Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Chapitre 3 : Une nouvelle Évolution Existentielle

Partie 6

Que veut dire Lorraine ? Mes ailes brillent-elles littéralement ?

C’est la première chose qui m’avait traversé l’esprit lorsque j’avais analysé les paroles de Lorraine. Je me retournai quand même, ne fût-ce que pour affirmer ce qu’elle disait, puis je fixai aussitôt mon reflet dans le miroir.

C’était exactement ce qu’elle avait dit : contrairement à leur état il y a quelques instants, les ailes sur mon dos brillaient, enveloppées d’une lumière blanche et vive. Ce n’était pas une lumière forte, certainement pas la lueur de la magie d’attaque ou une lueur agressive. Au contraire, elle était douce, avec des taches de lumière qui en tombaient comme des flocons de neige silencieuse.

Je comprenais pourquoi Lorraine disait cela. La lumière qui enveloppait mes ailes était fantastique, presque incroyable dans sa nature.

Maintenant, alors que tout cela était bien, j’avais comme de la suspicion face à mes nouvelles ailes qui brillaient.

« Magnifique… peut-être. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement… ? » J’avais réfléchi, en inclinant la tête alors que je continuais à réfléchir.

L’infusion de mana et l’esprit génèrent respectivement de l’élévation et de la poussée. C’était un phénomène facilement observable, mais c’était toute autre chose.

La divinité était une puissance forte et beaucoup plus puissante que le mana et l’esprit. Alors que j’espérais un effet plus marqué et dramatique, il me semblait que le fait d’infuser mes ailes de divinité les faisait briller. J’avais ressenti une grande déception.

Que devais-je faire du fait que je pouvais maintenant devenir une torche humaine à volonté ? Si je devais comparer une torche humaine à un écureuil volant ou à l’un de ses homologues évolutionnaires, ce dernier serait certainement plus utile. J’avais préféré de loin le vol à une source de lumière étrange.

« Rentt, ça te rendrait certainement plus facile à repérer dans le noir… Hm ? Ce…, » comme si elle avait remarqué quelque chose, Lorraine s’était détournée, laissant sa blague inachevée dans l’air.

En suivant son regard, je m’étais rendu compte qu’elle regardait le pot d’herbes que j’avais laissé dans un coin. Elle était placée dans l’endroit le plus ensoleillé de ma chambre empruntée, et j’utilisais souvent les plantes à des fins culinaires, c’était parfois même pour conserver la nourriture avec leurs feuilles. Qu’y avait-il de si inhabituel dans une plante en pot que je cultivais pendant mon temps libre ?

Lorraine était restée silencieuse, observant la plante intensément.

« Rentt… Je crois que ta plante pousse, » déclara Lorraine.

Elle avait l’air un peu plus grande qu’elle ne l’était il y a quelques instants, mais je pourrais dire que ce n’était rien de plus qu’une sorte d’illusion d’optique. Lorraine, comme si elle lisait dans mon esprit, s’approcha rapidement du pot, le ramassa et l’exposa à la lumière de mes ailes. Presque immédiatement, les herbes dans le pot avaient commencé à pousser à un rythme rapide, s’étirant et traînant par-ci par-là.

« Ce… »

« Donc, si tu infuses la divinité dans tes ailes, Rentt, les plantes autour de toi poussent plus vite ! Mais… Je ne sais pas trop comment interpréter cette observation…, » déclara Lorraine.

Lorraine semblait satisfaite du fait que son hypothèse s’avérait correcte, mais elle s’était vite retrouvée au beau milieu de sa propre célébration et s’était de nouveau profondément plongée dans ses pensées.

J’avais fait écho aux sentiments de Lorraine : y avait-il un sens à ce que mes ailes se comportent ainsi ? Hélas ! Même moi, je n’avais pas de réponses.

« Peut-être pourrais-je voler dans le ciel, m’arrêter de temps en temps pour bénir les gens avec une moisson abondante ? » demandai-je.

« Je vois. Comme c’est noble de ta part, Rentt. Es-tu en train de dire que tu arrêteras de partir à l’aventure et que tu explorerais plutôt les possibilités de devenir un marchand d’engrais mobile ? » demanda Lorraine.

Non. Ça n’avait pas l’air d’être une carrière très attirante.

Mais je ne pouvais pas nier que j’en étais apparemment capable.

Même moi, j’avais entendu des rumeurs sur ceux qui avaient été bénis par des esprits ou des dieux de la terre, et comment ils étaient capables de faire des exploits semblables à ce que je venais de faire. Ceux qui étaient bénis par la terre avaient la promesse d’une récolte éventuellement abondante, mais leurs champs devront encore être cultivés et récoltés naturellement après un certain temps. Dans mon cas, je semblais capable d’accélérer la croissance d’une plante en sautant complètement cette période d’attente. C’était sans aucun doute une capacité utile.

Si je devais entrer dans une église ou une organisation religieuse quelque part dans ces pays, je serais sûrement adoré comme un saint de la moisson, ou quelque chose comme ça. Ceux qui ne m’appréciaient pas trop, par contre, me considéreraient très probablement comme une sorte de service de fertilisation à la demande.

Cependant, il va sans dire que je ne m’intéressais aucunement aux métiers agricoles. Comme j’aimais tant me le rappeler, mon but était de devenir un aventurier de classe Mithril.

Comme on pouvait s’y attendre, je m’étais tourné vers Lorraine et je l’avais informée. « Je n’ai pas l’intention d’arrêter. Mais… Je suppose qu’il doit y avoir d’autres utilisations auxquelles je n’ai pas encore pensé… »

« Même moi, je peux le supposer. Peut-être… Hm. Oui, pourquoi pas…, » murmura Lorraine.

Peut-être Lorraine pensait-elle qu’elle devrait prendre la responsabilité de me suggérer de devenir une agricultrice magique.

Comme si une idée lui venait à l’esprit, Lorraine s’était mise à fouiller dans sa robe et puis elle avait tenu quelque chose dans la paume de la main.

Qu’est-ce que ça peut bien être… ?

« Que vas-tu faire avec ce couteau, Lorraine… ? » demandai-je.

« Pas grand-chose, tu vois. Juste… ça, » Lorraine répondit avec désinvolture en se frappant le dessus du pouce avec la lame de l’instrument.

C’était un mouvement familier à Lorraine, visible dans la façon dont elle manipulait le couteau. C’était probablement prévisible, étant donné que les contrats magiques et certaines techniques alchimiques exigeaient souvent une goutte ou deux de sang. Lorraine, pour sa part, semblait à peine gênée par la petite coupure sur son pouce. De plus, Lorraine m’avait fourni des fioles de sang ces derniers temps, alors je suppose qu’elle serait plus habituée à l’acte maintenant que jamais.

Ce que je n’avais pas compris, c’est pourquoi Lorraine s’était coupé le pouce. Comme pour répondre à mon regard curieux, Lorraine leva simplement son appendice blessé vers mes ailes luisantes.

« Parti, comme prévu, » déclara-t-elle.

Lorraine m’avait montré son pouce.

« Je vois. Ton pouce est complètement guéri… alors je suppose que la lumière a des capacités curatives, » déclarai-je.

« Oui, c’est une façon de le dire. Ça ne vaut-il pas la peine de fêter ça, Rentt ? Non seulement tu peux fertiliser leurs champs, mais tu peux aussi guérir les blessures et les maux des fermiers qui travaillent dur, non ? » déclara Lorraine.

J’espère que c’était une autre de ses blagues, mais Lorraine avait raison. Nous venions de découvrir un autre usage potentiel de ces ailes brillantes.

Il était raisonnable de supposer qu’un vol au-dessus d’une certaine région tout en ayant la divinité infusée dans ces ailes guérirait les gens qui y habitaient. Alors qu’un prêtre ou une prêtresse — un saint doté de pouvoirs curatifs — pouvait facilement accomplir de tels exploits, j’étais auparavant capable de guérir une seule personne à la fois. Une petite amélioration de ma part, mais une amélioration quand même.

« Un simple effet… mais c’est beaucoup mieux que de ne pas en avoir du tout, » déclarai-je.

« Tout à fait. Pense aux possibilités, Rentt ! Ils pourraient même te vénérer si tu te dépeins bien ! Tu brilles, après tout. Dis-leur que tu es un messager des dieux, ou quelque chose comme ça, » déclara Lorraine.

Je suppose que c’était encore une autre blague de Lorraine… mais sa déclaration sonnait juste. Cependant, la simple pensée d’être adoré et de faire de telles affirmations me terrifiait. Dans tous les cas, je ne souhaitais pas qu’on m’accorde autant d’attention. Je devrais choisir le moment d’utiliser cette capacité avec un peu de prudence.

« Mais encore une fois, je suis un aventurier solitaire… Il ne semble pas y avoir beaucoup d’occasions pour moi d’utiliser ça, Lorraine, » déclarai-je.

Une affirmation triste, mais vraie : le plus souvent, je m’aventurais seul. Qu’est-ce qu’un aventurier solitaire comme moi ferait d’une compétence de guérison de zone comme celui-ci ?

Lorraine ne semblait pas d’accord.

« Je ne dirais pas nécessairement ça, Rentt. Ne te rappelles-tu pas l’époque où les monstres se multiplient anormalement ? Les aventuriers partent en masse en réponse, non ? Ceux qui sont capables de guérir sur de vastes étendues sont précieux, n’est-ce pas ? Mais bien sûr, de tels événements ont toujours fait l’objet d’une demande obligatoire de la guilde…, » déclara Lorraine.

Lorraine faisait référence à la multiplication occasionnelle de monstres autour des villes. Pour se débarrasser immédiatement de la menace, les guildes d’aventuriers mobilisaient souvent tous leurs membres pour réduire les effectifs. De telles rencontres ressemblaient souvent à des guerres miniatures en raison du nombre de participants, et les aventuriers expérimentés dans les techniques de guérison étaient souvent très appréciés par la guilde. Ces aventuriers capables de guérir la magie ou la divinité étaient rares et la plupart ne pouvaient s’occuper que d’une seule personne à la fois. Ainsi, tout aventurier qui avait la capacité de guérir des individus dans une région donnée était traité comme un trésor à part entière.

Dans des circonstances normales, les aventuriers pourraient se retirer des demandes obligatoires s’ils avaient une bonne raison de le faire, ou s’ils n’étaient pas essentiels à l’effort. Cependant, un guérisseur qui pouvait le faire sur une zone serait très probablement traîné sur le champ de bataille, peu importe ses opinions.

Alors, je suppose qu’il faudrait cacher ma capacité…

Mais… ça irait à l’encontre de ma conscience d’aventurier. Même si je n’étais pas humain, je répondrais quand même à l’appel de la guilde si un tel événement se produisait. Si je l’ignorais, il y aurait peut-être une chance que des monstres s’introduisent dans Maalt, alors regretter mon choix serait beaucoup trop tard. En fait, j’avais maintenant l’air plus humain que jamais, de sorte que je ne serais pas traqué immédiatement à cause de seulement mon apparence.

Je suppose que j’aurais encore des problèmes s’il y avait un aventurier au milieu d’eux avec un bon œil. Le mieux que je pouvais faire, c’était de ne pas trop me démarquer — ou du moins, c’est ce que je pensais.

« J’abandonnerais et j’irais avec la guilde si jamais cela se produisait… Mais je préférerais beaucoup que nous puissions faire quelque chose contre cette lueur…, » déclarai-je.

Même si j’utilisais mes nouvelles compétences de guérison, avoir une paire d’ailes brillantes sur le dos était un peu trop pour moi.

Pendant un moment, j’avais gardé la tête froide, exaspéré, à la recherche d’une solution. Vu comment j’étais maintenant, être traité comme une sorte d’ange divin était la dernière chose que je voulais.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire