Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Courte Histoire Bonus 4

***

Courte Histoire Bonus : La Course

C’était arrivé un jour où je marchais dans les rues de Maalt, mais avec Edel perché sur ma tête.

Alors que j’étais un aventurier, et un aventurier très occupé, je ne pouvais pas vraiment travailler 24 heures sur 24, car peu de choses seraient faites de cette façon. C’était vrai que beaucoup de problèmes avaient surgi autour de moi dernièrement, et j’avais sauté d’un incident à l’autre. Les humains, cependant, trouvaient toujours un moyen de se reposer, de peur qu’ils ne soient écrasés par le poids de leurs fonctions. Tout ce travail sans rien à montrer — ce n’était pas une perspective dont je pourrais rire.

D’un autre côté, je n’étais pas humain en ce moment. Ces pensées n’étaient peut-être rien de plus qu’une perte de temps, mais c’était à ce moment-là que…

« Hmm… ? Hé, toi, là. Ce truc sur ta tête…, » quelqu’un m’avait appelé.

Un aventurier d’âge moyen, un homme, pour être précis. Un coup d’œil sur lui m’avait suffi pour comprendre qu’il n’était plus nouveau dans la tâche. Même s’il n’était pas vraiment un vétéran, il avait probablement un certain bon sens. L’équipement et les armes sur lui étaient tout aussi banals, de sorte qu’il ne semblait pas être un individu dangereux.

Malgré tout, j’étais sur mes gardes, car il suffisait d’un moment d’insouciance pour que l’ennemi fasse une embuscade.

Par exemple, s’il m’avait soudainement versé de l’eau bénite sur moi, que se passerait-il ? Peut-être, que ça marcherait sur un mort-vivant normal, mais ça ne vaudrait rien pour moi. Bien que, peut-être qu’il y avait des poisons dans le monde qui avaient des effets inconnus sur moi, ou peut-être que je ne serais pas complètement immunisé contre eux. Je ne pouvais pas exclure une telle possibilité. Je ne m’attendais pas à ce que cela se produise, bien sûr, mais si nous devions nous engager dans un combat, j’étais sûr que j’en sortirais vainqueur. Quoi qu’il en soit, j’étais toujours prudent.

Tout bien considéré, l’homme ne semblait pas hostile. Il avait jeté un coup d’œil à Edel, puis il s’était tourné vers moi et il m’avait dit ce qui suit :

« Ah, c’est vrai. Toi, vas-tu aux courses ? Je vois, je vois… Oui, il a l’air d’une bonne souris. Tu seras peut-être même premier si tu participes…, » déclara l’homme.

J’avais secoué la tête devant ses paroles. Il semblait que l’homme se trompait. Je sentais que je devais le corriger, mais avant de pouvoir le faire, il me tirait déjà sur la manche.

« Même moi, j’ai l’impression que je pourrais parier sur ta souris… Hmm. D’accord, par ici ! Vite, au comptoir d’inscription ! Je parie sur toi, mon ami ! » dit-il, tout en continuant à me tirer vers un endroit inconnu contre ma volonté.

◆◆◆

D’après ses paroles et son comportement, il n’était pas difficile de deviner ce que l’homme mijotait. Course, pari, inscription… Avec tous ces mots-clés, même un imbécile saurait pour quoi l’homme m’avait confondu. L’endroit où il m’avait emmené était évidemment aussi un endroit pour cela.

Ce n’était nulle part dans les rues de Maalt, mais juste à l’extérieur, le long d’un mur particulièrement long. Un coin de la forêt avoisinante avait été complètement défriché. Dans la clairière, il y avait un parcours avec plusieurs pentes abruptes et des tunnels — une chose si compliquée.

On peut se demander à quoi servait exactement ce cours : La Course de Puchi Suri. En fait, il y avait environ six souris en ce moment même, tout courant vers le même but.

Autour du parcours se trouvaient des foules d’aventuriers, tous tenant des plaques de bois — des jetons de pari, peut-être — alors qu’ils encourageaient leurs champions sélectionnés. À l’occasion, certains d’entre eux faisaient une expression terrifiante parce que leur souris choisie était bonne dernière.

« Une course avec des paris, je vois…, » murmurai-je.

« Quoi, tu ne savais pas ? » dit l’homme à côté de moi.

Comme les autres, il tenait une plaque en bois dans ses mains. Il s’appelait Aidi, un aventurier de classe Bronze. Il avait été pris dans ces courses ces derniers temps, et n’avait pris aucune demande. Il avait fait le strict minimum pour ne pas être rayé du registre, mais les récompenses seraient une fois de plus dépensées à parier sur ces courses.

« Quand un endroit comme celui-ci a-t-il été construit… ? » lui avais-je demandé.

« Cet endroit ? Assez récemment. On dit que les Puchi Suris de la ville se sont calmés récemment — plus très agressifs et tout ça. Il y a donc ce type… qui pensait qu’il essaierait de voir s’ils écoutaient les instructions, s’ils pouvaient être formés. Il s’avère qu’ils pourraient l’être, et il s’est souvenu des courses dans certains districts… et si c’était des souris, il n’aurait pas besoin de faire grand-chose. Alors il a construit cet endroit, » expliqua Aidi.

J’avais l’impression de comprendre les raisons de tout cela. Le pouvoir d’Edel avait changé les Puchi Suris de Maalt, les rendant moins agressifs envers les humains. Cependant, plus importants encore, ils avaient acquis un semblant d’intelligence.

C’était censé être le résultat de tout ça.

D’une part, personne ne serait blessé ou tué dans ces événements, et je suppose qu’on pourrait l’ignorer en restant en sécurité. D’autre part, les gens d’ici étaient manifestement accros aux courses, même si leur famille mourait de faim ou s’ils s’appauvrissaient eux-mêmes. Je me sentais coupable de ces pensées.

« C’est de plus en plus intéressant par ici, tu vois… »

Bien que j’aie donné à l’homme des réponses superficielles, il avait continué à divaguer, parlant finalement des gens qu’il avait rencontrés, et des choses qu’il avait vues à cet endroit. Des histoires d’hommes qui étaient devenus riches, d’hommes qui avaient tout perdu et d’hommes qui s’étaient traînés aux courses même s’ils étaient fauchés. J’avais secoué la tête pendant qu’il continuait, avec des histoires d’individus terribles qui avaient volé les économies du membre de leur famille… Toutes des histoires étranges, absurdes, tristes et drôles. Peut-être que certaines personnes ici présentes ne trouveraient pas ces histoires très amusantes.

Il avait continué pendant un certain temps, me régalant avec d’autres de ces histoires malheureuses.

« Ah… Le voilà. Ta souris, » déclara Aidi.

Comme prévu, Edel était aligné sur la ligne de départ avec les autres Puchi Suris. En raison de son insistance, Edel avait été inscrit pour les courses au comptoir avant. Il n’y avait des frais d’inscription, bien sûr, rien d’important, et il n’y aurait aucune pénalité pour avoir perdu. Je suppose qu’une seule fois, c’était bien, alors nous étions allés de l’avant avec le processus. Pour une raison inconnue, Edel était enthousiaste à propos de tout ça.

D’ici peu…

« Très bien ! En position ! Un… Deux… COMMENCEZ !! »

La voix du membre du personnel avait été amplifiée plusieurs fois par l’objet dans ses mains, un artefact des profondeurs d’un donjon, si je devais le deviner.

Les Puchi Suris étaient partis, comme s’ils comprenaient la signification du son. Chacune des souris avait à peu près la taille d’Edel, et leur vitesse n’était pas du tout ridicule. Je suppose que chacun d’eux ressemblait beaucoup à Edel.

La couleur de leurs peaux différait, quoique légèrement. Du gris, du brun et du noir avaient traversé l’hippodrome. Ils étaient également capables d’utiliser le mana pour améliorer leur corps, car les Puchi Suris étaient après tout des monstres.

Edel aurait pu me prendre un peu de mana et prendre l’avantage sur ses pairs, mais il avait peut-être refusé de le faire au nom de l’esprit sportif. Cela m’avait un peu plus donné l’impression que cette course valait la peine d’être regardée.

« Regardez-moi ça ! Numéro un, Jacks Tiger ! Il est rapide ! Le voilà qui prend ces virages à une telle vitesse agressive ! Mais attendez, qu’est-ce que c’est ? Il est suivi de près par le numéro deux, Edel ! C’est peut-être la première fois qu’il participe à cette course, ce noir, mais il est sur le dos du roi de la course Puchi Suri ! VA-T-IL RATTRAPER LE TEMPS PERDU !? »

Un coup d’œil rapide aux alentours de la zone avait révélé qu’une grande partie de l’auditoire avait parié sur le numéro un — le champion en titre, semblait-il.

Aidi, cependant, avait une plaque pour le numéro deux, Edel. Comme il l’avait dit, il avait vraiment parié sur nous.

« TOUS DROITS ! Allez… Allez !! »

Aidi regarda, murmurant des prières. Son expression intense ressemblait beaucoup à celle d’un aventurier confronté à un monstre puissant. La réalité de la situation était cependant bien différente et l’absurdité de la situation était quelque peu pathétique.

Enfin…

« NOUS SOMMES ICI ! Le DERNIER virage ! Tourne… Voilà… Là-bas ! On le voit ! Numéro un, Jacks Tiger ! Est-ce que cela finira comme… ? Oh ? Qu’est-ce que c’est ? Je me rapproche et je me rapproche et je me rapproche ! Numéro deux, EDEL ! Quelle vitesse terrifiante ! Je n’ai jamais vu un tel rattrapage dans toute l’histoire de la Course de Puchi Suri ! Jacks Tiger s’accroche ! Edel se rapproche de plus en plus ! Il se rapproche ! Voilà… ILS SONT EN LIGNE ! Ça y est, les amis ! La FIN ! Qui sera le vainqueur ? Un ? Ou deux… !? DEUX ! C’est DEUXXXX !! EDEL S’EST ASSURÉ LA PREMIÈRE PLACE !! »

C’est ainsi qu’Edel avait rattrapé son adversaire et l’avait doublé pour décrocher la première place. À ce moment-là, Aidi sauta d’un cri triomphal.

« OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !! »

Aidi avait levé le poing en l’air pour célébrer sa victoire, un contraste saisissant avec la mer de visages déçus, ainsi qu’un tas de plaques de pari jetées sur le sol. Les plaques tombées avaient ensuite été ramassées par quelques hommes. J’avais supposé qu’ils étaient des membres du personnel, très probablement pour le recyclage ou à d’autres fins.

Hmm. Tout à fait durable en effet.

« Nous l’avons fait ! Nous l’avons fait ! Grâce à cela, je peux jouer et me détendre un peu plus longtemps… Il y a une récompense pour toi aussi ! Viens me rendre visite quand tu en auras envie, je parierai sûrement sur toi à nouveau ! » dit Aidi, tout souriant.

C’était normal, car Edel était, dans tous les cas, un Puchi Suri fortifié. N’était-ce pas une violation des règles ? Quoi qu’il en soit, il n’y avait pas grand-chose en petits caractères. Je ne m’inquiéterais pas de ça maintenant.

C’est ainsi que j’avais découvert cette étrange nouvelle forme de loisir à Maalt. D’autres spectacles étranges apparaîtraient-ils bientôt dans cette petite ville ? Pour une raison ou une autre, j’avais l’impression qu’une vague de changement déferlait sur Maalt.

Bien sûr, je ne pouvais pas dire avec certitude ce qui provoquait ces changements. Oui, je ne savais rien du tout… Ce n’est pas parce qu’il se passait des choses étranges autour de moi que j’en étais responsable. C’est vrai, je ne l’étais pas.

Avec l’argent du prix, Edel m’avait fait acheter de la nourriture qui lui plaisait. Avec le reste, j’avais obtenu un bon millésime, que j’avais partagé avec Lorraine.

Dire que ce jour viendra ! Un familier qui paie ses propres dépenses… Ha. Une bonne souris, vraiment.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire