Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Intermission – Partie 1

***

Intermission : Myullias Raiza, Prêtresse-Sainte

Partie 1

Après que Sharl se soit mis à genoux, Nive lui tendit la main, la plaçant à une certaine distance au-dessus de la tête du commerçant. Ses doigts s’étaient placés pour former une coupe, comme si elle avait l’intention de ramasser quelque chose de liquide avec eux.

Je voyais à peine des traces de Divinité se rassembler dans sa paume.

Alors que le mana était invisible à l’œil nu, la Divinité était un peu différente. C’était presque impossible à discerner à distance, bien sûr, mais ce n’était guère un problème avec moi de si près.

Malgré tout, j’étais témoin de la masse concentrée de Divinité. Mes réserves se seraient déjà asséchées si j’avais essayé d’imiter une telle chose.

Bien que Nive Maris détenait le titre de baronne, elle était, en fin de compte, une aventurière. C’était surprenant de voir quelqu’un avec de telles réserves de Divinité courir dans la nature d’une telle manière. Dans des circonstances normales, les individus qui possédaient tant de Divinité auraient depuis longtemps reçu des invitations d’organismes religieux ou de saints ordres de chevaliers. De telles organisations se seraient pliées en quatre pour inviter des personnes aussi talentueuses dans leurs rangs.

Avec cela à l’esprit, je suppose que Nive elle-même avait une sorte de but dans la vie. La chasse au vampire était très probable, à en juger par tout ce que j’avais observé jusqu’à présent.

Il y avait un son doux et audible, et une petite flamme scintillante apparut bientôt dans les mains de Nive. Ce n’était en aucun cas une flamme normale. Elle brillait d’un blanc incandescent. Quelle flamme mystérieuse… !

Je savais cependant que la flamme elle-même était une coagulation de la Divinité.

« Des flammes divines ? Même parmi les pratiquants de la Divinité, seuls ceux qui ont la chance d’avoir de grandes réserves, et qui sont bien entraînés à l’utiliser, peuvent la matérialiser. Une sorte de flamme sainte qui habite en soi, voyez-vous. »

Myullias, qui avait regardé de côté, regardait la flamme avec une expression des plus mystifiées et curieuses.

« Pourquoi utiliser une telle chose pour discerner les vampires des gens normaux… ? » demanda la prêtresse.

Tandis que Nive avait prétendu que sa technique était unique à elle seule, la question de Myullias avait suggéré qu’il y avait beaucoup d’autres qui étaient capables de la même chose.

Myullias avait poursuivi. « Ceux qui reçoivent les bénédictions du Saint Feu manifestent souvent des capacités uniques, basées sur leur disposition. Les façons dont il peut être utilisé sont innombrables. Je suppose que le feu sacré de Lady Nive a été spécialisé pour détecter les vampires… C’est une possibilité… »

Myullias semblait refuser de faire des déclarations concrètes.

Serais-je capable d’utiliser la même chose si j’avais travaillé dur pour atteindre un tel objectif ? Serais-je alors en mesure d’en tirer une sorte de pouvoir spécial ? Pour une raison ou une autre, j’avais pensé que mes capacités se limiteraient surtout à la création ou à l’enrichissement d’engrais pour les plantes…

Je m’étais tourné vers Myullias. « Maniez-vous aussi une telle flamme, Lady Myullias ? »

« C’est presque impossible pour moi… Je n’ai pas la quantité de Divinité pour une telle chose, et je n’ai pas non plus les compétences et la technique pour le faire, » répondit-elle.

« Alors combien de personnes dans l’Église de Lobelia en sont capables… ? » demandai-je.

« Que… Je m’excuse, mais ce n’est pas quelque chose que j’ai le droit de divulguer à des étrangers, » déclara Myullias, légèrement troublée.

Elle m’avait dit clairement que ce n’était pas une question que j’aurais dû poser.

Pourtant, elle avait continué. « Je ne fais aucune référence à l’Église à ce sujet, mais en général, peu de praticiens de la Divinité sont connus pour avoir ce niveau de compétence. Une organisation typique aurait peut-être… deux ou trois personnes. D’après ce que j’ai compris. »

Elle avait très probablement inclus l’Église dans sa liste des « organisations typiques ». Une explication simple, mais fonctionnelle.

D’après ce que j’avais entendu parler de Nive et de ses exploits, je l’imaginais assez rigide. De façon inattendue, Nive n’était pas du tout le genre religieux.

Maintenant que j’y pense… Nive n’était pas très religieuse du tout, mais les petites remarques sournoises qu’elle faisait à l’Église et à d’autres organisations similaires suffiraient à gêner n’importe qui. Ensuite, il y avait la question de savoir comment elle l’avait dit…

Alors que je poursuivais mon monologue intérieur, la flamme blanche dans les paumes de Nive avait atteint une taille étonnante. Elle s’étendait maintenant jusqu’au plafond, à quelques centimètres à peine du bâtiment. Si Sharl pouvait voir ça, j’étais sûr qu’il serait surpris. Heureusement pour lui, ses yeux étaient fermés, et je supposais que c’était son salut en la matière. Après tout, n’importe qui penserait qu’une flamme aussi énorme placée sur la tête ne serait rien de moins que fatal.

Malgré la présence d’une tour de flammes aussi flagrante, la pièce ne semblait pas chaude ou étouffante. Je n’avais même rien senti de là où je me tenais. Je ne sentais pas du tout la chaleur de la flamme.

En regardant le plafond, on aurait dit que les flammes ravageaient les poutres, mais je n’avais pu discerner aucune trace de brûlure ou de dommage. J’avais supposé que son feu sacré était différent du feu normal auquel j’étais habitué, à un niveau fondamental.

Très vite, Nive avait commencé à séparer ses mains en forme de coupe. Presque comme un ruisseau d’eau silencieux, le feu sacré tomba sur le marchand, alors que des gouttes d’un blanc lumineux coulaient sur son être.

Feu ! Sharl va prendre feu !

Au lieu de cela, Sharl n’avait pas été brûlée par ces gouttes de feu liquide. Il avait été brièvement illuminé pendant que les flammes s’enroulaient autour de lui, enveloppant lentement son être… avant de disparaître tranquillement.

Les gouttes tombaient encore et encore, et cette scène se répétait. Finalement, le contenu dans les mains de Nive s’était asséché, et un silence étrange avait rempli la pièce, comme si rien ne s’était produit en premier lieu.

« On dirait que Sharl n’est pas du tout un vampire ! Eh bien, alors ! Suivant ! » Nive avait pratiquement crié pendant que ses yeux rencontraient les miens.

Face à cette déclaration, Sharl ouvrit les yeux, poussant un soupir de soulagement.

Mais pourquoi en parlait-elle comme si c’était une sorte de chaîne d’actions ?

C’est ce que je voulais dire à Nive Maris, chasseuse de vampires, mais elle n’était guère une personne avec qui je pouvais discuter. Quoi qu’il en soit, je n’avais pas pu prendre le risque de subir le même processus que Sharl.

Que dois-je faire ?

Y avait-il un moyen de s’échapper… ?

Ah… Il y avait quelque chose.

« D’après ce que vous venez de dire, Lady Nive, les monstres n’approchent pas quelqu’un s’ils reçoivent une telle bénédiction, non ? » demandai-je.

« Hmm… Je suppose que non…, » répondit-elle.

« Alors, je suis un aventurier. Ne pas pouvoir rencontrer des monstres serait problématique, donc je vais respectueusement refuser…, » déclarai-je.

Une bonne excuse, Rentt m’étais-je dit. Nive cependant…

« Ah, ne vous inquiétez pas pour ça. Je peux laisser cette partie spécifique en dehors. Pas de problème du tout, » déclara-t-elle.

Une réponse rapide…

J’avais fait de mon mieux pour communiquer ma réticence, mais il me semblait que Nive n’en avait pas. Mais je n’allais pas non plus reculer si facilement.

« Peut-être que si j’y étais allé en premier, il n’y aurait pas eu de problème, mais après avoir vu cela… Eh bien, je ne me sens pas assez courageux pour accepter cette bénédiction…, » déclarai-je.

Ce n’était pas une excuse étrange. Même si l’on disait qu’il n’y avait aucun homme sur ces terres qui n’aurait pas peur d’être brûlées par ce qui semblait être du feu — et rien que du feu.

Mais Nive…

« Je comprends ce que vous ressentez… Hmm. Peut-être que c’est juste moi ? Monsieur Rentt… Vous avez été un peu sournois tout à l’heure, n’est-ce pas ? Un peu fuyant aussi… Vous ne vous sentez peut-être pas bien ? » demanda Nive, inclinant la tête si légèrement. Cette lueur familière était de retour dans ses yeux. Elle avait le même regard quand elle avait interrogé Sharl sur les possibilités qu’il soit un vampire.

Je m’entendais avaler mentalement. Le son résonnait dans mon esprit. Je ne l’avais pas laissé apparaître sur mon visage.

Calmement…

« Je n’ai pas l’intention de faire ça. C’est juste que… J’ai peur ? Je veux dire, j’ai peur du feu. C’est tout ce qu’il y a à faire, » déclarai-je.

C’était plutôt la peur qu’on me découvre. Mais je ne pouvais pas dire ça, alors j’avais trouvé une excuse pour avoir peur du feu.

Nive, comme convaincue, hocha lentement la tête. « Eh bien, ce n’est pas si effrayant que ça, vous savez ? Eh bien, alors… Hmm. Je suppose que je vais laisser tomber pour aujourd’hui… mais pas vraiment. TRÈS BIEN, ALORS ! Allons-y ! »

Après ça, Nive leva un bras dans ma direction, des vrilles de flammes blanches jaillissant d’eux plus vite que l’œil ne pouvait voir. Toutes ces vrilles ne visaient que moi.

C’était mauvais. Je devais les esquiver, mais… comme on pouvait s’y attendre d’une aventurière de classe Or, ses tirs étaient parfaits. C’était au-delà de tout — aucune des flammes de Nive n’avait loupé. Je ne pouvais que pleurer intérieurement à cause de mon manque de talents et de compétences.

Malgré toutes les forces et les avantages que mon état actuel m’avait donnés, j’étais encore insignifiant comparé à un aventurier de classe Or qui était sur le point d’atteindre la classe Platine.

Mais bien sûr, toute l’histoire de s’agenouiller avec Sharl serait presque impossible pour un passant typique. Je m’étais senti convaincu malgré toute la situation que Nive avait d’autres moyens de livrer ses flammes.

Je m’étais demandé un instant ce que je faisais, me sentant impressionné et maladroit dans une telle situation de vie ou de mort. J’étais brûlant. Des flammes blanches et vacillantes avaient léché chaque centimètre de mon corps. Tout mon corps était maintenant enveloppé par ces flammes, comme je l’avais vu il y a quelques instants avec Sharl.

Nive découvrirait-elle que j’étais un vampire, compte tenu de ses capacités ? Beaucoup de gens seraient sûrement troublés par une telle révélation…

Un tourbillon d’émotions m’avait traversé l’esprit.

Alors…

« … Hein. Ce… ce n’est pas grand-chose. En fait, ce n’est pas vraiment chaud, » déclarai-je.

Bizarrement, inopinément, rien d’inhabituel ne s’était produit. C’était peut-être ce que j’avais ressenti, mais d’après ce que j’avais pu voir, il n’y avait rien qui clochait chez moi, malgré les flammes.

Est-ce que cela signifiait… avais-je réussi ?

J’avais ressenti un moment d’exaltation, comme si je venais de gagner un pari.

Mais j’aurais déjà dû savoir que ces flammes ne semblaient pas du tout chaudes, surtout après avoir observé Sharl. En repensant aux flammes, c’était vraiment une sensation étrange. Si je devais le mettre en mots, j’avais l’impression que les flammes me chatouillaient. Elles semblaient fouiner dans mes entrailles, m’explorer partout.

 

 

Soulagé qu’il n’y eût pas de problèmes évidents, j’avais commencé à apprécier ce sentiment. J’avais l’impression que la Divinité en moi était devenue plus vibrante, plus vivante aussi.

Est-ce que j’imaginais des choses ? Ce ne serait pas vraiment terrible de rester comme ça pendant un moment… Cela ressemblait beaucoup à la sensation que l’on ressent en entrant dans un bain chaud.

Mais je ne pouvais pas rester ici pour toujours. Au bout d’un certain temps, la sensation d’être malaxé et parfois poussé de l’intérieur de mon corps avait lentement disparu. Les flammes, aussi, s’étaient éteintes peu de temps après.

Les flammes blanches étant maintenant complètement éteintes, et Nive ayant effectué une sorte d’inspection, elle m’avait regardé droit dans les yeux, avant d’annoncer haut et fort…

« Je vois que vous n’êtes pas non plus un vampire, Monsieur Rentt ! » déclara Nive.

Non, je suis un vampire !

J’avais tellement envie de le signaler à Nive, mais je l’avais laissé passer pour l’instant. Oh, comme je voulais le lui faire remarquer, même si la mort m’attendait dès que j’aurais dit ces mots…

Mais heureusement, de tels événements ne s’étaient pas produits.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

  2. Étrange. Pas assez vampirique pour être touché par ces flammes ?

Laisser un commentaire