Protection Divine de Nombreux Dieux — Chapitre 36

Bannière de Protection Divine de Nombreux Dieux ***

Chapitre 36

Demain, Lux quittera la ville de Bureto. Une semaine s’était écoulée depuis notre arrivée dans cette ville. Il semblerait que la grande horde de monstres atteindra bientôt la ville de Bureto.

Le Seigneur de cette ville avait déjà envoyé son armée en tant que renfort. J’avais entendu dire que l’armée atteindra Bureto environ une demi-journée après la horde de monstres.

En ce moment, les murs autour de la ville de Bureto étaient renforcés à leur maximum. J’avais entendu dire que ça allait être uniquement une bataille défensive. Aujourd’hui, les aventuriers de cette ville qui avaient accepté la demande du Seigneur étaient prêts pour leur départ.

Bien que le nombre soit inférieur à celui de l’armée du Seigneur, tous les membres étaient des aventuriers chevronnés qui étaient égaux ou supérieurs aux aventuriers de niveaux moyens. Il n’y avait pas de quête d’assujettissement de monstres en plus de la mission de base.

Il y avait aussi une arme secrète qui les amènera sur le champ de bataille, les monstres volants de la flotte aérienne de Welburg.

La flotte aérienne de Welburg était une guilde des transports basée à Welburg.

Ces monstres volants capables de transporter des personnes en groupes étaient limités en nombre. Il semblerait que le Seigneur ait coopéré avec la guilde des transports de Welburg afin de transporter cette fois les aventuriers.

« De cette façon, il semble possible de transporter environ 150 personnes, » dis-je.

Il y avait 150 aventuriers chevronnés. Il semblerait que le seigneur local ait jugé préférable d’investir sa capacité logistique limitée dans cette force militaire très compétente.

« C’est impressionnant. Au fait, en considérant que vous partez demain, quand arriverez-vous là-bas ? » demandai-je.

« Il semblerait que nous arriverons après-demain, au petit matin, » répondit Lux.

« C’est vraiment incroyable de pouvoir arriver là-bas en une seule journée de voyage, » m’exclamai-je.

Je veux aussi avoir un monstre volant de ce genre, pensai-je.

J’avais promis à Lux que je viendrais le voir demain matin juste avant son départ.

*

« Allez-vous donner un cadeau de départ à Lux ? » demanda Emily.

« Je le ferai parce que je suis redevable à ces personnes-là, » répondis-je.

« Qu’est-ce qui serait bien ? » demanda Emily.

À la suite de notre discussion, nous avions décidé de donner des potions faites par Emily.

« J’ai été sauvé par la Potion Supérieure de Lux. La qualité pourrait être inférieure, mais la potion d’Emily est aussi très bien, » dis-je.

*

Le lendemain matin, alors que nous allions sur la place se trouvant devant la porte ouest afin de rencontrer le groupe de Lux, Lux nous avait immédiatement localisés.

« Hibiki, merci d’être venu nous voir avant le départ, » me déclara Lux.

« Je me devais de le faire, car je vous suis redevable depuis les événements de la forêt, » dis-je.

« Mais moi aussi, vous m’avez aidé, » me dit-il.

J’avais alors donné un sac en cuir à Lux. Il y avait 20 potions se trouvant à l’intérieur du sac que nous avions produit hier soir.

« Il s’agit d’un cadeau de départ. Ce sont des potions faites par Emily, mais j’espère qu’elles vous serviront bien, » dis-je.

« Est-ce que c’est correct pour moi de les prendre ? » me demanda-t-il.

« Bien sûr. Mais elles ne sont pas aussi bonnes que la Potion Supérieure que vous aviez utilisée à l’époque, » répondis-je.

« Ne vous inquiétiez pas pour ça. Je suis bien conscient que les potions d’Emily fonctionnent très bien, » déclara-t-il.

Gary et les autres membres du groupe nous avons fait un signe de tête depuis une position derrière Lux. Tous ceux qui étaient dans cette forêt connaissaient déjà l’efficacité des potions d’Emily.

« Si c’est vous, alors cela devrait aller. Alors, assurez-vous de survivre, est-ce que vous m’avez compris ? » dis-je.

« Tout à fait. J’ai encore envie de vous revoir après ça, » me répondit-il.

Kuesu s’approcha de Lux et de moi. Je pourrais aussi lui faire un au revoir à elle.

« Madame la Prof, soyez prudente ! » dis-je.

« Vous devriez également être prudent, l’Annihilateur, » dit-elle. « Car après tout, la défense de cette ville sera faible après notre départ. »

La moitié des aventuriers vétérans avaient été sélectionnés afin de rejoindre l’Armée du Seigneur. Nous devrions donc être plus prudents quant à la suite des événements.

J’avais hoché la tête face aux conseils de Kuesu.

J’avais alors entendu une voix qui m’appelait quand j’étais retourné dans ma conversation avec Lux. Après m’être retourné, je vis qu’il s’agissait de Baara et de Gary qui s’approchait de moi.

« Attendez !! Vous m’avez quand même remarquée, n’est-ce pas ? » cria Seira.

J’avais été arrêté par l’étrange bonne sœur qui arrivait elle aussi à côté de moi. J’avais alors regardé le visage de Seira tout en effectuant un énorme soupir.

« Qu’est-ce que vous voulez, Madame la Sœur ? » lui demandai-je.

Est-ce que Seira est masochiste ? me demandai-je. Au lieu de commencer à me harceler, elle inclina la tête à la suite de ma question.

« Vous, quel est votre but lorsque vous essayez de m’ignorer ? » me demanda-t-elle.

« Je suis désolé, mais je ne vous avais pas vue. Et même si je vous avais vu, je n’ai aucun intérêt dans le fait de vous comprendre, » répondis-je.

« Qu’est-ce que vous dites là !? Regardez-moi correctement ! » cria-t-elle.

Seira mit en avant sa poitrine. Elle était assez bien développée à sa manière et ses seins se déplaçaient un peu alors qu’ils étaient enserrés dans les vêtements de nonne rouge. Je n’avais même pas pensé à quelque chose d’étrange en la voyant agir ainsi.

« Est-ce correct pour moi de voir votre poitrine boiteuse ? Quant au volume, Zir en possède une plus volumineuse. Quant à la forme, je suis plus en faveur d’Aria et d'Emily, » répliquai-je.

Seira resta sans voix. Cependant, elle ne semblait pas être découragée et me regardait fixement.

« Vous, il semble que vous ne participerez pas à l’équipe de secours, » me demanda-t-elle.

« Tout à fait. Je n’en fais pas partie, » lui répondis-je.

Seira me regardait avec dédain.

« Pourquoi ne pas participer au grand incident de la ville de Bureto ? Il semblerait qu’en ce moment, vous pensiez seulement à votre propre vie en restant en sécurité, » demanda-t-elle.

C’est vrai, mais je vais devoir objecter un peu, pensai-je.

« Vous, dites-vous sérieusement cela ? » dis-je.

« Bien sûr que je suis sérieuse. Les personnes devraient s’entraider, » me répondit-elle.

« Êtes-vous en train de dire que tout ce qui arrivera à cette ville n’a aucune importance tant que Bureto reste quant à elle en sécurité ? » lui demandai-je.

« Heu !? J-Je ne veux pas dire ça comme ça !! » cria-t-elle.

« Dans ce cas, est-ce que vous dites que tous ceux qui restent dans cette ville sont égoïstes ? » demandai-je.

« C’est... » répondit-elle.

« Cette ville fait face à la Désolation des Démons. Si les monstres voient la horde de monstres volants s’envoler depuis ici, ils pourraient tout à fait comprendre que le potentiel de guerre de cette ville a grandement diminué, alors ils pourraient venir attaquer ici afin d’en profiter, » déclarai-je. « Les autres personnes restent dans la ville au cas où une telle situation devait se présenter. Est-ce égoïste de se préparer aux attaques de monstres ? »

Ma voix semblait être un peu forte, car les personnes qui nous entouraient semblaient l’avoir entendue très clairement. Les yeux des autres aventuriers regardant dans notre direction semblent froids.

Seira sembla remarquer ces regards et se recroquevilla sur elle-même.

« Est-ce que vous comprenez maintenant ? » continuai-je. « Même pour ceux qui restent ici, il y aura très certainement des combats. Alors je voudrais bien que vous arrêtiez de dire de telles choses égoïstes. »

« ... Je suis désolée, » me répondit-elle.

Seira s’excusa et s’inclina. Bien sûr, je n’y avais moi-même pas autant réfléchi avant maintenant. C’était quelque chose que j’avais compris après avoir parlé juste avant avec Kuesu.

« C’est correct si vous le comprenez maintenant, » déclarai-je. « Je sais déjà que vous allez vous aussi vous rendre dans un endroit dangereux. »

« Hibiki, je suis désolé, » déclara Lux. « Je ne savais pas que vous pensiez de cette façon. »

Lux semblait vouloir rajouter quelque chose. Peut-être son esprit était-il si rempli de pensées de sauver Bureto qu’il n’avait jamais pensé que cela signifiait une diminution de la force défensive de cette ville.

Bien, même s’il était un Héros, il y a une chose que l’aventurier pensait toujours. Lux semblait sérieusement prêt à tout faire par lui-même.

« Ne vous inquiétez pas de ça, » dis-je. « Car après tout, vous n’êtes pas seul. »

« Merci, » répondit-il. « Je vais vous laisser vous charger de cette ville. »

« Bien sûr, » répondis-je. « Et vous, faites de votre mieux. »

Cette réponse était vraiment adaptée pour un aventurier. Les aventuriers ne feraient jamais quelque chose au prix de leur vie.

J’avais alors échangé une poignée de main avec Lux avant de voir quelques minutes plus tard le monstre volant décoller.

La ville de Bureto devrait bien aller si elle est entre les mains de Lux. Je crois en lui, pensai-je.

Après avoir vu le départ du groupe de Lux, nous nous étions dirigés vers la guilde des magiciens afin d’améliorer les connaissances partielles de Zir. Il s’agissait de quelque chose qui m’inquiétait depuis hier.

J’avais alors demandé si je pouvais acheter des livres ayant trait à la magie, mais la guilde me refusa ce droit.

Le magicien responsable m’avait dit. « Les livres en relation avec la magie ne sont accessibles qu’aux mages de rang 3 et inférieurs. »

Le fait que la vente de ces livres soit restreinte prouvait que la magie était puissante. On ne pouvait pas y faire grande chose si la guilde nous disait ça.

« Ainsi, » dis-je. « Nous sommes maintenant dans une impasse. »

« Maître, » m’interpella Emily. « Il pourrait aussi y avoir des livres liés à la magie vendue en ville. »

J’avais alors accepté l’opinion d’Emily et nous nous étions dirigés vers le marché de la ville.

C’est une bonne idée. La dernière fois que nous sommes allés en ville, nous n’avons pas pu le faire en prenant notre temps parce que nous avons acheté Zir, pensai-je.

Nous étions alors arrivés dans la zone de la boutique où nous avions acheté Zir et nous étions allés un peu plus loin afin de voir les échoppes de la zone.

Tout d’abord, si s’agissait d’un livre intrinsèquement lié à la magie alors dans cette zone du marché je pouvais détecter au moins 20 objets ayant une signature magique.

« L’apparence d’un tel livre semble vraiment identique à un livre normal, » dis-je.

Dans le premier magasin, j’avais trouvé une autobiographie du « Grand Magicien de la Flamme, Gavanadle. »

Ceci me semblait assez louche qu’il se réfère à lui comme un étant un « grand magicien », mais après avoir confirmé le contenu, il semble étonnamment fiable.

Gavanadle semblait avoir été un aventurier et cela même après avoir été trahi à plusieurs reprises par ses compagnons. Mais à chaque fois, il avait été capable de s’éloigner en toute sécurité d’une horde de monstres. Et il y avait une explication détaillée sur la manière qu’il avait utilisée pour réussir à survivre.

Je l’avais donc acheté, car il semblait utile. Son prix était de deux larges pièces de cuivre.

Après avoir vérifié tous les autres livres, en incluant ceux des autres magasins, la plus grosse part était des cours de Magie de Base ou des autobiographies de magiciens.

Et quand nous avions trouvés des livres ayant trait à la magie sur les fantômes, nous les avions tous achetés.

Bien qu’ils soient peu nombreux, mais il y avait aussi des livres qui portaient de nom de « Grimoire ».

Les grimoires que j’avais été capable de trouver étaient :

Le « Grimoire de Stockage » qui avait une capacité à stocker la magie et à la réutiliser plus tard.

Le « Grimoire d’Invocation » qui permettait de faire venir des partenaires avec qui vous aviez un contrat jusqu’à vous.

Le « Grimoire de la Sagesse » qui avait une magie à l’intérieur, mais nous n’avions pas encore compris son effet.

Après avoir vérifié les informations sur le « Grimoire de la Sagesse », j’avais eu ça.

Grimoire de la Sagesse (Mode Sommeil)

Ce livre a été créé par un sage.

Toutes ces connaissances peuvent être obtenues.

Je me demande ce que ce mode sommeil signifie, pensai-je. Quand j’avais vérifié à l’intérieur son contenu, une écriture qui ressemblait à un graffiti fait par un enfant couvrait toutes les pages.

Et quand j’avais demandé au commerçant un peu plus d’information sur son origine, il semblerait que c’était issu de la maison des précédents Seigneurs de la ville.

Après la mort du Seigneur, ses possessions avaient été distribuées, et la grand-mère du commerçant qui y travaillait à l’époque en tant que servante avait reçu ce livre.

Il croyait que c’était précieux, donc il l’avait mis en vente dans sa boutique, mais le commerçant était troublé parce que tout le monde semblait ignorer ce livre.

Et donc, quand je lui avais dit que je l’achèterais pour 4 grandes pièces de cuivre, il devint fou de joie.

Nous avons également acheté quelques autres choses de cette échoppe qui semblait attirer mon attention.

Demain, j’avais décidé que nous allions au village de gobelins afin d’y faire diverses expériences. Et vu ce que nous étions déjà là, nous avions également acheté certains des articles produits en série vendus en ville pour que les gobelins puissent les utiliser en tant qu’équipement.

Puis, au cours de cette nuit, alors que tout le monde dormait, j’avais sorti les livres que nous avions achetés en ville. J’avais commencé par verser de la magie dans le Grimoire de Stockage.

Puis après ça, je pensais me rendormir après avoir remis le livre sur la table.

« Umu, cela fait déjà dix ans depuis que j’ai reçu de la magie, » déclara une voix inconnue. « Elle se propage dans tout mon corps. »

J’avais entendu une voix, mais il n’y a personne autour de moi qui fus réveillée.

« Ici, mon nouveau propriétaire, » continua la voix. « Bien que mon propriétaire semble m’avoir déjà trouvé, est-ce que vous cherchez une sorte de rituel ? »

La voix provenait de ma main.

En toute hâte, j’avais alors vérifié le livre se trouvant dans ma main.

Apparemment, le livre dans ma main n’était pas le Grimoire de Stockage, mais le Grimoire de la Sagesse.

J’avais fait une erreur, car la couverture des deux livres était presque identique.

« Es-tu celui qui parle, Grimoire de la Sagesse ? » demandai-je.

« Oui, c’est bien moi. Je suis celui qui collectionne toutes les connaissances de ce monde, le Grimoire de la Sagesse, » me répondit-il.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.
    P.S : je me demande bien à quoi va ressembler le caractère du livre ?

Laisser un commentaire