Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 9

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 1 : Chapitre 1 : Camp de formation

Partie 9

« Hehehehe. En fin de compte, Ikki, tu es devenu le genre qui peut avoir des fans en dehors de l’école. C’est incroyable si on le compare à ce que tu étais au début, » déclara Stella.

Après le départ d’Amane, Stella avait bien ri alors qu’elle terminait sa dernière portion de frites. En réponse, Ikki hocha légèrement la tête.

« ... C’est vrai, » déclara Ikki.

« Et Amane semble avoir le béguin pour toi, » déclara Stella.

« Tu as l’air très heureuse de ça, Stella, » répliqua Ikki.

« Oui, je le suis bien sûr. Je suis heureuse que la force avec laquelle tu m’as battue ait été reconnue. Mais je le suis encore plus, en voyant qu’Amane l’exprime avec tant de sincérité et de chaleur. Alors je suis heureuse qu’il ait reconnu ce qui est merveilleux chez celui que j’aime. Ikki, n’es-tu pas satisfait ? Sur le fait d’avoir un fan qui te comprend bien et te soutient ? » demanda Stella.

« ... Eh bien, oui. Je n’ai pas de problème avec ça... Je ne peux pas avoir de problème avec ça, » déclara Ikki.

« Ikki... ? » demanda Stella.

Soudain, Stella avait senti une étrange hésitation dans la réponse d’Ikki, et elle observa son expression. Ikki regardait vers la sortie qu’Amane avait prise et il avait une expression quelque peu tendue.

Non, ce n’était pas le cas — c’était juste au niveau de la tension. Ikki était... visiblement en sueur, et cela même dans ce restaurant qui possédait un climatiseur en état de marche.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Ikki ? Tu transpires tellement..., » demanda Stella.

« Hé, Stella, » comme si la question de Stella avait été mise de côté, Ikki demanda à Stella. « Selon toi, quel genre de personne est Amane-san ? »

« Quel genre de..., ses bonnes manières sont respectueuses, il a un joli visage et, plus que tout, il t’observe correctement. Je pense que c’est une personne qui me semble splendide, » répondit Stella.

Et face à la réponse de Stella,

« Ouais... c’est vrai. Normalement, on penserait que... c’est bien... ? » la voix d’Ikki se fit entendre tel un gémissement, et il fronça les sourcils.

C’est exact... Parce qu’il n’y a rien à détester, pensa-t-il.

Amane Shinomiya. Il affichait de temps en temps des regards charmants telle une fille. Il possédait une douceur qui ne pouvait pas fermer les yeux sur une éventuelle tragédie, mais qui retenait un agresseur même au risque de sa propre vie. Lui, plus que toute autre chose idolâtrait et respectait Ikki. Tout en lui était ce qu’il y avait d’aimable chez un être humain.

Il devait être sympathique. Mais — malgré cela —

 

Je n’arrive pas à faire tenir cet ensemble pour avoir envie d’aimer ça, sans que tout cela se brise en morceaux comme si quelque chose clochait dans l’ensemble..., pensa Ikki.

 

De plus, au moment où Ikki avait rendu les encouragements à un Amane souriant au moment du départ d’Amane, il l’avait senti. Face au sourire d’Amane, il avait dû faire beaucoup d’efforts pour y répondre. Les mots d’Amane. L’expression d’Amane. La bonne volonté d’Amane. Tout cela était naturellement sympathique. Mais toutes ces choses qu’Ikki devrait aimer, en réalité, aucune d’entre elles ne résonnait dans le cœur d’Ikki.

C’était incompréhensible. Ikki lui-même ne comprenait pas pourquoi il ne réagissait pas positivement face à Amane. Et ainsi, cette vérité informe et étrange s’accrochait au cœur d’Ikki comme du goudron.

Ce sinistre malaise n’avait pas pu être évité, alors Ikki avait sorti son appareil d’étudiant et avait essayé d’appeler quelqu’un. L’appel téléphonique avait été immédiatement effectué.

{Allô, bonjour ! C’est rare que tu m’appelles, Senpai. Il y a quelque chose qui ne va pas ?}

« Ah, Kagami-san. As-tu un peu de temps maintenant ? Il y a quelque chose que je dois te demander, » répondit Ikki.

{Bien sûr, ce n’est pas un problème. Je prends juste le thé avec Alice-chan et les autres en ce moment. Qu’est-ce que tu veux demander ?}

« Kagami-san, tu n’as pas seulement enquêté sur Hagun, mais aussi sur les candidats des autres écoles, n’est-ce pas ? » demanda Ikki.

{Bien sûr. J’ai récupéré des informations sur pratiquement toutes les équipes représentatives des écoles.}

« Alors sais-tu quel genre de personne est le représentant de Kyomon, Amane Shinomiya ? » demanda Ikki.

{Tu me demandes quel genre de personne il est. C’est encore une question très vague, tu sais ?}

« Ah, oui, je le sais. Hmm, » répondit Ikki.

En disant une telle chose, Ikki avait eu la même sensation. C’était une enquête qui ressemblait trop à ce qu’un homme demanderait à un autre homme. Cependant, pour balayer ce sentiment omniprésent, ne serait-il pas bon de savoir tout ce qu’il pouvait sur Amane ? Puisqu’il ne se connaissait pas lui-même, Ikki s’était inquiété pendant un court moment. Mais Kagami avait deviné la détresse d’Ikki au téléphone et avait ouvert la bouche pour parler.

{Oh, c’est très bien. Si c’est à propos de Shinomiya-san, je peux dire ce qui se dit.}

« Vraiment ? » demanda Ikki.

{Il n’y a pas beaucoup d’informations. Ce n’est pas un prétendant qui est apparu dans la ligue du collège. Ce que je sais, c’est qu’il est un Blazer du système rare de causalité et de manipulation, et les informations indiquent qu’il a été approuvé avec une haute opinion comme représentant. Comment dois-je le dire ? La vérité, c’est qu’il y a beaucoup de concurrents de ce genre cette année, tu sais ? Il y a un schéma récurrent des premières années sans nom qui n’ont pas d’expérience dans la ligue intermédiaire et qui sont choisies comme représentants. Donc, en ce qui concerne cela, Shinomiya-san est l’un d’entre eux, il n’y a pas beaucoup de retours associés à son nom et cela me fait poser des questions sur lui ce qui me rend un peu intéressé quant à lui. S’est-il passé quelque chose avec Shinomiya-san ?}

Face à la question qui lui était posée, Ikki hésita à expliquer la sensation inquiétante qu’il avait ressentie. Puisqu’il n’en connaissait pas lui-même la raison, il ne voulait pas dénigrer une autre personne, et plus que toute autre chose, il ne pouvait pas exprimer ce sentiment inquiétant par des mots.

« Non, je l’ai rencontré à l’improviste pendant ma promenade. Et à cause de ça, j’ai eu envie de savoir quel genre de personne il est, » finalement, Ikki avait esquivé la question de cette façon.

{Euh, je croyais qu’il ne venait pas au camp de formats, mais est-il venu dans la montagne ?}

« Il semble qu’il soit venu livrer des provisions à ses camarades de classe supérieure, » répondit Ikki.

{Dans ce cas, je suppose que je devrais faire le guet et rassembler des informations sur lui. Hehe hehe hehe.}

« Hahaha... eh bien, tu peux faire ça. Désolé pour l’appel abrupt, » déclara Ikki.

{Non, non. Désolée, je n’ai pas pu m’en empêcher. Dis-moi si tu trouves quelque chose d’intéressant ~.}

« Ouais. Merci. On se parle plus tard, » répondit Ikki.

En la remerciant, Ikki avait mis fin à l’appel. En fin de compte, il n’avait pas obtenu beaucoup d’informations. Si Kagami, qui avait toujours été à l’écoute de ce genre de choses, ne le savait pas, alors il y avait probablement peu d’informations disponibles sur Amane.

« N’y réfléchis-tu pas trop ? Tu as probablement une mauvaise compatibilité avec Amane. Peut-être vous êtes-vous entretués dans une vie antérieure, ou vous êtes-vous battus pour la même amoureuse ? Ou peut-être que c’est vrai des deux côtés, » déclara Stella.

« Peut-être que c’est comme ça, » déclara Ikki.

« Je pense que tout le monde a quelqu’un avec qui il ne s’entend pas, » déclara Stella.

Je ne peux pas m’entendre avec lui. Ce serait bien que son inconfort n’aille pas plus loin. Cependant, puisqu’il n’avait pas pu lui-même expliquer la raison du sentiment bizarre qu’il avait à l’égard d’Amane...,

« Ouais... C’est vrai. C’est probablement juste ça, » déclara Ikki.

Il n’avait pas d’autre choix que d’être d’accord. Mais même s’il se disait d’accord, il ne pouvait pas faire disparaître l’impression étrange que ces fausses paroles restaient accrochées dans son cœur.

Ce qui s’était installé dans son cœur, qu’il n’arrivait pas à mettre en mots, était — un mauvais présage. Une prémonition terriblement désagréable. C’était ce que pensait Ikki en regardant la porte du restaurant par laquelle Amane était sorti : il pensait qu’il venait de rencontrer quelque chose d’extrêmement redoutable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^ Faut toujours se méfier des apparences ~

Laisser un commentaire