Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Intermission – Partie 8

***

Intermission : Myullias Raiza, Prêtresse-Sainte

Partie 8

« Oh, je le crois. Mais vois-tu, c’est pour ça que je suis maintenant une chasseuse de vampires. » Nive l’avait dit alors que ses yeux étaient remplis d’une myriade d’émotions — des émotions que je ne pouvais pas vraiment lire.

Était-ce de l’admiration ? De la colère ? De la rage ? Une mission… ? Avait-elle ce regard dans les yeux quand j’avais parlé de devenir un aventurier de classe Mithril ? Ou était-ce autre chose ? ?

« Vraiment… Alors, puis-je vous demander pourquoi ? Ce serait peut-être impoli de ma part de le demander, mais d’après ce que j’ai compris, le vampire crépusculaire aurait déjà été tué il y a longtemps. C’est ce que l’on pense souvent, » déclarai-je.

« Oui, en effet, » Myullias était d’accord. « Il avait été tué par un prêtre de l’Église de Lobelia, avec un pieu enfoncé dans son cœur. »

« … Eh bien, » Sharl aussi avait quelque chose à dire sur la légende. « L’Église de Lobelia peut prétendre cela, mais d’autres religions et églises prétendent aussi que c’est l’une des leurs qui a tué la bête. Je suis sûr que vous le savez déjà, mais il y a beaucoup de tombes de vampires crépusculaires éparpillées à travers le pays. »

Le marchand avait parlé avec une expression vaguement illisible.

Bien que Myullias semblait un peu découragée, Sharl avait raison. Pour l’instant, la sainte prêtresse avait tenu sa langue. Il n’y avait aucun moyen pour Sharl de critiquer ouvertement l’Église de Lobelia devant Myullias, mais il ne pouvait être blâmé pour une déclaration générale qui avait un certain degré de vérité en elle.

Cependant, c’était comme Sharl l’avait dit. Je me souvenais clairement d’informations similaires dans les tomes que j’avais lus sur le sujet lorsqu’il s’agissait des tombes de vampires. La tombe la plus célèbre était celle revendiquée et annoncée par l’Église de Lobelia. C’était, sans aucun doute, la vraie tombe du vampire crépusculaire, disaient-ils. Cependant, la vérité était que…

Nive, comme si elle avait des pensées similaires, parla.

« C’est comme vous dit, Monsieur Sharl. Bizarre, hein, qu’il y a tant de tombes ici et là. Pour commencer, il n’y a aucune trace claire de qui exactement a tué le vampire crépusculaire. Alors n’est-il pas naturel de supposer qu’il n’a pas du tout été tué ? »

Compte tenu de ce qui s’était passé jusqu’à présent et des éléments de preuve dont nous disposions, l’argument de Nive était convaincant dans une certaine mesure. Mais il y avait encore un problème…

« Selon les légendes, le vampire crépusculaire se prélasse dans des actes d’une violence terrible. Il désire le sang, la destruction et le massacre d’innocents. S’il en existait vraiment un, ici et maintenant, ne serait-il pas étrange pour nous de ne pas au moins entendre parler de tels événements ? » demandai-je.

Il était un être de légende, possédant une immense puissance et capable d’engloutir et de placer un royaume entier sous son règne. La véracité d’une telle affirmation était dans l’air, bien sûr, mais il était sûr de supposer que le vampire crépusculaire apportait habituellement une bonne dose de destruction. Les vampires maléfiques de légende avaient souvent provoqué des désastres simplement en existant.

Mais il n’y avait pas eu d’incidents liés à des vampires ou quoi que ce soit de semblable au cours des derniers siècles. Si ce vampire crépusculaire était vraiment vivant, alors les désastres étaient sûrs d’avoir eu lieu, non ? Ce serait la plus grande preuve réfutant l’existence du vampire crépusculaire jusqu’à présent.

« Ce n’est pas une bête stupide, vous savez ? Il est normal de supposer qu’il aurait très bien pu simuler sa propre mort, puis se cacher. Vous savez, quand il s’agit de vampires, les vampires mineurs mis à part, les grands vampires n’ont pas vraiment besoin de beaucoup de sang s’ils cherchent seulement à maintenir leur existence. Si un vampire veut vivre dans la paix en étant, invisible, alors un grand vampire ferait beaucoup mieux à cet égard. Considérez, alors, comment un vampire crépusculaire s’en sortirait…, » déclara Nive.

C’est quelque chose que je ne savais pas. Les grands vampires n’étaient pas souvent observés, si bien qu’une grande partie de leur écologie et de leurs habitudes restait un mystère. Nive, d’un autre côté, en saurait beaucoup plus à ce sujet, vu qu’elle était une chasseuse de vampires.

Mais alors… Hmm. Un grand vampire n’a donc pas besoin d’autant de sang pour survivre… ?

Personnellement, je n’avais besoin que d’environ trois gouttes par jour. Était-ce une grande quantité ? Ou n’était-ce pas beaucoup du tout ? Si je devais dire, je serais du petit côté de l’échelle, non ?

Curieux, j’avais posé une question à Nive.

« Puisque nous en parlons, quelle quantité de sang un petit vampire a-t-il habituellement besoin ? » demandai-je.

« Hmm… Ça dépend de l’individu. Je ne peux pas vous donner de chiffres exacts, mais disons une estimation de, euh, deux humains entiers par mois ? Quelque part par là, hein ? Pour une estimation… je crois que c’est une dizaine de fois la contenance de ce vase à fleurs là-bas, » déclara Nive, montrant du doigt un vase ornemental exposé. « Un vampire moyen en aurait besoin d’environ la moitié, et un grand vampire, probablement la moitié du précédent. Quelque chose comme ça. S’ils allaient plus haut, il leur en faudrait encore moins… C’est dur de décrire ces choses avec des mots, hein ? »

Le vase n’était pas très grand. Si on le remplissait et qu’on en versait de l’eau, on en remplirait au plus cinq tasses. Et… dix vases de sang étaient nécessaires ? C’était une quantité terriblement énorme.

Non… Peut-être que j’en demandais trop peu ? Étais-je un grand vampire ? L’idée m’avait traversé l’esprit, mais c’était probablement moi qui avais trop réfléchi. Après tout, Nive avait mentionné que les appétits variaient d’une personne à l’autre. J’avais eu l’intuition que mon appétit diminué était plus un caprice.

Y aurait-il un jour où je serais sûr de ce que j’étais exactement… ? Une tâche difficile, c’est le moins qu’on puisse dire. Quoi qu’il en soit, je devrais revenir à la conversation en cours.

« Je vois. Je comprends. Vous m’avez demandé de vous contacter si je découvrais un jour un vampire crépusculaire, Lady Nive ? Rien d’autre ? » demandai-je.

C’était une dernière vérification de sa demande. Était-ce tout ce qu’elle voulait, à la fin ?

Alors, Nive acquiesça d’un signe de tête…

« Oui, c’est très bien. Mais Monsieur Rentt. Mais seriez-vous capable de le dire juste en le regardant ? » demanda Nive.

« Que… oui, c’est comme vous le dites ! À quoi ressemble un Vampire crépusculaire ? » demandai-je.

Si je ne le savais même pas, je ne pourrais pas chercher quoi que ce soit.

Nive secoua la tête, parlant sans hésitation ni doute. « Je n’en ai absolument aucune idée. »

Vous plaisantiez, madame ? Vous ne savez pas, mais vous me le demanderiez… ? C’est ce que je voulais dire, mais je n’avais pas pu protester contre l’expression sérieuse de Nive.

« Eh oui, » poursuit-elle. « Je sais que c’est ridicule de vous demander une chose pareille. C’est pour ça que j’ai dit ça tout à l’heure, hein ? Que si jamais vous rencontrez un vampire contre qui vous ne pouvez pas gagner, Monsieur Rentt, contactez-moi. »

Était-ce donc tout ce dont il s’agissait… ?

« Vous voulez dire, Lady Nive, que je ne peux pas gagner contre un vampire crépusculaire ? » demandai-je.

Bien sûr, la conversation irait dans cette direction. Au moins, Nive ne pensait pas que j’en étais capable.

Mais… elle avait raison. Je ne pourrais pas gagner. C’était impossible. Même moi, je le savais. J’avais juste pensé que je devrais le demander…

Nive avait rapidement offert une réponse. « Je ne voulais pas vous dénigrer, hein ? Je veux m’en excuser… Mais un vampire crépusculaire est un monstre qui détruit des royaumes entiers et tout ça. Si vous pouviez faire la même chose, Monsieur Rentt, je ne me plaindrais pas du tout… »

Bien sûr que je ne peux pas faire ça ! … et c’était ce que Nive avait sous-entendu.

Je ne pouvais pas faire une telle chose. Pas moi. Si je pouvais, je serais déjà un aventurier de classe Mithril.

Mais est-ce que cela signifiait que Nive était capable d’une telle chose ? C’était un peu trop terrifiant pour l’imaginer…

Malgré tout, les aventuriers étaient très attentifs aux forces des autres autour d’eux, et s’y intéressaient aussi souvent.

J’avais donc demandé à Nive. « Et vous prétendez pouvoir le faire vous-même, Lady Nive ? »

Un bon nombre de rires accompagnèrent sa réponse.

« Hah ! Bien sûr que non ! Je dis juste que je peux me battre si l’adversaire est un vampire. Même si l’ennemi était incroyablement fort, il y aurait au moins une chance de victoire pour moi. En d’autres termes, comblez le fossé avec les compétences et le savoir-faire, la technique et l’expérience, et vous obtenez quelqu’un comme moi. »

Sa réponse était plus réaliste et fondée que je ne le pensais.

Je vois. C’est pour ça que je ne pouvais pas le faire — je n’avais pas toutes ces choses. J’en étais entièrement convaincu.

Eh bien, il y avait ça, et aussi le fait que Nive était beaucoup plus forte que moi…

Quoi qu’il en soit, j’avais maintenant une meilleure compréhension de la situation et j’avais hoché la tête à Nive pour signaler la situation comme telle.

« Je comprends. Dans ce cas, si jamais je rencontre un vampire comme ça, je vous contacterai, » déclarai-je.

En disant cela, j’avais tendu la main. Une poignée de main, pour les apparences.

C’était peut-être un geste un peu amical, ou simplement quelque chose pour régler nos différends, compte tenu de tout ce qui s’était passé.

Les yeux de Nive semblaient s’élargir un peu plus en voyant ma main.

« … Oui. J’espère que nous pourrons travailler ensemble à partir de maintenant, » répondit Nive en me prenant la main. Le sourire sur son visage était un peu plus doux. C’était un sourire que je n’avais jamais vu jusqu’à maintenant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire