Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Intermission – Partie 3

***

Intermission : Myullias Raiza, Prêtresse-Sainte

Partie 3

« Alors… Je suis sûre que vous avez entendu ces histoires récemment ? Des aventuriers qui disparaissent dans des Donjons, hein ? » L’explication de Nive commençait par une telle affirmation.

Je me demandais où j’avais déjà entendu cela. Ah, oui. Il y a eu cet incident, il y a un certain temps…

« S’agit-il peut-être des aventuriers nouvellement enregistrés qui ont disparu ? Un bon nombre d’entre eux selon ce que j’ai entendu, » déclarai-je.

Nive hocha la tête. « Oui, c’est ça. Exactement cela. D’après ce que je peux dire, c’est clairement le travail… des vampires. »

Une déclaration soudaine de culpabilité. D’après ce que j’avais compris, la guilde était à la recherche de l’auteur même maintenant… mais n’avait pas eu de chance jusqu’ici. C’est ce que Sheila m’avait dit… mais si la guilde avait-elle fait quelques découvertes ?

Les vampires en étaient-ils vraiment la cause ? Même si c’était vrai, je n’étais pas du tout un criminel.

« Ne serait-ce pas une hypothèse trop large, Lady Nive ? Après tout, aucun cadavre d’aventurier desséché n’a été retrouvé. Comment en êtes-vous arrivée à une telle conclusion ? » demandai-je.

Une conclusion impossible, invraisemblable, je voulais dire. Nive, cependant, avait retiré une carte d’une poche magique de sa ceinture, avant de l’étaler sur une table près de nous. Différents éléments d’information avaient été notés sur la carte, des détails ici et là de façon sporadique.

En y regardant de plus près, j’avais réalisé que toutes ces notations avaient quelque chose à voir avec les vampires. Des détails sur l’année, le mois et le jour des rencontres, les types de vampires, le montant, s’ils avaient été tués… ou étaient encore vivants. D’innombrables notations remplissaient le parchemin.

Dire qu’elle possédait tant d’informations… Elle avait au moins fait du bon travail.

Un seul coup d’œil sur la carte avait suffi à me convaincre d’une chose : la passion de Nive pour l’extermination des vampires.

Malgré tout, je n’aimais toujours pas beaucoup cette femme… mais ça valait le coup de l’écouter.

Nive indiqua un certain royaume à l’ouest, et continua son explication.

« Cet endroit… Une ville du nom de Ruguella. Dans cette ville, il y a environ six mois, un certain incident s’est produit, voyez-vous. Des aventuriers nouvellement enregistrés ont disparu, » déclara-t-elle.

« Que s’est-il passé ? » demandai-je.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène courant, ce n’était pas non plus sans précédent. En fait, les nouveaux aventuriers avaient souvent perdu la vie à cause de leur imprudence et de leur manque de connaissances. Ainsi, peu importe l’endroit où ces événements s’étaient produits, ils n’avaient jamais été quelque chose dont il fallait trop tenir compte.

Nive, cependant, continua d’appuyer, déplaçant légèrement son doigt vers l’est.

« Le prochain est cet endroit. Une ville appelée Oradoras. Des aventuriers y ont également disparu. Des nouveaux, hein ? »

Poursuivant son explication, Nive avait déplacé son doigt vers l’est encore et encore, traçant un chemin à travers une trentaine de villes et de villages, tous ayant été confrontés au même problème. Enfin, son doigt s’était arrêté sur un endroit familier : Maalt.

La série de disparitions d’aventuriers avait tracé une ligne nette vers l’est, directement de Ruguella à Maalt.

Ce…

Nive savait déjà que j’avais compris le schéma.

« Comme vous pouvez le voir, ces disparitions, pour une raison étrange, continuent vers l’est. Et puis, enfin, cela s’est rendu à Maalt… et c’était très bien, » déclara-t-elle.

« D’accord…, » déclarai-je.

« Mais bien sûr, vous pensez probablement que ce n’était pas suffisant pour prétendre que l’affaire était l’œuvre de Vampires. Tout d’abord, sur ces 30 incidents, 11 villes ont choisi de ne pas les annoncer ou d’en informer le public. Ce n’est peut-être pas une façon exacte de le dire… Les aventuriers meurent, non ? Dans les Donjons et tout ça, leur disparition était simplement perçue comme telle. J’avais moi-même confirmé tous ces cas de personnes disparues et je peux en attester la validité. En regardant tout ça, j’ai senti que quelque chose n’allait pas. J’avais l’impression que les vampires étaient impliqués. Il n’y a pas eu d’erreur, » déclara-t-elle.

Que… Que vouliez-vous que j’en pense ? Peut-être que ces aventuriers ont vraiment perdu la vie dans le Donjon.

Pour commencer, des gens qui meurent dans des Donjons sont quelque chose de triste et malheureux, oui, mais il n’y avait pas de quoi écrire tout un roman. Cela s’appliquait doublement aux nouveaux aventuriers, car leur taux de mortalité et leur fréquence étaient un peu plus élevés. Même s’il y avait eu un nombre légèrement plus élevé de décès, on pourrait raisonnablement supposer qu’ils s’étaient simplement enfoncés trop profondément, surestimant leurs prouesses.

D’un point de vue réaliste, c’était déjà possible. C’est pourquoi j’avais interrogé Nive sur ce point.

« Cependant, la Guilde des Aventuriers voit souvent cela comme un événement régulier. La guilde ne voit pas ça comme un gros problème, non ? » demandai-je.

« C’est bien ça. Cependant, j’ai découvert que les guildes ont découvert certaines choses, voyez-vous. Ils ont simplement gardé ces découvertes secrètes. En fait, un certain nombre de Thralls ont été trouvés dans ces villes, et ont été chassés et détruits, bien sûr. Une fois que vous arrivez au Rang Or, il y a certains dossiers que vous pouvez accéder dans les documents de la Guilde des Aventuriers, vous voyez ? Alors, voilà le truc… Bien qu’il y ait quelques documents sur les vampires assassinés dans ces registres, curieusement, aucun de ces Thralls assassinés n’a pu être trouvé. Comme vous le savez, les Thralls sont les familiers, les sous-fifres des vampires. Si les vampires n’existaient pas, les Thralls non plus. Pour ajouter à tout cela, voici le point fort. Vous voyez, l’apparence de ces Thralls et de leur équipement, n’est-ce pas ? Ce n’était nul autre que les aventuriers nouvellement enregistrés qui avaient disparu, » déclara-t-elle.

Je sentais que la Guilde des Aventuriers avait gravement péché pour avoir gardé toutes ces informations secrètes… Mais encore une fois, j’avais supposé que c’était ce qu’ils feraient.

Nive, comme si elle lisait dans mes pensées, continuait. « Si vous en saviez autant, vous comprendriez pourquoi la guilde n’a rien dit. Après tout, si l’existence de Thralls était affirmée, des tonnes d’aventuriers se rassembleraient dans ces villes. Pendant un certain temps, la ville connaîtra un boom des affaires, mais cet afflux d’aventuriers ne fera qu’enlever des emplois aux aventuriers locaux, et ils seront laissés pour compte, même si c’est eux qui offrent habituellement leurs services à la corporation. Bien sûr, les guildes n’ont rien dit. »

C’était tout à fait une terrible affaire. Mais encore une fois, la Guilde des Aventuriers n’était en aucun cas une organisation noble ou tout à fait moralement droite. La guilde de Maalt fonctionnait selon une éthique un peu plus propre, oui, mais ce n’était pas nécessairement vrai pour les autres villes. Les guildes de ces villes décidaient de leur propre culture.

Des guildes qui n’étaient pas appréciées, celles qui abusaient de leur pouvoir, celles qui avaient peu ou pas d’influence et de pouvoir… Il y en avait de toutes sortes. Les guildes d’aventuriers étaient plus ou moins des rassemblements de ruffians et d’autres individus, alors j’avais supposé que cela pouvait difficilement être évité. Malgré tout, le fait que toutes les guildes aient conservé une certaine capacité d’offrir un service était quelque chose de tout à fait admirable… l’était-ce vraiment ?

S’il vous plaît, faites votre travail correctement, guildes d’aventuriers du monde entier…

Mais d’après ce que Nive avait dit, les Thralls créés à partir d’aventuriers nouvellement enregistrés avaient été vus par de multiples individus. Si c’était vrai…

Nive continua, tout en faisant les cent pas. « Je suis sûre que vous pouvez le dire d’après tout ce que vous avez vu jusqu’ici, mais je suis toujours à la recherche de vampires. Si jamais je vois quelque chose d’étrange, j’y vais souvent pour vérifier la situation moi-même. Il y avait beaucoup d’erreurs bien sûr… Mais cette fois, j’avais raison. C’est pourquoi j’ai aussi avancé vers l’est, en surveillant les Thralls dans chacun de ces villes et villages. Comme le destin l’a voulu, je les ai trouvés dans beaucoup de ces endroits. Je les ai éliminés dès que je les ai trouvés ? Et donc, au bout du chemin, je suis là pour leur chef. Le grand patron. Je suis venue jusqu’ici, mais je ne les trouve pas. Rien, même pas maintenant. Mais il doit être ici, quelque part, donc… »

« N’y a-t-il pas la possibilité que ce vampire ait déjà quitté Maalt ? » demandai-je.

Après tout, c’était un vampire qui se dirigeait continuellement vers l’est. Il était possible qu’il ne soit plus dans cette ville.

Nive hocha la tête.

« Oui, mais je n’en suis pas sûre. Cependant, d’après mon expérience, un vampire qui a chassé autant d’humains ne s’arrêtera pas comme ça. Non, ça ne peut pas s’arrêter. Vu les cas d’aventuriers nouvellement enregistrés qui disparaissent étrangement, il devrait encore être ici, dans cette ville. Si ce n’est pas le cas, alors les cas de personnes disparues devraient apparaître partout. Quelque part ailleurs, bien sûr. Selon mes sources, ces incidents ne se sont pas encore produits dans les villes avoisinantes, donc, ils doivent encore être ici, » déclara Nive.

Il semblait que Nive avait un bon nombre de sources. Quant à ses moyens, eh bien… J’avais entendu dire que les aventuriers de la classe Or pouvaient utiliser une partie du réseau d’information des guildes, donc c’était probablement quelque chose du genre. Ou peut-être était-ce le réseau personnel de Nive…

Je ne savais pas vraiment si c’était vrai, mais j’avais le sentiment que les affirmations de Nive étaient très probablement exactes.

Cependant…

« Alors… pourquoi me soupçonner ? » lui avais-je demandé.

Étais-je si étrange que ça ?

« Je suis venue dans cette ville à la recherche d’un vampire, » me répondit rapidement Nive. « Eh bien. Vous savez, les gens dans cette ville sont tous un peu bizarres, mais parmi eux, il y a cette personne qui est vraiment bizarre. Ce n’est personne d’autre que vous, M. Rentt. Vous êtes venu dans cette ville récemment, vous avez été promu en classe Bronze en peu de temps, et vous avez vaincu une Tarasque tout seul. Je crois que vous comprenez ce que je veux dire, n’est-ce pas ? Ce n’est pas impossible, oui, mais de nouveaux aventuriers capables d’une telle chose sont très rares. Cependant, si vous étiez un Vampire, de tels exploits ne vous dépasseraient pas. De plus, vous n’êtes actif que pendant les heures où il y a peu d’activité dans la ville, dans les rues. Un comportement courant chez les vampires, non ? Ils évitent d’entrer en contact avec les humains et s’aventurent à peine dehors pendant la journée. Votre masque, votre robe, la pâleur de votre peau… Si vous pensez à la façon dont votre masque peut être utilisé pour cacher les crocs dans votre bouche… Alors. Plus je vous regardais, plus vous deveniez étrange… Mais il semblerait que je me sois trompée, alors je vais devoir m’excuser. »

Eh bien, j’étais convaincu. Nive avait raison. Tout cela ! Elle avait vraiment fait ses recherches et m’avait ciblé spécifiquement. Je comprends maintenant pourquoi elle portait le titre de chasseuse de vampires.

Myullias et Sharl, aussi, semblaient convaincus à l’explication que Nive avait donnée.

Mais maintenant, j’avais eu l’affirmation que je n’étais pas un vampire, du moins selon Nive. Avec tout ce qui s’était passé, j’avais eu la bonne idée de demander une juste compensation de ma part.

C’est pourquoi j’avais dit. « Je m’excuse pour mon apparence étrange, mais de pensée que vous me suspecteriez d’une telle chose à cause de cela… »

« Ah, ouais. Il y a ça. Terrible, n’est-ce pas ? Affaire terrible. Je comprends. Ce n’est pas quelque chose que je dis souvent, mais je comprends. Mais vous voyez, c’est aussi un peu pour cela que j’ai proposé d’acheter les matériaux de Tarasque à un prix si élevé, vous voyez, en guise d’excuse pour tout ça. Vous n’en avez probablement pas besoin, mais…, » déclara Nive.

Nive avait détaché quelque chose de la carte détaillée qu’elle avait déployée sur la table, tournant et me remettant l’objet mystère. Une sorte de papier… ? Il y avait un numéro d’enregistrement. D’après le format, c’était l’un de ceux de la guilde.

Si j’avais ce document, je pourrais le remettre au personnel de la guilde, qui m’aurait probablement mis en contact avec Nive. C’était un moyen de communication étrange, car la vitesse du contact dépendait de l’endroit où se trouvait la personne et du temps qu’il fallait pour la retrouver… C’était particulièrement vrai pour des individus comme Nive, qui semblaient être partout, mais nulle part à la fois. Il serait extrêmement difficile de la contacter.

« Allez, ne faites pas cette tête ! Vous en aurez peut-être besoin un jour, » déclara Nive.

« Je pense qu’une telle possibilité serait assez faible et je ne suis pas sûr de vouloir communiquer avec vous… »

Si possible, je ne voulais plus rien avoir à faire avec cette femme.

« Vous voyez, Monsieur Rentt. J’aime vraiment enquêter sur les choses et tout ça… Mais plus important encore, mon instinct est… important ? Vous savez… C’est ce que je ressens assez souvent. Donc d’après mon instinct, je dirais… Monsieur Rentt. Un jour ou l’autre. Vous en aurez besoin. Vous pourrez me contacter avec ceci, » répondit Nive de façon inquiétante.

Je sentais presque une force violente et brutale derrière chacun de ses mots. S’il vous plaît, chasseur de vampires, laissez-moi tranquille…

L’intuition de Nive soit assez précise, si je pouvais me permettre de le dire moi-même. Après tout, elle avait correctement discerné mon identité de vampire sur cette seule base.

Mais en disant que j’aurais besoin de la contacter à l’avenir… comme c’est inquiétant…

Quoi qu’il en soit, je devrais l’emporter. J’avais fait une note mentale pour faire inspecter ça à Lorraine, au cas où il y aurait une sorte de magie ou d’enchantement inscrit à l’intérieur…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire