Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Courte Histoire Bonus 3

***

Courte Histoire Bonus : Un rêve continu

« Juste… un petit peu… encore… un peu… »

Oui, juste un petit peu plus, pensai-je en me tenant sur le bord d’une falaise, en m’élevant vers une surface au-dessus de moi.

« Si je m’étire… comme… ça… je peux… ? »

Mes doigts avaient légèrement touché l’objet en question et, avec un dernier étirement décisif, je l’avais saisi dans mes mains.

C’était une petite et belle fleur. Une fleur de Tetona, qui ne poussait que sur les faces de ces falaises abruptes et risquées

 

◆◆◆

« J’ai… Je l’ai, je l’ai. Je l’ai cueilli… pour vous, » moi, Rentt Faina, je l’avais dit en ouvrant triomphalement la porte devant moi.

Mais j’avais vite perdu ma voix. Devant moi, il y avait une jeune fille assise sur une chaise. Elle veillait sur une autre fille, qui semblait dormir paisiblement dans son lit.

C’est vrai. La fille semblait paisiblement endormie. La fille avait l’air comme ça… mais… mais…

« Je suis désolée, Rentt… et merci, mais… c’est… juste un peu trop…, » balbutia la jeune fille.

En regardant les larmes qui coulaient sur son visage, j’avais su qu’il était trop tard.

 

◆◆◆

La fille dans la chaise était Rin, et celle dans le lit était Ran. C’étaient des jumelles avec qui je jouais souvent quand j’étais enfant. Les deux filles se ressemblaient exactement et avaient des personnalités similaires. Elles vivaient même de la même façon, c’est pourquoi j’avais supposé qu’elles vivraient comme telles jusqu’à un âge mûr et avancé.

Mais les dieux étaient cruels. Le ciel avait décrété que Ran devait souffrir d’une maladie incurable, tandis que Rin devait être en parfaite santé.

La maladie de Ran s’était aggravée. Il n’y avait aucun traitement connu, alors Ran s’était lentement affaiblie.

Mais toutes les deux avaient un rêve : ouvrir un jour une boutique de fleuriste, rien que toutes les deux. Remplir le monde de fleurs — c’était leur rêve.

C’était un peu enfantin et mignon, oui, mais les jumelles étaient sérieuses à propos de leur rêve qu’elles trouveraient un jour un moyen de cultiver la fleur de Tetona, qui était impossible à cultiver en captivité, puis de la répandre dans le monde.

C’était leur rêve.

Ran n’était plus en mesure de le poursuivre. Quand cela était devenu évident, Rin avait au moins voulu que sa sœur voie la vraie fleur, juste une fois. Et c’est ainsi qu’elle avait envoyé une demande à la guilde, et c’était moi qui l’avais reçue.

Le contenu de la demande était simple : apporter à Ran une fleur de Tetona avant la fin de sa vie. C’était une simple demande, mais…

« J’ai… J’ai… échoué…, » murmurai-je.

Je ne pouvais rien dire d’autre. J’avais en effet échoué. J’aurais dû être plus rapide. Je le savais bien. J’y avais même pensé.

Rin secoua lentement la tête, un léger sourire illuminant son visage strié de larmes.

« Non… tout va bien. Tu en as assez fait, Rentt. Ran voulait dire… qu’elle était désolée. Pour avoir dû partir en première, » déclara Rin.

« Mais… »

« C’est bon, Rentt. Passe-moi les formulaires de demande…, » déclara Rin.

Rin m’avait arraché les formulaires des mains, déclarant que la demande était complète avec une signature

J’avais hésité. Comment pourrais-je l’accepter ? Rin m’avait juste remis les papiers entre les mains.

« Nous t’en sommes reconnaissantes, alors s’il te plaît… Tu nous as aussi apporté la fleur. Je ferai de mon mieux pour trouver un moyen. Pour les faire fleurir et grandir. Ensuite, je les enverrai dans plein d’endroits. C’est toujours notre rêve, » déclara Rin.

Quelle fille forte… !

Elle avait perdu un membre de sa famille, mais elle ne se vautrait pas dans le désespoir — elle regardait déjà devant elle. Les individus comme elle étaient rares. Ses déclarations n’étaient pas celles d’un enfant, mais de quelqu’un qui avait dirigé leur détermination, qui avait pris sa décision.

Moi, plus que quiconque, j’avais compris cela, et c’est pourquoi je m’étais tourné vers Rin et lui avais dit ce qui suit :

« S’il y a… quelque chose… Tout ce que je peux faire pour t’aider, dis-le-moi. Je ferai ce que je peux. »

« Merci, Rentt… Eh bien, si je veux encore des spécimens de fleurs d’endroits dangereux… me les apporteras-tu si je te le demandais ? » demanda Rin.

« Quoi, comme une Fleur de Sang du Dragon ? » demandai-je.

C’était la première chose qui m’était venue à l’esprit quand j’avais pensé aux plantes rares ou difficiles à obtenir.

« Haha… Oui, ce serait vraiment dangereux. Peut-être, un peu trop pour un Rang Bronze, non ? » demanda Rin.

« Oui, c’est exact. Mais c’est aussi mon rêve de devenir un jour un aventurier de Rang Mithril. Alors… quand je deviendrai beaucoup plus fort, je t’en apporterai une comme ça. Une Fleur de Sang du Dragon. »

Je ne savais pas si j’atteindrais un jour un tel niveau de force. D’une certaine façon, j’avais l’impression d’avoir déjà atteint mes limites.

Malgré tout, je ferais ce que je pourrais. Rin, cette jeune fille devant moi qui avait perdu sa famille, n’avait toujours pas abandonné son rêve. Je ne pouvais pas non plus abandonner. Pas devant ses yeux.

« Alors… c’est une compétition. Voyons voir quel rêve se réalise en premier… Je ne perdrai pas, tu m’entends ? » déclarai-je.

« Moi non plus, » me déclara Rin.

Quand nos yeux s’étaient croisés, il était clair pour moi que le sourire de Rin s’était éclairci un peu plus. Ce n’était pas un sourire du fond du cœur — elle avait mal. Même ainsi, la vie continuerait. Nos vies aussi devaient continuer. Je devais avancer, il n’y avait pas d’autre moyen.

Et c’était tout ce qu’il y avait à faire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire