Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 8

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Chapitre 4 : Bataille précoce et décisive

Partie 8

Le plus fort épéiste du monde, Edelweiss. Celui qui faisait face, « Le Pire », Ikki Kurogane, avait immédiatement — .

« Ooooohhh! »

— émit une aura bleue déchaînée qui s’enroulait autour de son corps, activant l’Art Noble Ittou Shura.

Cela s’était fait plus rapide que la rencontre entre deux lames. Pourquoi avait-il utilisé cette technique avec une durée strictement limitée d’une minute dès le début ? C’était évident — s’il ne l’avait pas fait, il ne serait pas du tout capable de se battre.

Ce n’était rien d’autre que la propre perspicacité d’Ikki, reconnaissant la différence entre leur pouvoir.

Une minute. C’était la limite du temps pendant lequel il pouvait égaler le plus fort du monde.

Et ce jugement était correct. Edelweiss avait attaqué avec du vent qui s’enroulait autour d’elle. Dès le début, Ikki était convaincu qu’il n’avait pas commis d’erreur dans son jugement au sujet de son adversaire. Dès qu’Edelweiss avait frappé avec ses deux épées, ses yeux avaient perdu de vue l’attaque. Dans la confusion, il avait envoyé son corps vers l’arrière.

À cet instant, l’air où se trouvait le nez d’Ikki avait été fendu. Quelque chose d’invisible et d’absurde était passé devant ses yeux, lui touchant presque le nez. Face à l’odeur de quelque chose qui brûlait, Ikki avait compris ce que c’était. La chose invisible qui avait volé à proximité avait été une attaque — les deux épées d’Edelweiss.

Je ne peux pas… voir ses attaques ! pensa Ikki.

Parce que c’était beaucoup trop rapide, beaucoup trop tranchant, il ne pouvait même pas voir les images laissées par les deux lames d’un blanc pur à l’œil nu. Ce qui venait à peine d’être perçu était une lueur d’incandescence dans l’air produite par les lames d’épée qui le traversaient à une vitesse extraordinaire.

Quel tempérament… ! Si je perds ma concentration un instant, ma tête va voler… ! pensa Ikki.

À ce moment, Ikki abandonna toute idée de se battre par ruse. C’était comme si littéralement, son souffle avait été aspiré.

Pour faire face aux attaques que pouvaient faire les deux épées d’Edelweiss qui dessinait un éclair, il rassembla tout son calme. Parmi les techniques qu’il connaissait, la technique invisible qui se vantait d’être si rapide qu’elle était invisible pouvait lui être utile. Avec la septième épée secrète Raikou, qui utilisait le pouvoir d’Ittou Shura qui était enroulé autour de son corps, il avait rencontré l’attaque qui approchait de lui.

Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois — l’acier invisible frappa, donnant naissance à des éclairs blancs dans la nuit noire. Dix collisions en tout se firent. Contre la série invisible d’attaques qu’Edelweiss envoyait avec peu de temps entre elles, Ikki avait retracé leurs mouvements par son regard, se défendant à peine.

Mais dès le début, l’expression d’Ikki pendant qu’il endurait ceci avait montré l’étonnement évident.

F-Fantastique… ! pensa-t-il.

Le fait de recevoir ces frappes avait engourdi ses épaules des deux bras. Ce n’était pas seulement la vitesse, mais aussi une force farfelue et absurde qui était présente dedans. Bien qu’ils n’aient été envoyés que d’une seule main, chacun était bien au-delà de la puissance de Raikou d’Ikki !

Pourquoi ? Ikki avait compris instantanément la raison.

« Kuh ! » s’écria Ikki.

Ikki riposta encore une fois avec Raikou contre l’attaque d’Edelweiss qui approchait. Au milieu de du croisement de l’acier qui avait produit des étincelles, Ikki était sûr d’avoir bien compris.

C’est la raison… ! Les actions de cette personne ne font aucun bruit ! pensa Ikki.

Ses pas, ses frappes, tout ce qu’elle faisait étaient complètement silencieux.

Les sons étaient des vagues nées d’impacts contre l’atmosphère provoquant des oscillations. En d’autres termes, on pourrait l’appeler la dispersion de la force physique. Donc, si l’on était capable de contrôler complètement l’énergie de ses actions, et de ne pas permettre qu’elles soient consommées inutilement, que se passerait-il ? En rendant toutes les actions silencieuses, on pouvait se montrer rapide et sur l’offensive à près de cent pour cent de son potentiel.

Une telle chose n’était pas la technique d’un être humain, mais — sans aucun doute, c’était possible pour l’humaine sous les yeux d’Ikki. Ikki l’avait compris et il frissonna lorsqu’il avala la salive qui s’accumulait dans sa bouche.

C’est… le plus fort épéiste du monde… ! pensa-t-il.

Elle était dans une approche offensive. Dans l’art de l’épée, dans toutes ces choses, elle était au-delà de toute comparaison. Il n’y avait aucune chance d’obtenir un avantage.

— Cependant.

Même si c’est vrai, je ne peux pas juste défendre ! pensa Ikki.

Alors qu’il se défendait à peine contre les attaques imprévisibles qui arrivaient sans fin, Ikki l’avait compris.

Raikou est à peine suffisant ! Je ne peux pas l’égaler en vitesse ou en puissance d’attaque ! Si je prends ça directement, je serai coupé en cinq secondes ! pensa Ikki.

Pour cette raison, il devait passer à une autre façon d’attaquer. L’attaque était la meilleure défense. Il n’avait pas cru ces mots tels quels, mais la vérité était trop unilatérale. Même si une attaque ne touchait pas ou n’atteignait pas l’adversaire, si elle brisait sa posture, cela aurait un sens.

Ikki avait donc pris sa décision. Il devait affronter le plus fort épéiste du monde — en l’attaquant. Il n’allait pas être avare. Contre cet adversaire, il ne pouvait pas se le permettre.

Avec tout ce que j’ai… ! pensa Ikki.

Immédiatement, Ikki avait mis sa décision en action. Face à l’attaque à grande vitesse envoyée par les deux épées d’Edelweiss, Ikki avait aussitôt reculé d’un pas comme s’il s’éloignait d’elle.

Edelweiss avait aussitôt bondi, le poursuivant avec ses épées tenues comme une croix. Elle les tenait à la fois comme une défense et une attaque tranchante et c’était une position qui ne montrait aucune ouverture. L’adversaire qu’il affrontait poursuivait, mais en même temps, c’était aussi la meilleure situation pour lui — exactement comme Ikki l’avait prédit.

Et voilà, j’y vais ! pensa Ikki.

Contre une Edelweiss d’un blanc pur, Ikki s’était élancé. Et en utilisant un unique pas, il avait créé une image postérieure en changeant soudainement la vitesse de son corps à mesure qu’il avançait — .

Il avait décidé d’utiliser la quatrième épée secrète, Shinkirou.

L’Edelweiss s’était attaqué à l’image laissée là qui avait été créée par le jeu de jambes illusoire. Ses deux épées s’y étaient rapprochées simultanément des deux côtés en croix. Mais comme ce n’était rien de plus qu’une image secondaire, les lames ne coupèrent que de l’air. En conséquence — .

Sa poitrine est vulnérable ! pensa Ikki.

Visant cela, Ikki prépara Intetsu et se précipita vers elle — .

Mais soudain, Ikki avait poussé son corps hors de la trajectoire de charge en panique. À ce moment, une frappe invisible traversa l’espace où aurait dû se trouver le cou d’Ikki.

Ce n’est pas bon ! Son épée se déplace plus vite que je ne peux le faire ! Je ne peux pas la finir comme ça ! pensa Ikki.

S’il s’était tenu à sa portée, il aurait été décapité à l’instant.

Mais est-ce quelque chose que je vais abandonner après avoir essayé une ou deux fois !? pensa Ikki.

S’il n’était pas assez bon en vitesse, Ikki devait attaquer une deuxième fois, changeant de pouvoir. Alors qu’il tordait le haut du corps contre le bas du corps tel un ressort, il avait mis tout son poids et sa force physique et les avait concentrés en une seule charge fulgurante. C’était la technique la plus forte du Pire.

La première épée secrète — Saigeki.

C’était la capacité avec la plus haute capacité offensive d’Ikki qui avait même fait un trou dans une poupée géante. La charge et son pouvoir de pénétration étaient sans égal. Même quelqu’un comme Edelweiss n’aurait pas d’autre réponse que de fuir — quelle naïveté de penser cela.

« Quoi… ! » s’exclama Ikki.

L’instant d’après, la charge de Saigeki perdit de la puissance et n’avança plus.

Pourquoi ? — La raison était Edelweiss, face à Intetsu infusée avec la force de Saigeki qui se précipitait vers elle, avait arrêté Saigeki en le bloquant avec ses propres épées. Au niveau de la pointe de son épée, qui n’était pas plus large qu’une aiguille, ses lames s’étaient parfaitement rencontrées, contrant la plus grande capacité offensive d’Ikki. — C’était vraiment incroyable.

« Argh… ! » s’écria Ikki.

Et juste ainsi, c’était un acte qui montrait la vraie différence entre les deux épéistes, et une grande agitation avait grandi dans la poitrine d’Ikki.

Et Edelweiss n’avait pas manqué cette agitation. Elle avait utilisé le temps dans la réaction d’Ikki qui était devenue juste un peu réduite — .

« Wôw ! »

L’attaque d’Edelweiss avait enfin déchiré la peau d’Ikki. Ce qui était déchiré, c’était son front. Pour empirer les choses, le sang qui avait jailli de là avait coulé dans les yeux d’Ikki.

Ma vision ! pensa Ikki.

Bien sûr, Edelweiss n’avait pas laissé passer cette vulnérabilité fatale. Ce qu’elle avait déclenché après ça, c’était l’attaque instantanée en forme de croix qu’elle avait montrée au début. L’épée poursuivante, avec son coup rapide, brûlait l’air blanc — .

« Haaaaaaa ! »

Mais tout cela était une interaction qu’Ikki Kurogane avait prévue. Il avait repoussé les attaques croisées. Mais du côté d’Ikki qui avait vu la vision de ses deux yeux volés, il n’y avait pas le moindre soupçon d’agitation en lui.

Comment ? Tout cela, c’était déjà des choses qu’il n’avait pas besoin de voir !

Je ne peux pas voir les frappes, mais je peux voir à travers les muscles qui bougent son corps ! pensa Ikki.

Le souffle d’Edelweiss. L’art de l’épée. Le tempo. Le jeu de jambes — .

C’était l’incomparable capacité de perspicacité, mettant à nu l’essence des habitudes de l’adversaire grâce à l’information qu’il obtenait de l’adversaire pendant le combat.

La Vision Parfaite — en utilisant l’atout qu’il possédait en plus de la technique à l’épée, le Pire avait vu à travers la technique d’Edelweiss elle-même. Il n’avait donc plus besoin de vision. Parce que même sans quelque chose comme la vision, il pouvait prédire deux ou trois coups sur son ennemi !

« Tu t’en sors très bien, » déclara Edelweiss.

Même la plus forte du monde avait révélé une voix d’admiration devant la sensibilité d’Ikki qui s’approchait de l’œil mystique de l’esprit.

Cependant, les attaques de ses épées n’avaient pas ralenti. De face, elle avait attaqué avec l’avantage absolu qu’offrait son style à deux épées. C’était un assaut continu. Elle avait compris que ses propres muscles maniant l’épée avaient été perçus, mais que la différence qui existait entre eux ne serait pas surmontée simplement par quelque chose comme la prévoyance.

Dans ce cas, il n’y avait pas besoin de ruse. Il suffisait d’aller de l’avant avec la vitesse et la puissance.

— C’était un jugement tout à fait approprié. En l’occurrence, elle avait immédiatement mis l’accent sur l’attaque. Encore une fois, Ikki était confiant à ce sujet. Pour cette raison — .

Le combat sera décidé ici — ! pensa Ikki.

Ce n’était qu’une chose, mais il y avait un moyen de changer le cours de la situation. Tout en gérant l’attaque silencieuse et sans ombre avec seulement de la prévoyance, il l’envisagea. Edelweiss ne s’était pas repliée une seule fois au cours de ce combat. Elle s’était défendue en avançant, mais elle n’avait jamais cherché à s’échapper. Pourquoi ? C’était simple. Elle n’en avait pas besoin. Il n’y avait pas besoin d’esquiver. Le temps libre pour se défendre tout en attaquant était plus que suffisant. L’épée d’Ikki n’était rien d’autre qu’une seule lame, qu’Edelweiss avait balayée de son côté. S’il considérait la différence entre eux, c’était certain. C’est pourquoi Edelweiss n’avait pas choisi de se dérober.

Alors dans ce cas —, Pensa Ikki.

Sur ce point, il y avait un moyen pour lui de survivre. Parce que c’était certain, c’était la seule chose qui était facile à lire !

C’est le seul point où je peux perturber son rythme ! pensa Ikki.

Et la dernière attaque d’Ikki s’était faite. En frappant une lame d’un blanc pur avec juste un peu de force, il retarda le retour de l’épée. Une attaque poussée dans cette brèche pourrait mettre un terme à tout cela.

La lame d’Intetsu avait à peine gratté le sol — non, en grattant le sol, elle s’était dirigée vers Edelweiss.

La frappe était large, comme un coup de vent violent. Cependant, elle n’atteindrait probablement pas Edelweiss. Si l’épée d’Ikki était comme un coup de vent, celle d’Edelweiss était comme un éclair. Sans aucun doute, elle bloquerait.

Cependant ―, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter, parce que cette technique était intentionnellement tel qu’il y avait un sens à ce qu’elle soit bloquée. À l’instant où l’adversaire se défendait contre Intetsu, de ses pieds jusqu’à ses doigts, tous ses muscles travaillèrent ensemble, fléchissant pour projeter une onde de choc.

Le corps humain était principalement constitué de chair et rempli d’eau. Il était donc vulnérable aux vibrations. Si une légère ondulation se produisait sur un corps humain vulnérable aux vibrations, l’intérieur de ce corps serait perturbé. Par exemple, il y avait un type de coup pénétrant dans les arts martiaux chinois qui utilisait ce principe.

En d’autres termes, l’attaque d’Ikki avait été une attaque pénétrant en utilisant un bord. Il contournerait l’armure et frapperait les organes internes. S’il était bloqué avec des épées, il frapperait les deux bras. Cela arrivait dans le corps humain par la vibration de la lame de l’épée, c’était un coup toxique qui pouvait perturber.

 

La sixième épée secrète — Dokuga no Tachi [1].

 

Il l’avait fait en tenant compte de la différence dans leur force, et en s’assurant qu’elle ne s’échapperait pas. On pourrait dire qu’Ikki s’était vraiment assuré de la différence entre ses mouvements et ceux d’Edelweiss.

Cependant, l’épée secrète ne serait efficace que dans le cas où l’adversaire bloquerait avec force. Et comme Ikki l’avait prévu, Edelweiss n’avait aucun doute — et avait bloqué la longue épée venimeuse avec sa lame d’un blanc pur !

Même si elle était la plus forte du monde, Edelweiss était toujours humaine. Au niveau de la structure d’un corps humain, elle n’était pas différente d’Ikki. Dans ce cas, elle n’avait aucun moyen d’échapper à ce poison !

Ikki avait visé l’épée nue d’Edelweiss, y avait enfoncé l’onde de choc née de ses muscles travaillant ensemble.

 

À cet instant, le sang avait jailli de tout le corps d’Ikki.

 

« Eh ? » s’exclama Ikki.

Des muscles avaient éclaté à travers sa peau sur tout son corps, et du sang s’était répandu tout autour de lui

Pourquoi ? La raison en était quelque chose qu’Ikki avait instantanément réalisé. C’était simple. Edelweiss avait fait exactement ce qu’Ikki était sur le point de faire — mais avec une vitesse et une puissance destructrice d’un ordre de grandeur supérieur.

En conséquence, l’onde de choc qu’Ikki lançait à Edelweiss avait été complètement éteinte, et les ondes qui restaient avaient au contraire détruit le corps d’Ikki.

Ikki avait l’intention de voir à travers l’épée d’Edelweiss. Mais tout cela n’était qu’une illusion. Tout ce qu’il avait vu, c’est ce qu’Edelweiss voulait montrer. Tout était dans la paume de sa main depuis le début.

Cette réalité avait fait trembler de peur le corps d’Ikki.

Jusqu’à… ce point… ? pensa Ikki.

 

Épuisant toutes ses forces, pariant sur toutes ses techniques, utilisant les meilleures tactiques qu’il pouvait imaginer — il ne pouvait même pas la toucher.

 

Le sommet du monde… est-il si haut… si loin… !? pensa Ikki.

Devant une telle force que sa propre échelle ne pouvait pas mesurer, Ikki ressentait la terreur.

Et l’instant d’après, la fin arriva. Contre Ikki qui avait perdu toutes ses méthodes d’attaque, Edelweiss avait déplacé l’épée dans sa main droite — la lame blanche avait volé d’une manière invisible, avait percé la lame d’Intetsu, et avait tranché en Ikki.

« Ah ! » cria Ikki.

De ce coup, la blessure qu’Ikki reçut n’était pas profonde. Cependant, parce que le Dispositif s’était cristallisé à partir de sa propre âme avait été brisé, la conscience et le corps d’Ikki s’étaient effondrés.

Edelweiss n’avait pas donné le coup de grâce. Elle avait compris qu’il n’en avait pas besoin. Après avoir mis fin au combat, elle détourna son regard d’Ikki ―.

 

« UuuaaaAAAAAAA!! »

 

Mais au moment où le corps d’Ikki aurait touché le sol, incroyablement, Ikki avait rassemblé autant de force qu’il le pouvait, et avait refusé sa fin. Il avait attrapé un morceau d’Intetsu qui volait dans les airs — .

« Aaaaaahhhh ! » cria Ikki.

Il avait encore frappé Edelweiss.

Ce bord cassé avait été facilement bloqué par la lame d’un blanc pur.

« … Vous voulez toujours continuer ? » demanda Edelweiss.

L’action d’Ikki avait fait vaciller un peu le cœur d’Edelweiss. Elle demanda au chevalier qui respirait maintenant lourdement, tout en saisissant l’éclat brisé de son âme cristallisée.

« Il est évident qu’avec la différence de nos forces, vous ne pouvez même pas espérer gagner par hasard, » déclara Edelweiss. « L’épée formée de votre âme est brisée, votre conscience s’évanouit. Votre corps ne peut plus se battre. Malgré cela, pourquoi me gênez-vous ? Je n’ai aucun désir de blesser les enfants de façon déraisonnable. Depuis le début, je n’avais pas l’intention de vous tuer, vous ou votre sœur. Comparé à me garder ici, vous mettez votre petite sœur en danger. Le Seigneur Wallenstein n’est pas du genre à avoir pitié des enfants, je le crains. ... Ne le savez-vous pas aussi ? »

Face à cette question, Ikki hocha la tête en respirant fortement.

« Oui… Je sais… Vous êtes quelqu’un de gentil, » répondit Ikki.

« Si c’est le cas, alors pourquoi ? » demanda Edelweiss.

« … Parce que Shizuku ne veut pas ça, » répondit Ikki.

Ikki se tenait éveillé par la pure volonté. Il fixa Edelweiss à travers ses yeux brouillés et répondit qu’il ne s’était pas encore rendu. « Si je vous laisse partir, Shizuku sera peut-être sauvée, mais Alice ne le sera pas ! »

« Ce garçon est un criminel, un membre du monde souterrain de la société. Un tel destin est inévitable, » répondit Edelweiss.

« Peut-être que oui, mais Shizuku ne veut pas ça. Elle est venue ici parce qu’elle ne veut pas ça ! Et j’ai promis de suivre ce que Shizuku voulait ! » déclara Ikki.

Par conséquent — .

« Même si je meurs, je ne me rendrai pas ici ! » déclara Ikki.

Face à cette réponse, le visage noble d’Edelweiss se transforma en confusion.

« Même si vous mourrez ? Ne tenez-vous pas votre vie si bon marché, n’est-ce pas ? En remuant le couteau dans la plaie, je sais combien l’ambition et la nostalgie sont fortes à l’intérieur de vous. Vous aussi, vous avez un rêve. Vous aussi, vous avez quelqu’un d’important. Malgré cela, ça ne vous dérange pas de perdre la vie ici ? » demanda Edelweiss.

Face à la question perplexe, Ikki répondit avec un sourire faible. « C’est… la première fois. »

« La première fois ? » demanda Edelweiss.

« Oui… la première fois que Shizuku a compté sur moi, » Ikki avait parlé en repensant à sa relation avec Shizuku.

« J’ai toujours été inquiet à ce sujet. En tant que grand frère, je n’ai jamais rien fait pour elle. Pourtant, cette fille m’idolâtre et m’aime toujours comme son frère aîné. Et aujourd’hui, ma petite sœur a quelque chose qu’elle souhaite et compte sur moi, » déclara Ikki.

À ce grand frère inutile, elle avait confié ses espoirs.

« C’est la seule raison pour laquelle je dois risquer ma vie… ! » déclara Ikki.

C’était pour ça qu’il n’avait pas voulu se rendre. Pas ici. Pas maintenant. Il ne se rendrait pas. C’était le seul souhait de sa bonne petite sœur, qui avait fait des choses impures, mais l’avait toujours soutenu. S’il ne risquait pas sa vie ici, quel genre de frère était-il !?

 

« Avec ma faiblesse, je retiendrai votre force ici ! » déclara Ikki.

 

Tant qu’il était en vie, il ne la laissait pas partir. Fort de cette volonté et de cette détermination, Ikki s’était mis en travers du chemin d’Edelweiss. Et Edelweiss pouvait voir briller dans ses yeux cette détermination.

Quelle forte volonté ! Est-ce les yeux d’un garçon qui vient tout juste d’atteindre l’âge adulte ? Se demanda Edelweiss.

Son souffle avait été coupé. Quelle force, quelle ambition ! Et pas seulement ça, mais il avait aussi le noble esprit de risquer sa vie pour les autres.

Ça fait longtemps, n’est-ce pas que j’ai rencontré une personne aussi belle que ça ? Se demanda-t-elle.

« Jeune homme. Puis-je avoir votre nom ? »

« … Ikki Kurogane, » répondit Ikki.

« Kurogane — Je m’excuse pour mon impolitesse jusqu’à maintenant. Jeune guerrier, » en déclarant cela, Edelweiss avait fait un léger bond en arrière.

Elle avait ainsi permis d’obtenir une grande distance entre elle et Ikki.

 

« Vous n’êtes pas un enfant qui a besoin d’être protégé. Vous êtes un homme capable d’être témoin de ma pleine force en tant que chevalier. Alors… avec l’épée la plus puissante du monde, je tuerai un chevalier comme vous, » annonça Edelweiss.

 

Pour la première fois cette nuit, l’épéiste le plus fort du monde était devenu sérieux. À ce moment-là, un esprit d’épée qui jusqu’alors n’avait rien à voir avec quoi que ce soit d’autre sortait du corps d’Edelweiss. Il en était de même qu’un orage lumineux. La poussière s’enroulait autour d’elle, et les arbres grinçaient. Chaque fenêtre de verre se brisa en petits morceaux.

Cela venait d’un seul être humain. Tandis qu’une présence inimaginable pour les dimensions du corps humain se répandait, Edelweiss aux Ailes Jumelles déploya ses lames dans ses deux mains comme des ailes — .

 

« Préparez-vous. »

 

— Et elle s’était envolée.

Non pas en tant qu’enfant qu’il fallait protéger, mais en tant que chevalier qu’il fallait remercier, elle visait un ennemi qu’elle reconnaît comme tel. Afin de couper à tous les coups dans la vie de cet ennemi — !

Juste avant que les choses ne se compliquent, Ikki l’avait certainement ressenti. C’était les pas de la grande faucheuse. Il y avait la présence d’une épée tranchante qui lui couperait l’avenir. S’il se défendait, il mourrait — .

Mais quoi qu’il en soit, la situation actuelle n’était pas la même qu’à l’époque. C’était différent du combat précédent, où il pouvait sous-estimer son adversaire ou battre en retraite. La vitesse d’avancement d’Edelweiss n’était pas comparable à celle-là. Sans parler de l’art de l’épée, la silhouette d’Edelweiss avait déjà changé au point de s’éclaircir.

Et sans bruit, tout avait vacillé un instant avant de passer. Après ça, une gerbe de sang s’était envolée dans l’obscurité. Ikki Kurogane n’avait pas eu le temps de faire un bruit — cette fois, il était tombé.

Notes

  • 1 L’épée longue du phalène (papillon) de poison

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire