Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 2 : L’Étoile de Naniwa

Partie 3

En passant dans la zone commerciale en ligne droite, la première chose que l’on pouvait voir à sa sortie était le magasin que Moroboshi recommandait. Un noren rouge [1] inscrit avec les mots « Ichiban Boshi » était suspendu au-dessus de l’entrée de l’immeuble d’habitation de deux étages, ses murs en bois foncé lui donnant un aspect digne. Elle avait très probablement été construite avant leur époque, avant même celle de leurs parents.

« L’architecture de cet endroit a un style incroyable, » déclara Ikki.

« Nahahaha. Vous voulez dire que ça s’effondre, n’est-ce pas ? C’est tout à fait normal de dire ce que vous pensez. Mais on n’y peut rien, puisque ce magasin est là depuis l’ère Taisho [2] — bien qu’apparemment à l’époque c’était un endroit sukiyaki. »

« Mais j’aime l’aspect ancien de l’immeuble. C’est tellement nostalgique, n’est-ce pas génial ? » déclara Arisuin.

« Attends, Alice, tu n’es pas étrangère ? » déclara Shizuku.

« J’ai du sang japonais… En fin, je pense. Probablement ! … Oh, mon Dieu, qu’est-ce que c’est ? » demanda Arisuin.

Arisuin avait fixé ses yeux sur une certaine partie du bâtiment. Se demandant ce qu’il avait vu, Ikki suivit le regard de son amie. Une plaque signalétique et une boîte postale rouillée sur le côté de l’entrée étaient visibles, et sur cette plaque figuraient les mots — Moroboshi.

« Eh, “Moroboshi” ? … Alors, par hasard, est-ce que c’est chez vous, Moroboshi-san ? » demanda Ikki.

L’expression sur le visage de Moroboshi leur avait dit qu’il avait été pris sur le fait.

« Aaaaah. On dirait que vous avez trouvé le poteau rose. J’allais garder ça secret et vous faire une surprise après être entré, mais bon. Oui, c’est chez moi, » répondit Moroboshi.

Les yeux d’Arisuin s’élargirent de surprise.

« Donc ça veut dire que vous amenez juste des clients dans votre propre échoppe ? Vous êtes plutôt malin, » déclara Arisuin.

Moroboshi passa l’accusation voilée avec un rire. « Nahahaha. Eh bien, bien sûr. Je suis après tout un marchand de Naniwa. »

En effet, il était un exemple fort de l’esprit mercantile souvent décrit.

« Cependant, ne vous inquiétez pas. Je le pensais quand j’ai dit que mon endroit avait le meilleur okonomiyaki de toute la zone ! Je ne laisserai jamais des invités de si loin manger quelque chose qui n’est pas savoureux. Vous pouvez manger de bons okonomiyakis, notre restaurant gagne un peu d’argent — vous êtes heureux, nous sommes heureux. N’est-ce pas génial ? N’est-ce pas mieux comme ça ? » déclara Moroboshi.

Shizuku déclara alors avec un regard interrogateur. « Cette fin était vraiment louche, et tout s’emboîte incroyablement bien. Est-il vraiment correct de faire confiance à cette personne ? Ne serait-il pas mieux d’aller trouver un autre endroit tout de suite ? »

Ikki pouvait comprendre ses sentiments. « Comme nous ne connaissons pas vraiment cette ville, alors pourquoi pas ? »

« Si ça ne te dérange pas, Onii-sama, je n’ai pas d’objection, » déclara Shizuku.

« Eh bien, entrons. Je peux sentir quelque chose de délicieux d’ici, et ça me donne déjà faim ! » déclara Arisuin.

« Alors c’est décidé, hein ? » demanda Moroboshi.

Après un accord unanime, les quatre individus avaient franchi le seuil du noren et, avec un peu de difficulté, ils avaient poussé la vieille porte coulissante qui s’ouvrait avec rabougrissement.

« Oh — ! » s’exclama Ikki.

« Wôw… ! » s’exclama Arisuin.

Immédiatement, leur nez avait été assailli par l’arôme des sauces, leur appétit avait été titillé par un parfum beaucoup plus fort que ce qu’ils avaient vécu dehors.

« Ça sent bon…, » déclara Shizuku.

Même Shizuku, qui ne s’intéressait pas particulièrement à la nourriture, ne pouvait que dire ça.

« C’est vrai. Et aussi, cet endroit semble assez populaire, » déclara Arisuin.

Même s’il était tôt pour dîner, comme Arisuin l’avait dit, la participation était impressionnante. Presque toutes les tables étaient remplies, et tout autour d’elles, on criait des appels et des ordres. Si on laissait de côté la question de savoir s’il s’agissait bien du meilleur d’Osaka, il est presque certain, d’après le nombre de clients seulement, que la nourriture ne pouvait pas être mauvaise.

« Heyyyy, Maman ! » cria Moroboshi.

Moroboshi hurla dans ce vacarme juste au moment où leur attention avait été captée par les vues et les odeurs du restaurant. Une dame d’âge moyen retournant un grand nombre d’okonomiyakis avait levé la tête et s’était tournée, lui faisant un regard aiguisé à travers des yeux qui s’écarquillaient.

« Eh, pourquoi es-tu ici ? Din'cha a dit que tu serais à l’hôtel jusqu’à la fin du tournoi ? » demanda sa mère.

« Je suis passé voir le visage de ma mère bien-aimée, » répondit-il.

« Foutaises ! Ne plaisante pas, tu me donnes la chair de poule ! » répliqua sa mère.

« Tu n’avais pas besoin de le dire comme ça, non ? Comment suis-je censé être lié envers ce genre de mère ? » demanda Moroboshi.

« Je ne prendrai jamais ma retraite de toute façon, donc je n’ai pas besoin d’un gosse pour me torcher le cul ! » répliqua sa mère.

« Oi, c’est un restaurant. Ne dis pas ce genre de choses ! » s’écria Moroboshi.

« Eh, les gosses de merde seront des gosses de merde, n’est-ce pas, tout le monde ? » demanda sa mère.

Les clients se moquaient de leurs répliques. L’atmosphère du centre-ville d’Osaka était sans fioritures et sans prétention.

« D’accord, pourquoi es-tu vraiment venu ici ? » demanda sa mère.

Moroboshi avait montré son pouce derrière lui pour indiquer Ikki et les autres.

« J’amenais des Tokyoïtes que j’ai rencontrés à l’hôtel. Puisqu’ils sont là, j’allais les laisser manger le meilleur okonomiyaki d’Osaka ! » déclara Moroboshi.

« Oh, donc c’est donc ça, » déclara sa mère.

Il semblait qu’elle en avait compris l’essentiel, malgré la brièveté de leur conversation. Arrêtant ce qu’elle faisait, son visage encore étincelant de sueur, elle leur avait fait un sourire chaleureux.

« Bienvenue. Je suis la mère de Yuudai. Merci d’avoir fait tout ce chemin, » déclara sa mère.

« Ah, merci, vous êtes trop gentille, » déclara Ikki.

« Maintenant, je ne sais pas si nous sommes les meilleurs à Osaka, mais je vais tout vous donner, alors attendez un peu, » déclara la mère de Moroboshi.

« D’accord, on a hâte d’y être, » déclara Arisuin.

« Mais il y a beaucoup de monde aujourd’hui. Reste-t-il des places ? » demanda Moroboshi.

« Il n’y en a qu’une. Tu peux t’asseoir là. Koume ~ montrera leur table à ces invités, » déclara sa mère.

La mère de Moroboshi avait appelé vers la cuisine. En réponse à cela, une jeune fille vêtue de vêtements de style japonais et d’un tablier s’était approchée d’Ikki et des autres. Elle avait l’air un peu jeune pour faire partie du personnel d’un restaurant, et sa coupe au carré lui donnait l’air d’une collégienne.

« Ara, quelle mignonne petite ! Est-elle par hasard votre sœur ? » demanda Arisuin.

« Oui. C’est ma sœur Koume. Contrairement à moi, ce n’est pas une Blazer, » répondit Moroboshi.

Elle ne ressemblait ni à sa mère ni à Moroboshi — elle avait peut-être obtenu son apparence de son père.

« Koume, montre aux invités à table dans ce coin, » déclara sa mère.

Koume hocha la tête et s’avança devant eux. Puis son regard rencontra celui d’Ikki, et ses yeux s’élargirent, son expression se changeant en une expression de surprise et de perplexité.

Hmm ?

Moroboshi n’avait pas tardé à comprendre la situation alors même qu’Ikki commençait à tomber dans ses pensées.

« On dirait qu’elle est surprise de voir mon adversaire de demain venir ici, » déclara Moroboshi.

« Ah, je vois, » déclara Ikki.

Sa surprise n’avait duré qu’un instant, alors qu’elle retrouvait son expression dans un sourire accueillant. Impressionnant, comme on l’attendait d’une fille de commerçant ! Koume s’inclina avec élégance, puis, des profondeurs de la manche de son kimono, elle sortit un carnet de croquis.

 

 

Elle s’était ensuite tournée vers une page qui disait, en caractères plutôt mignons, « Bienvenue ~ ! », le montrant à Ikki et aux autres.

« Eh… ? » s’exclama Ikki.

Tous les trois n’avaient pas pu s’empêcher d’exprimer leur surprise face à cette évolution inattendue. Après tout, il n’y en avait pas beaucoup parmi le personnel de service qui communiquaient par écrit plutôt que par la parole. Encore une fois, semblant anticiper cette réponse, Moroboshi était intervenu juste à temps.

« Ne t’inquiète pas, c’est juste qu’elle ne peut pas parler, » déclara Moroboshi.

Ikki hocha la tête en comprenant la situation. « Ah, alors elle écrit à la place… »

« C’est exact. Mais ce n’est pas un problème physique — apparemment c’est un problème psychologique, » déclara Moroboshi.

Moroboshi l’avait dit brillamment, comme pour l’assurer que ce n’était pas un gros problème.

« Je suis plus féminine comme ça, » le mal était apparent dans les écrits de Koume.

« Oh, c’est idiot, espèce de fille indisciplinée, » réplique Moroboshi.

En disant cela, Moroboshi avait tendu la main vers le bas pour lui ébouriffer les cheveux, ce qui ne l’avait fait que paraître heureuse. Ikki s’était d’abord inquiété d’entendre qu’elle ne pouvait pas parler, mais en les voyant apprécier leurs échanges, il avait naturellement commencé à sourire.

« Vous vous entendez bien, » déclara Ikki.

« C’est ma seule et unique petite sœur mignonne, » répondit Moroboshi.

À ce moment-là, Ikki sentit soudain un tapotement sur son dos. Se retournant, il vit Shizuku, qui lui disait ces mots inexplicables.

« Je suis aussi ta “seule et unique petite sœur mignonne”, » annonça Shizuku.

Qu’est-ce que je suis censé faire maintenant ? Se demanda Ikki.

Ne comprenant ni ses intentions et en ne sachant pas quoi faire d’autre, Ikki commença à imiter Moroboshi.

« Uuuu... » murmura Shizuku.

La réponse de sa sœur était une contradiction, elle semblait avoir des démangeaisons, tout en semblant heureuse du contact qui était fait — essayait-elle de faire mieux que les frères et sœurs Moroboshi ? La ligne de pensée de sa sœur était difficile à comprendre.

« Je me demande ce qui se passe, » s’interrogea Moroboshi en regardant l’état du restaurant. « Il y a beaucoup de monde ici, et on est venus tôt aussi. »

Koume griffonna rapidement sur son carnet de croquis, expliquant brièvement la situation. « Ce sont tous des gens qui sont venus ici pour voir le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée. La plupart d’entre eux sont des visages nouveaux. »

Voyant cela, Moroboshi avait pris une décision.

« Huh, donc c’est… Hmm. Alors il vaudrait mieux que je me joigne à vous. Désolé de vous avoir tous amenés ici, mais ça a l’air plutôt occupé, alors je dois aller aider ma mère » déclara Moroboshi.

« N’allez-vous pas manger avec nous ? » demanda Ikki.

« C’était mon intention, mais il y a beaucoup de monde ici, donc…, » répondit Moroboshi.

Comme il l’avait dit, même si le restaurant n’était pas du tout petit, il ne restait presque plus de places disponibles. De la fumée blanche s’élevait d’un coin à l’autre dans la cuisine, ses plaques de grille en fer en pleine opération. Même un passant pouvait voir que c’était une période chargée.

« Compris. On ira bien, allez aider votre famille, » déclara Ikki.

Ikki était un peu déçu qu’il ne puisse pas parler à Moroboshi, mais le faire accompagner le ferait aussi se sentir mal.

Moroboshi s’inclina.

« Désolé… et je vous ai tous amenés ici aussi. C’est moi qui régale aujourd’hui. Si vous voulez quelque chose, donnez votre commande à Koume, et ce sera pour moi, » déclara Moroboshi.

« Eh, n’essayiez-vous pas de nous remonter le moral ? » demanda Shizuku.

Voyant Shizuku si surprise, Moroboshi avait fait un sourire comme ce chat qui avait obtenu de la crème.

« C’était une blague. Nous, les Kansai, on ne pense pas ce qu’on dit quand on le dit en souriant, » déclara Moroboshi.

Il avait donc toujours eu l’intention de les inviter à un repas — il les avait eues jusqu’à présent. Néanmoins — .

« Ce n’est pas bon, on peut payer nous-mêmes, » déclara Ikki.

Ils le connaissaient à peine depuis un jour, ce serait méchant de demander à quelqu’un qu’ils venaient de rencontrer de payer le repas. Ainsi, Ikki avait l’intention de décliner.

« C’est très bien. Ce n’est pas si cher que ça, » déclara Moroboshi.

« Mais, quand même…, » déclara Ikki.

« J’ai dit que c’était bon. Je suis en troisième année, un camarade de classe supérieure. Vous devriez écouter votre aîné, d’accord ? » déclara Moroboshi.

… Finalement, il les avait fait accepter. Yuudai Moroboshi était une personne aussi forte.

« Koume, le reste dépend de toi, » déclara Moroboshi.

Satisfait du signe de la tête de sa sœur qui s’occuperait d’Ikki et des autres, il resserra son bandana et se dirigea vers la cuisine. Après avoir raccompagné son frère, Koume avait encore une fois retourné les pages de son carnet de croquis.

« Permettez-moi de vous montrer vos sièges ~, » indiqua Koume.

Il semblerait que les lignes couramment utilisées par une serveuse étaient déjà prescrites, pensaient-ils en la suivant jusqu’à leur siège.

« S’il vous plaît, asseyez-vous ici ~. » indiqua-t-elle.

« Merci, » déclara Ikki.

Les plaisirs s’échangeaient, ils s’asseyaient et commençaient à commander comme ils le voulaient. Tout cela avait été inscrit dans le carnet de croquis de Koume, et après une vérification pour s’assurer qu’elle les avait compris correctement, elles avaient été emportées avec elle dans la cuisine. Tout ce qu’il lui restait à faire après son départ était de se détendre et d’attendre l’arrivée du menu.

Mais juste après, ils avaient entendu cette conversation derrière eux.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Donc Kiriko-san, tu ne sors pas avec Moroboshi ? »

« C’est ce que je t’ai dit, non ? En premier lieu, il n’est même pas du tout mon type. »

C’était les voix de deux femmes, et l’une d’elles était une voix qu’Ikki avait entendue la veille. Échangeant un « cela pourrait-il être » tacite avec Shizuku et Arisuin, ils s’étaient retournés — .

« Hein ? »

« Ah ! »

« Mon Dieu. »

— Pour constater que les occupantes de l’autre table avaient remarqué leur présence à leur tour. Les regards avaient été échangés de part et d’autre par cinq personnes différentes.

« Yakushi-san ! »

Et comme il l’avait prévu, c’était le « Chevalier aux rameaux blancs » Kiriko Yakushi et la jeune femme nommée Yagokoro du Club de Journalisme de l’Académie Bukyoku, qu’ils avaient déjà rencontrée au camp de formation.

Notes

  • 1 Noren : Une feuille de tissu suspendue entre les pièces ou sur une porte en guise de séparateur.
  • 2 L’ère Taisho : La période de règne de l’empereur Taisho, qui s’étend de 1912 à 1926.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire