-end de trois jours dans deux semaines, et j’aimerais vous inviter, vous et trois de mes autres conseillers fiables, à une petite réunion dans mon comté. J’espère que le fait de le voir de vos propres yeux vous aidera à continuer à me conseiller à l’avenir.

De plus, nous serons présents pendant les trois jours du week-end. Vous ne devez apporter que des produits d’hygiène personnelle et des sous-vêtements de rechange. Je préparerai tout le reste. Toutefois, pour les vêtements, j’aimerais connaître vos tailles préférées.

Début : Samedi, 13 h

Fin : lundi, 13 h »

C’est quoi ce bordel ? ! Bon sang, j’y vais ! Je ne sais pas où se trouve le « comté », mais c’est un voyage gratuit de trois jours, alors pourquoi laisser passer ça ? Y aura-t-il des sources d’eau chaude ? Ce blog appartient-il à un vieux retraité riche qui fait de l’agriculture dans un village dépeuplé ? C’est le sentiment que me donne « mon comté », en tout cas. Et puis, je vais rencontrer trois autres blogueurs ! Rien que ça vaut le voyage.

Il supposait que quelqu’un qui pouvait couvrir toutes les dépenses d’un voyage de trois jours pour cinq personnes devait être riche. Le travail de la CGI à lui seul l’avait convaincu qu’il s’agissait d’une bonne affaire, et il avait du mal à imaginer que le vicomte puisse gaspiller autant d’argent pour une excursion ennuyeuse. Dans son esprit, il n’y avait aucune chance que d’aller à sa rencontre soit une perte de temps.

Est-ce une vieille dame ? Ou un homme d’âge moyen à la retraite avec trop de temps et d’argent à dépenser ? Quel genre d’individu est ce « vicomte » ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire