Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 8

***

Chapitre 3 : Une nouvelle Évolution Existentielle

Partie 8

« Avais-tu vraiment besoin d’apporter ça ? » demanda Lorraine en marchant dans les rues de Maalt.

J’avais acquiescé profondément à sa question. « Ce n’est pas une question de besoin, Lorraine. Je l’ai apporté parce que je voulais l’apporter. »

Je tenais dans mes mains la télécommande du petit dirigeable. J’y injectais du mana en marchant. J’avais fait la même chose après que nous ayons terminé notre discussion sur le vampire la veille, mais je n’avais malheureusement pas pu remplir entièrement le cristal. Je faisais la même chose aujourd’hui, en infusant lentement le cristal avec ma magie.

Cependant, grâce à mon travail acharné et constant, le cristal semblait être presque plein — environ soixante-dix pour cent, si je devais le deviner. Il me restait cependant encore beaucoup de mana en moi, et avec cela, le petit dirigeable pourrait probablement voler pendant environ deux heures. Cela me semblait logique.

Par ailleurs, l’endroit vers lequel nous nous dirigions en ce moment n’était rien d’autre que…

« Hm. C’est ici, n’est-ce pas ? Ah, un heurtoir…, » déclara Lorraine.

En arrivant à destination, j’avais regardé Lorraine hochant la tête en silence, levant la main vers le heurtoir qui me semblait familier. Je m’étais tu, et j’observais Lorraine en retenant mon souffle.

Lorraine avait saisi le heurtoir avec une certaine force, ayant l’intention de l’utiliser comme tout le monde et —

Crack.

Avec un son tout aussi familier, le heurtoir, la base et tout le reste s’étaient détachés de la porte.

« Ce n’est pas ma faute… Je suis innocente. Il était cassé depuis le début, » Lorraine avait lentement tourné la tête vers moi, me regardant droit dans les yeux en déclarant son innocence d’une voix paniquée.

Bien qu’elle puisse sembler être peu agitée par un observateur normal, je connaissais Lorraine depuis longtemps, alors le sort malheureux du heurtoir l’avait vraiment touchée.

Mais bien sûr, n’importe qui serait surpris qu’un heurtoir se détache sans raison, surtout si l’on n’était même pas dur avec lui. Moi aussi, j’avais été surpris par ce mécanisme à deux reprises dans le passé.

Les observations de Lorraine étaient correctes : c’est moi qui avais cassé le heurtoir en premier lieu… Mais je n’avais pas à le dire. Lorraine n’avait pas besoin de savoir — et une Lorraine paniquée était rare.

J’avais prédit qu’une telle chose se produirait, et j’avais préparé un adhésif extra-fort, raffiné à partir d’un liquide visqueux, à cette fin. Posant silencieusement de l’adhésif sur la porte, j’avais pris le heurtoir de Lorraine, le remettant en place sans un mot. En quelques minutes, le heurtoir avait l’air impeccable, comme s’il n’avait jamais été détaché.

Tout en gardant mon silence, j’avais calmement frappé à la porte avec une articulation — après tout, n’importe qui utiliserait un heurtoir de porte qu’on trouvait.

« Oui ? Qui est-ce… ? Ah ! AH ! Rentt ! »

Alize avait sorti la tête de derrière la porte du deuxième orphelinat de Maalt.

Oui, l’endroit où Lorraine et moi étions allés n’était autre que celui-ci. Notre but était d’accueillir Alize comme notre disciple collectif, et de faire rencontrer Lorraine en personne à l’enfant. Nous devions d’abord parler à Sœur Lillian parce qu’elle était l’administratrice de l’orphelinat. C’est pourquoi nous avions fait le voyage jusqu’ici, adhésifs et tout.

Alize semblait vraiment très excitée de nous voir. Elle avait ouvert la porte et nous avait conduits avec joie dans les couloirs de l’orphelinat.

« Vous arrivez au bon moment, Rentt ! Nous venons d’apprendre aujourd’hui que le médicament est prêt ! Nous pouvons guérir la maladie de Lady Lillian une fois pour toutes ! » déclara Alize.

 

◆◇◆◇◆

Ma demande initiale était de livrer une seule Fleur de Sang du Dragon à l’orphelinat — ce qui lui était arrivé après, n’importe qui l’avait deviné. Je m’étais toutefois quelque peu investi dans le sort de Sœur Lillian et je voulais savoir comment elle allait. La demande avait été présentée dans le but de la guérir en premier lieu, de sorte qu’il était un peu modeste de s’en aller parce que la demande était terminée. J’avais après tout joué un rôle important dans ce processus.

Mais il y avait un bon nombre d’aventuriers qui avaient fait exactement cela. Ils livraient ce qu’ils étaient censés livrer, puis ne revoyaient plus jamais le client. Bien que certains de mes collègues aient été quelque peu détachés à cet égard, j’étais personnellement plus intéressé par l’issue éventuelle de la situation.

Sur cette note, la joyeuse notification d’Alize arrivait exactement au bon moment.

« Oh… C’est vrai, Rentt. Qui est cette dame avec vous ? » demanda Alize.

Nous étions tous les trois assis dans une salle de réception familière. Alize parlait de Lorraine, se tournant vers elle pour la regarder et me demandant une réponse. Étant donné que j’avais toujours visité seul, je suppose qu’il était juste qu’Alize traite mon compagnon avec une certaine curiosité.

Je n’ai pas toujours voyagé ou travaillé seul — Rentt Faina a aussi des amis !

D’un point de vue réaliste… Je ne pouvais appeler personne d’autre que Lorraine et Sheila « amies » pour le moment. Une pensée pitoyable, mais, quoi qu’il en soit, j’avais acquiescé, offrant une réponse à Alize.

« Ah, je ne me suis pas encore présentée, n’est-ce pas. Enchantée de vous rencontrer, Alize. Je suis Lorraine Vivie, érudite, mage et aventurière occasionnelle de classe Argent. Je suis ici aujourd’hui en qualité de tuteur en magie, Alize, à savoir pour vous éduquer sur les voies de la magie, » déclara Lorraine.

Quelque chose semblait enfin s’enclencher dans l’esprit d’Alize.

« Une mage ! Et une de classe Argent !? Je… Je suis Alize. Est… Est-ce que c’est vraiment bon ? J’ai peu d’argent, et je suis aussi une orpheline…, » balbutia Alize.

Alize était de nouveau passée à sa façon plus formelle de parler, peut-être parce qu’elle n’avait jamais rencontré Lorraine auparavant.

Je m’étais souvenu de ma première rencontre avec l’enfant. À en juger par son choix de mots, Alize suggérait qu’elle ne valait pas le temps de Lorraine, alors que j’avais mentionné que je lui apporterais un tuteur en magie, j’avais peut-être oublié le fait que Lorraine était une aventurière de classe Argent. Les mages étaient une race rare dans ces pays, de sorte qu’un mage de la classe Argent semblait maîtriser des magies incompréhensibles et des sorts obscurs. C’est ainsi qu’une personne relativement normale les percevait.

Ils passeraient aussi pour être dangereux — infiniment plus dangereux que les gangs de voyous de la rue. Si l’on avait croisé des voyous, ils seraient tout au plus brutalisés par une rafale de coups de poings et de pieds. Si l’on avait fait la même chose avec un mage de la classe Argent, cependant, ils pourraient très bien être réduits en cendres en un clin d’œil, et ne jamais plus voir la lumière du jour.

Comme c’est terrifiant, Lorraine… !

Comme si, par télépathie, Lorraine sondant mes pensées, elle m’avait projeté un regard mortel avant de faire demi-tour presque instantanément. Alize semblait l’oublier, et elle parlait avec un sourire un peu plus prononcé.

« J’ai entendu parler de votre arrangement avec Rentt. Tout cela n’a-t-il pas été comptabilisé de cette façon ? J’apprécie aussi le fait qu’il m’est maintenant redevable alors il n’y a donc aucun problème. En ce qui concerne le fait que vous soyez orpheline, eh bien, je ne me soucie pas du tout de ces questions. Ah, je ne veux pas dire cela d’une manière désobligeante. Je veux simplement dire que j’offrirais mes services à des personnes de n’importe quel statut social, à condition qu’elles soient prêtes à apprendre. Je suis un mage, mais aussi un érudit, après tout. Le chemin de la connaissance n’est pas pavé d’or ou de position dans la société, mais de passion. C’est pourquoi je voudrais vous demander : avez-vous assez de passion ? C’est tout ce que j’ai besoin de savoir, » déclara Lorraine.

Un long discours… c’est ce que j’aurais pensé. Cependant, quelque chose d’autre que sa longueur avait attiré mon attention. Pourquoi le chemin de la connaissance ? Aux dernières nouvelles, Alize voulait être une aventurière, pas une érudite.

Je voulais le signaler tout de suite à Lorraine. Mais comme d’habitude, l’atmosphère actuelle ne me permettrait guère de faire une telle chose.

Alize déglutit durement et ferma les yeux, apparemment perdue dans ses pensées. Peu de temps après, elle avait eu une réponse pour Lorraine.

« Je n’ai pas beaucoup d’argent, oui… Mais j’ai de la passion. Je voulais devenir une aventurière pour aider Lady Lillian, mais maintenant… Maintenant, je veux devenir une aventurière — une aventurière comme Rentt. Je veux devenir une aventurière qui aide les autres. J’ai entendu beaucoup de choses de Rentt, et je sais très bien que ce n’est pas une tâche facile. Malgré tout… Je veux vous aider. Je veux essayer… de faire du bon travail. Si des études et un travail acharné sont nécessaires, et que je dois tout donner, alors je le ferai. Je suis prête à donner tout ce que j’ai. Alors…, » déclara Alize.

Alize semblait avoir du mal à trouver les mots appropriés. Elle livrait ses lignes un peu bredouilles, comme si son train de pensée était constamment interrompu. Mais il était clair qu’Alize avait bien réfléchi à la question qui lui avait été posée. Elle avait fait de son mieux pour communiquer ce qu’elle ressentait dans ces quelques lignes de bégaiement.

C’était probablement pour cela que Lorraine hocha la tête en entendant les mots d’Alize.

« Très bien, très bien. De cette façon, le contrat est scellé. Depuis ce jour, Alize, vous êtes ma disciple — la première disciple de l’érudite-mage Lorraine Vivie. Marchons ensemble sur le chemin de la magie et de la connaissance ! »

Alize avait répondu avec enthousiasme aux paroles de Lorraine, un large sourire sur son visage. C’était un moment beau et émouvant, l’instant où le lien entre un maître et son disciple s’était formé.

Mais… le chemin de la magie et de la connaissance ?

Connaissance… Eh… ? Attends. Attends. Mais Alize n’est pas une érudite ! Elle a juste dit qu’elle voulait devenir une aventurière !

Je voulais pousser un cri qui résonnerait du fond du cœur. Hélas, c’était impossible à faire — encore une fois, pas dans l’atmosphère actuelle. Finalement, au fur et à mesure que les réalités de la situation s’empilaient les unes sur les autres, j’avais été forcé de réaliser qu’Alize allait maintenant devenir un individu comme Lorraine — apparemment, une érudite-mage. Ou quelque chose comme ça.

Mais… Alize est aussi ma disciple…

Bien que beaucoup de pensées m’aient traversé l’esprit, je m’étais empêché de parler.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire