Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 10

***

Chapitre 3 : Une nouvelle Évolution Existentielle

Partie 10

« Oui. J’ai pu le confirmer de mes propres yeux. Alize est une enfant talentueuse. Pour être précise, elle a un bon talent pour… la magie, » déclara Lorraine, en réponse à la question de la sœur.

Dans des circonstances normales, il était impossible pour quelqu’un d’évaluer la capacité magique d’une autre personne, surtout si la personne en question était simplement assise sans rien faire. Cependant, un vétéran-mage était capable d’un tel exploit. Il y avait une certaine technique à cela — déterminer la capacité magique d’une autre personne juste en la regardant. Lorraine, en particulier, avait des yeux pour ça, peut-être des yeux magiques. Il n’y avait donc personne de plus qualifié que Lorraine pour discerner les capacités magiques et innées d’un individu. C’est en partie pour cette raison que Lorraine était venue à l’orphelinat, bien que rencontrer Alize en personne ait aussi été un facteur.

Il va sans dire que je n’étais pas capable de tels exploits. Bien que j’avais assez de mana en moi pour me qualifier de mage, la magie était quelque chose gouvernée par la logique et la théorie. C’était une connaissance que je n’avais pas encore apprise.

Dans la vie, j’avais appris des cantiques et des sorts simples. Ils étaient si simples que seule une petite quantité de mana était nécessaire à leur exécution. Pour info, j’avais utilisé les mêmes sorts tout ce temps. Cependant, si j’utilisais des niveaux plus élevés de sort, j’aurais probablement besoin d’une étude et d’une compréhension plus détaillées.

« Un mage… ? Elle a un peu de mana en elle, oui, mais qu’en est-il de sa capacité… ? » demanda Sœur Lillian.

Je suppose que Sœur Lillian n’avait jamais envoyé Alize pour un examen détaillé. Bien que de nombreuses personnes soient nées avec le mana en elles, toutes n’en avaient pas assez pour devenir des mages à quelque titre que ce soit. Pour le vérifier, il fallait se faire examiner par un mage vétéran, de préférence à l’aide d’objets magiques finement calibrés. Bien sûr, ce processus coûterait beaucoup d’argent, peu importe le résultat. C’était à peine une somme qu’un orphelinat pourrait se permettre, surtout avec un budget déjà très restreint.

À l’origine, Lorraine devait être payée pour ses services. Cependant, elle cherchait aussi, par coïncidence, une étudiante à qui transmettre ses compétences, et elle avait décidé d’enseigner gratuitement à Alize. Elle était restée relativement bornée quant à ses intentions, comme je l’avais glané dans mes conversations antérieures avec elle la veille.

Alize avait insisté pour que Lorraine soit payée un montant raisonnable, ce qu’elle avait été autorisée à faire. Je lui prêtais la somme appropriée, après tout.

« J’ai peut-être dépassé mes limites, bonne sœur, mais j’ai déjà évalué les capacités d’Alize quand nous étions assises dans la salle de réception. J’aurais besoin d’instruments plus précis pour obtenir une lecture exacte, oui, mais d’après ce que je peux voir, Alize pourrait facilement devenir une Mage de la Cour si elle essayait, » déclara Lorraine, une fois de plus en faisant des déclarations choquantes avec une expression nonchalante.

Avoir du talent était une chose, mais en avoir assez pour devenir un jour un Mage de la Cour en était une autre. Les Mages de la Cour étaient des mages au service de la Cour royale, l’apogée des praticiens de la magie dans le royaume de Yaaran. Ils répondaient directement au roi lui-même, et ils étaient tous des mages d’une force magique extraordinaire. Les mages de la cour du roi, à leur tour, possédaient tous de grandes réserves de mana, et la connaissance pour en faire des sorts appropriés. Il fallait avoir une connaissance approfondie de la théorie magique pour réaliser un tel exploit. Naturellement, la plupart des mages les admiraient, espérant un jour être parmi eux.

Mais bien sûr, rares étaient ceux qui avaient réussi à s’emparer du titre.

« Vraiment, Mlle Lorraine ? Même si elle a du talent…, » déclara Sœur Lillian.

Sœur Lillian avait été suffisamment choquée, alors qu’elle regardait Lorraine d’un air incrédule, la bouche béante. Mais Lorraine secoua la tête lentement.

« Je comprends votre surprise, bonne sœur. Même moi, j’ai été surprise par cela. Cependant, je ne plaisante pas du tout. Avec l’éducation et la formation appropriées, Alize est sûre de devenir une mage extraordinaire. Malgré tout, elle pourrait très facilement devenir une roturière sans rien si elle était paresseuse. Tout dépend des désirs de l’enfant… et peut-être de son désir de réussir. C’est à peu près l’essentiel, oui, » déclara Lorraine.

Lorraine avait raison, car certains individus avaient mis fin à leur vie de mages ordinaires, même s’ils avaient la chance d’avoir de grandes réserves de mana.

Bien que la capacité de mana soit importante, on ne pouvait pas espérer devenir un mage de premier ordre avec que cela. La connaissance magique était également importante, la compréhension des fondements et des théories de la magie allait de pair avec la capacité de mana. Ce n’est qu’en ayant les deux qu’un individu pouvait s’engager sur le chemin de la grandeur magique.

Par exemple, je savais peu de choses sur la théorie magique et la magie. Peu importe la quantité de mana que j’avais, je n’avais pas de moyen fiable de l’utiliser. Mais maintenant que j’avais une plus grande capacité de mana, je pouvais commencer à étudier les théories magiques de base. Cependant, mon esprit était obsédé par l’Évolution Existentielle, et, si possible, j’aimerais évoluer à nouveau dès que je le pourrais. Ces pensées, à leur tour, m’avaient fait oublier l’idée d’étudier la magie.

Pour commencer, comme j’étais un épéiste dans la vie, tout ce que je savais, c’était des sorts simples pour renforcer mon corps ou mon équipement. Ils étaient simples, mais efficaces, et j’avais mémorisé ces sorts il y a longtemps. Je suppose que j’irais aussi loin que possible avec mon arsenal actuel, et si jamais j’arrivais à un blocage, je pourrais alors changer de direction.

Mon récent voyage dans le Marais des Tarasques s’était très bien passé, mais j’avais senti que certains sorts magiques auraient pu rendre mon voyage beaucoup plus facile. Par exemple, une certaine magie d’attaque à longue portée aurait fait peu de travail de ces Gobelins, et une attaque de foudre bien placé ou un sort de gel se serait débarrassé de cet essaim entier de bêtes poissons. Quand le pont s’était effondré, j’aurais pu le renforcer avec de la magie de la terre sur le champ, et il ne serait peut-être pas écrasé d’une manière aussi spectaculaire. Au moins, je pouvais imaginer que Lorraine ferait toutes ces choses et plus encore, car elle aurait abordé le problème sous un angle beaucoup plus stratégique.

« Je vois… Mais alors, qu’en est-il d’Alize ? Qu’a-t-elle dit sur le fait de devenir mage ? » Sœur Lillian avait demandé, avec de l’inquiétude évidente sur ses traits.

Il était de notoriété publique que le chemin d’un mage était difficile, que les défis commençaient tôt et qu’ils ne se terminaient jamais vraiment. Même la formation de base en magie était particulièrement éprouvante. Il fallait se donner à fond — une tentative timide n’était pas suffisante pour apprendre la magie. Il fallait mémoriser et bien comprendre les théories magiques avant de les mettre en pratique. Même à ce moment-là, le mage prospectif devait être mentalement préparé à l’inévitable coup de fouet de la rétroaction si l’un de ses sorts échouait ou devenait malsain.

En outre, la plupart des gens associaient les mages aux batailles et aux combats, ou du moins, aux professions qui impliquaient de tels événements. Il existait d’autres parcours professionnels, où l’on pouvait devenir un chercheur et un artisan d’objets magiques, ou servir le roi ou le chef d’un royaume ou d’un autre. Certains devenaient des aventuriers, passant leurs journées à tuer des monstres et d’autres bêtes à travers le pays. Les situations de combat étaient l’occasion parfaite pour un mage d’utiliser ses talents magiques, et il était bien payé pour ses services.

Malgré cela, de nombreuses personnes ayant la capacité de mana nécessaire pour devenir mage ne voulaient pas le faire, ne serait-ce que parce qu’elles valorisaient leur vie plus qu’une carrière lucrative.

La bonne sœur se demandait probablement si Alize comprenait tout cela. J’aurais peut-être dû lui dire ce que l’enfant avait dit dès le début…

« À propos de cela… Alize avait en fait discuté de son rêve de devenir une aventurière avec moi lors de ma précédente visite, » déclarai-je.

« Eh… ? »

« Je me souviens d’avoir mentionné qu’elle avait vaincu un Puchi Suri tout à l’heure, sœur Lillian. C’était un test, pour voir si elle avait le courage de devenir une aventurière… J’ai pensé qu’elle devrait l’expérimenter de ses propres mains. Si elle avait réagi à cette situation avec peur, elle n’aurait jamais fait une bonne aventurière. Mais Alize a vaincu le monstre correctement. J’ai l’impression qu’elle comprend les risques encourus, » déclarai-je.

Mais je n’étais qu’un tiers, je ne pouvais donc jamais savoir comment Alize se sentait dans cette situation, et je ne pouvais donc pas simplement déclarer que mes conclusions étaient absolument exactes. Cependant, Sœur Lillian n’avait rien su de tout cela avant notre conversation, et j’avais pensé que je devais lui dire ce que je savais des espoirs et des rêves d’Alize. Tout ça pour référence, bien sûr.

J’aurais peut-être dû demander la permission à Alize avant de parler de ses rêves, mais il est vrai qu’elle avait de telles aspirations. J’avais supposé que je ne sortais pas du droit chemin.

Sœur Lillian ne semblait pas non plus être du genre à piétiner les rêves des autres. Même si Alize n’avait pas d’aspirations concrètes, elle était à l’âge où la plupart des enfants avaient encore des espoirs et des rêves. Pour le meilleur ou pour le pire, peu d’entre eux ont réalisé leurs rêves d’enfance, mais même moi, j’avais décidé de devenir un aventurier de classe Mithril dès mon jeune âge.

Sœur Lillian semblait perdue dans ses pensées, contemplant mes paroles. Après un bref silence, elle hocha lentement la tête.

« Si c’est le cas… Si Alize le souhaite vraiment, je ne l’arrêterais pas. Mais… pourquoi un aventurier, entre toutes les choses ? » demanda Sœur Lillian.

À ce moment précis, quelques pas résonnèrent de l’extérieur de la porte. Alize avait choisi un bon moment pour revenir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire