Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 5 – Chapitre 1 – Partie 5

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 1 : Les Centrales Nationales

Partie 5

« Vraiment, ces individus sont toujours en train de faire des bêtises. Cette bande d’enfoirés, ne peuvent-ils pas en être plus conscients ? » La jeune fille portant un masque de fantôme de l’opéra se plaignait amèrement en regardant l’entrée de la salle de réception par laquelle Kazamatsuri et les autres étaient partis.

Shizuku n’avait pas pu reconstituer immédiatement l’identité de cette fille, mais — .

« Seriez-vous par hasard la Yui Tatara-san d’Akatsuki ? » demanda Ikki.

— Face aux paroles de son frère, elle se souvient d’elle tardivement.

« Ah, tu es la tarée qui portait des vêtements d’hiver en été comme une idiote, » déclara Shizuku.

Alors qu’elle avait été enveloppée dans des vêtements d’hiver comme elle l’avait été précédemment, ils avaient été incapables de voir son visage, mais maintenant qu’Ikki l’avait mentionné, ses dimensions physiques convenaient parfaitement à la fille à ce moment-là. Semblant mécontent des conclusions tirées par Shizuku, Tatara répondit — .

« Je ne suis pas bizarre ! Tu crois que montrer ton visage en public à tout le monde, c’est quelque chose qu’un tueur ferait ? » demanda Tatara.

C’est la première fois que quelqu’un d’Akatsuki a dit quelque chose qui avait du sens… ! pensa Ikki.

Shizuku avait subi un léger choc. Cette personne semblait certainement mieux correspondre à l’image du tueur professionnel que les deux précédentes. Mais — .

« Est-ce vraiment bien de reconnaître qu’on est un tueur ? L’histoire officielle n’est-elle pas que tu es une étudiante ? »

— Shizuku pensa à haute voix. Tatara avait fait un rire méprisant.

« Hehe hehe hehe hehe. Je suis sûre que tu as déjà entendu parler de l’Assassin Noir. Le niveau de contrôle de l’information que Tsukikage possède au Japon est sans faille. Peu importe combien d’histoires tu fais, le public ne prendrait ça que pour un discours oisif, donc il n’y a pas de problème avec ça, » déclara Tatara.

En entendant cela, Shizuku plissa les sourcils. Les paroles de Tatara étaient la vérité indéniable. En fait, Kurono avait déjà informé les autorités compétentes que les étudiants de l’Académie Akatsuki étaient des mercenaires de la Rébellion, mais ce fait n’avait pas été révélé au public. Et même si le gouvernement n’avait pas travaillé pour cacher cette information, quelque chose comme « notre Premier ministre est en fait de connivence avec des terroristes » ne serait pas admis, car la vérité était tout simplement trop farfelue pour être crue. Ainsi, seuls ceux qui étaient impliqués savaient et croyaient que les étudiants d’Akatsuki étaient des terroristes de la Rébellion. Pour ceux qui, comme elle, connaissaient la vérité, cette situation les avait beaucoup attristés. Après tout, la situation actuelle ne faisait que faire le jeu de l’ennemi. Il était naturel qu’elle s’irrite sous une provocation aussi mal intentionnée.

En réponse à son changement d’expression — .

« … Hehe hehe. Ne fais pas cette tête effrayante, Kurogane Lassie. J’ai dit ça, c’est de ma faute. Je suis en permission aujourd’hui de toute façon, alors que dirais-tu de profiter de cette fête, hein ? » demanda Tatara.

Ainsi, Tatara avait pris de la nourriture sur la table et l’offrit à Shizuku. Son attitude semblait assez amicale, mais un mépris qu’elle ne parvenait pas à dissimuler était accroché au bord de sa langue — des excuses qui ne pouvaient que dégoûter. Mais mordre si facilement à l’appât qu’on lui offrait était d’autant plus grave, et c’est ainsi qu’elle avait décidé qu’elle allait laisser passer ça.

« Merci —, » déclara Shizuku.

Mais même quand elle avait décidé cela — la nourriture avait été envoyée voler dans l’air, avant de tomber avec un son important sur le sol en marbre.

Pourquoi — ? se demanda Shizuku.

Son frère, qui se tenait à côté d’elle, avait fait tomber l’assiette offerte des mains de Tatara.

« O-Onii-sama ? » demanda Shizuku.

Les yeux de Shizuku s’ouvrirent en grand et elle fut choquée par les actions de son frère. En effet, les yeux de toute la salle s’étaient tournés vers eux lors de ce développement soudain. Son frère ressemblait à une personne différente de celle qui avait parlé à Sara et Kazamatsuri, ses yeux brillaient froidement quand il fixait Tatara sans paroles. Qu’est-ce qui aurait pu se passer ? Son regard dubitatif se dirigea vers le plateau tombé.

« C’est… c’est… ! » balbutia Shizuku.

Elle comprenait les raisons des actions de son frère. L’assiette que Tatara lui avait offerte contenait des cuisses de poulet sur l’os, mais à l’intérieur de la viande, on pouvait voir l’éclat de nombreux rasoirs, ayant probablement percé la chair sous l’impact de la chute. Ceux-ci ne pouvaient pas faire partie du processus de cuisson, mais seulement être dissimulés à l’intérieur par quelqu’un ayant des intentions malveillantes. Cette personne pourrait n’être nulle autre que la terroriste qui se tenait devant elle. Son frère s’en était aperçu, et avait donc frappé l’assiette.

« C’est tout à fait de la garniture excitante, n’est-ce pas, Tatara-san ? » demanda Ikki froidement.

« C’est du gaspillage ! C’était une infusion spéciale de divers alcaloïdes. Il y en avait assez là-dedans pour tuer un éléphant avec une seule bouchée, vous savez » déclara Tatara.

Tatara gloussa, les épaules tremblant de rire sans crainte malgré le regard furieux d’Ikki.

« J’ai même fait de mon mieux pour le cacher. Contrairement à ta sœur, tes sens sont sacrément bons ! » déclara Tatara.

« Ce n’était pas digne d’éloges. Vous êtes pratiquement en train de suinter de la méchanceté, » répliqua froidement Ikki.

Ikki n’avait pas dit cela par humilité. Alors que sa sœur ne s’en était pas rendu compte, il savait depuis le début que Yui Tatara était différente des trois individus qu’ils avaient rencontrés précédemment. Elles n’étaient que des excentriques, dont on ne pouvait ressentir aucune malice. Mais de Tatara, il ne sentait rien d’autre que de la malice. Alors qu’elle ramassait de la nourriture pour la passer à Shizuku, elle s’était délibérément positionnée pour obscurcir leur vision. Elle n’aurait jamais loupé l’occasion de fait quelque chose pendant ce temps. Croyant fermement en cela, Ikki avait fait tomber l’assiette au sol. Il s’était avéré que son hypothèse était juste sur ça.

« N’était-ce pas votre jour de congé ? » demanda Ikki.

« Hehe hehe. Oui, c’est vrai. C’est pour ça que je voulais tuer quelqu’un pour me détendre. Merde, j’ai failli l’avoir aussi, tu sais ? » déclara Tatara.

Bien que son intrigue ait été déjouée, Tatara avait plissé ses lèvres, ne montrant pas le moindre remords pour son acte.

« C’est la première fois que j’ai à faire un travail aussi lent. “Allez attaquer une école”, disaient-ils, “mais ne blessez personne” ? Je suis différente de ces idiots. Je tus depuis que je suis gosse. Si tu veux qu’un pro fasse un travail où tuer est interdit, tu ne viens pas me voir. Je n’ai pas eu ma dose, et ça m’énerve ! … Au diable, je ne vais pas attendre deux jours, je vais te tuer tout de suite ! » cria Tatara.

Montrant un sourire qui n’était que dents et menace, Tatara avait ri tandis que des énergies sinistres se rassemblaient et prenaient forme dans sa main droite. Sa tronçonneuse, avec ses rangées sur des rangées de lames brutales, évoquait la gueule d’un requin.

« Cette fille est sérieuse ? » demanda l’un des participants.

« Est-ce qu’elle va juste commencer ici ? » demanda un autre.

L’insouciance violente et insouciante de Tatara à l’égard du décorum avait provoqué un tollé dans toute la pièce. Pour sa part, Ikki ne lui avait pas répondu, mais s’était déplacé devant Shizuku comme pour la protéger. Il avait compris qu’elle n’était pas le genre d’individu avec qui il pouvait raisonner. Mais au-delà de cela, il pensait qu’en se préparant à dégainer son propre dispositif Intetsu, il n’était pas le genre de saint qui pardonnerait à la personne qui avait essayé d’empoisonner sa sœur — .

« Baissez votre arme, Roi de l’Épée sans Couronne. »

« Tch ! »

L’agitation avait été apaisée — non, réduite au silence — par une voix qui retentissait de derrière. Cela n’avait pas été crié, et il n’avait pas eu l’air en colère. En fait, c’était une chose tranquille. Pourtant, il était plus grand que nature et exerçait une pression qui obligeait ses auditeurs à le suivre.

Ikki connaissait cette voix. Bien qu’il ne l’ait jamais entendu en chair et en os, il l’avait entendu à la télévision d’innombrables fois. Son propriétaire était — .

« Vous ne vous êtes pas frayé un chemin jusqu’ici juste pour entrer dans cette sorte de petite querelle, n’est-ce pas ? » demanda l’autre.

« … Moroboshi-san ! » demanda Ikki.

— Nul autre que Yuudai Moroboshi. Troisième année de l’Académie Bukyoku. Le roi de l’épée des sept étoiles du Japon — et l’adversaire du pire au premier tour du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire